Labrador Husky

Labrador Husky

Partager
 

Qualités du Labrador Husky

Tempérament du Labrador Husky

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Labrador Husky au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Labrador Husky

Durée de vie moyenne
De 10 à 13 ans
Poids de la femelle
De 25 à 40 kilos
Poids du mâle
De 25 à 45 kilos
Taille de la femelle
De 50 à 65 cm
Taille du mâle
De 55 à 70 cm

Le Labrador Husky : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Labrador Husky

Contrairement à ce que son nom peut laisser croire, le Labrador Husky n’est pas un croisement entre le Labrador Retriever et le Husky Sibérien, mais bien une race à part. Ses origines sont assez lointaines, puisqu’elles remontent aux années 1300, lorsque le peuple Inuit de Thulé arriva dans les régions de Terre-Neuve et du Labrador, au nord-est du Canada.

 

Originaires des zones costales de l’Alaska, ils amenèrent avec eux leurs chiens de traîneau, qui étaient probablement similaires au Husky Sibérien et au Malamute d’Alaska actuels. En s’installant au Labrador, les Inuits de Thulé croisèrent leurs chiens avec des loups, afin d’améliorer leur force et leur endurance. Isolés des autres races de Spitz nordiques, ils se développèrent indépendamment et devinrent une race distincte.

 

Des croisements ultérieurs avec le Malamute d’Alaska, pour la capacité à tirer des traîneaux dans la neige, et avec le Berger Allemand, pour l’obéissance et la facilité de dressage, firent du Labrador Husky ce qu’il est aujourd’hui : un chien de traîneau puissant et intelligent, parfaitement adapté au froid extrême.

 

Avec l’apparition de la motoneige et sa généralisation dans la deuxième moitié du 20ème siècle, il perdit évidemment une grande partie de son utilité, si bien qu’aujourd’hui on ne le voit plus que dans quelques courses de chiens de traîneau.

 

Cela dit, son intelligence et son flair en font un excellent chien de recherche et sauvetage, et on le retrouve aussi parfois utilisé comme chien policier renifleur, par exemple pour la détection de bombes et narcotiques.

 

Bien moins célèbre que les autres Spitz nordiques (Husky Sibérien, Malamute d’Alaska, Esquimau Canadien…) et non reconnu par la plupart des grandes associations canines internationales (la Fédération Internationale Cynologique, l’American Kennel Club, le Canadian Kennel Club, The Kennel Club…), c’est de fait une race de chien très rare. Avec seulement une soixantaine d’individus de pure race identifiés dans la province du Labrador et une diffusion quasi-inexistante en dehors du Canada, il est quasiment inconnu du grand public et ignoré par les éleveurs en dehors de sa province d’origine.

Grand, solide et puissant, le Labrador Husky présente les traits caractéristiques des autres Spitz, avec une tête ronde et un long museau, et ressemble de fait à un Husky Sibérien de grande taille. Toutefois, il a aussi conservé une allure de loup, héritée de ses ancêtres : des yeux ovales rapprochés qui peuvent être bleus, marrons ou ambrés, de petites oreilles triangulaires plantées haut sur le crâne, et un museau étroit.

 

Le Labrador Husky a un cou de taille moyenne, dans le prolongement d’un dos bien droit. Ses pattes sont droites et puissantes et sa queue, partiellement recourbée sur son dos, est ébouriffée. Ses pieds palmés lui permettent de se déplacer facilement dans la neige, alors que son large poitrail abrite une capacité pulmonaire hors du commun, qui explique son exceptionnelle endurance.

 

Enfin, son poil très dense et moyennement long le protège efficacement du froid, grâce sa double couche. De nombreuses couleurs de robe sont possibles, puisqu’elle peut être unicolore (blanche, noire, marron ou grise) ou bicolore (blanc et noir, blanc et gris ou blanc et marron).

Le Labrador Husky est un chien sociable, joyeux et fidèle. Il s’entend très bien avec les enfants de la maison, dès lors que ceux-ci ont appris comment se comporter avec lui. Cependant, la prudence s’impose avec les plus petits, car son gabarit implique qu'il a tôt fait de les bousculer involontairement.

 

Habitué depuis toujours à vivre et travailler en meute, comme lorsqu’il s’agit de tirer un traîneau, il s’entend également très bien avec ses congénères de dimensions similaires, y compris s’il doit coexister avec eux sous le même toit.

 

En revanche, s’il est possible de l’habituer très tôt à la présence de chiens de petite taille et/ou de chats, son instinct de chasse demeure profondément ancré en lui. De fait, il reste toujours possible qu’une fois à l’âge adulte, ces petits compagnons finissent par être vus comme des proies. C’est encore plus le cas avec les rongeurs domestiques : il est fortement déconseillé d’essayer de faire vivre par exemple un lapin, un hamster ou une souris dans la maison d’un Labrador Husky, car la cohabitation risquerait fort de se terminer de manière dramatique.

 

Extrêmement actif, il a besoin d’activités quotidiennes : faire de la randonnée avec son chien, courir avec son chien, partir en promenade à vélo avec son chien ou encore lui faire tirer une luge sont autant d'options qui s'offrent à son propriétaire. Une chose est sûre : c’est une race de chien idéale pour un maître sportif et disponible, en mesure de sortir avec lui au moins deux heures par jour. Au contraire, s’il devait être laissé des journées entières entre les quatre murs d’un appartement, il aurait tôt fait d’être malheureux et de causer des dégâts.

 

Le Labrador Husky est aussi une race de chien très intelligente, dure au travail et qui aime se sentir utile, si bien que la stimulation physique ne suffit pas : pour éviter qu’il s’ennuie, il faut également s’assurer de suffisamment le stimuler mentalement et de lui donner des tâches à accomplir. Pour ce faire, le dressage et les jeux de recherche d’objets sont des options intéressantes, et des activités dans lesquelles il excelle souvent.

 

Peu bruyant, ce n’est pas une race de chien qui aboie beaucoup. Au demeurant, lorsqu’il s’exprime, c’est plutôt à travers une gamme de hurlements qui ressemblent à ceux du loup. Au passage, n’étant pas ouvertement protecteur, il n’a pas de problème avec les étrangers : ceci rend les choses plus faciles si son maître reçoit souvent de la visite, mais implique aussi que le Labrador Husky fait un piètre chien de garde, puisqu’il laisse s’approcher tout le monde de la maison.

 

Enfin, étant originaire du Grand Nord canadien, c'est évidemment une race de chien qui résiste très bien au froid. Mais il supporte difficilement l’inverse : lorsque la température augmente, il est nécessaire de protéger son chien de la chaleur en faisait en sorte qu’il soit installé dans un lieu ombragé, voire même dans une pièce climatisée en cas de canicule.

Comme tous les chiens, le Labrador Husky a tout intérêt à être socialisé dès son plus jeune âge, afin de ne pas devenir un adulte craintif. Sa nature sociable lui fait accepter les humains et autres chiens de taille similaire sans grandes difficultés, mais il doit s’habituer aux stimuli visuels, sonores et olfactifs qu’il peut être amené à rencontrer : moteur de voiture, sirène de police, odeur d’essence...

 

Intelligent et serviable, le Labrador Husky est désireux d’apprendre, et assimile rapidement. De fait, il s’avère facile à dresser pour qui sait se montrer ferme et constant dans son éducation. En effet, en tant qu’animal de meute, il a toutes les chances de ne pas accepter les commandes d’un maître hésitant ou inconstant, qu’il ne considèrerait pas comme un leader. De ce fait, ce n’est pas une race de chien recommandée pour une première adoption.

 

C’est d’autant plus vrai qu’étant donné son gabarit et sa force, mieux vaut qu'il soit calme et sous contrôle en toutes circonstances. En effet, s’il décide de tirer de toutes ses forces sur la laisse ou d’aller à l’encontre des ordres de son maître, il peut être difficile de retenir un chien de cette envergure, fait pour tirer des traîneaux.

 

Des sessions d’éducation courtes mais fréquentes, basées sur les techniques de renforcement positif du chien, donnent d’excellents résultats, surtout si elles ont un côté ludique.

Même si sa rareté fait qu’il est difficile de disposer de données précises, le Labrador Husky est dans l’ensemble un chien robuste, peu enclin aux maladies.

 

Il présente néanmoins des risques de :

 

  • dysplasie de la hanche : comme tous les chiens de grande taille, il faut s’assurer qu’il n’est pas trop sollicité durant sa phase de croissance, afin de limiter ce risque ;

  • dilatation gastrique (dilatation-torsion de l’estomac) : comme la plupart des chiens à large poitrail, le Labrador Husky est susceptible de voir la taille de son estomac augmenter sans possibilité de relâcher la pression, ce qui peut s’avérer fatal à défaut d’intervention rapide d’un vétérinaire ;

  • myélopathie dégénérative : quelques cas ont été reportés chez le Labrador Husky, les sujets affectés étant prédisposés génétiquement à cette maladie neurologique caractérisée par une dégradation des tissus de la moelle épinière, susceptible de mener à la paralysie des membres.

La fourrure du Labrador Husky est très dense et nécessite de brosser son chien régulièrement, tous les 2 ou 3 jours. Il perd ses poils toute l’année, mais le phénomène est encore plus intense lors des périodes de mue : passer à un brossage quotidien peut alors s’avérer nécessaire.

 

En revanche, donner un bain à son chien doit rester exceptionnel. En tout état de cause, pour ne pas abîmer ou retirer le sébum qui protège naturellement sa peau, il faut utiliser un shampoing spécifique pour les chiens.

 

Par ailleurs, il convient de vérifier régulièrement ses oreilles, afin de s’assurer qu’il n’y a pas d’infection, ainsi que ses dents, pour éviter les problèmes de caries.

 

Enfin, l’usure naturelle devrait être suffisante pour raccourcir ses griffes, mais il est utile de s’en assurer de temps en temps, afin de les couper si elles s’avèrent trop longues.

Le Labrador Husky s’accommode très bien des croquettes du commerce, dès lors qu’elles sont de qualité et lui fournissent tous les nutriments dont il a besoin.

 

Lors de sa phase de croissance, il est conseillé de lui donner une nourriture adaptée aux chiots de grande race, afin notamment d’éviter une croissance trop rapide qui pourrait abîmer ses articulations. Une fois adulte, il est pertinent d’opter pour une formule destinée aux chiens actifs, surtout s‘il est utilisé comme chien de traîneau. En tout état de cause, suivre les recommandations du fabricant et adapter les quantités au niveau d’activité de l'animal permet d’éviter l’embonpoint et de s’assurer de sa bonne santé.

 

Par ailleurs, pour limiter les risques de dilatation gastrique, il est recommandé de séparer sa ration quotidienne en deux repas et de le laisser au calme pendant ces derniers, ainsi que pendant l’heure qui suit.

Le Labrador Husky est fait à l’origine pour tirer un traîneau ou une luge sur la neige, mais il peut aussi parfaitement tirer un chariot à roulettes sur un chemin de terre... voire un skateboard en ville !

 

Son intelligence et son flair peuvent aussi en faire un excellent chien sauveteur, et il est parfois aussi utilisé en tant que chien renifleur de drogues ou chien renifleur d’explosifs.

 

Loyal et attaché à sa famille, il fait également un chien de compagnie parfait, sous réserve de pouvoir passer suffisamment de temps quotidiennement à le promener et satisfaire son besoin d’activité.

 

En revanche, n’aboyant pas et n’ayant aucune méfiance naturelle envers les étrangers, le Labrador Husky n’est absolument pas adapté pour monter la garde.

Un chiot Labrador Husky coûte entre 600 et 1000 dollars canadiens (400 à 700 euros).

 

Cependant, la rareté de cette race fait qu’il est très difficile à trouver, car il n’y a pratiquement aucun éleveur hors de la province de Terre-Neuve-et-Labrador, au Canada.

Le Labrador Husky est un Husky originaire de la province du Canada dont il porte le nom, et certainement pas le résultat de croisements entre le Labrador Retriever et le Husky Sibérien. De tels hybrides existent néanmoins, et sont généralement appelés Labsky, Labrasky ou Huskador. Il ne s’agit pas d’une race reconnue.

Avis & conseils Labrador Husky

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Labrador Husky, ou possédez vous-même un Labrador Husky ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer