Le romarin, une plante pour les chiens

Le romarin, une plante non toxique pour les chiens

Facile à cultiver

 

Présent depuis des siècles sur le pourtour méditerranéen, le romarin est un arbrisseau de la même famille que le thym et la lavande. Amateur de soleil et de climat chaud, il pousse habituellement sur des terres arides et rocailleuses. Ses feuilles au goût unique sont couramment utilisées pour aromatiser certaines préparations culinaires ; ses fleurs odorantes sont appréciées en parfumerie ou pour la fabrication de miel.

 

Le romarin n'est pas toxique pour le chien. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter du risque d'intoxication si l'on souhaite en faire pousser chez soi. Par contre, ses fleurs parfumées sont appréciées des abeilles et autres butineurs : il faut donc faire attention à ce que l'animal ne se fasse pas piquer en s'approchant un peu trop près des branches en fleurs.

Comment cultiver le romarin ?

Dans la mesure où le romarin est une plante parfaitement acclimatée au climat méditerranéen, il apprécie sans surprise le soleil et la chaleur. D'ailleurs, à choisir, il préfère la sécheresse à un excès d'humidité.

 

Le plus grand risque avec lui est donc de trop l'arroser de peur qu'il manque d'eau, ou de le planter dans un sol qui retient trop l'humidité : cela risquerait de faire pourrir ses racines et de le tuer. L'arrosage doit ainsi être très modéré : pas plus d'une fois toutes les quelques semaines même en été. S'il est cultivé en pot, le mieux pour éviter l'eau stagnante est de vider la coupelle qui se trouve dessous et/ou de placer des billes d'argile au fond pour faciliter le drainage.

 

En dehors de cela, le romarin n'est vraiment pas difficile : il faut simplement le protéger des vents forts et privilégier un emplacement avec un très bon ensoleillement. Une fois le bon endroit choisi, il a besoin de très peu d'entretien au quotidien. On peut éventuellement le tailler au printemps ou à l'automne : cela permet d'éviter qu'il prenne trop de hauteur, ce qui aurait pour conséquence de le voir se dégarnir au niveau du pied et de perdre son aspect buissonnant.

Quelle durée de vie pour le romarin ?

Dans des conditions idéales, le romarin est un arbrisseau résistant, puisqu'il peut vivre jusqu'à 20 ans voire plus. Lorsqu'on le cultive en pot ou dans son jardin, mieux vaut par contre plutôt partir sur une durée de vie comprise entre 10 et 15 ans. Cela étant, dans la mesure où il se multiplie de lui-même, il est rarement nécessaire de devoir en replanter.

Les précautions avec le romarin pour les chats

Le romarin fait partie des plantes qui plaisent le plus aux abeilles : d'ailleurs, on en fait même du miel sur le pourtour méditerranéen. Or, si l'on n'y prend pas garde, le chien peut se faire piquer par une abeille en tentant par exemple d'en attraper une pour s'amuser ou par instinct de prédation.

 

Une vigilance accrue est donc de mise pendant la floraison si l'on a du romarin chez soi, pour limiter le risque de piqûre. On peut par exemple placer le pot dans un endroit inaccessible, ou s'il est en pleine terre, installer une petite barrière temporaire tout autour.

Mise en garde

Les propos et conseils formulés ici ne remplacent pas l'expertise d'un professionnel, d'autant que chaque chien est unique. En cas de besoin ou de doute, il convient donc de se tourner vers un vétérinaire.
Dernière modification : 03/09/2023.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : Liste des plantes
  2. Page 2 : Le bambou
  3. Page 3 : Le basilic
  4. Page 4 : La belle de nuit
  5. Page 5 : Le bougainvillier
  6. Page 6 : Le camélia
  7. Page 7 : La coriandre
  8. Page 8 : Le cumin
  9. Page 9 : La dionée attrape-mouche
  10. Page 10 : La fougère
  11. Page 11 : L'hibiscus
  12. Page 12 : La menthe
  13. Page 13 : La misère
  14. Page 14 : L'orchidée
  15. Page 15 : La pâquerette
  16. Page 16 : La passiflore
  17. Page 17 : La peperomia d'argent
  18. Page 18 : Le persil
  19. Page 19 : Le pissenlit
  20. Page 20 : La plante araignée
  21. Page 21 : Le plumbago
  22. Page 22 : Le romarin
  23. Page 23 : Le rosier
  24. Page 24 : La sauge
  25. Page 25 : Le thym
  26. Page 26 : La violette