L'alimentation du Staffordshire Bull Terrier chiot ou adulte

Nourriture recommandée pour un Staffordshire Bull Terrier

Comme pour n’importe quelle race, il convient de soigner l’alimentation du Staffordshire Bull Terrier, étant donné l’influence que celle-ci a sur sa santé. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à solliciter l’avis d’un vétérinaire pour choisir les produits les plus adaptés ainsi que les rations à donner à son chien.

 

En effet, les besoins alimentaires ne sont pas forcément les mêmes d’un individu à l’autre : l’âge entre certes en ligne de compte, mais ce n’est pas le seul critère. Le gabarit, le niveau d’activité physique ou encore l’état de santé ont également une influence.

 

D’ailleurs, il est tout à fait possible - et même recommandé – d’ajuster la ration du Stafford s’il se dépense beaucoup plus lors de certaines périodes de l’année, comme c’est souvent le cas s’il est utilisé comme chasseur. Il faut alors bien sûr penser à revenir à son régime habituel une fois la saison de chasse achevée, au risque qu’il développe de l’embonpoint.

 

En tout cas, ce chien ne présente pas de disposition particulière à des problèmes digestifs ou à des intolérances alimentaires. De la nourriture industrielle de qualité lui convient parfaitement, tant qu’elle lui apporte bien tous les nutriments dont il a besoin.

 

En général, on ne peut pas en dire autant de celle destinée aux humains. En effet, il y a peu de chances qu’elle réponde à ses besoins nutritionnels : elle risque donc fort de déséquilibrer son régime alimentaire, et ce faisant de lui causer plus de mal que de bien - surtout si c’est sa principale source d’alimentation. Pire, certains aliments très appréciés des humains s’avèrent en revanche toxiques pour les chiens. Mieux vaut donc éviter de donner des restes de table à son compagnon (sauf à les sélectionner scrupuleusement) ou de le laisser se servir dans les poubelles.

Alimentation d'un chiot Staffordshire Bull Terrier

Un chiot Staffie bleu en train de boire dans sa gamelle

Si l’alimentation d’un chien mérite d’être soigneusement étudiée compte tenu de l’impact sur sa santé, cela est d’autant plus vrai lors de ses premiers mois d’existence. En effet, c’est elle qui apporte à son corps tous les nutriments dont il a besoin pour grandir et se développer correctement tout au long de sa croissance. Si on opte pour des aliments inadaptés ou qu’on les donne en quantité insuffisante, il risquerait de développer des carences et de connaître des retards de croissance. Autrement dit, cela pourrait lui porter préjudice pour tout le reste de sa vie.

 

Il est donc essentiel de lui donner en quantité suffisante des aliments spécialement conçus pour les chiots, et si possible de très haute qualité. Dès lors que c’est effectivement le cas, ses besoins nutritionnels sont normalement pleinement satisfaits, si bien qu’il n’est pas nécessaire de lui des compléments alimentaires - à moins bien sûr d’y être invité par le vétérinaire.

 

Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à faire appel régulièrement à l’expertise de ce dernier en ce qui concerne les aliments à choisir ainsi que la quantité à en donner. En effet, les besoins nutritionnels d’un chiot évoluent fortement tout au long de sa croissance : des ajustements s’imposent au fil du temps.

Fréquence des repas d'un Staffordshire Bull Terrier

Un Staffie bleu qui attend sa gamelle de croquettes

Comme pour n’importe quelle race, il vaut mieux répartir la ration quotidienne du Staffordshire Bull Terrier en au moins deux repas - voire davantage lorsqu’il est encore chiot.

 

En effet, cela facilite la digestion et évite le risque de problèmes digestifs qui peuvent survenir s’il ingère trop de nourriture - ce qui a de plus grandes chances d’arriver quand sa ration est donnée en une seule fois. On évite aussi qu’à l’inverse il soit par moments affamé, ce qui pourrait le pousser à réclamer de la nourriture ou à essayer d’en trouver par lui-même (par exemple en fouillant dans les poubelles ou en volant dans les assiettes lorsque ses maîtres ont le dos tourné).

 

Il est recommandé également de donner les repas à heures fixes : cela permet d’instaurer une routine qui renforce la confiance qu’il éprouve envers son maître – ce qui est d’autant plus utile qu’il fonctionne beaucoup à l’affectif. En effet, il constate ainsi qu’il peut compter sur ce dernier pour le nourrir, et donc qu’il n’est pas nécessaire de réclamer ou de se mettre en quête de nourriture par lui-même. 

Éviter l'obésité du Staffordshire Bull Terrier

Le fait que le Staffordshire Bull Terrier ne soit pas prédisposé à l’obésité ne justifie pas un relâchement au niveau de l’alimentation qui lui est offerte. En effet, aucune race et aucun chien ne sont à l’abri de ce fléau. Respecter certaines règles permet de réduire fortement la probabilité que le problème se pose.

 

La première d’entre elles est d’être constamment vigilant quant aux rations qui lui sont données. Il faut donc systématiquement les peser, et s’assurer qu’elles sont adaptées à ses besoins du moment. En effet, comme un chien n’est généralement pas capable de se réguler, il n’hésite pas à manger plus que nécessaire si l’occasion lui en est offerte. Il revient donc à son maître de veiller sur son alimentation.

 

La seconde règle est d’éviter d’abuser des friandises. Il est indéniable en effet qu’elles peuvent être d’une grande utilité dans le cadre de son éducation, mais il l’est tout autant qu’elles ont tôt fait de représenter un apport calorique considérable. L’idéal est de déduire leur apport calorique de sa ration quotidienne et/ou d’opter pour des produits allégés.

 

La troisième et dernière règle est de veiller à ce qu’il ne mange pas autre chose que ce qui lui est destiné. En particulier, il ne faut pas le laisser réclamer ou voler de la nourriture destinée aux humains, car elle n’a que peu de chances d’être adaptée à ses besoins nutritionnels.

Hydratation d'un Staffordshire Bull Terrier

Comme tout chien, le Staffordshire Bull Terrier doit constamment avoir accès à de l’eau fraîche et propre. Cela est d’autant plus crucial qu’il fait partie des races brachycéphales : la forme écrasée de son nez le rend particulièrement sensible aux températures élevées. Or, bien s’hydrater aide l’organisme à mieux résister, et peut permettre d’éviter un coup de chaleur aux conséquences parfois très graves.

 

En plus de veiller à ce qu’il ait de l’eau disponible en permanence, on peut également humidifier ses croquettes ou opter pour des aliments humides, comme de la pâtée. Cette manière supplémentaire de l’hydrater est tout particulièrement judicieuse en été, a fortiori si le climat est sec. Elle est également pertinente pour un individu qui ne boit pas assez, ce qui arrive souvent avec les sujets plus âgés.

 

Par ailleurs, lorsqu'on passe un long moment avec lui en extérieur (par exemple dans le cadre de la chasse, d’une randonnée…), il convient d’emporter de l’eau pour lui et de lui en proposer régulièrement. Cela évite qu’il soit déshydraté et réduit la probabilité qu’il aille se désaltérer dans des flaques ou eaux stagnantes comportant leur lot de risques sanitaires.