Toy Fox Terrier

Toy Fox Terrier

Autres noms : Fox Terrier Miniature ou Fox Terrier Américain
Nom d'origine : American Toy Terrier

Partager
 

Informations sur le Toy Fox Terrier

Le Toy Fox Terrier, connu également sous le nom de Toy Terrier Américain dans les pays francophones, a vu le jour aux États-Unis au cours de la première moitié du 20ème siècle.

 

Son ancêtre britannique, le Fox terrier à Poil Lisse, était très populaire au 19ème siècle dans son pays d’origine pour la chasse au renard. C’est à cette époque-là, et plus précisément au cours de la deuxième moitié du siècle, que les premiers spécimens traversèrent l’Atlantique. Ils conquirent rapidement le public, et se firent une place aussi bien auprès des chasseurs que des passionnés d’expositions canines.

 

Dès le début du 20ème siècle, de nombreux éleveurs américains cherchèrent à miniaturiser le Fox terrier à Poil Lisse. Leur objectif était de conserver ses talents pour l’extermination des nuisibles (rats, souris, etc.), qui étaient notamment très appréciés dans les fermes, tout en créant un chien plus facile d’entretien, aux besoins en exercice et nourriture moindres, et qui puisse vivre en ville.

 

Pour atteindre ce but, les plus petits spécimens furent croisés avec des races miniatures, ce qui permet d’assurer une diversité génétique indispensable pour mettre au point un chien jouissant au global d’une bonne santé. Ce sont principalement des Chihuahuas et des Lévriers Italiens qui furent ainsi utilisés en compléments des Fox Terrier eux-mêmes, mais l’apport d’autres races comme le Pinscher Miniature et le Manchester Terrier Miniature eut lui aussi son importance.

 

Dès les années 30, la race était stabilisée, et les chiens obtenus avaient déjà leur aspect actuel. L’United Kennel Club (UKC) américain commença d’ailleurs à enregistrer des spécimens en tant que Toy Fox Terrier dès 1936.

 

Cela n’empêcha pas de nombreux débats animés entre les éleveurs au cours des années 40, car ils n’étaient pas d’accord sur la marche à suivre. Certains préconisaient de continuer les croisements avec des chiens miniatures, quitte à s’éloigner de son ancêtre le Fox Terrier à Poil Lisse, tandis que d’autres prônaient au contraire pour des croisements uniquement avec ce dernier, quitte à ce que la race gagne en taille.

 

En 1949, un club de race vit le jour, le National Toy Fox terrier Association, et mit fin aux discussions. En effet, il rédigea un standard, et décréta que les mélanges n’étaient plus autorisés. Les Toy Terriers Américains ne purent dès lors plus être croisés avec des races de petite taille, ou même avec des Fox Terriers à Poil Lisse ; leurs caractéristiques furent donc simplement conservées en l’état.

 

Malgré un certain succès aux États-Unis, il fallut attendre 2003 pour que l’organisme de référence du pays, l’American Kennel Club (AKC), reconnaisse à son tour la race. Le Club Canin Canadien (CCC) en fit de même en 2006. En revanche, ni la Fédération Cynologique Internationale (FCI), qui regroupe les associations nationales d’une centaine de pays, ni le prestigieux et influent Kennel Club (KC) britannique n’ont suivi le mouvement. De fait, au niveau mondial, sa reconnaissance demeure très partielle.

 

En outre, même dans son pays d’origine, le Toy Fox Terrier reste relativement discret. Ainsi, l’AKC le place aux alentours de la 110ème position (sur environ 200) dans le classement des races par popularité sur la base du nombre d’enregistrements annuels auprès de l’organisme. C’est même un peu en-dessous de la 90ème position qu’il occupait au milieu des années 2000, peu après sa reconnaissance, et il recule même par rapport au début des années 2010, où il se situait plutôt autour de la 100ème place.

Le Toy Fox Terrier est un chien de très petite taille, qui a gardé la silhouette athlétique et l’allure générale de son ancêtre le Fox terrier à Poil Lisse.

 

Son corps est carré et bien charpenté, avec une ossature solide qui n’est toutefois pas excessive. Il repose sur des pattes bien musclées, parfaitement parallèles vues de face, et se terminant par de petits pieds ovales. La queue est placée haut et portée relevée. Là où cela est permis, comme par exemple aux États-Unis, il est courant qu’elle soit coupée au niveau de la 3ème ou la 4ème vertèbre. Toutefois, cette pratique (la caudectomie) est interdite dans de nombreux territoires, dont la France, la Belgique, la Suisse et le Québec.

 

La tête du Toy Fox Terrier est élégante, et ses proportions sont équilibrées. Ses oreilles constituent un trait distinctif de la race : elles sont pointues, en forme de V, implantées haut sur le crâne et proches l’une de l’autre. En outre, dès lors qu’il est âgé d’au moins 6 mois, elles doivent impérativement être portées relevées, ce qui marque une différence par rapport à son ancêtre le Fox Terrier à Poil Lisse, chez qui elles sont repliées vers l'avant. Les spécimens dont les oreilles ne se redressent pas ne correspondent pas au standard et ne peuvent donc être enregistrés en tant que Toy Fox Terrier. Quant aux yeux, ils sont bien ronds, de couleur foncée et très expressifs. Le museau est assez proéminent et se termine par une truffe, noire, sauf pour les individus de couleur chocolat, chez qui elle arbore le même coloris.

 

Le pelage du Toy Fox Terrier est constitué d’un sous-poil peu dense et d’un poil de couverture fin et brillant, doux au toucher. Il est réparti uniformément sur tout le corps, même s’il peut être un peu plus long au niveau des épaules.

 

La couleur blanche est toujours dominante, obligatoirement présente sur plus de la moitié de la robe. Des marques sont néanmoins toujours présentes : il n’existe pas d’individus unis. Elles sont mêmes, majoritaires sur la tête, et peuvent être noires, feu, noir et feu ou encore chocolat et feu.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est quasiment inexistant chez cette race : mâle et femelle ont sensiblement le même gabarit.

Le Toy Fox Terrier est parfois confondu avec le Miniature Fox Terrier (ou Mini Foxie), une race créée pour sa part en Australie.

 

Cette dernière dispose d’un club de race, le Mini Foxie Club of Australia, mais n’est reconnue par aucun organisme canin officiel, ni en tant que variété, ni en tant que race – pas même dans son pays d’origine.

 

Si le Toy Fox Terrier et le Miniature Fox Terrier sont tous deux issus de la miniaturisation du Fox Terrier, les races qui ont été utilisées dans le processus n’ont pas été les mêmes. Alors que le Toy est principalement issu de croisements de Fox Terriers à Poil Lisse avec des Chihuahuas et des Lévriers Italiens, le Miniature a pour sa part majoritairement été créé en croisant des Fox Terriers à Poil Lisse avec des Toy Manchester Terriers et des Lévriers Whippet. Ces chiens ont donc des origines différentes, et c’est ce qui explique qu’elles n’ont pas la même apparence. D’ailleurs, même s’ils ont quasiment la même taille, le Miniature Fox terrier est légèrement plus massif, et pèse 1 à 2 kg de plus que le Toy Fox Terrier.

 

Le Miniature Fox Terrier est pratiquement inexistant en dehors de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

Le Toy Fox Terrier a hérité du caractère des Fox Terrier, mais aussi des races toy qui ont servi à sa création. Il réussit ainsi l’exploit de concentrer les qualités des terriers et le tempérament des petits chiens, tout ceci dans un crâne à peine plus grand qu’un œuf.

 

Très attaché à sa famille, c’est aux côtés des siens qu’il est le plus heureux. Il a besoin de passer beaucoup de temps avec eux, et n’est pas adapté pour des personnes qui sont absentes le plus clair de la journée. En effet, souffrant facilement d’anxiété de séparation, il risque de vite devenir destructeur s’il est laissé seul trop souvent ou trop longtemps. Son petit gabarit ne l’empêche d’ailleurs pas de faire des dégâts, qu’il s’agisse de renverser un vase, d’uriner sur un tapis ou encore de mâchouiller la télécommande.

 

Le fait qu’il soit très dépendant des siens ne signifie en aucun cas que ce chien est docile et attentif. Bien au contraire, il est plutôt du genre têtu et autoritaire, aimant plus que tout voir les siens se plier à sa volonté. Malgré sa taille, il a vite fait de prendre le contrôle du foyer si son maître le laisse faire.

 

Proche de sa famille, le Toy Fox Terrier se montre en revanche plutôt méfiant envers les étrangers, et a besoin de temps pour s’habituer à leur présence. Néanmoins, une fois qu’il a fait connaissance, les choses se passent très bien, et il apprécie la venue des personnes auxquelles il est habitué. Il peut d’ailleurs sans problème être laissé quelques jours avec des personnes qu’il connaît si sa famille doit s’absenter et ne peut l’emmener.

 

En revanche, il n’est pas vraiment fait pour cohabiter avec de jeunes enfants. Les jeux, mouvements brusques et cris de ces derniers peuvent l’exciter ou lui faire peur, et un accident est alors vite arrivé. En outre, son gabarit le rend très vulnérable : une chute ou un coup administré involontairement ou dans un accès de colère peut lui causer de graves blessures, avec même potentiellement des séquelles à vie. En tout cas, s’il lui arrive de côtoyer des tout-petits, cela ne doit jamais se faire hors de toute surveillance par un adulte.

 

Le Toy Fox Terrier s’entend généralement très bien avec le chat de la maison - même si ce dernier est plus grand que lui -, et peut se prendre d’amitié pour un rongeur de sa taille, comme un lapin. Lui faire partager son foyer avec un autre animal peut d’ailleurs être un excellent moyen de l’aider à mieux supporter les absences de ses maîtres, et les choses se passent d’autant mieux s’il a grandi avec. En revanche, mieux vaut éviter de le faire avec un oiseau, un reptile ou un petit rongeur : son instinct de chasse aurait toutes les chances de se réveiller un jour ou l’autre et de mettre un terme abrupt à l’expérience.

 

Quant aux relations avec ses congénères, elles sont délicates, et varient grandement d’un individu à l’autre, notamment en fonction de sa socialisation. Certains voient les autres chiens comme des menaces potentielles, tandis que pour d’autres tous sont des compagnons de jeu. Il existe dans tous les cas une caractéristique commune à tous les Toy Fox Terrier : ils n’ont absolument pas conscience de leur taille, et n’hésitent pas à interagir avec des chiens faisant 20 fois leur poids. Que ce soit pour jouer ou pour se lancer dans un concours de grognements et de provocations, ces situations sont toujours à risque, et leur maître doit donc être particulièrement attentif afin de les protéger de leurs ardeurs.

 

Cela dit, le problème peut ne pas se poser très souvent, car le Toy Fox Terrier n’a pas besoin de passer chaque jour des heures en promenade. En effet, bien qu’il ait hérité du Fox Terrier son côté hyperactif, il n’a que peu besoin d’être sorti, si bien qu’une promenade quotidienne de 20 à 30 minutes est suffisante pour qu’il se dégourdisse les pattes et se dépense suffisamment. Mieux vaut en tout cas que cette dernière soit effectuée en laisse, à la fois pour le protéger de lui-même et pour éviter qu’il ne disparaisse subitement en se lançant à la poursuite d’un petit animal qui passe par là.

 

Si à son retour il a encore envie de se dépenser, il peut toujours brûler son trop-plein d’énergie en intérieur, surtout s’il a l’occasion de jouer avec son maître. Puis, une fois bien fatigué, il aime venir se reposer sur les genoux, ou mieux encore dans le lit douillet d’un membre de sa famille.

 

De fait, le Toy Terrier Américain est une race de chien d’intérieur, et il n’y a pas que sa proximité avec les siens qui fait que sa place est au cœur du foyer et qu’il ne doit jamais être laissé seul en extérieur. En effet, sa petite taille en fait une cible de choix non seulement pour des voleurs, mais aussi pour de nombreux prédateurs, allant de la belette au faucon en passant par le renard ou la buse. C’est d’autant plus vrai que son instinct de survie est peu développé, ce qui peut d’ailleurs aussi expliquer qu’il n’hésite pas à aller dire sa manière de penser au Dogue Argentin du voisin, se mettant pour le coup lui-même en danger.

 

Le risque est d’autant plus grand que ce chien plutôt intelligent et très curieux aime explorer et découvrir de nouvelles choses, là aussi sans vraiment être conscient de sa fragilité intrinsèque – ce qui pourrait lui jouer des tours. Il faut donc que cela ait lieu systématiquement en compagnie de ses maîtres, qu’il se fait d’ailleurs un plaisir d’accompagner dans de nouveaux lieux, par exemple au cours d’un séjour en vacances. Cette intelligence et cette curiosité le rendent également capable d’apprendre de nombreux tours et de devenir un véritable spécialiste de sports canins comme l’agility ou l’obéissance.

 

Enfin, s’il vit dans un appartement qui n’est pas très bien isolé phoniquement, il a des chances de s’attirer quelques inimitiés de la part des voisins. En effet, il a des difficultés à intégrer certaines règles de base de la vie en communauté, et notamment le fait de respecter la quiétude des personnes alentours : il aime faire entendre sa voix, qui est étonnamment puissante pour sa taille. Surtout, il tend à aboyer dès qu’il entend quelque chose, qu’il s’agisse de l’ascenseur ou de la porte du voisin, mais aussi simplement pour rappeler au monde entier qu’il existe. Ceci en fait un merveilleux chien d’alerte, mais un voisin difficile à supporter.

La socialisation du jeune Toy Fox Terrier revêt une importance primordiale pour son bien-être futur, d’autant qu’il a tendance à être assez méfiant envers les personnes inconnues. Mieux vaut donc qu’il ait de multiples occasions dès ses premiers mois de se familiariser avec les humains et animaux qui feront partie de sa vie (amis, vétérinaire, chien du voisin…). Il doit aussi être confronté à toutes sortes de situations et de stimuli dans différents environnements, afin d’être plus serein face à la nouveauté et de ne pas se comporter de manière indésirable une fois adulte.

 

Comme beaucoup de races de ce gabarit, le risque de syndrome du petit chien est réel avec le Toy Fox Terrier. En effet, aveuglé par la tendresse qu’il éprouve pour cette adorable boule de poils qui semble si fragile et inoffensive, son maître a tôt fait de lui pardonner tous ses travers et ses méfaits, y compris par exemple en cas de comportement agressif, autoritaire ou possessif. Or, cela n’est ni un cadeau pour lui-même, ni pour son compagnon, car un chien a besoin d’être cadré et confronté à une certaine autorité pour connaître sa place et être équilibré. Compte tenu de sa propension à n’en faire qu’à sa tête et à mener son petit monde à la baguette, il est donc important de montrer à son chien qui décide dès son arrivée à la maison, lorsqu’il est le plus réceptif et malléable. Ceci lui permet d’identifier et assimiler rapidement sa position dans la hiérarchie du foyer, diminuant d’autant ses velléités de prendre le contrôle une fois adulte. Pour y parvenir, les règles doivent être claires, constantes dans le temps et dans l’espace, et l’ensemble des membres de la famille doivent veiller à les faire appliquer.

 

Il n’en reste pas moins que dès lors qu’il sait se faire respecter, même un maître débutant peut accomplir de grandes choses avec un Toy Fox Terrier. En effet, la curiosité de ce chien l’aide à apprendre rapidement de nouvelles choses, et il ne demande souvent pas mieux que de faire admirer ses qualités. Toutefois, mieux vaut privilégier des entraînements courts et fréquents, plutôt que de longues séances ennuyeuses de temps en temps. En outre, comme pour de nombreuses races, les méthodes basées sur le renforcement positif sont les plus efficaces, car les encouragements, caresses et friandises constituent une excellente source de motivation.

 

En tout état de cause, un point qui doit être abordé assez tôt est sa propension à aboyer à tout bout de champ. Il convient en effet d’essayer de lui faire comprendre les situations dans lesquelles on attend plutôt de lui qu’il reste silencieux, ou du moins lui apprendre à cesser net sur commande.

 

Enfin, le Fox Terrier Américain apprend généralement assez vite la propreté, mais les mâles ne sont généralement pas doués pour bien viser ; il est donc conseillé de leur réserver un espace suffisant.

Le Toy Fox Terrier est un chien assez robuste, dont l’espérance de vie de 12 à 15 ans est assez courante pour sa taille.

 

En revanche, sa peau fine et son poil peu dense ne le protègent pas bien des météos extrêmes. Passant normalement le plus clair de son temps à l’intérieur de la maison, il n’est que peu affecté par les conditions extérieures, mais son maître doit faire attention lors des promenades. En été, mieux vaut éviter les heures chaudes et ensoleillées, et privilégier les sorties le matin ou le soir. En hiver, ou lorsqu’il pleut, un pull-over ou un imperméable pour chien peut s’avérer très utile.

 

Parmi les maladies qui peuvent affecter le Fox Terrier Américain, on trouve principalement :

  • la luxation patellaire, qui est généralement liée à une prédisposition génétique, apparaît quand la rotule sort de son emplacement et bloque le genou, ce qui cause un boitement ;
  • la maladie de Legg-Calve-Perthes, une nécrose du fémur qui peut être héréditaire. Elle engendre des douleurs et une perte de mobilité de la patte arrière, mais est opérable  ;
  • la maladie de Von Willebrand, un problème de coagulation héréditaire qui entraîne des saignements spontanés et/ou abondants ;
  • l’hypothyroïdie, un dérèglement hormonal susceptible d’entraîner tous types de symptômes : apathie, prise de poids, importante fatigue, pelage abîmé… Différents traitements fournissant un supplément en hormones de synthèse permettent d’empêcher l’apparition de ces derniers, à défaut de pouvoir réellement régler le mal à la racine
  • la luxation du cristallin, qui fait que ce dernier se déplace de manière anormale, causant des douleurs et surtout une perte de vue rapide, à moins d’être opérée à temps. Cette affection peut elle aussi d’être d’origine héréditaire ;
  • les allergies de peau, qui peuvent être causées par l’environnement, la nourriture ou des parasites, et causent des rougeurs et des démangeaisons.

 

La meilleure façon de diminuer les risques d’adopter un chiot porteur d’une maladie héréditaire est de se tourner vers un éleveur de Toy Fox Terrier responsable, qui teste systématiquement tous les individus qu’il envisage d’utiliser comme reproducteurs, mais aussi les chiots de chaque portée. En plus de veiller à une bonne socialisation de ces derniers dès leurs premières semaines, un éleveur sérieux est donc en mesure de présenter les résultats des tests génétiques effectués sur leurs parents, voire également sur eux-mêmes. Il doit aussi fournir un certificat de bonne santé émis par un vétérinaire, ainsi que le détail des vaccins reçus par le petit, consignés dans le carnet de santé (ou carnet de vaccination) de ce dernier.

 

Une fois le chiot arrivé à la maison, c’est à sa famille qu’il revient de faire en sorte qu’il reste en bonne santé. Compte tenu de sa fragilité, il convient en particulier de ne pas trop solliciter ses os et ses articulations, notamment lorsqu’il joue. C’est particulièrement vrai durant sa période de croissance, et des blessures à ce moment-là pourraient avoir des conséquences irréversibles.

 

Par ailleurs, même s’il ne passe que peu de temps dehors, il n’en reste pas moins exposé au risque de parasites. Il faut donc veiller à bien renouveler ses traitements antiparasites tout au long de l’année, afin qu’il ne cesse jamais d’être protégé. Cette protection va de pair avec celle que lui procurent ses vaccins : un certain suivi est également nécessaire à ce niveau, pour que les rappels soient toujours bien effectués dans les temps. On peut notamment demander au vétérinaire de s’en occuper en même temps que le bilan de santé du chien, qui s’impose au moins une fois par an afin de détecter au plus tôt d’éventuels problèmes et le cas échéant pouvoir les traiter dans les meilleures conditions.

Le Toy Fox Terrier est une des races de chien les plus faciles à entretenir.

 

Cela vaut tout particulièrement pour son court pelage, qui n’a besoin que d’un rapide brossage hebdomadaire. Même lors des mues automnales et printanières, la perte de poils est limitée, mais il est toutefois conseillé de le brosser alors tous les deux ou trois jours pour éliminer l’excès de poils morts.

 

En outre, il n’a pas d’odeur spécifique, est généralement propre et passe le plus clair de son temps en intérieur, où les occasions de se salir voire se rouler dans une substance nauséabonde sont plutôt rares. En conséquence, il n’est que très rarement utile de donner un bain au Toy Fox Terrier. Le faire une fois par an est amplement suffisant, et il faut alors veiller à employer un shampooing doux spécifiquement conçu pour les chiens. En effet, le pH de leur peau diffère de celui de la peau des humains.

 

Chaque semaine, en même temps que le brossage de son pelage, ses oreilles doivent être inspectées et nettoyées à l’aide d’un chiffon. Cette opération évite une éventuelle accumulation de poussières et de saletés, qui pourrait entraîner des infections.

 

La séance de toilettage hebdomadaire doit aussi être l’occasion de vérifier et nettoyer les yeux de son chien, en les frottant doucement avec un tissu humide pour éliminer les traces qui apparaissent souvent au coin de l’œil, là où les larmes s’écoulent.

 

Par ailleurs, un brossage des dents régulier est indispensable pour maintenir une bonne santé bucco-dentaire, et réduire ainsi le risque de mauvaise haleine et de maladies à ce niveau. L’idéal est de le faire quotidiennement, mais une fois par semaine est déjà bien. Dans tous les cas, il faut utiliser systématiquement un dentifrice pour chien.

 

Enfin, compte tenu de son faible niveau d’activité et du temps qu’il passe en intérieur, il faut généralement couper les griffes de son chien environ une fois par mois, car l’usure naturelle n’est pas suffisante pour les limer. Ce peut même être plus souvent : dès lors qu’on entend un cliquetis lorsqu’il marche sur un sol dur, c’est qu’une coupe s’impose, car elles sont trop longues, et risquent alors de se casser - voire de le blesser.

 

Même si les gestes d’entretien d’un Toy Fox Terrier ne sont pas particulièrement compliqués, ils doivent être exécutés correctement. Cela est nécessaire non seulement pour qu’ils soient efficaces, mais aussi pour éviter de faire mal à son compagnon. Il peut donc être utile de les apprendre la première fois aux côtés d’un professionnel, qu’il s’agisse d’un toiletteur canin ou d’un vétérinaire. Mieux vaut d’ailleurs s’y mettre rapidement, pour que l’animal les intègre dès son plus jeune âge comme faisant partie de la routine et ne se rebiffe pas.

Il n’y a pas de difficulté particulière pour nourrir un Toy Fox Terrier, car il s’accommode très bien de la nourriture industrielle pour chiens. Il faut toutefois s’assurer que celle-ci est de qualité suffisante et lui apporte tous les nutriments dont il a besoin, en fonction de son âge, son état de santé et son niveau d’activité.

 

Par ailleurs, comme tous ses congénères, mieux vaut répartir sa ration journalière en au moins deux repas, idéalement un le matin et l’autre le soir.

 

En tout cas, même s’il a une taille similaire à celle d’un félin domestique, il ne saurait être question de lui donner des aliments pour chats. En effet, ces derniers ne sont absolument pas adaptés à la gent canine, car les besoins des deux espèces sont totalement différents. Nourrir son compagnon avec des croquettes pour chat aurait toutes les chances de lui causer rapidement de graves problèmes de santé.

 

Par ailleurs, même s’il n’est pas particulièrement actif, le Toy Fox Terrier est peu sujet aux problèmes d’obésité. Néanmoins, aucun individu n’est épargné, et c’est encore plus vrai s’il a été stérilisé. De trop nombreuses friandises, des rations trop importantes ou une dépense quotidienne insuffisante entraînent immanquablement une prise de poids. Il est donc recommandé de le peser tous les mois, pour détecter au plus tôt d’éventuelles variations.

 

Ces dernières ne doivent d’ailleurs pas être sous-estimées. Du point de vue d’un humain, une prise de poids de 300 grammes peut paraître insignifiante. Pour un petit chien qui ne pèse que 2 ou 3 kilos, il en va tout autrement, et il convient clairement de s’alerter si elle se confirme – voire s’accentue – la fois suivante. Il est alors nécessaire de se rendre chez le vétérinaire, pour bénéficier de l’expertise d’un professionnel. En effet, cet embonpoint peut ne pas être lié à l’alimentation de l’animal ou à son niveau d’activité, mais être le fruit d’une réaction à un médicament ou refléter une maladie. C’est la seule personne capable de déterminer de manière fiable l’origine du problème, et d’indiquer comment y remédier.

 

Quelle que soit la cause de la prise de poids, il peut être nécessaire de changer la nourriture donnée. Il en va de même en cas d’allergie causée par un aliment – un problème auquel cette race est prédisposée.

 

Enfin, comme n’importe quel chien, le Toy Fox Terrier doit pouvoir boire à volonté dès qu’il le souhaite, et donc disposer constamment d’une gamelle d’eau fraîche.

Aux Etats-Unis, le prix d’un chiot Toy Fox Terrier se situe en moyenne aux alentours de 1000 dollars américains, mais la fourchette de prix est large, allant de 500 à 2000 dollars.

 

Au Canada, il faut compter en moyenne autour de 1500 dollars canadiens. Toutefois, même si la race y est également reconnue, les éleveurs y sont bien plus rares, et il peut donc être plus judicieux de se tourner vers les Etats-Unis pour avoir davantage de choix et potentiellement éviter toute attente.

 

C’est encore plus vrai en Europe, où le nombre d’élevages est des plus réduits. En outre, comme la race n’y est pas encore reconnue par les différents organismes cynologiques nationaux, aucun n’est capable de fournir de certificat d’enregistrement attestant notamment que l’animal est de pure race. Les rares spécimens que l’on trouve en Europe ne peuvent donc, pour le moment, être considérés comme de véritables Toy Fox Terriers.

 

Quoi qu’il en soit, en cas d’adoption à l’étranger, il faut garder en tête que des coûts de transport et des frais administratifs viennent s’ajouter au prix d’achat, et bien se renseigner en amont sur la législation en vigueur et les documents nécessaires pour pouvoir importer un chiot dans le pays.

 

Par ailleurs, comme pour toute race, les différences de prix observées peuvent être imputables en particulier à la renommée de l’éleveur, au prestige de la lignée dont le chiot est issu, et à ses caractéristiques propres. C’est ainsi qu’un chiot adopté chez un éleveur de champions et descendant de parents et grands-parents ayant remporté de nombreux titres nécessite de débourser davantage. Même à l’intérieur d’une portée donnée, des écarts conséquents peuvent exister en fonction de la proximité de chaque individu par rapport au standard de la race.

Ashley Greene, de la saga Twilight (2008-2012, Catherine Hardwicke), est l’heureuse propriétaire de Marlo, un charmant Toy Fox terrier.

Avis & conseils Toy Fox Terrier

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Toy Fox Terrier, ou possédez vous-même un Toy Fox Terrier ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer