Petit Basset Griffon Vendéen

Petit Basset Griffon Vendéen

Pays d'origine : France
Groupe : Chien courant, Chien de recherche au sang et races apparentées

Qualités de cette race

Tempérament du Petit Basset Griffon Vendéen

Affectueux
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Sociabilité du Petit Basset Griffon Vendéen

Avec les enfants

Le Petit Basset Griffon Vendéen au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Santé robuste
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Bave peu
Mange peu
Peu enclin à l'obésité

Caractéristiques

Espérance de vie
14 ans
Poids de la femelle
De 14 à 15 kg
Poids du mâle
De 14 à 15 kg
Taille de la femelle
De 34 à 38 cm
Taille du mâle
De 34 à 38 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
En appartement
Comme premier chien
Pour personne peu disponible
Pour personne sportive
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Petit Basset Griffon Vendéen

HistoirePopularitéApparenceVariétésCaractèreÉducationFoyer idéalSantéReproductionEntretienAlimentationUsagesPrix

Genèse

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien originaire de Vendée, un département situé sur le littoral de l’ouest de la France. Il descend du Grand Griffon Vendéen, qui y vit le jour au 16ème siècle. Ce territoire n’était pas des plus faciles pour la chasse : les broussailles régnaient, les terrains étaient rocheux et la végétation pourvue de nombreuses épines et ronces. Il fallait donc un chien coriace et déterminé, à la fois endurant et doté d’une bonne dose de courage : des qualités que regroupait parfaitement le Grand Griffon Vendéen.

 

Si l’un de ses ancêtres principaux est bien ce dernier, le Petit Basset Griffon Vendéen partage également une grande partie de son histoire avec le Briquet Griffon Vendéen, mais aussi et surtout le Grand Basset Griffon Vendéen. Le premier est le fruit d’efforts entrepris à la fin du 19ème siècle par le comte d’Elva, grand passionné du type vendéen, qui travailla à la sélection de sujets légèrement plus petits que le Grand Griffon Vendéen.

 

Par la suite, un autre éleveur français nommé Paul Dezamy se mit en tête de créer des vendéens de type basset, de façon à les spécialiser sur la chasse au gibier de petite taille. Son initiative fut couronnée de succès et donna naissance au Basset Griffon Vendéen, particulièrement apte à pister le lièvre, le gibier à plumes, mais aussi le sanglier. Il en établit un standard de race qu’il déposa en 1907, en même temps qu’il créa le Club du Griffon Vendéen, qui existe toujours de nos jours et couvre les quatre races d’origines vendéennes.

 

La nouvelle race ainsi créée se caractérisait toutefois par une certaine diversité en termes de taille. Paul Dezamy affina alors son travail de sélection, après avoir établi que la hauteur au garrot idéale pour chasser le lièvre était de 43 cm. Il se concentra donc sur les individus les plus grands, et ce fut ainsi que commença la sélection du futur Grand Basset Griffon Vendéen. Néanmoins, il continua d’exister en parallèle au sein de la race des individus plus petits. En 1950, soit au bout de presque un demi-siècle, on finit par considérer qu’il s’agit non pas de deux variétés d’une seule et unique race, mais bien de deux races distinctes. Autrement dit, c’est à cette date que remonte la distinction entre d’un côté le Grand Basset Griffon Vendéen, et de l’autre le Petit Basset Griffon Vendéen.

 

Néanmoins, une certaine ambiguïté continua d’exister pendant une vingtaine d’années, dans la mesure où les croisements entre Petits et Grands Bassets Griffon Vendéens restaient autorisés. Ce n’est pas qu’à partir de 1975 qu’ils furent interdits. Il faut dire en effet que les éleveurs avaient fini par constater, au fil du temps et des reproductions, que les morphologies des deux chiens étaient trop différentes pour obtenir des croisements pertinents : certains chiots naissaient puis grandissaient avec des pattes bien trop courtes par rapport à leur poids et leur morphologie d’ensemble. En effet, ils héritaient des pattes de petite taille du Grand Basset Griffon Vendéen tout en ayant un poids équivalent à celui du Grand, ce qui avait des répercussions négatives sur leurs performances à la chasse.

 

Abel Dézamy, éleveur et gendre de Paul Dezamy, fait partie de ceux qui firent ce constat, et s’intéressa plus particulièrement à la sélection du Petit Basset Griffon Vendéen. Son travail permit de rendre la morphologie de la race plus harmonieuse.

Le gros travail de sélection effectué par Abel Dézamy permit sans aucun doute au Petit Basset Griffon Vendéen de devenir un chien parfaitement performant et fonctionnel pour la chasse. C’est d’ailleurs ce que soutient l’écrivain et passionné de chasse Paul Daubigné dans l’un de ses ouvrages, en affirmant que le Petit Basset Griffon Vendéen « n’est plus un petit vendéen par simple réduction de la hauteur, mais un petit basset réduit harmonieusement dans ses proportions et son volume, et naturellement pourvu de toutes les qualités morales que présuppose la passion de la chasse. »

Diffusion dans son pays d'origine

Si le Petit Basset Griffon Vendéen est originaire de Vendée, ses qualités de chasseur lui ont permis de se répandre dans toute la France. De ce fait, on le trouve aujourd’hui dans tout l’Hexagone. 

Diffusion internationale

Le Petit Basset Griffon Vendéen fut introduit en Amérique du Nord dans les années 80, avec souvent un rôle différent de celui qu’il occupait dans son pays d’origine. En effet, alors qu’il avait à l’origine été développé pour la chasse, c’est surtout en tant que chien de compagnie qu’il gagna en popularité aux États-Unis.

 

Un club de race dédié, le Petit Basset Griffon Vendéen Club of America, fut fondé en 1984, et la race fut présentée pour la première fois en 1992 au prestigieux Westminster Kennel Club Show (une des plus prestigieuses expositions canines mondiales, qui se tient chaque année à New York).

 

Elle est également présente au Canada et reconnue par l’organisme local de référence, le Club Canin Canadien (CCC).

Reconnaissance par les organismes officiels

La Fédération Cynologique Internationale (FCI), qui chapeaute les organismes nationaux d’une centaine de pays dont la France, la Belgique et la Suisse, reconnut le Petit Basset Griffon Vendéen en 1976, quelques années après le Grand Basset Griffon Vendéen, qui fut accepté en 1967.

 

Au Royaume-Uni, les choses eurent lieu dans l’ordre inverse : le Kennel Club (KC) reconnut le Petit en 1979, tandis que le Grand dut attendre 1990.

 

Aux Etats-Unis, un club de race fut fondé en 1984, à l’occasion de l’American Kennel Club Centennial Dog Show, c’est-à-dire d’une exposition canine organisée à l’occasion du centenaire de l’AKC. Celui-ci attendit toutefois 1991 pour reconnaître la race. Le United Kennel Club (UKC), un des autres organismes cynologiques de référence du pays, lui emboîta le pas en 1992.

 

La race est également acceptée par le Club Canin Canadien (CCC), ainsi que dans de nombreux pays parfois très éloignés de ses terres d’origine. Elle est ainsi reconnue par exemple par l’organisme cynophile de référence en Afrique du Sud, la Kennel Union of Southern Africa (KUSA), ou encore celui de l’Australie, l’Australian National Kennel Council (ANKC).

En France

En France, le Petit Basset Griffon Vendéen reste moyennement représenté, et sa popularité est en baisse depuis plusieurs décennies. En effet, alors qu’à la fin des années 80 autour de 650 inscriptions avaient lieu annuellement au Livre des Origines Français (LOF), ce nombre n’était plus que d’environ 400 au tournant du 21ème siècle. Le recul se poursuivit par la suite, au point qu’au début des années 2010, on ne comptait guère plus de 300 enregistrements par an, et environ 200 dix ans plus tard.

 

Le Petit Basset Griffon Vendéen reste toutefois bien plus représenté dans son pays d’origine que son proche cousin le Grand Basset Griffon Vendéen, qui se situe autour de 50 enregistrements annuels au LOF. Lui aussi subit d’ailleurs une nette désaffection : au début des années 90, on comptait plutôt entre 200 et 250 naissances tous les ans.

 

Le Petit Basset Griffon Vendéen est également plus présent que le Grand Griffon Vendéen, dont en moyenne 150 représentants sont enregistrés chaque année au LOF - un chiffre pour le coup assez stable depuis les années 90.

 

Le Briquet Griffon Vendéen, autre cousin du Petit Basset Griffon Vendéen, compte quant à lui entre 200 et 250 naissances par an - un chiffre également en baisse, puisqu’au début des années 90 il était plus de deux fois supérieur.

En Suisse

Le Petit Basset Griffon Vendéen est bien présent en Suisse, mais de manière assez limitée. En effet, les statistiques de la base de données Amicus font état d’environ 120 individus recensés sur l’ensemble du territoire.

 

Cela reste toutefois bien plus que le Grand Basset Griffon Vendéen, qui ne compte guère plus qu’une vingtaine de représentants.

Au Canada

Le Petit Basset Griffon Vendéen est bien présent au Canada, mais y est des plus discrets : on n’y compte guère plus d’une poignée d’élevages.

 

Autrement dit, alors que contrairement à son proche cousin le Grand Basset Griffon Vendéen il est reconnu par le Club Canin Canadien (CCC), il n’est pas pour autant beaucoup plus présent dans le pays.   

Ailleurs dans le monde

Le Petit Basset Griffon Vendéen est présent un peu partout en Europe, mais n’est nulle part aussi populaire qu’en France. En outre, on constate dans de nombreux pays une désaffection croissante.

 

C’est flagrant par exemple en Espagne, où le nombre d’enregistrements annuels auprès de la Real Sociedad Canina de España (RSCE)  est passé de plus de 50 au milieu des années 2010 à tout juste une dizaine à la fin de la décennie.

 

Les chiffres sont du même ordre de grandeur en Italie : un peu plus d’une cinquantaine d’individus étaient enregistrés chaque année auprès de l’Ente Nazionale della Cinofilia Italiana (ENCI) au cours des années 2010, avec là aussi une chute prononcée à la fin de la période.

 

Au Royaume-Uni, on le retrouve en plus grand nombre : au cours des années 2010, le Kennel Club (KC) recensa en moyenne 130 naissances par an, avec des fluctuations importantes selon les années (entre 60 et 150). Toutefois, ce chiffre est lui aussi en décroissance, puisqu’il se situait plutôt entre 150 et 250 individus au milieu des années 2000.

 

De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, on ne peut pas dire que la race fasse partie des plus populaires : elle émarge aux environs de la 150ème place (sur environ 200) dans le classement établi par l’American Kennel Club (AKC) en fonction du nombre d’enregistrements reçus chaque année par l’organisme. Là aussi, sa popularité est en baisse depuis quelques années : au cours de la deuxième moitié des années 90, elle se situait aux alentours de la 115ème place sur un total d’environ 150 races.

 

Force est néanmoins de constater que le Petit Basset Griffon Vendéen est parvenu à s’implanter – même modestement – sous des latitudes très éloignées de sa Vendée natale. C’est le cas par exemple en Australie, où chaque année une vingtaine à une quarantaine de naissances sont enregistrées auprès de l’Australian National Kennel Council (ANKC).

Taille & poids

Taille du mâle
De 34 à 38 cm
Taille de la femelle
De 34 à 38 cm
Poids du mâle
De 14 à 15 kg
Poids de la femelle
De 14 à 15 kg

Le Petit Basset Griffon Vendéen atteint sa taille adulte vers l’âge d’un an, et le dimorphisme sexuel n’est que très peu marqué : mâles et femelles ont peu ou prou le même gabarit et la même apparence.

 

Sachant qu’il mesure entre 34 et 38 cm au garrot, contre 39 à 44 cm pour son cousin le Grand Basset Griffon Vendéen, cela signifie que les plus grands représentants de la race ont une taille quasiment équivalente à telle des plus petits spécimens de Grand Basset Griffon Vendéen.

Morphologie

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien de petite taille qui présente un dos assez long et droit. Son rein et son arrière-train sont plutôt musclés. Quant à son poitrail, il est assez développé sans être trop large, et atteint généralement le niveau des coudes.

Queue

La queue du Petit Basset Griffon Vendéen est assez courte et portée haut. Assez épaisse à sa base, elle s’amincit jusqu’à son extrémité. Vue de profil, elle a la forme d’une lame de sabre.

Tête

Le crâne du Petit Basset Griffon Vendéen est plutôt bombé et quelque peu allongé.

 

Les oreilles sont pendantes, recouvertes de poils longs, et se terminent en une forme ovale. Elles sont souples, fines et attachées en dessous de la ligne des yeux.

 

Le museau est beaucoup plus court que celui du Grand Basset Griffon Vendéen, mais reste cependant allongé. Il se termine par une truffe de forme carrée et des narines très ouvertes. Cette dernière est de couleur noire chez les individus arborant une robe sombre, mais peut être aussi marron quand cette dernière est blanche et orange.

 

Les mâchoires sont articulées en ciseaux et recouvrent des lèvres elles-mêmes couvertes de poils longs.

Yeux

Les yeux du Petit Basset Griffon Vendéen sont de couleur foncée, de grande taille, et dégagent une vraie vivacité d’esprit. Les poils poussant au niveau de la paupière sont parfois assez longs et masquent l’œil ; il convient alors de les couper.

Pelage

Le Petit Basset Griffon Vendéen possède une double couche de poils mi-longs. Le sous-poil est assez épais et doux, tandis que le poil de couvertures est plutôt hirsute au toucher. Sa robe n’est jamais de texture laineuse ni soyeuse.

Couleurs de robe

Le Petit Basset Griffon Vendéen peut présenter diverses combinaisons de couleur : on trouve des chiens blanc et noir, noir et feu, noir et sable, blanc et orange, fauve charbonné ou encore tricolore fauve noir et blanc.

Standard de la race

Les standards de race sont des documents établis par les organismes officiels qui listent les conditions qu'un Petit Basset Griffon Vendéen doit respecter pour être pleinement reconnu comme appartenant à la race :

Le Petit Basset Griffon Vendéen est parfois confondu - ou à tout le moins comparé - avec les trois autres races de griffons vendéens, avec qui il partage une grande partie de son histoire et patrimoine génétique :

 

  • le Grand Griffon Vendéen, le premier des griffons vendéens, qui fut créé au cours du 16ème siècle. Il commença à être considéré comme une race à part entière à la fin du 19ème siècle, lorsque le comte d’Elva commença à s’intéresser à lui pour développer de nouvelles races de vendéens. Sélectionné pour pouvoir chasser des gibiers de grande taille comme le cerf, le loup, le renard ou le sanglier, il est l’ancêtre des trois autres vendéens. Sa hauteur au garrot atteint autour de 70 cm ;

 

  • le Briquet Griffon Vendéen, une race qui vit le jour quelques années avant la Première Guerre mondiale. Il ressemble énormément au Grand Griffon Vendéen, avec quelques centimètres en moins : sa taille se situe en effet entre 48 et 55 cm. C’est lui aussi un excellent chasseur, plus particulièrement spécialisé dans la traque du sanglier et du chevreuil ;

 

  • le Grand Basset Griffon Vendéen, la race la plus proche du Petit Basset Griffon Vendéen : jusqu’en 1950, ils constituaient les deux variétés d’une même et unique race. Tout aussi bon chasseur que les autres, il excelle en particulier pour la chasse au lièvre. La différence la plus marquante entre le Grand Basset Griffon Vendéen et le Petit se situe au niveau de la taille : là où le premier atteint entre 39 et 44 cm au garrot, le second ne dépasse pas 34 à 38 cm.

 

Il convient toutefois de rappeler que chacun de ces chiens constitue une race à part entière. D’ailleurs, les croisements entre eux ne sont pas permis par les différents organismes.

Proximité avec ses maîtres

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien actif et toujours joyeux, surtout quand il est en compagnie de ses maîtres. Il est connu en effet connu pour aimer tout particulièrement être au contact de ces derniers et tisser de solides relations avec eux. Il faut dire qu’il possède une personnalité atypique, qui le rend très attachant : il est généralement à la fois très heureux, curieux, indépendant, inventif et doté d’un grand sens de l’humour !

 

Pour autant, il n’est pas du genre à rester collé toute la journée à son maître, sans oser s’en éloigner. C’est particulièrement vrai si quelque chose titille son instinct de chasseur : il n’a aucun problème à fausser compagnie à son propriétaire sans prévenir pour partir sur la piste d’un gibier.

Capacité à supporter la solitude

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un animal très sociable. Il supporte donc difficilement la solitude et le manque de contact : des maîtres souvent éloignés pour des durées de plusieurs jours feraient mieux d’opter pour une autre race.

 

En outre, il apprécie tout particulièrement de ne pas être le seul canidé de la famille. Lui faire partager son foyer avec un congénère est donc une bonne manière de l’aider à passer le temps, par exemple si ses propriétaires sont souvent absents en journée. Pour autant, cela ne saurait dispenser de lui procurer également d’autres sources de distraction en de telles circonstances : jouets, objets à mâcher...

 

Si la solitude lui pèse trop, le Petit Basset Griffon Vendéen pourrait développer de l’anxiété de séparation, et ce faisant manifester divers problèmes de comportement en l’absence de ses maîtres : aboyer à tue-tête, dégrader tout objet passant entre ses mâchoires...

Entente avec les enfants

Le Petit Basset Griffon Vendéen adore les enfants et aime passer beaucoup de temps avec eux. C’est donc de façon générale un chien recommandé pour une famille.

 

Toutefois, il peut être un peu trop exubérant pour les tout-petits, et malgré sa petite taille, a tôt fait de les renverser malencontreusement pendant un moment de folie. En tout état de cause, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul avec un très jeune enfant sans la moindre surveillance par un adulte ; il en va de la sécurité des deux protagonistes.

 

Par ailleurs – et là aussi, ceci est valable pour toutes les races -, il est très important d’apprendre aux enfants à traiter l’animal avec respect. En l’occurrence, le Petit Basset Griffon Vendéen n’est pas du genre à se rebiffer facilement et à réagir violemment face à un petit chahuteur, mais les choses se passent toujours mieux pour tout le monde quand les enfants ne passent pas leur temps à malmener leur petit compagnon (sans nécessairement en être conscients, d’ailleurs).

Entente avec les personnes inconnues

Le Petit Basset Griffon Vendéen s’accorde facilement avec des personnes qu’il ne connaît pas : il est d’un naturel extrêmement sociable, tant d’ailleurs envers les humains qui lui sont inconnus qu’envers ses congénères. Cela le rend très agréable à vivre quand on reçoit régulièrement des amis chez soi ou l’emmène à toutes sortes d’évènements sociaux, mais le discrédite comme gardien.

Instinct protecteur

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien très joyeux, accueillant et sociable ; l’instinct de protection est donc une chose quasiment inexistante chez lui. S’il aime user de sa voix et peut potentiellement jouer le rôle de chien d’alerte, il est en revanche totalement vain d’espérer en faire un bon gardien.

Obéissance

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien très intelligent et attaché à son maître. Cela fait qu’il est possible d’aller très loin dans son éducation, pour peu qu’il soit entre les mains d’une personne qui sait y faire.

 

Le revers de la médaille, c’est qu’il lui arrive souvent d’utiliser son intelligence à mauvais escient lorsqu’il ne souhaite pas obéir. Son côté très têtu ressort tout particulièrement face à un propriétaire qui a tendance à s’impatienter ou s’énerver très rapidement, et la situation a alors tôt fait d’être bloquée.

 

Ce chien doit donc être entre les mains de propriétaires ayant déjà une certaine expérience en éducation canine, et qui ne se laissent pas envahir facilement par la frustration : avec lui, il ne peut être qu’inutile et contre-productif de s’énerver. En revanche, il se montre nettement plus réceptif et obéissant quand son éducation est basée sur le renforcement positif, c’est-à-dire que ses maîtres usent de récompenses et d’encouragements pour parvenir à leurs fins.

Besoin d'exercice

Si les chiens de type basset sont souvent décrits comme des « chiens de salon », ce n’est définitivement pas le cas du Petit Basset Griffon Vendéen. Il fut sélectionné pendant des années – et ses ancêtres avant lui, des siècles durant – pour parcourir des kilomètres à la recherche de gibier. Il en conserve un besoin d’exercice élevé : une bonne dose d’activité quotidienne est absolument nécessaire à son bien-être. Il doit ainsi avoir chaque jour l’occasion de se dépenser pendant une durée cumulée d’au moins une à deux heures, mais peut largement faire plus si l’occasion lui en est offerte.

 

Si ses maîtres ne sont pas en mesure de répondre à ce besoin, il finit vite par s’ennuyer et développer des comportements destructeurs. Par conséquent, il s’accorde très bien avec des personnes actives et sportives, mais n’est pas adapté en revanche pour celles qui sont très sédentaires ou insuffisamment disponibles pour lui permettre de se dépenser à sa guise.

Activités recommandées

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un sportif accompli, et adore accompagner son maître faire de la marche, du footing, de longues randonnées...

 

Lui faire pratiquer des sports canins comme l’agility, le flyball, le rallye ou encore le pistage sont également un excellent moyen de lui permettre de se dépenser.

 

Toutefois, l’activité dans laquelle il excelle le plus - et pour laquelle il a été conçu à la base - est bien sûr la chasse, avec une prédilection pour le petit gibier tel que le lièvre. D’ailleurs, bon nombre des représentants de la race sont encore aujourd’hui utilisés à cette fin, que ce soit seuls ou en meute.

Capacité de travail

Sélectionné depuis ses débuts pour servir comme chien de travail, le Petit Basset Griffon Vendéen peut passer des heures sur son terrain de chasse sans avoir autre chose en tête que le gibier qu’il a pour mission de traquer. Plus qu’une capacité, c’est un véritable instinct de chasse qu’il possède : lorsqu’il est sur une trace, plus rien ne l’arrête, et il fait preuve d’une grande détermination. Sa petite taille ne l’empêche clairement pas d’être très endurant, au point qu’il semble parfois infatigable.

Risque de fugue

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chasseur hors pair qui peut difficilement résister à l’appel d’une piste de gibier. De ce fait, il a vite fait de fuguer, que ce soit depuis chez lui ou au cours d’une sorte.

 

De ce fait, il est quasiment impossible de lui faire confiance pendant les promenades : s’il sent la trace d’un gibier ou qu’un petit animal a le malheur de croiser son chemin, il a toutes les chances de prendre la poudre d’escampette. À moins d’être dans un endroit où la probabilité que cela se produise est proche de zéro, ou bien qui ne présente aucune source de danger, mieux vaut donc généralement le tenir en laisse.

 

Par ailleurs, c’est clairement le genre d’animal pour qui investir dans un collier pour chien connecté peut s’avérer particulièrement judicieux. En effet, un tel accessoire permet de savoir à tout moment où il se trouve, et donc de le récupérer au besoin.

Niveau sonore

Comme nombre de chiens de chasse habitués à communiquer ainsi avec leur maître ou les congénères avec qui ils évoluent en meute, le Petit Basset Griffon Vendéen aime user de la voix. Toutefois, ce n’est pas forcément pour de bonnes raisons – du moins aux yeux de ses propriétaires ou des tiers.

 

Au demeurant, s’il se montre assez bruyant de façon générale, il ne faut pas pour autant compter sur lui comme gardien : il est trop sociable pour cela, aimant venir à la rencontre de nouvelles personnes et se montrant souvent très jovial à leur encontre.

Entente avec les autres chiens

Entente du Petit Basset Griffon Vendéen avec les autres chiens

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien très sociable, et ceci vaut aussi bien avec les humains qu’avec ses congénères.

 

Il s’entend généralement très bien avec ces derniers, et apprécie de partager son foyer, son jardin et l’attention de ses maîtres avec l’un d’eux. Il n’est plus non plus du genre à poser problème lorsqu’il rencontre d’autres chiens au cours des promenades et autres activités.

Entente avec les chats

Qu’il s’agisse de vivre avec l’un d’eux ou d’en rencontrer lors de ses sorties, le Petit Basset Griffon Vendéen entretient généralement une relation compliquée avec les chats. Cela s’explique par son instinct de prédation fort développé : il a tôt fait de les considérer comme des proies.

 

Une socialisation de qualité entamée dès son plus jeune âge peut certes arranger les choses et atténuer grandement son agressivité à leur égard, mais il n’en reste pas moins nécessaire de rester toujours très attentif à ses réactions lorsqu’il est en présence d’un petit félin, afin d’éviter tout accident.

Entente avec les autres espèces

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chasseur à l’instinct aiguisé et toujours présent, même chez un individu simplement destiné à tenir compagnie. Il est donc particulièrement déconseillé de chercher à le faire cohabiter avec des petits animaux assimilables à des proies, comme des rongeurs ou des oiseaux. En effet, quand bien même il est habitué à en fréquenter très tôt, le risque est toujours présent qu’un jour le naturel reprenne le dessus et mette un terme prématuré à l’expérience.

 

Son instinct est également susceptible de s’exprimer lorsqu’il croise la route de tels petits animaux au gré de ses promenades et autres activités. Il convient de rester attentif en extérieur, car la situation peut rapidement devenir hors de contrôle : il risque de se lancer à leur poursuite et d’ignorer totalement les ordres de rappel de son maître.

Facilité à éduquer

Le Petit Basset Griffon Vendéen ne fait pas partie des races les plus simples à éduquer, car il peut facilement se montrer têtu s’il ne souhaite pas faire ce qu’on lui demande. Avec lui, il faut savoir faire preuve à la fois de cohérence, de justesse et de fermeté.

 

En outre, il peut être difficile de parvenir à capter et garder son attention au cours des séances d’éducation. Mieux vaut donc privilégier des sessions courtes.

 

Cela dit, son intelligence et sa proximité avec son maître fait qu’à partir du moment où il est placé entre des mains expertes, il est en revanche possible d’aller très loin dans son éducation.

 

En somme, ce chien présente un très beau potentiel, mais concrétiser ce dernier n’est pas à la portée de tout le monde, car son éducation n’est pas tâche facile. Il n’est donc pas recommandé pour un primo-adoptant, et même un maître déjà expérimenté peut avoir intérêt à s’adjoindre les services d’un professionnel de l’éducation des chiens.

Méthode d'éducation

Le punir ou chercher à passer en force ne mènerait pas à grand-chose de bon avec le Petit Basset Griffon Vendéen, car il aurait alors tôt fait de se braquer. On aboutirait inexorablement à des impasses, voire à une dégradation durable de sa relation avec son maître.

 

Il est nettement plus réceptif aux méthodes basées sur le renforcement positif. Des encouragements sous forme de friandises, compliments ou caresses lorsqu’il est sur la bonne voie et fait ce qu’on lui demande permettent d’obtenir de bien meilleurs résultats.

Socialisation

Le fait que le Petit Basset Griffon Vendéen soit très social n’empêche pas que, comme n’importe lequel de ses congénères, il doit bénéficier dès son plus jeune âge d’une bonne socialisation. Cette période est déterminante pour s’assurer d’avoir un animal bien dans sa tête et dans ses pattes tout au long de sa vie.

 

Celle-ci implique de le confronter à toutes sortes de stimuli (bruits, odeurs, etc.), de situations, d’autres animaux, d’humains… Il convient donc de l’emmener dans des endroits divers et variés pour lui apprendre progressivement à s’adapter de plus en plus facilement aux nouveautés, sans se mettre dans tous ses états et réagir négativement quand il se retrouve face à l’inconnu. Les trois premiers mois de la vie du chiot sont particulièrement cruciaux en la matière : l’éleveur joue donc un rôle déterminant, mais il est impératif de poursuivre le travail dès l’adoption effectuée.

 

Concernant la relation du Petit Basset Griffon Vendéen avec les petits animaux assimilables à des proies comme les chats, oiseaux ou rongeurs, il ne faut pas se bercer d’illusions : même une socialisation de qualité ne peut effacer totalement l’instinct de prédation fortement ancré au fond de lui. On peut réduire son agressivité à leur égard et sa propension à les poursuivre, mais il serait vain d’espérer une fiabilité totale : de tels animaux ne seront jamais totalement en sécurité à ses côtés.

Apprentissage des règles

Avec un chien relativement difficile à éduquer comme le Petit Basset Griffon Vendéen, il est important de faire preuve d’une grande cohérence dans la façon dont sont établies et enseignées les règles. Aussi, il convient que tous les membres du foyer se mettent bien d’accord sur ces dernières, de façon à éviter par exemple qu’une chose interdite par l’un(e) soit autorisée par l’autre. Confronté à des incohérences, le Petit Basset Griffon Vendéen pourrait tout simplement décider de cesser d’obéir.

 

Il convient par ailleurs que les règles ne changent pas au fil du temps, ainsi que d’un endroit à l’autre. Plus elles sont claires et fixes, plus il est à même de les intégrer.

 

Enfin, il faut lui apprendre très tôt à les respecter, et ne pas tolérer des écarts en se disant que ça s’arrangera en grandissant – ce serait plutôt le contraire qui aurait toutes les chances de se produire. En effet, il est d’autant plus malléable qu’il est jeune, et il est donc d’autant plus facile de lui faire prendre de bonnes habitudes.

Choses à apprendre en priorité

Le Petit Basset Griffon Vendéen est souvent bruyant : il s’exprime beaucoup par sa voix, et a tendance à en user et en abuser. Il peut être difficile d’aller à l’encontre de cela, mais il faut tâcher de lui apprendre au plus tôt à ne pas aboyer de façon trop intempestive, ou du moins à s’arrêter net quand on le lui demande. Cela facilitera potentiellement la relation avec lui, mais aussi celle avec les voisins…

 

Par ailleurs, au vu du fait qu’il se laisse facilement attirer par les traces de gibier et que cela peut l’amener à vouloir fausser compagnie à ses maîtres, il convient de lui inculquer dès son plus jeune âge la notion de rappel. Cela dit, comme pour les aboiements, il est difficile d’aller à l’encontre de sa nature profonde : même s’il a bénéficié d’une éducation aux petits oignons, il est difficile d’espérer un rappel totalement fiable et de lui faire totalement confiance.

 

En dehors de ces deux aspects, les choses à lui apprendre en priorité sont les mêmes que pour n’importe quelle race.

Apprentissage de la chasse

Le Petit Basset Griffon Vendéen est doté naturellement d’un instinct de chasseur très aiguisé. Il n’est donc pas très difficile de lui apprendre à chasser, d’autant plus que sa grande intelligence et son naturel de chasseur lui permettent de comprendre rapidement sa mission aux côtés de chiens expérimentés.  

En appartement ?

Malgré sa petite taille, le Petit Basset Griffon Vendéen n’est pas du tout fait pour vivre en appartement : c’est un chien d’extérieur par excellence, qui fut sélectionné pour ses capacités à chasser et donc se dépenser en extérieur pendant de longues heures. Les petits espaces, très peu pour lui : il s’y sent rapidement à l’étroit.

 

Il a nettement plus de chances d’être heureux et épanoui dans une maison avec un espace extérieur dans lequel il peut à tout moment se dégourdir les pattes. Il est important toutefois que cet espace soit bien clôturé, étant donné sa propension à fuguer.

Dans le jardin ?

Un Petit Basset Griffon Vendéen dans le jardin ?

Le Petit Basset Griffon Vendéen devrait toujours avoir accès à un jardin pour se dégourdir les pattes. Celui-ci doit toutefois impérativement être clôturé, car, en bon chasseur qu’il est, il a vite fait de partir sur la trace d’un animal et de s’éloigner de son domicile.

 

Même s’il apprécie le confort d’une maison, il peut tout aussi bien, comme bon nombre de chiens de chasse, vivre en extérieur, dès lors qu’il dispose d’une niche. La condition sine qua non est toutefois qu’il partage alors sa vie avec un ou plusieurs congénères. En effet, il a besoin pour être équilibré d‘interactions sociales nombreuses, que ce soit avec ses maîtres ou avec d’autres chiens. Au demeurant, même s’il partage son quotidien avec un autre chien, cela n’empêche pas qu’il a besoin de contacts fréquents avec ses humains.

Comme premier chien ?

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien toujours joyeux, pourvu d’une bonne santé et assez simple à entretenir. Toutefois, le fait que son éducation soit plutôt difficile à mener et qu’il faille mêler clarté, douceur et fermeté pour espérer parvenir à ses fins avec lui implique qu’il n’est pas recommandé pour un maître débutant.

Pour une personne peu disponible ?

Le Petit Basset Griffon Vendéen aime être en contact de ses maîtres, et supporte difficilement que ces derniers soient trop souvent et/ou trop longuement absents : il peut alors assez facilement souffrir de problèmes d’anxiété de séparation, avec divers troubles du comportement à la clef.

 

Si on ajoute à cela le fait qu’il a besoin de se dépenser au moins une à deux heures par jour pour être bien dans ses pattes, et donc qu’il doit être sorti régulièrement, on comprend aisément qu’il n’est pas fait pour une personne peu disponible.

Pour une personne sportive ?

Le Petit Basset Griffon Vendéen est un grand sportif et a besoin d’être sorti tous les jours pendant une à deux heures pour être en mesure de suffisamment se dépenser. Il s’accorde donc à merveille avec des personnes actives et sportives, qu’il se fait un plaisir par exemple d’accompagner lors de leurs footings, randonnées et autres sorties à vélo.

Pour une personne âgée ?

Parce qu’il a besoin d’une grande quantité d’activité physique journalière, le Petit Basset Griffon Vendéen ne convient pas aux personnes âgées et/ou très sédentaires.

 

En revanche, des jeunes retraités encore actifs et en bonne santé peuvent trouver en lui un compagnon de choix qui justement contribuera à les maintenir en forme.

Pour une personne allergique ?

Le Petit Basset Griffon Vendéen n’est pas particulièrement hypoallergénique. Une personne allergique aux chiens ferait donc mieux d’opter pour une autre race.  

Pour un petit budget ?

Le Petit Basset Griffon Vendéen est dans l’ensemble un animal robuste, qui ne demande pas beaucoup d’entretien ni ne nécessite un régime alimentaire spécifique. Il peut donc tout à fait convenir à une personne ayant un budget restreint.

 

Cela dit, nul n’est à l’abri que son animal soit l’exception à la règle en enchaînant les soucis de santé, qu’il contracte une maladie grave ou encore qu’il subisse un accident. Dans tous les cas, d’importantes dépenses vétérinaires pourraient être à prévoir. Une façon de réduire le risque de se retrouver dans une situation financière difficile voire intenable est de souscrire une assurance santé pour son chien, afin justement qu’il soit couvert en cas de problème.

Espérance de vie

Espérance de vie
14 ans

Le Petit Basset Griffon Vendéen vit en moyenne jusqu’à l’âge d’environ 14 ans, et jouit en général d’une excellente santé tout au long de ces années. En effet, il est rustique, sain et robuste.

Résistance au froid et à la chaleur

Résistance du Petit Basset Griffon Vendéen au froid et à la chaleur

Le Petit Basset Griffon Vendéen est à l’aise sous la plupart des climats et se montre très souple sur cette question.

 

À choisir, il préfère les températures plus fraîches que les fortes chaleurs, mais son pelage lui permet dans l’ensemble de s’adapter sans problème aux conditions météorologiques du moment, sauf les plus extrêmes.

Maladies

Si le Petit Basset Griffon Vendéen est globalement très sain et traverse généralement l’existence en bonne santé, il est comme toute race, davantage enclin à certaines affections. Dans son cas, il s’agit de :

 

  • la dysplasie de la hanche, un problème articulaire qui résulte d’un développement anormal de cette dernière et peut être favorisé par une prédisposition génétique (sans pour autant que cette dernière soit nécessaire ou suffisante). Elle fait souffrir l’animal, mais cause également des boiteries, des difficultés à sa déplacer et de l’arthrose. Si le problème est détecté suffisamment tôt, une opération chirurgicale peut parfois permettre d’atténuer les symptômes ;

 

  • la dysplasie du coude, qui est assez similaire à celle de la hanche mais concerne le coude. En effet, elle aussi correspond à une malformation de l’articulation et rend les mouvements plus douloureux et difficiles, avec en général des boiteries et de l'arthrose. Les sujets dépistés suffisamment tôt peuvent bénéficier d’une opération chirurgicale permettant de diminuer drastiquement les symptômes, voire de les faire disparaître. Là aussi, une prédisposition héréditaire peut favoriser l’apparition de la maladie, mais n’est pas une condition requise ;

 

  • la luxation de la rotule, un autre problème articulaire qui lui concerne principalement les races de petite taille et est souvent congénital. La rotule sort de son emplacement initial, ce qui provoque des douleurs et des boiteries plus ou moins prononcées. Une consultation vétérinaire s’impose alors, et la réponse apportée dépend de la gravité du problème : une simple remise en place par le praticien peut suffire pour les cas les plus légers, tandis que les cas plus complexes nécessitent une opération chirurgicale ;

 

  • l’hypothyroïdie, une maladie qui se traduit par un dérèglement hormonal au niveau de la grande thyroïde. Cette maladie peut avoir des effets très divers : grosse fatigue, prise de poids excessive, fréquence cardiaque anormalement basse, difficultés à respirer, etc. Il n’est pas possible de la soigner totalement cette maladie, mais des traitements donnés à vie peuvent faire disparaître les symptômes ;

 

  • l’épilepsie, une maladie du système nerveux qui provoque des crises de convulsions plus ou moins importantes et brutales en fonction des cas. Elle n’est pas guérissable, mais des traitements à prodiguer tout au long de la vie de l’animal permettent de fortement diminuer les symptômes, voire de les éradiquer complètement ;

 

  • la hernie ombilicale, qui touche fréquemment les chiots. Elle est le résultat de la mauvaise fermeture de l’anneau ombilical, ce qui provoque l’apparition d’une boule au niveau du nombril. Le plus souvent, cette dernière ne contient que de la graisse, mais dans les cas les plus graves, une partie de l’intestin grêle peut s’y trouver. Cette affection peut provoquer d’importantes douleurs abdominales, des vomissements, un abattement général, ou encore des difficultés à faire ses besoins. Il faut généralement avoir recours à la chirurgie pour régler le problème. Néanmoins, chez un chiot touché par une hernie de petite taille, il arrive que celle-ci se ferme d’elles-mêmes avant ses 6 mois ;

 

  • les allergies, qui peuvent être de diverses natures et avoir toutes sortes de causes : l’alimentation, les piqûres de puces, la présence de pollen ou de poussière, un traitement médical ou un vaccin, etc.

 

Par ailleurs, le Petit Basset Griffon Vendéen est aussi particulièrement touché par certaines maladies oculaires :

 

  • la dysplasie de la rétine, un problème bien souvent héréditaire qui se traduit par un développement anormal de la rétine. Cela a pour effet d’altérer la vision du chien de façon plus ou moins importante (et même de le rendre aveugle, en cas de décollement de la rétine). Il n’est pas possible d’en guérir, mais les chiens dépendent beaucoup moins de la vue que les humains et s’adaptent mieux à la dégradation voire la perte de cette dernière ;

 

  • la membrane pupillaire persistante, qui comme son nom l’indique correspond au fait qu’une membrane reste autour du cristallin lorsque le chien grandit (alors qu’elle est supposée disparaître au cours de ses 6 premières semaines de vie). Ce problème est d’origine héréditaire, et aucun traitement n’existe pour y remédier. Néanmoins, il n’altère que très peu la vision ;

 

  • le glaucome, qui se traduit par une augmentation de la pression à l'intérieur de l’œil et a pour effet d’abîmer le nerf optique ainsi que la rétine. Souvent d’origine héréditaire, cette maladie est toujours douloureuse pour l’animal. Surtout, à partir du moment où elle n’est pas identifiée à temps (et généralement opérée), elle provoque une perte assez rapide et irréversible de la vue ;

 

  • la cataracte, une maladie assez courante chez la gent canine, qui se traduit par une opacification progressive du cristallin entraînant une baisse progressive de la vision – jusqu’à rendre l’animal aveugle, s’il n’est pas opéré à temps. Elle concerne surtout les individus âgés ;

 

  • la dystrophie de la cornée, une opacification de la cornée pouvant provoquer des troubles progressifs de la vision, pour les cas les plus avancés. Elle est parfois d’origine héréditaire, et apparaît généralement au cours des 5 premières années de vie du chien. Il n’existe pour le moment aucun traitement permettant de soigner cette affection.

Risques liés à la chasse

Qu’il s’agisse d’un Petit Basset Griffon Vendéen ou d’un représentant d’une autre race, tout individu employé dans le cadre de la chasse se retrouve exposé à un certain nombre de dangers. Il peut ainsi être blessé par une proie qui cherche à se défendre voire attaqué par un autre animal, se blesser en évoluant dans des terrains arpentés ou en traversant des buissons. En outre, il a davantage de chances de revenir porteur de parasites ou encore d’épillets.

Risque d'obésité

Très actif, le Petit Basset Griffon Vendéen n’est pas prédisposé aux problèmes d’obésité. Cependant, il ne faut pas perdre de vue qu’aucun chien n’est complètement à l’abri d’une prise de poids excessive. Aussi, même s’il a moult occasions de se dépenser, une alimentation saine, équilibrée et adaptée à ses besoins s’impose.

 

Une bonne habitude à prendre est de peser son compagnon environ une fois par mois. Si un écart est constaté – voire s’amplifie – au cours de plusieurs mesures d’affilée, cela peut être le signe d’une alimentation non appropriée, mais aussi d’un problème de santé : maladie, réaction à un médicament… Il est donc important de solliciter alors l’expertise d’un vétérinaire pour identifier la source du problème et savoir comment y remédier.

 

Une augmentation anormale est à prendre au sérieux : non seulement le surpoids peut entraîner ou aggraver toutes sortes de maladies, mais il a aussi de grandes chances de se transformer en cercle vicieux. En effet, l’animal devient souvent moins actif, ce qui favorise la prise de poids, et ainsi de suite.

Adoption en bonne santé

Même si le Petit Basset Griffon Vendéen jouit dans la plupart des cas d’une très bonne santé, il ne faut pas négliger le choix de l’élevage où l’adopter. En effet, sélectionner un éleveur sérieux est précisément la meilleure chose à faire pour maximiser les chances d’avoir un compagnon qui est en bonne santé et le reste tout au long de son existence. En effet, un professionnel responsable veille à ne pas donner naissance à des chiots atteints de maladies héréditaires, et pour ce faire effectue une sélection très stricte de ses reproducteurs, à l’aide notamment de différents tests génétiques permettant de s’assurer qu’ils ne sont pas porteurs d’une tare qu’ils risqueraient de transmettre à leur descendance. Il doit d’ailleurs être en mesure de présenter les résultats desdits tests sur simple demande.

 

En outre, un éleveur sérieux est particulièrement attentif à la santé de ses chiots, et fait donc en sorte qu’ils soient régulièrement suivis par son vétérinaire partenaire – cela vaut aussi d’ailleurs pour leurs parents.

 

Il doit d'ailleurs être en mesure de fournir au futur propriétaire un certificat établi par un vétérinaire et attestant que le petit est en bonne santé, ainsi que le carnet de santé ou de vaccination de ce dernier.  

Fragilité en période de croissance

Le Petit Basset Griffon Vendéen atteint généralement sa taille adulte vers l’âge d’un an. Tout au long des mois qui précèdent, il est en pleine croissance, ce qui le rend particulièrement fragile. Il faut donc veiller alors à ce qu’il ne fournisse pas trop d’efforts physiques intenses : il pourrait non seulement se blesser, mais aussi développer à plus ou moins brève échéance divers problèmes articulaires ou osseux. La vigilance est d’autant plus de mise que cette race est prédisposée à différents problèmes articulaires.

Maintien en bonne santé

Le fait que le Petit Basset Griffon Vendéen soit robuste ne dispense pas de lui offrir tout au long de sa vie un suivi vétérinaire régulier : c’est en effet le meilleur moyen de garder son chien en bonne santé. Même si tout semble aller pour le mieux, un bilan de santé complet chez le vétérinaire est donc de mise au moins une fois par an, et même plus fréquemment encore lorsqu’il vieillit. Cet examen par le professionnel peut notamment permettre de déceler un problème encore embryonnaire et peu voire pas visible afin d’y faire face dans les meilleures conditions, avant que potentiellement il ne prenne des proportions trop graves. On peut en profiter pour faire effectuer par la même occasion les rappels de vaccins du chien.

 

Enfin, tout au long de l’année, le maître doit s’assurer que son compagnon reste bien à jour de ses traitements antiparasitaires. Ceci vaut tous les chiens, mais encore plus pour ceux qui, à l’instar du Petit Basset Griffon Vendéen, passent généralement beaucoup de temps en extérieur et sont donc particulièrement exposés.

Difficultés de mise bas

Jusqu’en 1950, le Petit Basset Griffon Vendéen et le Grand Basset Griffon Vendéen étaient considérés comme deux variétés d’une seule et même race. Il était donc fréquent que les éleveurs choisissent de faire se reproduire un spécimen de petite taille avec un autre de grande taille. Néanmoins, ces unions montraient leurs limites : l’écart était parfois tel que certains individus qui en résultaient présentaient une réelle disproportion entre le gabarit de leurs pattes et celui du reste de leur corps, ce qui limitait clairement leurs performances de chasseurs.

 

À partir de 1950, on finit par considérer ces deux chiens comme étant deux races bien distinctes. Des croisements restèrent toutefois autorisés, avant que d’être proscrits en 1975. Aujourd’hui, il reste donc interdit de faire se reproduire un Petit Basset Griffon Vendéen avec un Grand Basset Griffon Vendéen.

De façon générale, le Petit Basset Griffon Vendéen est un chien assez rustique et peu difficile à entretenir.

Entretien du pelage

Le Petit Basset Griffon Vendéen ne perd que peu de poils tout au long de l’année, et cela reste vrai lors des périodes de mue, au printemps et en automne. De ce fait, brosser son pelage une fois par semaine suffit à garder celui-ci bien entretenu.

Bains

Il convient de faire prendre un bain à son compagnon 3 à 4 fois par an. Cela dit, il est tout à possible de le faire plus souvent, par exemple s'il s'est particulièrement sali lors d’une partie de chasse.

 

Quoi qu'il en soit, il est important de toujours utiliser un shampoing spécialement conçu pour la gent canine. En effet, ceux destinés aux humains ne sont pas du tout adaptés, car le pH de la peau des deux espèces n’est pas le même.

Entretien des oreilles

Comme tout chien aux oreilles pendantes, le Petit Basset Griffon Vendéen est davantage exposé au risque d’infections à ce niveau. Il faut donc les vérifier et nettoyer au moins une fois par semaine, ainsi qu’à chaque retour d’un long moment passé dans un environnement humide et après chaque bain.

Entretien des yeux

Vérifier les yeux de son chien une fois par semaine est une bonne habitude à prendre quelle que soit sa race. Cela s’avère particulièrement utile dans le cas du Petit Basset Griffon Vendéen, étant donné à la fois le temps qu’il passe dehors et le fait qu’il est prédisposé à plusieurs maladies oculaires. Si des saletés sont présentes, il convient de les nettoyer à l’aide d’un chiffon humide. En revanche, en cas de blessure ou de potentielle maladie, mieux vaut solliciter l’expertise d’un vétérinaire.

 

Par ailleurs, les longs poils du Petit Basset Griffon Vendéen poussent parfois au-dessus de ses yeux et altèrent alors sa vue, voire peuvent être à l’origine d’infections de ces derniers. Il convient de les couper à l’aide d’un ciseau avant que cela ne devienne le cas, afin d‘éviter ces risques.

Entretien des dents

Comme celles de n’importe lequel de ses congénères, les dents du Petit Basset Griffon Vendéen doivent faire l’objet d’un certain effort d’entretien de la part de son maître. En effet, si elles ne sont pas nettoyées régulièrement, cela provoquerait l’accumulation de plaque dentaire : en se calcifiant, celle-ci formerait du tartre, qui pourrait causer toutes sortes de maladies buccales et infections (par exemple une gingivite, puis à terme une parodontose).

 

Afin de réduire le risque, il est nécessaire de brosser les dents de son compagnon le plus régulièrement possible. Une fréquence journalière est conseillée, mais mieux vaut en tout cas éviter de le faire moins souvent qu’une fois par semaine. Dans tous les cas, il convient d’utiliser une brosse ou d’un doigtier, ainsi qu’un dentifrice spécialement conçu pour les chiens.

Entretien de la bouche

Le Petit Passet Griffon Vendéen ne bave pas, mais arbore au niveau de sa mâchoire de longs poils qui ont tôt fait d’accumuler, transporter et répandre de l’eau, de la nourriture ou toutes sortes de saletés. De ce fait, il peut vite devenir salissant.

 

Un maître attaché à la propreté de son intérieur (et de son compagnon) a donc tout intérêt à prendre l’habitude de nettoyer la barbe de son chien après que celui-ci il a bu ou mangé.

Entretien des griffes / ongles

Bien que le Petit Basset Griffon Vendéen soit actif et qui se déplace beaucoup, l’usure naturelle ne suffit généralement pas à limer ses griffes. Il faut donc les couper manuellement chaque fois qu’elles deviennent trop longues : autrement, il pourrait non seulement être gêné dans ses mouvements, mais aussi se blesser si une d’entre elles vient à se casser.

 

Il est assez difficile de donner une fréquence de coupe précise, car cela dépend beaucoup du mode de vie de l’animal. Toutefois, il suffit de garder en tête qu’elle s’avère nécessaire dès lors qu’on entend ses griffes toucher par terre quand il se déplace sur des sols durs (par exemple du parquet).

Entretien au retour à la maison

Même s’il n’est pas employé dans le cadre de la chasse, le Petit Basset Griffon Vendéen passe généralement de longs moments en extérieur chaque jour. Il est important de prendre l’habitude d’inspecter son corps à chaque retour d’une longue sortie : cela permet de déceler d’éventuels parasites, épillets, épines ou saletés ayant pu se loger dans son pelage, ainsi bien sûr qu’une potentielle blessure.

Initiation au toilettage

Les gestes d’entretien du pelage, des yeux, des oreilles, des dents ou encore des griffes du Petit Basset Griffon Vendéen ne sont pas particulièrement difficiles, mais ils ne doivent pas être effectués au hasard : il convient de bien savoir comment s’y prendre, pour éviter de lui faire mal voir le blesser. Par conséquents, il peut être judicieux de demander l’aide d’un vétérinaire ou d’un toiletteur professionnel la première fois, afin de veiller à adopter les bons gestes.

 

Par ailleurs, pour que les séances de toilettage se passent au mieux voire deviennent des moments privilégiés de complicité, il convient d’habituer son compagnon à être manipulé dès son plus jeune âge.

Nourriture recommandée

Le Petit Basset Griffon Vendéen n’est pas difficile en termes d’alimentation : des aliments font tout à fait l’affaire. Il faut simplement veiller, comme pour n’importe lequel de ses congénères, à ce qu’il reçoive une nourriture équilibrée et de qualité.

 

Le dosage des rations à distribuer varie donc d’un individu à l’autre : en fonction de son âge, de son niveau d’activité ou encore de son état de santé, chaque représentant de la race n’a pas forcément les mêmes besoins que ses homologues.

 

Ces besoins peuvent d’ailleurs varier en fonction des périodes. C’est tout particulièrement le cas pour un individu utilisé dans le cadre de la chasse, qui fournit pendant la période correspondante des efforts physiques plus conséquents que le reste de l’année. Par conséquent, lors de la saison de chasse, la quantité de nourriture qui lui est donnée doit être sensiblement revue à la hausse, de sorte qu’il puisse exprimer tout son potentiel. Au contraire, une fois cette période terminée, il faut bien penser à réajuster les quantités à la baisse, de façon à éviter tout risque d’embonpoint.

Alimentation du chiot

La période pendant laquelle un chiot grandit puis devient un adulte est un moment déterminant pour toute sa vie future. Par exemple, en cas de carences en certains nutriments, il pourrait souffrir de retards de croissance qui impacteraient son bon développement et pourraient avoir des répercussions sur son état de santé à long terme. Il est donc particulièrement crucial de lui fournir une nourriture adaptée tout au long de cette période.

 

Sachant que les besoins nutritionnels d’un chiot évoluent constamment au fur et à mesure qu’il grandit, il n’est pas toujours simple de déterminer ce qu’il convient de lui donner à un moment donné. Par conséquent, il ne faut pas hésiter à solliciter l’expertise d’un vétérinaire.

Fréquence des repas

Comme pour n’importe quel autre chien, il est préférable de diviser la ration quotidienne du Petit Basset Griffon Vendéen en au moins deux repas (et même plus lorsqu’il est jeune). Cela facilite sa digestion tout en réduisant les problèmes de frustration et le risque qu’il réclame sans cesse à manger.

 

Des repas donnés à heure fixe sont préférables pour mettre en place une routine et lui faire comprendre qu’il peut compter sur son maître pour subvenir à ses besoins alimentaires. Cela peut notamment permettre d’éviter qu’il ne quémande.

Éviter l'obésité

Le Petit Basset Griffon Vendéen n’est normalement pas vraiment sujet à l’obésité. Néanmoins, aucun chien n’est complètement à l’abri de ce problème, qui peut être lié à une alimentation inadaptée.

 

Une bonne hygiène de vie est donc importante. Cela passe notamment par une alimentation équilibrée et des rations bien calculées, mais aussi une certaine vigilance quant au recours aux friandises. En effet, elles ont vite fait de représenter un apport calorique conséquent. Sachant qu’elles peuvent néanmoins rendre de grands services, en particulier pour récompenser son chien dans le cadre d’une éducation basée sur le renforcement positif, une bonne solution peut consister à opter pour des friandises allégées, ou prendre l’habitude de retirer de la ration distribuée lors des repas l’équivalent des calories absorbées via les friandises.

 

Il faut aussi garder en tête qu’à moins d’avoir été scrupuleusement sélectionnée, la nourriture destinée aux humains n’est que très rarement adaptées au régime d’un chien. Aussi, mieux vaut éviter par exemple de lui donner des restes ou de le laisser se servir dans les poubelles. C’est d’autant plus vrai que certains mets très appréciés de l’Homme s’avèrent en revanche toxiques pour son meilleur ami…

Hydratation

Comme tout chien, le Petit Basset Griffon Vendéen doit avoir en permanence à sa disposition une gamelle d’eau propre et fraîche, de façon à pouvoir se désaltérer dès qu’il en ressent le besoin.

Comme chien de chasse

Le Petit Basset Griffon Vendéen fut créé et sélectionné comme chien de chasse. Sans surprise, c’est encore aujourd’hui l’usage dans lequel il excelle le plus. Capable d’évoluer seul ou en meute, dans les terrains difficiles et accidentés, il est particulièrement apprécié pour pister le lièvre et le petit gibier de manière générale.

Comme chien de garde

Le Petit Basset Griffon Vendéen n’est pas un bon gardien. En effet, son côté particulièrement sociable fait qu’il ne se méfie jamais des personnes inconnues. Certains représentants de la race peuvent faire de bons chiens d’alerte (notamment du fait de leur propension à aboyer), mais il ne faut définitivement pas compter sur eux pour protéger la maison.

Comme chien de berger

Le Petit Basset Griffon Vendéen fait un excellent chien de compagnie : il est toujours très joyeux et aime jouer avec les enfants. Il faut toutefois avoir à l’esprit que c’est un animal actif, qui ne peut être bien dans ses pattes et dans sa tête que s’il a accès à tout moment à l’extérieur et est en mesure d’effectuer chaque jour une grande quantité d’exercice physique. Il convient particulièrement à des familles actives et sportives, suffisamment disponibles pour lui permettre de se dépenser très régulièrement, et se joint volontiers à toute randonnée, balade à vélo, séance de course à pied... En revanche, il serait malheureux aux côtés de personnes plus sédentaires et/ou souvent absentes.

Comme chien de soutien psychologique

Le Petit Basset Griffon Vendéen peut tout à fait se distinguer dans le cadre de compétitions canines. Ses disciplines de prédilection sont celles qui font appel à sa grande énergie, comme l’agility, le flyball ou le rallye-O (rallye d’obéissance). Le pistage est également parfaitement adapté pour lui, et lui permet de mettre à l’épreuve son excellent odorat.

Comme chien policier

Le Petit Basset Griffon Vendéen est doté d’un excellent odorat, et celui-ci est parfois mobilisé par des services de gendarmerie ou de police dans le cadre de recherche de personnes disparues.

Comme pour toute race de chien, le prix d’un chiot Petit Basset Griffon Vendéen peut varier sensiblement d’un individu à l’autre en fonction de la lignée dont il est issu, de la renommée de l’élevage ou encore des qualités physiques qui lui sont propres (et qui déterminent notamment sa plus ou moins grande conformité au standard).

En France, Belgique et Suisse

En France, pays d’origine du Petit Basset Griffon Vendéen, il faut débourser en moyenne entre 500 et 600 euros pour acquérir un chiot.

 

En Belgique, l’ordre de grandeur est équivalent.

Au Canada

Le Petit Basset Griffon Vendéen est très peu représenté au Canada, où les éleveurs ne sont guère plus d’une poignée à l’échelle de l’ensemble du pays. Adopter un chiot de cette race peut donc s’avérer bien difficile.

 

Une solution peut consister à se tourner vers les États-Unis, où les éleveurs sont nettement plus nombreux. Ils proposent leurs petits à des prix très variés, allant globalement de 500 à 2000 dollars américains. Si c’est cette option qui est retenue, il convient de bien prendre connaissance des modalités administratives et financières qu’impliquent le fait d’importer un chien au Canada

Conseils pour l'adoption

Le prix d’un chiot est un paramètre auquel la plupart des adoptants accordent une grande importance.

 

Pour autant, il convient de garder en tête qu’il ne faut pas toujours chercher à aller au moins cher, car le risque est alors grand que les économies réalisées à court terme masquent des dépenses imprévues à moyen ou long terme. En effet, se tourner vers un éleveur de qualité implique certes de débourser davantage lors de l’achat du chiot, mais elle un précieux gage de qualité.

 

En premier lieu, cela assure qu’une sélection rigoureuse des reproducteurs a été effectuée, en fonction non seulement de leurs qualités physiques et conformité au standard, mais aussi de leurs antécédents ou tares de santé (un bon éleveur fait effectuer différents tests génétiques sur les individus qu’il envisage de faire se reproduire, et exclut ceux qui pourraient transmettre une maladie héréditaire à leurs petits), et enfin de leur caractère.

 

De plus, un éleveur sérieux veille à offrir aux parents et à leur progéniture un environnement propice à leur bon développement physique et psychologique.

 

Enfin, il ne lésine pas sur les moyens pour prendre soin de leur santé.

 

Pour toutes ces raisons, payer un peu plus à l’achat de son chiot pour choisir un élevage de qualité s’avère souvent être un bon investissement sur la durée, car cela permet d’optimiser ses chances d’adopter un animal à la fois en parfaite santé et bien dans ses pattes ainsi que dans sa tête. Ce faisant, on s’épargne potentiellement par la suite d’importants frais vétérinaires et/ou séances avec un comportementaliste canin.

 

En tout état de cause, il faut garder en tête que les premières semaines de vie d’un chiot jouent un grand rôle dans son développement futur : le travail de l’éleveur au cours de cette période est donc crucial pour toutes les années à venir.

 

C’est d’ailleurs pour cela qu’il est important de ne pas acheter son animal à distance, mais qu’il faut au contraire prendre le temps de visiter l’élevage et rencontrer le chiot dans son environnement : cela permet de s’assurer que tous les voyants sont au vert. En plus de vérifier les conditions dans lesquelles il est né et a grandi, cela permet d’interagir avec lui de façon à identifier tout potentiel comportement douteux, et de s’assurer qu’a priori la compatibilité est au rendez-vous. Si cela est possible, il faut profiter pour voir également les parents. Cela permet de vérifier qu’ils sont en confiance avec l’humain ; plus largement, leur comportement dit souvent beaucoup sur la qualité de l’élevage. Si la visite n’est pas concluante et éveille des doutes, mieux vaut passer son chemin et se tourner vers un autre éleveur.

Trouvez un élevage de Petit Basset Griffon Vendéen près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Petit Basset Griffon Vendéen ou organiser une saillie entre Petits Bassets Griffons Vendéens ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Petit Basset Griffon Vendéen

Le mien à 11 ans. C'est un chien génial, un peu tétu certes, mais tellement affectueux et tellement intelligent. On l'adore et il nous le rend bien. J'aimerais avoir un chiot d'une portée si on lui trouvait une femelle, mais peut être est il trop vieux ?

   
Par pierre

Nous avons adopté choupette il y a 2 ans à la SPA de brignais et elle a 4 ans, elle est adorable et rigolote, il ne lui manque que la parole et elle a un regard d'une étonnante intelligence. Nous aimerions trouver un gentil male pour une portée, pour son équilibre et aussi pour garder un petit de notre choupette!

0    0
Par marano

c'est un chien qui a maintenant huit ans que j'ai récupére à la spa, et qui est tout simplement excellent

0    0
Par bertrand

Nous avons Buzzie depuis 2 ans et demie, tout simplement géniale mais tétue ce qui fait tout son charme. Un chien qui aime la famille et les enfants, joueur bref nous l' adorons. Nous ne l' avons confirmer au LOF donc nous ne savons pas si trouverions un male juste pour qu'elle ai une portée pour sa santé personnelle.

0    0
Par mim13

nous avons perdu la notre en octobre 2008.Elle allait avoir 16 ans.Un chien extra qui nous a marqué ,tous ,parents et enfants.Elle nous a donné un amour énorme et vivre avec elle fut un bonheur de chaque instant.Quel vide sans elle .Mais surtout que cette race ne soit pas trop connue ,je ne voudrais pas qu'on surproduise comme certaines autres races et qu'elle soit modifiée.

0    0
Par lise

nous venons de perdre le notre! c etait un croissement mais il est notre amour! tres tres gentil! un amour!! nous sommes a la recherche d un nouveau chiot ! mais dans la marne je ne trouve pas d elevage!
ni meme des personnes particulier!
nous le voulons chiot pour eduquer a notre façon et lui donner tout notre amour

0    0
Par marie line

oui jaime bien la mienne jai ete la chercher a la s p a en 99 ca lui fait 10 cette annee elle est super gentille

0    0
Par cervera