Les races de chiens

Races de chiens par ordre alphabétique

Tout savoir sur les races de chien

Qu’est-ce qu’une race de chiens ?

Dans la classification des espèces, une race est un rang taxonomique (c’est-à-dire un niveau hiérarchique) propre aux animaux domestiques et d’élevage. Ce rang se situe en-dessous des espèces et des sous-espèces.

 

Combien existe-t-il de races de chiens ?

L’espèce canine se distingue par la très grande diversité de ses représentants, que ce soit en termes de morphologie, de taille, de couleur, de type de pelage, ou même de caractère.


Il existe ainsi aujourd’hui plusieurs centaines de races de chien, mais il est impossible de définir leur nombre exact. En effet, comme il n’y a pas de règle précise au niveau mondial, les organisme cynologiques des différents pays peuvent fixer librement leurs propres critères. Ainsi, chacun d’eux est libre de considérer tel chien comme étant une race à part, une variété d’une autre race, ou de ne pas le reconnaître du tout. Ainsi, là où certains d’entre eux reconnaissent à peine une centaine de races, d’autres en reconnaissent le triple.

 

Les standards, définitions scientifiques des races

Dès lors qu’un organisme fait le choix de reconnaître une race, il établit un standard – ou reprend celui déjà établi par un autre organisme l’ayant précédé, en le traduisant si nécessaire.

 

Un standard de race décrit l’ensemble des caractéristiques qu’un chien de pure race (c’est-à-dire dont les deux parents appartiennent à la race en question) doit vérifier pour pouvoir être inscrit dans le registre tenu par l’organisme. Ce livre des origines consigne le pedigree de chacun des individus dont l’appartenance à ladite race a été officiellement confirmée par l’organisme.

 

Les groupes de races canines

En plus d’avoir toute latitude quant au fait d'accepter ou non tel chien, chaque organisme canin est libre également de déterminer comment il classe les races qu’il reconnaît. En effet, tous rassemblent les races dans différents groupes, en prenant en compte généralement à la fois leur usage historique (chien rapporteur de gibier, chien de berger, chien de travail…) ou les caractéristiques physiques qu’ils partagent (lévriers, spitz…).

 

La nomenclature des races reconnues par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), qui chapeaute les organismes nationaux d’une centaine de pays (dont la Société Centrale Canine française et la Société Royale Saint-Hubert belge) est ainsi constituée de 10 groupes distincts, qui eux-mêmes comportent diverses sections et sous-sections. À l’instar de l’American Kennel Club, le Club Canin Canadien a quant à lui fait le choix de définir seulement 7 groupes, sans la moindre subdivision.

 

L’inégale diffusion des races de chien

Le fait qu’un organisme ne reconnaisse pas une race peut aussi être lié tout simplement au fait qu’elle est absente ou insuffisamment représentée sur le territoire national.

 

En effet, des écarts gigantesques existent en termes de diffusion et de popularité : là où les races de chiens les plus populaires au monde représentent plusieurs centaines de milliers de naissances annuelles et sont présentes aux quatre coins du globe, la population totale des races de chiens les plus rares ne se chiffre qu’en dizaines. Il existe aussi des races dont les représentants (fussent-ils parfois nombreux) sont regroupés quasi-exclusivement dans leur pays - voire dans leur région - d’origine et n’en ont pas vraiment franchi les frontières, ce qui peut expliquer qu’elles ne soient pas reconnues ailleurs que dans leurs terres natales.

Les races de chien ne cessent d’évoluer

Cela fait plusieurs milliers d’années que l’être humain a domestiqué le chien et utilise les incroyables talents de la gent canine pour l’aider dans diverses tâches : chasser, garder des troupeaux, transporter des charges... Les races de chiens ont donc été « améliorées » au fil des époques à travers les sélections et reproductions orchestrées par l’Homme, de manière à correspondre le mieux possible aux missions qui leur étaient confiées. Ces dernières ont d’ailleurs elles-mêmes souvent évolué au cours du temps, en particulier sous l’effet du progrès technique.

 

Du fait de ces évolutions subies par les races, même certaines races de chien très anciennes ont aujourd’hui une apparence substantiellement différente de celle qui était la leur il y a moins d’un siècle.

 

Des changements continuent d’avoir lieu de nos jours, mais ils sont plus souvent motivés par des motivations esthétiques ou de protection animale (à travers par exemple l’interdiction de la coupe des oreilles). De fait, même des races anciennes peuvent encore voir leur apparence évoluer, en fonction de ce qui est considéré comme souhaitable ou au contraire comme une tare. A chaque fois, cela implique une actualisation du standard de la race, mais la modification en question peut ne pas être du goût de tel ou tel organisme. Par exemple, un chien d’une race donnée arborant telle couleur de robe pour être reconnu dans un pays, mais pas dans un autre.

 

Il n’en reste pas moins que certaines races sont apparues à la base spontanément et n’ont été que très peu modifiées par la main de l’Homme ; on parle alors de race de chien primitive, ou naturelle. À l’image par exemple des spitz, de tels individus ressemblent souvent à leur ancêtre le loup : oreilles pointues et dressées, long museau, caractère plutôt indépendant, etc.

 

Des nouvelles races en permanence

La liste des races de chien évolue sans cesse, du fait de l’extinction de certaines d’entre elles, mais surtout de l’apparition de nouvelles.

 

En effet, hier comme aujourd’hui, nombre de races sont créées « artificiellement » à travers un travail plus ou moins sophistiqué, tant au départ (pour sélectionner les tous premiers reproducteurs) que par la suite (pour exclure à chaque génération de la reproduction les sujets ne correspondant pas au résultat souhaité, mais aussi parfois pour organiser de nouveaux croisements avec d’autres races, afin d’évoluer dans telle ou telle direction). Certaines races de chien nouvelles parviennent d’ailleurs en seulement quelques décennies à se diffuser dans le monde entier et remporter un grand succès aux quatre coins du globe.

 

En effet, des passionnés continuent de créer régulièrement de nouvelles races à partir de croisements mettant en jeu des représentants de plusieurs races déjà existantes, et parviennent au fil des sélections et des reproductions successives à constituer une population d’individus suffisamment homogènes sur les plans physique et comportemental. C’est en effet un prérequis pour pouvoir prétendre à une reconnaissance par quelque organisme que ce soit, et qui explique que la création d’une nouvelle race soit une entreprise au long cours et à l’aboutissement incertain.