Le prix d'achat d'un Saint-Hubert

Quel que soit le pays, le prix d’un chiot Saint-Hubert dépend comme pour toute race du prestige de l’élevage dont il est issu, de sa lignée et des éventuelles distinctions obtenues par ses ancêtres, ainsi et surtout que de ses caractéristiques propres – à la fois en termes de tempérament et de proximité avec le standard. Ce dernier point justifie parfois des écarts substantiels entre individus d'une même portée.

Prix d'un Saint-Hubert en France et en Belgique

Le prix d’un Saint-Hubert en France et en Belgique est en moyenne de l’ordre de 1300 euros, et la plage de valeurs s’étend principalement de 1000 à 1700 euros.

Prix d'un Saint-Hubert au Canada

Au Canada, il faut compter environ 800 dollars canadiens pour adopter un chiot Bloodhound.

 

Toutefois, compte tenu de l’offre limitée dans le pays, il peut être pertinent dans certains cas de se tourner vers les États-Unis. Les élevages de Chiens de Saint-Hubert y proposent en général leurs chiots à des montants situés entre 500 et 1500 dollars américains.

Importer un Saint-Hubert depuis l'étranger

Il est parfaitement possible de se tourner vers l'étranger pour adopter un Saint-Hubert, afin de disposer de davantage de choix. Cela implique toutefois de bien connaître et respecter la réglementation relative à l’importation d’un chien dans le pays où on réside, et bien sûr de la respecter à la lettre pour éviter toute mauvaise surprise.

 

Il convient aussi d'avoir en tête que des coûts supplémentaires viennent alors s’ajouter au prix d’achat : frais administratifs et de transport, inscription au registre national, etc.

Conseils pour l'adoption d'un Saint-Hubert

Opter pour le moins-disant en termes de prix est souvent loin d'être un bon calcul au moment de choisir un élevage où adopter.

 

En effet, tout faire pour proposer des chiots parfaitement équilibrés, en bonne santé et qui ont de grandes chances de le rester, a forcément un coût, et celui-ci se retrouve dans le prix demandé. C'est vrai pour toute race, mais encore plus pour celles qui, à l'instar du Saint-Hubert, sont prédisposées à de nombreuses affections héréditaires. En effet, un éleveur sérieux ne saurait faire saillir deux chiens sans leur avoir fait passer en amont différents tests (génétiques, orthopédiques...) permettant de s'assurer qu'ils ne présentent pas un risque de transmission d'une tare héréditaire à leur descendance. Il ne lésine pas sur les dépenses à ce niveau, pas plus d'ailleurs que sur celles permettant d'offrir aux petits et à leurs parents un suivi vétérinaire de qualité.

 

En outre, il veille aussi à offrir à tout ce beau monde un cadre de vie de qualité, et s'investit pleinement dans l'éveil et la socialisation des chiots - quitte d'ailleurs à ne pas les laisser partir avant 3 mois.

 

Tout ceci explique qu'un éleveur sérieux et scrupuleux a tôt fait d'être moins compétitif qu'un autre qui ne l'est pas. Pour autant, quand on sait le montant que les dépenses vétérinaires et les séances avec un comportementaliste peuvent représenter, on comprend vite que dépenser un peu plus peut s'avérer un excellent investissement, si c'est pour obtenir un chiot présentant les meilleures garanties en termes de santé et de comportement.

 

Quoi qu'il en soit, il faut systématiquement visiter l'élevage avant de franchir le pas : cela permet de voir le cadre dans lequel les petits sont nés et ont grandi, et offre aussi potentiellement l'occasion de rencontrer ses parents et de s'assurer qu'ils semblent parfaitement équilibrés. Si ce n'est pas le cas, il y a des chances qu'il en aille de même pour le petit.

 

En tout état de cause, il est nécessaire de passer un peu de temps en compagnie de ce dernier avant l'adoption, pour s'assurer qu'il semble en parfaite santé et observer comment il se comporte. Par exemple, s'il paraît anormalement timide, peureux ou agressif, mieux vaut passer son chemin.