Terre-Neuve

Terre-Neuve

Autres noms : Chien de Terre-Neuve
Noms d'origine : Newfoundland ou Newfie
Pays d'origine : Canada
Groupe : Chien de type Pinscher ou Schnauzer - Molossoïde - Chien de montagne et de bouvier suisse

Qualités du Terre-Neuve

Tempérament du Terre-Neuve

Affectueux
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur

Sociabilité du Terre-Neuve

Avec les enfants
Avec les personnes inconnues
Avec les autres chiens
Avec les chats
Avec les rongeurs & oiseaux

Le Terre-Neuve au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Santé robuste
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Bave peu
Mange peu
Peu enclin à l'obésité

Caractéristiques du Terre-Neuve

Espérance de vie
De 10 à 12 ans
Poids de la femelle
De 45 à 55 kg
Poids du mâle
De 69 à 74 kg
Taille de la femelle
De 63 à 69 cm
Taille du mâle
De 69 à 74 cm

Le Terre-Neuve : pour qui ?

Avec des enfants
En appartement
Comme premier chien
Pour personne peu disponible
Pour personne sportive
Pour personne âgée
Pour personne allergique
Pour petit budget

Informations sur le Terre-Neuve

HistoirePopularitéApparenceVariétésCaractèreÉducationFoyer idéalSantéEntretienAlimentationUsagesPrixDivers

Genèse

Appelé affectueusement « Newfie » par les anglophones, le Terre-Neuve est issu de l’île canadienne du même nom, située au nord-est du Canada.

 

Plusieurs théories contradictoires existent quant à l’origine de cette race. Toutefois, à défaut de preuves tangibles, il s’agit plus de spéculations que de faits avérés.

 

Ainsi, certains prétendent qu'elle descend des chiens accompagnant les Vikings autour de l’an mille, qui se seraient par la suite reproduits avec le loup de la région. D’autres affirment qu’il est issu de croisements entre le Mastiff Portugais, amené par les pêcheurs portugais au 15ème siècle, et le Loup Noir d’Amérique, désormais éteint. Enfin, une troisième théorie estime qu’il est le descendant du Chien de Montagne des Pyrénées, emmené à Terre-Neuve par des pêcheurs basques aux 15ème et 16ème siècles.

 

Dans tous les cas, il est avéré qu'il descend du Chien de Saint-John, l’ancêtre du Terre-Neuve et des retrievers, qui lui-même serait apparu au gré de croisements entre diverses races (locales et importées), mais est aujourd'hui disparu.

 

Comme son ancêtre, le Terre-Neuve était un excellent nageur à la carrure imposante, et ne craignait pas les eaux glacées : il portait assistance aux pêcheurs locaux en sauvant les hommes tombant à l’eau, en ramenant les filets sur le rivage et en transportant la pêche du jour sur le marché. Sa robustesse lui permettait également de se rendre utile sur la terre ferme en tractant des charges allant jusqu’à 900 kg. Il était ainsi utilisé par exemple pour tirer des charrettes de courrier et de lait.


Il fut toutefois pris pour cible dans les années 1780 par une loi interdisant d’en posséder plus d’un par famille et imposant une taxe à celles qui en possédaient. Le but de cette restriction reste assez flou, mais il semble que les autorités de cette époque souhaitaient promouvoir l’élevage de moutons, et que ce chien était une menace potentielle pour ces derniers.

 

Cette réglementation entraîna une réduction drastique de la population de la race. Toutefois, des documents d'archives rapportent qu’ils en restait quand même environ 2000 en 1824 rien que sur l'île de Terre-Neuve.

Diffusion internationale

La diffusion du Terre-Neuve en Grande-Bretagne

 

C’est vers la fin du 18ème et le début du 19ème siècle que le Terre-Neuve, ayant marqué les esprits de visiteurs étrangers, commença à se faire connaître en dehors de son pays. L’explorateur George Cartwright (1739-1819), connu pour avoir ramené des chiens Inuits en Grande-Bretagne, fut semble-t-il le premier à décrire la race, qu’il avait découverte lors de ses expéditions. Le botaniste anglais Sir Joseph Banks (1743-1820) ramena quant à lui plusieurs spécimens en Angleterre.

 

Grâce à son aptitude à aider les humains tant sur la terre ferme qu’en mer et à son dévouement, il y connut rapidement un énorme succès, que ce soit auprès des classes populaires ou des classes nobles, et ne tarda pas à y faire l’objet d’un programme d’élevage intensif.

 

Il accompagnait là aussi les marins et les pêcheurs sur les bateaux, devenant au 19ème siècle un sujet d’inspiration littéraire et artistique. Ceci contribua à renforcer sa popularité et à ancrer à jamais l’image d’un compagnon courageux et fidèle, qui n’hésite pas à se sacrifier pour sauver des humains. 

 

Une présentation officielle de la race eut d'ailleurs lieu au cours d'une des toutes premières expositions canines de l'ère moderne, en 1860 à Birmingham. Elle aussi contribua à renforcer sa popularité.

 

La diffusion du Terre-Neuve dans le reste de l'Europe

 

Le Terre-Neuve se diffusa aussi dans le reste de l’Europe au cours du 19ème siècle : Allemagne, France, Pays-Bas, Suisse... Le géologue suisse Albert Heim (1849-1937) en fit d'ailleurs une description détaillée au tout début du 20ème siècle.

 

Toutefois, la Première Guerre mondiale faillit être fatale à sa présence sur le Vieux Continent : un chien d'un tel gabarit nécessite en effet d'importantes quantités de nourriture, ce qui est évidemment problématique en période de privations.

 

Les années 1920 et 1930 permirent un redressement spectaculaire, grâce notamment à l'arrivée de Satan, un spécimen originaire de l'île de Terre-Neuve, qui se fit connaître en remportant de nombreuses expositions. Il contribua à susciter un réel engouement pour la race, qui se traduisit par une forte augmentation du nombre d'éleveurs et de portées dans différents pays européens.

 

Cela fut potentiellement décisif pour lui permettre d'y perdurer malgré la Seconde Guerre mondiale, qui évidemment décima sa population.

 

Quelques années après la fin des hostilités, l’importation de spécimens en provenance des États-Unis lui permit de reprendre du poil de la bête, et elle obtint en 1954 la reconnaissance de la Fédération Cynologique Internationale (FCI). Cela marqua un tournant, car une centaine d'organismes nationaux en sont membres. C'est le cas notamment de ceux de la France (la Société Centrale Canine, ou SCC), de la Belgique (la Société Royale Saint-Hubert, ou SRSH) et de la Suisse (la Société Cynologique Suisse, ou SCS).

 

La diffusion du Terre-Neuve aux États-Unis

 

En plus de l'Europe, le Terre-Neuve se diffusa aussi dès le 19ème siècle aux États-Unis. Il s'y fit rapidement une place, comme en atteste sa reconnaissance en 1886 par l'organisme cynologique de référence dans le pays, l'American Kennel Club (AKC). Le United Kennel Club (UKC) attendit pour sa part 1919 pour en faire de même.

Dans son pays d'origine

Le Terre-Neuve est relativement populaire au Canada, et s'est diffusé bien au-delà de l'île dont il est originaire et dont il porte le nom : le Club Canin Canadien (CCC) recense une trentaine d'éleveurs, répartis aux quatre coins du pays.

En France

Environ un millier de Terre-Neuves sont enregistrés chaque année au Livre des Origines Français (LOF) : la race est donc assez populaire dans l'Hexagone.

 

Elle l'est toutefois beaucoup moins qu'à la fin des années 2000, quand ce nombre était supérieur à 1600. De fait, celui-ci a baissé tout au long des années 2010, et est revenu de nos jours au niveau qui était le sien au tournant des années 90. La différence est que contrairement à aujourd'hui, il était alors au coeur d'une longue phase de croissance.

 

Celle-ci fut d'ailleurs particulièrement spectaculaire à ses débuts : dans les années 70, les naissances passèrent d'une centaine par an à plus de 500.

En Suisse

Les statistiques de la base de données Amicus font état d'une population d'environ 700 Terre-Neuves en Suisse, ce qui le place un peu au-dessus de la 100ème place sur un total de près de 400 races.

 

Toutefois, cela marque un effondrement très prononcé : au milieu des années 2010, ils étaient plus d'un millier, ce qui lui permettait d'ailleurs de figurer autour de la 60ème position.

Ailleurs dans le monde

Le Terre-Neuve est aujourd’hui présent dans le monde entier, et jouit d'une certaine popularité. Celle-ci connaît toutefois une baisse prononcée, notamment en Europe.

 

Par exemple, en Grande-Bretagne, environ 700 naissances sont enregistrées chaque année au Kennel Club : c'est certes loin d'être négligeable, mais le nombre se situait plutôt aux alentours de 900 au tournant des années 2010.

 

L'effondrement est encore plus prononcé en Allemagne : le nombre de naissances enregistrées annuellement auprès du Verband für das Deutsche Hundewesen (VDH) est passé de plus de 600 à la fin des années 2000 à pratiquement deux fois moins dix ans plus tard.

 

En Italie, autour de 400 individus sont enregistrés chaque année auprès de l'Ente Nazionale della Cinofilia Italiana (ENCI) depuis le milieu des années 2010, alors qu'ils étaient autour de 600 dans la première moitié de la décennie.

 

Même à l'autre bout du monde, on constate aussi un recul marqué : alors qu'il recensait plus de 400 naissances par an dans le pays à la fin des années 80, l'Australian National Kennel Council (ANKC) n'en comptabilise désormais plus que 150 à 200.

 

Les États-Unis font un peu figure d'exception. Le Terre-Neuve s'y trouve en effet autour de la 40ème place (sur environ 200) dans le classement établi par l'American Kennel Club (AKC) en fonction du nombre d'enregistrements chaque année auprès de l'organisme, et cela traduit une progression par rapport à l'aube du 21ème siècle : il se situait alors plutôt aux environs de la 50ème position.

 

 

Taille & poids

Taille du mâle
De 69 à 74 cm
Taille de la femelle
De 63 à 69 cm
Poids du mâle
De 69 à 74 kg
Poids de la femelle
De 45 à 55 kg

Le Terre-Neuve fait partie des plus grandes races de chien au monde, mais aussi des plus lourdes et imposantes.

 

Il existe toutefois une vraie différence de gabarit entre les sexes : la différence de poids a tôt fait d'atteindre - voire dépasser - les 20 kilos. Elle est beaucoup plus prononcée que l'écart de taille, c'est-à-dire que les femelles sont beaucoup moins massives et plus élancées que les mâles.

 

Elles finissent d'ailleurs leur croissance plus tôt : vers 18 mois, tandis que celle-ci peut se prolonger jusqu'à 22 mois pour leurs homologues de sexe masculin.

Morphologie

Très poilu et musclé, le Terre-Neuve dégage une impression de robustesse et de puissance - et ce n'est d'ailleurs pas qu'une impression.

Pattes

Les pattes du Terre-Neuve sont larges et puissantes. Celles situées à l'avant sont droites, parallèles et proportionnées au corps, tandis que les cuisses des pattes postérieures lui donnent la force nécessaire pour tirer des charges.

 

Par ailleurs, ses pieds sont palmés, ce qui contribue à en faire un très bon nageur.

Queue

La queue du Terre-Neuve est de taille moyenne, et recouverte d’un poil long et épais.

Tête

La tête du Terre-Neuve est large, carrée et courte. Petites et de forme triangulaire, les oreilles retombent sur le côté du crâne. Les individus possédant une robe marron se distinguent par leur truffe de la même couleur, alors qu'elle est noire chez les autres représentants de la race.

Yeux

Les yeux du Terre-Neuve sont bruns et petits, exprimant douceur et bienveillance. Ils ont une teinte plus claire chez les individus arborant un pelage marron.

Pelage

Le poil de couverture du Terre-Neuve est recouvert d'une quantité assez importante de sébum : cela lui donne un aspect huileux et le rend imperméable, ce qui lui permet de nager même dans les eaux glacées. Il est de longueur moyenne et droit, mais une ondulation minime est admise. Sur la tête, le museau et les oreilles, il est en revanche court et fin.

 

Le sous-poil est quant à lui doux et dense, et le devient encore plus en hiver.

Couleurs de robe

La robe du Terre-Neuve est traditionnellement de couleur noire uniforme, bien que certaines marques blanches au niveau du poitrail, du bout des pattes et de la queue soient admises. La robe bicolore blanche et noire est elle aussi assez courante. Ce sont les seules robes reconnues par le Club Canin Canadien (CCC), l’organisme canin de référence de son pays d’origine.

 

 

En revanche, la Fédération Cynologique Internationale et la centaine d'organismes nationaux qui en sont membres (dont ceux de la France, la Belgique et la Suisse) autorisent aussi la robe marron, acceptant les nuances allant du chocolat au bronze.

 

Aux États-Unis, l’American Kennel Club (AKC) et le United Kennel Club (UKC) admettent une couleur de robe supplémentaire, le gris.

Standard de la race

Les standards de race sont des documents établis par les organismes officiels qui listent les conditions qu'un Terre-Neuve doit respecter pour être pleinement reconnu comme appartenant à la race :

Le Landseer est un descendant du Terre-Neuve tacheté immortalisé par le peintre Sir Edwin Henry Landseer (1802-1873), auquel il doit son nom. Il s’est développé à partir de la fin du 19ème siècle dans les régions montagneuses de Suisse et d’Allemagne, où il s’est différencié de son ancêtre.

 

La plupart des organisations canines anglo-saxonnes, comme l’American Kennel Club (AKC), le United Kennel Club (UKC) le Kennel Club britannique ou encore le Club Canin Canadien (CCC), le considèrent comme une simple variété du Terre-Neuve. En revanche, la Fédération Cynologique Internationale le reconnaît comme une race à part entière : c'est donc aussi la position adoptée par la centaine d'organismes nationaux qui en sont membres, dont ceux de la France (la Société Centrale Canine, ou SCC), la Belgique (la Société Royale Saint-Hubert, ou SRSH) et la Suisse (la Société Cynologique Suisse, ou SCS).

Proximité avec ses maîtres

Le Terre-Neuve est très proche de ses maîtres : il se montre envers eux aussi gentil et doux que loyal.

Capacité à supporter la solitude

Du fait de sa proximité avec sa famille, le Terre-Neuve n’aime pas la solitude et ne convient donc pas à des personnes souvent absentes.

 

Il n’a pas de problème à rester seul pendant la journée de travail de son maître, surtout s’il a un petit ami pour lui tenir compagnie, mais risque en revanche d’être traumatisé par un long weekend passé seul. Vu son gabarit, les conséquences peuvent évidemment être assez fâcheuses s'il se met alors à cause des dégâts pour passer le temps ou éliminer son angoisse...

Entente avec les enfants

Le Terre-Neuve est un chien idéal avec des enfants, envers qui il se montre joueur, patient et protecteur. Il faut tout de même rester vigilant, car ce gentil géant n’a pas forcément conscience de son poids et de sa taille, et peut donc bousculer involontairement un tout-petit. En tout état de cause, un enfant en bas âge ne doit jamais être laissé seul avec un chien sans la surveillance d’un adulte.

 

Du reste, le fait que le Terre-Neuve soit de bonne composition ne doit pas autoriser les enfants à lui faire subir les pires sévices : dès lors que leur âge le permet, il est important de leur apprendre comment bien interagir avec leur compagnon et le respecter. Il en va non seulement du bien-être de ce dernier, mais aussi de leur propre sécurité.

Entente avec les personnes inconnues

Chien très sociable, le Terre-Neuve recherche constamment le contact avec les individus qui l’entourent, qu’il s’agisse de membres de sa famille ou d’inconnus - et cela ne vaut d'ailleurs pas que pour les humains. Il n’est absolument pas agressif envers les personnes qu’il ne connaît pas, ayant au contraire plutôt tendance à les accueillir comme de futurs amis potentiels.

Instinct protecteur

Le Terre-Neuve n'est clairement pas du genre agressif, et n'est pas fait pour garder le jardin et la maison. En revanche, il tient beaucoup à ses humains, et possède une bonne capacité à percevoir les dangers et risques d'accidents - y compris certains dont ceux-ci ne sont pas forcément conscients, en particulier quand il s'agit d'enfants. Il n'hésite pas alors à les en protéger.

 

Il est d'ailleurs reconnu tant pour son courage que pour sa perspicacité : il sait analyser les situations d’urgence et prendre des initiatives s’il le juge nécessaire. C’est ainsi que de nombreux représentants de la race ont accompli des actes héroïques alors même qu’ils n’avaient reçu aucune formation spécifique. En particulier, un Terre-Neuve hésite rarement à se jeter à l’eau pour sauver quelqu'un de la noyade.

Besoin d'exercice

Il ne faut pas imaginer le Terre-Neuve comme un monstre de puissance ne tenant pas en place. Au contraire, il est connu pour être un grand paresseux : il n’éprouve pas un fort besoin de se dépenser et dort beaucoup. Contrairement à d’autres grandes races, il n’a donc pas besoin de vastes étendues dans lesquelles il peut courir à toute bride des heures durant.

 

Pour autant, il ne faudrait pas non plus qu'il passe ses journées dans le salon - d'ailleurs, il accompagne avec joie son maître lors de promenades, qui au demeurant sont nécessaires à son bien-être. Un minimum de 20 minutes d’exercice par jour est requis, mais si on s’en tient à ce minimum, il faut lui offrir une durée plus conséquente (environ une heure) le weekend.

Activités recommandées

Le Terre-Neuve est peu actif, et il suffit de peu pour satisfaire son besoin d'exercice : de simples promenades quotidiennes peuvent parfaitement suffire.

 

Si l'occasion se présente alors de le laisser faire trempette, il ne faut pas s'en priver. En effet, c'est un grand amateur d’eau, qui adore se baigner et nager. Autrement dit, il aurait alors toutes les chances d'être ravi.

 

Il possède d'ailleurs un style de nage bien différent de la plupart de ses congénères, qui adoptent généralement le style dit « du petit chien ». Son mouvement à lui est plutôt assimilable à la brasse : ses pattes commencent par un mouvement vers le bas qui le maintient à la surface, puis s’écartent vers l’extérieur, ce qui lui assure une propulsion vers l’avant très efficace.

 

Par ailleurs, il peut aussi être judicieux de stimuler sa grande intelligence en lui apprenant à se rendre utile pour diverses tâches ou à exécuter des tours.

Risque de fugue

Le Terre-Neuve a un instinct de prédation très peu - voire pas du tout - développé, et est trop attaché à sa famille pour fuguer.

 

Par conséquent, il y a peu de craintes à avoir lors des sorties, même si on décide de le laisser évoluer sans laisse dès lors que le lieu le permet. En outre, s'il vit dans une maison avec jardin, ce dernier n’a pas nécessairement besoin d’être entouré d’une haute clôture.

Risque de dégâts

Compte tenu de son gabarit, le Terre-Neuve a tôt fait de causer involontairement des dégâts à l'intérieur de la maison, par exemple en renversant ou faisant tomber des objets. Le risque est moins prononcé qu'avec des races qui cumulent gros gabarit et niveau d'énergie élevé, mais il n'en est pas moins réel.

 

Quand on possède un tel chien, mieux vaut donc éviter de laisser des objets fragiles ou dangereux à des endroits où il pourrait les faire tomber.

Niveau sonore

Même s’il a une voix puissante, le Terre-Neuve ne la fait que rarement entendre. Il est donc loin d'être particulièrement bruyant, et a peu de chances d'être une source majeure de nuisances pour le voisinage.

Entente avec les autres chiens

Il n'y a pas qu'avec les humains que le Terre-Neuve se montre particulièrement sociable : il s’entend aussi généralement très bien avec ses congénères, quelle que soit leur taille. Cela vaut à la fois s'il s'agit d'avoir plusieurs représentants de la gent canine à la maison, lors des visites de chiens d'amis et connaissances, ou encore simplement quand il en rencontre au gré de ses sorties.

 

Cela dit, si l'autre chien est particulièrement petit ou fragile (par exemple un chiot), il faut veiller à ce qu'il ne le blesse pas involontairement en voulant simplement jouer avec lui.

Entente avec les chats

Dès lors qu'il a été correctement socialisé et est équilibré, le Terre-Neuve aime à peu près toutes les créatures, et les chats ne font pas exception.

 

Il peut parfaitement partager son foyer avec l'un d'entre eux, et les choses ont d'autant plus de chances de bien se passer que la cohabitation est instaurée alors que les protagonistes sont encore jeunes. Il faut simplement être vigilant quant à la différence de gabarit, en particulier dans le cas d'un chaton : il ne faudrait pas qu'involontairement il fasse mal au petit félin, voire le blesse.

 

Par ailleurs, il n'a pas non plus de raison de vouloir s'en prendre aux chats inconnus qui croisent son chemin, contrairement à certains de ses congénères qui les voient comme des proies et se lancent immédiatement à leur poursuite.

Entente avec les autres espèces

Le Terre-Neuve était historiquement utilisé comme chien de travail, mais pas dans le cadre de la chasse. De ce fait, stimuler son instinct de prédation n'a jamais vraiment été une priorité, et celui-ci est généralement peu développé.

 

À partir du moment où il a bénéficié d'une bonne socialisation, c'est-à-dire où il a été notamment habitué dès son plus jeune âge à rencontrer toutes sortes de représentants d'autres espèces, il n'a donc pas de raison de vouloir s'en prendre à des petits animaux, qu'ils vivent sous le même toit que lui ou qu'ils croisent son chemin au dehors.

 

Pour autant, une cohabitation avec un rongeur ou un oiseau n'est pas forcément recommandée : le gabarit de ce géant peut être source d'angoisse pour le petit animal, sans parler du risque d'accident involontaire qu'il implique.

Facilité à éduquer

Le chiot Terre-Neuve apprend d’autant plus rapidement qu’il adore faire plaisir à son maître. Toutefois, il sait aussi se montrer têtu et a souvent envie de tester ce dernier ; il ne faut donc pas hésiter à le recadrer de manière ferme, mais sans pour autant être brusque. Il a donc besoin d’un propriétaire qui sait affirmer son autorité et assume le rôle de leader.

 

Évidemment, les choses se passent d'autant plus facilement qu'on cadre les choses au plus tôt, alors qu’il est encore jeune et d’une taille qui le rend facile à gérer.

Méthode d'éducation

Les méthodes de dressage traditionnelles sont à proscrire avec le Terre-Neuve : une éducation stricte risquerait de le traumatiser et/ou de distendre le lien avec son maître, ce qui peut vite être fâcheux compte tenu de son gabarit. Quant à agir par la contrainte pour obtenir ce qu'on attend de lui, cela serait même carrément dangereux : on peut certes parvenir à ses fins les premiers mois, mais cela revient à lui faire assimiler qu'on peut obtenir ce qu'on souhaite par la force. Le jour où il est un peu plus grand et assimile que lui aussi peut en faire de même, bon courage...

 

Le renforcement positif, une méthode d’éducation canine basée sur le fait de récompenser les bons comportements, donne de bien meilleurs résultats et le rend plus coopératif. Ainsi, encouragements, caresses et friandises permettent à un maître patient d’aller loin avec ce chien intelligent, capable d’assimiler une large palette de tours et de remplir de nombreuses fonctions.

À partir de quel âge ?

L'éducation d'un chiot Terre-Neuve gagne à être entamée dès ses 2 à 3 mois, car c'est à ce moment-là qu'il est le plus malléable et apte à assimiler un maximum de choses. En outre, il est évidemment beaucoup plus facile de le manipuler et l'orienter à cet âge-là, qu'une fois qu'il a un gabarit beaucoup plus imposant. On peut déjà lui apprendre par exemple à reconnaître son nom, lui enseigner quelques ordres de base, l'initier à la propreté...

 

Il est néanmoins possible de commencer plus tard, et même bien plus tard : un chien peut apprendre même une fois adulte, sous réserve qu'on sache comment agir et qu'on fasse preuve de toute la patience nécessaire. Un certain sang-froid peut également être requis, car se retrouver face à un animal de 70 kilos non coopératif n'est évidemment pas de tout repos...

 

Par ailleurs, les individus destinés à recevoir un entraînement spécifique pour les sauvetages en mer doivent être habitués à l’élément liquide dès l’âge de 4 mois. Ces premiers bains doivent évidemment avoir lieu dans des endroits peu dangereux, et sous supervision constante.

Socialisation

Le fait qu'il soit prédisposé à être assez sociable ne saurait dispenser le Terre-Neuve d'être socialisé dès son plus jeune âge : c'est essentiel pour en faire un compagnon capable de s'adapter à toutes sortes de situations et agréable à vivre.

 

Dès les semaines qui suivent son arrivée dans le foyer, il faut donc le mettre régulièrement au contact de nombreux humains, qu’il s’agisse de voisins, d’amis ou d’inconnus qu’il croise lors de promenades. Les choses se passent généralement bien, étant donné qu’il apprécie la compagnie de l'Homme. Il convient d'en faire de même avec les autres chiens, ainsi qu'avec les représentants d'autres espèces : chats, rongeurs, oiseaux...

 

Enfin, le travail de socialisation passe aussi par le fait de l'habituer à être confronté à l'inconnu, pour lui apprendre à rester calme en toute circonstance. Il faut donc l'emmener dans une multitude d'endroits, et le familiariser à toutes sortes de bruits, odeurs, etc.

Apprentissage des règles

Quelle que soit sa race, il est dans l'intérêt de tous qu'un chien respecte les règles qu'on fixe pour lui au sein du foyer : la cohabitation n'en est que plus agréable pour tout le monde.

 

Cela suppose que celles-ci soient claires et constantes dans le temps, mais aussi d'un membre à l'autre de la famille : si par exemple elles ne sont pas les mêmes un jour donné et le lendemain, ou bien si monsieur interdit ce que madame permet, il risque d'avoir bien du mal à savoir à quoi s'en tenir.

 

Par conséquent, avant l'arrivée d'un Terre-Neuve dans le foyer, il est bon de prendre un peu de temps pour réfléchir aux règles qu'il devra respecter au quotidien, afin qu'ensuite chacun(e) veille à les faire appliquer scrupuleusement et de manière uniforme, dès les premiers jours.

 

En plus de cette indispensable concertation, un travail de pédagogie peut être requis vis-à-vis des plus jeunes, qui souvent sont plus permissifs faute notamment de comprendre la raison d'être des règles. Il faut leur faire comprendre qu'un chien a besoin de hiérarchie et d'un cadre clair pour être équilibré : les règles qu'on lui impose ne sont donc pas destinées à lui nuire, mais à réussir son intégration dans la famille, ce qui est dans l'intérêt de tous.

Choses à apprendre en priorité

Vu son gabarit, il est nécessaire d’habituer dès son plus jeune âge le Terre-Neuve à être manipulé sans rechigner, pour faire des indispensables séances de toilettage des moments de détente et de complicité en compagnie de son maître. Dans le cas contraire, elles pourraient bien être un cauchemar pour les deux protagonistes...

En appartement ?

Bien qu’il n’a pas besoin de grands espaces ni d'être actif longtemps tous les jours, le Terre-Neuve n’est pas recommandé en appartement. En effet, avec son gabarit imposant, il risque fort de renverser tables et fauteuils et de causer involontairement de nombreux dégâts. Mieux vaut qu’il dispose d’un accès libre à un jardin, dans lequel il peut se dépenser sans risquer de tout casser.

Dans le jardin ?

Au-delà du risque accu de dégâts s'il vit cantonné entre les quatre murs d'un appartement, une maison avec jardin est un cadre de vie d'autant plus approprié pour un Terre-Neuve qu’il est loin d’être le plus propre des compagnons. En effet, il bave beaucoup, a tendance à mettre de l’eau partout quand il boit, et perd une bonne quantité de poils.

 

Pour autant, et même s'il n'est pas du genre à craindre les intempéries, il ne faudrait pas l'y reléguer la plus grande partie de la journée : cela reviendrait en quelque sorte à l'exclure de la famille. Pour lui qui est si proche de ses maîtres, ce serait une véritable source de souffrance, au point d'ailleurs potentiellement d'entraîner l'apparition de troubles du comportement.

Comme premier chien ?

Les premières semaines avec un Terre-Neuve peuvent être difficiles pour un maître inexpérimenté, étant donné qu'il est loin d'être spontanément le plus obéissant des chiens et ne se prive pas de faire ce que bon lui semble. Son gabarit implique en outre qu'il est crucial d'avoir toujours le contrôle sur lui et de s'en faire obéir spontanément. Toutefois, le fait qu'il est très sociable et a un instinct de prédation peu développé est clairement un atout par rapport à d'autres races plus susceptibles de devenir agressives, défier leurs congénères ou encore poursuivre les petits animaux qui passent par là.

 

Au final, il est donc loin d'être idéal comme premier chien, mais son adoption peut néanmoins être envisageable pour un maître débutant bien renseigné, qui pense être capable de faire preuve de toute l'autorité nécessaire et qui éventuellement se fait aider au début par un éducateur canin professionnel. Il faut aussi bien sûr ne pas avoir peur d'apprendre tout ce qui est nécessaire pour son entretien, qui peut être un peu rébarbatif.

Pour une personne peu disponible ?

Contrairement à certaines races, le Terre-Neuve n'a pas besoin qu'on soit en mesure de consacrer chaque jour une ou deux heures pour lui permettre de se dépenser. En revanche, sa proximité avec ses maîtres implique qu'il vit assez mal leurs absences, dès lors que celles-ci sont nombreuses ou particulièrement longues. En outre, son entretien est assez chronophage.

 

Au final, il n'est donc pas vraiment recommandé pour une personne peu disponible, surtout si celle-ci passe beaucoup de temps en dehors de son domicile et ne peut alors pas emmener son compagnon avec elle.

Pour une personne sportive ?

Ce n'est pas parce que le Terre-Neuve fait un excellent sauveteur en mer que c'est un grand sportif, loin de là. Ainsi, 30 minutes à une heure d'exercice par jour lui suffisent amplement pour être bien dans ses pattes et dans sa tête, et il n'est pas forcément demandeur de plus. Entre accompagner son maître pour une longue balade et passer des heures installé à côté de ce dernier dans le salon, il semble généralement avoir une préférence pour la seconde option.

 

Autant dire que ce n'est pas du tout un chien conseillé pour une personne sportive à la recherche d'un compagnon partageant ses séances de joggings, sorties à vélo et randonnées au long cours.

Pour une personne âgée ?

Le faible besoin d'exercice et le caractère placide du Terre-Neuve sont clairement des atouts pour une personne âgée. En revanche, son gabarit l'est beaucoup moins : il peut facilement la bousculer voire la renverser, notamment si pour une raison ou pour une autre il se montre récalcitrant et ne souhaite pas aller dans la direction qu'on lui demande.

 

La difficulté qu'il peut y avoir à l'éduquer ainsi que son entretien assez éprouvant jouent également en sa défaveur quant à une éventuelle adoption par une personne âgée.

Pour une personne allergique ?

L'allergie aux chiens est causée par des protéines qu'on trouve sur leurs squames (ces bouts de peaux mortes qui s'invitent notamment sur les poils), dans leur salive et dans leur urine. Considérant à la fois le gabarit du Terre-Neuve, le fait qu'il faut brosser régulièrement son pelage, celui qu'il perd beaucoup de poils ou encore celui qu'il bave beaucoup, on comprend aisément qu'il est à proscrire pour une personne allergique.

Pour un petit budget ?

Le Terre-Neuve est plutôt plus coûteux que la moyenne à l'achat, et c'est encore plus vrai à l'usage.

 

En particulier, les quantités quotidiennes de nourriture qui doivent lui être données sont à l'image de son gabarit : imposantes.

 

En revanche, comme il est relativement robuste, les dépenses de santé ont d'être chance de rester raisonnables. Toutefois, s'il tombe malade ou subit un accident, son gabarit a des chances d'alourdir la facture : quantités plus importantes de médicaments, de produit anesthésiant dans le cas d'une opération, etc. En outre, les traitements antiparasitaires reviennent également plus cher pour un chien géant que pour un autre de plus petite taille.

 

Au final, le Terre-Neuve n'est donc clairement pas adapté pour une personne au budget limité : celle-ci ferait mieux de jeter son dévolu sur une autre race.

Espérance de vie

Espérance de vie
De 10 à 12 ans

Les chiens géants sont généralement particulièrement fragiles, mais c'est un peu moins vrai dans le cas du Terre-Neuve : il est relativement robuste, comme l'illustre son espérance de vie supérieure à celle des autres races de gabarit similaire.

Résistance au froid et à la chaleur

Comme il est originaire d’une île soumise à des vents violents et des températures basses, le froid, la pluie et la boue ne font pas peur au Terre-Neuve.

 

En revanche, il craint la chaleur : quand la température est élevée, il faut éviter qu'il soit dehors aux heures les plus chaudes, mais aussi veiller à ce qu'il ait accès en permanence à un endroit ombragé et à ce que sa gamelle d’eau fraîche ne soit jamais vide. Il peut aussi être judicieux de lui permettre de faire trempette par exemple dans une piscine gonflable pour enfants, d'autant qu'il adore l'eau.

Maladies

Même si le Terre-Neuve est dans l'ensemble relativement robuste, il est comme tout chien davantage enclin à certains problèmes.

 

C'est le cas en particulier des affections touchant principalement les grandes races :
 

  • la dysplasie de la hanche, une déformation articulaire qui fait que la tête du fémur ne tient pas correctement en place et dont l'apparition peut être favorisée par un facteur héréditaire. Elle entraîne des douleurs et des difficultés à se déplacer, ainsi que de l'arthrose à partir d'un certain stade. Différents traitements chirurgicaux peuvent toutefois permettre d'atténuer ces symptômes, voire carrément de solutionner entièrement le problème ;

  • la dysplasie du coude, qui est assez proche de celle de la hanche mais affecte pour sa part le coude. Les  symptômes sont les mêmes, et là aussi une opération est susceptible d'y remédier si on s'y prend suffisamment tôt, ou au moins de réduire ces derniers ;

  • la dilatation-torsion gastrique, souvent due à une ingestion trop rapide de nourriture. Elle correspond au fait que l'estomac se tord sur lui-même, bloquant l'évacuation des gaz et perturbant gravement la circulation sanguine. Elle entraîne la mort de l’animal si elle n’est pas prise en charge très rapidement par un vétérinaire ;

  • la rupture des ligaments croisés, qui se produit surtout lors de jeux ou d’exercices physiques intenses chez des jeunes chiens grandissant trop vite, mais peut aussi toucher un individu adulte en surpoids.

 

 

Les autres maladies auxquelles le Terre-Neuve est également prédisposé sont :

  • le cancer ;

  • la cardiomyopathie dilatée, une maladie cardiaque qui entraîne une insuffisance cardiaque. Celle-ci peut se manifester de multiples manières : faible résistance à l'effort, détresse respiratoire, toux, état léthargique, syncopes voire arrêt cardiaque, etc. Il n'existe aucun traitement pour la guérir, mais certains permettent en revanche de gagner un peu de temps et de repousser l'échéance ;

  • la sténose aortique sévère, une malformation à la base de l'aorte qui elle aussi a pour conséquence une insuffisance cardiaque, avec tout ce que cela implique. Faute de mieux, des traitements permettent au moins de ralentir l'évolution de cette dernière ;

  • l’hypothyroïdie, une maladie hormonale qui se manifeste notamment par une grande fatigue, une perte de poils et de poids, un état léthargique... Ces symptômes peuvent toutefois être évités - ou au moins atténués - grâce au recours à des hormones de synthèse, mais ces traitements doivent être donnés à vie ;

  • la maladie d’Addison, dans laquelle le système immunitaire détruit les cellules des glandes surrénales. Cela cause des déficiences hormonales, notamment de cortisol et d’aldostérone, aux conséquences potentiellement graves : anorexie, vomissements, diarrhée, tremblements... ;

  • l’épilepsie, souvent héritée des parents et assez comparable à son équivalent chez les humains. Un chien atteint subit donc des crises de compulsions assez impressionnantes, mais des traitements permettent d'en réduire le nombre et l'intensité - voire de les faire totalement disparaître ;

  • la cystinurie, une maladie héréditaire qui est caractérisée par une excrétion urinaire excessive de cystine, causant l’apparitions de calculs dans les reins ou la vessie. Elle touche davantage les mâles, et peut être guérie grâce à certains traitements ;

  • la cataracte, qui correspond à une dégradation du cristallin et est la principale cause de cécité chez le meilleur ami de l'Homme. La vue ne se dégrade toutefois que progressivement, et une intervention chirurgicale permet d'interrompre le cours des choses ;

  • le « cherry eye », ou prolapsus de la glande nictitante, une glande invisible de l’extérieur car elle est cachée par la troisième paupière. Quand ses attaches deviennent lâches, elle peut sortir de l’arrière de la paupière et gonfler ou s’irriter, se mettant alors à ressemble à une cerise. Une opération permet toutefois de remédier au problème.

 

Par ailleurs, les représentants de la race qui passent beaucoup de temps dans l'eau sont davantage enclins à connaître des problèmes au niveau de la peau (irritations, rougeurs...) et des oreilles (otites...).

 

Risque d'obésité

Le Terre-Neuve tend à être relativement paresseux, et présente alors un risque de développer de l'embonpoint - a fortiori s'il a été stérilisé. Il risquerait alors d'entrer dans un cercle vicieux, car un chien en surpoids devient souvent moins actif - ce qui évidemment a de grandes chances d'entretenir et aggraver le phénomène.

 

Or, comme chez l'Homme, l'obésité est tout sauf anodine, car elle peut aggraver ou causer toutes sortes de problèmes de santé. La vigilance est d'autant plus de mise dans le cas du Terre-Neuve qu'il est prédisposé à la rupture des ligaments croisés : celle-ci a davantage de chances de se produire chez un individu en surpoids.

 

Pour toutes ces raisons, il est important de peser son animal au moins une fois, et de ne pas tarder à réagir en cas d'augmentation injustifiée qui se confirme sur plusieurs mesures à la suite. Un tour chez le vétérinaire s'impose alors, car seul un professionnel de santé est en mesure de tirer les choses au clair entre les différentes explications possibles (mauvais choix de nourriture, quantités trop conséquentes, maladie, réaction à un traitement...), et dès lors d'indiquer comment réagir.

Causes de mortalité

Il ressort d'une étude menée en 2004 par le Kennel Club britannique et la British Small Animal Veterinary Association que la principale cause de mortalité chez le Terre-Neuve est le cancer : il représente à lui seul 27% des décès observés.

 

La deuxième cause confirme en tout cas la robustesse globale de cette race, puisque 19% des sujets sont simplement morts de leur bel âge.

 

Les problèmes cardiaques complètent le podium, avec 16% des cas.

Adoption en bonne santé

Nombre de pathologies auxquelles le Terre-Neuve est prédisposé sont héréditaires ou peuvent avoir une dimension héréditaire. Or, il existe différents tests génétiques et orthopédiques permettant d'identifier les individus touchés, quand bien même aucun symptôme n'est encore visible.

 

Un éleveur sérieux veille donc à faire effectuer ces différents tests sur les individus qu'il envisage d'utiliser comme reproducteurs, et écarte systématiquement ceux qui présentent bel et bien un risque de transmission d'une tare héréditaire à leur descendance.

 

Pour maximiser les chances d'adopter un animal en bonne santé et qui a toutes les chances de le rester, il faut donc demander à consulter les résultats des tests en question, si le professionnel ne les présente pas spontanément. En parallèle, il doit également fournir un certificat établi par un vétérinaire attestant que le petit ne présente pas de problème particulier, ainsi que son carnet de santé ou de vaccination, dans lequel sont consignés les vaccins qu'il a reçus.

 

Si l'éleveur n'est pas en mesure de fournir ces documents et/ou ne semble pas avoir accordé suffisamment d'importance au suivi vétérinaire des petits ou de leurs parents, mieux vaut passer son chemin.

Fragilité en période de croissance

Comme tout chien géant, le Terre-Neuve connaît dans ses premiers mois des poussées de croissance particulièrement impressionnantes. Ses os et ses articulations sont alors en pleine formation et particulièrement fragiles. Ils doivent donc être ménagés : tout exercice physique trop intense ou trop long doit être proscrit tant qu'il n'a pas atteint son gabarit adulte, vers l'âge de 18 à 22 mois. À défaut, il encourt un risque de blessure, mais aussi de séquelles à vie et de malformations - d'autant qu'il est prédisposé à la dysplasie de la hanche, la dysplasie du coude et la rupture des ligaments croisés.

 

Par ailleurs, une des conditions sine qua non pour qu'il puisse grandir dans les meilleures conditions est qu'il dorme suffisamment. Il est parfaitement normal qu'il y consacre le plus clair de ses journées (près d'une vingtaine d'heures par jour les premiers mois) ; il faut veiller à ce qu'il dispose toujours d'un endroit calme, et bien sûr ne pas le réveiller pendant son sommeil.

Maintien en bonne santé

Tout chien gagne à bénéficier toute sa vie durant d'un suivi vétérinaire de qualité, et le Terre-Neuve ne fait pas exception. Même si en apparence tous les voyants sont au vert, il faut donc l'amener au moins une fois par an - et même davantage quand il vieillit - chez un professionnel de santé pour un bilan complet. En effet, comme chez les humains, nombre de problèmes peuvent être détectés à un stade précoce, avant même les premiers symptômes, et c'est le gage d'une prise en charge optimale.

 

Le bilan de santé est aussi l'occasion de faire le point sur les vaccins, et d'administrer les rappels qui s'imposent pour qu'il ne cesse jamais d'être protégé.

 

En parallèle, même si le Terre-Neuve passe généralement le plus clair de son temps en intérieur, il est important de veiller à renouveler ses traitements antiparasitaires chaque fois que cela est nécessaire. Là aussi, cela permet de le mettre à l'abri de nombre de problèmes de santé facilement évitables.

Assurance santé

Grave maladie, accident... : même le plus robuste des Terre-Neuves et le plus précautionneux des maîtres ne sont jamais à l'abri d'un coup du sort. Les conséquences financières peuvent alors être particulièrement conséquentes, notamment si une intervention lourde est nécessaire ou si un traitement doit être administré à vie.

 

Un bon moyen d'éviter de se retrouver alors dans une situation particulièrement compliquée est d'assurer la santé de son chien. En effet, cela permet au moins d'avoir la certitude qu'il sera pris en charge dans les meilleures conditions, sans forcément qu'on ait à se ruiner.

 

Néanmoins, le choix ne doit pas être effectué au hasard : l'offre n'étant pas standardisée, il existe de grandes différences d'un contrat à l'autre, notamment en termes d'exclusions, de franchise, de plafond annuel de dépenses, de délai de remboursement, etc. Il est donc fortement recommandé de faire en sorte d'obtenir plusieurs devis, pour être en mesure de comparer et sélectionner l'option la plus appropriée en fonction de ses attentes et son budget.

Entretien du pelage

L’entretien du pelage du Terre-Neuve demande un certain temps.

 

En effet, son poil épais a tendance à s’emmêler, si bien qu’il est nécessaire de le brosser environ deux fois par semaine avec une brosse à picots métalliques. Et compte tenu de son gabarit, ce brossage nécessite évidemment une durée plus longue que pour une race plus petite.

 

En outre, sa perte de poils est assez prononcée ; or, vu son gabarit, ces derniers sont assez nombreux... Lors de ses périodes de mue, en automne et au printemps, elle est même encore plus conséquente, si bien qu'il convient alors d’opter pour une fréquence quotidienne.

 

Il faut toutefois être conscient que, brossage ou pas, des saletés ont vite fait de s’incruster dans sa fourrure. Les adeptes de la propreté qui souhaitent conserver leur intérieur immaculé doivent y réfléchir à deux fois avant d’envisager l’adoption d’un tel chien.

 

Quoi qu’il en soit, l’entretien de sa fourrure ne doit pas être négligé. En effet, il permet d'éliminer les poils morts, qui empêchent la peau de respirer et peuvent provoquer des maladies cutanées.

Bains

Dès lors que le pelage du Terre-Neuve est bien entretenu, il parvient à rester assez propre, si bien qu’il n’est que rarement nécessaire de prévoir un bain : le faire deux fois par an est normalement suffisant, à moins bien sûr qu’il ne se soit particulièrement sali.

 

Dans tous les cas, il est indispensable d’utiliser systématiquement un shampoing spécifiquement conçu pour la gent canine, afin de ne pas abîmer sa peau et de conserver le sébum qui la protège : un produit destiné aux humains ne serait pas adapté, car le pH de la peau des deux espèces n'est pas le même.

Entretien des oreilles

Tombantes et poilues, les oreilles du Terre-Neuve doivent faire l’objet d’une attention toute particulière. Afin d’éviter que des saletés, des débris ou tout simplement de l'humidité ne s'y accumulent et causent des problèmes (par exemple des otites), il convient de les nettoyer au moins une fois par semaine à l’aide d’une lotion auriculaire spécialement destinée aux chiens : il ne faut pas utiliser de l'eau ou tout autre produit.

 

Il est également fortement recommandé de prendre l'habitude de les sécher à chaque fois qu'il s'est baigné, là aussi pour réduire le risque d'infection.

Entretien des yeux

Comme ceux de n'importe quel chien, les yeux du Terre-Neuve doivent être examinés une fois par semaine. Si on constate qu'ils ne sont pas parfaitement propres (sécrétions, croûtes, larmes...), il convient alors de les nettoyer.

Entretien des dents

C'est un aspect trop négligé par certains maîtres, mais les dents du meilleur ami de l'Homme nécessitent elle aussi un entretien régulier : on évite ainsi qu'il ait mauvaise haleine, mais surtout on réduit le risque de maladie dentaire (parodontose, gingivite...). Cela vaut pour n'importe quelle race, et donc notamment pour le Terre-Neuve.

 

Le modus operandi est assez similaire à celui effectué pour soi-même : on frotte ses dents à l'aide d'une brosse ou d'un doigtier, en y appliquant du dentifrice. Toutefois, ce dernier doit être un produit spécifiquement conçu pour la gent canine : un dentifrice destiné aux humains pourrait causer une intoxication.

Entretien de la bouche

Le Terre-Neuve ayant tendance à baver beaucoup, il n'est pas inutile d'avoir en permanence une serviette à portée de main afin de pouvoir essuyer les pourtours de sa bouche (notamment après qu'il a bu) et éviter qu'il n'étale de la bave partout sur les meubles, les vêtements, etc.

Entretien des griffes / ongles

Le Terre-Neuve est loin d'être le plus actif des chiens. De ce fait, et même si d'autres variables entrent en ligne de compte (notamment les sols sur lesquels il a coutume d'évoluer), l’usure naturelle peut ne pas être suffisante pour limer ses griffes.

 

Si elles commencent à être trop longues, il est nécessaire de les tailler avant qu’elles ne risquent de se casser (en le blessant potentiellement au passage) voire tout simplement le gênent pour marcher, au point potentiellement d'altérer sa démarche voire d'entraîner de ce fait des problèmes articulaires. Il faut effectuer cette manipulation avec un objet adapté (un coupe-ongles pour chien) et veiller à ne pas tailler trop court, sous peine de causer une blessure.

Entretien au retour à la maison

Le pelage du Terre-Neuve a une propension prononcée à « fixer » toutes sortes de saletés, parasites, épillets... Par conséquent, prendre l'habitude de le brosser et de l'examiner rapidement après tout long moment en extérieur est utile non seulement pour tâcher de préserver la propreté du domicile, mais aussi pour prémunir son compagnon de toutes sortes de problèmes.

 

Par ailleurs, lorsqu'il s'est baigné, il est fortement conseillé de le rincer à l’eau claire - c'est même indispensable si celle dans laquelle il a fait trempette est sale ou salée, afin d'éviter toute agression de sa peau. Il convient aussi de penser alors à sécher ses oreilles, pour éviter l'accumulation d'humidité susceptible de causer par exemple une otite.

Initiation au toilettage

Un Terre-Neuve adulte pesant autour de 50 à 70 kilos, son entretien peut rapidement virer au cauchemar s'il ne se montre pas conciliant. Pour mettre toutes les chances de son côté, il est donc important de l'initier dès ses premiers mois à ces différentes manipulations, afin qu'il les accepte plus facilement. Avec un peu de chance, elles peuvent même finir par devenir des moments complices et tendres pour les deux protagonistes.

 

Cela suppose toutefois bien sûr de ne pas lui faire mal, et donc de bien maîtriser les gestes à effectuer pour agir de manière à la fois efficace et sécurisée. Pour que ce soit le cas, il ne faut pas hésiter à se former au début auprès d'un professionnel, qu'il s'agisse d'un toiletteur ou d'un vétérinaire.

Nourriture recommandée

Le Terre-Neuve ne pose pas de difficultés en termes de nourriture et accepte très bien les aliments industriels du commerce. Ceux-ci doivent toutefois être de qualité suffisante pour lui apporter tous les nutriments dont il a besoin, et adaptés aussi bien à son âge qu’à son niveau d’activité.

 

Ces critères influent non seulement sur le choix des produits, mais aussi sur la quantité qu'il convient d'en donner : l'un comme l'autre évoluent donc au fur et à mesure du temps, et peuvent différer assez fortement d'un individu à l'autre.

 

Compte tenu de l'importance de l'alimentation pour avoir un chien en bonne santé, il ne faut pas hésiter à solliciter l'expertise d'un vétérinaire afin de s'assurer d'effectuer les bons choix.

Alimentation du chiot

L'alimentation d'un chiot est cruciale pour qu'il grandisse correctement, et c'est encore plus vrai pour les races géantes comme le Terre-Neuve. En effet, des aliments inadaptés ou donnés en quantité insuffisante pourraient causer des retards de croissance. À l'inverse, s'ils sont trop riches ou donnés en quantité trop importante, il risque de grandir encore plus vite qu'il ne le faudrait, avec à la clef un risque de blessures mais aussi de problèmes articulaires le faisant souffrir tout le reste de sa vie.

 

Il faut en outre garder en tête qu'à l'instar de son gabarit, ses besoins évoluent fortement tout au long de ses premiers mois : il n'est donc pas inutile de solliciter régulièrement un vétérinaire pour agir au mieux.

Fréquence des repas

La ration quotidienne du Terre-Neuve doit être séparée en deux repas minimum : en lui évitant de manger une quantité trop importante d'un seul coup, on facilite sa digestion, mais aussi et surtout on diminue fortement le risque qu'il soit victime d'une dilatation-torsion de l’estomac. Veiller à ce qu'il mange au calme et à ce qu'il évite tout effort physique intense dans l’heure qui précède ainsi que dans celle qui suit contribue également à réduire sensiblement ce risque.

 

Mieux vaut par ailleurs que ces repas soient bien espacés, c'est-à-dire par exemple que l'un soit donné le matin et l'autre le soir : on évite ainsi qu'à certains moments il soit affamé et qu'à d'autres au contraire il ait trop mangé, voire ait de ce fait des problèmes de digestion.

 

Il est recommandé par ailleurs d'opter pour des horaires fixes, car cela évite qu'il quémande (voire se mette en quête de nourriture par lui-même) et renforce la confiance qu'il éprouve envers son maître. En effet, il constate alors qu'il peut compter sur ce dernier pour satisfaire ses besoins alimentaires.

Éviter l'obésité

Le Terre-Neuve est assez enclin à l'obésité, mais celle-ci est loin d'être une fatalité. En effet, respecter certaines règles permet de réduire fortement le risque qu'elle survienne.

 

La première d'entre elles est de bien peser systématiquement ses rations, afin de veiller à ce qu'il reçoive exactement ce dont il a besoin.

 

La seconde est que ses repas doivent se cantonner à ce qui a été prévu pour lui : si on le laisse consommer des restes de table ou fouiller dans les poubelles, il y a toutes les chances qu'il mange plus que nécessaire, faute d'être capable de s'auto-réguler. Du reste, il y a peu de chances que les aliments ainsi trouvés correspondent à ses besoins nutritionnels - pire, certains mets appréciés des humains sont en revanche toxiques pour leurs meilleurs amis.

 

La dernière règle d'or pour prémunir son chien contre l'obésité est de se méfier des friandises. Elles peuvent certes avoir une utilité réelle, notamment lorsqu'il s'agit de l'encourager et le motiver dans le cadre de son éducation, mais elles ont tôt fait de représenter un apport calorique assez conséquent. L'idéal est de déduire ce dernier de ses rations de nourriture et/ou d'opter pour des produits allégés.

Hydratation

Comme n'importe quel chien, le Terre-Neuve doit avoir en permanence de l'eau fraîche à sa disposition. Vu son gabarit, mieux vaut prévoir des quantités assez importantes - en particulier quand le mercure atteint des sommets, car pour être en mesure de résister à la chaleur il est indispensable qu'il puisse bien s'hydrater.

 

Il peut être judicieux en tout cas de disposer sa gamelle d'eau à l'extérieur, étant donné qu'il a tendance à en répandre un peu partout autour et bave beaucoup, notamment après avoir bu.

Comme chien de garde

Même si sa carrure peut sembler imposante voire dissuader un non-connaisseur, le Terre-Neuve n’est ni un bon gardien, ni même digne de confiance en ce qui concerne le fait de donner l’alerte. Peu vocal, il n’a pas tendance à aboyer lorsque des inconnus s’approchent de la maison ; en outre, son manque d’agressivité et sa grande sociabilité avec les humains font qu’il accueille généralement les intrus en remuant la queue plutôt qu’en grondant d’une manière menaçante.

Comme chien de compagnie

Le Terre-Neuve est un très bon compagnon de famille, qui de distingue par sa douceur et sa loyauté. Il représente en particulier un choix idéal pour un foyer avec des enfants : ils trouvent en lui un formidable partenaire de jeux, et inversement.

 

Mieux vaut toutefois ne pas être obnubilé par la propreté de son intérieur et de ses vêtements, car il perd une bonne quantité de poils, bave beaucoup, et a tôt fait de rapporter des saletés du dehors dans son pelage.

Comme chien de soutien psychologique

Le Terre-Neuve est un excellent chien de thérapie, proche des humains, capable d’écouter pendant des heures et d’apporter le réconfort nécessaire aux personnes en ayant besoin.

Comme chien de compétition

L'intelligence et les aptitudes physiques du Terre-Neuve font qu’il excelle dans les concours d'obéissance, d'agility et de pistage.

Comme chien secouriste

Le Terre-Neuve continue de mériter son surnom de « Saint-Bernard des mers ». En effet, on le retrouve encore de nos jours employé en tant que chien de sauvetage en mer, comme quand autrefois il sauvait des marins tombés à l’eau.

 

Il est notamment largement utilisé par l’école italienne de chiens de sauvetage en mer (Scuola Italiana Cani Salvataggio, ou SICS), fondée en 1989, qui collabore aussi bien avec les garde-côtes que l’armée de l’air et les pompiers de plusieurs pays, dont la France et la Suisse.

Autres usages

En plus d'aider les pêcheurs sur la mer, le Terre-Neuve était autrefois employé pour tirer de lourdes charges sur la terre ferme - par exemple justement la pêche du jour. Ce n'est plus le cas aujourd'hui, mais au sein d'une famille il peut parfaitement par exemple tirer un chariot ou une luge, faisant ainsi le bonheur des plus jeunes.

En France, Belgique et Suisse

Le prix d’un chiot Terre-Neuve se situe généralement autour de 1600 à 1900 euros, mais peut dépasser les 2000 euros pour un individu aux qualités physiques exceptionnelles issu de lignées d’exposition.

Au Canada

Au Canada, il faut débourser en moyenne autour de 1 500 dollars canadiens pour adopter un chiot Terre-Neuve.

Conseils pour l'adoption

Même s'il est robuste dans l'ensemble, le Terre-Neuve est prédisposé à bon nombre de maladies, et une fraction non négligeable d'entre elles sont héréditaires, ou peuvent faire intervenir un facteur héréditaire. En outre, un individu descendant de parents qui ne sont pas pleinement équilibrés, ou qui lui-même n'a pas bénéficié de conditions idéales lors de ses premières semaines d'existence, pourrait donner pas mal de fil à retordre, voire être difficile à vivre au quotidien.

 

Dans un cas comme dans l'autre, le montant économisé en optant pour un éleveur présentant moins de garanties peut vite être ridicule par rapport aux dépenses de vétérinaire ou de comportementaliste. Autrement dit, comme d'ailleurs pour n'importe quelle race, ce n'est pas forcément un bon calcul que d'opter pour le prix le moins cher au moment de choisir un Terre-Neuve à adopter. Mieux vaut plutôt s'interroger en premier lieu sur le sérieux de l'éleveur, et donc la probabilité que les chiots qu'il propose soient en bonne santé et le restent, mais aussi soient bien dans leur tête et équilibrés.

 

Par exemple, les tests génétiques et orthopédiques effectués sur les parents - voire sur le petit lui-même - permettent de réduire fortement le risque de transmission d'une tare héréditaire mais ont un coût, qui forcément se retrouve dans le prix demandé. Il en va de même des efforts et des moyens investis par le professionnel pour offrir à ses chiens des conditions de vie optimales, une éducation aux petits oignons et un suivi vétérinaire de qualité. Il ne faut donc pas hésiter à dépenser un peu plus, si cela offre la garantie de passer par un éleveur qui effectue un travail sérieux.

 

Il est d'ailleurs possible par exemple d'en trouver un en se tournant vers le club de race : le fait d'en être membre, voire d'être recommandé par ce dernier, est évidemment un gage de qualité.

 

En tout état de cause, il ne faut pas adopter un chiot sans avoir pu passer du temps avec lui et s'assurer qu'il ne semble pas avoir de problème de santé ou de tempérament. L'idéal est de faire sa connaissance à l'occasion d'une visite de l'élevage, car cela permet de voir le cadre dans lequel il est né et a grandi, et de juger si celui-ci semble approprié. Cela conduit aussi généralement à croiser ses parents, pour les observer eux aussi et s'assurer qu'ils semblent équilibrés. Si ce n'est pas le cas, le risque existe que le petit présente lui aussi des troubles du comportement à plus ou moins brève échéance : mieux vaut alors passer son chemin.

Terre-Neuves célèbres de l'Histoire

  • Lors de leur voyage d’exploration à travers les États-Unis entre 1804 et 1806, les capitaines américains Meriwether Lewis (1774-1809) et William Clark (1770-1838) étaient accompagnés d’un Terre-Neuve, nommé « Seaman » ;

  • Napoléon Bonaparte fut sauvé de la noyade par un Terre-Neuve. En effet, lors de son évasion de l’île d’Elbe, en 1815, il perdit pied et tomba à la mer. Un Terre-Neuve qui accompagnait les pêcheurs se jeta alors à la mer pour maintenir à flots l’empereur – qui ne savait pas nager – et le ramener sur la terre ferme ;

  • Au début du 20ème siècle, un Terre Neuve sauva la vie des 92 occupants du SS Ethie lors d’une tempête de neige. Il parvint en effet à retrouver au milieu des vagues la corde lancée depuis le navire et à la ramener sur la plage, où des secours étaient postés. Ces derniers purent ainsi la tracter pour ramener à eux le bateau à la dérive, si bien que les 92 naufragés furent ramenés sains et saufs sur la terre ferme. L’épave peut toujours être admirée dans le Parc National du Gros Morne, à Terre-Neuve ;

  • Un autre Terre-Neuve aurait sauvé la vie de plusieurs passagers lors du naufrage le plus célèbre de l’Histoire, celui du Titanic, en 1912. Il se trouvait à côté de l’un des canots de sauvetage lorsque le Carpathia arriva sur les lieux à la recherche de survivants. Le canot dériva trop près du paquebot sans que l’équipage de ce dernier ne le remarque, et les passagers épuisés n’avaient plus la force de crier pour signaler leur présence. La collision semblait inévitable, lorsque Rigel se mit à aboyer de sa voix puissante. Le capitaine du Carpathia l’entendit et stoppa les machines, évitant ainsi de faire chavirer le canot de sauvetage. Tous les survivants furent secourus, et Rigel fut le dernier à mettre la patte sur le pont du Carpathia. La véracité de ce récit est toutefois remise en question par de nombreux experts.

Le Terre-Neuve dans la littérature

Le courage et la dévotion du Terre-Neuve, qui n’hésite pas à se sacrifier pour sauver des humains, devinrent dès le 19ème siècle un sujet d’inspiration pour de nombreux artistes, et notamment des écrivains. 

 

On le retrouve ainsi dans des classiques de la littérature que sont Jane Eyre (Charlotte Bronte, 1847), Little Dorrit (Charles Dickens, 1857) ou encore L’appel de la forêt (Jack London, 1903).

 

Lord Byron (1788-1824), grand poète romantique anglais, rendit quant à lui un touchant hommage à son Terre-Neuve Boatswain dans son célèbre Epitaph to a Dog, le décrivant comme « celui qui possède la beauté sans la vanité, la force sans l’insolence, le courage sans la férocité, et toutes les vertus de l’Homme sans ses vices. ».

 

On le retrouve également dans la littérature du 20ème siècle, en particulier dans Peter Pan, écrit par James Matthew Barrie et paru en 1911. En effet, le chien de famille qui veille sur les enfants est une femelle Terre-Neuve appelée Nana.

Le Terre-Neuve dans la peinture

Il n'y a pas que les écrivains pour qui le Terre-Neuve fut une source d'inspiration artistique : on le trouve aussi par exemple dans des tableaux animaliers du peintre anglais Edwin Landseer (1802-1873).

 

Le plus célèbre d'entre eux est assurément A Distinguished Member of the Human Society, peint en 1831 et qui représente un Terre-Neuve blanc et noir, une robe inhabituelle à l’époque, qui se repose sur une digue en béton au bord de l’eau mais semble prêt à intervenir si une personne risque la noyade. Ce tableau eut une telle influence qu'aujourd'hui encore les Terre-Neuves présentant cette coloration sont appelés Landseer dans les pays anglo-saxons : ce n'est pas sans causer une certaine confusion, car dans une bonne partie du reste du monde le même terme est employé pour désigner une race distincte, cousine du Terre-Neuve et systématiquement noire et blanche.

 

Même si Edwin Landseer représenta d'autres Terre-Neuves dans plusieurs de ces peintures, c'est assurément lui qui est resté le plus célèbre. Il s'appelait Bob, et aurait été sauvé lors d’un naufrage alors qu'il était encore tout jeune. Il resta ensuite vivre à Londres près des rives de la Tamise, et sauva de la noyade pas moins de 23 personnes. Ses exploits lui valurent d’être récompensé par la Humane Society, qui lui remit une médaille et de la nourriture à vie.

 

Il semblerait toutefois qu’au moment de peindre Bob, celui-ci était introuvable. C’est donc en fait Paul Pry, un autre Landseer aperçu en train de porter un message à sa maîtresse, qui posa pour Edwin Landseer et est donc représenté dans ce fameux tableau.

Le Terre-Neuve à l'écran

Le Terre Neuve est mis à l’honneur dans la comédie romantique Must Love Dogs (2005, Gary Goldberg), puisque le chien nommé Mother Theresa y est joué par deux chiots de la race. Ils furent d’ailleurs adoptés par le réalisateur à la fin du tournage.

Terre-Neuves de célébrités

La liste des personnalités ayant partagé leur maison avec un Terre-Neuve est longue. Parmi celles-ci, on peut citer le président américain Ulysse Grant (1822-1885), dont le fidèle compagnon se nommait Faithful.

Trouvez un élevage de Terre-Neuve près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Terre-Neuve ou organiser une saillie entre Terre-Neuves ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Terre-Neuve

Je suis propiétaire de terre neuve depuis 17 ans, actuellement nous vivons à la maison avec nos quatres boules d'amour.
Que dire si ce n'est du bien de cette merveilleuse race de chien, ils sont gentils courageux affectueux ce sont de véritables perles.
De plus mon épouse est passionnée d'expositions d'ou notre temps libre tourne une fois encore autour de nos terre neuve.

Philippe

   
Par Robaye

j ai trouve une femelle ds la foret ni tatouee ni puçee agee de 6 ans au moins ds un etat pitoyable elle s'entend à merveille avec mes autres chiens et chats un vrai bohneur

+1    0
Par michas frederique

Je ne posséde pas de terre-neuve.Néanmoins,éducateur dans un club canin,je peux apprécier à chaque séance la gentillesse de ces chiens(il y en a deux au club) aussi bien

envers les humains qu'avec leurs congénères et leur souplesse de caractére en éducation, réalisée avec douceur et fermeté(JAMAIS de brutalité pour éduquer un chien,quelqu'il soit)

par PLANCHENAULT JEAN-LUC

+1    0
Par amourba

Nous avons un nounours de 85 kg c est un mélange terre-neuve bouvier-bernois il est trés gentil nos petits enfants font ceux qu ils veulent avec lui jamais un grognement C est vraiment un chien super gentil

0    0
Par pseudo Roland

J'ai toujours eu des Terre Neuve, notre Teddy nous à quitter au mois d'Avril à 11 ans. C'était vraiment un chien magnifique et très affectueux. Mais nous restons des grands fans de a race et nous allons en acquérir un nouveau ! Nous faisons partit d'un club de sauvetage à l'eau avec nos terre neuve ! Si jamais vous vouez des info complémentaire : ajctn.skyrock.com ou sur facebook: AJCTN



Amicalement !!

0    0
Par Roxii

J'ai toujours eu des Terre Neuve, notre Teddy nous à quitter au mois d'Avril à 11 ans. C'était vraiment un chien magnifique et très affectueux. Mais nous restons des grands fans de a race et nous allons en acquérir un nouveau ! Nous faisons partit d'un club de sauvetage à l'eau avec nos terre neuve ! Si jamais vous vouez des info complémentaire : ajctn.skyrock.com ou sur facebook: AJCTN



Amicalement !!

0    0
Par Roxii

J'ai eu un labrador qui pendant plus 10 ans à été mon ombre (un amour de chien). Pour moi hors de question de le remplacer par un autre. De par ses origines et par des amis j'ai découvert le terre-neuve. Après des années de réflexion, Hook (terre-neuve marron), 4mois 1/2 aujourd'hui, est arrivé, c'est un PUR bonheur. Si on les écoutent, regardent, et comprennent, ils nous le rendent. ils font peur par leur taille, dommage. Connaissez-vous un site ou association d'amoureux de terre-neuve ??

0    0
Par Naturtle

Je suis une fan de terre neuve, un grand coeur dans un corps de géant ! j'ai aujourd'hui, une femelle nours de 14 ans- Et après m'être juré que je n'aurais plus de chien, car c'est trop dur quand ils nous quittent, me voilà à la recherche d'un TN, pour tenir compagnie et accompagner chienne !

cette race est exceptionnelle, doux, adorablement encombrant, très présent.voir collant !! que du bonheur !....

0    0
Par kathje07

J'ai 2nounours, un de 7 ans et un de 3ans, ils sont adorables et tout 2 différents, les gens nous regardent toujours en pensant que nous sommes fou de même que mes parents, mais ils ne savent pas l'amour que cela nous donnent, tout les jours je suis heureuse de leur faire leur balade d'une heure et si je suis en retard ils aboient pour y aller, c'est super.

Pour rien au monde je les laisseraient, je me prive même pour eux, si je ne peux pas emmener mes nounous avec moi je reste à la Marion.

Ce sont des chiens super, ils n'aboient que si un étranger vient, mais par contre le petit n'a jamais aboyer, c'est trop mignon.

0    0
Par Nathalie

Mon terre neuve marron s'appele volcan, il a eu 8 ans ce mois-ci, il est adorable, gentil obéissant, il pèse 80 kg, c'est un géant mais pas d'obésité dit mon véto, il est lof, vient d'un très bon élevage, tous les jours nous sortons, pour marcher, l'été pour se baigner, en un mot je l'adore, un chien à recommander, mais à condition qu'il ait de la place, ne pas le calfeutrer dans un f 3 ce serait trop triste pour lui. posté par niki

0    0
Par lemaigre88

Mon terre-neuve va sur ses 16 ans et est toujours en forme ! Avec un peu de Metacam et des croquettes vieux chien ! Mais il fait encore +- 2kms a pied avant de se fatiguer

0    0
Par pilou

Bonjour,

J'ai un terre-neuve, après un régime draconien ;) le voilà a 78kg! 78kg d'amour, de tendresse et de dévouement. Déjà 11 ans qu'il partage ma vie et la rend belle chaque matin grâce à son regard qui en dit long...

0    0
Par Grigno

Bonsoir à tous, nous avons un terre-neuve mâle de 3 ans (acheté dans une animalerie) et vendredi nous allons chercher un terre-neuve femelle de 8 mois (dans un refuge). Ce sont des chiens merveilleux avec tous : enfants, adultes, autres animaux, ....
Je voulais revenir sur le commentaire de Rodolphine et datant de 2010. Nous aussi, notre mâle souffre de dysplasie. A l'âge de 5 mois, nous avons cru que nous allions le perdre. Il ne savait plus se lever et hurlait à chaque fois qu'on essayait de le bouger. Vétérinaire en urgence et ensuite clinique vétérinaire pour tous les examens. Je tiens à préciser que ce chien vient des pays de l'est (Hongrie), malheureusement les élevages là-bas sont plutôt des "usines à chiens". Les chiots arrivent chez nous en étant déjà carencés !!! Notre chien a eu un traitement efficace et d'après le vétérinaire, dans son malheur il a eu la chance que cette crise dans les os lui soit arrivée qu'il était encore petit. Maintenant 2 à 3 fois par an, il fait une cure d'un mois de Caniplasine (calcium). Jusqu'à présent, cela lui réussit car il est en pleine forme et je croise les doigts pour que cela continue.

0    0
Par Christine

piquer un chien pour des raisons de viellesses? j'espere que c'est une blague? piquerais-tu tes parents parce qu'ils sont vieux? j'ai du mal a croire que tu l'aimais autant.

et oui je confirmes ils ADORENT les piscines. moi j'ai un tres grands lac pres de chez moi et ils adorent y aller! (ils sont 2) ET c'est vrai pour le coté protecteur autant envers moi, les enfants que les autres chiens

0    0
Par Seb

Bob a 8 mois,c'est notre deuxième Terre Neuve et comme le premier c'est un chien formidable ,d'aprés le véto il est parti pour peser 80 kilos .80 kilos de gentillesse!

0    0
Par cat51

Je possède un gros nounours il est très affectueux ces une race génial.

0    0
Par alexetfefe

Nous aons été obligé le 18 novembre 2011, par nécessité médicale,d'euthanasier notre chienne Simba (terre-neuve)Depuis octobre 2001, elle partageait beaucoup de chose avec nous.
Elle aimait beaucoup (se qui est normal) l'eau. Elle aimait jouer au foot, elle driblait avec les enfants et grands enfants.
Anecdote: Mon conjoint (ils venaient tous deux un printemps de faire connaissance). Et bien en hiver, il voulait pour la première foir la sortir le matin pour ses besoins. Mais mon conjoint à glissé sur une petite plaque de verglas? Il en a laché la laisse. Et bien Simba c'est arrété, elle a tourné autour de lui jusqu'à ce qu'il se relève, sans essayer de partir faire son petit tour. Voici notre Nounours. Elle nous manque.

0    0
Par GRENOT

Bonjour cela maintenant 6 mois que j'ai mon gros terre neuve croiser d'un Saint Bernard Epsy ( il a 8 mois) il est très mignon mais il a tendance a mordiller pour jouer .Il fait 75 cm de haut et environ 65 kilos.

0    0
Par ambre222

bonjour, j'ai un bébé terre neuve de 5 mois,il y a deux mois quand on la acheter en élévage en trouver ses pattes avant bizard mais son regard nous a attendri donc nous l'avons acheté.quand nous sommes allez chez le véto il m'a annoncer que mon bébé avais une dysplasie mais que cela pouvais s'arranger,nous allons le voir tout les 15 jours pour qu'il surveille l'etat de mon bébé. aujourdhui je suis aller voir un deuxiéme véto pour avoir un autre avis,il vient de m'annoncer que en plus il avait de l'ostéoporose et qu'il commencait a souffrir, qu'il etait pour lui un chiot handicaper et que cela n'ira pas en s'améliorant.il dit qu'il faudrait envisager de le piquer pour ne pas qu'il continu a souffrir.je suis complétement démoralisée je ne sais pas quoi faire ni penser.avez vous vécu cela ou avez vous des conseille a me donner.
je vais me retourner contre le vendeur!

0    0
Par rodolphine

bonjour je possede un terre neuve depui 6 an il s'apelle VEGAS il mesure 68 cm au garrot et pese 67 kilo c est un chien super gentil de fois tétu mais dans l'emsemble sa va ils es gentil juste mes petit couzin l on frapper dans notre dos. quan il les voit mnt il montre les dent mais dans lensemble deja fai 600 km avec pour aller au ski il ne dit rien juste tres protecteur envers les autre chien cinon cest un chien qui demande de lentretien mais cest pour quil soit beau et pour sa santer a lui je vous le conseil comme chien attention au piscine il adore sa il les eclate vite a sauter dedans

0    0
Par fred

J'avais un terre neuve avant, que nous avons laheureusement du piquer a cause de la vieillesse.. Ce chien faisait partie de notre famille, et il était merveilleux, je me souviens des siestes passées sur la terasse entre ces pattes bien au chaud. Un gros nounours brun vraiment adorable, et tellement protecteur. Je l'aimais tellement, et après autant d'années d'absence il me manque toujours autant..

0    0
Par Flo04081996

bonjour cela fait maintenant 5mois que je vis avec mon terre neuve rocky c est un amour de chien qui me talonne toute la journée et qui aime bien jouer avec mon golden retriver

0    0
Par nathalie

Je suis propriètaire d'une adorable terre-neuve depuis pratiquement 11 ans, elle les aura le 05 août prochain. Ce sont des chiens magnifiques, dotés d'un caractère très doux, très affectueux, joueurs et j'en passe. Malheureusement, depuis mars dernier, l'état de santé de ma chienne s'est dégradé, problème d'arthrose de l'arrière-train ainsi qu'une insuffisance rénale...on s'occupe d'elle du mieux que ns pouvons, mon ami a confectionné une large sangle afin de l'aider à se lever et se déplacer. Qd elle partira, elle ns laissera un bien grand vide et beaucoup de peine.

Nath

0    0
Par tulipe1971

jadore les terres-neuves

0    0
Par erapp

Bonjour j'ai eut la chance d'avoir un terre neuve qui s'appelle câline elle porte très bien son nom.
Elle est adorable elle a eu 1 an le 10 novembre 2008 cela fera un an que nous l'avons le 16/01/09.
C'est un vrai bonheur avec elle.
J'aimerais avoir des personnes qui comme moi aiment ces bêtes si particuliére.
Contactez moi sur mon e - mail.
A bientôt

0    0
Par gambier isabelle

Bonjour!
ce jeudi le 7 novembre je serai l'heureuse propriétaire d'une jeune terre-neuve. Elle répondra au nom de " Maéra". Si vous voulez savoir comment ça se passe avec elle écrivez-moi.

0    0
Par fraca14