Xoloitzcuintle

Xoloitzcuintle

Autres noms : Chien Nu Mexicain ou Chien nu du Mexique
Noms d'origine : Xoloitzcuintli ou Perro sin Pelo Mexicano
Groupe : Chien de type Spitz et de type primitif
Standard : Standard FCI N°234

Partager
 Envoyer cette page à un ami

Qualités du Xoloitzcuintle

Tempérament du Xoloitzcuintle

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Xoloitzcuintle au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Xoloitzcuintle

Espérance de vie
15 ans
Poids de la femelle
De 4 à 9 kilos
Poids du mâle
De 4 à 9 kilos
Taille de la femelle
De 27 à 45 cm
Taille du mâle
De 30 à 50 cm

Le Xoloitzcuintle : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Xoloitzcuintle

Aussi connu sous le nom de Chien nu du Mexique et parfois surnommé simplement « Xolo », le Xoloitzcuintle (prononcé « cho-loïz-kouintlé »), est considéré comme le premier chien des Amériques. Il existe depuis plusieurs millénaires, comme en témoignent les représentations retrouvées sur bon nombre de poteries précolombiennes – notamment aztèques, mayas et colimas - datant d’il y a plus de 3000 ans. Des rapports écrits des conquistadors espagnols témoignent également de la présence de la race lors de leurs conquêtes.

 

Durant l’époque préhispanique, il était considéré comme un porte-bonheur permettant de repousser des maisons les mauvais esprits et les intrus. Guidant les âmes à travers l’enfer, il fut, selon la mythologie aztèque, créé à partir de « l’os de la vie » par Xolotl, dieu de la foudre et de la mort – le mot « itzcuintle » signifie quant à lui « chien » en langue aztèque. Cet os conféra au Xoloitzcuintle un pouvoir de guérison physique et spirituel. Les légendes racontent qu’il escortait les défunts vers l’au-delà ; pour cette raison, beaucoup de chiens étaient sacrifiés lorsque leur maître décédait.

 

Connu pour être une source de chaleur, il était apprécié et utilisé pour ses propriétés curatives, et connu pour soulager les maux de dents de ses propriétaires, ainsi que leurs insomnies et autres douleurs (rhumatismes, asthme…). Il était ainsi utilisé comme un coussin chauffant : les malades n’avaient qu’à se recroqueviller sur lui pour bénéficier de ses soins. Toutefois, contrairement à ce que l’on croit parfois, la température corporelle du Xolo n’est pas plus élevée que celle d’un autre chien. Simplement, l’absence de poils fait qu’on la ressent davantage.

 

Le Xoloitzcuintle était également utilisé pour la chasse et la garde, et était consommé lors de cérémonies religieuses, dont les funérailles et les mariages.

 

Son absence de poils est due à un gène que l’on trouve également chez le Chien Chinois à Crête. De ce fait, il n’est pas écarté que la race descende - ou en tout cas ait un lien plus ou moins étroit – avec d’anciens chiens asiatiques sans poils. Certains chercheurs avancent d’ailleurs que les ancêtres du Xolo accompagnèrent des peuples nomades sur la Béringie, ces terres immergées depuis plus de 10 000 mais qui reliaient autrefois le continent asiatique et le continent américain.

 

Alors que les témoignages visuels de l’existence de ce chien remontent à plusieurs millénaires, les premiers écrits qui en parlent datent de seulement 1492 et sont le fait d’un certain… Christophe Colomb. L’arrivée des Espagnols – et de leurs maladies - marqua d’ailleurs un tournant et faillit conduire à la disparition de la race, en même temps que leurs propriétaires des peuples autochtones étaient maltraités voire parfois massacrés. Un nombre restreint parvint à survivre, principalement dans les régions reculées de l’actuel Mexique et de l’Amérique Centrale, où les conquistadors ne s’aventuraient que peu.

 

Le Xoloitzcuintle resta un chien extrêmement rare, peu représenté et peu connu jusqu’à la fin du 19ème siècle. Il fut toutefois reconnu dès 1887 par l’American Kennel Club (AKC), sous le nom de Mexican Hairless (Chien Nu Mexicain). La race connut un petit moment de gloire en 1940, quand l’un de ses représentants nommé Chinito Jr. obtint le titre de champion décerné par l’AKC – exploit qu’aucun Xoloitzcuintle n’a été en mesure de reproduire depuis lors. Les effectifs de la race n’en restèrent pas moins très limités dans le pays, à tel point d’ailleurs que l’organisme finit par mettre fin à sa reconnaissance race en 1959. Elle est la seule à avoir été dans ce cas dans toute l’histoire de l’association.

 

Au Mexique, le Xolo était également peu représenté au début du 20ème siècle. Il connut toutefois une certaine popularité dans les années 1930 et 1940, lorsque de célèbres artistes mexicains, à l’instar par exemple de Frida Kahlo et Diego Rivera, les représentèrent sur de nombreuses œuvres. Ce fut le cas notamment de Frida Kahlo et Diego Rivera : ils furent à l’origine d’un gros travail de promotion de la race, notamment à travers l’art et la photo, qui permit d’éloigner la perspective d’une extinction. Dans les années 40, le Xolotzcuintle commença à apparaitre dans les expositions canines mexicaines, et l’organisme canin de référence du pays, la Federación Canofila Mexicana (FCM), finit par la reconnaître officiellement en 1956. L’association travailla alors énormément pour une reconnaissance mondiale de la race.

 

C’est ainsi que la Fédération Cynologique Internationale (FCI), qui ne reconnaissait pas encore la race mais fut sensible au le travail de la FCM, se rendit compte de la situation délicate dans laquelle elle se trouvait. En 1954, elle soutint le projet d’un groupe de passionnés britanniques et mexicains, qui fouilla le territoire mexicain de fond en comble de façon à trouver des sujets susceptibles d’être utilisés pour créer de nouvelles lignées. Sous la direction d’un historien spécialiste de la race, Norman Pelham Wright, ils parvinrent à trouver dix Xolotzcuintles qui furent sélectionnés pour créer un programme d’élevage et servirent de base pour la rédaction du standard officiel de la FCI, lorsqu’en 1961 elle reconnut à son tour la race.

 

Aux États-Unis, le United Kennel Club finit par la reconnaître à son tour en 1993. Quant à l’AKC, il finit par revenir sur sa décision de 1959 et l’accepta de nouveau en 2011. Elle est également reconnue par le Canadian Kennel Club (CLKC) voisin.
On estime aujourd’hui la population mondiale de Xolotzcuintles à environ 30.000 individus. Sans surprise, c’est au Mexique qu’il est le plus populaire. Il est néanmoins possible d’en trouver hors de son pays d’origine, même s’il demeure relativement méconnu.

 

Aux États-Unis, où il y aurait au total un peu moins de 1 000 Xolos sur le territoire, il se situe autour de la 140ème place (sur un peu moins de 200) au classement des races établi par l’AKC sur la base du nombre de naissances annuelles. 

 

En France aussi, la race est assez peu représentée, avec guère plus de 10 à 25 enregistrements par an au Livre des Origines Français (LOF). On observa un pic de popularité entre 2008 et 2011, avec alors plus de 40 naissances annuelles, mais il fut de courte durée.

 

La race est un peu plus implantée au Royaume-Uni, avec autour d’une cinquantaine d’enregistrements annuels auprès du Kennel Club, ce qui représente un doublement par rapport au début des années 2010.

De type Spitz, le Xolotzcuintle est une race de chien primitive, c’est-à-dire qui ne fut pas modelée par l’Homme, mais découle de la sélection naturelle. Chien au look hors du commun, il laisse rarement de marbre : en générale, soit on aime, soit on déteste.

 

Son apparence d’ensemble est fine et athlétique, et il se déplace avec légèreté et vitesse. Il est bien proportionné, toujours plus long que haut, et possède un dos large et légèrement allongé. Sa poitrine est large et profonde.

 

Ses pattes sont solides et ses pieds sont de taille moyenne, avec des doigts plutôt serrés, cambrés et palmés. Sa queue est souvent comparée à celle d’un rat car elle est longue, mince et ne présente que peu de poils à son extrémité.

 

La tête du Chien Nu Mexicain possède un crâne assez large mais est dans l’ensemble élégante, fine et assez anguleuse. Le museau et la mâchoire sont carrés et solides. Le nez est noir, ou de la même couleur que la peau. Les yeux, en forme d’amande, peuvent être de couleur noisette ou marron. Ils arborent un regard expressif qui reflète la grande intelligence de ce chien. L’aspect le plus remarquable de la tête du Xolo n’en reste pas moins ses grandes oreilles droites, qui le font un peu ressembler à une chauve-souris.

 

Cela dit, la particularité physique la plus frappante du Xolotzcuintle est qu’il s’agit d’une race de chiens sans poils, du moins dans les deux tiers des cas. Cette caractéristique est due à un gène dominant (c’est-à-dire que même si un individu possède aussi le gène correspond à la présence de poils, il est dépourvu de poils) également présent chez le Chien Chinois à Crête, et les sujets glabres sont les plus populaires. Ils présentent en général une touffe de poils sur la tête et le dernier tiers de la queue.

 

La peau du Xolo glabre est douce, lisse, très résistante, et elle guérit très vite en cas de coupures ou de blessures superficielles. Lorsqu’il est encore chiot, est peut être ridée, mais chez les adultes elle est toujours lisse. Par ailleurs, elle peut être de diverses couleurs - noir, gris ardoise, gris, bronze, bringé, rouge ou encore fauve - et présenter des tâches ou être unie. Il est aussi fréquent de constater la présence de taches sombres sur les muqueuses et la langue.

 

S’il possède des poils, son manteau doit être court et élégant, à l’image de celui du Doberman. Une robe unie et foncée est préférée, mais il est possible de trouver une palette assez importante de couleurs : noir, gris noirâtre, gris ardoise, gris foncé, rougeâtre, foie, bronze et blond. Il peut aussi présenter des marques blanches ou de n’importe laquelle de ces couleurs.

 

Les éleveurs de Chiens Nus du Mexique privilégient les croisements entre individus glabres. En effet, il est beaucoup plus probable d’obtenir des chiots glabres si ses deux parents le sont, et cette caractéristique est davantage recherchée que la présence de poils. Tous les sujets disposant de poils ne sont pas pour autant totalement exclus de la reproduction, car ils permettent d’assurer la diversité génétique de la race. Toutefois, pour être utilisés ainsi, ils doivent remplir certaines conditions concernant leurs origines : avoir des ancêtres glabres sur au moins trois générations, descendant eux-mêmes de parents glabres. En outre, il est interdit de les faire se reproduire entre eux : un individu poilu ne peut s’accoupler qu’avec un individu glabre, car sinon il donnerait naissance à une portée composée uniquement de chiots poilus. Ces règles permettent d’orienter l’élevage de la race vers la production d’individus sans poil.

 

Il faut toutefois savoir qu’un Xolo homozygote sur le gène « Nu » (c’est-à-dire qui possède deux gènes « Nu ») meurt avant ou peu après sa naissance, car il présente des anomalies physiques extrêmes qui l’empêchent de survivre. Autrement dit, tous les représentants glabres et vivants sont hétérozygotes sur le gène « Nu » : ils possèdent à la fois un gène « Nu » et un gène « Poils ». Le fait que le gène « Nu » soit dominant (c’est-à-dire prend le dessus) explique qu’ils soient dépourvus de poils. Cela ne les empêche pas de pouvoir donner naissance à des chiots poilus, puisqu’ils demeurent porteurs du gène « Poils ».

 

Au contraire, deux chiens poilus qui se reproduisent ne peuvent donner naissance à des chiens nus, car ils sont homozygotes sur le gène « Poils ». Autrement dit, ils possèdent chacun deux gènes « Poils » : le gène « Nu » est totalement absent de leur patrimoine génétique.

 

Ainsi :

  • deux sujets nus donnent une portée constituée d’environ deux tiers de chiots nus et un tiers de chiots à fourrure ;
  • un sujet nu et un sujet à fourrure donnent une portée constituée d’environ 50% de chiots nus et 50% de chiots à fourrure ;
  • deux sujets à fourrure donnent 100% de chiots à fourrure.


Les sujets dépourvus de poils sont particulièrement appréciés des personnes sujettes à l’allergie aux chiens, car ils ne possèdent ni poils, ni puces, et peu de squames, ce qui permet de réduire les risques de réactions allergiques. Pour autant, aucun chien n’est totalement hypoallergénique, et le Xolotzcuintle n’échappe pas à la règle : il produit tout de même des protéines allergènes dans sa salive, son urine et ses squames.

 

Enfin, qu’il possède ou non des poils, le Xolotzcuintle se décline en trois tailles différentes :

  • le Toy, qui mesure entre 25 et 35 cm et pèse entre 6 et 10 kg ;
  • le Miniature, qui mesure entre 36 et 45 kg et pèse entre 10 et 17 kg ;
  • le Standard, qui mesure entre 46 et 60 cm et pèse entre 17 et 23 kg.

 

Quelle que soit la taille, on constate un certain dimorphisme sexuel, le mâle se montrant plus lourds et grands que la femelle.

Le Xoloitzcuintle se décline en trois tailles différentes :

  • le Xoloitzcuintle Standard, qui mesure de 45 à 60 cm et pèse de 17 à 23 kg ;
  • le Xoloitzcuintle Miniature, dont la taille se situe entre 35 et 45 cm, pour un poids de 10 à 17 kg ;
  • le Xoloitzcuintle Toy, qui ne dépasse guère 25 à 35 cm et 6 à 10 kg.

 

En outre, chacune d’entre elles compte à la fois des sujets glabres et d’autres qui ont des poils, si bien qu’il existe au final pas moins de 6 variétés de Xoloitzcuintles.

 

Toutefois, quand bien même ils diffèrent en termes de taille et de pilosité, tous les représentants de la race partagent pour le reste les mêmes caractéristiques.

Standard FCI N°234 (12.01.2009)


TRADUCTION : Prof. R. Triquet


ORIGINE : Mexique.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 04.11.2008.

UTILISATION:


Variété standard : chien de garde.

Variété intermédiaire : chien de garde.

Variété miniature : chien de compagnie.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 5 - Chiens de type Spitz et de type primitif

Section 6 - Chiens de type primitif.

Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Variété sans poil : Chien très attachant dont la caractéristique principale est l'absence totale ou presque totale de poil avec une peau douce et lisse. Le corps est bien proportionné, la poitrine est large et la cage thoracique spacieuse, les membres longs et la queue longue.

Variété avec poil : Chien très attachant, complètement couvert de poils, ayant les mêmes proportions harmonieuses que la variété sans poil. Le pelage peut être de n'importe quelle couleur, longueur et texture. Le corps est bien proportionné, la poitrine est large et la cage thoracique spacieuse, les membres longs et la queue longue.

PROPORTIONS IMPORTANTES :


Le corps, mesuré de la pointe de l'épaule à la pointe de la fesse et du garrot au sol est légèrement plus long que haut : approximativement 10 : 9. La femelle peut être légèrement plus longue que le mâle, à cause de sa fonction de reproductrice.

Le crâne et le museau sont approximativement de la même longueur.

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Le Xoloitzcuintle est un chien silencieux et calme, gai, vigilant et intelligent, méfiant envers les étrangers. C'est un bon chien de garde et un excellent compagnon. Il n'est jamais agressif.

TETE :


REGION CRANIENNE :

- Crâne : De type lupoïde, large et fort, cunéiforme. Vu de dessus, il est large et élégant et va en s'amenuisant en direction du museau; la protubérance occipitale est peu marquée. Les lignes du crâne et du chanfrein sont presque parallèles.

- Stop : Peu accusé mais net.

REGION FACIALE :

- Truffe : Doit être très foncée chez les chiens à robe foncée. Peut être marron ou rose chez les chiens dont la robe est de couleur bronze, rose ou brune chez les sujets blonds et tachetée chez les sujets tachetés.

- Museau : Vu de profil, le museau est droit et les mâchoires supérieure et inférieure sont très fortes.

- Lèvres : Jointives et serrées.

- Mâchoires/dents :


- Variété sans poil : Mâchoires fortes.

Les incisives doivent présenter un articulé en ciseaux parfait; les supérieures recouvrent les inférieures, la face postérieure des incisives supérieures étant en contact avec la face antérieure des incisives inférieures, donnant la forme carrée des mâchoires. L'articulé en pince (incisives bout à bout) est également permis. L'absence de quelques incisives, canines, prémolaires et molaires, ainsi que des dents en rotation ne sont pas pénalisées puisque certains sujets n'ont pas de racines profondes. Génétiquement, l'absence de poil est intimement liée à l'absence de dents.

- Variété avec poil : On demande une denture complète avec articulé en ciseaux ou en pince.

- Langue : Généralement de couleur rose mais elle peut avoir des marques noires, de forme ronde ou formant des raies, ce qui est une caractéristique commune dans cette race. La langue est toujours à l'intérieur de la bouche.

- Joues : Légèrement développées.

- Yeux : De dimensions moyennes, en forme d'amande, à l'expression vive et très intelligente. Leur couleur varie en accord avec celle de la peau dans les tons de noir, brun, châtaigne, ambre ou jaune.
On préfère les couleurs les plus foncées possible et les deux yeux de la même couleur. Les paupières sont bien pigmentées, noires, brunes ou grises chez les chiens de couleur foncée. On admet des paupières claires ou roses chez les chiens de couleur claire sans que cela soit recherché.

- Oreilles :


- Variété sans poil : Les oreilles sont grandes, longues, expressives, très élégantes et de texture délicate. Elles font penser à des oreilles de chauve-souris. Quand le chien est attentif, elle sont toujours portées dressées, leur axe présentant alors une inclinaison de 50 à 80° par rapport à l'horizontale.

- Variété avec poil : Les oreilles sont grandes, longues et élégantes. Elles peuvent être dressées ou tombantes. Toute position est acceptable. Quand le chien est attentif, les deux oreilles doivent être dans la même position.

COU :


- Profil supérieur : Cou porté haut; profil supérieur légèrement galbé.

- Longueur : Proportionnellement long.

- Forme : Mince, flexible, bien musclé et extrêmement élégant.

- Peau du cou : Ferme, élastique, bien appliquée, sans fanon. Les chiots présentent des plis qui disparaissent avec l'âge.

CORPS :


Construit en force.

- Dos : La ligne du dessus paraît parfaitement droite.

- Rein : Fort et musclé.

- Poitrine : Vue de profil, longue et haute, elle descend jusqu'au coude. Les côtes sont légèrement cintrées, jamais plates. Vu de face, le poitrail est de bonne largeur. La carène sternale n'est pas en saillie.

- Ventre : Elégamment marqué. Abdomen musclé et modérément relevé.

QUEUE :


Longue et fine, avec quelques poils hirsutes, elle va en s'amincissant de la base vers l'extrémité chez le Xolo sans poil et elle est complètement couverte de poils dans la variété avec poil.
En action, elle est portée gaiement, relevée en formant une courbe, jamais enroulée sur le dos. Au repos, elle est tombante avec un léger crochet à l'extrémité. Elle est parfois placée entre les membres à cause des basses températures ou on peut considérer cela comme un signe de timidité. La queue doit atteindre le jarret. Elle doit se positionner dans le prolongement de la croupe quand le chien est au repos.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Vu de devant, droits et bien d'aplomb, perpendiculaires au sol.

- Epaules : Plates et musclées avec une bonne articulation scapulo-humérale qui permet un pas long, dégagé et élégant.

- Coudes : Forts, fermes et bien au corps, jamais en dehors.

MEMBRES POSTERIEURS :

Le profil de la croupe doit être légèrement convexe, avec une inclinaison d'approximativement 40 degrés par rapport à l'horizontale. Les membres postérieurs doivent être forts et musclés et le grasset est modérément angulé.

Vu de derrière, les postérieurs sont parfaitement droits et parallèles. Les angles coxo-fémoral, fémoro-tibio-rotulien et tibio-tarsien sont ouverts pour permettre l'action libre et puissante des membres. Les jarrets clos sont fortement pénalisés. Les membres postérieurs ne sont jamais serrés, vus de derrière.

Pieds :

Les pieds sont de longueur moyenne (pieds de lièvre) avec des doigts cambrés et serrés. Ils présentent des poils hirsutes dans la variété sans poil et sont couverts de poils dans la variété avec poil. Les ongles sont noirs chez les chiens de couleur sombre et plus clairs chez les chiens de couleur bronze ou blonde. Les ongles doivent être coupés. Les coussinet sont forts et très résistants, quel que soit le terrain. Les membranes interdigitales sont bien développées.

Il faut faire l'ablation des ergots aux quatre membres sauf dans les pays où cette pratique est interdite par la loi.

ALLURES/MOUVEMENT :


Conformément à ses angulations, le chien se déplace librement, d'un pas élégant, allongé et souple. Le trot est rapide et dégagé, la tête et la queue étant toujours portées haut.

PEAU :


- Variété sans poil : Vu l'absence totale de poils, la peau, chez les chiens de cette race, a pris une grande importance. Elle est lisse, très sensible au toucher et elle paraît plus chaude à cause d'une émission directe de chaleur due à l'absence de pelage. Cependant la température corporelle est la même que chez les autres chiens poilus. A la différence des races poilues chez lesquelles la chaleur se disperse par la ventilation naturelle, la peau exige plus de soins car elle manque de protection naturelle et elle est exposée au soleil et aux intempéries. Les cicatrices accidentelles ne sont pas pénalisées. Le chien transpire par les pieds (par les coussinets et les membranes interdigitales) de sorte qu'il n'halète presque jamais sauf en cas de chaleur extrême. Il doit être exempt de problèmes de peau évidents.

- Variété avec poil : La peau est douce et doit être complètement couverte de poils.

ROBE :


POIL :

Variété sans poil : La caractéristique de cette race est l'absence totale de poil sur le corps (chien chauve ou chien nu).

Cependant il présente quelques poils raides, courts et serrés de n'importe quelle couleur sur le front et la nuque. Ces poils ne doivent jamais dépasser 2,5 cm de long et ne doivent jamais former un toupet de poil long et doux. La présence de poil dur est fréquente aux pieds et à l'extrémité de la queue mais son absence ne doit pas être pénalisée.

Variété avec poil : Cette variété présente du poil sur tout le corps. Il se peut que ce poil soit peu abondant sur le ventre et dans la région interne des membres postérieurs.

COULEUR :

Peau : Variété sans poil : Les robes d'une seule couleur foncée uniforme sont préférées. La gamme varie du noir, gris noirâtre, gris ardoise, gris foncé, au rougeâtre, foie, bronze et blond. La peau peut aussi présenter des taches de n'importe quelle couleur y compris des marques blanches ou tricolores.

Poil : Variété avec poil : Peut présenter n'importe quelle couleur ou combinaison de couleur de différentes tonalités. Le poil peut être de n'importe quelle longueur ou texture sur tout le corps.

TAILLE :


Il existe trois tailles pour les mâles comme pour les femelles.

- Variété standard : de 46 à 60 cm. Les tailles jusqu'à 62 cm sont acceptées chez les sujets de qualité optimale.

- Variété intermédiaire : de 36 à 45 cm.

- Variété miniature : de 25 à 35 cm.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien.

- Tête très large.

- Peau lâche, non appliquée, ridée chez les sujets adultes.

- Peau du cou non appliquée, lâche et ridée chez les sujets adultes.

- Fanon excessif.

- Yeux de couleur claire, ronds et saillants.

- Dos ensellé (lordose) ou voussé (xyphose).

- Croupe avalée.

- Jarrets clos.

- Queue enroulée sur le dos.

- Queue courte.

- Pieds plats.

DEFAUTS GRAVES :


- Manque de type.

- Corps long et étroit avec membres courts.

- Langue pendante.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Yeux bleus ou taches bleues dans l'œil.

- Tout Xoloitzcuintle, avec ou sans poil, prognathe supérieur ou inférieur.

- Articulé défectueux dénoté par une mauvaise position des mâchoires.

- Oreilles coupées ou tombantes chez le Xoloitzcuintle sans poil.

- Queue écourtée.

- Dans la variété " sans poil ", présence de poil ailleurs que sur la tête, les oreilles, le cou, les pieds et la queue.

- Albinisme, cécité et surdité.

- Taille supérieure à 62 cm ou inférieure à 25 cm.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Xoloitzcuintle est un grand indépendant, mais aime plaire. Il n’est pas du genre à rester sans cesse collé à son maître, mais lui est néanmoins fidèle et dévoué. Affectueux, il adore par exemple se blottir sur ses genoux le soir dans le canapé. Il se lie souvent à un membre en particulier du foyer, qu’il estime responsable de ses soins et de sa formation. Même si c’est le cas, il n’en demeure pas moins conseillé d’impliquer l’ensemble de sa famille dans ses soins, de façon à ce qu’il entretienne malgré tout un lien avec chacun(e), et non seulement avec un privilégié.

 

Plutôt énergique, curieux et sûr de lui, il se montre souvent méfiant envers les étrangers dans un premier temps. Il se laisse en général un moment pour analyser les inconnus et décider ou non de s’approcher d’eux, mais certains sujets peuvent même mordre d’emblée, par réflexe primitif. Une socialisation précoce est donc incontournable pour le Xoloitzcuintle, afin de limiter au mieux cette difficulté à accepter les étrangers.

 

Il n’en reste pas moins naturellement protecteur, ce qui en fait un excellent chien de garde, qui ne manque jamais d’avertir sa famille quand un visiteur ou étranger s’approche de la maison. Il n’aboie d’ailleurs généralement que dans ce cas, se montrant plutôt silencieux le reste du temps.

 

Le Chien Nu du Mexique ne pose généralement pas de problème de cohabitation avec les animaux de compagnie qu’il connait depuis tout petit, comme les chiens, les chats, les rongeurs ou même les oiseaux. En revanche, s’il est déjà adulte et n’a pas habitué à vivre avec dès son plus jeune âge, mieux vaut renoncer à l’idée de lui faire partager son foyer avec un rongeur ou un oiseau, car les choses auraient vite fait de tourner court…

 

Il faut également toujours être vigilant lorsqu’il rencontre d’autres animaux inconnus, car il pourrait se montrer dominant et/ou agressif à leur égard. Il a d’ailleurs tendance à poursuivre les chats qu’il ne connait pas, ainsi que les autres animaux plus petits et faibles que lui, comme les rongeurs.

 

En revanche, il s’entend généralement très bien avec les enfants, dès lors que ceux-ci savent comment se comporter avec un chien et le respectent. Il est tout de même conseillé de faire cohabiter ce grand sensible avec des enfants plus âgés ; il s’accorde plus facilement avec eux qu’avec les plus jeunes, souvent plus maladroits et chahuteurs.

 

Son besoin d’attention en fait aussi un bon compagnon pour des retraités ou sédentaires qui passent beaucoup de temps à la maison mais sont néanmoins en mesure de lui procurer l’activité physique dont il a besoin. De fait, il adore partager le quotidien de sa famille et s’épanouit d’autant plus que cette dernière prend soin de l’inclure dans ses activités. Si au contraire il est délaissé par ses maîtres, il a toutes les chances de devenir rapidement destructeur, à cause du stress engendré par la solitude et la séparation.

 

Par ailleurs, les sujets dépourvus de poils conviennent généralement aux personnes sujettes aux allergies ou aux problèmes d’asthme, car l’absence de poils implique qu’ils ne peuvent être porteur de puces et n’ont que peu de squames. Il n’y a toutefois rien de garanti : avant l’adoption, il est primordial de prévoir un essai pendant quelques heures, de façon à s’assurer que la personne allergique et le chien sont bien compatibles.

 

Énergique sans être hyperactif, le Xolo Mexicain a un besoin d’exercice quotidien modéré. Des séances de jeu et/ou des sorties (marche, jogging…) représentant au total au moins 20 à 30 minutes par jour lui suffisent en général. Il adore tout particulièrement jouer, surtout lorsqu’il s’agit de parties de cache-cache où il doit retrouver des objets ou de la nourriture cachés par son maître. Dans la mesure où il est suffisamment en mesure de se dépenser quotidiennement, il peut parfaitement vivre en appartement, mais l’idéal pour lui reste une maison avec jardin, où il aime d’ailleurs passer du temps couché au soleil pour se réchauffer.

 

Il est indispensable toutefois que ledit jardin soit parfaitement clôturé. En effet, sa grande curiosité et sa propension à poursuivre des plus petits animaux qui passent par là en font un excellent fugueur. C’est d’autant plus vrai qu’il est très athlétique, capable de sauter à une hauteur assez impressionnante pour sa taille.

 

Enfin, le Chien Nu du Mexique peut se montrer assez têtu, au point de donner du fil à retordre à une personne qui ne ferait pas preuve de suffisamment de fermeté et de patience dès les débuts. En effet, s’il perçoit des failles et sent que son maître peut se laisser dépasser, il est enclin à les exploiter et prendre rapidement le dessus.

Le Xoloitzcuintle a besoin d’une éducation ferme et d’un propriétaire à même de lui montrer quelles sont les limites. En effet, il a tôt fait de prendre le dessus sur son maître si ce dernier ne se montre pas assez sûr de lui ou trop hésitant. Une grande cohérence est également nécessaire dans son éducation, de façon à ne pas laisser s’installer des mauvaises habitudes qu’il serait par la suite difficile de lui faire quitter. Toutes ces raisons font qu’il n’est pas vraiment recommandé pour un maître débutant.

 

Il n’en reste pas moins qu’une personne qui sait s’y prendre et fait appel à des techniques de renforcement positif obtient de bons résultats, car le Xolo apprend vite. Dès lors que les codes sont bien posés et que le maître sait se faire respecter de son chien, un regard sévère suffit amplement à faire corriger tout comportement indésiré. Toutefois, il a vite fait de s’ennuyer : pour rester efficace, il faut donc privilégier des séances d’éducation courtes mais variées.

 

Par ailleurs, si le maître souhaite pouvoir offrir à son animal l’opportunité d’évoluer sans laisse dans certains endroits, l’apprentissage du rappel revêt une importance particulière, compte tenu de ses penchants fugueurs. L’achat d’un collier GPS connecté peut aussi s’avérer un investissement utile pour savoir à tout moment où il se trouve.

 

Quoi qu’il en soit, au vu de la méfiance qu’il exprime à l’égard des inconnus, il est important de le socialiser dès son plus jeune âge en le mettant en présence d’une grande diversité de personnes, d’animaux, mais aussi d’environnements et de stimuli. Plus sa socialisation est bien menée et précoce (il est possible de l’entamer dès l’âge de 2 mois), plus il sera équilibré et apte à bien se comporter en toutes circonstances. Il faut néanmoins garder à l’esprit qu’un Xolo, même bien socialisé, peut se montrer méfiant avec quelqu’un qu’il ne connaît pas, quand bien même son maître lui montre qu’il n’y a rien à craindre.

Le Xoloitzcuintle n’est pas connu pour être sujet à des maladies génétiques graves. Cependant, certains problèmes liés à ses particularités physiques sont assez récurrents chez la race…

 

En premier lieu, le gène à l’origine de l’absence de poils peut aller de pair également avec l’absence de certaines dents. Ainsi, pour un nombre assez important d’entre eux, des dents et notamment les prémolaires, ne poussent pas. Ceci ne pose aucun problème au chien qui peut en général s’alimenter normalement. Les sujets pourvus de poils ne sont pas concernés par ce problème.

 

Par ailleurs, les individus sans poils souffrent régulièrement de problèmes de peau comme l’acné, des points noirs ou, durant les saisons froides, la peau sèche. Ils peuvent facilement être évités ou limités en prenant soin d’entretenir rigoureusement la peau de son chien (nettoyage régulier, utilisation de crèmes adaptées, etc.). Il faut toutefois faire attention aux produits utilisés et ne pas hésiter à solliciter l’expertise d’un vétérinaire, car il est assez sensible aux allergies, en particulier à certains médicaments ou crèmes (comme par exemple la lanoline).

 

Les Xolos glabres sont également très sensibles au soleil, et fortement susceptibles de prendre des coups de soleil en cas d’exposition prolongée. Leur appliquer de la crème solaire pour chien permet de les en prémunir, mais l’idéal reste bien sûr d’éviter de telles expositions. Ainsi, en période estivale, il est préférable de faire sortir son chien tôt le matin ou le soir, et de faire en sorte qu’il soit le plus possible en intérieur ou à l’ombre le reste du temps. En revanche, même si l’absence de poils l’expose davantage aux coupures et blessures superficielles, la peau est résistante et cicatrise très vite.

 

L’absence de poils en fait également une race de chien qui supporte mal le froid. Lorsque le mercure descend très bas, il est donc impératif de mettre un pull à son chien, de façon à ce qu’il ne souffre pas trop des températures extrêmes et ne tombe pas malade en prenant froid.

 

Enfin, le Xolo est assez enclin à développer des problèmes d’obésité. Il est donc important de veiller à lui donner des rations alimentaires adaptées et à surveiller régulièrement son poids.

Qu’il possède ou non des poils, le Xoloitzcuintle est plutôt une race de chien facile d’entretien.

 

Ainsi, un Xoloitzcuintle nu n’a pas besoin de brossage, mais sa peau doit être entretenue régulièrement par des bains ou le simple fait de l’essuyer avec un chiffon imbibé d’eau tiède. En effet, il transpire beaucoup et est enclin aux problèmes d’acné ou de points noirs, et c’est tout particulièrement le cas chez les chiots. Ces soins doivent normalement être procurés environ deux fois par mois, mais il peut être nécessaire d’adapter cette fréquence en fonction de l’animal, et plus précisément de l’état de sa peau.

 

Pour les individus pourvus de poils, un brossage hebdomadaire avec une brosse douce est nécessaire pour conserver le pelage en bon état. Comme ils ne perdent que très peu de poils, cela ne présente pas de difficulté particulière. Par contre, lors des périodes de mue, au printemps et en automne, une fréquence accrue s’impose.

 

Par contre, les individus glabres sont particulièrement sensibles au soleil. Aussi, il convient de leur appliquer de la crème solaire canine lors des journées de fort ensoleillement, de façon à les protéger. Ils ne doivent pas non plus passer trop de temps exposés au soleil durant les longues journées d’été : mieux vaut alors programmer les sorties tôt le matin et/ou le soir, lorsque le soleil se couche.

 

Les sujets dépourvus de poils ne sont pas non plus à leurs aises quand le mercure descend. En effet, au-delà du fait qu’ils prennent alors facilement froid, leur peau a tendance à beaucoup sécher. Il est alors utile de leur appliquer une lotion hydratante spéciale tous les jours ou dès que nécessaire. Mieux vaut toutefois éviter les crèmes à base de lanoline, car cette substance provoque des réactions allergiques chez certains d’entre eux. 

 

Qu’il possède ou non des poils, le Xoloitzcuintle nécessite comme tous les chiens un entretien régulier de ses oreilles – environ une fois par semaine – de façon à prévenir d’éventuelles infections.

 

Cette séance d’entretien hebdomadaire est aussi l’occasion de vérifier ses yeux et de les nettoyer au besoin.

 

Elle doit aussi permettre de prendre soin des dents de son chien. En effet, comme pour n’importe quelle race, l’hygiène buccale est importante afin d’éviter la formation de plaques de tartre pouvant entraîner différents problèmes plus ou moins graves. L’idéal est d’opter pour une fréquence de brossage hebdomadaire, mais une fois par semaine est déjà très bien.

 

Enfin, comme l’usure naturelle ne suffit généralement pas à les limer suffisamment, ses griffes doivent être coupées lorsqu’elles deviennent trop longues, au risque de le gêner voire se casser. Une fréquence de deux fois par mois est appropriée à la plupart des individus, mais elle doit être adaptée en fonction de leur vitesse de pousse et du niveau d’activité de l’animal.

Comme pour toute race, l’alimentation donnée à un Xoloitzcuintle dépend de son gabarit, de son âge et de la quantité d’exercice journalier qu’il fournit. Dans tous les cas, de la nourriture industrielle de qualité classique lui convient amplement. En général, il aime beaucoup les légumes, ce qui peut être pris en compte dans le choix du produit utilisé – une autre option consistant à lui en donner en parallèle de ses croquettes ou sa pâtée habituels. 

 

Par contre, le Xolo est assez enclin aux problèmes d’obésité. Il faut donc être particulièrement vigilant quant aux rations distribuées, et ne pas hésiter à peser son chien régulièrement pour s’assurer que tout est en ordre, ou corriger rapidement le tir si ce n’est pas le cas.

 

Enfin, comme pour tout chien, il est primordial qu’il dispose en permanence d’eau fraîche et propre.

À l’époque précolombienne, le Xoloitzcuintle était utilisé tant pour la chasse que pour la garde par les peuples natifs du Mexique et de l’Amérique Centrale, notamment les Mayas, les Aztèques et les Colimas. Ils utilisaient aussi sa chaleur pour se soigner en se blottissant contre lui, par exemple en cas de douleurs aux dents, de problèmes d’asthme, etc. Supposé avoir été envoyé par le dieu Xololt pour escorter les défunts vers l’au-delà, il était souvent sacrifié lorsque son maître mourrait. Il était également consommé par les peuples natifs lors de certaines cérémonies (funérailles, mariages…).

 

Aujourd’hui encore, le Xoloitzcuintle est un gardien fiable et un agréable chien de compagnie. Modérément sportif, il peut accompagner aussi bien une famille aimant marcher qu’un retraité encore actif.

 

Le Chien Nu Mexicain glabre est particulièrement apprécié des personnes allergiques aux chiens. En effet, n’ayant pas de poils, il a peu de squames et pas de puces : cela diminue grandement le risque de réactions allergiques, ou moins permet qu’elles soient fortement atténuées. Il n’en faut pas moins garder en tête qu’aucun chien n’est totalement hypoallergénique car les protéines sources des allergies restent présentes en plus ou moins grand nombre dans la salive, l’urine et les squames : pour une personne allergique, rien ne vaut donc un essai en conditions réelles pendant quelques heures avant de franchir le pas de l’adoption.

 

Enfin, même s’il est loin d’être le plus sportif des chiens, il peut s’avérer très performant dans certaines disciplines comme l’agility, l’obéissance ou encore le rallye.

Étant donné la grande diversité de la race, il n’y a pas vraiment de sens à établir le prix moyen d’un chiot Xoloitzcuintle. En effet, la fourchette de prix s’étend de 500 et 2500 euros : c’est une des plus larges parmi toutes les races de chiens. 

 

Le même constat peut être fait au Canada, avec des montants allant de 250 à 2500 dollars canadiens. En général, il faut toutefois compter autour de 1500 dollars canadiens pour un chiot avec un beau pedigree et une bonne morphologie.


En tout état de cause, et quel que soit le pays, les individus dépourvus de poils coûtent plus cher que ceux qui en possèdent. Ce sont toujours ces derniers qu’on retrouve dans la partie basse de la fourchette de prix : il est difficile de trouver un Xolo sans poils à moins de 1000 euros en Europe de l’Ouest, et 1000 dollars canadiens au Canada.

 

Par ailleurs, comme pour toute race, un individu stérilisé est moins cher qu’un autre qui est en mesure de se reproduire.

 

Enfin, comme toujours, la renommée de l’élevage, la lignée du chien ainsi que sa proximité plus ou moins grande avec le standard de la race entrent en ligne de compte, et peuvent faire grandement varier le prix d’un individu à l’autre.

 

Au Mexique, le montant à débourser est nettement moins élevé, se situant autour de 250 euros. Une personne souhaitant importer un chiot depuis le Mexique doit cependant prévoir d’ajouter à ce montant le coût du transport et celui des formalités administratives.  

  • La race étant rare, et certains éleveurs de régions éloignées ayant des difficultés à se procurer des reproducteurs pour pourvoir à la diversité génétique, les Xoloiztcuintlis poilus bien construits peuvent être utilisés pour la reproduction, sans pour autant participer à des expositions. Les sujets poilus destinés à la reproduction doivent cependant descendre de chiens inscrits au livre des origines.

 

  • La variété standard a une température corporelle plus élevée que les autres races : 40° au lieu de 38°. C'est pour cette raison qu'il était autrefois utilisé comme "chien-bouillotte", soulageant rhumatismes et douleurs.

 

  • La variété naine est dite "houppette" et est exclue des expositions, n'étant pas reconnue par les clubs canins. La variété "toy" est la plus fragile au niveau dermique, et demande même à être couverte par temps froid.

 

  • Le Xoloitzcuintle est très présent dans les tableaux des peintres mexicains Frida Kahlo et Diego Rivera. Pour le premier, on peut citer par exemple Frida Kalho y el Señor Xololt, Xolo conmigo ou encore Retrato de Xolo con Frida Kahlo. Le chien de l’artiste, nommé M. Xoloti, apparait également souvent avec elle sur des photos. Diego Rivera a quant à lui aussi représenté le Xolo dans bon nombre de ses fresques et tableaux, comme par exemple Sueño de una tarde dominicale en la alameda cental, El niño del taco et Mercado de petates.

 

  • Le club de football de la ville de Tijuana, au Mexique, s’appelle Club Tijuana Xoloitzcuintle de Caliente. En plus de rendre hommage à la race à travers son nom, le club le fait également par son logo, qui arbore un portrait de Xolo.

 

  • Un Xoloitzcuintle vint rejoindre en 2017 le panthéon des chiens Disney grâce au film Coco. Dante est le chien de Miguel, héros du dessin animé, et l’accompagne dans le monde des morts.
Trouvez un élevage de Xoloitzcuintle près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Xoloitzcuintle

Bonjour, je me permet d'écrire aux intéressés pour vous informer que j'ai eu récemment une portée de chiens nus mexicains. N'hésitez pas à me contacter.

   
Par Caroline

Bonjour, Je suis tombé amoureux de cette race et ai concrétisé cet amour avec Dora ma chienne nue du mexique strandard, et bientôt un mâle standard préstigieux né le 29/12/2009 agrandira la tribu.
.....à bientôt.

+1    0
Par amazone.54

super chien,super compagnon,tres joueur...

0    0
Par vince

bonjour, je vais au mexique très souvent et j'ai beaucoup eu l'occasion de rencontrer cette race, leur maîtres et leurs éleveurs... je tien à apporter deux précisions: certes les Aztec pensait que se chien avait une température supérieurs aux autres, et beaucoup le pense encore, mais c'est faux, c'est juste parce qu'il est nu qu'on le ressent plus, et surement qu'ils s'en servaient aussi comme viande, mais ce qui est sur, les chaman en avaient, car ils apportaient réconfort et pensais qu'ils facilitaient la guérison des malades vu la température appréciable de leur corps nu. merci.

0    0
Par car

je trouve que ses un chien avaient de grande qualiter comme je les recherche et je me demandais combien ses chien se vende et ou on peu sens procurer.merci

0    0
Par kathleen