Shih-Poo

Shih-Poo

Partager
 

Caractéristiques du Shih-Poo

Espérance de vie
De 10 à 15 ans
Poids
De 3.5 à 8 kilos
Taille
De 20 à 33 cm

Informations sur le Shih-Poo

Le Shih-Poo est une race de chiens nouvelle et confidentielle, issue du croisement entre un Shih-Tzu et un Caniche Toy, la variété de petite taille du Caniche. Il est également appelé Shihdoodle, Shidoodle ou même Pooshih, qui sont, comme son nom courant d’ailleurs, différentes combinaisons des noms de ses deux ancêtres. Il ne doit toutefois pas être confondu avec le Poo-Shi, qui est le fruit du mariage entre un Caniche et un Shiba Inu.

 

Bien que ce chien soit très récent et qu’il ne s’agisse en aucun cas d’une race naturelle (c’est-à-dire qui serait apparue spontanément, sans intervention humaine), il est difficile de dater son apparition avec précision. Les spécialistes estiment néanmoins qu’il a été créé aux Etats-Unis à la toute fin du 20ème siècle. À cette époque, les croisements entre Shih-Tzu et Caniches étaient courants, mais pas particulièrement documentés. Une partie d’entre eux était d’ailleurs accidentelle, les autres avaient probablement pour objectif de donner naissance au chien de compagnie idéal, en alliant les qualités de ces deux races appréciées des Américains.

 

Il faut dire que si le Caniche et le Shih-Tzu ont en commun d’être tous deux de petite taille, leurs origines et caractéristiques divergent. Le premier est une race originaire d’Afrique ou d’Allemagne, qui a longtemps été employée pour la chasse au canard sauvage et autres oiseaux aquatiques. Le second, animal de compagnie par excellence, fait partie des races de chiens les plus anciennes et a longtemps été associé à la famille impériale de Chine, son pays d’origine.

 

Leur union a donné un petit chien hypoallergénique, mais dont les autres caractéristiques sont aujourd’hui encore très variables d’un individu à l’autre. Pour cette raison, le Shih-Poo n’est pas (encore ?) reconnu comme une race à part entière par les organismes de référence au niveau mondial, qu’il s’agisse par exemple de la Fédération Cynologique Internationale (FCI), l’American Kennel Club (AKC), le United Kennel Club (UKC) ou encore le Club Canin Canadien (CCC). Il est en revanche reconnu comme un hybride par certaines organisations spécialisées comme l’American Canine Hybrid Club ou l’International Designer Canine Registry.

 

Aujourd’hui encore, il reste très peu répandu dans le monde, y compris en Amérique du Nord, continent qui l’a pourtant vu naître. Aux Etats-Unis, au Canada et probablement aussi dans d’autres pays, quelques éleveurs de Shih-Tzu et de Caniches proposent à la vente des croisements de ces deux races, mais les véritables élevages de Shih-Poo semblent à l’heure actuelle extrêmement rares.

Comme beaucoup de chiens récents créés en croisant deux races précises, le Shih-Poo a hérité de traits morphologiques de ses deux ancêtres, mais dans des proportions qui peuvent grandement varier d’un individu à l’autre.

Par exemple, son pelage peut être court et frisé comme celui du Caniche, ou long et soyeux comme celui du Shih-Tzu. La diversité est tout autant au rendez-vous en ce qui concerne la couleur de robe, qui peut être par exemple noire, blanche, grise, crème, beige, sable, marron ou même bicolore. Il n’est d’ailleurs pas rare que deux chiots d’une même portée arborent des couleurs de robe différentes.

Quoi qu’il en soit, le Shih-Poo reste un chien de petite taille, comme ses deux parents. Il peut peser entre 4 et 8 kg à l’âge adulte et mesurer entre 20 et 40 cm au garrot. Par ailleurs, il a hérité de la forme du visage du Shih-Tzu, car comme ce dernier, il a des yeux saillants ainsi qu’une face de type brachycéphale.

Bien que le Shih-Poo soit encore récent, son tempérament semble assez établi et peu variable d’un individu à l’autre - en tout cas beaucoup moins que son apparence. Peut-être est-ce simplement dû au fait que ses deux parents, le Caniche et le Shih-Tzu, ont des caractères similaires, et qu’il y a donc peu de surprise à attendre à ce niveau-là.

Chien très intelligent, il est capable d'apprendre beaucoup de tours… à condition d’être disposé à le faire ! En effet, comme la plupart de ses congénères de petite taille, il peut se montrer têtu, en particulier si son maître ne commence pas à l’éduquer dès son arrivée dans le foyer. Il a également tendance à être assez bruyant, car il communique beaucoup en aboyant, que ce soit avec ses congénères ou même avec les humains.

Par ailleurs, le Shih-Poo est généralement timide avec les étrangers. Il faut donc veiller à le socialiser correctement tant qu’il est encore jeune, pour éviter qu’il ne soit excessivement peureux une fois adulte et qu'il n'aboie sur chaque personne nouvelle qu'il rencontre.

Mais ces quelques défauts ne l’empêchent pas d’être un chien très affectueux, qui aime plus que tout passer du temps en compagnie des humains de son foyer. Véritable petit pot de colle, il suit son maître à la trace, toujours prompt à lui réclamer des caresses et des câlins. Il aime aussi la compagnie des enfants, à condition qu’ils soient suffisamment grands pour avoir conscience qu’il faut le respecter. En effet, n’étant pas particulièrement patient, il peut rapidement se fâcher si on lui tire les poils ou la queue. En outre, comme les autres petits chiens, il a un dos fragile : il faut donc faire attention à ne pas le blesser quand on le manipule, et cela vaut tout particulièrement pour les enfants, qui sont parfois un peu brusques.

Sa loyauté est très appréciée, et contribue également à en faire un chien idéal pour des retraités en quête d’un petit compagnon fidèle. Pour autant, il n’est pas particulièrement jaloux, et s’accommode généralement sans difficulté de la présence de congénères ou d’autres animaux dans le foyer, qui peuvent d'ailleurs représenter de parfaits compagnons de jeux pour lui. En réalité, sa plus grande crainte est la solitude : il n’est pas fait pour rester seul pendant de longues périodes et peut finir par dépérir s’il se sent abandonné. Il convient donc plutôt aux personnes sédentaires et disponibles.
 
Souvent décrit comme une véritable boule d’énergie, le Shih-Poo est un chien très joueur : il aime apprendre de nouveaux tours et partager des moments de jeux et de complicité avec son maître. Comme le Caniche, il est très intelligent et aime être stimulé intellectuellement : des jeux de recherche ou d'obéissance le ravissent au plus haut point. Son endurance n’est toutefois pas aussi grande que celle de ses congénères de plus grande taille : il n’est donc pas fait pour des activités intenses comme l’agility, et n'est pas non plus adapté pour un maître sportif qui souhaiterait emmener son compagnon lors de longues sorties en nature. 30 à 45 minutes d'exercices physiques par jour sont normalement largement suffisantes pour répondre à son besoin d'activité. Le reste du temps, il aime surtout se prélasser tranquillement sur le canapé ou sur les genoux de son maître. Une vie en appartement lui convient d'ailleurs parfaitement, dès lors qu'il est suffisamment sorti et en mesure de se dépenser tous les jours.

Le Shih-Poo est une race de chiens difficile à éduquer.

En effet, son obstination en fait un compagnon têtu, qui ne convient pas vraiment à des maîtres inexpérimentés ou manquant de fermeté. Sa grande intelligence lui permet de comprendre facilement les ordres. Mais de là à les exécuter, c’est une autre histoire : s’il les considère comme superflus ou inutiles, il se contente de les ignorer. De ce fait, même des choses de base, comme apprendre à son chien à être propre, peuvent nécessiter quasiment un an de travail et de patience, là où un animal lambda les intègre en seulement quelques mois.

Pour mettre toutes les chances de son côté, il est essentiel de ne pas perdre de temps, et donc d’entamer l'apprentissage dès son arrivée dans le foyer. Cela concerne notamment la propreté, la mise en place de la hiérarchie dans la famille, ou encore le fait de ne pas aboyer à outrance et de cesser lorsqu’on le lui demande.

La méthode d’éducation canine positive, qui consiste à récompenser les bons comportements (encouragements, caresses, friandises...) plutôt qu’à punir les mauvais, est celle qui donne les meilleurs résultats chez les chiens têtus. Le Shih-Poo ne fait pas exception à la règle, d’autant qu’il a un vrai besoin d’être aimé et félicité. Il comprend rapidement que c’est en exécutant les ordres qu’il reçoit l’attention qu’il réclame, et c’est ainsi qu’on finit par obtenir de lui ce qu’on désire.

Mieux vaut en revanche éviter les longues séances de dressage, car il se laisse facilement déconcentrer par son environnement, en particulier s’il juge l’entraînement fastidieux. Des séances courtes mais fréquentes et répétitives sont le meilleur moyen de capter son attention et d’arriver au résultat souhaité.

Par ailleurs, compte tenu du fait qu'il a du mal à supporter la solitude, il est important d’apprendre le détachement à son chien dès le plus jeune âge, pour qu’il puisse s’accommoder sans mal d’une absence temporaire de son maître. À défaut, le risque est grand qu’il finisse par déprimer ou se mette à tout détruire dans l’espoir d’attirer l’attention sur lui.

Dans le même temps, il convient aussi de lui faire rencontrer tous types de personnes, d’animaux et de situations : sans ce travail de socialisation entamé alors qu’il est encore chiot, sa timidité naturelle risque de prendre le dessus chaque fois qu’il rencontre une personne ou un animal qui lui est inconnu, ou qu'il se trouve confronté à une quelconque nouveauté.

Une fois qu’on a réussi à se le mettre dans la poche, le Shih-Poo est un chien plutôt facile à vivre, qui ne demande qu’à plaire et à faire ce qu’on lui demande.

Comme ses parents, le Shih-Poo a une santé robuste. Il fait d’ailleurs partie des races de chien qui vivent le plus longtemps, puisque son espérance de vie est d’une quinzaine d’années. Même pour un chien de ce gabarit, c’est considérable.

Il est toutefois prédisposé à certaines maladies génétiques héritées du Caniche et du Shih-Tzu :

 

Comme beaucoup de petits chiens, il présente un dos sensible et une fragilité au niveau des vertèbres. Il est donc déconseillé de lui faire faire des exercices intenses, qui pourraient mettre son ossature à rude épreuve. Mieux également éviter de lui faire monter ou descendre des escaliers, car cela mettrait son dos à forte contribution.

 

Il semble également sujet à des dépôts de tartre importants sur les dents, ce qui conduit à des risques élevés de gingivite et de parodontose si un brossage de dents quotidien n'est pas effectué.


Par ailleurs, dans la mesure où il s’agit d’une race de chien brachycéphale, il présente une truffe courte et des voies respiratoires raccourcies. Ces particularités anatomiques peuvent impliquer des difficultés à respirer, en particulier pendant l’effort ou lors des périodes de forte chaleur.

 

Enfin, comme le Shih-Tzu, il est plutôt gourmand et peut donc facilement prendre du poids si son alimentation n'est pas suivie de près. Mieux vaut demander conseil à un vétérinaire pour adapter parfaitement son régime alimentaire à ses besoins nutritionnels.


En résumé, le Shih-Poo est susceptible de rencontrer l’ensemble des maladies et troubles auxquels sont prédisposés ses deux ancêtres. Pour limiter les risques, il est donc conseillé de s’assurer avant l’adoption que ses géniteurs ne souffrent pas de problème de santé dont leurs descendants pourraient avoir hérité, en se renseignant sur les antécédents médicaux de ses géniteurs, voire en réclamant les résultats des tests génétiques effectués.

Le pelage du Shih-Poo demande beaucoup d’entretien. En effet, qu’il ait hérité du poil frisé du Caniche ou du poil long et soyeux du Shih-Tzu, il doit être brossé chaque jour. Une tonte ou une coupe mensuelle ou bimensuelle est également de mise, non seulement pour qu’il conserve son bel aspect pelucheux, mais aussi pour limiter le risque de maladies dermatologiques du chien.

En revanche, il ne perd quasiment pas ses poils, et sa mue est très discrète : c’est donc une race de chiens hypoallergénique, recommandée pour les personnes souffrant d’allergie.

 

Comme pour ses congénères, il est important de vérifier l’état de ses oreilles une fois par semaine, et de les nettoyer pour éviter toute accumulation de saleté.

 

Il convient de faire de même avec ses yeux, afin là aussi de prévenir d'éventuelles infections.

Par ailleurs, les dents du Shih-Poo sont particulièrement sensibles au tartre, qui peut notamment être à l'origine de maladies bucco-dentaires parfois graves. Il faut donc brosser les dents de son chien au moins une fois par semaine avec un dentifrice adapté, et éventuellement lui donner des objets à mâchouiller, comme des bois de cerf pour chien ou certaines friandises spécialement conçues pour limiter la formation de tartre.

La séance d’entretien hebdomadaire est aussi l’occasion de vérifier ses ongles : si l’usure naturelle ne suffit pas et qu’ils sont devenus trop longs, il est nécessaire de les lui couper, pour éviter qu’il ne se blesse en marchant.

Comme tout chien, le Shih-Poo doit recevoir des aliments de qualité et des quantités adaptées à ses besoins, qui dépendent notamment de son âge, son gabarit, son état de santé et son niveau d'activité. L'idéal est d'opter pour une alimentation sèche, par exemple des croquettes. En effet, ce type de produits permet de limiter la formation de tartre sur les dents et contribue à une bonne hygiène dentaire.

 

En tout cas, même s'il est de petite taille, il ne saurait être question de lui donner des aliments destinés aux chats : les deux espèces n'ayant pas les mêmes besoins nutritionnels, il souffrirait d'excès de certains nutriments et de carences dans d'autres.


Par ailleurs, comme le Shih-Tzu, le Shih-Poo est un petit glouton qui peut facilement prendre du poids si son régime alimentaire n’est pas suivi de près. À moins qu’il soit extraordinairement actif (ce qui n'est toutefois pas recommandé en raison de sa fragilité dorsale et du risque de syndrome brachycéphale), il est donc déconseillé de dépasser un apport journalier de l’ordre de 600 calories.

 

Ce dernier doit être divisé en au moins deux repas : en effet, à partir du moment où il sait qu'il recevra à nouveau à manger plus tard dans la journée, il est moins enclin à réclamer. Par ailleurs, les friandises peuvent s'avérer extrêmement utiles dans le cadre de l'éducation du Shih-Poo, mais ont tôt fait représenter un apport calorique assez conséquent. Pour réduire le risque de prise de poids, il convient de déduire ce dernier de sa ration quotidienne.

 

Prévenir l'obésité de son chien passe aussi par le fait de le peser régulièrement - idéalement deux fois par mois. En effet, cela permet de déceler rapidement un éventuel dérapage qui se confirme voire s'accélère sur plusieurs mesures d'affilée. Le cas échéant, un tour chez le vétérinaire s'impose, car seul un professionnel de santé peut identifier de manière certaine l'origine du problème et indiquer comment y remédier. En effet, ce dernier peut ne pas avoir une cause alimentaire, mais être causé par exemple par une maladie ou une réaction à un traitement.

 

Enfin, comme tout chien, le Shih-Poo doit avoir à tout moment à sa disposition de l'eau fraîche et régulièrement renouvelée.

Le Shih-Poo est un excellent chien de compagnie, qui apporte amour et affection à son maître tout au long de sa longue vie. Même s’il descend du Caniche Toy qui était en son temps un formidable chasseur de canards, il est lui-même un fervent adepte du canapé.

En effet, bien qu’il soit énergique, il n’a pas besoin de beaucoup d’activité physique. Au contraire, des efforts trop intenses peuvent avoir un effet néfaste sur sa santé , en raison de ses prédispositions à des problèmes de dos et des voies respiratoires. Il n’est donc pas adapté à un maître sportif, qui souhaiterait par exemple courir ou faire du vélo avec son compagnon, mais fait en revanche un choix idéal pour une personne retraitée et/ou assez sédentaire.

 

Il est apprécié en particulier des personnes souffrant d'allergie aux chiens, car son pelage le rend particulièrement hypoallergénique. Il convient toutefois de garder en tête qu'aucun chien ne l'est à 100%, et qu'il peut exister d'importantes différences d'un individu à l'autre : il reste nécessaire d'effectuer un essai en passant plusieurs heures aux côtés de l'animal dont l'adoption est envisagée, afin de s'assurer qu'aucune réaction allergique ne se manifeste.

Dans son pays d'origine, les Etats-Unis, le prix d’un chiot Shih-Poo se situe entre 700 et 1100 dollars (environ 600 à 1000 euros).

 

On en trouve également au Canada, pour un montant se situant généralement entre 1200 et 1500 dollars canadiens.

 

En dehors, et notamment en Europe, les éleveurs de Shih-Poo ne sont pas légion, et ce chien est encore très rare. Le choix est plus que limité, et les délais d’attente peuvent être conséquents. La solution la plus réaliste est donc généralement d'opter pour une importation depuis l'étranger, ce qui nécessite notamment de bien respecter la réglementation à ce sujet. Il faut aussi tenir compte du fait que des coûts de transport et des frais administratifs viennent alors s'ajouter au montant demandé par l'éleveur.

 

Quel que soit le pays, ce dernier dépend du prestige de l'élevage, de la lignée dont le chiot est issu, mais aussi et surtout des caractéristiques de ce dernier - notamment sur le plan physique.


Comme son ascendant le Shih-Tzu, le Shih-Poo atteint sa majorité sexuelle vers l’âge de 6 mois, aussi bien pour les mâles que pour les femelles. La taille des portées varie considérablement selon les individus : elle peut aller de 2 à 12 chiots. Les chiens de ce gabarit ont pourtant d’habitude des portées de taille réduite, de l’ordre de deux ou trois petits à la fois.

Avis & conseils Shih-Poo

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Shih-Poo, ou possédez vous-même un Shih-Poo ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer