Rhodesian Ridgeback

Rhodesian Ridgeback

Autres noms : Chien de Rhodésie à crête dorsale ou Chien de Lion Africain
Noms d'origine : African lion dog ou African lion hound ou Lion dog
Groupe : Chien courant, Chien de recherche au sang et races apparentées
Standard : Standard FCI N°146

Partager
 

Qualités du Rhodesian Ridgeback

Tempérament du Rhodesian Ridgeback

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Rhodesian Ridgeback au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Rhodesian Ridgeback

Durée de vie moyenne
13 ans
Poids de la femelle
De 32 à 32 kilos
Poids du mâle
De 36 à 36 kilos
Taille de la femelle
De 61 à 66 cm
Taille du mâle
De 63 à 69 cm

Le Rhodesian Ridgeback : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Rhodesian Ridgeback

Le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale, souvent désigné sous son nom anglo-saxon de Rhodesian Ridgeback, est le descendant des chiens semi-sauvages utilisés il y a plus de 500 ans par les peuples khoikhoi et hottentot en Afrique du Sud. Ces ancêtres présentaient déjà la même couleur froment (une nuance de jaune) et surtout la crête dorsale si spécifique, faite de poils poussant dans une direction opposée au niveau de la colonne.

 

Lorsque les colons hollandais arrivèrent à partir du 17ème siècle, ils furent accompagnés par de nombreux chiens pour les aider à s’installer dans ces régions difficiles. Terriers, lévriers, molosses, chiens de chasse… : tous eurent du mal à s’adapter au climat africain, au manque d’eau et aux maladies transmises notamment par la mouche tsé-tsé. La nécessité de croiser les chiens européens avec la race locale devint rapidement une évidence.

 

Les chiens issus de ces croisements aidèrent les fermiers à chasser le gibier, depuis les plus petits oiseaux jusqu’aux grands mammifères comme le lion. Ils assuraient aussi la protection des domaines isolés, et mettaient en fuite des animaux potentiellement dangereux, comme les léopards ou les babouins.

 

Avec l’arrivée des Anglais au 19ème siècle, de nombreux Boers (les colons d’origine hollandaise) se dirigèrent vers le nord, dans la région connue sous le nom de Rhodésie, et qui correspond actuellement au Zimbabwe. C’est là que l’histoire de la race débuta vraiment, lorsque le révérend Charles Helm (1844-1915) amena deux femelles à Hope Fountain, une mission située près du village de Bulawayo. Ce sont elles qui sont à l’origine du programme d’élevage de la race.

 

En effet, le fameux chasseur de lion Cornelius van Rooyen habitait à proximité, et décida d’incorporer ces chiens à sa meute utilisée pour traquer le roi des animaux. Il commença un programme d’élevage, dans lequel des Collies et des Grands Danois furent utilisés pour donner au Rhodesian Ridgeback son aspect actuel.

 

Les exploits de ce chien, capable de courir pendant des heures aux côtés de son maître à cheval mais aussi d’acculer le lion jusqu’à l’arrivée du chasseur, le rendirent rapidement populaire dans la région. Sa population explosa, et de nombreux élevages virent le jour. Ayant à cœur d’éviter que ses caractéristiques originales ne se perdent, un éleveur nommé Francis Richard Barnes fonda le premier club de race en 1922 à Bulawayo, et rédigea le premier standard de celui qui était alors nommé le Rhodesian Lion Dog (Chien de Lion de Rhodésie, en français). Ce standard fut accepté en 1926 par le South African Kennel Union, l’organisme de référence du pays (devenu aujourd’hui le KUSA, pur Kennel Union of Southern Africa). Toutefois, à l’occasion de cette reconnaissance officielle de la race, l’organisme décida d’en changer le nom au profit de Rhodesian Ridgback (Chien de Rhodésie à Crête Dorsale, en français).

 

Dès les années 30, la race fit son apparition aussi bien en Europe qu’aux États-Unis, mais c’est seulement après la Seconde Guerre Mondiale qu’elle put véritablement s’implanter. Le Kennel Club (KC) britannique fut le premier à la reconnaître en 1954, suivi un an plus tard par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) et l’American Kennel Club (AKC), en 1955. Il fallut attendre 1980 pour que l’United Kennel Club (UKC) américain en fasse de même. Néanmoins, tous les principaux organismes canins mondiaux reconnaissent aujourd’hui le Rhodesian Ridgeback : c’est le cas d’ailleurs notamment du Canadian Kennel Club (CKC).

 

Sa situation actuelle dans son pays d’origine est paradoxale. Alors qu’il est probablement le chien le plus répandu en Afrique du Sud, les éleveurs connaissent de nombreuses difficultés à cause d’un pool génétique réduit. Ainsi, il est estimé que seule une portée sur vingt est enregistrée auprès du KUSA, et peut être considérée comme de pure race. En conséquence, les caractéristiques de ce chien se perdent, de plus en plus de croisements donnant naissance à des individus bien éloignés du standard.

 

Le Chien Rhodésien à Crête Dorsale est toutefois bien présent dans le reste du monde, et jouit d’une popularité certaine. Aux États-Unis, les statistiques des inscriptions annuelles auprès de l’AKC le situent à une très honorable 40ème position (sur près de 200), et il a gagné près de 20 places depuis le début du 21ème siècle. En Grande-Bretagne, le KC comptabilise entre 1000 et 1200 naissances par an.

 

En France aussi, la race se porte bien et sa popularité est en croissance constante depuis le début du millénaire. Alors que le Livre des Origines Français (LOF) recensait environ 150 enregistrements par an au milieu des années 2000, ce chiffre a grimpé à plus de 500 à la fin de la décennie suivante.

Le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale est grand et musclé, tout en gardant un aspect équilibré et agile.

 

Son corps rectangulaire est puissant et large, mais conserve une grande souplesse et vivacité. La musculature est visible mais fine, ce qui va de pair avec le fait qu’il soit davantage un coureur de fond qu’un animal fait pour tirer de lourdes charges. Les pattes bien droites, aux muscles bien dessinés, se terminent par un pied compact et rond. La queue, de longueur moyenne, est large à la base et va en s’effilant. Elle est portée légèrement recourbée vers le haut, mais jamais enroulée.

 

La tête est assez longue, avec un crâne plat au stop bien marqué. Le museau est haut et puissant. Il se termine par une truffe noire chez les individus aux yeux foncés, et marron pour ceux dont les yeux sont de couleur ambre. Les oreilles sont attachées haut et retombent le long des joues. Larges à la base, elles s’amenuisent graduellement et présentent une pointe arrondie.

 

Le Rhodesian Ridgeback n’a pas de sous-poil et son poil de couverture est court, lisse et dense. Sa texture n’est ni laineuse ni soyeuse. Sa robe est de couleur froment et toutes les nuances sont acceptées, du clair jusqu’au fauve. Quelques poils blancs sur le poitrail et les pieds sont admis, de même qu’un museau et des oreilles de couleur foncée.

 

La crête caractéristique de la race est formée de poils poussant dans le sens opposé le long du dos. Elle commence au niveau des épaules et s’effile au niveau de la croupe. Elle est bien marquée, et mesure en moyenne 5 cm de largeur. Elle comprend aussi deux écussons (ou couronnes) symétriques qui ne doivent pas dépasser le tiers de la longueur. Certains individus n’en ont qu’une ou plus de deux, mais c’est plutôt vu comme un défaut en exposition canine.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est peu marqué chez cette : la femelle est à peine plus petite et moins massive que le mâle.

Standard FCI N°146 (04/02/1997)


TRADUCTION : Prof.R.Triquet et Dr.J.-M.Paschoud.


ORIGINE : Sud de l’Afrique.
Standard délivré par l’Union cynologique du Sud de l’Afrique et par le Kennel Club du Zimbabwe.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 10.12.1996.

UTILISATION :


Dans de nombreuses régions du monde, le Chien de Rhodésie à crête dorsale est encore employé comme chien de chasse, mais il est tout spécialement apprécié comme chien de garde et comme chien de famille.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 6 - Chiens courants, chiens de rechercher au sang et races apparentées.

Section 3 - Races apparentées.

Sans épreuve de travail.

BREF APERCU HISTORIQUE :


Le Chien de Rhodésie à crête dorsale est actuellement la seule race canine autochtone du sud de l’Afrique. Ses ancêtres proviennent de la Colonie du Cap du sud de l’Afrique, où ils furent croisés avec les chiens des pionniers primitifs et avec les chiens de chasse à crête dorsale semi-domestiqués des Hottentots. Chassant en général à deux ou trois en groupe, la fonction ancestrale du chien à crête dorsale de Rhodésie ou Chien Lion était de poursuivre le gibier, tout spécialement le lion, et de l’acculer aux abois avec grande agilité jusqu’à l’arrivée du chasseur. Le premier standard, inspiré par celui du dalmatien, a été rédigé en 1922 par F.R. Barnes à Bulawayo en Rhodésie. Il a été approuvé par l’Union cynologique du sud de l’Afrique en 1926.

ASPECT GENERAL :


Le Chien de Rhodésie à crête dorsale est un chien bien équilibré, fort, musclé, agile et actif, harmonieux dans sa silhouette et capable d’une grande endurance et de bonnes pointes de vitesse. L’accent principal doit être mis sur son agilité et son élégance ; sa constitution doit être saine et exempte de toute lourdeur. Ce qui caractérise la race est la crête dorsale formée par le poil qui pousse dans le sens opposé au reste du pelage. La crête (épi) est la marque distinctive de la race. Elle doit être nettement définie et symétrique. Elle va en s’effilant vers la croupe. Elle doit commencer immédiatement derrière les épaules et se prolonger jusqu’à la pointe de la hanche ; elle doit comprendre deux écussons (couronnes) identiques et symétriques, dont le bord postérieur ne doit pas dépasser le tiers de la longueur de la crête. Une largeur pouvant aller jusqu’à 5 cm est une bonne moyenne pour la crête.

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Digne, intelligent, distant avec les étrangers, mais sans montrer d’agressivité et sans être craintif.

TETE :


REGION CRANIENNE :

- Crâne : Il doit être de bonne longueur (la largeur du crâne entre les oreilles et les distances de la protubérance occipitale au stop et du stop à l’extrémité de la truffe sont égales). Le crâne est plat et large entre les oreilles. Au repos, la tête doit être exempte de rides.

- Stop : Doit être bien marqué, mais sans excès. Il ne s’agit pas d’une ligne droite allant de la truffe à la protubérance occipitale.

REGION FACIALE :

- Truffe : Noire ou marron. La truffe noire doit aller avec des yeux foncés, la truffe marron avec des yeux de couleur ambre.

- Museau : Il est long, haut et puissant.

- Lèvres : Elles sont nettes et bien adaptées aux mâchoires.

- Mâchoires/dents : Les mâchoires sont fortes et présentent un articulé en ciseaux parfait et complet, c’est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d’équerre par rapport aux mâchoires. Les dents sont bien développées, en particulier les canines.

- Joues : Bien ciselées.

- Yeux : Ils sont modérément écartés, ronds, brillants et vifs, avec une expression intelligente. Leur couleur s’harmonise avec la couleur de la robe.

- Oreilles : Elles sont attachées assez haut. Elles sont de dimension moyenne, plutôt large à la base. Elles diminuent graduellement de largeur pour se terminer en une pointe arrondie. Elles sont portées contre la tête.

COU :


De bonne longueur, fort, exempt de fanon.

CORPS :


- Dos : Puissant.

- Rein : Fort, musclé et légèrement voussé.

- Poitrine : Sans être trop large, elle est bien descendue et ample ; elle atteint le niveau des coudes. Vu de profil, le poitrail est visible. Les côtes sont modérément bien cintrées, jamais rondes en cercles de barrique.

QUEUE :


Elle est forte à la naissance et va en s’amenuisant vers l’extrémité ; elle n’est en rien grossière. De longueur modérée. Elle ne doit pas être attachée trop haut ni trop bas. Elle est portée avec une légère courbe vers le haut ; elle n’est jamais enroulée.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Les antérieurs sont parfaitement droits, forts et pourvus d’une ossature solide. Les coudes sont au corps. Vu de profil, les antérieurs sont plus larges que vus de face.

- Epaules : Obliques, nettes et musclées, dénotant de la rapidité.

- Métacarpes : Ils sont forts et légèrement inclinés.

MEMBRES POSTERIEURS :

Les muscles sont nets et bien dessinés ; les grassets sont bien angulés et les jarrets sont solides et bien descendus.

PIEDS :

Compacts et arrondis, avec des doigts bien cambrés et des coussinets résistants et élastiques ; les pieds sont protégés par le poil qui pousse entre les doigts et les coussinets.

ALLURES :


Parallèles, allures dégagées et actives.

ROBE :


POIL : Court et dense, d’aspect lisse et luisant ; ni laineux ni soyeux.

COULEUR : De froment clair à froment (fauve) rouge. Un peu de blanc sur le poitrail et sur les doigts est admis, mais le blanc en excès sur le poitrail, le ventre et sur ou plus haut que les doigts est un défaut. Le museau et les oreilles de couleur foncée sont admis. Tout excès de poil noirs dispersés dans la robe sont hautement indésirables.

TAILLE ET POIDS :


- Hauteur au garrot :

Mâles : 63-69 cm (25-27 pouces)

Femelles : 61-66 cm (24-26 pouces)

- Poids :

Mâles : 36,5 kg (80 livres anglaises)

Femelles : 32 kg (70 livres anglaises).

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale est incroyablement affectueux et dévoué à sa famille, avec laquelle il souhaite passer le plus de temps possible. Il n’aime pas devoir rester seul plus de quelques heures, et risque de souffrir d’anxiété de séparation si son maître est un habitué des longues journées hors de la maison sans son chien. D’ailleurs, s’il en vient à être laissé seul à la maison le temps d’un weekend, il est probable qu’il exprime son mal-être par des destructions de meubles, tapis et autres objets lui tombant sous les crocs. Vu son gabarit et sa puissance, mieux vaut éviter que cela se produise…

 

C’est un chien qui aime les enfants, et qui se montre à la fois patient et protecteur avec eux. Toutefois, mieux vaut qu’ils aient déjà un certain âge, car son gabarit fait qu’il risque de bousculer involontaire les plus petits. Ceci est particulièrement vrai pendant les deux ou trois premières années de sa vie, période pendant laquelle il a tendance à être hyperactif, avant que cela ne se calme au fur et à mesure qu’il grandit. En tout état de cause, quel que soit son âge et sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul avec tout-petit sans la présence d’un adulte.

 

S’il est très proche de sa famille, le Rhodesian Ridgeback se montre en revanche bien plus méfiant envers les étrangers, et n’hésite pas à aboyer à leur approche ainsi qu’à s’interposer entre ceux-ci et sa famille. Il n’est toutefois pas agressif et accepte sans broncher les invités, même si ceux-ci doivent venir régulièrement pour finir par mesurer eux aussi le côté affectueux et enjoué de ce chien.

 

Il s’entend généralement très bien avec ses congénères, mais des luttes pour la dominance sont possibles entre mâles, surtout s’ils ne sont pas stérilisés. Une fois la hiérarchie établie, les choses fonctionnent bien et la cohabitation ne pose pas de problèmes.

 

Il n’en va pas de même en revanche avec les autres animaux. Le Chien Rhodésien à Crête Dorsale est un chasseur, et en tant que tel il n’hésite pas à poursuivre et met à mort les petits animaux qu’il croise, qu’il s’agisse de chats, de rongeurs ou d’oiseaux. La cohabitation avec le chat de la maison est possible s’ils grandissent ensemble, mais le risque ne disparaît jamais : il suffit que ses instincts prennent le dessus une seule fois pour qu’un drame survienne…

 

Une fois adulte, le Ridgeback de Rhodésie est nettement plus calme que pendant ses deux ou trois premières années, mais il continue à avoir besoin d’exercice : il doit être en mesure de se dépenser au moins une heure chaque jour pour se sentir bien dans ses pattes. Néanmoins, dès lors qu’il a ainsi la possibilité de sortir suffisamment tous les jours, il peut très bien s’adapter à la vie en appartement, sous réserve toutefois que ce dernier soit suffisamment grand pour un chien de ce gabarit. L’idéal reste cependant une maison avec un jardin suffisamment bien clôturé pour qu’il ne soit pas en mesure de passer par-dessus ou par-dessous et de s’élancer derrière tous les chats du voisinage.

 

Il est toutefois fort possible que ledit jardin – ou au moins certaines zones - finisse par ressembler à un champ de mines, car il aime creuser un peu partout afin notamment de pouvoir dormir confortablement dans la fraîcheur de la terre humide. Avec un peu de chance, il peut arriver qu’il réutilise souvent le même nid douillet, mais c’est loin d’être garanti.

 

En tout cas, même s’il a accès à un jardin et s’y donne à cœur joie, sa place n’est pas à l’extérieur : proche de sa famille, il doit passer le plus clair de son temps à ses côtés, c’est-à-dire à l’intérieur. C’est d’autant plus vrai lorsque le temps est à la pluie, car ce chien supporte difficilement l’humidité.

 

Par ailleurs, le Chien Rhodésien à Crête Dorsale est intelligent et aime donc être stimulé de manière quotidienne non seulement physiquement, mais aussi intellectuellement. Même s’il peut parfois être têtu, l’apprentissage de tours est une bonne manière de l’occuper. Les jeux et les sports canins ont toutefois sa préférence. Il brille souvent dans les concours d’obéissance, d’agility ou encore de flyball.

 

Ce sont néanmoins les épreuves d’endurance qui sont le plus adaptées à ses caractéristiques. Capable de courir un marathon en moins de deux heures sans difficulté, il adore les épreuves de cani-cross. D’une manière générale, les sorties longues avec son maître, que ce soit à vélo, à pied ou à cheval, lui permettent de se dépenser aussi bien physiquement que mentalement et constituent une manière idéale de l’occuper. Il ne faut cependant jamais oublier qu’il risque à tout moment de s’élancer à la poursuite d’un animal, d’un coureur, d’un vélo ou encore d’une trottinette, et qu’il est donc absolument nécessaire de toujours le tenir en laisse.

 

En revanche, la natation, ainsi que toutes les activités aquatiques, sont à proscrire pour ce chien qui ne supporte pas l’eau.
Enfin, le Rhodesian Ridgeback a une voix puissante, mais il la réserve pour les grandes occasions. C’est un chien qui aboie peu, au point qu’il est rare de l’entendre, à moins bien sûr qu’un inconnu s’approche de la maison ou qu’un congénère vienne défier son autorité.

La socialisation du Chien de Rhodésie à Crête Dorsale doit commencer dès les premières semaines pour l’aider à devenir un adulte calme et équilibré. En faisant la connaissance de nombreuses personnes (voisins, amis, famille, livreur…) et en croisant la route de tous types de congénères, il s’habitue aux interactions sociales et apprend à ne pas céder à sa méfiance naturelle envers ce qui lui est inconnu.

 

Son éducation peut commencer dès les premiers mois, et il est important de rapidement apprendre à son chien à marcher en laisse. En effet, son instinct de chasse étant profondément ancré, il a tendance à s’élancer derrière tous les petits animaux et doit donc toujours être tenu en laisse lorsqu’il n’est pas dans un endroit clos.

 

Il est d’ailleurs tout aussi essentiel de lui enseigner l’obéissance rapidement afin qu’il apprenne à écouter son maître et se conformer à ses ordres, que ce soit lorsqu’il se met en tête de poursuivre un chat qui passe par là ou en toute autre occasion. Il est en effet intelligent et têtu, et n’a tendance à n’en faire qu’à sa tête. Il a besoin d’un maître ferme et autoritaire, qui sache se faire respecter de son chien. Si l’on ajoute à tout cela son gabarit imposant, on comprend aisément qu’il n’est pas adapté aux novices. En revanche, un maître expérimenté peut justement utiliser son intelligence et sa proximité avec sa famille pour lui apprendre de nombreux tours. C’est d’ailleurs ce qui fait que ce chien brille souvent dans les concours de sport canin, en particulier les compétitions d’obéissance ou d’agility.

 

Quoi qu’il en soit, les méthodes de dressage traditionnelles sont contre-productives avec ce chien, car elles auraient pour effet d’abîmer le lien qui l’unit à son propriétaire. A l’inverse, le renforcement positif donne des résultats spectaculaires en le maintenant motivé et en renforçant la relation entre l’humain et son animal. Néanmoins, pour éviter qu’il ne s’ennuie et devienne moins réceptif, mieux vaut opter pour des sessions courtes et ludiques, quitte à les rendre plus fréquentes.

 

Par ailleurs, il est conseillé de l’habituer très jeune à être manipulé, que ce soit pour les séances de toilettage ou lors des visites chez le vétérinaire. En effet, vu son gabarit, il deviendrait rapidement difficile à gérer s’il lui venait l’idée de ne pas être très conciliant en de telles circonstances une fois adulte.

 

Enfin, vu sa gourmandise et les risques que cela implique pour sa santé, mieux vaut aussi lui apprendre dès son plus jeune âge à se satisfaire de ce qu’on lui donne, et ne pas le laisser quémander ou chiper de la nourriture sur la table, dans les placards ou encore les poubelles.

Le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale est assez robuste, avec une espérance de vie de 10 à 12 ans tout à fait normale pour une race de ce gabarit.

 

Très résistant à la chaleur et à la sécheresse, il supporte également assez bien le froid, tant que les températures ne descendent pas sous la barre des 0 degrés. En revanche, il n’aime pas du tout l’eau et a la pluie en horreur. Il ne doit pas être laissé en extérieur ou promené lorsque le temps est à l’averse. Ainsi, il risque de ne pas se plaire dans les régions humides ou très froides : un autre choix de race semble alors s’imposer.

 

Malgré sa bonne santé générale, il est particulièrement exposé à certaines maladies :

  • la dysplasie de la hanche et la dysplasie du coude, des malformations articulaires souvent héréditaires pouvant causer des difficultés de locomotion plus ou moins graves selon la sévérité  ;
  • l’hypothyroïdie, un problème hormonal au niveau de la glande thyroïde qui se traduit par un gain de poids et une fatigue générale. Cette maladie reste rare au sein de la population de la race, mais semble en recrudescence ;
  • le sinus dermoïde, un orifice au niveau du dos par lequel des impuretés peuvent pénétrer dans la colonne vertébrale. Ce problème héréditaire risque alors de créer de graves infections susceptibles d’être mortelles. La chirurgie peut résoudre le problème, mais ce n’est pas toujours le cas. Bien qu’assez rare, cette malformation est bien plus courante chez le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale que chez les autres races, même si les sujets atteints sont systématiquement exclus de la reproduction ;
  • la myélopathie dégénérative, une dégradation progressive de la moelle épinière paralysante et fatale. Elle reste toutefois très rare ;
  • D’autres maladies graves ont été signalées chez le Rhodesian Ridgeback, mais restent très rares et ne semblent pas affecter davantage ces chiens que ceux des autres races : c’est le cas de l’abiotrophie cérébelleuse, la malformation des cervicales, l’anémie hémolytique, l’onychodystrophie lupoïde, l’hémangiosarcome ou encore de la maladie de von Willebrand.


Cette longue liste ne doit toutefois pas faire oublier que, selon une étude réalisée en 2004 sur près de 200 individus par le Kennel Club et la British Small Animal Veterinary Association , les principales causes de mortalité chez cette race sont le cancer et l’âge avancé, responsables de la moitié des décès.

 

Afin de diminuer les risques de maladies héréditaires et d’augmenter les chances d’adopter un chiot en pleine santé, il est recommandé de se tourner vers un éleveur de Chien de Rhodésie à Crête Dorsale sérieux et responsable. Il doit être capable de fournir un certificat établi par un vétérinaire attestant que l’animal est en bonne santé, le détail des vaccins effectués (consignés dans le carnet de santé ou carnet de vaccination), ainsi que les résultats des tests génétiques effectués prouvant la bonne santé du chiot et des parents.

 

Par ailleurs, comme toutes les races de chien aux oreilles tombantes, le Rhodesian Ridgeback présente un risque accru d’infection à ce niveau. Un nettoyage régulier de ses oreilles à l’aide d’un chiffon propre est donc nécessaire pour éliminer les saletés et prévenir les problèmes.

 

Un autre risque auquel il est exposé est l’obésité. Plutôt gourmand, il a vite tendance à l’embonpoint s’il ne peut se dépenser comme il le devrait. Seul son maître peut l’aider à conserver son poids de forme, en faisant en sorte de le maintenir actif et en s’assurant qu’il ne mange pas plus que nécessaire.

 

Son poids fait d’ailleurs partie des choses qui sont examinées par le vétérinaire lors des visites de routine. Comme chez tout chien, ces dernières doivent avoir lieu au moins une fois par an, car elles permettent aussi et surtout de détecter au plus tôt d’éventuels problèmes, ainsi que de s’assurer qu’il reste bien à jour de ses vaccins.

L’entretien de la robe du Chien de Rhodésie à Crête Dorsale est particulièrement simple, puisque son poil court ne nécessite qu’un rapide brossage hebdomadaire. Il mue cependant au printemps et à l’automne, et il est alors conseillé d’augmenter la fréquence pour mieux éliminer les poils morts.

 

Son pelage restant généralement propre et donc sans odeur, il n’a besoin de prendre un bain que lorsqu’il est particulièrement sale, par exemple après une promenade boueuse. Cela dit, même dans ce cas, un brossage vigoureux peut être suffisant pour l’aider à se débarrasser de la saleté. Quoi qu’il en soit, lorsqu’il lui donne un bain, seul un shampoing spécifiquement conçu pour la gent canine peut être utilisé, au risque d’abîmer sa peau.

 

Ses oreilles tombantes sont finalement le point qui nécessite la plus grande vigilance concernant son entretien, car cette particularité morphologique implique un risque accru d’infections (otites, etc.). Pour y parer, elles doivent être chaque semaine inspectées et nettoyées à l’aide d’un chiffon humide. Cela permet en effet d’éviter que des débris ou de la saleté ne s’y accumulent.

 

La séance d’entretien hebdomadaire de son pelage et de ses oreilles est aussi l’occasion de vérifier et nettoyer ses yeux, même s’il ne présente pas de risque accru à ce niveau.

 

Il faut aussi en profiter pour brosser ses dents, afin de limiter la formation de tartre et ainsi d’éviter les problèmes à ce niveau : mauvaise haleine, caries, maladies des gencives, etc. L’idéal est toutefois de le faire même encore plus souvent – jusqu’à une fois par jour.

 

Enfin, les griffes du Rodesian Ridgeback poussent vit et sont particulièrement résistantes. Même s’il a la possibilité de courir souvent en extérieur, mieux vaut donc les vérifier toutes les 2 à 3 semaines, car il est courant que l’usure naturelle ne suffise pas à les limer. Lorsqu’elles deviennent trop longues, il est nécessaire de les tailler à l’aide d’un coupe-ongles spécifiquement conçu pour les chiens, au risque qu’elles le gênent ou se cassent.

Le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale ne pose aucune difficulté quand il s’agit de nourriture, et s’accommode parfaitement des aliments industriels pour chiens. Il faut simplement choisir des produits et définir une ration quotidienne qui répondent correctement à ses besoins nutritionnels, et soient donc en particulier adaptés à son âge, sa taille et surtout son niveau d’activité.

 

Toutefois, il a tôt fait de considérer que cela ne suffit pas : c’est un chien gourmand, qui n’hésite pas à venir chiper les aliments qui sont sur la table ou à avaler les restes de nourriture qu’il trouve sur le sol lors de ses promenades. Mieux vaut lui apprendre au plus tôt à réfréner les comportements de ce type, et en tout cas ne surtout pas les encourager en lui donnant les restes du repas.

 

L’alimentation du Chien de Rhodésie à Crête Dorsale est particulièrement cruciale pendant les deux premières années de sa vie, avant qu’il n’atteigne sa taille adulte et alors qu’il est en pleine croissance. En effet, une alimentation trop riche peut causer des poussées de croissance rapides qui endommagent ses articulations, causant des problèmes dont il risque de souffrir tout le reste de sa vie.

 

Un apport trop important de nourriture risque fort de mener le Rhodesian Ridgeback à une prise de poids aussi spectaculaire qu’indésirable, a fortiori si elle va de pair avec un niveau d’activité trop limité. Un maître souhaitant garder son chien en bonne santé doit donc non seulement être vigilant à son alimentation, mais aussi prendre le temps de le peser régulièrement et agir rapidement dès les premiers signes éventuels d’embonpoint. Si la réduction de ses portions et l’augmentation de son activité ne portent alors pas leurs fruits, il faut se tourner vers un vétérinaire.

 

Par ailleurs, il est recommandé de séparer sa ration quotidienne en deux repas pris à des horaires éloignés. Cela permet d’une part de réduire sa propension à réclamer ou se mettre en quête de nourriture supplémentaire, vu qu’il sait qu’un deuxième repas l’attend, et d’autre part de réduire le risque de dilatation gastrique. Pour cette même raison, ses repas doivent être pris dans le calme, et il faut veiller à ce qu’il évite toute activité intense dans l’heure qui précède et surtout dans celle qui suit.

 

Enfin, même s’il provient de terres arides et a été habitué à chasser pendant des heures sans pouvoir se désaltérer, mieux vaut qu’il dispose à tout moment d’une gamelle remplie d’eau fraîche, comme n’importe quel chien.

Le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale a travaillé pendant des siècles dans son pays natal comme chien de protection des fermes isolées contre les prédateurs, ainsi que comme chien de chasse. Il a acquis en particulier ses lettres de noblesse et une certaine notoriété grâce à ses exploits lors des chasses au lion organisées à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle. Une meute de deux ou trois de ces chiens était capable de poursuivre un lion pendant des dizaines de kilomètres avant de l’acculer jusqu’à l’arrivée du chasseur.

 

Si aujourd’hui il ne pourchasse plus les lions, il continue à accompagner les chasseurs de plusieurs continents, les aidant à débusquer et à poursuivre les gibiers de toutes tailles.

 

Il assure aussi la fonction de chien de garde, prévenant de l’arrivée d’étrangers et n’hésitant pas à faire admirer son courage si la menace se confirme et que sa famille se trouve en danger.

 

Néanmoins, ce qui fait sa popularité de nos jours, c’est d’abord et avant tout parce qu’il cumule nombre de qualités du chien de compagnie idéal. Affectueux et dévoué, il fait en particulier le bonheur de propriétaires sportifs. Capable de courir un marathon en 90 minutes, le Rhodesian Ridgeback peut sans difficulté accompagner un joggeur, un cycliste ou un randonneur pendant plusieurs heures. En revanche, il ne pourrait être bien dans ses pattes aux côtés d’une personne âgée ou très sédentaire, et aurait toutes les chances de prendre le dessus sur un maître débutant ou peu sûr de lui.

 

Enfin, ses atouts physiques en font évidemment un champion des concours de cani-cross, mais il excelle aussi dans d’autres sports canins, comme l’obéissance ou l’agility.

En Belgique, le Rhodesian Ridgeback fait partie de la liste des chiens dangereux établie par l’arrêté ministériel de 1998. Par conséquent, il peut exister des réglementations locales imposant par exemple des restrictions sur la possession d’un tel chien ou ses déplacements dans l’espace public. Avant d’envisager d’adopter un Rhodesian Ridgeback, il convient donc de se renseigner sur ce qu’il en est là où on habite, voire là où on serait amené à habiter si un déménagement est envisagé dans un future plus ou moins proche.

Le prix d’un chiot Rhodesian Ridgeback enregistré se situe en moyenne entre 1200 et 1300 euros, sans grande différence entre les mâles et les femelles. Cette moyenne cache toutefois une fourchette de prix assez large, qui s’étale de 700 à 1800 euros, en fonction des caractéristiques physiques du chiot, que de ses ascendants ainsi que du prestige de l’élevage dont il est issu.

 

Au Canada, il faut compter entre 1500 et 2500 dollars canadiens pour adopter un Chien de Rhodésie à Crête Dorsale présentant toutes les garanties sur le fait qu’il est en bonne santé.

  • Le premier éleveur de Rhodesian Ridgeback aux États-Unis n’est autre que l’acteur Errol Flynn (1909-1959), le célèbre Robin des Bois. Dès les années 30, il commença un élevage dans son ranch des collines de Hollywood, en Californie. Il n’existe toutefois plus aucun descendant de ces lignées.

 

  • Le Chien de Rhodésie à Crête Dorsale a su conquérir de nombreuses personnalités, notamment Grace Kelly (1929-1982) et le prince Rainier III (1923-2005), l’acteur Patrick Swayze (1952-2009), le chanteur des Red Hot Chili Peppers Anthony Kiedis (né en 1962) ou l’athlète Carl Lewis (né en 1961).
Trouvez un élevage de Rhodesian Ridgeback près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Rhodesian Ridgeback ou organiser une saillie entre Rhodesian Ridgeback ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Rhodesian Ridgeback

J'aimerais un chiot ridgeback male origine Afrique du sud, car j'ai déjà une femelle qui est née des parents d'origine Afrique du Sud. je suis très intéressé par l'élévage de cette race de chien.
Merci pour vos conseils.

   
Par Gerard RL

Reponse a bidietjeremie:

C est tout a fait normal, essayez le plus que possible de le promener dans des endrois ou vous n avez pas besoin de laisse. C est un chien qui a un grand besoin de courir et il n y a aucune chance que vous puissiez le suivre. Neanmoins, ne vous inquietez pas, si vous le lachez en foret par exemple, il vous retrouvera quand il se sera bien defouler. Si cela vous fait peur, mettez lui une petite clochette au colier pour savoir ou il se trouve. J ai moi meme un Rodhesian que je ne promene jamais en laisse et il est beaucoup plus sage comme ca. Autant en promenades qu a la maison. Si vous avez besoin conseils, n hesitez pas mon email est [email protected], je vous repondrais avec plaisir. ( excuser le manque d accent, mon clavier sud americain n en a pas )

+1    0
Par Gahiji

Mon chien s'appel Carter-Bidiet,tres vigilant,aime tirer la lesse,tetu n'obeit pas,difficile a mon avis,pendant la promenade,en voyant d'otr chien s'ecxite,recherche conseil pour l'eduquer

0    0
Par bidietjeremie

Bonjour,



Il faudrait mettre votre site à jour car cette race est jugée en classe 6 en FRANCE et non 8 comme précisé dans votre descriptif sous la rubrique "Stadard FCI". Merci pour la correction.

0    0
Par brbri

Je viens d'en croiser un en baladant mon braque de weimar. Je ne connaissais pas cette race. Il était de la couleur de la 8ème photo. J'ai pu le caresser (en demandant aux maîtres) et c'était vraiment un chien sympa. Belle race dommage qu'elle soit si peu connue !

0    0
Par morel

J'en ai un mâle il s'appelle Delgaldo. Il a 1/5 ans.
Il s'entend très bien avec mes autres chiens qui sont de races Samoyède et Husky siberian.
Ils s'appellent Voyou et Cadiac.
Ils sont adorables.

0    0
Par qwe

bonjour a toi moi je vais recevoir dimanche soir un boxer x avec du rodhesian ridgeback elle a 4 ans deja bien elevee crois tu que ce sera un bon chien je sais qu elle est affectueuse et propre et ne mange rien dans la maison j attends de tes nouvelles merci beaucoup a la prochaine

0    0
Par loulou

Les rodhésian ridgeback sont des chiens très inteligents. Très bon chien de compagnie, très curieux parfois peureux. Toujours prêt à jouer ou se promener...

0    0
Par tatydanielle

j'aime trop cette race jai bien envie d'avoir un ridgeback parce que c'est le chien que j'ai toujours aimé

0    0
Par nafiu