Saluki .

Réponse Lancer une nouvelle discussion
12/11/2010, 17h21
Saluki : Grand lévrier chasseur à vue originaire du Moyen Orient connu depuis la nuit des temps .
Oui mais encore ?
S’il est demeuré inchangé par l’homme depuis des millénaires c’est qu’il était à l’origine parfait !
Parfait physiquement pour chasser gazelles, lièvres, chacals et renards sur des espaces infinis de rocaille et de sable sous des climats rudes et changeants.
Parfait de caractère puisque son calme, sa patience, sa douceur et son raffinement furent tellement appréciés des nomades qu’ils lui octroyèrent l’immense privilège de dormir avec eux sur leurs précieux tapis persans .
Parfait dans sa forme d’intelligence aussi subtile que celle des humains, mais à laquelle il faut rajouter celle de leurs animaux familiers qu’il s’appropriait volontiers pour mieux les surveiller et celle de toutes les espèces de gibiers qu’il chassait.
Car le saluki possède l’art et la manière de voler l’esprit de tout ce qui peuple son univers à force de stratégies et de calculs savants .
Sa mémoire phénoménale n’est jamais prise en défaut, son jugement est sûr, ses nerfs solides, son endurance, sa vitesse et sa souplesse proverbiales. On le compare volontiers au guépard.
J’en ai eu un à mes côtés durant plusieurs années, je lui ai offert des conditions de vie presque identiques à celles qu’il a connues dans son prestigieux passé et je crois qu’il a été très épanoui, pleinement saluki .
Arrivé à l’âge de 2 mois et 3 jours il m’a suivie comme un petit animal suit la matriarche d’une harde, sans laisse, avec confiance et curiosité.
Il a tout de suite commencé par étudier et évaluer ses congénères en liberté, ce qui est un bon début, indispensable pour bien se situer soi-même.
En quelques mois l’affaire fut réglée : il était le plus rapide et le plus habile partout où on passait. Et grand donc impressionnant pour eux avec ses 73 cm au garrot .
Avec lui, je n’ai pas honte de le dire, ce fut la plus belle période de ma vie.
Je fus au top de ma forme physique et mentale, je le lui devais, c’est ce qu’il attendait de moi. Je devins un être fort et invincible digne de lui, toujours prête à filer vite et loin sur mon vtt garé en permanence devant ma porte. Un chameau de vtt, souvent crevé et entêté à ne pas stopper quand il y avait urgence J’en épuisais un par an.
Je n’avais pas d’arme mais un Canon pour tirer des milliers d’images, tellement malmené par tous les temps et en toutes saisons qu’il fallait lui aussi le renouveler chaque année.
Ce fut dur de faire le deuil d’un tel état de grâce, d’un bonheur si pur et naturel.
Chaque jour je pense à lui, mon saluki, à tout ce qu’on aurait pu encore découvrir et inventer d’extraordinaire pour améliorer l' ordinaire.
Son regard ne me lâche pas. Il est là, partout, il est le ciel, il est le vent. Il est ma force et mon tourment.
Actuellement ma petite whippet me distrait, elle sait d’instinct ce qui est bon pour elle et je suis en tête de liste de ses préférences… je pense.
Mais c’est un saluki qui a pris définitivement ma vie .


Un vrai saluki ne doir pas rester confiné entre 4 murs ni derrière une haie, son regard ne doit butter sur rien, c'est un chasseur à vue de grands espaces . Une mutation génétique des yeux est si vite arrivée, 3 générations suffisent peut-être pour l'abimer, on ne sait jamais !
On a tort de vouloir le faire courir derrière un leure lâché sous son nez sur lequel il doit fixer toute son attention, ses yeux ne sont pas faits pour cet exercice, ils sont fait pour fouiller l'horizon, compter les moutons et évaluer la distance afin de déployer toute son endurance sur des km de pistes souvent cahotiques .

Certains acceptent les "smooths", les poils ras .
Mais sont-ils capables de virer et freiner aussi rapidement que ceux dont les queues (balanciers) sont bien frangés, ou de planer aussi haut et loin quand ils le déploient, comme c'est ici le cas... Je ne crois pas .
Et une longue queue frangée ça vous enveloppe un saluki roulé en boule, ça le protège du froid pour la nuit ou les jours de fort simoun !

D'autre part un saluki doit avoir de grands orteils et du poil entre les doigts, c'est important pour ne pas s'enfoncer dans le sable, pour amortir les chocs, ça lui donne un sacré avantage sur beaucoup de ses proies !


L'art et la manière de tester discrètement des têtes cornues, de les approcher au plus près en faisant mine de brouter, sans jamais les inquiéter . Pour un chasseur "complet" connaitre les moeurs et la distance de sécurité de toutes catégories de gibier est essentiel !


Mon saluki aux multiples facettes .
Réponse rapide à ce message
15/11/2010, 11h32

Le saluki chassait parfois en association avec un faucon .
Qu'est-ce qui lui en est resté depuis des milliers d'années ?
Une grande curiosité envers les gros oiseaux qui tournent dans le ciel : mon saluki les a toujours observés, a remarquant qu''ils ne tournent pas en rond pour rien, et chaque fois il a repéré le cadavre, même bien caché au fond des ravins .

Celui-là : il n'y a qu'à le suivre du regard et prendre la même direction que lui quand il descendra ...

Trop tard pour cette fois, les jeux de petits chevaux sont faits et bien faits !

Sauf les osselets comme toujours dans ce cas...

Mais à force de les observer il a repéré également leur quartier général, évidemment situé dans un endroit stratégique ...

Mais bon sang, c'est bien sûr! Combien de drames se jouent là !
Surplombant ce fameux rocher des vautours (que personne n'avait repéré sauf lui) il a remarqué les crottes de brebis sur une plate-forme très périlleuse .
Quand elles se regroupent dans des endroits aussi dangereux et arides (on se demande bien pourquoi elles font ça! ), le moindre mouvement de panique fait que celles de derrières poussent celles de devant ...qui tombent donc dans le vide .
La panique peut être engendrée par un loup, un chien, l'ombre d'un vautour planant très bas, pourquoi pas ...
Cest pourquoi ceux-ci observant ceux-là et inversement ils finissent toujours par s'associer pour le meilleur (ça c'est pour eux) et pour le pire ( pour les brebis...)
Depuis la nuit des temps .
Réponse rapide à ce message
15/11/2010, 13h33
Il est très poignant ton texte... je vois qu'il y avait beaucoup d'amour. J'ai eu la même histoire avec mon dogue, Kerchak, que je n'oublierai jamais, car c'est impossible.
La photo sur le canapé est tip-top, j'adore la pose.
C'est une très beau chien, j'aime beaucoup.
Réponse rapide à ce message
16/11/2010, 16h28
Tu as raison, c'était un chien magnifique dans son style, tout en lui était adapté à sa fonction de chien de chasse complet : observation subtilité, initiatives en tous genres ....
Mais surtout il évoluait toujours, chaque année il me surprenait davantage et j'avais mis tellement d'espoirs en lui, en nous, que je ne pouvais imaginer une telle fin brutale à une si belle aventure .
/www.casimages.com][/url]
Il faisait tout naturellement la queue dans les magasins, normal, il avait auparavant tout observé en douce !

Il m'attendait sans laisse devant la porte de l'école maternelle, se laissant caresser au passage par des centaines de petites mains poisseuses sans jamais perdre patience, il aimait vraiment les enfants .
n Il était le seul chien admis dans l'aire de jeux des petits humains, le gardien fermait les yeux, c'était le bon temps où la loi sur les chiens dangereux ne s'appliquait pas encore systhématiquement à tous les chiens comme c'est le cas actuellement . Faut faire attention, certains chiens sensibles sont susceptibles !

Il accompagnait les poneys montés, et attention, l'akita tenu bien serré à gauche n'avait pas intérêt à venir le provoquer dans ces moments-là, il était capable de lui ficher une peignée quand il était en mission sacrée !
v
Il était en liberté dans les manifs pour la Nature et la Biodiversité, le seul chien au milieu de 10 000 personnes au Trocadéro , autrement dit un héros !
Suite au prochain numéro, il le mérite !
Réponse rapide à ce message
20/11/2010, 14h57
Magnifique! Il est Superbement beau!
Réponse rapide à ce message
26/01/2011, 18h24
Je viens de regarder des photos "dévouemnt-obéissance" d'Omar le saluki et je me rends compte que ma whippet a encore des progrès à faire pour lui arriver... au panache ...

Un grand classique . Tu sautes le fossé ?

Je lui demande de marcher sur le tronc pour traverser, il le fait sans hésiter .

Je lui demande de grimper à l'échelle : il tente de le faire mais les barreaux ne sont pas solides...

En haut du bois coupé mon Prince ? Il le fait !

Coucou! Tu veux bien passer ta tête entre les troncs? Hi hi que c'est drôle !

Agility librement consentie dans un terrain de pen ball déserté .

Equilibre sur un tronc qui ne mène à rien... Bravo mon chien !

On saute...

Et on y pose, pour amuser sa maitresse !

Allez Momo, passe par dessus, même s'il n'y a rien derrière c'est super !

Tu tentes le coup mon héros ?

Ma préférée : reste bien derrière, c'est tout bon !
Réponse rapide à ce message
27/01/2011, 11h23
Réponse rapide à ce message
01/02/2011, 09h40
lou d'arabie tes photos sont toujours aussi sublimes !!
Réponse rapide à ce message
04/02/2011, 22h00
Alors là Mesdames et Messieurs vous allez assister à un spectacle extraordinaire, probablement unique au monde dans la sphère des lévriers, chasseurs à vue purs et durs, aux instincts tellement primitifs que la seule vue d'un chat peut les rendre momentanément fous à lier, totalement sourds et aveugles au monde qui les entoure hormis le malheureux greffier repéré .
Les maitres de lévriers rechignent à les laisser en liberté car ils savent qu'à tout moment un chat peut surgir de partout (ou de nulle part) et là la folie furieuse du lévrier peut avoir des conséquences graves : accidents, collisions, crise cardiaque du maitre, décès du chat, querelles de voisinage égarement du lévrier et j'en passe...
Donc les images que vous allez voir sont précieuses, uniques, et c'est avec une grande fierté que je m'en vais vous les présenter .
Car pour en arriver à ce résultat il a fallu beaucoup de sensibilité d'intelligence et d'observation, non seulement de la part des maitres mais également du lévrier lui-même, qui a su brider ses instincts et s'intéresser "autrement" aux chats, les accepter, les aimer et les protéger en toutes circonstances, dans la richesse et la pauvreté, dans la jeunesse et la vieillesse ...mais...mais... je m'égare là !
Mesdames et Messieurs, voici maintenant le Seul, l'Unique Saluki qui aimait les chats !

Un chat égaré le rendait aussi compatissant que sa jeune maitresse...Ce fut le début de son intérêt pour les chats .

Un chaton l'attendrissait, ses placides gardiens le voyaient bien ...

Il trouvait du plaisir et de l'intérêt à se promener en leur compagnie dans la forêt...

Il copinait avec leurs accompagnateurs chiens quand ils en avaient...Les chats ça crée des liens !

Il pouvait supporter la vue de leur petit cul ondulant devant lui sans être envahi de désirs inavouables...un saint!

Il se tenait immobile à distance quand il en surprenait un, histoire de le rassurer sur ses intentions...

Il patientait le temps qu'il fallait pourlui permettre d'avancer sans crainte..

Il aimait les chats en toutes circonstances, dans tous les décors, comme ici isolé en plein milieu de la forêt...

Mais regardez le un peu ! Ce chat noir qui s'apprêtait à traverser est surpris et inquiet de découvrir un lévrier si près ?
Il le met aussitôt à l'aise en détournant discrètemment la tête !
Nous sommes obligés de nous arrêter là, et pourtant les témoignanges d'amours de chats ne cessent d'affluer sur mon écran .
Oui, Mesdames et Messieurs, ce saluki, terrible chasseur par ailleurs sur des grandes proies aussi rapides que lui était véritablement le plus fidèle et le plus subtil ami des chats, de tous les chats .
Réponse rapide à ce message
06/02/2011, 11h25
Comme toujours !
Réponse rapide à ce message
06/03/2011, 12h40
L’orientale se meurt de langueur …
Son long corps mince et musclé est devenu étonnement léger, prêt à s’envoler pour l’éternité .
De la peau, des os…Rien d’autre ne protège son cœur gros, trop gros depuis la disparition de son grand amour de saluki .
Elle l’a tellement attendu quand il est brutalement parti pour ne plus jamais revenir !
Elle espérait peut-être qu’à la vue de la fidèle petite boule grise immobile sur le pas de la porte bleue il retrouverait son chemin …
Elle s’est résignée à ne plus le revoir, mais je suis sûre que s’il réapparaissait là, maintenant, 2ans après, elle retrouverait son appétit de vie, avec lui, pour lui.
Elle va s’éteindre doucement, c’est une question de jours maintenant, sans être malade, sans souffrir, elle se laisse aller en silence, avec grâce et dignité, comme l’a fait il y a 2 ans son grand et invincible lévrier .
Je vais lui parler à l’oreille de lui, des beaux jours, du printemps, mais même si elle comprend, surtout si elle comprend elle filera vers lui plus vite encore, le cœur content .
Et moi je pleurerai mon amie, ma soeur complice de tant de bonheurs qui elle sera allée sans flancher jusqu'au bout de notre malheur .
Réponse rapide à ce message
06/03/2011, 13h57
Eh oui !! nos compagnons ressentent l'absence et savent nous le montrer.
Quand une de mes matines est partie brutalement d'une torsion, sa fille s'est laissée aller, plus de goût à rien, ni manger, ni sortir, pas de remuage de queue, amorphe sur le KNP;
Et c'est ainsi que Jules nous a rejoint, ce fut le coup de foudre immédiat entre eux deux, lui timide d'abord elle lui a montré les trucs qu'on pouvait faire sans craindre grand chose lui, lui a appris la course après le facteur
__________________
N'accordez pas trop d'importance à tout ce qui se dit, le silence est le plus grand des mépris. Votre silence ne veut pas dire que vous ignorez ce qui se passe autour de vous, mais plutôt que ce qui se passe autour de vous ne mérite pas votre parole.
Réponse rapide à ce message
06/03/2011, 15h07
Elle s'en serait peut-être mieux remise avec un Jules un peu timide plutôt qu'avec une Juliette qui lui a fait vite comprendre qu'elle pouvait très bien se débrouiller sans elle, pauvre minette .
Il y a eu peu d'interactions entre la whippet et l'orientale, toujours à l'initiative de la chatte : des siestes en commun pour tenir chaud à la petite au retour de nos expéditions , quelques galopades dans les escaliers quand la whippet était jeune et partante pour tous les jeux de poursuites, quelques sorties dans le quartier avec nous dans la nuit pour la balade du soir mais la whip allant à son rythme sans l'attendre ni la protéger comme le faisait Omar elle a fini par abandonner...
Finalement très peu de contact amicaux ou agressifs entre elles .
Son absence ne perturbera pas Nana .
Réponse rapide à ce message
06/03/2011, 18h34
j'ai eu un saluki, il y a bien longtemps, que nous avions trouvé.







adorable et intelligent.
par chance (car j'avais déjà 1 chien) j'ai pu le donner, à regret, à un collègue qui en révait.
malheureusement, quelques années plus tard, il s'est fait renverser et tuer par une voiture alors qu'il se précipitait, sans plus rien écouter, vers un autre chien qui allait, lui se faire écraser.

vous ne le trouverez, peut-être, pas trés beau sur ces photos mais si vous l'aviez vu quand nous l'avons trouvé ! bouffé aux mites, carrément, littéralement.

avec son nouveau maître il n'a jamais plus fugué. (nous n'avions pas pu retrouver ses propriétaires : il n'était pas tatoué)
__________________
Il y a des enfants debout, les mains tendues vers le ciel (James Blunt)
Réponse rapide à ce message
06/03/2011, 22h38
Mais alors comment peux-tu affirmer que c'était un saluki et non pas un croisé afghan auquel il ressemblerait davantage ?
J'ai beau chercher une ressemblance avec divers styles de salukis je n'en trouve pas ...
Réponse rapide à ce message
Réponse Lancer une nouvelle discussion
Outils de la discussion Rechercher
Rechercher:

Recherche avancée

Navigation rapide  :  


Vous aimez les chiens ?

Rejoindre la communauté

Rejoignez la communauté Chien.com ; échangez conseils et avis avec des milliers d'autres passionné(e)s !

Chercher dans le forum