Irish Terrier

Irish Terrier

Autres noms : Terrier Irlandais
Groupe : Terrier
Standard : Standard FCI N°139

Qualités du Irish Terrier

Tempérament du Irish Terrier

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Irish Terrier au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Irish Terrier

Espérance de vie
De 12 à 16 ans
Poids de la femelle
11 kilos
Poids du mâle
12 kilos
Taille de la femelle
De 45 à 46 cm
Taille du mâle
De 46 à 48 cm

Le Irish Terrier : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Irish Terrier

Faute de documentation, l’origine exacte du Terrier Irlandais demeure à ce jour inconnue. Toutefois, quatre races de Terriers sont originaires d’Irlande : le Terrier Irlandais Glen of Imaal, le Terrier Irlandais à poil doux, le Terrier Kerry Blue et le Terrier Irlandais, qui est probablement le plus ancien de tous. Ses ancêtres sont vraisemblablement le Terrier noir et feu (aujourd’hui éteint) et l’ancêtre du Terrier Irlandais à poil doux. Il semble que la race ait été créée pour disposer d’un chien polyvalent capable de s’adapter à la vie de ferme, de participer à la chasse ou tout simplement d’être adopté comme compagnon.

 

Avant les années 1880, la couleur du Terrier Irlandais n'était pas fixée. En plus de la robe rouge, il y avait parfois des noir et feu, et parfois des bringés. Mais, à partir de cette époque, les éleveurs d'Irish Terrier s’efforcèrent de privilégier la couleur rouge. Ainsi, dès le début du 20ème siècle, tous les Terriers Irlandais arborent la robe rousse si caractéristique de la race.

 

Le Terrier Irlandais apparut pour la première fois dans une exposition canine à Glasgow en 1875. Le premier club de race fut créé à Dublin en 1879, et contribua à faire accroître sa notoriété ; de fait, dans les années 1880, elle était une des cinq races les plus populaires en Angleterre. Le Terrier Irlandais fut d’ailleurs le premier des Terriers d'Irlande à être reconnu par l’organisme britannique de référence, The Kennel Club, à la fin du 19ème siècle.

 

Avant 1889, il était d’usage de tailler les oreilles de ce chien. Toutefois, cette année-là, le club de race stipula que les individus nés au-delà d’une certaine date ne devraient plus avoir les oreilles coupées pour être autorisés à participer aux expositions organisées sous son égide. La pratique était courante à l’époque, tant pour l’Irish Terrier que pour d’autres races, et cette décision ne manqua pas de faire polémique. In fine, le législateur finit par s’emparer du sujet et les partisans de l’abolition l’emportèrent, puisque la coupe des oreilles devint interdite pour toutes les races.

 

A la même époque où il devenait une célébrité dans ses terres d’origine, le Terrier Irlandais franchissait l’Atlantique, remportant là aussi un certain succès. Un représentant de la race fut présenté dès 1881 à l’exposition du Westminster Kennel Club, et sa reconnaissance par l’American Kennel Club (AKC) survint à peine quatre ans plus tard, en 1885. Le club de race, nommé tout simplement Irish Terrier Club of America, fut fondé peu de temps après, en 1896.

 

La reconnaissance par l’autre organisme américain de référence, le United Kennel Club (UKC), mit toutefois un peu plus de temps, puisqu’il fallut attendre 1932. Cela n’empêcha toutefois pas le Terrier Irlandais de remporter un réel succès dans le pays, puisqu’il était en 1929 la 13ème race la plus populaire (sur 79) en nombre d’enregistrements auprès de l’AKC.

 

En Europe, sa réputation s'accrut encore pendant la première Guerre Mondiale, car il fut alors utilisé comme chien de guerre par les soldats britanniques, plus précisément comme chien messager, dans le bruit terrifiant et la confusion de la guerre des tranchées. Il fit alors la preuve de son intelligence et de son intrépidité.

 

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) fut assez tardive à reconnaître la race, puisqu’elle ne le fit qu’en 1955, alors qu’elle entamait son déclin.

 

Il est surprenant en effet de constater à quel point le Terrier Irlandais a lentement perdu en popularité au cours du 20ème siècle. Aux États-Unis par exemple, il n’est plus qu’environ 120ème sur 190 dans le classement des races par popularité établi par l’AKC en se basant sur le nombre d’enregistrements. En France, les inscriptions au Livre des Origines Français (LOF) montrent que cette race est également loin d’être parmi les races les plus populaires auprès des Français, avec seulement une trentaine d’enregistrements par an en moyenne.

 

De fait, quel que soit l’endroit, on ne le croise plus qu’assez rarement dans les compétions de ring ou les expositions, alors qu’il y était largement représenté dans la première moitié du 20ème siècle. Au demeurant, il est désormais surtout utilisé comme chien de garde et de famille.

Le Terrier Irlandais se distingue des autres races de terriers par ses longues pattes. Du haut de ses 45 centimètres de taille à l’épaule, ce chien a une apparence robuste et athlétique, tout en étant souple et gracieux. En particulier, sa musculature, présente mais sans être trop forte, lui permet d’être à la fois un chien rapide et élégant.

 

Son cou est long et assez fort, et porte une tête plutôt plate et étroite. Les oreilles sont assez petites, repliées en forme de V et situées haut sur le crâne. La gueule est puissante, capable de saisir et immobiliser des proies. Le nez et les lèvres sont toujours noirs. Entre ces dernières se trouve une petite barbiche au poil soyeux. Les yeux sont assez petits et foncés, mais reflètent son caractère et son intelligence.

 

La queue du Terrier Irlandais est attachée assez haute, longue et droite. La poitrine est profonde et musclée, sans être trop large. Les pattes sont aussi musclées et très droites, contribuant à lui conférer une apparence fière.

 

La robe est généralement de couleur unie et varie du roux au jaune paille. Cependant, le poitrail peut parfois présenter un peu de blanc.

 

Le poil du Terrier Irlandais est très dense et a une texture plutôt rêche, dite « fil de fer ». Son pelage dense en fait une race de chien qui résiste bien au froid, et le protège efficacement contre les ronces ou autres végétaux qui pourraient s’accrocher ou égratigner sa peau.

 

Enfin, sa démarche est à l’image de son caractère : souple et déterminée.

Standard FCI N°139 (08.11.2002)


TRADUCTION : Prof. R. Triquet.


ORIGINE : Irlande.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 13.03.2001.

UTILISATION :


Chien de ferme à tout faire, chien de compagnie, chien de garde montrant le plus grand mépris pour le danger et les blessures, chien de chasse à courre et à tir.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 3 - Terriers.

Section 1 - Terriers de grande et moyenne taille.

Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Aspect d'un chien actif, vif, agile, tout en muscles et en nerfs, avec beaucoup de substance, mais en même temps sans lourdeur, la vitesse et l'endurance étant essentielles au même titre que la puissance. Il ne doit être ni grossier dans ses formes, ni cob. Les lignes de sa construction suggèrent la vitesse et offrent une silhouette élégante et racée.

COMPORTEMENT/CARACTERE :


Le Terrier Irlandais, tout en étant plein d'allant et capable de se faire respecter des autres chiens, est d'une fidélité remarquable. Il a bon caractère et il est affectueux avec les hommes, mais, s'il est attaqué, il a le courage du lion et combattra jusqu'au bout.

La réputation qu'a ce chien de se bagarrer avec d'autres y compris parfois dans le ring d'exposition est injustifiée. Bien que ce terrier puisse se montrer ardent quand les circonstances le demandent, le Terrier Irlandais s'éduque facilement et c'est un doux compagnon méritant bien la description qu'on en a donnée au début : "sentinelle du pauvre, ami du paysan, favori de l'homme de qualité".

TETE :


Longue, exempte de rides.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Plat et plutôt étroit entre les oreilles, devenant légèrement plus étroit vers les yeux.

- Stop : A peine visible, sauf de profil.

REGION FACIALE :

- Truffe : Doit être noire.

- Lèvres : Doivent être bien jointives et extérieurement de couleur presque noire.

- Mâchoires : Doivent être fortes, musclées et de longueur suffisante pour être redoutables.

- Dents : Doivent être fortes, régulières, saines. Les incisives supérieures recouvrent légèrement les inférieures.

- Joues : Pas trop chargées. La région située sous l'œil doit être légèrement déclive pour éviter l'aspect greyhound.

- Yeux : Doivent être de couleur foncée, petits, non proéminents et pleins de vie, de feu et d'intelligence. L'œil jaune ou clair est un défaut grave.

- Oreilles : Petites, en forme de "V", d'épaisseur modérée, bien attachées sur la tête et tombant en avant contre les joues. La ligne supérieure de l'oreille pliée doit être bien au-dessus du niveau du crâne. L'oreille qui pend sur le côté de la tête comme celle d'un chien courant est atypique chez le Terrier Irlandais, et l'oreille semi dressée est un défaut encore plus grave. Le poil de l'oreille doit être court et plus foncé que sur le corps.

COU :


Doit être de bonne longueur et s'élargir graduellement vers les épaules, bien porté, exempt de fanon. Il y a généralement une sorte de légère collerette de chaque côté du cou, montant presque jusqu'à l'oreille.

CORPS :


Doit être bien proportionné, ni trop long ni trop court.

- Dos : Doit être fort et droit, sans manquer le moins du monde de fermeté derrière les épaules.

- Rein : Musclé et très légèrement voussé. Le rein peut être légèrement plus long chez la femelle que chez le mâle.

- Poitrine : Haute et musclée, mais ni en plein cintre ni large. Les côtes sont assez bien cintrées, plutôt bien descendues que rondes et bien développées vers l'arrière.

QUEUE :


Doit être attachée assez haut, portée gaiement, mais pas sur le dos ni enroulée. Elle doit être suffisamment forte et avoir de la substance; elle est assez longue. La coutume est de couper la queue de façon à laisser deux tiers de sa longueur d'origine. Elle est bien couverte de poils rudes et ne porte ni frange ni poils longs. La queue naturelle (non coupée) n'est admise que dans les pays où la caudectomie est interdite par la loi.

MEMBRES :


A l'avant comme à l'arrière, les membres doivent se porter droit devant.


MEMBRES ANTERIEURS :

- Epaules : Doivent être fines, longues et inclinées.

- Coudes : Ils jouent librement sans être gênés par les côtes.

- Avant-bras : Modérément longs, parfaitement droits, avec une forte ossature et très musclés.

- Métacarpes : Courts et droits, à peine perceptibles.

MEMBRES POSTERIEURS :

Doivent être forts et musclés.

- Cuisses : Puissantes.

- Grassets (genoux) : Modérément angulés.

- Jarrets : Près du sol.

PIEDS:

Doivent être forts, passablement ronds et modérément petits. Les doigts cambrés ne sont tournés ni en dehors ni en dedans. Les ongles noirs sont très recherchés. Les coussinets sont sains et ne présentent ni crevasses ni excroissances cornées.

ALLURES :


Les membres antérieurs et postérieurs se portent droit devant et sont parallèles. Les coudes se meuvent parallèlement à l'axe du corps et jouent librement sans être gênés par les côtes. Les grassets ne sont tournés ni en dedans ni en dehors.

ROBE :


POIL :

Doit être dense et "fil de fer" de texture, d'aspect brisé mais pourtant couché à plat. Les poils sont si fortement serrés que, lorsqu'on les sépare avec les doigts, on ne peut pas voir la peau. Le poil ne doit être ni mou ni soyeux et n'est pas long au point de cacher les contours du corps, en particulier aux postérieurs. Il ne forme ni mèches ni boucles. Le poil de la face est de même type, mais court (environ trois quarts de centimètre), presque lisse et droit. Une légère barbe est le seul poil long qui soit admis (et il n'est long que par comparaison avec le reste); c'est une caractéristique de la race. Une barbe semblable à celle d'une chèvre évoque généralement la présence de poils soyeux et de mauvaise qualité répartis dans le pelage. Membres exempts de franges et couverts, comme la tête, d'un poil d'une texture aussi dure que sur le corps, mais moins long.

COULEUR :

Doit être unicolore, rouge, froment rouge ou rouge jaune. Le blanc apparaît parfois sur le poitrail. Il arrive fréquemment qu'un peu de blanc apparaisse dans toutes les races unicolores.

TAILLE ET POIDS:


- Hauteur au garrot :

approximativement 18 pouces (45 cm).

- Poids :

27 livres anglaises (12,25 kg) chez le mâle,

25 livres anglaises (11,4 kg) chez la femelle.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.


DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Toute truffe autre que noire.

- Prognathisme prononcé, inférieur ou supérieur.

- Toute autre couleur que rouge, rouge jaune ou froment rouge. Une petite tache blanche sur le poitrail est admise, comme chez d'autres races unicolores.

- Pieds : présence d'excroissances cornées ou de crevasses sur les coussinets.




Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Naturellement plein d'affection, le Terrier Irlandais porte à son maître une véritable dévotion. C'est également un chien très courageux et téméraire, presque insouciant : s’il est attaqué, il se battra comme un lion même si son adversaire a un gabarit nettement plus imposant que le sien, et jusqu'à son dernier souffle.

 

Son côté téméraire le conduit d’ailleurs souvent à ne pas considérer les conséquences de ses actions ; c’est ce qui fait qu’il est souvent vu comme un chien agressif envers les autres chiens. Ce problème d’agressivité du chien envers ses congénères (en particulier du même sexe, et quel que soit leur gabarit) peut toutefois être évité par une socialisation adéquate dès son plus jeune âge. De fait, si sa réputation de chien bagarreur n'est pas totalement injustifiée, elle dépend quand même en grande partie de son éducation. Il reste toutefois préférable de le sortir en laisse pour éviter toute bagarre lors de rencontres entre chiens.

 

Il est également préférable de garder un œil sur le Terrier Irlandais en présence d’autres animaux de compagnie. En effet, bien qu’il puisse apprendre à cohabiter avec eux, son fort instinct de chasse prend facilement le dessus, surtout avec de petits animaux comme les rats ou les souris, qu’il peut percevoir comme de la vermine à exterminer - une des missions qui lui incombait historiquement.

 

Mais s’il peut être brutal voire hargneux envers les chiens étrangers et se ruer sur eux avec fougue sans se préoccuper des conséquences, et également représenter un danger pour des petits rongeurs, le Terrier Irlandais possède dans l’ensemble un bon tempérament, en particulier envers les êtres humains. Sa nature enjouée en fait un excellent compagnon de jeu et un chien de famille parfait, qui est particulièrement heureux de rapporter la balle et de jouer avec les enfants. C’est d’ailleurs une race de chien qui adore les enfants (au moins ceux qu’il connaît), et il est pour eux un gardien efficace et protecteur. Pour autant, il ne fait pas un bon chien de garde, étant de manière générale plutôt amical avec les humains.

Au repos, il se montre très calme et doux, au point qu’il n’est pas rare de le voir pousser timidement et tendrement sa tête entre les mains de son maître, à qui il est totalement dévoué et fidèle.

 

Cela dit, malgré sa grande affection pour ce dernier, il n’y a pas de risque prononcé d’anxiété de séparation du chien lorsqu’il est laissé seul, contrairement à de nombreuses autres races. Plus largement, dès lors qu'il reçoit suffisamment d’attention de la part de son maître lorsque ce dernier est présent et qu'il a la possibilité de se dépenser, c’est un compagnon très calme et poli, qui ne dérange pas très souvent son propriétaire, car il est capable de s’occuper seul dans la maison ou au jardin. Par contre, il est très probable que ce dernier finisse vite par ressembler à un champ de mines. En effet, comme tous les terriers, le Terrier Irlandais est un chien qui creuse des trous dans le jardin et un peu partout par instinct.

Par ailleurs, il a gardé de son passé de grand chasseur un instinct très prononcé et une aptitude à courir très vite. Il peut ainsi suivre une proie à la piste sur des distances incroyables, faisant fi des obstacles se trouvant sur son chemin. Il est notamment capable de sauter à des hauteurs très impressionnantes par rapport à sa taille, ce qui rend d’ailleurs le risque de fugue du chien d’autant plus prononcé. Si la maison comporte un jardin, il est donc indispensable de disposer d’une clôture, et une hauteur d’au moins 1,5 à 2 mètres est fortement recommandée. Le bas de la clôture doit aussi être sécurisé, car comme tous les terriers, creuser est pour lui une seconde nature. En tout cas, les clôtures électriques sans fil ne permettent pas d'empêcher son chien de fuguer, car son instinct est plus fort que le reste. En outre, elles n’empêchent pas non plus d’autres chiens de s’inviter sur son territoire, avec donc à la clef un risque élevé de bagarre entre chiens.

 

La nature enjouée et curieuse du Terrier Irlandais peut aussi faire que votre chiot prenne plaisir à déchirer des magazines, répandre la lessive, fouiller dans les poubelles, monter sur le comptoir ou toute autre activité qu’il jugera divertissante, ce qui inclut aussi par exemple le fait d’aboyer à la vue de cyclistes et autres passants dans la rue, voire de les pourchasser. Il peut donc être nécessaire de laisser son chiot en cage dans la maison lors des absences, le temps qu’il apprenne quel comportement est acceptable, et le protéger de sa nature trop curieuse qui pourrait être à l’origine d’un accident domestique du chien. Toutefois, avec une éducation appropriée, la plupart de ces comportements s’estompent à l’âge adulte.


En tout état de cause, même s’il possède une grande énergie, le Terrier Irlandais n’a pas un besoin énorme d’exercice. Un peu de temps de jeu ainsi qu’une bonne marche journalière d’une heure (ou deux marches de 20 à 30 minutes) suffisent à le garder équilibré et heureux.

 

De fait, s'il aime notamment courir et suit sans problème un joggeur à l’allure modérée, ce n’est pas un coureur de distance : si vous cherchez un compagnon pour des courses d’endurance, mieux vaut opter pour un autre choix. En tout cas, il est recommandé d’attendre qu’il ait atteint sa maturité (et donc que sa musculature soit pleinement développée) avant de débuter cette activité. 

 

Lors des sorties en public, la laisse pour chien s’impose. En effet, même s’il est extrêmement fidèle envers son maître, un Terrier Irlandais correctement socialisé est très affectueux envers les humains, et tend donc à vouloir saluer les gens sur son chemin. Or, à force de vagabonder d’une personne à l’autre, il peut finir par perdre de vue son propriétaire.

 

De façon générale, au-delà d’une discipline ferme, stimuler mentalement son chien et répondre à son besoin d’exercice permet d’éviter que son esprit curieux et téméraire ne prenne le dessus, potentiellement à ses dépens.


Le Terrier Irlandais peut vivre en appartement, dès lors que son besoin d’exercice est satisfait. Toutefois, il est alors particulièrement important de l’entraîner à aboyer et cesser d’aboyer sur commande, car il a tendance à aboyer excessivement pour avertir son maître de tout et rien, tant d’ailleurs à l’intérieur qu’en extérieur.


Au final, ce chien est capable de s’adapter facilement à différents contextes, dès lors qu’il en connaît les règles. D’où l’importance de son éducation.

Race de chien très intelligente, indépendante et dotée d’une forte volonté, le Terrier Irlandais a vite tendance à être très têtu. Ces traits de caractère rendent parfois son obéissance difficile, surtout quand il s’agit d’apprendre à son chien le rappel. Ce n’est donc pas une race recommandée comme premier chien.


S’il n’est pas particulièrement enthousiasmé par la perspective de plaire à son maître, le Terrier Irlandais est en revanche très attiré par la nourriture. Or, lorsqu’on trouve un moyen de le motiver, il apprend beaucoup plus facilement et rapidement. Il est donc recommandé d’utiliser avec lui des techniques d’éducation canine basées sur le renforcement positif, avec par exemple des friandises pour récompenser son chien lorsqu’il adopte le comportement souhaité, en plus de le féliciter oralement : cela lui donne la motivation d’apprendre à être attentif aux consignes et faire ce qu’on lui demande.


Par contre, il est important d’opter pour des séances d’éducation courtes et variées afin de maintenir son intérêt. Par ailleurs, s’il est nécessaire de faire comprendre à son chien qu’on est le maître, il convient aussi d’être patient même s’il se montre récalcitrant : étant un chien sensible, il risque fort de se rebuter si les techniques d’éducation canine utilisées sont basées sur la punition du chien ou si son maître perd son calme.


Quoi qu'il en soit, le Terrier Irlandais a besoin de limites fermes, et se comporte d’autant mieux qu’il évolue dans un environnement structuré, avec une routine établie dès son jeune âge. Son éducation doit donc faire la part belle à l’apprentissage des règles, et le maître doit s’assurer que ces dernières soient constantes dans le temps et d’un membre de la famille à l’autre.


Par ailleurs, si le Terrier Irlandais a un tempérament généralement doux, il est aussi très alerte, vif d’esprit et curieux, ce qui peut le mener à être imprudent. Etablir un cadre structuré d’éducation et d’activités permet de canaliser son énergie, et d’éviter qu’il se mette dans des situations délicates par ennui ou parce qu’il ne comprend pas les règles en vigueur.


La socialisation du Terrier Irlandais avec ses congénères est un aspect à prendre très au sérieux dans le cadre de son éducation, afin de réduire son agressivité plutôt naturelle envers les autres chiens, qu’il perçoit naturellement comme une source potentielle de danger - a fortiori lorsqu’il est sur son territoire. Les écoles pour chiot (ou classes de socialisation) ainsi que des contacts réguliers avec des chiens autres que ceux qu’il connaît déjà sont essentiels pour le rendre plus tolérant et lui faire accepter la présence de congénères à proximité. Cela est également vrai dans une certaine mesure pour les humains, étant donné qu’il perçoit généralement un étranger pénétrant sur son territoire comme un danger potentiel.


Enfin, étant de nature alerte, le Terrier Irlandais tend à aboyer pour diverses raisons, qu’il s’agisse d’avertir d’un danger potentiel ou simplement parce qu’il a vu quelque chose se déplacer. Il est possible d’apprendre à le distraire avec des jeux ou d’autres commandes, afin de détourner son attention de ce qui suscite ses aboiements. Mais, et c'est encore mieux pour éviter tout problème d’aboiements intempestifs du chien, il est possible, dans le cadre de son éducation, de lui apprendre à aboyer et cesser d’aboyer sur commande.

Le Terrier Irlandais est un chien à la santé solide, mais il peut avoir une prédisposition à une maladie de peau nommée hyperkératose héréditaire des coussinets plantaires. Surtout associée aux lignées européennes, cette maladie provoque un durcissement ou craquement des coussinets du chien.

 

Par ailleurs, le Terrier Irlandais peut parfois aussi souffrir de dysplasie de la hanche et de dysplasie du coude, d’hypothyroïdisme ou encore de la maladie de von Willebrand.

Le poil du Terrier Irlandais est relativement court, mais nécessite de régulièrement couper le pelage de son chien avec des ciseaux, afin de le garder en bonne condition. Son poil est aussi très dense, ce qui le rend assez résistant à l’eau. La couche extérieure est assez rêche, mais le sous-poil est quant à lui plutôt doux. Cette double couche le protège bien contre le froid et l’humidité, et empêche la majorité des saletés de se loger dans le poil. Brosser son chien avec une brosse au poil naturel une fois par semaine est suffisant pour garder son pelage propre et en bonne santé.

 

Par ailleurs, le Terrier Irlandais perd peu de poils, ce qui explique s’il soit souvent recommandé pour les personnes souffrant d’allergies au chien. Il convient toutefois de garder en tête qu’il n’existe aucune race de chien hypoallergène à 100%, et qu’il demeure indispensable de tester le terrain avant d’adopter un chien, afin d’évaluer la réaction de la personne allergique. Le résultat peut d’ailleurs varier d’un individu à l’autre au sein de la même race : certains Terriers Irlandais ont tendance à perdre un peu plus de poils que d’autres.


Par ailleurs, il est nécessaire de régulièrement tailler les griffes de son chien, et de brosser les dents de son chien deux à trois fois par semaine - voire même chaque jour - pour éliminer le tartre.

En fonction de son niveau d’exercice, il est recommandé de donner à son Terrier Irlandais 120 à 200 grammes de nourriture de qualité par jour, en fractionnant en deux repas – un le matin et un autre le soir.

Alors qu’il était au 19ème siècle particulièrement populaire auprès des amoureux de la gente canine et très présent dans les expositions canines, les compétitions d’agility et les compétitions d’obéissance, s’illustrant par sa capacité à suivre des consignes précises ainsi que son allure déterminée et sa grâce naturelle, le Terrier Irlandais a progressivement perdu en popularité après le début du 20ème siècle. D’ailleurs, de nos jours, il n’est que très peu représenté dans ces évènements.

 

Il n’en est pas moins un chien très polyvalent, qui est utilisé comme chien de ferme, chien d’assistance, chien de thérapie, chien renifleur et de secours ou simplement comme chien de famille.

 

Enfin, il peut encore de nos jours exercer à merveille son rôle historique de chasseur de vermine ou chasseur de gibier, y compris en milieu aquatique.

 

De fait, sa grande intelligence et sa souplesse – dès lors que des règles claires sont fixées et qu’il les a assimilées - lui permet de s’adapter à de nombreux contextes.

Le prix d’un chiot Terrier Irlandais se situe entre 1.000 et 1.100 euros, qu’il s’agisse d’un mâle ou d’une femelle.

  • En 1879, deux champions de la race, Erin et Killney Boy, furent croisés et donnèrent naissance à des descendants qui, à leur tour, triomphèrent dans les expositions canines. Ils sont ainsi à l’origine d’une des lignées les plus célèbres de cette race.

  • Le Terrier Irlandais se distingua durant la Première Guerre mondiale par son intelligence et son courage. Le lieutenant-colonel E. H. Richarsdon, commandant de l’école des chiens de guerre britannique, témoigna ainsi que « Plus d’un soldat doit la vie à l’un de ces Terriers… Ils sont extraordinairement intelligents, fidèles et honnêtes ; un homme qui possède un de ces chiens comme compagnon ne manquera jamais d’un ami véritable à ses côtés ».

  • Aux États-Unis, le Terrier Irlandais, un peu tombé dans l’oubli, connut un petit regain de popularité après 2007, année de la sortie du film Firehouse Dog, qui met notamment en vedette un courageux Terrier Irlandais.

  • Le Terrier Irlandais est un chien extrêmement courageux, fidèle et dévoué, qui se bat jusqu’à son dernier souffle s’il fait face à un danger. Ce comportement lui a valu le surnom de Daredevil, célèbre super-héros de l’univers Marvel, connu pour ne jamais reculer devant un danger.
Trouvez un élevage de Irish Terrier près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Irish Terrier ou organiser une saillie entre Irish Terrier ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Irish Terrier

C'est bien vrai, une excellente description, la gourmandise ... Oui. Ma chienne Missiz de deux ans est une grande chapardeuse,,tout lui est bon surtout les tissus qu'elle déchire à pleines dents. Elle s'améliore doucement. C'est un chien adorable et attachant, encore un peu brutale dans ses jeux avec les petits. Pas d'aboiements intempestifs mais elle monte bien la garde. Excellente compagne de randonnées. C'est mon second terrier irlandais

   
Par Godfroid Colette

Votre description physique du soft coated terrier est erronnée!

0    0
Par jolaa

tout est vrai lool

0    0
Par cathie

j'ai un irish mâle de bientôt 10 ans. c'est un chien exceptionnel, très affectueux et très obéissant, formidablement réceptif aux exercices d'"agility". il est heureux que ce ne soit pas un chien de mode pour conserver tout son potentiel...
son seul défaut : trrrrrrrrès gourmand : ne pas laisser de nourriture à sa portée !!

0    0
Par Rossion Marie
  • Terrier Irlandais

    Bonjour , je fait une formation de toilettage canin , et cette année on doit faire un travail sur une race , et bon étant le terrier Irlandais ma race préféré(et j'éspère... Lire la suite