Lagotto Romagnolo

Lagotto Romagnolo

Autres noms : Chien d'Eau Romagnol
Groupe : Chien rapporteur de gibier - Chien leveur de gibier - Chien d’eau
Standard : Standard FCI N°298

Partager
 Envoyer cette page à un ami

Qualités du Lagotto Romagnolo

Tempérament du Lagotto Romagnolo

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Lagotto Romagnolo au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Lagotto Romagnolo

Espérance de vie
13 ans
Poids de la femelle
De 11 à 14 kilos
Poids du mâle
De 13 à 16 kilos
Taille de la femelle
De 41 à 46 cm
Taille du mâle
De 43 à 48 cm

Le Lagotto Romagnolo : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Lagotto Romagnolo

Du chasseur au chercheur de truffes

Le Lagotto Romagnolo, ou Chien d’Eau Romagnol, descend de chiens italiens destinés au rapport de gibiers dans l’eau. D’ailleurs, son nom signifie en italien « chien des lacs de la Romagne », ce qui traduit très bien son usage initial, ainsi que la région du nord de l’Italie de laquelle vit vient, la Romagne.

 

Il fut utilisé au moins à partir de la Renaissance italienne pour cette tâche, notamment dans les marais et lagunes présents dans sa région natale. En plus de tenir compagnie à ses maîtres et de surveiller leurs maisons, il n’avait pas son pareil pour aller récupérer les canards tués et gisant dans l’eau. Il est donc en quelque sorte l’équivalent italien du Chien d’Eau Espagnol, ou encore de l’Épagneul d’Eau Irlandais. D’ailleurs, bon nombre de spécialistes avancent que le Lagotto Romagnolo est la plus ancienne des races de chiens rapporteurs de gibier et qu’il est l’ancêtre lointain de bon nombre de races plus récentes, comme le Golden Retriever, le Chien d’Eau Portugais ou encore le Caniche. Ce serait aussi l’une des races de chien italiennes les plus anciennes.

 

La première trace d’un animal qui lui ressemble date du 15ème siècle, et plus précisément de 1474, sur une fresque nommée Parete dell’Incontro, peinte par l’italien Andrea Mantegna. Il fut également décrit par le philosophe Erasme (1466 – 1536) et apparut dans quelques œuvres du graveur Marcantonio Raimondi (1480 – 1534).

 

Plus tard, au cours du 18ème siècle, le célèbre naturaliste Carl von Linné (1707-1778) décrivit un chien d’eau méditerranéen ressemblant fortement au Chien d’Eau Romagnol.

 

Vers la fin du 19ème siècle, une grande partie des marais de la région fut asséchée pour servir de terre cultivable, si bien que le Lagotto Romagnolo se retrouva sans travail. Les agriculteurs et autres propriétaires terriens lui découvrirent toutefois très vite un grand talent pour rechercher les truffes, ces champignons très prisés dans le monde de la gastronomie. En effet, l’excellent odorat de ce chien, allié à son épais pelage le protégeant des branches, ronces et autres herbes, le rendaient très performant. Ce changement d’usage impliqua d’ailleurs certaines modifications des traits de la race : son instinct primitif de chasseur faiblit progressivement, tandis qu’il développa une concentration à toute épreuve fort utile pour la recherche de truffes. Ces deux évolutions se conjuguaient pour faire en sorte qu’il ne se laissait en rien distraire par le gibier lorsqu’il travaillait.

 

Cependant, le nombre de personnes se consacrant à la recherche de truffes était bien moins élevé que celui de ceux qui pratiquaient la chasse. Aussi, la population de la race diminua de façon drastique, si bien qu’au milieu du 20ème siècle, on ne comptait plus qu’une poignée de Lagotti. De plus, les chercheurs de truffes ne s’intéressaient pas vraiment au développement d’une race à part entière : tant que le chien était performant pour effectuer sa tâche, cela leur convenait. De ce fait, un certain relâchement se manifesta au début du 20ème siècle concernant la sélection de ce chien, et divers croisements non réfléchis avec d’autres races furent entrepris.

Le sauvetage et la diffusion de la race au cours du 20ème siècle

Dans les années 70, certains pensaient que le Lagotto Romagnolo avait totalement disparu. Il en restait toutefois quelques-uns en Italie, que des éleveurs passionnés prirent des mesures importantes pour préserver. Le groupe était dirigé par Quintino Toschi, un éleveur et juge à l’Ente Nazionale della Cinofilia Italiana (ENCI), l’organisme canin de référence dans le pays. Avec le soutien du vétérinaire Antonio Marsiano et d’un autre amoureux du Lagotto, Lodovico Babini, un programme de sélection fut mis au point de façon à sauver ce chien de l’extinction qui le guettait alors. En 1988, ils fondèrent un club de race, le Club Italiano Lagotto, et fournirent un important travail pour permettre à cette dernière de se développer de nouveau dans de bonnes conditions.

 

Le travail fourni par ce groupe fut un succès, et permit notamment au Chien d’Eau Romagnol d’être reconnue par l’ENCI en 1992. 

 

Il commença alors à se faire connaître et à se diffuser à l’étranger, notamment en Europe (France, Suisse, Allemagne, Finlande, Grande-Bretagne…), mais également bien plus loin, comme en Australie et aux États-Unis. Bien que dans certains de ces pays, les truffes ne soient pas aussi abondantes qu’en Romagne, le Lagotto trouva sa place auprès de familles en tant que chien de garde et de compagnie. Il est également possible de le croiser – de façon néanmoins bien plus rare – dans les cours d’eau, en tant que rapporteur de gibier.

 

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) reconnut la race de manière provisoire en 1995. Dix ans plus tard, en 2005, il lui accorda sa reconnaissance pleine et entière.

 

Devant une expansion qui devint mondiale, l’Unione Mondiale dei Club Lagotto Romagnolo (Union Mondiale des Clubs du Lagotto Romagnolo) vit le jour en 1997. Présidée par le docteur Giovanni Morsiani, elle permit de conserver les traits originels de la race et de coordonner des programmes d’élevage de qualité un peu partout dans le monde.

 

C’est d’ailleurs cette même année qu’un club de race fut fondé aux Etats-Unis, le Lagotto Club of America.

 

L’American Kennel Club (AKC) accepta en 2001 d’enregistrer le Lagotto au sein de son Foundation Stock Service, préalable avant une reconnaissance complète qui survint en 2015. L’autre organisme de référence aux États-Unis, le United Kennel Club (UKC), la reconnut pour sa part en 2006.

 

Du côté du Canada, le Lagotto Romagnolo fit son entrée en 1999. Le premier sujet importé dans le pays provenait d’un célèbre élevage italien nommé Farnie. La même année, un tout premier élevage fut créé en Alberta. D’autres suivirent notamment en 2000 et en 2004, respectivement en Ontario et en Nouvelle-Écosse. Même si ces élevages pionniers n’existent plus aujourd’hui, ils contribuèrent grandement à la diffusion de la race sur le territoire canadien. Elle fut reconnue en 2012 à titre provisoire par le Club Canin Canadien (CCC), puis de manière définitive en 2016.

 

Enfin, au Royaume-Uni, le Chien d’Eau Romagnol fut accepté par le prestigieux Kennel Club en 2000.

Après être passé tout près de la disparition il y a un demi-siècle, le Lagotto Romagnolo semble de nos jours tout aussi apprécié dans son pays d’origine qu’il ne le fut à certains moments de son histoire, et remporte même un succès croissant.

 

Ainsi, alors que le nombre d’enregistrements annuels auprès de l’Ente Nazionale della Cinofilia Italiana (ENCI) était de l’ordre de 1500 au début des années 2010, il atteignit les 2000 en 2014 et avoisinait même les 2500 à la fin de la décennie.

 

En France, le Chien d’Eau Romagnol a su conquérir rapidement les coeurs. Au tournant du 21ème siècle, le nombre d’individus enregistrés chaque année au LOF (Livre des Origines Français) se comptait sur les doigts d’une main. Au milieu des années 2000, il était déjà de l’ordre de la cinquantaine, puis explosa au point de dépasser les 300 à la fin de la décennie. Le succès du Lagotto ne se démentit pas au cours des années 2010, au contraire : elles s’achevèrent autour de 500 naissances par an.

 

Du côté de la Suisse, le Lagotto est également bien représenté. En effet, d’après les statistiques de la base de données officielle Amicus, il s’agissait en 2017 de la 28ème race la plus représentée dans le pays, avec environ 3500 sujets.

 

Il est en revanche nettement plus discret au Royaume-Uni, même s’il semble commencer à percer. Ainsi, des années 2000 au tout début de la décennie suivante, on ne comptait en moyenne guère plus de 20 à 30 naissances par an enregistrées auprès du Kennel Club. Ce chiffre atteignit toutefois la cinquantaine au milieu des années 2010, puis tripla en un laps de temps très court, au point de terminer la décennie à plus de 150 par an. 

 

Le Lagotto Romagnolo est également encore peu implanté aux États-Unis. Il figure vers le milieu du classement des races établi sur la base du nombre d’enregistrements annuels auprès de l’AKC, soit autour de la 100ème place.

 

Il n’en reste pas moins qu’il s’est diffusé un peu partout dans le monde au cours des dernières décennies, avec dans certains pays un succès qu’il n’aurait pas forcément été aisé d’imaginer. C’est le cas notamment en Australie, où les premiers enregistrements auprès de l’Australian National Kennel Council (ANKC) remontent à l’an 2000. À peine une quinzaine d’années plus tard, soit au milieu des années 2010, l’organisme comptabilisait déjà autour de 300 à 400 naissances annuelles.

Le Lagotto Romagnolo est un chien de taille petite à moyenne, solidement construit et disposant d’un profil plutôt carré. En effet, sa longueur doit être à peu près égale à sa hauteur au garrot. Il dégage une impression générale de robustesse et de force.

 

Son dos, droit et musclé, débouche sur un rein fort légèrement convexe. Le poitrail quant à lui est bien développé et atteint le niveau des coudes.

 

Sa queue est recouverte d’un poil laineux et raide. Elle n’est attachée ni trop haut, ni trop bas, et atteint le niveau des jarrets.

 

Ses pattes avant sont bien musclées et dotées d’une ossature fine mais robuste. Leurs pieds sont arrondis et compacts, avec des doigts bien serrés. Quant aux pattes arrière, elles sont très puissantes, tout en restant bien proportionnées. Les pieds sont un peu plus ovales que ceux de devant, avec des doigts légèrement moins arqués. Sur l’ensemble des pattes, les coussinets sont très résistants, les griffes bien courbées et solides.

 

Le crâne est assez large et légèrement convexe vu de profil. Quant au cou, il est fort, musclé et bien plus massif chez le mâle que chez la femelle.

 

Les oreilles sont de taille moyenne et ont une forme triangulaire, mais sont plutôt arrondies à leurs extrémités. Elles sont pendantes et atteignent le niveau des mâchoires du chien.

 

Les yeux sont ronds, grands et assez écartés l’un de l’autre. Leur couleur peut être ocre, marron foncé ou noisette. Ils donnent au Lagotto Romagnolo une expression très attentive et vive.

 

Le museau est assez large et légèrement plus court que le crâne. Il se termine par une truffe qui peut aller de la couleur chair au brun foncé est assez grande et pourvue de larges narines.

 

Les lèvres sont plutôt fines et couvertes de longues moustaches quelque peu hérissées. Elles recouvrent des mâchoires puissantes et articulées en ciseaux.

 

La peau est plutôt fine et pigmentée. Elle va du marron très clair au marron foncé, en fonction de la couleur du pelage.

 


Ce dernier se compose en premier lieu d’une couche de sous-poil très résistante à l’eau. Elle est recouverte par un poil de couverture à la texture laineuse, très dense et bouclé. Ses petites boucles serrées donnent l’impression que ce chien est ébouriffé sur tout son corps. Elles sont un peu moins serrées au niveau de sa tête et y laissent apparaître une barbe, une moustache et des sourcils bien fournis.

 

Le pelage peut être de couleur blanc cassé unicolore, blanc avec des reflets marron ou orange, rouan-orange, rouan-marron, ou complètement marron (dans n’importe quelle nuance de cette couleur). Les marques feu dans toutes leurs nuances sont également admises, quelle que soit la couleur de robe du chien.

 

Il convient en tout cas de préciser que le pelage du Lagotto Romagnolo met un certain temps avant d’avoir son apparence si caractéristique, puisqu’il faut attendre l’âge de 2 à 3 ans. En effet, ses boucles ne se forment que très progressivement ; quand il n’est encore qu’un chiot, sa fourrure est très douce.

 

Enfin, la race se caractérise par un certain dimorphisme sexuel. Au-delà du fait qu’il présente un cou plus massif que la femelle, le mâle se montre généralement plus grand et massif que cette dernière.

Standard FCI N°298 (13.07.2005)


TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet.


ORIGINE : Italie.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 06.07.2005.


UTILISATION : Chien truffier.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 8 - Chiens rapporteurs de gibier, chiens leveurs de gibier et chiens d'eau.

Section 3 - Chiens d'eau.

Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Chien de taille moyenne à petite, bien proportionné, puissant dans sa construction, d'un aspect rustique, au poil dense et frisé, de texture laineuse.

PROPORTIONS IMPORTANTES : La longueur de la tête représente 40% de la hauteur au garrot. Le chien est presqu'aussi haut que long. La longueur du crâne doit être supérieure à la moitié de la longueur totale de la tête. La longueur du museau est inférieure de 2/10 à celle du crâne (44% contre 56%). La hauteur de la poitrine est inférieure à la moitié de la hauteur au garrot (environ 44%).

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Son don naturel pour la recherche et son nez très fin font de ce chien un chien truffier efficace. Son instinct de chasse ayant disparu, il n'est pas distrait au travail par l'odeur du gibier.

Le Lagotto est docile, peu exigeant, éveillé, affectueux, très attaché à son maître et facile à éduquer. C'est en outre un très bon chien de compagnie, capable de donner l'alarme.

TETE :


Vue de dessus, elle est modérément forte et de forme trapézoïdale; les axes supérieurs du crâne et du chanfrein sont légèrement divergents.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Il est large au niveau des zygomatiques et sa longueur est égale à sa largeur. Vu de profil, du stop à l'occiput, le crâne est plus long que le museau. Légèrement convexe, il tend à s'aplatir à l'occiput. Les saillies des os frontaux sont bien développées, les arcades sourcilières sont marquées, la crête occipitale est courte et pas très développée, les fosses supraorbitales (salières) sont discrètes.

- Stop : Pas trop marqué.

REGION FACIALE :

- Truffe : Volumineuse avec narines largement ouvertes et ailes mobiles. La rainure verticale est fortement marquée. Vue de profil, la truffe prolonge le chanfrein au même niveau et dépasse très légèrement le plan antérieur des lèvres. La couleur, assortie à celle de la robe, va de marron clair à marron foncé.

- Museau : Assez large, un peu plus court que le crâne (rapport crâne : museau = 56 :44), sa hauteur n'est que très légèrement inférieure à la longueur. Il est légèrement en forme de coin et son bout tronqué est modérément plat. Vu de profil, le chanfrein est droit.

- Lèvres : Pas trop épaisses, plutôt tendues, de sorte que le profil inférieur du museau est déterminé par la mandibule. Elles sont couvertes d'un poil long et assez hérissé formant moustache. Vues de face, les lèvres forment un large demi-cercle. La couleur des bords des lèvres va de marron clair à marron foncé.

- Mâchoires/dents : Les mâchoires sont fortes avec des branches presque droites et un corps mandibulaire relativement fort. Articulé en ciseaux ou en pinces complet; dents blanches et bien développées. Prognathisme inférieur léger toléré.

- Joues : Plates. Léger prognathisme inférieur toléré.

- Yeux : Plutôt grands, arrondis, remplissant bien les orbites, bien séparés. La couleur de l'iris va d'une teinte ocre à noisette et marron foncé selon la couleur de la robe. Les paupières épousent bien la forme du globe oculaire; la couleur du bord des paupières va de marron clair à marron foncé. Les cils sont très bien développés. Le regard est attentif, l'expression est éveillée et vive.

- Oreilles : De grandeur moyenne par rapport à la tête, triangulaires, avec l'extrémité arrondie; leur attache est assez large et placée juste au-dessus de l'arcade zygomatique. Au repos elles sont pendantes et légèrement relevées quand le chien est en éveil; passées par dessus le museau, elles doivent atteindre un quart de sa longueur. Sur les oreilles, les boucles tendent à être moins serrées, mais le poil reste très ondulé. Il n'y a pas de poil court aux oreilles. La face interne du pavillon de l'oreille est aussi couverte de poil.

COU :


Fort, musclé, sec, de coupe transversale ovale; encolure bien dégagée et sans trace de fanon. La ligne du dessus est légèrement galbée. Chez les mâles, le périmètre du cou peut atteindre le double de sa longueur. La longueur du cou est légèrement inférieure à la longueur totale de la tête.

CORPS :


Ramassé, fort, d'une longueur qui correspond à la hauteur au garrot.

- Ligne du dessus : Droite du garrot à la croupe.

- Garrot : Plus haut que la croupe : les sommets des omoplates ne sont pas trop serrés, mais bien sortis et s'étendent bien en arrière.

- Dos : Droit, très musclé.

- Rein : Court, très solide, vu de profil légèrement voussé; sa largeur est égale ou dépasse sa longueur.

- Croupe : Longue, large, musclée, légèrement inclinée (l'inclinaison du coxal est de 25° à 30°).

- Poitrine : Bien développée, elle descend jusqu'au coude; bien qu'assez étroite dans sa partie antérieure, elle s'élargit vers l'arrière à partir de la sixième côte.

- Ligne du dessous et ventre : La section sternale forme une ligne droite et longue qui ensuite ne se relève que légèrement vers l'arrière.

QUEUE :


Attachée à hauteur moyenne, elle va en s'amenuisant vers son extrémité; en longueur elle doit juste atteindre le jarret. Au repos, elle est portée en forme de sabre; en éveil elle est portée nettement plus haut; au travail et en état d'excitation elle peut être portée sur le dos, mais ne doit jamais être enroulée.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

- Généralités : Vus de face et de profil, verticaux.

- Epaules : Omoplates longues (30% de la hauteur au garrot), bien obliques (52° à 55°), musclées, fortes et bien attachées contre la paroi thoracique, tout en restant dégagées dans leurs mouvements. L'angle scapulo-huméral varie entre 110° et 115°.

- Bras : Musclés, d'une ossature fine, de même longueur que l'omoplate; leur inclinaison sur l'horizontale est de 58° à 60°.

- Coudes : Bien au corps, mais pas serrés contre la cage thoracique; ils sont recouverts d'une peau fine. Comme les bras ils sont parallèles au plan sagittal du corps; la pointe du coude est placée sur une verticale tirée de l'angle postérieur de l'omoplate au sol.

- Avant-bras : Parfaitement vertical, long (36% de la hauteur au garrot), avec une ossature compacte et solide de coupe ovale.

- Carpe : Vu de face, dans la prolongation verticale de l'avant-bras, fin, solide et souple; l'os pisiforme est nettement en saillie.

- Métacarpe : Plutôt moins épais et d'une ossature plus fine en comparaison de l'avant-bras; mobile; vu de profil, il forme un angle de 75° à 80° avec le sol.

- Pieds antérieurs : Légèrement arrondis, compacts, avec des doigts serrés et cambrés; les ongles sont forts et courbés; les coussinets sont bien pigmentés; les membranes interdigitales sont très bien développées.

MEMBRES POSTERIEURS :

- Généralités : D'aplomb, puissants, bien proportionnés à la taille du chien.

- Cuisses : Longues (35% de la hauteur au garrot), avec des muscles bien apparents, nettement détachés. L'axe du fémur présente une inclinaison de 80° sur l'horizontale. L'angle coxo-fémoral varie entre 105° et 110°. Les cuisses sont parallèles au plan médian du chien.

- Grassets : L'angle du grasset varie de 130° à 150°.

- Jambes : Légèrement plus longues que la cuisse (36% de la hauteur au garrot), avec une bonne ossature et bien musclées. Les creux du jarret sont marqués. L'inclinaison de la jambe sur l'horizontale est de 50° à 55°.

- Jarrets : Larges, épais, secs, avec des contours osseux nettement dessinés; parallèles au plan médian du corps. L'angle du jarret (métatarso-tibial) est d'environ 140°.

- Métatarses : Fins, cylindriques, perpendiculaires au sol.

- Pieds postérieurs : De forme un peu plus ovale que les antérieurs, les doigts étant un peu moins cambrés.

ALLURES :


Pas régulier, trot énergique et vif, galop par périodes brèves.

PEAU :


Bien appliquées sur tout le corps, sans plis, fine, avec des tissus souscutanés peu abondants. La pigmentation des muqueuses et des coussinets va de marron clair à marron très foncé.

ROBE :


POIL : De texture laineuse, quelque peu rêche en surface, formant des boucles en anneaux très serrés qui laissent entrevoir le sous-poil. Les boucles doivent être également réparties sur tout le corps à part sur la tête, où les boucles sont moins serrées et forment des sourcils, des moustaches et une barbe abondante. Même les joues sont couvertes d'un poil épais. Le poil de couverture et spécialement le sous-poil sont imperméables. Si le poil n'est pas tondu, il a tendance à se feutrer; pour cette raison il faut procéder au moins une fois par an à une tonte complète. Le poil et le sous-poil feutrés doivent être enlevés périodiquement.

COULEUR : Blanc cassé unicolore, blanc marqué de marron ou d'orange, rouan-marron, marron unicolore (dans ses différentes nuances), orange unicolore. Certains chiens présentent un masque marron ou brun foncé.

TAILLE ET POIDS :


Hauteur au garrot :

Pour les mâles : 43 à 48 cm (taille idéale 46 cm),

pour les femelles : 41 à 46 cm (taille idéale 43 cm).

Tolérance de 1 cm en plus ou en moins.

Poids :

Pour les mâles: 13 à 16 kg,

pour les femelles : 11 à 14 kg.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

- Axes du crâne et du chanfrein convergents.

- Truffe marquée de ladre.

- Chanfrein concave.

- Prognathisme inférieur prononcé.

- Strabisme.

- Queue amputée.

- Ergots.

- Poil pas bouclé, poil tondu ras.

- Robe noire ou marquée de noir.

- Taille dépassant ou n'atteignant pas les normes indiquées dans le standard.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Truffe complètement dépigmentée.

- Prognathisme supérieur.

- Oeil vairon.

- Poil cordé.



Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Lagotto Romagnolo est intelligent et vif, mais également proche de sa famille, en compagnie de qui il apprécie d’être.

 

C’est notamment le cas avec les plus jeunes, ce qui en fait un très bon choix de race de chien pour des enfants. Sa grande énergie lui permet de passer des heures à jouer avec eux sans se fatiguer. Toutefois, comme avec n’importe lequel de ses congénères, il ne doit jamais être laissé seul avec un tout-petit, sans la moindre surveillance d’un adulte. C’est d’autant plus vrai qu’il dispose d’une énergie relativement élevée et pourrait par exemple bousculer voire renverser involontairement son jeune compagnon.

 

Le Lagotto Romagnolo s’accorde également très bien avec les autres chiens, qu’il s’agisse de vivre sous le même toit ou tout simplement d’en croiser au cours d’une promenade. Ayant en grande partie perdu l’instinct de chasse très prononcé dont il était doté il y a quelques siècles, il peut également entretenir de bonnes relations avec d’autres animaux tels que les chats, les rongeurs ou encore les oiseaux. S’il doit partager son foyer avec l’un d’eux, la cohabitation est d’autant plus facile qu’elle se met en place dès son arrivée à la maison. En tout état de cause, il est important de bien le socialiser dès son plus jeune âge et de l’habituer à rencontrer des représentants d’autres espèces : il sera d’autant moins enclin à les poursuivre tout au long de sa vie. En tout état de cause, s’il n’est pas convenablement socialisé et que son instinct de chasseur tend à prendre le dessus, ou bien qu’il ne répond pas parfaitement au rappel, il peut être préférable d’effectuer les promenades en laisse plutôt qu’en liberté.

 

Le sens de l’odorat n’est pas le seul qui est très aiguisé chez ce chien. En effet, il possède également une ouïe excellente, ce qui lui permet d’entendre de loin n’importe quelle personne qui s’approche de chez lui. Aussi, il remplit totalement le rôle de chien d’alerte, aboyant et prévenant son propriétaire dès qu’une personnes inconnue s’approche de chez lui. En revanche, son rôle s’arrête là : comme il n’est pas du genre à se montrer menaçant ou impressionnant, ce n’est pas vraiment un bon gardien.

 

Le Lagotto Romagnolo a d’ailleurs tendance à établir dans un premier temps une certaine distance avec les étrangers, même s’ils sont conviés par son maître et que les présentations sont faites dans les formes : il peut mettre un moment avant d’accorder sa confiance. Néanmoins, dès lors qu’il est bien socialisé et éduqué, il finit par s’habituer à leur présence et se montre très amical à leur encontre. D’ailleurs, certains représentants de la race sont suffisamment ouverts pour être utilisés comme chiens de soutien psychologique, visitant les hôpitaux, les écoles ou encore les prisons, et apportant du réconfort partout où ils passent.

 

Pour accepter de nouvelles têtes, encore faut-il qu’il soit bien dans la sienne – ainsi que dans ses pattes. Pour cela, il doit pouvoir se dépenser physiquement au moins une heure tous les jours, par exemple à travers des promenades, des jeux, des puzzles, ou encore via la pratique d’un sport canin comme l’agility ou le flyball. Ses aptitudes physiques et son endurance lui permettent aussi d’accompagner avec joie des maîtres sportifs en jogging, en VTT ou encore en randonnée. Il peut néanmoins s’accorder également avec des personnes retraitées, dès lors qu’elles restent assez actives et sont en mesure de le sortir suffisamment tous les jours. Quoi qu’il en soit, sachant qu’il a tendance à facilement se lasser, il est bon de lui proposer des activités variées et de changer régulièrement de lieux de promenades.

 

La nage est également une excellente manière de lui permettre de se dépenser. En effet, les siècles passés à être utilisé comme rapporteur de gibier d’eau expliquent que ce soit un chien qui aime l’eau. Il adore nager, et apprécie chaque moment passé dans un lac ou une rivière. L’un de ses jeux préférés consiste d’ailleurs à aller chercher puis rapporter des objets lancés dans l’eau par son maître.

 

S’il n’a pas suffisamment l’occasion de se dépenser et s’ennuie, ou bien qu’il souffre d’un manque d’attention de la part de ses maîtres (soit qu’ils sont absents trop souvent et trop longtemps, soit qu’ils le délaissent), le Chien d’Eau Romagnol a de grandes chances de développer un certain nombre de comportements indésirables. Il risque en particulier de se mettre à aboyer de façon intempestive et devenir excessivement bruyant. S’il a accès à un jardin, il peut se mettre à creuser des trous pour rechercher des objets ou de la nourriture sous la terre. Dégrader des objets ou voler de la nourriture sont également dans son registre. Tous ces comportements sont le signe d’un mal-être psychologique qu’il est important de soigner, et dont le maître est souvent lui-même responsable.

 

Au contraire, dès lors que ses besoins d’attention et d’activité physique sont respectés, le Chien d’Eau Romagnol est un compagnon de vie très affectueux, qui ne manque pas d’apprécier les moments plus câlins et qui se montre très calme.

 

D’ailleurs, à partir du moment où il bénéficie de suffisamment de sorties et d’activités, il peut totalement s’adapter à une vie citadine et en appartement, même si le cadre idéal pour lui reste une maison avec accès à un jardin. Toutefois, il ne saurait le cas échéant être question de le reléguer au fond de ce dernier, par exemple dans une niche : il ne le supporterait guère, et des symptômes d’anxiété de séparation auraient de grandes chances d’apparaître.

 

Enfin, il convient de souligner que la femelle Lagotto Romagnolo atteint sa maturité psychologique bien avant le mâle.

Le Lagatto Romagnolo est intelligent et dévoué : très désireux de plaire, il a à cœur de comprendre ce que souhaite son propriétaire, et de répondre aux attentes de ce dernier. Cela en fait un chien facile à éduquer et adapté même à un débutant.

 

Les personnes plus aguerries peuvent aller très loin dans son éducation, car il fut sélectionné pour comprendre rapidement des commandes complexes. Ce n’est pas un hasard si on le voit d’ailleurs souvent briller lors des compétitions d’obéissance.

 

Cela dit, la pratique dans laquelle il est le plus à même d’exceller est bien sûr la recherche de truffes, qui lui permet d’exploiter son odorat très développé. Il n’est nul besoin pour cela de déployer de grands efforts, car il est très aisé de former un chien truffier - dès lors qu’on sait comment s’y prendre.

 

Quelle que soit sa future mission, il est préférable de baser l’éducation du Lagotto Romagnolo sur des exercices ludiques et variés. En effet, son intelligence et sa vivacité d’esprit font qu’il pourrait rapidement s’ennuyer si les séances sont répétitives. Il faut veiller également à ne pas opter pour des méthodes trop strictes à son goût ; mieux vaut miser sur le renforcement positif, qui le motive à apprendre et facilite d’autant les choses.

 

Quoi qu’il en soit, le fait qu’il se montre docile et obéissant ne dispense pas d’être au clair sur les règles de la maison, et de les lui enseigner rapidement. Comme pour tout chien, il faut donc décider d’emblée ce qu’il peut faire et ce qui lui est interdit, puis tâcher de s’y tenir par la suite, c’est-à-dire faire preuve de constance dans le temps. Cette dernière doit également être à l’œuvre d’un membre à l’autre de la famille : tous doivent faire respecter les mêmes règles, de manière uniforme. Si ces conditions ne sont pas respectées, il a de grandes chances d’être déboussolé, d’avoir du mal à comprendre ce que l’on attend de lui, ce qui est admis ou non.

 

C’est d’autant plus vrai que le Lagotto Romagnolo est assez enclin à développer un certain nombre de mauvaises habitudes si on ne l’en empêche pas. En particulier, il peut se mettre à aboyer de manière intempestive et sans raison. Pour éviter ce genre de comportements pénibles pour sa famille mais aussi potentiellement pour les voisins, il est important de lui apprendre dès son plus jeune âge à aboyer seulement lorsque cela s’avère utile, c’est-à-dire notamment lorsqu’une personne inconnue s’approche du domicile.

 

Par ailleurs, ses talents comme chercheur de truffes ont pour revers de la médaille qu’il a une forte propension à creuser des trous dans le jardin. Il n’est pas forcément très réaliste d’espérer supprimer totalement ce comportement, qui est profondément inscrit dans ses gènes. En revanche, il est possible de canaliser ce dernier, en délimitant un espace dans lequel il peut s’en donner à cœur joie (voire d’acheter un bac à sable spécialement destiné à cet usage), et en lui apprenant à ne pas creuser en dehors.

 

Enfin, comme toutes les races, le Lagotto Romagnolo doit bénéficier durant toute sa jeunesse d’une socialisation permettant d’en faire un adulte équilibré et serein en toute circonstance. Elle doit notamment lui permettre de rencontrer tous types d’humains, afin qu’il s’habitue à la présence de personnes inconnues, lui qui peut avoir tendance à se montrer timide et distant à leur égard. Au-delà, cette période cruciale doit également lui permettre de rencontrer un maximum de congénères et de représentants d’autres espèces, d’évoluer dans des environnements variés et de se retrouver dans tous types de situations, afin qu’il s’habitue à être confronté à de nouvelles choses sans stresser.

Le Lagotto Romagnolo est un chien globalement résistant : lorsqu’il ne connaît pas de problème de santé majeur, il peut tout à fait vivre jusqu’à ses 17 ans, ce qui est sensiblement au-dessus de la moyenne de ses congénères ayant un tel gabarit.

 

En outre, son épais pelage le protège non seulement de l’eau et de l’humidité, mais aussi du froid. Il peut donc très bien vivre dans des climats sensiblement moins accommodants que celui de son Italie natale. Par ailleurs, ses origines expliquent qu’il ne se montre pas particulièrement sensible aux températures élevées.

 

Malgré sa bonne santé générale, il est comme toutes les races, particulièrement susceptible de contracter certaines maladies. En l’occurrence, il s’agit de :

  • la dysplasie de la hanche, une maladie dont l’apparition peut être favorisée par une prédisposition héréditaire, qui touche plus particulièrement les chiens de moyenne à grande taille. Il s’agit d’une conformation anormale de l’articulation de la hanche, qui peut provoquer des douleurs, des boiteries, ainsi qu’une certaine difficulté à se déplacer. Elle favorise en outre la formation d’arthrose lorsque l’animal vieillit. Si le problème est pris à temps, certaines opérations chirurgicales permettent de retarder les effets de la maladie ou d’en atténuer les symptômes ;
  • la dysplasie du coude, un problème de développement de l’articulation du coude provoquant des douleurs voire des boiteries. Avec l’âge, elle conduit aussi au développement d’arthrose. Comme celle de la hanche, une prédisposition héréditaire peut augmenter la probabilité qu’elle se manifeste. Il est possible d’en limiter les conséquences grâce à une intervention chirurgicale, à effectuer le plus tôt possible ;
  • l’épilepsie juvénile, une maladie héréditaire du système nerveux caractérisée par des crises de convulsions, généralement observables à partir des 5 à 9 premières semaines du chiot. Dans la plupart des cas, les symptômes disparaissent d’eux-mêmes autour de l’âge de 4 mois, bien que certains chiens sujets porteurs de la maladie continuent de subir occasionnellement des épisodes de crises à l’âge adulte. Le gène qui en est à l’origine est particulièrement répandu chez le Lagotto Romagnolo : selon des données fournies par les laboratoires qui effectuent les tests permettant d’identifier la maladie (Optigen aux Etats-Unis, Mydogdna en Allemagne et Genoscoper en Finlande), 46% des représentants de la race testés en sont porteurs. Néanmoins, seulement 3% de la population totale souffre réellement des symptômes de la maladie ;
  • l’ataxie cérébelleuse, une maladie nerveuse d’origine héréditaire qui provoque des troubles de la coordination des mouvements. Chez certains sujets, elle est également source de problèmes de contracture involontaire des muscles. Il n’existe pas de traitement contre l’ataxie cérébelleuse, dont les symptômes vont en s’aggravant et conduisent à l’euthanasie du chien autour de deux ans après leur apparition ; 
  • l’abiotrophie cérébelleuse, une affection nerveuse qui peut avoir une origine héréditaire et qui est causée par une dégénérescence de certaines cellules du cerveau. Ses principaux symptômes sont des tremblements et des mouvements inadaptés, notamment face à un obstacle. Il n’existe aucun traitement contre cette maladie, mais elle n’entraîne pas de souffrance physique pour le chien. Toutefois, comme la situation empire progressivement, arrive un moment où le handicap est beaucoup trop lourd, si bien que l’euthanasie est alors préconisée ;
  • la dystrophie neuro-axonale, qui correspond à une accumulation de substances diverses dans les neurones. Elle est à l’origine notamment de tremblements de la tête, de troubles de l’équilibre voire de chutes. Ces symptômes apparaissent généralement dès le premier mois du chiot. Il n’existe pas de traitement contre cette maladie potentiellement héréditaire, qui débouche bien souvent sur l’euthanasie de l’animal ; 
  • la maladie du stockage lysosomal, un trouble neurologique héréditaire aboutissant bien souvent à l’euthanasie. Il est en effet à l’origine de mouvements non coordonnés et de pertes d’équilibre. D’après une étude publiée en 2015 dans la revue scientifique PLOS Genetics et intitulée « A Missense Change in the ATG4D Gene Links Aberrant Autophagy to a Neurodegenerative Vacuolar Storage Disease », environ 12% des Lagotti sont porteurs de la mutation génétique à l’origine de cette maladie. Il n’existe aucun traitement, et les choses ne vont qu’en s’aggravant ; de ce fait, un sujet touché meurt très jeune ou finit par devoir être euthanasié.
  • la cataracte, une maladie provoquant une perte progressive de la vision, à cause de l’opacification du cristallin. Parfois héréditaire et touchant majoritairement les individus âgés, elle peut être guérie grâce à une opération chirurgicale ;
  • les infections de l’oreille (otites, etc.), du fait de la forme pendante de ses oreilles.

 

En outre, le Lagotto Romagnolo présente également un risque d’embonpoint. Il ne doit pas être pris à la légère, car le surpoids peut entraîner divers problèmes de santé, mais aussi aggraver des pathologies déjà présentes chez l’animal touché.

 

Quoi qu’il en soit, nombre des maladies auxquelles la race est exposée sont ou peuvent être d’origine héréditaire. Par conséquent, la plus grande vigilance s’impose quant au choix d’un éleveur de Lagotto Romagnolo. Un professionnel digne de ce nom, en plus de veiller à faire bénéficier ses chiots d’une bonne socialisation dès leurs premières semaines, a à cœur de maximiser les chances qu’ils soient en bonne santé et le restent. Pour y parvenir, il veille à sélectionner scrupuleusement ses reproducteurs, en leur faisant passer différents tests génétiques pour éviter toute transmission à leurs descendants d’une éventuelle tare héréditaire. Il doit donc être en mesure de présenter les résultats desdits tests, qui peuvent aussi avoir été effectués sur les petits eux-mêmes. En outre, il doit fournir un certificat vétérinaire confirmant la bonne santé du chiot dont l’adoption est envisagée, ainsi que son carnet de santé ou de vaccination – ce dernier permet notamment de confirmer que l’animal a bien reçu les différents vaccins requis.

 

Une fois que ce dernier rejoint son nouveau foyer, il convient de se rappeler qu’un chien est particulièrement vulnérable tout au long de ses premiers mois. De ce fait, des activités physiques inadaptées (trop longues et/ou trop intenses) peuvent facilement entraîner des blessures, mais aussi nuire au bon développement de ses os et articulations – avec donc potentiellement des séquelles à vie. Aussi, mieux vaut attendre qu’il atteigne l’âge adulte pour l’emmener faire de longues promenades ou chercher des truffes pendant des heures, par exemple. C’est d’autant plus vrai que cette race est particulièrement prédisposée à certains problèmes articulaires (la dysplasie de la hanche et la dysplasie du coude).

 

Par la suite, ce n’est pas parce qu’il est adulte qu’il ne faut plus se préoccuper de sa santé. Tout au long de sa vie, il doit bénéficier comme n’importe quel chien d’un suivi rigoureux, à travers notamment une visite chez le vétérinaire une fois par an – et même encore plus régulièrement lorsqu’il vieillit. Cela permet au professionnel d’effectuer un bilan complet de sa santé, et parfois de déceler un problème qu’un œil moins averti comme celui du propriétaire ne pouvait pas – encore - identifier. C’est aussi le moment parfait pour effectuer les éventuels rappels de vaccins.

 

En plus des maladies contre lesquelles ces derniers le prémunissent, il convient également de veiller à ce qu’il reste protégé en permanence contre les parasites et les risques que ceux-ci impliquent. Il revient donc au propriétaire de renouveler tout au long de l’année les traitements antiparasitaires de son compagnon. C’est d’autant plus important pour les individus qui passent beaucoup de temps en extérieur.

Le Lagotto Romagnolo est couvert d’un pelage épais et bouclé qui a besoin d’un entretien plutôt conséquent.

 

En premier lieu, il est nécessaire de le brosser autour de deux fois par semaine, de façon à éviter la formation de nœuds. Plus le pelage est long, plus il est important d’en profiter alors pour l’examiner afin d’une part de retirer les saletés et autres herbes, et d’autre part de défaire les éventuels nœuds, en particulier vers les articulations : cela permet d’éviter des blessures ou irritations engendrées par des frottements. Il est bon également de prendre l’habitude d’examiner son pelage au retour de tout long moment dans un milieu humide ou pourvu d’une végétation très dense.

 

En revanche, il ne perd que peu de poils et ne connait pas de périodes de mue saisonnières. Si on ajoute à cela le fait qu’il bave peu, cela en fait un compagnon particulièrement apprécié des personnes très attachées à la propreté, mais également de celles souffrant d’allergie. On le présente donc souvent comme étant une race de chien hypoallergénique, mais il convient de rappeler qu’aucune ne l’est à 100% et que la quantité d’allergènes émise peut varier sensiblement d’un individu à l’autre, y compris au sein d’une même race. Rien ne remplace donc un essai en conditions réelles, consistant à passer quelques heures en compagnie de l’animal dont l’adoption est envisagée.

 

Concernant les bains, une fréquence mensuelle est appropriée pour garder le pelage du Lagotto Romagnolo propre, sans pour autant affecter sa capacité naturelle de résistance à l’eau et aux intempéries. Il faut toutefois veiller à utiliser systématiquement un shampoing doux spécialement conçu pour les chiens, sous peine d’abîmer sa peau, et de ne pas le sécher ou le brosser après le bain, au risque de dénaturer ses belles boucles. 

 

Par ailleurs, ses poils poussent vite et nécessitent une coupe régulière, à raison d’environ 3 à 4 fois par an. Cette dernière peut être effectuée par un toiletteur canin professionnel ou directement par son maître, si celui-ci sait faire.

 

Les oreilles du Chien d’Eau Romagnol nécessitent un entretien rigoureux, car leur forme pendante et les poils qui poussent autour d’elles en font un terreau fertile pour le développement d’infections causées par l’accumulation d’humidité et de saletés. Il est donc impératif de les examiner et les nettoyer chaque semaine, ainsi qu’après chaque longue sortie dans la nature. Ce dernier point est particulièrement important si l’animal a évolué dans un l’environnement humide ou s’est baigné, et il est alors important de bien les sécher. En outre, couper régulièrement les poils autour des oreilles est également recommandé pour éviter que de la cire et des saletés ne s’y installent.

 

Les yeux doivent aussi être vérifiés chaque semaine, et leurs contours nettoyés lorsqu’ils présentent des saletés. Les poils qui les entourent peuvent, en les touchant, favoriser le développement d’infections à ce niveau-là également. Si l’on ajoute à cela le fait qu’ils peuvent obstruer la vue du chien, on comprend aisément l’intérêt qu’il y a à les couper régulièrement.

 

Quant aux dents, elles doivent faire l’objet d’un brossage régulier de façon à éviter la formation de plaque dentaire, qui peut elle-même être à l’origine de nombreux problèmes bucco-dentaires. L’idéal est une fréquence quotidienne, et mieux vaut en tout état de cause ne pas le faire moins d’ une fois par semaine. Quoi qu’il advienne, il convient d’utiliser systématiquement un dentifrice destiné à la gent canine.

 

Les griffes du Chien d’Eau Romagnol sont généralement nettement moins exigeantes en termes d’entretien, en particulier s’il passe beaucoup de temps en extérieur : cela leur permet généralement d’être limées de façon naturelle. Cependant, il est bon de veiller à ce que ce soit effectivement le cas. En effet, si elles deviennent trop longues, elles peuvent le gêner le chien dans ses déplacements, et même lui faire très mal si elles se cassent. Dès lors qu’on les entend frotter sur le sol lorsqu’il marche sur des surfaces dures, c’est le signe qu’elles ont besoin d’être coupées manuellement.

 

Qu’il s’agisse du pelage, des oreilles, des yeux, des dents voire des griffes, l’entretien d’un Lagotto Romagnolo nécessite la maîtrise de nombreux gestes. S’ils ne sont pas forcément complexes, mieux vaut s’assurer de les effectuer correctement afin non seulement d’obtenir de bons résultats, mais aussi et surtout de ne pas risquer de faire mal à son compagnon – voire le blesser. La première fois, il peut donc être judicieux de prendre un rendez-vous avec le vétérinaire ou un toiletteur, afin d’apprendre auprès d’un professionnel la marche à suivre. Il est bon en tout cas d’habituer au plus tôt son animal à subir de telles manipulations, sans quoi les séances d’entretien pourraient s’avérer particulièrement désagréables pour lui.

Nourrir un Lagotto Romagnolo n’est pas particulièrement difficile : des aliments industriels équilibrés et de qualité font parfaitement l’affaire. Il convient toutefois de choisir des produits et de fixer des rations adaptés à son âge, son état de santé et son niveau d’activité physique.

 

Ce dernier peut varier sensiblement au cours de l’année, en particulier dans le cas d’un individu utilisé pour la recherche de truffes durant la saison hivernale. Il est alors nécessaire d’ajuster à la hausse la quantité d’aliments donnés chaque jour, afin qu’il bénéficie d’un apport énergétique suffisant et puisse travailler dans de bonnes conditions. À l’inverse, une fois la période en question achevée, les rations doivent être ramenées à leur niveau habituel, pour éviter qu’il ne souffre de problèmes d’embonpoint.

 

Lorsque le chien est jeune, les rations doivent être adaptées à la période de croissance dans laquelle il se trouve. Ceci est particulièrement important car une alimentation inadaptée pourrait nuire au bon développement physique de son chiot : si la nourriture est trop riche ou donnée en trop grandes quantités, il risquerait de grandir beaucoup trop vite, ce qui pourrait impliquer des soucis articulaires. Dans le cas contraire, une alimentation insuffisante pourrait entrainer des carences et problèmes de croissance.

 

C’est d’autant plus vrai que le Lagotto Romagnolo est facilement sujet à l’obésité. Il convient donc d’être attentif à l’évolution de son poids, et pour ce faire de le peser deux fois par mois. Dans le cas où un écart est constaté, qui se confirme voire s’amplifie lors des mesures suivantes, une visite chez le vétérinaire s’impose. En effet, seul un professionnel peut déterminer de manière fiable la cause de la prise de poids ; elle peut ne pas être liée à l’alimentation du chien ou à son niveau d’activité, mais par exemple à une maladie ou un traitement. Une fois l’origine du problème trouvée, il est à même d’indiquer comment y remédier et faire en sorte que l’animal retrouve son poids d’équilibre.

 

Quoi qu’il en soit, le fait que le Chien d’Eau Romagnol soit prédisposé à l’obésité implique qu’une certaine prudence est de mise concernant l’usage de friandises, quand bien même elles peuvent s’avérer très utiles - notamment dans le cadre de son éducation. L’idéal est d’opter pour des produits allégés, et de déduire leur apport calorique de sa ration quotidienne.

 

Cette propension à l’embonpoint justifie aussi d’autant plus de diviser sa ration journalière en plusieurs repas : même s’il est gourmand, il est moins susceptible de réclamer de la nourriture dès lors qu’il sait qu’un autre repas l’attend plus tard dans la journée.

 

Enfin, comme tout chien, le Lagotto Romagnolo doit avoir en permanence à sa disposition une gamelle d’eau propre et fraîche.

À l’origine, le Lagotto Romagnolo était employé – et sélectionné - pour rapporter le gibier tombé dans l’eau. Cette sélection explique d’ailleurs son pelage particulièrement étanche et son goût très prononcé pour la nage.

 

Depuis la fin du 19ème siècle, suite à l’assèchement de nombreux marais de sa Romagne natale, il se dédie corps et âme à la recherche de truffes. C’est d’ailleurs aujourd’hui la seule race de chien à être élevée spécifiquement pour cette tâche. Son odorat très développé et sa propension innée à ’effectuer des recherches en creusant des trous en font un véritable expert en la matière.

 

C’est également de nos jours un excellent chien de compagnie, qui se montre sociable et facile à éduquer. Il est adapté pour des débutants et convient particulièrement aux familles, notamment celles se montrant plutôt actives. Il a particulièrement la cote auprès des personnes souffrant d’allergie aux chiens, du fait qu’il ne perd que peu de poils et ne diffuse qu’une quantité restreinte de protéines allergènes. Aucun chien ne peut néanmoins être considéré comme hypoallergénique à 100%, si bien que la compatibilité ne peut être assurée : rien ne remplace une période de test de plusieurs heures aux côtés de l’individu dont l’adoption est envisagée.

 

Très éveillé, le Lagotto Romagnolo est aussi est également un excellent chien d’alerte qui n’hésite pas à aboyer dès lors qu’une personne inconnue s’approche de son domicile. En revanche, il ne peut pas vraiment occuper le rôle de gardien, faute de se montrer agressif ou menaçant face à des inconnus ; il risquerait fort de ne pas les rebuter.

 

Par ailleurs, son excellent odorat fait évidemment des merveilles dans les compétitions de pistage, et bien évidemment de cavage. Il peut également se distinguer dans les sports canins mettant en exergue sa grande énergie et son intelligence, comme l’agility, le flyball ou encore l’obéissance.

 

Enfin, du fait de son tempérament amical et toujours égal, il est parfois utilisé comme chien de thérapie, par exemple dans les hôpitaux, les écoles ou les prisons.

En France et en Belgique, le prix d’un chiot Lagotto Romagnolo s’échelonne de 800 à 1500 euros, et la moyenne est d’environ 1100 euros.

 

Dans son pays d’origine, l’Italie, il faut compter de 600 à 1400 euros. Pour une personne vivant non loin, l’importation peut être une option à envisager, car les élevages y sont bien plus nombreux, et donc le choix plus vaste.

 

Au Canada, les élevages demandent en général un montant situé aux alentours de 2400 dollars canadiens. Il est toutefois souvent nécessaire de s’armer de patience, car le faible nombre d’éleveurs dans le pays fait qu’il est courant de se retrouver sur liste d’attente. C’est tout particulièrement vrai si on cherche un chiot d’une couleur particulière.

 

Dans le cas où le futur propriétaire peine à trouver son bonheur au Canada, il peut avoir intérêt à d’étendre son champ de recherche aux États-Unis. La somme à débourser pour y adopter un chiot Lagotto Romagnolo se situe entre 1800 et 2500 dollars américains.

 

Dans le cas d’une importation depuis l’étranger, il convient de prendre en compte que des coûts supplémentaires viennent s’ajouter au prix d’achat : frais administratifs, de quarantaine, de transport…

 

Quoi qu’il en soit, quel que soit le pays, le prix demandé dépend du prestige de l’élevage et de la lignée dont le chiot est issu, ainsi que de ses caractéristiques intrinsèques – en particulier sur le plan physique, c’est-à-dire sa plus ou moins grande conformité au standard. C’est d’ailleurs ce point qui explique qu’on constate parfois des écarts de prix sensibles au sein d’une même portée.

Le Lagotto Romagnolo étant tout particulièrement touché par l’épilepsie juvénile, il fit l’objet d’importantes recherches génétiques sur cette maladie, qui servirent également à l’étude de l’épilepsie chez les enfants. En effet, au cours du projet de recherche européen LUPA (« Unravelling the molecular basis of common complex human disorders using the dog as a model system »), entre 2008 et 2012, une équipe de chercheurs finlandais de l’université d’Helsinki et du centre de recherche Folkhölsan utilisa pas moins de 400 chiens et parvint à établir un lien entre la maladie et le gène LGI2. Ce dernier n’avait jusqu’alors jamais été associé à l’épilepsie juvénile, et il put alors être étudié chez les humains dans ce cadre. Autrement dit, les résultats de ces travaux menés sur des chiens permirent d’améliorer la connaissance de la maladie chez les humains.

Trouvez un élevage de Lagotto Romagnolo près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Lagotto Romagnolo ou organiser une saillie entre Lagotto Romagnolo ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Lagotto Romagnolo

Le lagotto est un chien joyeux qui aime ce balader ils nous mets constamment de bonne humeur, mignon,attachant et joueur il convient très bien pour une famille ou autre !

   
Par MIrzalelagotto

Ayant depuis 2006 d une femelle ce qui me change au paravant de tout mes Berger Allemand,Le Lagotto un caractère joueur, affectueux et très appliqué au travail.Ne pas oublier qu il a besoin de beaucoup d'exercices,,,, je suis ravis de ce compagnon à 4 pattes

0    0
Par Chapuis

recherche cette race pour truffes si connaissance me faire savoir par email merci

0    0
Par brunet

ce chien est spectaculaire pour la recherche de la truffe. vu de mes yeux allr à la recherche de son diamant noir et la rapporter dans le panier de son maitre. tres rare mais vrai

0    0
Par brunet
  • Chiot Lagotto Romagnolo femlle

    Je suis une jeune lagotto de 5 mois et il me faut une nouvelle famille. Ma famille n a malheuresement plus de temps a me consacrer (changement de travail et du %age). Je suis... Lire la suite