Staffordshire Bull Terrier

Staffordshire Bull Terrier

Autres noms : Staffy, Staffie ou Bull Terrier du Staffordshire
Pays d'origine : Royaume-Uni
Groupe : Terrier

Qualités de cette race

Tempérament du Staffordshire Bull Terrier

Affectueux
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Obéissant
Peu dominant
Peut rester seul
Protecteur

Sociabilité du Staffordshire Bull Terrier

Avec les enfants
Avec les inconnus
Avec les autres chiens
Avec les chats
Avec les rongeurs & oiseaux

Le Staffordshire Bull Terrier au quotidien

Capacité de travail
A peu besoin d'exercice
Peu enclin à fuguer
Adaptable
Peu destructeur
Aboie peu
Vit longtemps
Santé robuste
Nécessite peu d'entretien
Perd peu de poils
Bave peu
Mange peu
Peu enclin à l'obésité

Caractéristiques

Espérance de vie
De 12 à 14 ans
Poids de la femelle
De 11 à 15,4 kg
Poids du mâle
De 12,7 à 17 kg
Taille de la femelle
De 33 à 38 cm
Taille du mâle
De 36 à 41 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
En appartement
Comme premier chien
Pour une personne peu disponible
Pour une personne sportive
Pour une personne âgée
Pour une personne allergique
Pour petit budget

Informations sur le Staffordshire Bull Terrier

HistoirePopularitéApparenceVariétésCaractèreÉducation
Foyer idéalSantéReproductionEntretienAlimentationUsages
LégislationPrixHybridesDivers

Genèse du Staffordshire Bull Terrier

En tant que chien de type bull (« bully dog », en anglais), le Staffordshire Bull Terrier partage avec l’American Staffordshire Terrier (aussi connu comme Staffordshire Terrier Américain), l’American Pitbull Terrier (ou Pitbull Terrier Américain) et le Bull Terrier un ancêtre commun : l’English Bulldog (Bouledogue Anglais).

 

Tous ces chiens sont donc d’origine britannique et ont une histoire commune qui est loin d’être des plus heureuses. En effet, l’existence du Bouledogue Anglais remonte au moins au 15ème siècle, où le bullbaiting (c’est-à-dire les combats entre des chiens et un taureau, puisque « bull » signifie « taureau ») était très populaire dans le pays. À une époque où la télévision et les smartphones n’existaient pas encore, cette activité cruelle et sanglante était considérée par les Anglais comme à la fois divertissante et pratique : d’une part, parier sur l’issue de l’affrontement était amusant et très à la mode, et d’autre part, le stress ainsi causé au taureau était vu comme un moyen d’attendrir sa viande. 

 

La pratique des combats d’animaux fut interdite en 1835. Néanmoins, elle perdura de manière clandestine, passant de grandes arènes à ciel ouvert à des fosses situées dans des arrière-salles des pubs ou des caves privées. À défaut de taureaux, on y faisait notamment combattre des chiens entre eux ou contre des groupes de rats qu’ils devaient mettre à mort le plus rapidement possible. C’est dans ce contexte que les éleveurs se mirent en tête d’utiliser des chiens tout aussi tenaces, mais plus petits, rapides et amicaux envers les humains. En effet, ces derniers avaient fréquemment besoin d’intervenir pendant ces combats clandestins et ne voulaient donc pas courir le risque d’être attaqués eux aussi.

Or, à partir du début du 19ème siècle, plusieurs éleveurs avaient commencé à organiser des croisements entre l’English Bulldog et des terriers plus petits comme le Manchester Terrier. Cela entraîna l’apparition des premiers représentants du Bull and Terrier, qui remplissaient tous les critères nécessaires pour participer aux combats clandestins.

 

Vers les années 1860, un éleveur originaire de Birmingham du nom de James Hinks perfectionna encore la race en la croisant avec des English Terrier à la robe blanche. Cela permit de rendre ses représentants davantage élégants, mais aussi encore plus amicaux envers les humains.

 

Chaque région d’Angleterre développa par la suite son propre chien de combat, souvent dérivé du Bull and Terrier. C’est ainsi qu’autour des années 1880 des ouvriers des Midlands de l’Ouest (une région anglaise située immédiatement à l’ouest de Birmingham) créèrent leur propre type de Bull and Terrier, le Staffordshire Bull Terrier. Ce dernier vit le jour plus précisément dans le Black Country, une zone des Midlands de l’Ouest qui doit son nom à la suie noire qui se dégageait des fonderies et forges de la ferronnerie.

Le nom de Staffordshire Bull Terrier fait donc référence à la fois aux chiens dont cette race est issue, mais aussi au Staffordshire, le comté du centre de l’Angleterre où elle fut développée et où elle devint particulièrement populaire.

Diffusion du Staffordshire Bull Terrier dans son pays d'origine

À ses débuts, soit vers la fin du 19ème siècle, le Staffordshire Bull Terrier était très populaire auprès de la classe ouvrière anglaise, et en particulier des mineurs du Staffordshire. Ces hommes au quotidien difficile avaient effectivement pour passe-temps favori de faire combattre ce chien contre un congénère ou un groupe de rats, même si cette pratique était alors formellement interdite. Cela leur procurait à la fois du divertissement et des revenus potentiels, en raison des gains que l’élevage ou les paris pouvaient engendrer.

 

C’est d’ailleurs à cette pratique qu’on doit l’association communément faite entre chiens de type bull et agressivité, qui n’a cessé depuis d’entraîner nombre de difficultés et stigmates tant pour le Staffordshire Bull Terrier que pour ses cousins. En effet, comme ils furent utilisés dans des combats clandestins pendant de nombreuses années, leur réputation est encore entachée de ce passé violent.

 

Malgré cela, au début du 20ème siècle, l’intérêt pour le Staffordshire Bull Terrier devint de plus en plus grand, et il commença à être apprécié par des personnes issues de milieux plus aisés. C’est ainsi qu’il attira des individus influents dans le milieu des expositions canines tels que Joseph Dunn qui, pris de passion pour la race, monta en 1935 le premier club lui étant consacré, le Cradley Heath Club. Cela n’aurait d’ailleurs pas été possible sans l’aide d’un certain Joe Mallen, à la tête d’un pub situé à Cradley Heath et nommé « Old Cross Guns » : c’est là que l’association se réunissait, et qu’elle organisa la première exposition dédiée à la race.

 

C’est grâce à des passionnés de cette dernière comme Joseph Dunn ou Joe Mallen que le Stafford perdura au-delà de sa fonction de chien de combats. En effet, ceux-ci l'appréciaient et le promouvaient non seulement pour son exploitation sanglante et les profits que celle-ci pouvait engendrer, mais aussi pour ses qualités intrinsèques d’animal de compagnie loyal et amical.

 

Le Staffordshire Bull Terrier s’éloigna ainsi progressivement de son passé de gladiateur redoutable, puisqu’un nombre croissant de ses représentants vivaient éloignés des fosses de combat. Cela lui permit de gagner en notoriété et respectabilité.

 

Tant le travail des éleveurs de la race que l’évolution de son usage expliquent qu’elle finit par obtenir en 1938 la reconnaissance officielle du Kennel Club, l’organisme cynologique de référence du Royaume-Uni. Elle ne tarda pas alors à devenir un favori des expositions canines : de nombreux spécimens tels que Jim the Dandy, Cross Guns Johnson, Brother of Looe, Bocking-Joseph, Timyke-Mustard, Game Bill, Game Laddie, Gentleman Jim ou encore Lady Eve remportèrent ainsi rapidement différents titres dans des compétitions très prestigieuses comme le Crufts ou le Wembley National Dog Show.

 

Ses qualités de travail et d’exposition ainsi que son caractère loyal et affectueux font que le Staffordshire Bull Terrier continue depuis lors d’être très apprécié dans son pays natal, et a aussi de nombreux adeptes à l’international.

Diffusion internationale du Staffordshire Bull Terrier

Le Staffordshire Bull Terrier essaima hors de ses terres d’origine dès la seconde moitié du 19ème siècle. Toutefois, que ce soit à cette époque ou par la suite, il ne reçut pas partout un accueil enthousiaste : dans certains pays et territoires, sa diffusion fut fortement freinée par divers préjugés à son encontre et réglementations restreignant voire interdisant sa possession.

 

La diffusion du Staffordshire Bull Terrier en Europe

Le Staffordshire Bull Terrier se diffusa avant tout dans les pays voisins de sa terre natale, l’Angleterre. C’est ainsi qu’on le retrouva d’abord en Irlande, après qu’il y fut amené dans la seconde moitié du 19ème siècle pour servir comme chien de combat et de chasse. Il y gagna très vite en popularité pour ses capacités de travail, ainsi que ses qualités d’animal de compagnie et de chien d’exposition. Il semble d’ailleurs que des éleveurs en développèrent leur propre version : l’Irish Staffordshire Bull Terrier, qui aurait été créé en croisant le Staffordshire Bull Terrier et l’Irish Bulldog. Toutefois, certains affirment qu’il s’agissait simplement de l’American Pit Bull Terrier nommé différemment pour contourner la législation irlandaise limitant sa possession. Quoi qu’il en soit, il n’est reconnu comme race à part entière par aucun organisme officiel – pas même l’Irish Kennel Club, l’organisme cynologique de référence du pays. Cela ne l’empêche pas néanmoins d’être listé dans la loi britannique de 1991 listant certains chiens dangereux et interdisant leur possession.

 

L’année 1954 marqua un tournant pour la diffusion du Staffordshire Bull Terrier. C’est en effet à ce moment-là qu’il fut reconnu par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), dont une centaine d'organismes officiels nationaux sont membres - c’est le cas notamment de la Société Centrale Canine (SCC) française, la Société Royale Saint-Hubert (SRSH) belge et la Société Cynologique Suisse (SCS).

 

Il commença à se répandre en France à la fin des années 70, en tant que chien d’exposition et de compagnie. Néanmoins, ce n’est qu’à partir de la fin des années 80 que le nombre d’élevages de la race commença vraiment à décoller. Il mit ensuite un peu plus d’une vingtaine d’années à vraiment se faire une place, avant de remporter le succès qu’on lui connaît aujourd’hui. Il fallut par exemple attendre le début des années 2010 pour qu’un club de race voie le jour, le Staffordshire Bull Terrier Club de France (SBTCF).

 

La situation fut assez comparable en Belgique : les choses prirent du temps. Un club de race local, le Belgium Staffordshire Bull Terrier Club (BSBTC), finit toutefois par être créé en 2015.

 

En Suisse, où le Staffordshire Bull Terrier Club Suisse (SBTCS) est reconnu depuis 1997 par la Société Canine Suisse (SCS) comme club officiel de la race, la diffusion de cette dernière fut grandement freinée par les polémiques survenues au début des années 2000 autour des chiens présentés comme dangereux (dont le SBT fait généralement partie), et par les différentes réglementations prises à leur encontre.

 

Le SBT se répandit également dans le sud de l’Europe, et notamment en Espagne, où il existe un club de race depuis 1989. Cependant, comme en Suisse, sa diffusion dans le pays fut limitée par une loi sur les chiens dangereux – qui en l’occurrence fut promulguée en 1999.

 

En revanche, le Staffordshire Bull Terrier se diffusa largement aux Pays-Bas dès les années 70, à partir du moment où un individu dénommé Sevenoaks Slenkge (importé par Annigje Schneider-Louter, qui avait aussi importé le premier Lhassa Apso dans les années 60) se fit remarquer lors d’une exposition canine qui se tint à Amsterdam en 1971. D’autres passionnés se mirent alors à faire venir eux aussi des spécimens depuis la Grande-Bretagne, et des élevages locaux virent rapidement le jour - Sevenoaks Slenkge fut d’ailleurs lui-même utilisé comme reproducteur.

 

La diffusion du Staffordshire Bull Terrier en Amérique du Nord

Le premier sol géographiquement éloigné que le Staffordshire Bull Terrier foula fut celui des États-Unis, où il arriva dans la deuxième moitié du 19ème siècle, période des grandes migrations vers le « Nouveau Monde » que représentait alors le continent américain. En effet, beaucoup d’Anglais et Irlandais partirent à cette période chercher meilleure fortune de l’autre côté de l’Atlantique, emportant avec eux leurs compagnons – dont des Staffordshire Bull Terriers. Il y fut utilisé comme chien de combat, mais également comme animal de compagnie.

 

Sa diffusion sur le territoire poussa d’ailleurs vers le début du 20ème siècle des éleveurs américains à en développer une version plus grande et lourde, l’American Staffordshire Terrier (nommé parfois simplement AmStaff), aujourd’hui reconnu comme une race à part entière par la plupart des organismes cynologiques de référence. Lui aussi fut utilisé dans les combats de chiens, qui s’étaient répandus dans le pays depuis la première moitié du 19ème siècle, mais finirent par y être interdits en 1976.

 

Cela dit, ce n’était pas gagné d’avance pour ces deux cousins. En effet, au départ, l’American Kennel Club (AKC), l’organisme canin de référence des États-Unis, refusait de reconnaître tout chien de type bull, voulant éviter que son image soit associée aux combats. Il fallut donc attendre 1974 pour qu’il reconnaisse le Staffordshire Bull Terrier, soit plus d’un siècle après l’arrivée de ce dernier dans le pays. L’autre organisme américain d'envergure, le United Kennel Club (UKC), lui emboîta le pas l’année suivante.

 

Ces décisions aidèrent évidemment le SBT à acquérir une renommée grandissante aux États-Unis ; un nombre croissant de personnes se mirent à connaître et apprécier ses qualités physiques et caractérielles.

 

Il se répandit également au Canada à partir des années 50, et sa reconnaissance par le Club Canin Canadien intervint dès 1953. Sa diffusion y doit beaucoup à un couple de Londoniens, Jack et Myrtle Horn, venus s’installer au Canada accompagnés de leurs deux SBT, Boy et Red Rali of Bandits. Ces derniers leur permirent de constituer un élevage qu’il baptisèrent Patty’s et qui eut un grand impact sur la diffusion de la race dans le pays. Un club de race, le Staffordshire Bull Terrier Club of Canada (SBTCC), fut fondé en 1965. Pendant longtemps, la plupart des spécimens se trouvaient en Ontario, jusqu’à ce qu’en 2005 les autorités de la province promulguent une loi bannissant les Pitbulls, auxquels le SBT fut assimilé en raison de son appartenance au groupe des chiens bull. D’autres villes et municipalités canadiennes s’alignèrent également sur cette position en bannissant les chiens de type bull de leur territoire (comme à Winnipeg, au Manitoba) ou en restreignant leur acquisition et leur possession. Dès lors, le nombre de spécimens et d’éleveurs présents au Canada diminua drastiquement.

 

Toutefois, à partir des années 2010, des provinces (tel le Québec) et certaines villes (Montréal, Sherbrooke, Vancouver…) levèrent quant à elles des restrictions qui touchaient auparavant certaines races considérées comme dangereuses, dont le Stafford. De fait, sur la même période, on constata une augmentation sensible du nombre d’individus dans certaines zones, en particulier la Colombie-Britannique et les Prairies. Ainsi, les efforts des éleveurs et passionnés permettent de maintenir la présence de ce chien dans le territoire canadien, malgré les obstacles légaux qui se dressent parfois sur sa route.

La morphologie imposante du Staffordshire Bull Terrier et son utilisation passée comme chien de combat ont parfois limité sa diffusion et sa popularité, et continuent d’ailleurs de le faire : aujourd’hui encore, il a mauvaise réputation aux yeux de certains. Ainsi, comme d’ailleurs plusieurs autres chiens de type bull, il est étiqueté dans divers endroits comme étant « dangereux » et de ce fait ciblé par des réglementations qui encadrent – voire interdisent – sa possession.

 

Malgré tout, cela ne l’empêche pas d’être présent et apprécié dans nombre de pays, et même de faire partie des races les plus populaires dans certains. Il faut dire que sa nature énergique, loyale et affectueuse en fait un excellent animal de compagnie.

Plus d'infos sur la popularité du Staffordshire Bull Terrier

Taille & poids du Staffordshire Bull Terrier

Taille du mâle
De 36 à 41 cm
Taille de la femelle
De 33 à 38 cm
Poids du mâle
De 12,7 à 17 kg
Poids de la femelle
De 11 à 15,4 kg
Un Staffie bringé avec un collier

La croissance des femelles Staffordshire Bull Terrier s’achève vers l'âge de 12 mois pour les plus petits gabarits, et 16 mois pour les plus gros. Chez les mâles, elle dure entre 14 et 16 mois.

 

Par ailleurs, le dimorphisme sexuel est peu prononcé chez cette race : les premières ne sont que légèrement plus petites et légères que les seconds.

Morphologie du Staffordshire Bull Terrier

Un Staffie au milieu d'une route

Bien que le Staffordshire Bull Terrier n’ait qu’une hauteur moyenne, il est imposant : sa large tête, son corps trapu et compact, sa musculature très développée, son ossature forte, ses côtes cintrées, sa poitrine large, ses épaules saillantes et son encolure épaisse en font un chien puissamment bâti et dissuasif.

 

Ce sont d’ailleurs des caractéristiques qu’il partage avec plusieurs races de type bull, telles que l’American Staffordshire Terrier et l’American Pit Bull Terrier, même s’il possède bien sûr certaines caractéristiques physiques qui l’en différencient.

Pattes du Staffordshire Bull Terrier

Le Stafford présente des pattes bien osseuses, bien attachées et parallèles vues de derrière. Leur musculature et leur droiture contribuent à son image de chien fort et toujours à l’affût.

 

Ses pieds sont également forts, pourvus de coussinets épais et de dimension moyenne. Chez les individus unicolores, les ongles sont noirs.

Article détaillé : Les pattes du chien

Queue du Staffordshire Bull Terrier

Le Staffordshire Bull Terrier possède une queue de longueur moyenne, attachée et portée basse. Elle s’affine en s’approchant de l’extrémité et ne doit pas s’enrouler. Elle est supposée ressembler à un manche de pompe d’autrefois.

Article détaillé : La queue du chien

Tête du Staffordshire Bull Terrier

La tête du Staffordshire Bull Terrier est petite, bien que dotée d’un crâne large au stop marqué. Elle est surmontée par des oreilles elles aussi de petite taille, semi-dressées ou en rose.

 

Le chanfrein est court et le museau toujours noir.

 

La mâchoire quant à elle est forte, avec en particulier des muscles de joue très proéminents - ce qui est un trait distinctif des différents chiens de type bull.

 

Le crâne aplati et élargi, la face quelque peu écrasée et le nez court du Staffordshire Bull Terrier en font un chien brachycéphale, avec notamment les risques de problèmes respiratoires que cela implique. Le phénomène est toutefois plus ou moins prononcé d’un individu à l’autre, et l’est globalement moins que chez d’autres races.

Article détaillé : La tête du chien

Yeux du Staffordshire Bull Terrier

Le Staffordshire Bull Terrier a des yeux ronds et de préférence foncés, même s’ils peuvent s’harmoniser dans une certaine mesure avec la couleur de la robe. Dans tous les cas, son regard intense contribue à lui donner un air imposant et intelligent.

Article détaillé : Les yeux du chien

Pelage du Staffordshire Bull Terrier

Le Stafford est dépourvu de sous-poil, mais possède un poil de couverture ras et épais qui présente une texture soyeuse.

Couleurs de robe du Staffordshire Bull Terrier

La robe du Staffordshire Bull Terrier est susceptible d’arborer de nombreuses apparences différentes. En effet, elle peut être unie de couleur rouge, fauve, bringée, blanche, noire, ou bleue, ou bien combiner n’importe laquelle de ces couleurs avec le blanc.

 

Il existe également des individus à la robe noire et brune (aussi dite feu) ou marron (aussi dite foie), mais ils ne sont pas acceptés par les différents organismes nationaux et internationaux de référence : le Kennel Club britannique, l’American Kennel Club (AKC), la Fédération Cynologique Internationale (FCI) et la centaine d’organismes nationaux qui en sont membres (dont ceux de la France, la Belgique et la Suisse), etc. Ils ne peuvent donc pas être enregistrés comme des Staffordshire Bull Terrier de pure race.

Standard du Staffordshire Bull Terrier

Les standards de race sont des documents établis par les organismes officiels qui listent les conditions qu'un Staffordshire Bull Terrier doit respecter pour être pleinement reconnu comme appartenant à la race :

Le cas du Staffordshire Bull Terrier bleu

Beaucoup de passionnés considèrent le Staffordshire Bull Terrier à robe bleue comme la « star » de la race, et certains militent même pour sa reconnaissance comme race à part entière.

 

Or, bien qu’ils soient recherchés pour leur rareté et leur beauté particulière, les spécimens arborant une telle robe sont pour le reste tout à fait identiques à ceux qui sont d’une autre couleur, tant sur le plan physique que comportemental. Ceci explique qu’ils ne sont pas considérés par les organismes cynologiques officiels comme constituant une race distincte, et qu’il y a peu de chances que ce soit un jour le cas.

 

Staffordshire Bull Terrier et American Staffordshire Terrier

Connu plus communément sous le nom d’AmStaff, l’American Staffordshire Terrier ressemble énormément au Staffordshire Bull Terrier, si ce n’est qu’il est plus grand et moins trapu que lui. Ce n’est pas un hasard.

 

En effet, suite à l’arrivée du SBT aux États-Unis dans la seconde moitié du 19ème siècle, il y suscita un tel engouement que des éleveurs locaux se mirent à en créer leur propre version, probablement à partir de croisements avec le Blue Paul Terrier. Celle-ci fut reconnue dès 1936 par l’organisme cynologique de référence du pays, l’American Kennel Club (AKC), sous le nom de Staffordshire Terrier. Le SBT dut quant à lui attendre 1974 pour être reconnu à son tour, après que l’AKC renomma en American Staffordshire Terrier la race reconnue depuis 1936, pour mieux distinguer le chien original et sa variante américaine. En effet, l’Amstaff ayant évolué vers un gabarit plus large et lourd, l’AKC considéra que les deux avaient sensiblement divergé, et donc qu’il fallait les considérer comme deux races distinctes. Il refuse d’ailleurs les croisements entre elles.

 

Depuis lors, l'American Staffordshire Terrier a fait son chemin hors des États-Unis. Il fut d’ailleurs reconnu par la Fédération Cynologique Internationale (dont sont membres une centaine d’organismes nationaux, dont ceux de la France, la Belgique et la Suisse) dès 1936, soit la même année qu’aux États-Unis. En revanche, le Kennel Club britannique n’a lui toujours pas franchi le pas.

 

Il convient en tout cas de souligner qu’à l’instar de son ancêtre anglais, l’American Staffordshire Bull Terrier fut d’abord développé et répandu pour être utilisé dans les combats d’animaux, avant de s’en éloigner progressivement et de devenir davantage connu pour son rôle de chasseur, de gardien ou encore de simple compagnon domestique.

 

Staffordshire Bull Terrier et Irish Staffordshire Bull Terrier

Les Américains ne sont pas les seuls à avoir créé une variante du Staffordshire Bull Terrier. Il semble en effet que des éleveurs irlandais en firent de même dès la seconde moitié du 19ème siècle, donnant naissance à l’Irish Staffordshire Bull Terrier. Possiblement créé en croisant l’Irish Bulldog et le SBT, il se distingue en particulier de ce dernier par des pattes plus élancées ainsi qu’une tête plus allongée et pointue.

 

Certains spécialistes estiment toutefois qu’il s’agit simplement de l’American Pit Bull Terrier nommé différemment, afin de contourner les législations irlandaises en limitant la possession.

 

Quoi qu’il en soit, à l’instar du Staffordshire Bull Terrier, l’Irish Staffordshire Bull Terrier fut destiné initialement aux combats, puis commença par la suite à remplir d’autres rôles – dont celui de simple animal de compagnie. C’est celui dans lequel on le retrouve le plus souvent de nos jours.

 

Il est loin néanmoins d’avoir rencontré le succès de son ancêtre putatif ou même de l’American Staffordshire Terrier. En effet, il ne s’est pas vraiment diffusé à l’international et n’est reconnu par aucun organisme cynologique de référence – pas même celui de son pays d’origine, l’Irish Kennel Club.

Bien qu’il fût utilisé à l’origine pour des combats, le Staffordshire Bull Terrier ne présente plus le caractère agressif qu’il avait à ses débuts. En effet, même si son gabarit musclé lui donne toujours un air imposant qui rappelle son passé de combattant régnant dans les arènes, un travail de sélection en a fait au fil des générations un chien très équilibré.

 

Ainsi, réputé aujourd’hui pour son tempérament à la fois assertif et doux en raison de son courage et son affectuosité, il est très apprécié comme simple animal de compagnie – et ne manque pas de qualités pour tenir ce rôle.

Plus d'infos sur le caractère du Staffordshire Bull Terrier

Le Staffordshire Bull Terrier a gardé de son passé de chien de combat ses qualités d’animal assertif et coriace. C’est pourquoi son éducation doit être soignée et sa socialisation assez poussée.

 

Dès lors qu’il est effectivement correctement socialisé et bénéficie d’une éducation cohérente, ferme et douce, c’est un chien parfaitement équilibré et facile à vivre, qui déborde de joie, de tendresse et de loyauté.

Plus d'infos sur l'éducation d'un Staffordshire Bull Terrier

Maturité sexuelle du Staffordshire Bull Terrier

Le Staffordshire Bull Terrier atteint sa maturité sexuelle entre 8 et 9 mois.

 

Néanmoins, il est plus raisonnable d’attendre que les femelles atteignent 15 mois avant de les faire s’accoupler, afin qu’elles aient pleinement achevé leur croissance et que leur organisme soit davantage apte à accueillir des petits. Quant aux mâles, il est recommandé d’attendre l’âge d’un an, afin qu’ils soient davantage fertiles.

Durée de gestation du Staffordshire Bull Terrier

La période de gestation de la femelle Staffordshire Bull Terrier varie de 58 à 68 jours, la moyenne étant de 63. Cela se situe dans la moyenne par rapport aux autres races.

Nombre de chiots par portée du Staffordshire Bull Terrier

Une portée de Staffordshire Bull Terrier compte en moyenne 5 chiots. Ce nombre peut toutefois varier fortement (de 1 à 15) en fonction de divers facteurs, à commencer par l’état de santé de la mère et l’âge du père.

Difficultés de mise bas du Staffordshire Bull Terrier

Comme chez la très grande majorité des chiens, la mise bas du Staffordshire Bull Terrier se déroule généralement sans problème. Certaines complications peuvent tout de même survenir, et il convient donc de savoir identifier les signes annonciateurs : si une gestation dépasse les 63 jours, si une mère cesse de pousser pendant la mise bas, si aucun chiot n’apparaît malgré les efforts de la chienne, si la mise bas dure plus de 24h, etc.

 

Notamment, bien que toutes les races puissent en souffrir, certaines sont prédisposées à une mise bas anormale – aussi connue comme dystocie – en raison de leurs caractéristiques morphologiques. C’est d’ailleurs le cas des races brachycéphales, dont le Staffordshire Bull Terrier fait partie.

 

En effet, une étude vétérinaire sur le sujet parue en 2018 dans la revue The Veterinary Nurse et intitulée « Dystocia resulting in Caesarean section of the bitch » a établi que ce dernier arrive en deuxième position des races les plus touchées par la dystocie, avec un taux de prévalence de plus de 8%.

 

Ainsi, il convient de se familiariser avec le travail canin et de s’y préparer au cas où il y aurait des difficultés de mise bas. Si cela arrive, il faut emmener d’urgence la chienne chez le vétérinaire.

Article détaillé : La mise bas chez la chienne

Reproductions interdites chez le Staffordshire Bull Terrier

  • Sans aller jusqu’à les interdire, la plupart des organismes cynologiques officiels de référence recommandent d’éviter de faire se reproduire les Staffordshire Bull Terrier à pelage bleu, pour des raisons de santé. En effet, les individus arborant cette couleur de robe sont davantage susceptibles de développer l’alopécie des robes diluées, une maladie incurable affectant leur pelage.

  • Même si l’American Staffordshire Terrier descend du SBT, l’American Kennel Club (AKC), l’organisme cynologique de référence aux États-Unis, interdit les croisements entre les deux, afin que les deux races restent bien distinctes. Il en va de même notamment du côté de la Fédération Cynologique Internationale (FCI), et donc de la centaine d’organismes nationaux qui en sont membres – dont ceux de la France, la Belgique et la Suisse.

Le Staffordshire Bull Terrier est une race de chien facile d’entretien. En effet, il ne faut pas plus d’une heure par semaine pour en prendre soin correctement. Évidemment, cela ne veut pas dire pour autant qu’on peut se permettre de négliger cette tâche, sous peine d’exposer son animal à toutes sortes de problèmes de santé.

Plus d'infos sur l'entretien et le toilettage du Staffordshire Bull Terrier

Originellement, le Staffordshire Bull Terrier fut développé spécifiquement pour combattre contre des congénères ou d’autres animaux. Cela dit, dès ses débuts, il ne fut pas seulement utilisé dans ce cadre, mais aussi pour aider à chasser des nuisibles (tels que des rongeurs) et tenir compagnie aux humains. Or, il a gardé sensiblement la même polyvalence que celle de ses débuts.

Plus d'infos sur les usages du Staffordshire Bull Terrier

Le Staffordshire Bull Terrier est encore de nos jours victime de l’image que renvoient son passé sulfureux et sa morphologie caractéristique des chiens de type bull : certaines administrations (communales, municipales, régionales, provinciales ou nationales) restreignent - voire interdisent totalement - sa possession ou sa circulation sur leur territoire.

 

En effet, il fait souvent partie des cibles identifiées par diverses lois apparues en particulier depuis les années 80 et définissant certains chiens comme étant « dangereux », bien souvent à cause de leurs origines de chiens de combat, de leur apparence imposante et de faits divers ayant choqué l’opinion publique et impliquant un ou plusieurs de leurs représentants. 

  

Cela étant, depuis les années 2000, la tendance est plutôt de défaire ces lois visant des races spécifiques (désignées parfois sous l’abréviation LRP : Lois visant des Races Particulières), dont les chiens de type bull comme le SBT. En effet, un peu partout, le législateur constate qu’elles trouvent leurs limites : difficultés de mise en place, coût important (des dépenses de stérilisation voire d’euthanasie, des comportementalistes, des placements dans des chenils et refuges déjà submergés, ainsi que des procédures judiciaires parfois longues et complexes) et inefficacité relative.

 

Par exemple, les Pays-Bas ont renoncé en 2008 à toute législation visant des races particulières. Au début des années 2020, l’Espagne a également commencé à revoir la pertinence de ses LRP. Les collectivités locales ne sont pas en reste, à l’image par exemple de la ville de Winnipeg, au Canada : là aussi, les LRP qui avaient été mises en place par le passé ont commencé à être rediscutées au début des années 2020. Aux États-Unis, entre 2018 et 2022, plus de soixante villes (dont Denver, dans le Colorado, ou Springfield, dans le Missouri) ont ainsi abrogé leurs LRP. Près d’une vingtaine d’Etats se sont même dotés de lois interdisant aux villes et municipalités de fixer des règles ciblant certaines races en particulier, ce qui a donc contraint celles qui en avaient à les supprimer.

 

Ainsi, un peu partout dans le monde, on considère de plus en plus que si problème il y a, il se trouve avant tout du côté du maître, plus que du côté du chien. Ce changement des mentalités est évidemment plutôt positif pour la diffusion du Staffordshire Bull Terrier, mais il n’en reste pas moins nécessaire de bien s’informer sur la législation applicable pour éviter toute mauvaise surprise.

Plus d'infos sur la législation relative au Staffordshire Bull Terrier

Comme pour toutes les races, quel que soit le pays où on se trouve, le prix d’un chiot Staffordshire Bull Terrier varie considérablement d’un individu à l’autre – y compris parfois au sein d’une même portée. En effet, la lignée dont l'animal descend, sa proximité plus ou moins grande avec le standard de la race ainsi que la renommée de l’élevage influent sur le montant demandé.

 

En tout cas, la popularité du SBT fait qu’il est relativement facile à trouver : les éleveurs sont légion.

Plus d'infos sur le prix d'achat d'un Staffordshire Bull Terrier

Staffordshire Bull Terrier célèbres de l'Histoire

Plusieurs Staffordshire Bull Terrier contribuèrent à la diffusion et à la notoriété de la race tout au long de son histoire, mais aucun n’eut un impact aussi important que Jim the Dandy. En effet, ce dernier fut notamment le modèle du premier standard officiel de la race, établi par le Kennel Club britannique en 1935. La même année, il fut également élu champion de la toute première exposition canine dédiée à la race. Celle-ci se tint au pub de Cradley Heath nommé le « Old Cross Guns », lieu de rassemblement du premier club dédié à la race.

Le Staffordshire Bull Terrier dans la littérature

Le Staffordshire Bull Terrier est notamment présent dans la littérature du 20ème siècle grâce à Sir James Percy FitzPatrick (1862-1931), auteur en 1907 de Jock of the Bushveld. Cet écrivain sud-africain y raconte ses histoires de voyages, au cours desquels il était accompagné de son chien, Jock. Ce Stafford était l’avorton de sa portée et destiné à être noyé avant que FitzPatrick ne l’adopte et ne partage avec lui ses aventures. Ces dernières furent particulièrement appréciées de ses enfants, mais aussi du grand public après que le célèbre écrivain britannique Rudyard Kipling (1865-1936) lui ait suggéré d’en faire un livre. 

 

On retrouve également le SBT dans deux récits autobiographiques de John Dolan, né en 1971 et qui est un des artistes anglais les plus établis de Londres. Ainsi, dans John & George: The dog who changed my life (2014) puis dans George the Dog, John the Artist: A rescue story (2015),  il raconte son existence de sans-domicile et comment il parvint à s’extraire de la vie dans la rue et se faire une place dans les galeries d’art grâce à son Staffordshire Bull Terrier nommé George. En effet, c’est l’arrivée dans sa vie de ce dernier qui le poussa à développer son talent pour le dessin, talent qui le propulsa sur les devants de la scène artistique londonienne.

Le Staffordshire Bull Terrier dans la peinture

Le Staffordshire Bull Terrier dans la peinture anglaise

Le Staffordshire Bull Terrier a été peint par de multiples artistes originaires de son pays natal, l’Angleterre.

 

  • On le trouve ainsi représenté notamment dès le milieu du 19ème siècle dans des œuvres du célèbre peintre animalier Sir Edwin Landseer (1802-1873), telles que A Staffordshire bull terrier with a spaniel on a step ou A Staffordshire Bull Terrier ;

  • Il apparaît aussi dans des œuvres sans titre ou nom datant quant à elles du 20ème siècle, mais d’autres artistes anglais de cette époque ont pour leur part signé leurs peintures. C’est notamment le cas de Dorothy Alexandra Johnson (1902-1988), qui a représenté dans les années 50 un champion d’expositions canines nommé Fearless Red of Bandits, ou encore de Sue Gardner, qui a peint un représentant de la race dans les années 2000 ;

  • Néanmoins, l’œuvre la plus originale est sans doute Staff Party, un tableau de Paul Doyle (né en 1964) qui met en scène quatre Staffords attablés autour de quelques verres.

Le Staffordshire Bull Terrier dans la peinture américaine

Le SBT est aussi le sujet de nombreux peintres contemporains aux États-Unis. On peut citer notamment :

 

  • Sandra Sij, qui le représente de manière atypique et royale, notamment dans son tableau Call of the King final battle ;

  • Hannah Stahl, qui a même reçu un prix à l’occasion de la 140ème compétition d’art du Westminster Kennel Club (une des expositions canines les plus prestigieuses au monde, qui se tient chaque année à New-York, aux États-Unis) pour Lucy, une œuvre représentant une Stafford sautant dans les airs ;

  • Michael Tompsett, qui a peint un représentant de la race aux couleurs de l’arc-en-ciel : Rainbow Staffordshire Bull Terrier ;

  • Rebecca Wang, connue pour certaines représentations assez vibrantes – à l’image par exemple de Tallulah the Staffordshire Bull Terrier Dog ;

  • Lee Ann Shepard, dont le tableau Staffordshire Bull Terrier laisse transparaître le caractère doux et amical de la race ;

  • Chris Butler, auteur d’un tableau intitulé simplement Staffordshire Bull Terrier Painting ;

  • Alan Wilkinson, qui représente une femelle dans des tons pastel dans une œuvre intitulée Jade 2 ;

  • Iain McDonald, qui au contraire opte pour des tonalités plus chaudes, notamment dans Staffie Artwork Painting.

 

L'incroyable histoire de John Dolan et de son Staffordshire Bull Terrier

Bien qu’il ne s’agisse pas de peinture à proprement parler, le Staffordshire Bull Terrier est également très présent dans les dessins de John Dolan (né en 1971), un artiste anglais du quartier de Shoreditch (situé dans l’est de Londres) qui devint connu grâce à son chien, George.

Ce dernier lui fut offert en cadeau alors qu’il était encore sans domicile fixe, et il prit donc l’habitude de mendier dans la rue avec lui. Toutefois, comme il était gêné de simplement observer des personnes mettre de l’argent dans un chapeau qu’il posait aux côtés de George, il décida de s’occuper en peaufinant son talent naturel pour le dessin. Il se mit donc à passer des journées entières assis sur la rue principale de Shoreditch à dessiner, s’inspirant à la fois des bâtiments observés et de son compagnon.

George changea donc radicalement sa vie, puisque sa présence poussa son maître à travailler longuement sur son art, afin de ne pas avoir le sentiment de profiter de son chien pour récolter de l’argent sans rien faire. À force de travail, et avec aussi un peu de chance,  John Dolan finit par devenir un des artistes londoniens les plus reconnus. Ainsi, après avoir passé des années dans la rue à vendre ses créations aux passants, il réalisa deux expositions, dont la deuxième, intitulée John and George, présentait des centaines de dessins en hommage à son compagnon à quatre pattes. Aujourd’hui, même s’il n’en a plus besoin, on peut encore parfois le trouver assis au même endroit, sur la rue principale de Shoreditch, en train de dessiner avec son fidèle et fameux compagnon.

Le Staffordshire Bull Terrier à l'écran

Le Staffordshire Bull Terrier n’a pas vraiment laissé de trace notable au cinéma ou à la télévision, si ce n’est dans l’émission The Crocodile Hunter, diffusée entre 1997 et 2004 auprès de plus de 500 millions de téléspectateurs dans plus de 130 pays. Elle était consacrée à la nature et fut notamment animée par le célèbre écologiste australien Steve Irwin (1962-2006).

 

En effet, ce dernier y apparaissait rarement sans Sui, sa Stafford, jusqu’à ce qu’elle décède en 2004. Celle-ci l’aidait ainsi régulièrement à batailler contre des cochons sauvages, des serpents et des crocodiles. Elle fut même fréquemment filmée en train de mordre les queues de ces derniers afin de détourner leur attention à des moments cruciaux. Ainsi, son passage sur le petit écran lui permit d’incarner avec brio les qualités de bravoure, dévotion et loyauté qui sont attribuées à cette race.  

Staffordshire Bull Terrier de célébrités

De nombreuses personnes célèbres furent ou sont les heureuses propriétaires d’un Staffordshire Bull Terrier, notamment dans l’univers du grand et du petit écran et depuis le début des années 2000.

 

C’est le cas d’Adriana Karembeu, Steve Irwin, Keith Chegwin, Jessica Alba, Danny Trejo, Rachel Bilson, Josh Hutcherson, Linda Blair, Cesar Millan, Kevin Bacon, Kate Moss, Liam Hemsworth, Vin Diesel, Tom Holland, Kaley Cuoco, Adrian Grenier, Rachael Ray, Roy Hattersley, Miranda Lambert, Paddy McGuiness, Professor Green, Rebecca Corry, Raymond Romano, Paul O’Grady, Jon Bernthal ou encore Andrew Rosindell, parmi tant d’autres.

Staffordshire Bull Terrier qui sont des célébrités

La race eut quelques représentants particulièrement connus, au point qu’ils devinrent des célébrités.

 

  • Le Staffordshire Bull Terrier fut la mascotte du Staffordshire Regiment, un régiment d’infanterie de l’armée britannique, jusqu’à ce qu’en 2007 il fusionne avec d’autres pour former le Mercian Regiment. Le SBT reste cela dit la mascotte non officielle de ce nouveau régiment grâce à l’association du Staffordshire Regiment, qui elle continue d’exister.

    Cette tradition remonte à 1882, année durant laquelle le Staffordshire Regiment quitta l’Égypte (où il se trouvait dans le cadre de la guerre anglo-égyptienne) pour participer à une mission de secours du général Charles George Gordon et de ses troupes, alors assiégés à Khartoum, la capitale du Soudan. Durant ce voyage en train, les troupes du Staffordshire étaient accompagnées de leur SBT dénommé Boxer. Or, ce dernier sauta subitement du train en marche, et les hommes se dirent qu’il n’avait pas survécu à la chute.

    Quelques jours plus tard, alors que les soldats du régiment campaient à Assiut en l’attente d’instructions, un chien très maigre et éreinté arriva en titubant dans leur campement : il s’agissait de Boxer, qui avait marché plus de 300 kilomètres dans le désert, sous une chaleur écrasante, pour rejoindre ses humains. Depuis lors, un Staffordshire Bull Terrier marche traditionnellement en tête du régiment lors des parades, en plus de participer à de nombreux évènements militaires et nationaux.

 

  • Un chien nommé Cooper est connu pour avoir été le premier Staffordshire Bull Terrier adopté en 2018 par la police du Staffordshire pour intégrer ses services.

  • Plusieurs Staffordshire Bull Terriers sont devenus célèbres en créant un engouement sur la toile. C’est notamment le cas de Honey, une femelle qui réagit aux compliments de sa maîtresse de manière très affectueuse et drôle - ce qui lui valut plus de 50 millions de vues sur TikTok, un réseau social de partages de vidéos. Sa propriétaire, une Australienne nommée Sarah Lawther, est d’ailleurs suivie par plus d’un demi-million de personnes sur son compte Tiktok, grâce à ses nombreuses vidéos mettant en scène sa Stafford. Honey a également son propre compte Instagram, où elle compte des milliers d’abonnés.

 

Trouvez un élevage de Staffordshire Bull Terrier près de chez vous !

Avis & conseils

Un dressage ferme tous en étant calme

Un chien très intelligent affectueux

A mettre en contact avec d'autre chien.

Et ne pas oublié que le chien et à l'image de sont maitre

   
Par Mozart

Le seul point que je trouve négatif c'est que en présence enfant nous c'est maître qui l'aimons au plus profond de notre coeur sommes mis à l'écart même d'un regard j'avoue que sa me fait de la peine mdr

0    0
Par Liliphel

J'ai une staffie de 10 mois et pour rien au monde je regrette sa présence se sont des chiens merveilleux il sont d'un courage même étant chiot, des l'ages de 4 mois elle m'avais déjà sauver la mise la première fois cetais mon voisin du bas insupportable qui avec c'est amis m'avais encercler pour me faire peur je peut vous dire que à la réaction de ma chienne c'est eux qui on eu peur mais grâce à elle j'ai pu rentrer chez moi tranquillement et la deuxième fois j'ai fait une crise épilepsie pendant la nuit et elle a étais réveiller mon copain en lui fesait comprendre que quelque chose n'aller pas et quand j'ai repris conscience j'avais à ma droite mon copain et à ma gauche ma chienne assise qui me regarder j'étais au ange ????

0    0
Par Liliphel

Mon pepere vient de feter ses 4ans, un amour avec tout le monde surtout les enfants, il veille tjr sur eux, adorable avec les adultes, joueur, gentil, sociable, calme, très calin, il me suit partout. Un peu brute dans ses jeux mais comme il est très obéïssant, quand on dit stop il sait s'arreter. Mon "P'tit toutou" , un amour de Chien !!!!

0    0
Par Mariane

Sans doute la meilleure race avec le basset et le saint bernard quand on a des enfants.

0    0
Par pseudo

J'ai acquis mon staffie il y a de cela 10 mois maintenant. Ces chiens sont très obéissants, pour autant que le dressage et un suivi régulier aient été fait. Il aime tout le monde sans exception et voit en ces congénères que des potes, jamais eu un seul problème de dominance ou d'agressivité... Ce qui prouve que, bien sociabilisé chiot, cela devient des compagnons idéaux.
Cependant, il faut être capable d'arrêter le jeu quand cela devient trop brusque ! En effet, pas tous les chiens apprécient la façon de jouer du staffie.

0    0
Par Linette

Absolument d'accord avec Gaia! mon staffie Harley est un amour de chien: affectueux, obéissant et très intelligent.... Ils ont malheureusement mauvaise réputation, pourtant ce sont des chiens tellement gentils et plein d'énergie! Nous avons 2 chats et 2 enfants à la maison et tout le monde s'entend très bien, comme quoi, ils n'y a pas de mauvais chiens, juste de mauvais maitres!!...

0    0
Par pseudo maud

J'ai acquis ma staffie il y a un peu plus d'un an. Une chienne avec qui j'ai beaucoup appris. Chien têtu ??? Très intelligent! Chien dangereux? Elle aime tout le monde! Je suis en train de l'éduquer, ce qui demande du temps comme pour tout chien mais c'est une race a connaitre, une race pour lequel on ne peut que tomber amoureux.

0    0
Par Gaia

BONJOUR ! Mon mâle staffie de 18 mois est un vrai clown bourré de dynamite (Fait des bonds d'1 mètre sur place, fonce sur la porte avec son petit poitrail musclé ! Bref, élevé avec mes 3 enfants de 4 mois à 3 ans, il se laisse complètement dominé : sur le dos avec le bébé avachit sur son ventre. Bon, il se contrôle pour ne pas trop les renverser - en jouant avec eux - et ce avec un peu de maladresse parfois !!! Il est tout mignon et excellent de garde naturellement, en ville il est sociable avec les autres chiens (surtout femelles bien sûr !) mais dès que le chien rencontré montre le moindre petit grognement ou signe de dominance alors... attention car il réagit au quart de tour pour la bagarre ! Super compagnon intelligent mais une vrai tête de mûle qu'il faut rappeler à l'ordre pour que les ordres entre bien dans sa tête ! Et niveau éducation rien à voir avec mes chiens précédents (doberman labrador, beauceron !), il faut bien lui montrer qui est le chef sinon ce serait déjà lui le patron à la maison !!!

0    0
Par kaya

bonjour j'ai un staffie c'est un chien adorable, calin, un simple regard votre compagnon comprend il faut apprendre a connaitre cette race

0    0
Par michel

bonjour, les staffies sont vraiment des chiens adorables qui ne demande que des calins et de se dépensés, moi j'ai 2 chiennes staffie et elles sont des amours, surtout avec mon bébé de 2 mois, elles veillent tout le temps sur lui, elles dorment au pied de son lit la journée, c'est vraiment des chiens formidables mais il leurs faut une éducation ferme parce que c'est asser tétu...

0    0
Par alexia

Le plus beau d'apres moi, on ne s'ennuie pas avec un Staff !!! ma tina est un amour !! le seul hic !! parfois on longe les murs elle et moi a cause de tout ces prejugés, un maitre rebeu + un staff = danger !!! dommage mais bon nous c'est que du bonheur !! en + bientot maman !!

0    0
Par Jamal

Moi j'ai un couple et franchement c'est que du bonheur! Ce sont des chiens têtu qui demande d'avoir une éducation ferme mais ce sont d'excellents chiens!!
Je le conseille!

0    0
Par franck

voila un chien extraordinaire qui certe a besoin d'etre éduqué comme tout chien mais qui n'est fondamentalement pas dangereux ou en tout cas pas plus qu'un autre chien. étant assistante vétérinaire je vois régulièrement des staffies et je n'en connais pas un de méchant bien au contraire meme chez le vétérinaire ils sont enjoué et content de nous voir ce qui est rare!!!rire!! cette race est un bon compromis entre une apparence "molosse", de petite taille, sportif, calin, capable d'etre de compagnie et de travail. le chien parfais a condition de bouger un minimum.

0    0
Par Vanessa

c est une race a connaitre il fait juste peur au regard mais ils sont de bon chien je viens tout juste de n avoir un il c est adapter avec mes autre et il fait partie complete de ma meute

0    0
Par sabina

voila avec koi elle est certainement croisée ou le rot weiler qui sont des chiens de classification 3 ; elle le saura vers 6 mois pr la faire opérer : la veto le lui confirmera; mais je crois surtout que tout vient surtout de l'education et du comportement de ses maitres

0    0
Par maguy

Une race à connaitre, un sacré caractère, un joueur dans l'ame.

0    0
Par toundra9

super trop beauuuuuuuuu

0    0
Par KEVIN

Vidéos

Discussions

Pipi la nuit chienne de 2 ans staffie

Bonjour je vous contacte sur le forum car petit soucie depuis quelques mois avec ma chienne staffie avec le pipi la... Lire la suite

Staffie ou bulldog francais ?

Bonjour a tous, Je suis dans un dilemme et j'ai besoin de conseils sages et experimentes!!! Depuis toute... Lire la suite

Adoption staffy 1 ans et demi elle grogne mais 2 autres chienne

Bonjour, j'ai récupéré une chienne staffy de 1 ans et demi. Dans son ancien maison elle avait aussi 1 copine et 1... Lire la suite

Chien croisé staffy

Bonjour, Ma colocataire a depuis septembre/octobre dernier un chien. Ce chien est un chiot que ses anciens... Lire la suite

Toutes les races de chiens

Par lettre :
Par pays :
Par type :