Berger Yougoslave

Berger Yougoslave

Autres noms : Chien de Berger Yougoslave de Charplanina ou Charplanina ou Berger d'Illyrie
Noms d'origine : Sarplaninac ou Jugoslovenski Ovcarski Pas
Groupe : Chien de type Pinscher ou Schnauzer - Molossoïde - Chien de montagne et de bouvier suisse
Standard : Standard FCI N°41

Partager
 

Qualités du Berger Yougoslave

Tempérament du Berger Yougoslave

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Berger Yougoslave au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Berger Yougoslave

Durée de vie moyenne
11 ans
Poids de la femelle
De 30 à 40 kilos
Poids du mâle
De 30 à 40 kilos
Taille de la femelle
De 56 à 62 cm
Taille du mâle
De 58 à 66 cm

Le Berger Yougoslave : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Berger Yougoslave

Le Berger Yougoslave (aussi connu sous le nom de Sarplaninac, ou Berger de Charplanina) est natif des Balkans, et plus particulièrement des monts Sar, une chaîne montagneuse située à cheval sur la Serbie, le Kosovo, l’Albanie et la Macédoine, mais ses origines exactes sont inconnues.

 

C’est sans aucun doute une race de chien très ancienne, qui existe depuis des milliers d’années, et certains affirment même que ce serait la race à l’origine de tous les autres molosses. Il est effectivement un proche parent des autres races de molosses des Balkans et des Carpates, ainsi que de ceux présents en Asie Mineure et Centrale, mais la théorie la plus largement acceptée est que les molosses sont originaires d’Asie centrale et se sont répandus vers l’ouest avec les migrations humaines, et non le contraire.

 

Quoiqu’il en soit, les ancêtres du Berger Yougoslave patrouillaient déjà les montagnes des Balkans il y a plusieurs milliers d’années. Il est probable que dès le début ils aient aidé à protéger les troupeaux de moutons face aux grands prédateurs de la région, comme le loup, le lynx ou même l’ours. Leur isolement dans cette région montagneuse et l’absence de contacts avec d’autres chiens limita drastiquement les croisements, si bien qu’ils purent se développer pratiquement inchangés pendant des siècles, voire des millénaires.

 

Il est avéré qu’à l’époque de l’Empire Romain, les ancêtres du Berger Yougoslave étaient déjà les fidèles compagnons des bergers et fermiers de la province connue à l’époque sous le nom d’Ylirie, nom qui resta attaché à la race jusqu’au milieu du vingtième siècle.

 

Dans les années 1920, la renommée de ces chiens fidèles, puissants et travailleurs finit par attirer l’attention de l’armée de ce qui était alors appelé le Royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Il entama alors sa carrière militaire, et pour la première fois un programme d’élevage structuré fut mis en place, alors que jusqu’à présent la race s’était développée de manière naturelle, sans que l’Homme n’interfère de manière importante. Ceci aboutit à la définition d’un premier standard en 1939, lorsque la Fédération Cynologique Internationale (FCI) la reconnut sous le nom de Berger d’Ylirie. Ce nom fut conservé jusqu’en 1957 lorsque, à la demande de l’association canine de Yougoslavie, il fut changé pour devenir Berger Yougoslave de Charplanina, en référence aux monts Sar.

 

Jusqu’en 1970, le programme d’élevage de cette race était sous le strict contrôle de l’Etat yougoslave et les exportations étaient formellement interdites, ce qui réduisit considérablement sa diffusion en dehors de son pays d’origine.

 

Les premiers spécimens furent finalement introduits aux Etats-Unis quelques années plus tard, et trouvèrent rapidement un certain succès auprès des fermiers américains, puis canadiens. Sa capacité à repousser les coyotes est aujourd’hui encore très appréciée.

 

L’United Kennel Club (UKC) américain reconnut la race en 1995, mais l’autre organisme de référence du pays, l’American Kennel Club (AKC), n’en a pas encore fait de même. En revanche, le Canadian Kennel Club (CKC) lui a pour sa part accordé une reconnaissance provisoire, première étape vers une reconnaissance pleine et entière. En Europe, il reste également du chemin à parcourir, puisqu’il n’est pas reconnu par exemple par le prestigieux Kennel Club britannique.

 

Au final, s’il est toujours très populaire dans sa région d’origine, où il reste le chien de berger le plus apprécié, le Sarplaninac demeure assez rare dans le reste du monde. En France, on observe même un effondrement au cours des 30 dernières années : alors que plus de 300 naissances étaient enregistrées chaque année au LOF (Livre des Origines Français) autour de 1990, ce chiffre est tombé à environ 150 à l’aube du nouveau millénaire, puis moins de 100 au début des années 2010. De nos jours, on compte chaque année dans le pays moins de 40 naissances de représentants de la race.

Le gabarit du Berger Yougoslave est impressionnant. Bien charpenté et couvert d’un long poil hirsute, il porte bien son surnom de « petit ours des Balkans ». D’ailleurs, malgré une démarche souple lorsqu’il trotte, il dégage une certaine lourdeur au galop.

 

Légèrement plus long que haut, son corps est bien musclé et constitué d’une ossature robuste. Il se termine par une longue queue touffue en forme de sabre, qui se relève jusqu’au-dessus du dos lorsqu’il est en action. Ses pattes sont massives et puissantes.

 

Proportionnée au corps, sa tête est massive, avec un crâne large légèrement plus long que le museau, qui s’amincit graduellement pour se terminer par une truffe noire. La mâchoire est en ciseaux, et la lèvre supérieure déborde sur la lèvre inférieure. Ses yeux en forme d’amande sont brun clair ou foncé. Quant aux oreilles, elles sont en forme de V et retombent le long des joues.

 

La fourrure du Berger Yougoslave de Charplanina est constituée d’un sous-poil court et fin, mais doux et abondant, et d’un long poil de couverture mesurant de 10 à 12 cm sauf sur la tête et le bas des pattes, où il est sensiblement plus court.

 

Sa robe est unicolore, et toutes les nuances sont autorisées, du blanc au brun foncé presque noir. Les couleurs les plus recherchées sont le gris vert et le gris foncé. De petites marques blanches sur le poitrail et le bout des pattes sont acceptées par le standard de la race, mais les sujets bicolores (avec de grandes marques blanches) ne sont pas reconnus.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est marqué, la femelle étant en moyenne plus petite que le mâle de 4/5 cm, pour un poids inférieur d’environ 5 kg. Par ailleurs, quel que soit le sexe, ce chien a une croissance plus lente que de nombreuses races (en particulier celles qui sont plus petites), puisqu’il n’atteint sa pleine maturité qu’aux alentours de 3 ans.

Standard FCI N°41 (11/24/1970)


TRADUCTION : établie par la Fédération Cynologique Yougoslave


ORIGINE : Yougoslavie.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 24.06.1987


CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 2 - Chiens de type Pinscher et Schnauzer - Molossoïdes - Chiens de montagne et de bouvier suisses et autres races.

Section 2.2 - Molossoïdes, type montagne.

Sans épreuve de travail.

APPARENCE GENERALE ET CARACTERE


Robuste, fortement charpenté, la taille au-dessus de la moyenne, bien proportionné. Couvert d’un poil long, épais et assez grossier ce qui donne à son corps un aspect plus

ramassé. Forte constitution, tempérament calme, bon caractère, bon défenseur qui n’est pas mordant. Dévoué à sonmaître et incorruptible.

Hauteur au garrot : Chez le chien, en moyenne de 62 cm, et chez la chienne, de 58 cm. On préfère les chiens de grande taille. Les chiens en-dessous de 56 cm et les

chiennes en-dessous de 54 cm sont exclus de la reproduction. Le poids de 35 à 45 kg pour le chien, et de 30 à 40 kg pour la chienne.

Longueur du corps : Est un peu plus grande que la hauteur au garrot : de 8 à 10 % chez le chien, et de 10 à 12 % chez la chienne.

TETE


La tête est proportionnée au corps et mesure environ 25 cm ou environ 40 % de la hauteur au garrot. Le crâne est un peu plus long que le museau, respectivement 58 et 42

% de la longueur totale de la tête. La femelle a le museau un peu plus long (57 et 43 %). Profil supérieur du crâne légèrement convexe et profil du chanfrein droit. Les lignes

des deux profils sont convergentes.

Crâne : Partie crânienne de la tête large, avec un sillon médian accusé. Vu de côté et d’en haut, il est légèrement convexe et peu bombé. Arcades sourcilières peu

prononcées. Crête occipitale effacée.

Stop : Peu prononcé.

Museau : Plus court que le crâne, large et profond à sa base, il s’amincit légèrement et graduellement. Le chanfrein est étroit et large. Profil de la mâchoire inférieure

commence par un arc et se confirme par une ligne droite divergente par rapport au profil du chanfrein.

Nez : Large et d’une pigmentation noire.

Lèvres : D’une épaisseur moyenne et tendues. La lèvre supérieure déborde légèrement l’inférieure. Les commissures des lèvres bien fermées, jamais renversées.

Dents : S’adaptant en ciseaux. Dentition complète.

Yeux : En forme d’amande, ni gros ni creux, châtains foncés ou châtains clairs, d’une expression calme mais pénétrante, jamais craintive. Les paupières, ainsi que les

muqueuses visibles sont d’une pigmentation noire.

Oreilles : Plantées au niveau du prolongement d’une ligne imaginaire partant du bout du nez et qui passe par l’angle interne de l’oeil correspondant ou un peu plus bas. Elles

sont pendantes, tombant à plat contre les joues, ont la forme d’un “V” et sont d’une longueur moyenne; quand on les tend légèrement, elles arrivent jusqu’à l’angle interne de

l’oeil correspondant. Couvertes d’un poil court et épais.

ENCOLURE


Profil supérieur légèrement convexe ou droit dans la partie supérieure du cou. Profil inférieur droit. L’encolure est de longueur moyenne, mais à cause du poil long et touffu,

elle parait plus courte. Elle est large, profonde et musclée, bien attachée à la tête et au corps, et sans démarcation accusée. Elle est légèrement relevée par rapport à la

ligne dorsale. Sa peau est tendue et sans fanon. Le poil est touffu, long et rude, fermant au niveau du passage à la tête une collerette bien accusée, ce qui apparemment

augmente la largeur et la profondeur de cette partie de la tête.

CORPS


Vue d’ensemble : La ligne de dessus est horizontale ou elle est légèrement en pente on allant du garrot vers la croupe. Chez les chiens élevés en montagne, on tolère que

la hauteur de la croupe soit à peine plus grande que celle au garrot, ce qui est pourtant indésirable. Le corps est un peu plus long que la hauteur au garrot.

Garrot : Légèrement prononcé et large, son attache avec le cou est forte et la démarcation peu apparente.

Dos : Droit et large, pas trop long. Sa partie lombaire plus courte, large et musclée.

Croupe : De longueur moyenne, oblique, large et bien musclée.

Cage thoracique : La poitrine est profonde, et avec son bord inférieur arrive jusqu’au coude, de longueur moyenne. Les côtes sont légèrement arquées. Le poitrail est large et

musclé. Le tour de poitrine doit être au moins 20 % plus grand que la hauteur au garrot.

Ventre : Remonté et musclé. La ligne du profil inférieur remonte doucement d’avant en arrière. Les flancs assez courts. Le creux du flanc accusé.

QUEUE


La queue est longue et arrive au moins jusqu’à la pointe du jarret. La ligne supérieure de la croupe, sans démarcation accusée, se continue par celle de la queue. Puissante

à sa base, la queue est de plus en plus fine vers son extrémité. Le poil est touffu et, sur le bord inférieur de la queue il est plus long, faisant des franges. La queue est
en forme de sabre, en action elle est soulevée. En action, elle peut être portée au-dessus de la ligne du dos.


MEMBRES ANTERIEURS


Vue d’ensemble : Les membres antérieurs ont un bon aplomb, et sont proportionnés par rapport au corps; la hauteur de la pointe du coude se situe à 55 % de la
hauteur au garrot. Les diverses parties des membres antérieurs sont proportionnées entre elles et par rapport au corps. L’épaule est suffisamment longue et large et bien

attachée au corps, légèrement oblique, faisant avec la ligne horizontale un angle de 65° Le bras est plus oblique que l’épaule, faisant avec la ligne horizontale un
angle de 55° . L’angle du coude (angle huméro-radial) est de 145°. Le coude est large, bien placé, très peu écarté des côtes. Avant-bras vertical, ossature et musculature

bien développées, long, couvert sur sa face postérieure de poils longs faisant franges. Le carpe est large, épais et avec une légère démarcation.

Le métacarpe, légèrement oblique, est large et fort.

Pieds forts, de forme ovale, avec les doigts arqués et bien serrés. Les ongles sont noirs et solides. Tubercules digitaux et plantaires (soles) fermes mais souples, noires et

pigmentation foncée.

MEMBRES POSTERIEURS


L’aplomb des membres postérieurs, vu de derrière, est régulier et quelque peu plus large que celui des membres antérieurs. Vu de profil, il est régulier aussi, avec les angles

des articulations suffisamment fermés. La cuisse est musclée, forte et arrondie, oblique, faisant avec la ligne horizontale un angle semblable à celui de l’épaule.

L’angle du grasset (angle fémoro-tibial) est un peu plus ouvert que l’angle scapulo-huméral (environ 125° ). Le grasset est solide et large.

La jambe est oblique, forte, avec la musculature suffisamment descendue et les franges bien prononcées.

Jarret : Large et assez ouvert (angle d’environ 130°).

Le métatarse est un peu moins oblique que le métacarpe. On y trouve rarement des ergots, mais s’ils existent il faut les enlever.

ALLURES


Le pas est long et souple. L’allure préférée est le trot, avec de hautes enjambées et des longueurs moyennes. Au galop, il se montre un peu lourd, mais avec les sauts

longs, couvrant bien le terrain.

PEAU


La peau est d’épaisseur moyenne, élastique et bien tendue sur les différentes parties du corps. Sans fanon. Toutes les muqueuses visibles sont noires ou d’une

pigmentation foncée.

POIL


La tête, les oreilles et les parties antérieures des membres sont couvertes de poils courts.

Le cou, le corps, les parties postérieures des membres et la queue sont couverts de poils longs, presque plats et un peu grossiers. Sous le poil, on trouve le sous-poil,

court, plus fin, très touffu et abondant. La longueur du poil sur le garrot est de 10 à 12 cm, et on ne permet pas qu’il soit plus court que 7 cm.

COULEUR


Le Charplaninatz est unicolore. Toutes les nuances des couleurs sont autorisées, depuis le blanc jusqu’au brun foncé presque noir. Les couleurs les plus estimées sont le

gris verdâtre (gris fer) et le gris foncé. la robe pie ou les taches blanches ne sont pas permises.

Chez les chiens pigmentés, des petites marques blanches sur le poitrail et sur les doigts sont permises, mais indésirables. Chez tous les chiens pigmentés, la teinte de

fond est la plus accentuée sur les parties supérieures de la tête, du cou et du tronc. Sur les parties inférieures du corps il existe une dégradation de la teinte et aux parties

inférieures des membres la teinte est plus claire passant à la couleur gris sale ou jaunâtre. Ces dégradations de la teinte ne peuvent être en aucun cas bien délimitées

donnant l’aspect des marques claires ou de la robe pie.

POIDS


Chez le chien en condition de travail, le poids est de 35 à 45 kg, et chez la chienne de 30 à 40 kg.

DEFAUTS


Petits défauts :

La largeur insuffisante de la partie crânienne de la tête, le museau un peu plus long; les mâchoires bien développées, la largeur et la profondeur (hauteur) de la poitrine

insuffisantes, les côtes trop plates ou trop arquées, les vices d’aplomb peu prononcés. Le poil un peu plus court, pourvu que les franges soient bien apparentes. Les

marques blanches sur le poitrail et les pieds. Un léger raccourcissement de la queue, le pied de lièvre, ainsi que les autres petits défauts physiques.

Défauts graves : Le museau trop long ou trop pointu. Les oreilles plantées haut ou s’écartant de la tête (insuffisamment plaquées contre les joues). Mâchoires en

tenaille, dos ensellé, queue portée de côté, constitution lymphatique, ainsi que les autres graves défauts physiques.

Défauts éliminatoires :

Manque des dents prémolaires. Une grande différence entre la longueur du corps et la hauteur au garrot, la hauteur au garrot insuffisante, la longueur du poil inférieure à 7

cm, grandes marques blanches (robe pie), rayures (bringé), dépigmentation des muqueuses visibles et des yeux. Les signes de dégénérescence (brachygnathisme
ou prognathisme, queue courte de naissance ou chiens anoures, dos trop encollé et autres signes de dégénérescence).

Le Berger Yougoslave est un animal fidèle. Il n’est pas très démonstratif, mais fait preuve d’un dévouement sans bornes pour son maître. Comme la plupart des chiens sélectionnés depuis des siècles pour garder les troupeaux dans les montagnes, il est indépendant et n’a pas de problème à passer du temps seul, ce qui en fait une bonne race de chien pour une personne souvent absente.

 

Incroyablement protecteur de sa famille, il se montre extrêmement méfiant envers les étrangers. Ceux qui sont invités par son maître sont reçus par un regard soupçonneux et désapprobateur, tandis que ceux qui s’approchent sans y être autorisés sont reçus par des aboiements et des grognements ne laissant aucune place au doute. Si certains passent outre l’avertissement et décident de rentrer sur le territoire qu’il garde, le risque d’attaque est bien réel.

 

En revanche, il adore les enfants avec lesquels il a grandi et peut faire preuve d’une patience étonnante avec eux. Sa taille fait toutefois qu’un accident peut vite arriver, en particulier avec des plus jeunes, qu’il a tôt fait de bousculer par inadvertance. En tout état de cause, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul avec un tout-petit sans la surveillance d’un adulte.

 

Son amour des enfants s’arrête à ceux avec lesquels il a grandi : les compagnons de jeu qu’ils font venir à la maison sont vus comme des étrangers, et donc des menaces potentielles. Il faut donc faire particulièrement attention lorsqu’ils s’amusent, certains de leurs jeux pouvant être perçus par le chien comme une agression du petit de la famille. Son instinct protecteur risque alors de le pousser à faire ce pour quoi il a été élevé depuis des siècles : défendre son troupeau contre les attaques, d’où qu’elles viennent.

 

Le Berger de Charplanina s’entend bien avec les chats, à condition d’avoir grandi avec eux. En revanche, il cohabite mal avec ses congénères : les conflits risquent d’être nombreux s’il doit vivre sous le même toit qu’un autre chien. Il accepte très bien les animaux de ferme (moutons, chèvres, vaches, cochons), qui sont pour lui membres à part entière du troupeau dont il a la charge. En revanche, les plus petits animaux, comme les poules ou les lapins, ont de grandes chances d’être vus comme des proies potentielles et de terminer dans son estomac.

 

Si le Berger Yougoslave est habitué à la vie au grand air et a besoin de grands espaces où il peut vadrouiller tranquillement, ce n’est pas un chien très actif. Les jeux et les efforts violents ne sont pas sa tasse de thé, mais il apprécie en revanche les longues balades, à raison d’au moins une heure par jour. Quoi qu’il en soit, sa taille et son besoin d’espace impliquent qu’il n’est pas fait pour vivre en appartement. C’est un chien d’extérieur ; il a besoin d’une maison avec un grand jardin dans lequel il peut patrouiller, se sentant ainsi investi d’une mission à accomplir. Par contre, ce dernier doit être parfaitement clôturé, tant pour sa sécurité que pour celle des passants et petits animaux qui viendraient à pointer le bout de leur museau.

 

Par ailleurs, son intelligence n’a d’égal que son obstination, si bien que le Charplanina a tôt fait de totalement ignorer un maître hésitant qui n’arrive pas à s’imposer comme chef de meute. Il assume alors de manière naturelle la position d’autorité et prend le contrôle de la famille, ce qui ne donne que très rarement les résultats souhaités.

 

En revanche, un maître expérimenté qui sait se faire respecter de son chien ne manquera pas d’apprécier son côté travailleur, tant il ne rechigne pas à effectuer les tâches qu’on lui demande d’accomplir. C’est d’ailleurs un très bon moyen de le tenir occupé, sachant qu’il a tôt fait de s’ennuyer s’il n’est pas suffisamment stimulé physiquement et mentalement. Il risque alors d’avoir un comportement destructeur, creusant des trous un peu partout dans le jardin ou mâchouillant tout ce qu’il trouve, murs de la maison ou poteaux de la clôture compris.

La socialisation dès les premières semaines est importante pour tous les chiens, mais est particulièrement indispensable pour le Berger Yougoslave. En effet, sa méfiance naturelle envers tous ceux qui ne sont pas de sa famille peut devenir problématique compte tenu de son gabarit : il doit donc faire la connaissance au plus tôt de nombreuses autres personnes (famille, amis, voisins…) afin de comprendre que toute personne étrangère à sa sphère familiale n’est pas forcément synonyme de danger. A défaut, les risques d’accident sont bien réels, car il n’hésite pas à attaquer pour défendre son territoire et sa famille contre un envahisseur, fut-ce le facteur qui apporte un colis.

 

Par ailleurs, s’il doit partager son foyer avec un chat, il est primordial qu’il l’intègre bien comme faisant partie de son troupeau. Par conséquent, même s’il passe le plus clair de son temps dehors tandis que le petit félin est confiné à l’intérieur, il faut faire en sorte que dès son plus jeune âge il passe le plus de temps possible avec lui. S’ils n’ont pas fait suffisamment amplement connaissance lors des premiers mois, il est probable qu’il le considère comme un intrus, et les conséquences peuvent être assez fâcheuses.

 

Le Sarplaninac a besoin d’un maître ferme et expérimenté, qui sait affirmer son autorité de chef de meute et se faire respecter, le tout avec constance. Habitué à guider les troupeaux par lui-même depuis des siècles, il a appris à être indépendant et à prendre des décisions par lui-même. Dominant et parfois têtu, il détecte facilement la moindre hésitation, le moindre flottement, qui sont autant de brèches lui permettant d’assumer le rôle de leader, avec toutes les conséquences indésirables que cela implique.

 

Intelligent et travailleur, ce chien est toutefois parfaitement capable de discipline et peut faire des merveilles lorsqu’il est entre les mains d’un éducateur expérimenté, comme le prouve d’ailleurs son passé militaire.

 

Comme souvent avec les races de chien indépendantes et puissantes, les méthodes d’éducation traditionnelles sont à proscrire. En effet, c’est tout sauf une bonne idée que de lui apprendre qu’on peut obtenir des résultats par la force et la punition, car une fois devenu adulte, il est bien plus puissant que la plupart des humains. Les méthodes d’éducation canine basées sur le renforcement positif donnent de bien meilleurs résultats.

 

Enfin, s’il est utilisé comme chien de garde, le Berger Yougoslave remplit ce rôle de manière instinctive, et n’a donc pas besoin d’une éducation spécifique pour cela.

 

En revanche, quel que soit l’usage auquel il est destiné, il est recommandé de l’habituer dès son plus jeune âge aux séances de toilettage, afin qu’elles deviennent un moment de détente avec son maître et qu’il se laisse manipuler sans difficultés une fois adulte.

Le Berger Yougoslave est un chien très robuste, issu d’une longue sélection naturelle qui n’a conservé que les individus les plus sains. Son espérance de vie, qui atteint 11 à 13 ans, est d’ailleurs relativement longue par rapport à d’autres races de ce gabarit.

 

Il faut toutefois savoir qu’il est susceptible d’être victime de maux communs à la majorité des grandes races de chiens :

  • la dysplasie de la hanche et la dysplasie du coude, des problèmes articulaires qui peuvent entraîner de grandes difficultés à se déplacer. Une étude réalisée en 1972 par l’Université de Belgrade montra qu’un quart de la population de Sarplaninac était atteinte de dysplasie. Un programme spécifique fut mis en place, qui incluait notamment la formation des bergers pour qu’ils apprennent à ne pas trop nourrir et solliciter les chiots, afin d’éviter que ceux-ci ne développent des problèmes aux articulations pendant leur croissance ;
  • la luxation patellaire, lorsque la rotule sort de son emplacement, ce qui entraîne un boitillement ;
  • la dilatation-torsion gastrique, une condition le plus souvent due à une ingestion rapide de nourriture et une digestion perturbée, qui peut entraîner la mort rapide du chien si un vétérinaire n’intervient pas.

 

Par ailleurs, le Sarplaninac peut être particulièrement sensible à certains produits anesthésiants. Il est conseillé d’en discuter avec le vétérinaire avant toute intervention chirurgicale.

 

En outre, ses oreilles pendantes et poilues ont tendance à retenir la saleté, avec donc à la clef un risque accru d’infections si elles ne sont pas nettoyées régulièrement.

 

Enfin, si sa fourrure dense en fait une race de chien résistante au froid et aux intempéries, elle pose problème en cas de vague de chaleur. Lorsque la température dépasse les trente degrés, il faut s’assurer qu’il dispose d’un espace ombragé où se reposer, ainsi que de grandes quantités d’eau fraîche.

L’entretien du Berger Yougoslave n’est pas difficile, mais demande une certaine constance. En effet, ce chien perd une quantité non négligeable de poils tout au long de l’année, si bien qu’il est nécessaire de le brosser deux ou trois par semaine pour éliminer les poils morts et éviter que des nœuds ne se forment. Lors de ses mues saisonnières, au printemps et à l’automne, la chute de poils est démultipliée, et un brossage quotidien devient nécessaire.

 

En revanche, il n’est généralement pas nécessaire de donner un bain à son chien : un brossage intensif suffit à éliminer poussières et débris de sa fourrure. En tout état de cause, s’il n’y a pas été habitué lors de ses premiers mois, baigner son chien risque de devenir une aventure. Devoir essayer de gérer un chien de 40 kg au poil long et mouillé qui fait tout pour s’échapper de la baignoire et court dans toute la maison pour éviter d’être shampouiné est une expérience que peu de maîtres souhaitent répéter une fois qu’ils l’ont vécue.

 

Par ailleurs, il faut prendre chaque semaine un moment pour vérifier ses dents, ses yeux et ses oreilles, afin de s’assurer qu’ils sont bien propres, et y remédier à défaut. Une attention toute particulière doit être portée à ses oreilles tombantes et poilues : cette particularité morphologique fait que des saletés s’y accumulent facilement. Elles peuvent être nettoyées à l’aide d’un chiffon humide.

 

Cette séance hebdomadaire est aussi l’occasion de vérifier que ses griffes ne sont pas trop longues. S’il a un mode de vie actif, l’usure naturelle devrait s’avérer suffisante. A défaut, il est nécessaire de les tailler à l’aide de ciseaux spécifiques, pour éviter qu’elles ne le gênent dans ses mouvements voire qu’il ne se blesse. Il est bon aussi d’en profiter pour s’assurer qu’il n’a pas de petits débris coincés entre ses orteils, qui pourraient causer une blessure superficielle susceptible de s’infecter.

Le Berger Yougoslave ne pose pas de problèmes en termes de nourriture, et peut parfaitement être nourri avec des aliments industriels pour chien du commerce. Ceux-ci doivent être toutefois de qualité suffisante et adaptés à sa taille, à son âge et à son mode de vie, afin de contenir tous les nutriments dont il a besoin.

 

Lors de sa croissance, il faut éviter de lui donner une nourriture trop riche ou trop abondante, sous peine de le faire grandir trop vite, avec à la clef des problèmes d’articulations susceptibles de le handicaper pour le reste de sa vie.

 

Bien que cette race ne soit pas naturellement encline à l’obésité, il faut s’assurer que ses rations quotidiennes correspondent effectivement à sa dépense énergétique, pour éviter tout risque d’embonpoint. Surveiller le poids de son chien est utile pour détecter rapidement un éventuel dérapage et pouvoir corriger le tir sans attendre.

 

Enfin, pour diminuer les risques de dilatation de l’estomac, il est recommandé de diviser sa ration en au moins deux repas, pris matin et soir. Ces derniers doivent être pris dans le calme, et il est important de ne pas faire faire à son chien une activité éprouvante dans l’heure qui précède, et surtout dans celle qui suit. Une promenade tranquille peut aider la digestion, mais les exercices physiques intenses doivent eux être le plus éloignés possible des repas.

Depuis des temps immémoriaux, le Berger Yougoslave de Charplanina remplit à merveille le rôle de protecteur et de gardien, que ce soit pour défendre les troupeaux contre les attaques des grands prédateurs des Balkans (ours, loup et lynx) ou bien la maison familiale contre les intrus. Depuis les années 70, il est aussi utilisé aux Etats-Unis et au Canada pour repousser les coyotes.

 

C’est pour ses qualités de chien de garde qu’il est le plus souvent utilisé de nos jours, mais il fait aussi un excellent animal de compagnie pour une famille un tant soit peu active vivant à la campagne ou dans les montagnes.

 

Enfin, « recruté » par les militaires il y a près d’un siècle, le Sarplaninac continue d’être utilisé par l’armée serbe pour patrouiller les frontières des régions montagneuses. On le retrouve aussi dans les prisons où il travaille comme gardien, ainsi que comme chien policier de défense pour la surveillance et la protection de différents sites stratégiques (aéroports, bases militaires…).

Le Berger Yougoslave est une des 13 races de chien interdites au Danemark. Cette liste est cependant ouvertement critiquée, car la plupart des races présentes sur la liste (dont le Sarplaninac) n’ont jamais été impliquées dans le moindre incident.

Le prix d’un chiot Berger Yougoslave de Charplanina est d’environ 800 euros, et il n’y a généralement pas de différence de prix entre les mâles et les femelles.

Certains affirment que les fameux chiens de combat utilisés par Alexandre le Grand (356 – 323 avant J.C.) étaient des Bergers Yougoslaves, ou tout du moins leurs ancêtres. Toutefois, aucun élément tangible ne semble en mesure d’appuyer ces dires.

Trouvez un élevage de Berger Yougoslave près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Berger Yougoslave ou organiser une saillie entre Berger Yougoslave ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Berger Yougoslave

Bonjour.
Voici 4 ans, mon troisième Patou (Montagne des Pyrénées) étant décédé, un cherchais un chiot à adopter et l'annonce pour un Sarplanina à donner m'a interpellé, surtout qu'il n'avait que 5 mois. En réalité, les propriétaires s'étaient laissés séduire par une petite boule de poils qui a grandi très vite et leur petit appartement, avec 3 enfants en bas âge n'était guère adapté aux exigences de ce gros toutou. Le coup de foudre a été immédiat et j'ai adopté Baloo qui, depuis lors, profite pleinement de 45 ares clôturés, sauf quand il pleut! Mais il aime aussi rester à l'intérieur, couché près de moi. Très gentil, il accueille joyeusement mais sans excès les visiteurs pour peu que je sois présent. Il aboie peu, toujours à propos, et ne se laisse absolument pas démonter par le très bruyant cocker du voisin. Les inconnus qui sonnent à la porte le font avec circonspection quand ils entendent la grosse voix de Baloo et qu'ils l'aperçoivent à la fenêtre. Il faut dire qu'il dissuaderait les gens mal intentionnés! Quant à la nourriture, pour sa taille, il mange peu et n'est pas très exigent, excepté qu'il n'aime pas les croquettes. Bien entendu, lors de la mue, la quantité de poils perdus est assez impressionnante mais, comme il est souvent à l'extérieur, il n'y a a que quelques touffes faciles à ramasser dans la maison. Par contre, il est assez têtu mais c'est un trait de caractère que j'aime et n'entache en rien le bonheur qu'il apporte. J'espère qu'il vivra le plus longtemps possible...

   
Par Thierry

Bonjour, il serait bon de revoir les caractéristiques et les infos sur ce chien... Deja les poids que vous donnèe sont faux ou ce ne sont pas des pures races car venant des balkan j'en voie souvent des mals entre 100 et 115kg !! Les femelles plus maigre entre 60 et 70 kg. Ce n'est pas un chien a dressé mais à éduquer car toute au long de da vie le chien vous testera et il sait d'office qu'il est plus fort que vous ! Tres protecteur envers sa famille et son territoire il fera une sommation a l'instar du berger du cocasse qui lui attaquera directe. Le Sarplaninac lui fera un seul avertissement avant d'attaquer ! Avant de prendre cette race renseignè vous auprès de gens qui en ont eu venant de leur pays d'origine et pas d'un elevage repros lambda nous avons notre seconde la qui a 3 mois fais deja 18kg elle ecoute sans forcer sur l'éducation juste avec de la pratique et bien sur parfois elle est tetu normal.... Elle est Serbe :)

0    0
Par Dejan

Bonjour,je suis l'heureux proprio d'un sarplaninac.Il s'appelle Mano,male de 5 ans maintenant ,65 kgs,78cm au garot,pelage gris ,noir ,beige .De loin,on dirait un loup!.
J'habite une zone disons"rock and roll" .J'habite Charleroi,Belgique.
Petit ,il n'y a jamais eu de chien à la maison.30 ans plus tard mon frere construit à coté de ou je vis.Autrement dis on est voisin.A une fete de Pâques ,17 ans en arriere ,il remena un bouvier bernois pour ces filles.Evidement ,ce qui se passa c'est que les filles ne s'occupaient pas du chien !Le chien ,Toscan de son prenom, me choisit moi ,c'est vraiment comme ca que ca c'est passé ,pour me proteger!Moi n'ayant pas d'enfant ,je m'en suis occupé comme si c'etait le mien.Un bouvier bernois sans laisse sur des grands chaussées c'est déjà bizarre !mais un qui s'assoit aux passages cloutés c'est etrange aussi .Il vecu 10 ans ,il est un mort d'un cancer rapide de la machoire.C'est ma belle-soeur qui m'avait telephoné pour me prévenir qu'ils avaient appellé le veto pour le piqué.J'ai pas su rentré! Il a du le piquer 4 fois ! Ma belle-soeur m'a racconté qu'après chaque piqure il se relevait pour me chercher! je m'en suis voulu encore aujourd'hui j'ai des nœuds dans la gorge quand je dois le racconter!
fini je voulais plus de chien ,j'avais trop eu de peine!Mais mes nieces,voulaient en reprendre un.Et si et no car les jardins communiques ,j'ai dis oui moi aussi !Mais quoi reprendre car la barre etait haute avec toscan!
Notre choit s'est porté sur Un sarpla!
Voilà arrivé cette petite creature qui tenait sur un carrelage 20/20! Personne croyait que ca allait devenir un grand chien!
Petit ,un diable ,une peste,il cassait ,déchirait tout.Nous pas habitué à cela ,on pensait meme le donner car on avait peur de comment il allait evoluer!A 6 mois ,il ressemblait à un labrador!Des voleurs ont voulu rentrés par derriere .Ils n'ont jamais su rentré! on a retrouve des barres de fer ,des batons en bois ,les files du jardins ecrasés mais ils ne sont pas rentrés!et lui,fiere devant les files ecrassés.Aujourd'hui il a 5 ans ,il vit dehors. Ca niche fait 2.5 m sur 2.5 m et 1.5 d'auteur .faites en bois avec isolant de 100, membrane epdm et siding tout autour!Il ressemble à un lion avec ca criniere !. Je le surnome Biloute!Il est adorable . Mais il faut de la poigne pour le maintenir .C'est moi qui le promene ,3X 45 min par jour qd je travaille voir un peu plus longtemps qd je ne travaille pas!Il est connu de tous ici ou j'habite! C'est la mascotte du cartier! Il adore les enfants!
Je suis super heureux avec mon chien meme si c'est pas un chien qui vous faits la fete tout de suite qd il vous voit!Il aime pas les trops longues caresses mais reste toujours assis à coté de vous !Il adore la neige.
J'ai déjà des peurs pour le jour il ne sera plus !C 'est un chien qui doit rester dehors,qui a besoin d'espace et que vous ne saurez pas selon moi faire de l'ecoute comme un chien de police!Mais par contre c'est un chien de caractere ,de courage,qui protege de facon instinctif son espace vital!
Enfin ,c'est notre biloute

0    0
Par laurent

Ce chien et un chien albanais !

Qen sharri qui veux dire chien de berger et bon berger yougoslave ou charplatina ou je ne sais quoi a bonne entendeur

0    0
Par melllll

Aujourd'hui on recherche beaucoup des chiens protecteurs ou défenseur mais on les craint car souvent agressifs voir dangereux avec les enfants. Le Sarplanica (son nom en serbe) est un véritable amour avec un physique de guerrier. Intelligents, il utilise la dissuasion mais si elle ne suffit pas, il n'hésite pas à montre, qu'il ne fait pas des menaces en l'air... Avec sa "Famille" il est adorable femmes, enfants. Mais attention, les étrangers ne sont pas bien venu sans votre accord... le Charplaninac défendra ses terres et les siens... la formation doit être donné jeune impossible de change le caractère d'un charpla adulte, trop têtu ses montagnards ses serbes :))) pitié pour lui, il n'ait pas fait pour vivre en appartement.

0    0
Par Boban

Bonjour,
J'ai un charpla et vraiment entre nous... C'est le "grand amour". Je l'adore, il est patient, gentil, se laisse caresser lorsque je le tient en laisse, sinon, il ne se laisse pas approcher. Il adore les enfants, n'est jamais brute avec eux. Il est très sensible, très câlin.. Un gros nounours.
Par contre, quand il est dans la voiture.. On n'approche plus l'auto, il aboie, montre ses grosses quenottes : il est extrêmement dissuasif.
Je lui ai quand même "offert" 2ans d'obeissance et de sociabilisation canine !!!
Il s'appelle Eddy, et c'est vraiment ma grosse peluche gâtée... Je l'adore...

0    0
Par BARATON

bonjour, j'adoooore ce chien pour en avoir posséder un, c'était une femelle, elle a vécu jusqu'a 14 ans, elle était très douce, et malgré son gros gabarit, savait se faire "petite" je l'emnenais partout, et lorsque elle m'a quitté après toutes ces années de bonheur; j'ai vraiment eu du mal a m'en remettre.je l'avais achetée en 1985 , elle avait 4 jours d'écart avec mon fils qu'elle a tout de suite adopté, et "protégé "je n'en ai pas repris car maintenant je vis en appartement.j'ai encore les larmes aux yeux lorsque je pense a elle, elle s'appelait Aimée......

0    0
Par ballu