Le caractère du Husky Sibérien

Le Husky Sibérien est-il proche de ses maîtres ?

Un chiot Husky Sibérien dans les bras de sa propriétaire

Le Husky Sibérien est très proche de l’Homme - et en particulier de ses maîtres -, tout en étant suffisamment indépendant pour ne pas se montrer envahissant.

 

En tout cas, il n'est pas le compagnon idéal pour qui souhaite simplement passer de longs moments de tendresse et de caresses avec son animal, paisiblement lové dans le canapé. Certes, il ne rechigne pas à des caresses, mais le meilleur moyen de le rendre heureux et de renforcer la complicité qui l'unit à son maître n’est pas de le combler d'affection : il s'agit plutôt de partager avec lui des activités lui permettant de se dépenser. Il se fait d'ailleurs un plaisir d'effectuer les tâches physiques que son maître lui confie, et ne ménage alors pas ses efforts pour donner satisfaction.

Le Husky Sibérien peut-il rester seul ?

Habitué depuis des siècles à évoluer au sein d'une meute, à être au service de ses humains et à vivre à leur côtés, le Husky Sibérien supporte difficilement la solitude. S'il est laissé seul des journées entières (par exemple parce que ses maîtres partent travailler), il a de grandes chances d'être malheureux et risque alors de développer différents problèmes de comportement : destructions, aboiements intempestifs, etc.

 

Étant donné sa très bonne sociabilité, lui faire partager son foyer avec un congénère (voire avec un chat qu'il connaît depuis tout petit) est un bon moyen de rendre les absences de ses propriétaires plus supportables. Il n'en reste pas moins inadapté pour des personnes qui passent le plus clair de leur temps hors de leur domicile et ne seraient pas en mesure de l'emmener avec elles.

Entente du Husky Sibérien avec les enfants

Un Husky Sibérien qui lèche le visage d'un enfant

Le Husky Sibérien est un excellent chien pour des enfants, et il aime beaucoup jouer avec eux.

 

Une certaine vigilance est toutefois de mise avec les plus jeunes, qu’il pourrait malencontreusement bousculer lors d’un de ces excès de joie dont il a le secret. En tout état de cause, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul sans surveillance avec un tout-petit.

 

Pour réduire les risques, il est important d'apprendre aux enfants comment se comporter respectueusement avec un chien, dès lors que leur âge le permet.

Entente du Husky Sibérien avec les inconnus

Le Husky Sibérien est un chien très sociable : certains représentants de la race peuvent parfois aboyer en de telles occasions, mais en général il ne se méfie absolument pas de la venue de personnes inconnues et ne se montre jamais agressif, car il n’est pas doté d’instinct de protection. Au contraire, il est même plutôt du genre à les accueillir, a fortiori si celles-ci se montrent prévenantes à son égard.

Le Husky Sibérien est-il protecteur ?

Le Husky Sibérien n'a absolument pas d'instinct protecteur. Cela explique d'ailleurs qu'il ne saurait être employé comme gardien, car il n'est pas du genre à se méfier des personnes et animaux qu'il ne connaît pas.

Le Husky Sibérien est-il obéissant ?

Le Husky Sibérien a un instinct de meute très prononcé, et ne peut obéir qu'à une personne qu'il considère comme le chef de celle-ci. Ainsi, quand bien même il est proche des humains, il n’est pas du genre à vouloir plaire à tout prix, et peut très bien décider de ne pas obéir s'il n'accorde pas de légitimité à l'ordre donné ou à la personne qui le formule.

 

Il doit donc avoir face à lui un maître ferme et cohérent, qui fait le nécessaire pour occuper sans ambivalence la place de l'alpha, ne faiblissant pas quand son chien la teste ou tente de contourner les limites. Dans le cas contraire, la vie quotidienne avec lui peut vite s'avérer chaotique - voire dangereuse.

Besoin d'exercice du Husky Sibérien

Un Husky Sibérien qui court vers l'objectif un jour d'automne

Le besoin d’activité du Husky Sibérien est assez conséquent : habitué historiquement à tirer de lourdes charges sur de longues distances dans des conditions difficiles, c’est encore aujourd’hui un chien très sportif et doté d’une endurance exceptionnelle. Pour être bien dans ses pattes et dans sa tête, il lui faut chaque jour une bonne heure d’activité physique intense.

 

S’il ne fait pas suffisamment d’exercice ou s’il n’est pas assez stimulé mentalement, il risque de développer des comportements destructeurs et de dégrader sérieusement la maison.

Activités recommandées pour un Husky Sibérien

Le Husky Sibérien est un compagnon parfait pour qui aime faire de longues randonnées, ainsi que pour une personne sportive qui rêve d'emmener son animal courir ou faire du vélo avec elle.

 

À l’instar de ses ancêtres, il est également parfaitement en mesure de tirer un traîneau ou une charrette, où peuvent se trouver par exemple les enfants de la famille.

 

Son physique d’athlète, sa puissance, son endurance et son courage lui permettent également de le faire dans le cadre de disciplines sportives à part entière, qu’il s’agisse de sports de traîne sur neige (le traineau, le cani-kart, le ski-joëring…) ou sur terre (cani-crosscani-VTTpulka verte…). Même quand les objectifs fixés sont très élevés, il a peu de chances de décevoir, et il est également capable de pratiquer des disciplines plus « classiques » comme l’agility.

Capacité de travail du Husky Sibérien

Ce n'est pas pour rien que le Husky Sibérien fut utilisé pour la desserte de territoires isolés, pour les courses de traîneau ou encore pour l'exploration polaire : son ardeur à la tâche n'a d'égal que son endurance et sa résistance au froid.

 

De fait, habitué depuis des siècles à servir comme chien de travail, il n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il doit remplir une mission confiée par son maître – et il la prend généralement très à cœur. C'est un travailleur infatigable sur qui on peut compter.

Le Husky Sibérien est-il fugueur ?

Compte tenu de sa passion pour la découverte et de ses grandes capacités physiques, le Husky Sibérien est assez enclin à la fugue - et capable de s’éloigner très loin lorsqu’il y parvient.

 

Il faut savoir d'aileurs qu’à partir du moment où il s’est mis en tête de prendre la poudre d’escampette, ce chien est un roi de l’évasion : que ce soit en franchissant une clôture, en brisant une chaîne à laquelle il est attaché ou encore en faisant glisser son collier pour s’en défaire, il trouve souvent un moyen de parvenir à ses fins.

 

Cela dit, plus son maître lui procure d’activités, c’est-à-dire moins il s’ennuie et plus il est en mesure de se dépenser correctement, moins il est enclin à s’échapper de chez lui.

 

Néanmoins, sa propension à s’éloigner se manifeste aussi bien sûr lors des promenades. Il est donc préférable de le tenir en laisse lors de ces dernières, sans quoi il serait fortement tenté d’aller découvrir de nouveaux horizons par lui-même et/ou de répandre la terreur parmi les petits animaux qui auraient le malheur de croiser sa route. En tout état de cause, si on envisage de le laisser évoluer sans entrave dans certains endroits, il est judicieux d'investir dans un collier connecté : cela permet de savoir à tout moment où il se trouve si jamais il prend le large.

Le Husky Sibérien est-il destructeur ?

Un Husky Sibérien en train de creuser un trou dans le jardin

 Le Husky Sibérien a un sens tout particulier du jardinage, qui correspond en fait à un instinct toujours bien ancré en lui. En effet, dans la toundra, il avait l’habitude de faire des trous pour se créer un abri, se cacher, trouver de la nourriture ou encore enterrer des trésors. Il a donc de grandes chances de continuer à faire de même, et le jardin peut alors vite ressembler à un champ de mines.

 

Un travail d’éducation dès son arrivée dans le foyer peut toutefois permettre de limiter les dégâts, en définissant des endroits dans lesquels il peut s’en donner à cœur joie et d’autres dans lesquels il a interdiction de creuser des trous.

Niveau sonore du Husky Sibérien

Le Husky de Sibérie n’est pas du genre à être à l’origine de conflits avec le voisinage, car il a le bon goût de n’être pas particulièrement bruyant et de n’aboyer que très peu. Il possède cependant un gémissement qui lui est très propre, et il lui arrive de hurler tel un loup lorsqu’il est content.

Adaptation au changement du Husky Sibérien

Descendant de chiens appartenant à un peuple nomade, le Husky Sibérien est un compagnon très adaptable. Il représente donc un choix pertinent pour une personne qui sait qu’elle sera amenée à déménager avec son animal, ou qui souhaite l’emmener voyager avec elle. Le cas échéant, celui-ci ne pourra d’ailleurs qu’être ravi de se dépenser aux côtés de son maître.

Entente du Husky Sibérien avec les autres chiens

Un Husky Sibérien tenu en laisse aux côtés d'un Dalmatien

Non content d’être très sociable envers les humains, le Husky Sibérien l’est aussi avec ses congénères. En effet, tant la cohabitation au quotidien que les rencontres fortuites au détour d’une promenade se passent généralement sans encombre.

 

Quand on connaît un peu son passé, cela n'est guère surprenant, car il a de tout temps été habitué à vivre au sein de meutes. Évoluer en groupe est donc pour lui on ne peut plus naturel, et il apprécie particulièrement d’être en contact avec ses congénères. D’ailleurs s’il partage son foyer avec un ou plusieurs autres chiens, il n’en est que plus épanoui.

Entente du Husky Sibérien avec les chats

Si le Husky de Sibérie est dépourvu d’instinct protecteur, il possède en revanche un fort instinct de chasse. Une grande vigilance est donc de mise lorsqu’il est en contact avec un chat, car il y a des chances qu’il l'assimile à une proie et se mette à le courser.

 

Il demeure néanmoins possible de lui faire partager son foyer avec un petit félin, dès lors qu’on parvient à faire en sorte qu'il considère bien ce dernier comme un membre à partir entière de sa famille. Cela suppose de l'habituer à sa présence dès son plus jeune âge, ou que la cohabitation se mette en place très progressivement.

Entente du Husky Sibérien les autres espèces

Compte tenu de son instinct de prédation, mieux vaut éviter de chercher à faire cohabiter le Husky Sibérien avec un rongeur ou tout autre petit animal : même avec le mieux socialisé des représentants de la race, l’expérience pourrait à tout moment tourner court. La même raison explique qu’il peut être judicieux de le tenir en laisse lors des promenades, pour éviter des situations pénibles voire dangereuses.

 

En revanche, comme il fut élevé durant de nombreuses années auprès de bétail et de chevaux, il s’entend en général très bien avec ces animaux.