Foyer idéal pour un American Staffordshire Terrier

Bien qu’il voie depuis la fin du 20ème siècle sa popularité exploser dans de nombreux pays, l’American Staffordshire Terrier ne convient pas pour autant à toutes les situations et toutes les personnes.

Faire vivre un American Staffordshire Terrier en appartement

L’American Staffordshire Terrier n’est pas le meilleur candidat pour vivre en appartement. En effet, son niveau d’énergie ainsi que son besoin d’exercice assez élevé (au moins une heure par jour) le rendent plutôt destiné à évoluer dans une maison dotée d’un jardin clôturé au sein duquel il peut se défouler régulièrement à sa guise.

 

Néanmoins, même s’il peut difficilement s’épanouir dans un espace trop confiné ou enfermé, cela n’est pas totalement impossible : à partir du moment où il est suffisamment stimulé (tant physiquement que mentalement) et en mesure de se dépenser lors de ses sorties et activités en extérieur, il peut s’accommoder d’une vie en appartement. Autrement dit, si on ne dispose pas d’un jardin ou qu’il n’est pas possible de lui permettre d’y accéder, des sorties longues et fréquentes sont obligatoires pour qu’il soit bien dans ses pattes et dans sa tête. À défaut, il risque fort de dépenser sa grande énergie pour commettre toutes sortes de dégâts, mais aussi de souffrir de divers problèmes comportementaux.

Un American Staffordshire Terrier dans le jardin ?

Une maison avec un jardin auquel il peut accéder à tout moment est le cadre de vie idéal pour un Amstaff. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il est recommandé de l’y laisser le plus clair du temps.

 

En effet, son pelage court et son absence de sous-poil le rendent particulièrement sensible aux variations de température, et notamment au froid. Contrairement à d’autres races, il n’est donc pas fait pour vivre en extérieur, même s’il a une niche ou un autre abri à disposition.

 

En outre, ce chien a besoin de sentir qu’il fait partie intégrante de la famille, et donc de passer beaucoup de temps entouré des siens. À défaut, il risque de se sentir frustré ou de s’ennuyer, ce qui a tôt fait d’être à l’origine de toutes sortes de comportements problématiques : aboyer compulsivement, faire preuve d’agressivité, creuser ou mâchouiller frénétiquement...

 

Ainsi, tout en étant plutôt fait pour vivre dans une maison avec jardin et en adorant passer du temps dans ce dernier dès lors que le climat est agréable (a fortiori si sa famille s’y trouve également), l’Amstaff demeure davantage un chien d’intérieur plutôt que d’extérieur.

 

En tout cas, il convient de se rappeler qu’il s’agit d’un terrier : de ce fait, il a notamment une grande propension à creuser dans le sol. Par conséquent, si on dispose effectivement d’un jardin et qu’on tient un tant soit peu à préserver l’apparence de ce dernier, mieux vaut lui réserver un endroit où il peut creuser de tout son soûl, et lui apprendre le plus tôt possible que ce lieu est le seul où il a le droit le faire. 

 

Le fait d’être un terrier implique aussi que son instinct de prédation est bien développé. Il a donc tendance à voir comme des proies potentielles les petits animaux : chats, rongeurs, oiseaux... Or, s’il a toute latitude pour se lancer à leur poursuite, il s’expose à toutes sortes de risques (à commencer par celui d’une collision avec un véhicule) et peut lui-même représenter un danger pour les tiers.

 

Il convient donc d’entourer le jardin d’une clôture solide, suffisamment enfoncée et haute pour qu’il ne puisse passer ni en dessous ni par-dessus, et de vérifier régulièrement sa robustesse. Dans certains pays comme la Belgique, les autorités locales ont d’ailleurs la possibilité de fixer des règles à ce sujet pour les foyers comportant un chien considéré comme dangereux, et l’Amstaff fait quasi systématiquement partie des races concernées.

Un American Staffordshire Terrier comme premier chien ?

Injustement présenté comme dangereux par nature, l’American Staffordshire Terrier est en réalité un chien affectueux et dévoué. En effet, malgré son apparence imposante, il s’agit d’une vraie boule d’amour qui ne pose généralement pas de difficultés particulières, dès lors qu’il est bien traité et équilibré.

 

Cela dit, précisément en raison de sa puissance, son énergie et son tempérament dominant, ce n’est pas une race adaptée à n’importe qui : si on s’y prend mal, il peut vite devenir difficile à vivre. Il a besoin de propriétaires expérimentés, capables de trouver sans cesse le juste équilibre entre douceur et fermeté, afin de s’en faire obéir sans jamais « passer en force » ou détériorer le lien très fort qui doit unir ce grand sensible à ses maîtres.

 

Un novice a de grandes chances de manquer d’assurance et/ou de connaissances pour savoir relever parfaitement le défi. Cela dit, s’il sait à la fois s’affirmer et faire preuve de subtilité, se renseigne avec sérieux sur la psychologie et les besoins de son compagnon et est en mesure de lui consacrer tout le temps, l’attention et l’énergie dont il a besoin, la tâche n’est pas non plus impossible. En tout état de cause, il ne faut pas hésiter à s’appuyer sur l’expertise d’un éducateur canin professionnel afin de savoir comment agir en mieux – en particulier pour établir de bonnes bases au début.

 

Du reste, bien qu’elle présente son lot de défis, la vie quotidienne avec un Amstaff est facilitée par le fait qu’il s’agit d’un chien robuste, qui n’a qu’une faible propension à souffrir de problèmes de santé tout au long de sa vie. De plus, son entretien est peu chronophage et peu complexe comparativement à d’autres chiens du même gabarit : toute personne bien renseignée sur le sujet est parfaitement capable de lui offrir les soins nécessaires.

Un American Staffordshire Terrier pour une personne peu disponible ?

L’American Staffordshire Terrier ne nécessite que peu d’entretien au quotidien et jouit généralement d’une bonne santé, si bien qu’il n’est généralement pas nécessaire de l’emmener souvent chez le vétérinaire. Il peut donc sembler parfait pour des personnes ne disposant pas d’assez de temps pour prendre soin d’un animal aux besoins trop conséquents.

 

C’est sans compter sur le fait qu’il en a d’autres nettement plus chronophages. En particulier, il lui faut beaucoup d’interactions et d’exercice physique pour être bien dans son corps et dans sa tête. S’il est trop délaissé ou n’est pas en mesure de se dépenser 60 minutes par jour, il risque fort de devenir difficile à vivre et de développer toutes sortes de problèmes de comportement : détruire tout ce qui passe sous ses pattes ou sous ses dents, aboyer de manière intempestive, creuser un peu partout, voler de la nourriture...

 

Il ne faut pas non plus négliger le fait que lui prodiguer une éducation de qualité demande des efforts continus et du temps. Or, compte tenu de sa nature têtue et assertive et de combien il peut être difficile à vivre – voire dangereux – s’il n’est pas parfaitement éduqué, il n’est pas possible de lésiner là-dessus.

 

Au final, l’Amstaff n’est donc clairement pas adapté pour des personnes insuffisamment disponibles : les choses auraient tôt fait de prendre un tour négatif pour tout le monde.

Un American Staffordshire Terrier pour une personne sportive ?

La nature athlétique ainsi que le niveau d’énergie relativement élevé de l’American Staffordshire Terrier en font un compagnon idéal pour une personne sportive – a fortiori si elle pratique des activités dans lesquelles il peut l’accompagner comme la randonnée, le jogging, le vélo, etc.

 

En effet, il a besoin pour être équilibré de se dépenser au moins 60 à 90 minutes par jour, et est toujours partant pour accompagner son maître dans de nouvelles aventures. Les activités partagées ensemble sont d’ailleurs l’occasion de renforcer le lien généralement étroit qu’il entretient avec son propriétaire.

Un American Staffordshire Terrier pour une personne âgée ?

L’American Staffordshire Terrier a besoin de maîtres un tant soit peu actifs. En effet, pour être équilibré et donc potentiellement agréable à vivre, il a besoin d’être sorti au moins une heure par jour.

 

En outre, son naturel athlétique et énergique fait qu’il agit avec grande vigueur. De ce fait, même des activités en apparence bénignes comme le promener ou jouer avec lui peuvent vite prendre une tournure dangereuse pour une personne âgée et/ou au physique fragile.

 

En particulier, il est réputé pour son penchant à tirer sur sa laisse, ce qui est susceptible d'être dangereux tant pour lui que pour son maître et les tiers. Quand bien même on parvient à le tenir et éviter qu’il ne s’échappe, il peut par exemple s’étrangler et se blesser à force de subir la pression de la laisse sur sa gorge, causer des douleurs articulaires à son propriétaire – voire le faire chuter -, et s’en prendre vertement à un congénère ou un représentant d’une autre espèce.

 

Le risque d’accident est d’autant plus prononcé qu’il ne se rend pas toujours compte de sa propre puissance, notamment quand il est emporté par son entrain. Il peut ainsi bousculer voire blesser accidentellement son maître adoré alors qu’il cherche simplement à lui montrer son amour ou à jouer avec lui.

 

Si on ajoute à cela que son éducation n’est pas forcément de tout repos compte tenu de sa tendance à la dominance, on comprend aisément que l’Amstaff n’est pas du tout fait pour une personne âgée.

Un American Staffordshire Terrier pour une personne allergique ?

Son pelage court et dépourvu de sous-poil fait que l’American Staffordshire Terrier ne perd que très peu de poils au quotidien – voire pas du tout. Son besoin d’entretien à ce niveau est donc minimal (hors périodes de mue, un brossage par semaine suffisant généralement très bien), et il n’a pas tendance à disperser des poils partout dans la maison.

 

Il constitue donc une bonne option pour les personnes souffrant d’allergie à la gent canine. Cela dit, il faut avoir conscience que celle-ci n’est pas liée aux poils eux-mêmes, mais plus exactement à des allergènes présents principalement sur les petits bouts de peau morte appelés squames, mais aussi le pelage, la salive et l’urine de l’animal (ceci explique d’ailleurs pourquoi il n’existe pas de chien totalement hypoallergène).

 

Par conséquent, même s’il est vrai qu’il y a moins de chances de développer une allergie au contact de l’Amstaff que de la plupart de ses congénères, cela n’en reste pas moins possible. Du reste, il ne faut pas perdre de vue qu’il existe des différences majeures au sein d’une même race : certains individus entraînent davantage de réactions allergiques que d’autres. Un bon moyen de réduire l’incertitude est de passer plusieurs heures aux côtés de l’animal qu’on envisage d’adopter : sans pour autant être une garantie totale en cas de succès, cela permet de voir comment les choses se passent.

Un American Staffordshire Terrier pour un petit budget ?

Même si son physique imposant porte à croire le contraire, l’American Staffordshire Terrier a en fait des besoins alimentaires tout à fait similaires aux autres chiens du même gabarit que lui.

 

À certains égards, il est même plus économe qu’eux. En effet, son besoin d’entretien est très modéré, et il est généralement épargné par les soucis majeurs de santé. Ainsi, cette race peut tout à fait convenir à des personnes ayant des moyens financiers limités, mais il n’en demeure pas moins vrai que son gabarit implique un budget alimentation plus conséquent que pour d’autres plus petites.

 

Dans tous les cas, il est bon de garder en tête que nul n’est à l’abri d’un coup du sort tel qu’une maladie ou un accident, qui peuvent entraîner des dépenses importantes. Si on a effectivement des moyens modestes, on peut alors se retrouver dans une situation compliquée, voire impossible à gérer. Il est possible néanmoins de réduire fortement cet aléa budgétaire en choisissant de souscrire une assurance santé pour son chien. On a alors la garantie de pouvoir faire face au pire avec plus de sérénité, s’il vient effectivement à se produire.