La santé du Terre-Neuve : espérance de vie, maladies, conseils...

Espérance de vie du Terre-Neuve

Les chiens géants sont généralement particulièrement fragiles, mais c'est un peu moins vrai dans le cas du Terre-Neuve : il est relativement robuste, comme l'illustre son espérance de vie de 10 à 12 ans : c'est davantage que celle des autres races de gabarit similaire.

Article détaillé : L'espérance de vie du chien

Résistance du Terre-Neuve au froid et à la chaleur

Résistance du Terre-Neuve au froid et à la chaleur

Comme il est originaire d’une île soumise à des vents violents et des températures basses, le froid, la pluie et la boue ne font pas peur au Terre-Neuve.

 

En revanche, il craint la chaleur : quand la température est élevée, il faut éviter qu'il soit dehors aux heures les plus chaudes, mais aussi veiller à ce qu'il ait accès en permanence à un endroit ombragé et à ce que sa gamelle d’eau fraîche ne soit jamais vide. Il peut aussi être judicieux de lui permettre de faire trempette par exemple dans une piscine gonflable pour enfants, d'autant qu'il adore l'eau.

Maladies du Terre-Neuve

Même si le Terre-Neuve est dans l'ensemble relativement robuste, il est comme tout chien davantage enclin à certains problèmes.

 

C'est le cas en particulier des affections touchant principalement les grandes races :
 

  • la dysplasie de la hanche, une déformation articulaire qui fait que la tête du fémur ne tient pas correctement en place et dont l'apparition peut être favorisée par un facteur héréditaire. Elle entraîne des douleurs et des difficultés à se déplacer, ainsi que de l'arthrose à partir d'un certain stade. Différents traitements chirurgicaux peuvent toutefois permettre d'atténuer ces symptômes, voire carrément de solutionner entièrement le problème ;

  • la dysplasie du coude, qui est assez proche de celle de la hanche mais affecte pour sa part le coude. Les  symptômes sont les mêmes, et là aussi une opération est susceptible d'y remédier si on s'y prend suffisamment tôt, ou au moins de réduire ces derniers ;

  • la dilatation-torsion gastrique, souvent due à une ingestion trop rapide de nourriture. Elle correspond au fait que l'estomac se tord sur lui-même, bloquant l'évacuation des gaz et perturbant gravement la circulation sanguine. Elle entraîne la mort de l’animal si elle n’est pas prise en charge très rapidement par un vétérinaire ;

  • la rupture des ligaments croisés, qui se produit surtout lors de jeux ou d’exercices physiques intenses chez des jeunes chiens grandissant trop vite, mais peut aussi toucher un individu adulte en surpoids.

 

 

Les autres maladies auxquelles le Terre-Neuve est également prédisposé sont :

  • le cancer ;

  • la cardiomyopathie dilatée, une maladie cardiaque qui entraîne une insuffisance cardiaque. Celle-ci peut se manifester de multiples manières : faible résistance à l'effort, détresse respiratoire, toux, état léthargique, syncopes voire arrêt cardiaque, etc. Il n'existe aucun traitement pour la guérir, mais certains permettent en revanche de gagner un peu de temps et de repousser l'échéance ;

  • la sténose aortique sévère, une malformation à la base de l'aorte qui elle aussi a pour conséquence une insuffisance cardiaque, avec tout ce que cela implique. Faute de mieux, des traitements permettent au moins de ralentir l'évolution de cette dernière ;

  • l’hypothyroïdie, une maladie hormonale qui se manifeste notamment par une grande fatigue, une perte de poils et de poids, un état léthargique... Ces symptômes peuvent toutefois être évités - ou au moins atténués - grâce au recours à des hormones de synthèse, mais ces traitements doivent être donnés à vie ;

  • la maladie d’Addison, dans laquelle le système immunitaire détruit les cellules des glandes surrénales. Cela cause des déficiences hormonales, notamment de cortisol et d’aldostérone, aux conséquences potentiellement graves : anorexie, vomissements, diarrhée, tremblements... ;

  • l’épilepsie, souvent héritée des parents et assez comparable à son équivalent chez les humains. Un chien atteint subit donc des crises de compulsions assez impressionnantes, mais des traitements permettent d'en réduire le nombre et l'intensité - voire de les faire totalement disparaître ;

  • la cystinurie, une maladie héréditaire qui est caractérisée par une excrétion urinaire excessive de cystine, causant l’apparitions de calculs dans les reins ou la vessie. Elle touche davantage les mâles, et peut être guérie grâce à certains traitements ;

  • la cataracte, qui correspond à une dégradation du cristallin et est la principale cause de cécité chez le meilleur ami de l'Homme. La vue ne se dégrade toutefois que progressivement, et une intervention chirurgicale permet d'interrompre le cours des choses ;

  • le « cherry eye », ou prolapsus de la glande nictitante, une glande invisible de l’extérieur car elle est cachée par la troisième paupière. Quand ses attaches deviennent lâches, elle peut sortir de l’arrière de la paupière et gonfler ou s’irriter, se mettant alors à ressemble à une cerise. Une opération permet toutefois de remédier au problème.

 

Par ailleurs, les représentants de la race qui passent beaucoup de temps dans l'eau sont davantage enclins à connaître des problèmes au niveau de la peau (irritations, rougeurs...) et des oreilles (otites...).

 

Risque d'obésité du Terre-Neuve

Le Terre-Neuve tend à être relativement paresseux, et présente alors un risque de développer de l'embonpoint - a fortiori s'il a été stérilisé. Il risquerait alors d'entrer dans un cercle vicieux, car un chien en surpoids devient souvent moins actif - ce qui évidemment a de grandes chances d'entretenir et aggraver le phénomène.

 

Or, comme chez l'Homme, l'obésité est tout sauf anodine, car elle peut aggraver ou causer toutes sortes de problèmes de santé. La vigilance est d'autant plus de mise dans le cas du Terre-Neuve qu'il est prédisposé à la rupture des ligaments croisés : celle-ci a davantage de chances de se produire chez un individu en surpoids.

 

Pour toutes ces raisons, il est important de peser son animal au moins une fois, et de ne pas tarder à réagir en cas d'augmentation injustifiée qui se confirme sur plusieurs mesures à la suite. Un tour chez le vétérinaire s'impose alors, car seul un professionnel de santé est en mesure de tirer les choses au clair entre les différentes explications possibles (mauvais choix de nourriture, quantités trop conséquentes, maladie, réaction à un traitement...), et dès lors d'indiquer comment réagir.

Causes de mortalité du Terre-Neuve

Il ressort d'une étude menée en 2004 par le Kennel Club britannique et la British Small Animal Veterinary Association que la principale cause de mortalité chez le Terre-Neuve est le cancer : il représente à lui seul 27% des décès observés.

 

La deuxième cause confirme en tout cas la robustesse globale de cette race, puisque 19% des sujets sont simplement morts de leur bel âge.

 

Les problèmes cardiaques complètent le podium, avec 16% des cas.

Adopter un Terre-Neuve en bonne santé

Nombre de pathologies auxquelles le Terre-Neuve est prédisposé sont héréditaires ou peuvent avoir une dimension héréditaire. Or, il existe différents tests génétiques et orthopédiques permettant d'identifier les individus touchés, quand bien même aucun symptôme n'est encore visible.

 

Un éleveur sérieux veille donc à faire effectuer ces différents tests sur les individus qu'il envisage d'utiliser comme reproducteurs, et écarte systématiquement ceux qui présentent bel et bien un risque de transmission d'une tare héréditaire à leur descendance.

 

Pour maximiser les chances d'adopter un animal en bonne santé et qui a toutes les chances de le rester, il faut donc demander à consulter les résultats des tests en question, si le professionnel ne les présente pas spontanément. En parallèle, il doit également fournir un certificat établi par un vétérinaire attestant que le petit ne présente pas de problème particulier, ainsi que son carnet de santé ou de vaccination, dans lequel sont consignés les vaccins qu'il a reçus.

 

Si l'éleveur n'est pas en mesure de fournir ces documents et/ou ne semble pas avoir accordé suffisamment d'importance au suivi vétérinaire des petits ou de leurs parents, mieux vaut passer son chemin.

Fragilité du Terre-Neuve en période de croissance

Comme tout chien géant, le Terre-Neuve connaît dans ses premiers mois des poussées de croissance particulièrement impressionnantes. Ses os et ses articulations sont alors en pleine formation et particulièrement fragiles. Ils doivent donc être ménagés : tout exercice physique trop intense ou trop long doit être proscrit tant qu'il n'a pas atteint son gabarit adulte, vers l'âge de 18 à 22 mois. À défaut, il encourt un risque de blessure, mais aussi de séquelles à vie et de malformations - d'autant qu'il est prédisposé à la dysplasie de la hanche, la dysplasie du coude et la rupture des ligaments croisés.

 

Par ailleurs, une des conditions sine qua non pour qu'il puisse grandir dans les meilleures conditions est qu'il dorme suffisamment. Il est parfaitement normal qu'il y consacre le plus clair de ses journées (près d'une vingtaine d'heures par jour les premiers mois) ; il faut veiller à ce qu'il dispose toujours d'un endroit calme, et bien sûr ne pas le réveiller pendant son sommeil.

Maintenir un Terre-Neuve en bonne santé

Tout chien gagne à bénéficier toute sa vie durant d'un suivi vétérinaire de qualité, et le Terre-Neuve ne fait pas exception. Même si en apparence tous les voyants sont au vert, il faut donc l'amener au moins une fois par an - et même davantage quand il vieillit - chez un professionnel de santé pour un bilan complet. En effet, comme chez les humains, nombre de problèmes peuvent être détectés à un stade précoce, avant même les premiers symptômes, et c'est le gage d'une prise en charge optimale.

 

Le bilan de santé est aussi l'occasion de faire le point sur les vaccins, et d'administrer les rappels qui s'imposent pour qu'il ne cesse jamais d'être protégé.

 

En parallèle, même si le Terre-Neuve passe généralement le plus clair de son temps en intérieur, il est important de veiller à renouveler ses traitements antiparasitaires chaque fois que cela est nécessaire. Là aussi, cela permet de le mettre à l'abri de nombre de problèmes de santé facilement évitables.

Assurer un Terre-Neuve

Grave maladie, accident... : même le plus robuste des Terre-Neuves et le plus précautionneux des maîtres ne sont jamais à l'abri d'un coup du sort. Les conséquences financières peuvent alors être particulièrement conséquentes, notamment si une intervention lourde est nécessaire ou si un traitement doit être administré à vie.

 

Un bon moyen d'éviter de se retrouver alors dans une situation particulièrement compliquée est d'assurer la santé de son chien. En effet, cela permet au moins d'avoir la certitude qu'il sera pris en charge dans les meilleures conditions, sans forcément qu'on ait à se ruiner.

 

Néanmoins, le choix ne doit pas être effectué au hasard : l'offre n'étant pas standardisée, il existe de grandes différences d'un contrat à l'autre, notamment en termes d'exclusions, de franchise, de plafond annuel de dépenses, de délai de remboursement, etc. Il est donc fortement recommandé de faire en sorte d'obtenir plusieurs devis, pour être en mesure de comparer et sélectionner l'option la plus appropriée en fonction de ses attentes et son budget.