Épagneul d'Eau Irlandais

Épagneul d'Eau Irlandais

Autres noms : Chien d'Eau Irlandais
Nom d'origine : Irish Water Spaniel
Groupe : Chien rapporteur de gibier - Chien leveur de gibier - Chien d’eau
Standard : Standard FCI N°124

Partager
 

Qualités du Épagneul d'Eau Irlandais

Tempérament du Épagneul d'Eau Irlandais

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Épagneul d'Eau Irlandais au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Espérance de vie
De 12 à 13 ans
Poids de la femelle
De 20 à 27 kilos
Poids du mâle
De 25 à 31 kilos
Taille de la femelle
De 53 à 59 cm
Taille du mâle
De 55 à 61 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Épagneul d'Eau Irlandais

L’origine de l’Épagneul d’eau Irlandais est inconnue, mais plusieurs textes mentionnent que ses ancêtres auraient accompagné les Celtes il y a environ 1000 ans. Plus précisément, ces textes du 11ème siècle font mention d’une race ressemblant à l’Épagneul d’eau Irlandais, simplement décrite comme un chien utilisé au Sud de la rivière Shannon, en Irlande. Par contre, bien que les caractéristiques de cet ancêtre ne soient pas documentées de manière détaillée, les experts s’accordent sur le fait qu'il n’était probablement pas un membre de la famille des épagneuls. De fait, ce mystérieux ancêtre serait plutôt une ancienne race de chien irlandaise qui aurait contribué au développement de l’Épagneul d’eau Irlandais. Cette hypothèse se base notamment sur le fait que ce dernier possède une queue très différente des autres races d’épagneuls. En effet, au contraire des autres représentants de la famille des épagneuls qui ont une queue plutôt touffue, l’Épagneul d’eau Irlandais possède une queue en forme de fouet, aussi surnommée queue de rat.

 

Les autres races d’épagneuls descendent de races de chiens perses importés dans la péninsule ibérique. Ils n’apparurent en France – où ils furent alors nommés « espaigneuls » - qu’au 12ème siècle. Mais c’est seulement par la suite qu’apparurent dans la littérature des mentions de races en particulier, ce qui explique le passé un peu nébuleux de ce chien.

 

La théorie la plus populaire sur l’origine de l’Épagneul d’eau Irlandais est que des épagneuls ont été importés en Irlande et mélangés à d’autres chiens irlandais, et possiblement même au Chien d’eau Portugais, au Caniche et à l’Épagneul d’eau Anglais, aujourd’hui disparu. Bien que cette théorie puisse être étayée par la grande ressemblance entre le Caniche et l’Épagneul d’eau Irlandais, les origines de ce dernier n’en restent pas moins floues, et il faut se contenter de spéculations, puisqu’il n’existe aucun document décrivant comment cette race a été créée.

 

Ce qui est sûr en revanche, c’est que L’Épagneul d’eau Irlandais a été développé principalement pour la chasse au canard et est très heureux de rapporter le gibier à son maître, tant sur la terre ferme que dans l’eau : en ce sens, il tient plus du retriever que de l’épagneul. Il peut même servir à remplacer certains chiens de chasse au sein d’une meute, puisqu’il est en mesure de pointer et ameuter le gibier vers son propriétaire selon les besoins. Ce sont d’ailleurs ces caractéristiques et cette flexibilité qui en font un chien très populaire auprès des chasseurs.

 

Dans la première moitié du 19ème siècle, un éleveur de Dublin nommé Justin McCarthy joua un rôle essentiel dans le développement de la race. En effet, il en existait jusqu’alors au moins deux variétés distinctes, qu’il parvint à combiner pour créer le Chien d’eau Irlandais tel qu’on la connaît de nos jours. Un de ses chiens, Boatswain (1834-1852), est d’ailleurs connu pour avoir grandement contribué au développement de la race en donnant naissance à une importante descendance, et plusieurs chiens de cette lignée furent champions dans diverses expositions canines.

 

L'Irish Water Spaniel apparut pour la première fois en exposition canine en 1862 à Birmingham, en Angleterre. Il fut longtemps représenté principalement par des descendants de Boatswain dans ce genre d’évènements. Il fallut par contre attendre 1899 pour qu’il fasse son entrée dans les compétitions de ring, toujours en Angleterre. Par ailleurs, le premier club de race fut fondé en 1890 en Irlande.

 

L’Irish Water Spaniel fut introduit aux États-Unis dans les années 1870. En 1877, dès la toute première occurrence du Westminster Kennel Club, l’exposition canine la plus réputée du pays, quatre représentants de la race furent présentés au public. L’American Kennel Club (AKC) la reconnut en 1884, mais l’United Kennel Club, l’autre organisme américain de référence, attendit 1948 pour faire de même.

 

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) mit encore un peu plus de temps, puisqu’elle ne reconnut l’Épagneul d’eau Irlandais qu’en 1954.

 

De nos jours, malgré une relative popularité auprès de certains chasseurs, l’Épagneul d’eau Irlandais reste très peu répandu en dehors de son pays d’origine, où il demeure également assez marginal. Il figure par exemple aux alentours de la 150ème place sur 190 dans le classement des races de chien les plus populaires aux États-Unis établi par l’AKC sur la base du nombre d’enregistrements. En France, il est même encore plus rare, puisque la SCC (Société Centrale Canine) a reçu moins de 10 demandes d’enregistrement entre 2010 et 2016. En Grande-Bretagne, The Kennel Club en reçoit en moyenne autour d’une centaine par an : s'il est sensiblement plus conséquent que celui de la France, ce chiffre n'en demeure pas moins assez modeste.

L’apparence de l’Épagneul d’eau Irlandais est assez unique. Même s’il peut être à première vue confondu avec un Grand Caniche brun, il a une apparence plus robuste que ce dernier, tout en gardant une silhouette élégante. Sa fourrure est aussi plus dense que celle du Caniche et faite de longues boucles souples ; c’est d’ailleurs ce qui le protège de l’eau et l’aide à flotter. Sa robe imperméable lui permet aussi de faire face aux climats rigoureux et aux intempéries sans broncher.

 

Sa tête est assez large et ronde, et se termine par un museau plutôt carré, d’apparence forte, couvert de poils courts. Les oreilles sont larges, positionnées haut sur le crâne et retombent sur la tête dans une abondance de frisous. Les yeux sont petits, bruns et en forme d’amande.

 

Bien que caché sous une importante couche de poils, le cou est fort et large. La poitrine est aussi large et profonde, suivie d’une taille plus fine et caractéristique des races de chien actifs. Sa musculature développée et sa forte ossature en font un chien d’apparence assez robuste.

 

Par ailleurs, ses pattes sont dites palmées, et cette caractéristique lui donne une aisance naturelle à la nage ; de fait, l’Irish Water Spaniel fait partie des meilleures races de chiens nageurs.

 

Par ailleurs, sa queue est unique en son genre et le distingue clairement des autres épagneuls. En effet, elle est plus courte, droite, et arbore un pelage très court (voire est presque nue), contrairement aux autres races d’épagneuls, qui ont tous une queue touffue. Ceci explique d’ailleurs que l’Épagneul d’eau Irlandais soit parfois surnommé « Épagneul à queue de rat » ou « Épagneul à queue en fouet ». Si cette particularité anatomique peut parfois prêter à sourire, force est de constater qu’elle contribue à en faire un meilleur chien nageur que les autres épagneuls.

 

Enfin, la fourrure de l’Épagneul d’eau Irlandais est lustrée et composée de boucles denses, avec beaucoup de franges. Il est souvent surnommé « le clown de la famille des épagneuls » du fait non seulement de sa personnalité enjouée, mais aussi de son poil frisé plus long sur la tête, qui lui donne souvent l’apparence d’avoir une touffe sur le sommet du crâne - un peu comme une perruque de clown. Sa robe est toujours de couleur brun-roux, avec des tons de chocolat.

Standard FCI N°124 (08/11/2002)


TRADUCTION : Dr. J.M. Paschoud et R. Triquet.


ORIGINE : Irlande.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 13.03.2001.


UTILISATION:


Le Chien d'Eau Irlandais s'adapte aisément à la plupart des disciplines de chasse à tir. Il recherche le gibier, il lui arrive souvent de se mettre à l'arrêt et il rapporte volontiers, même dans des halliers épais. Vu leur construction et leur naturel, les chiens de cette race sont traditionnellement destinés à la chasse au gibier d'eau.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 8 - Chiens rapporteurs de gibier, chiens leveurs de gibier et chiens d'eau.

Section 3 - Chiens d'eau.

Avec épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Elégant, bien d'aplomb, construit en force, compact et trapu.

COMPORTEMENT / CARACTERE:


Fier, combinant grande intelligence et endurance avec un caractère fait de hardiesse et de fougue; sa vitalité et sa fidélité sont à toute épreuve. Bon chien de famille qui a le sens de l'humour mais réservé avec les étrangers.

TETE :


Crâne et ensemble de la tête de bonnes dimensions.

REGION CRANIENNE :

Crâne : Haut et bombé en dôme, de bonne longueur et assez large pour offrir une boîte crânienne spacieuse. Le toupet sur la tête consiste en de longues boucles lâches formant vers le bas une pointe bien définie entre les yeux; ce toupet ne doit pas avoir l'aspect d'une perruque barrant le front en ligne droite.

- Stop : En pente douce.

REGION FACIALE :
La face est parfaitement rase. Le poil pousse en une ligne étroite formant une barbe à l'arrière de la mâchoire inférieure.

- Truffe : Grande et bien développée, de couleur marron foncé.

- Museau : Long, fort et quelque peu carré dans son aspect.

- Dents : Fortes et régulières. Articulé en ciseaux.

- Yeux : Relativement petits, en forme d'amande, de couleur ambre foncé à noisette foncé, d'une expression très intelligente.

- Oreilles : Très longues avec pavillon arrondi en forme de lobe; attachées bas, elles pendent en étant bien appliquées le long des joues et sont couvertes de longues boucles torsadées.

COU :


Assez long, fort, galbé (portant la tête bien au-dessus du niveau du dos) et solidement greffé sur les épaules.

CORPS :


Doit être de bonne taille; il donne dans son ensemble l'impression d'être en forme de tonneau, aspect accentué par la courbure des côtes. L'ensemble est fort et bien musclé.

- Dos : Court, large et horizontal, solidement attaché à l'arrière-train.

- Rein : Bien descendu et large.

- Poitrine : Bien descendue, mais pas trop large ni bombée entre les antérieurs, quoique de bonne ampleur, avec des côtes bien cintrées derrière les épaules. Les côtes portent bien vers l'arrière.

QUEUE :


Lisse, forte et épaisse à la naissance, où elle est couverte sur une longueur de 7,5 à 10 cm (3-4 pouces) par de courtes boucles; elle s'amenuise progressivement pour terminer en fine pointe. Elle ne doit pas être assez longue pour atteindre l'articulation du jarret; elle doit être portée presque au niveau du dos en formant une ligne droite.

MEMBRES


MEMBRES ANTERIEURS :

- Epaules : Très puissantes, obliques.

- Avant-bras : Droits avec bonne ossature; ils sont placés sur une verticale qui, du garrot, passe par la pointe du coude.

MEMBRES POSTERIEURS :

Très puissants.

- Grassets (genoux) : Bien angulés.

- Jarrets : Bien descendus.

PIEDS :


Grands, quelque peu ronds avec doigts légèrement écartés, bien couverts de poil sur et entre les doigts, exempts de tout poil long superflu.

ALLURES :


L'allure est particulière à la race. De par sa cage thoracique en tonneau, ce chien roule dans ses allures.

ROBE :


POIL : Bouclettes crépues serrées et épaisses; texture ne rappelant aucunement la laine, mais d'aspect naturellement huileux. Le dos et les faces latérales du cou doivent présenter des boucles semblables à celles qui se trouvent sur le corps. La gorge présente un poil lisse qui dessine une marque en forme de " V " qui va de l'arrière de la mâchoire inférieure au sternum. Les membres antérieurs présentent tout autour des franges abondantes qui sont cependant plus courtes à la face antérieure. Plus bas que les jarrets, les postérieurs doivent avoir un poil ras sur la face antérieure, mais, sur la face postérieure, ils sont frangés jusqu'aux pieds.

COULEUR : Robe marron puce soutenu (brun foncé). Le blanc au poitrail est un défaut.

TAILLE :


- Mâles : 53-59 cm.

- Femelles : 51-56 cm.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

DEFAUTS :


- Blanc au poitrail.

- Robe de couleur pâle.

- Oeil clair.

- Poil laineux.

- Franges à la face antérieure du jarret.

- Absence de franges à la face antérieure des membres antérieures.

- Pieds écrasés.

- Franges à la queue.

- Franges à la face.

- Blanc aux pieds.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

L’Épagneul d’eau Irlandais est parfois décrit comme ayant un caractère difficile, et c’est probablement ce qui fait qu’il n'a jamais été particulièrement recherché comme chien de compagnie, malgré ses qualités. De fait, c’est un chien qui a été développé pour la chasse : il est donc déterminé, intelligent, actif, enjoué et énergique. Ce mélange peut parfois donner lieu à des comportements têtus ou coquins. Même lorsqu’il participe à des compétitions, sa personnalité enjouée prend souvent le dessus et le conduit à tourner toute activité en jeu, ce qui ne manque pas de causer quelques maux de têtes à son entraîneur. De façon générale, ce n’est pas une race de chien adaptée à un maître débutant : il lui faut au contraire un maître expérimenté, capable de lui donner une éducation constante et structurée.

 

L’Épagneul d’eau Irlandais fait néanmoins un chien de compagnie parfait s’il est bien socialisé et éduqué, et qu’il peut pratiquer suffisamment d’exercices. Dévoué à son maître et sa famille, il fera tout pour lui plaire, même si cela peut parfois l’entraîner à avoir des comportements espiègles non souhaités, ou encore à vouloir jouer alors que ce n’est pas le moment. Au passage, bien qu’il soit dévoué à toute sa famille, il n’est pas rare qu’il démontre une préférence pour un de ses membres en particulier, avec qui il a une affinité particulière.

 

Capable de s'adapter facilement à toutes les situations et toutes les conditions, l’Épagneul d’eau Irlandais est ravi d’accompagner son maître dans de nombreuses activités, et peut s’illustrer non seulement à la chasse, mais aussi dans des activités aquatiques ou des compétitions canines, telles que le ring. En effet, il est agile, vaillant, travailleur et bénéficie d'un bon nez. En outre, il est d'un naturel joyeux et équilibré, en plus d’être fidèle et obéissant. Ayant une réelle propension à tourner toute activité en jeu, il prend le plus souvent un grand plaisir à les effectuer, quelles qu’elles soient.

 

L’Épagneul d’eau Irlandais fait partie des meilleurs chiens nageurs et adore l’eau. Il faut donc le surveiller à proximité des plans d’eau, car il y saute à la première occasion et aime tellement se baigner qu’il peut être difficile de l’en faire sortir. Cela dit, la nage est une bonne manière de répondre à son besoin de dépenser son énergie. Par contre, quand bien même il est familier de l’eau et nage très bien, il convient de garder un œil sur lui pour veiller à sa sécurité, un peu comme avec un enfant.

 

L’Épagneul d’eau Irlandais n’aboie pas beaucoup, réservant généralement ses aboiements assez impressionnants aux situations où il a besoin d’avertir sa famille d’un danger immédiat. Il est donc plutôt silencieux et fait un excellent chien de garde, car il est naturellement suspect envers les étrangers. Cela dit, il ne faut pas prendre son manque de confiance envers les étrangers comme de la timidité, bien qu’il soit rarement agressif envers ces derniers : il se contente d’avertir. Même à la chasse, il n’aboie que peu, ayant la particularité de rester sans voix sur le gibier, ce qui en fait d’ailleurs un bon pointeur.

 

L’Épagneul d’eau Irlandais s'entend généralement très bien avec ses congénères et avec les autres animaux de compagnie. Il en va d’ailleurs de même avec les enfants. Quel que soit son partenaire, il peut passer des heures à jouer avec sans se lasser, surtout s’il s’agit de rapporter la balle.

 

Il faut dire que c’est une race de chien très endurante et vive, ce qui fait d’ailleurs qu’elle n’est pas adaptée pour la vie en appartement. Il a besoin au minimum d’un jardin où se dégourdir les pattes, et c’est évidemment encore mieux si ledit jardin comporte une piscine. Cela dit, mettre un petit jardin à sa disposition ne saurait suffire à satisfaire son besoin d’exercice et à être équilibré : il a besoin chaque jour d’au moins une heure de course chaque jour et de quelques marches, ainsi que de pouvoir nager régulièrement.

 

De fait, il est essentiel qu’il puisse dépenser son énergie afin d’être un chien calme et obéissant une fois de retour à la maison. A défaut, le maître doit s’attendre à des comportements destructeurs du chien. De fait, c’est plutôt une race de chien recommandée pour un maître sportif, et non un chien recommandé pour une personne âgée ou sédentaire.

 

Ce besoin d’exercice vaut d’ailleurs dès son plus jeune âge : à partir de 9 à 10 semaines, il est recommandé de prévoir 15 à 20 minutes de jeu matin et soir, en plus des activités de socialisation et autres exercices. Comme c’est encore le cas une fois adulte, il adore jouer à rapporter la balle ou courir après un frisbee. Par contre, en attendant que son corps se développe et qu’il gagne en musculature, mieux vaut éviter de le faire courir avec son maître, et plutôt se contenter de l’entraîner à la marche sur une distance de moins d’un kilomètre. Au fur et à mesure, on peut augmenter graduellement l’intensité de ses activités ainsi que les distances parcourues, mais il ne faut pas brûler les étapes : un niveau d’exercice trop élevé dès son jeune âge peut affecter son ossature et ses articulations, avec à la clef des répercussions pour tout le reste de sa vie. Une fois adulte, il est possible de courir avec son chien, mais il convient de s’en tenir à des distances et durées raisonnables : du fait notamment du risque de dysplasie, ce n’est pas un chien fait pour courir des marathons.

L’Épagneul d’eau Irlandais n’est pas un chien recommandé pour une première adoption. En effet, bien qu’il soit assez facile à éduquer du fait qu’il aime plaire à son maître, il a parfois un caractère indépendant qui le pousse à vouloir agir selon sa propre volonté. C’est particulièrement vrai pour les jeunes mâles, très enclins à tester les limites de leur maître. Il faut donc savoir montrer à son chien qui est le maître, établir des limites fermes et un cadre de discipline structuré avec des règles claires et constantes. En effet, ce chien est connu pour prendre l’avantage sur son maître à la moindre incohérence de ce dernier, ou s’il manque de confiance. Le fait qu’il soit énergique et ait besoin chaque jour d’une bonne quantité d’exercice contribue aussi à en faire une race exigeante.

 

Pour autant, même s’il peut parfois être têtu et indépendant, l’Épagneul d’eau Irlandais est globalement facile à éduquer. Faisant partie des races de chien les plus intelligentes, il apprend facilement de nombreuses consignes et excelle dans les sports canins. Bien éduqué, il est parfaitement capable d’effectuer des tâches très précises, que ce soit pour le loisir ou dans le cadre de compétitions d’obéissance, d’agility et même de ring. Il faut toutefois composer avec sa nature espiègle : plus il apprend, plus il peut tourner ses nouvelles capacités en jeux ou espiègleries en tout genre. D’ailleurs, force est de constater qu’il a une imagination assez débordante.

 

L’Épagneul d’eau Irlandais répond mieux aux techniques d’éducation canine basées sur le renforcement positif et les récompenses. Il gagne à être éduqué par un maître patient, qui n’élève pas la voix, au risque de réveiller son côté têtu et l’inciter à décider de faire les choses à sa manière. C’est d’ailleurs pour la même raison qu’il est important de varier les activités lors des séances d’éducation, afin de garder son intérêt et éviter qu’il ne se mette à en faire à sa tête.

 

Enfin, la socialisation de l’Épagneul d’eau Irlandais est un aspect important lors de son éducation. Il est extrêmement méfiant envers les étrangers, même s’il ne faut pas prendre cela pour de la timidité. Plus il est exposé jeune à diverses situations, plus il sera à l’aise en présence d’étrangers et capable de reconnaître un danger réel, histoire par exemple de ne pas confondre le passage du facteur avec une intrusion potentielle. Les écoles des chiots (classes de socialisation pour chiot) sont une option intéressante, mais il peut aussi s’agir simplement de multiplier les sorties publiques du chiot et visites du voisinage. Quoi qu’il advienne, il restera toujours à l’affût : ce sont donc les différentes activités de socialisation dans le cadre de son éducation qui doivent lui permettre de différencier ce qui fait partie intégrante de sa vie de ce qui est anormal et nécessite d’alerter sa famille.

L’Épagneul d’eau Irlandais a généralement une bonne santé, et son pelage le rend particulièrement résistant aux intempéries.

 

Il est néanmoins enclin à diverses maladies :

  • la cataracte : contrairement aux autres races de chien, chez qui elle est généralement due au vieillissement, la cataracte est le plus souvent héréditaire chez l’Épagneul d’eau Irlandais, et peut apparaître dès l’âge de cinq ans.
  • la dysplasie folliculaire ;
  • la dysplasie de la hanche : elle est très courante chez cette race, et semble être d’origine génétique plutôt que due à l’usure des articulations.
  • la malocclusion dentaire : cette difformité fait que la mâchoire inférieure est plus prononcée, ce qui conduit souvent les dents du bas à sortir de la bouche. Bien que cela puisse être traité par chirurgie plastique, il est généralement plutôt recommandé de simplement extraire les dents qui empêchent la bouche de se fermer normalement.
  • l’Atrophie Rétienne Progressive (APR) ;
  • la maladie de von Willebrand ;
  • l’hypothyroïdie du chien.

 

Par ailleurs, l’Épagneul d’eau Irlandais est connu pour avoir des réactions allergiques aux vaccins donnés aux chiens. Il est donc important de garder un œil sur lui pendant les heures qui suivent la vaccination, afin de réagir au plus vite en cas de gonflement de la face, de léthargie, de douleur vive autour du site d’injection, etc. Ce risque n’est pas à prendre à la légère, car des réactions très sévères peuvent aller jusqu’à causer la mort du chien.

 

En outre, en plus de ce risque lié aux vaccins, l’Irish Water Spaniel peut être sensible aux antiparasites et à certains antibiotiques pour chien. Il faut donc choisir un vétérinaire qui connaît bien les spécificités de cette race, à commencer par les médicaments susceptibles d’entraîner une réaction allergique du chien.

 

Enfin, comme toute race de chien aux oreilles pendantes, il présente un risque accru d’infections des oreilles.

 

Plusieurs de ces maladies étant génétiques et donc héréditaires, il est important de vérifier lors de l’adoption d’un Épagneul d’eau Irlandais qu’il provienne d’une lignée dans laquelle de tels problèmes de santé sont peu courants.

La fourrure dense de l’Épagneul d’eau Irlandais nécessite d’être entretenue de manière régulière, afin de prévenir la formation d’amas de poils. Plus précisément, il convient de retirer les poils morts de son chien à l’aide d’une étrille en poils naturels deux à trois fois par semaine, ce qui aide aussi à distribuer les huiles naturelles et à éviter l’accumulation de saletés, que la densité de son pelage rend particulièrement prompt à retenir.

 

Il ne faut pas hésiter à l’habituer au toilettage relativement tôt, car commencer à brosser son chien à l’âge adulte, lorsqu’il est pleinement actif et que sa fourrure est un peu plus longue, peut être un vrai défi s’il s’agit pour lui d’une expérience nouvelle.

 

Par ailleurs, il faut généralement tailler le pelage de son chien tous les deux mois, pour conserver sa belle apparence et le maintenir en bonne santé.

 

En outre, il est important de régulièrement donner un bain à son chien ou lui permettre d’exposer sa fourrure à l‘eau. En effet, il sécrète d’importantes quantités d’huiles naturelles qui aident à protéger sa fourrure de l’eau : une baignade régulière assure la bonne santé de cette dernière en évitant que trop d’huiles et de saletés ne s’y accumulent.

 

Au passage, l’Épagneul d’eau Irlandais est considéré comme une race de chien hypoallergénique, car il perd peu de poils. Cependant, il convient de se rappeler qu'aucune race n'est 100% hypoallergénique : en cas d’allergie aux chiens, mieux vaut prévoir quelques tests avant d’adopter son nouveau compagnon.

 

Enfin, comme toute race de chien aux oreilles pendantes, l’Irish Water Spaniel présente un risque accru d’infection des oreilles, car elles sont peu ventilées et tendent à accumuler beaucoup de cire. Il est donc important d’examiner les oreilles de son chien sur une base hebdomadaire, et de nettoyer les accumulations de cire avec un produit conçu à cet effet. Cet examen hebdomadaire est aussi une bonne occasion de se pencher sur les ongles du chien afin de s’assurer qu’ils ne sont pas trop longs ; si c’est le cas, il convient de les couper.

De 180 à 310 grammes quotidiens de nourriture sèche de qualité pour chien actif sont recommandés pour l’Épagneul d’eau Irlandais, et doivent être répartis en deux repas (un le matin et un le soir).

 

Cependant, comme c’est une race de chien prompt à l’embonpoint mais ayant aussi un grand besoin de sources d’énergie de qualité, le vétérinaire peut donner de judicieux conseils pour aider à choisir le bon type de nourriture à donner à son chien, et en ajuster la quantité en fonction de son niveau d’activité.

L’Épagneul d’eau Irlandais est traditionnellement utilisé comme chien de chasse au gibier d'eau. Il bénéficie d’ailleurs d'un excellent nez. C’est donc un chasseur aguerri qui est très à l’aise dans l’eau, mais il s'adapte aisément à la plupart des disciplines de chasse à tir. Lorsqu’il est à la recherche le gibier, il lui arrive souvent de se mettre à l'arrêt, mais il peut aussi volontiers le rapporter. Il est même capable de débusquer des proies et de les poursuivre en traversant des buissons épais et serrés.

 

Son aisance naturelle en milieu aquatique fait que l’Épagneul d’eau Irlandais est également utilisé comme chien de sauvetage en mer.

 

Enfin, même s’il n’est pas très connu pour ce rôle et est de fait peu couramment utilisé dans ce cadre, l’Irish Water Spaniel cumule toutes les qualités d’un chien de compagnie idéal.

L’Épagneul d’eau Irlandais étant une race de chien très rare en France, en Belgique et en Suisse, il est difficile d’y déterminer un prix de marché pour un chiot de cette race.

 

Ailleurs, que ce soit par exemple aux États-Unis ou en Angleterre, le prix moyen d’un chiot Irish Water Spaniel se situe entre 700 et 800 euros, sans différence majeure entre mâle ou femelle.

  • Il existe beaucoup de spéculations quant au développement de l’Épagneul d’eau Irlandais. Une chose demeure certaine : son apparence actuelle doit beaucoup à l’éleveur irlandais Justin McCarthy, et plus précisément à l’un de ses chiens nommé Boatswain. Né dans les années 1830, ce dernier aurait atteint l’âge vénérable de 20 ans et donné à cette race l’apparence qu’on lui connaît aujourd’hui. En effet, non content d’avoir été un fier ambassadeur de la race dans les expositions de chasse tout au long de sa vie, Boatswain a donné naissance à une importante descendance avec des femelles sélectionnées aux quatre coins de l’Irlande. Ce fut d’ailleurs quelques-uns d’entre eux qui furent les premiers représentants de la race présentés en exposition canine en 1862 à Birmingham.

 

  • Au 17ème siècle, le roi d’Angleterre James I donna au roi de France, Charles VII, un Épagneul d’eau Irlandais en cadeau afin d’améliorer les relations diplomatiques entre ces deux pays. Les spécialistes estiment que c’est ainsi que le premier chien de cette race parvint en France.

 

  • En 2009, l’actrice américaine Geena Davis raconta lors d’une interview qu’elle avait rencontré son époux grâce à son Épagneul d’eau Irlandais, lorsque ce dernier décida de mordre ledit futur époux après que Davis ait laissé son chien chez des amis à lui. De nature normalement douce, le chien de Davis s’était alors montré un peu trop protecteur envers son logis temporaire, permettant aux deux tourtereaux de se rencontrer.
Trouvez un élevage de Épagneul d'Eau Irlandais près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Épagneul d'Eau Irlandais

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Épagneul d'Eau Irlandais, ou possédez vous-même un Épagneul d'Eau Irlandais ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer