Le prix d'achat d'un Berger Hollandais

Le prix d’un chiot Berger Hollandais peut varier fortement en fonction de la lignée dont il est issu, de la réputation de l’éleveur ou encore tout simplement de ses caractéristiques individuelles – point qui explique d’ailleurs pourquoi les prix peuvent d’ailleurs varier au sein d’une même portée. En revanche, toutes choses égales par ailleurs, on ne constate pas d’écart majeur entre les trois variétés (poil court, poil long et poil dur).

Prix d'un Berger Hollandais en France, Belgique et Suisse

En France, le prix d’un chiot Berger Hollandais LOF est d’environ 1000 euros.

 

Certains éleveurs proposent des chiots un peu plus âgés, dont l’éducation a été bien avancée et qui sont destinés à un usage professionnel (principalement dans le secteur de la sécurité, du gardiennage ou dans les brigades canines). Ceux-là sont généralement vendus plus cher, puisque le montant demandé peut aller jusqu’à 3000 euros.

Prix d'un Berger Hollandais au Canada

Comme la race y est peu connue (elle n’est d’ailleurs pas même reconnue par le Club Canin Canadien), le Canada ne compte guère plus d’une poignée d’éleveurs de Berger Hollandais. Du reste, les spécimens qu’on y trouve sont plutôt destinés au travail au sein de la police ou d’autres forces armées.

 

Sous réserve d’être patient et/ou de n’avoir pas peur de parcourir des kilomètres, il reste toutefois possible d’adopter un chiot Berger Hollandais moyennant un prix qui se situe généralement aux alentours de 2000 dollars.

 

Une autre option est de se tourner vers les États-Unis, où les éleveurs sont un peu plus nombreux et cèdent le plus souvent leurs chiots moyennant 1500 à 2000 dollars américains. Certains proposent également des chiens de travail déjà dressés, notamment pour la protection personnelle : il faut alors compter plutôt un minimum de 3000 dollars.

Prix d'un Berger Hollandais dans son pays d'origine

Ramené à la population du pays, c’est aux Pays-Bas que le Berger Hollandais reste le mieux implanté. Le club de race national, le NHC (Nederlandse Herdershonden Club), accompagne beaucoup les éleveurs locaux afin de poursuivre l’amélioration de la race. Il préconise un prix de vente minimum de 775 euros pour les chiots, mais certains sont proposés à des montants nettement plus conséquents.

Importer un Berger Hollandais depuis l'étranger

Compte tenu du fait que le Berger Hollandais est souvent peu présent en dehors de son pays d’origine, certains adoptants optent pour l’importation, que ce soit depuis les Pays-Bas ou depuis un autre pays. Ce peut être particulièrement justifié dans le cas des variétés les moins répandues, comme celle à poil long.

 

Il est alors particulièrement important de bien se renseigner et de respecter la législation relative à l’importation d’un animal dans le pays où on réside, pour éviter toute mauvaise surprise.

 

En tout état de cause, importer un chien depuis l’étranger implique diverses formalités administratives et peut engendrer un surcoût parfois important du fait de ces dernières, mais aussi du coût du transport, éventuellement de celui de l'inscription dans le livre des origines du pays où on réside, etc.

Conseils pour l'adoption d'un Berger Hollandais

S’il est vrai que le Berger Hollandais n’est pas aussi répandu que d’autres races, et donc que l’offre est moins vaste, il n’en reste pas moins essentiel de choisir un bon éleveur pour maximiser les chances d’adopter un animal qui est en bonne santé et équilibré, et qui le reste.

 

Pour cela, il est indispensable de passer du temps avec ce dernier, afin de s’assurer que tout semble en ordre. Cela doit se faire normalement dans le cadre d’une visite de l’élevage, qui permet de s’assurer que le professionnel offre aux animaux un cadre de vie de qualité et d’avoir une idée de son sérieux. Ce point est crucial : il est important de s’assurer qu’il est rigoureux dans son travail, que ce soit pour la sélection des reproducteurs, les soins et le suivi vétérinaire offerts aux petits, ou encore la socialisation de ces derniers.

 

La visite de l’élevage est aussi l’occasion de rencontrer les parents du chiot, afin de s’assurer qu’ils sont bien équilibrés. Dans le cas contraire, il y a de grandes chances qu’il en aille de même de leurs petits. Ils ne doivent pas non plus avoir de soucis de santé connus, et le professionnel doit pouvoir présenter des éléments prouvant qu’ils n’ont pas été sélectionnés comme reproducteurs au hasard : les résultats des tests génétiques pour certaines maladies héréditaires, ainsi que les comptes-rendus des radiographies visant à déceler une éventuelle dysplasie de la hanche. Il est bon également de savoir dans quelle mesure il ménage les femelles : une chienne ne devrait pas avoir plus d’une portée par an.

 

En tout état de cause, le facteur du prix ne doit pas passer avant tous les autres : mieux vaut payer un peu plus pour être sûr de passer par un éleveur rigoureux, qui veille à la santé de ses reproducteurs ainsi que de leurs chiots, et ne ménage pas ses efforts pour socialiser ces derniers et les faire grandir dans les meilleures conditions. Quand on réfléchit au montant que peuvent représenter les dépenses de santé ou les séances chez un comportementaliste, on réalise combien vouloir économiser un peu lors de l’adoption peut s’avérer être un très mauvais calcul sur le plan financier - sans même parler du trouble causé par le fait d’avoir un animal en mauvaise santé ou présentant différents problèmes de comportement...