Hokkaïdo Ken

Hokkaïdo Ken

Autres noms : Aïnou
Noms d'origine : Hokkaïdo Inu ou Aïnu Ken ou Seta
Groupe : Chien de type Spitz et de type primitif
Standard : Standard FCI N°261

Partager
 

Qualités du Hokkaïdo Ken

Tempérament du Hokkaïdo Ken

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Hokkaïdo Ken au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Hokkaïdo Ken

Espérance de vie
De 11 à 13 ans
Poids de la femelle
De 18 à 24 kilos
Poids du mâle
De 20 à 25 kilos
Taille de la femelle
De 45 à 48 cm
Taille du mâle
De 48 à 51 cm

Le Hokkaïdo Ken : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Hokkaïdo Ken

Autrefois appelé Aïnou Ken, le Hokkaïdo Ken est considérée comme l'une des plus anciennes races de chiens au monde. Chien endémique de l’île d’Hokkaïdo, la plus septentrionale des 4 principales îles du Japon, son histoire est étroitement liée à celle du peuple Aïnou, des chasseurs cueilleurs vivant dans le nord de l’archipel, bien avant l’arrivée des peuples japonais et chinois.

 

On suppose que ces chiens étaient sélectionnés et élevés par les Aïnous pour leur courage, leurs qualités de chasseur et protecteur des foyers, ainsi que leur robustesse. Ces atouts en faisaient de parfaits compagnons pour ces tribus en déplacement permanent.

 

À partir de l’ère Kamakura (1185–1333), les peuples aïnous se virent contraints de migrer toujours plus au nord de l’archipel japonais, abandonnant leurs territoires dans l’île principale de Honshu pour les lieux qui seront plus tard désignés comme l’île d’Hokkaïdo, l’archipel des Kouriles et les îles Sakhaline.

 

Cet exil eut un impact durable sur la morphologie de la race. En effet, génération après génération, les chiens des Aïnous eurent de plus en plus de muscles, nécessaires pour traquer des proies plus imposantes et dangereuses, comme des ours ou des cervidés. En outre, leur pelage s’épaissit pour leur permettre de survivre aux rudes hivers enneigés.

 

Si l’isolement des Aïnous contribua à la pureté de la race, elle entraîna aussi sa mise en danger à mesure que la population aïnous diminuait, tant durant la période de fermeture de l’ère Edo (1603-1868) que par la suite, une fois le Japon ouvert au reste du monde.

 

L’Hokkaïdo Ken devint connu des publics européens et américains à partir de 1869, grâce aux travaux de Thomas Wright Blakiston, un biologiste qui se lia d’amitié avec de nombreuses tribus aïnous au fil de ses explorations et mentionna l’existence de leurs chiens dans ses écrits. Ces derniers sortirent peu à peu de l’ombre et se distinguèrent tout particulièrement en 1902, lorsqu’ils s'illustrèrent comme chiens de recherche et de sauvetage pour retrouver des survivants d’une expédition de l’armée impériale japonaise prise dans une tempête de neige, à proximité du mont Hakkoda, dans la préfecture d’Aomori.

 

La race fut élevée au rang de « Monument naturel » par le gouvernent japonais en 1937 et changea de nom pour devenir officiellement le Hokkaïdo Inu (« chien d’Hokkaïdo »), ou Hokkaïdo Ken dans le langage courant. Il devint alors un chien de garde et un chien de compagnie de plus en plus populaire auprès du grand public japonais.

 

Aujourd’hui, l’Hokkaïdo Ken demeure essentiellement connu dans son pays, avec seulement 10 à 12.000 individus recensés par le Nihon Ken Hozonkai (NIPPO, registre en charge des 6 races de chiens originaires du Japon) et le Hokkaïdo Ken Hozonkai (DOHENKO, association spécialisée dans le recensement et la promotion des Hokkaido Ken).

 

Il fallut attendre 1964 pour que la race soit reconnue par la FCI (Fédération Cynologique Internationale). Aux Etats-Unis, l’UKC (United Kennel Club) reconnut officiellement l’Hokkaïdo Ken en 1996, et l’AKC (American Kennel Club, l’autre organisme américain de référence) fit de même en 2016. En revanche, d’autres organismes majeurs comme le Kennel Club britannique ou le Canadian Kennel Club (CKC) n’ont toujours pas franchi le pas.

 

En France, le premier chien Hokkaïdo fut introduit sur le territoire en 1988. L'Hexagone est devenu ainsi l’un des rares pays occidentaux où l’on peut acquérir un chien de cette race, avec les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Canada. Néanmoins, sa diffusion reste là aussi confidentielle : le nombre de naissances enregistrées chaque année auprès de la Société Centrale Canine (SCC) est inférieur à dix.

Race de chien très endurante, l’Hokkaïdo est un chien de type spitz asiatique : à ce titre, il partage de nombreux traits avec l’Akita Inu, autre race de chien japonaise, ainsi qu’avec le Chow Chow, qui lui est originaire de Chine.

 

C’est un chien de taille moyenne, très musclé mais bien proportionné, qui donne une impression de robustesse. L'ossature est solide, le poitrail est bien développé, les côtes bien cintrées. Le dos est droit et modérément large. Ses membres toniques lui confèrent une allure puissante et élastique. Attachée haut, sa queue est épaisse et remonte sur les reins en s’enroulant ou en formant une faucille.

 

Côté faciès, l’Hokkaïdo présente un front et un crâne larges, avec un museau au stop peu profond mais bien marqué. Ses yeux sont assez petits, de forme presque triangulaire, bien écartés et de couleur brun foncé. Ses petites oreilles sont également de forme triangulaire, légèrement inclinées vers l’avant et toujours dressées, comme à l’affût du moindre bruit. La truffe est noire, ou couleur chair sur les sujets à fourrure blanche.

 

Enfin, pour affronter l’hiver glacial des territoires nord-japonais, l’Hokkaïdo bénéficie d’une fourrure double, composée d’une part d’un poil de couverture rude et droit, et d’autre part d’un sous-poil doux et dense. La fourrure est plus fournie au niveau de la queue que sur le reste du corps, et lui sert ainsi de cache-nez lorsqu’il s’enroule pour dormir.

 

Quel que soit l’organisme, le standard de l’Hokkaïdo Ken accepte six couleurs de robe du chien : sésame (poil fauve-roux avec des pointes charbon), bringé, rouge, noir, noir et feu, blanc.

Standard FCI N°261 (06/16/1999)

TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet.


ORIGINE : Japon.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 20.12.1994.


UTILISATION :Chien de chasse et de compagnie.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 5 - Chiens de type Spitz et de type primitif.

Section 5 - Spitz asiatiques et races apparentées.

Sans épreuve de travail.

BREF APERCU HISTORIQUE :


On dit que cette race descend des chiens japonais de taille moyenne qui ont accompagné des émigrants de Honshu, la principale île du Japon, à Hokkaido pendant l'ère Kamakura (dans les années 1140), alors que les échanges entre l'île de Hokkaido et le district de Tohoku se développèrent. Lorsqu'en 1937 cette race fut déclarée " Monument naturel ", elle prit le nom de la région dont elle est originaire. Elle est aussi connue sous le nom de "Ainu-ken", vus que les Ainus, les autochtones de l'île de Hokkaido, employaient ces chiens à la chasse à l'ours et à d'autres animaux. La morphologie du Hokkaido le rend apte à endurer le froid rigoureux et à supporter de fortes chutes de neige. Il fait également preuve d'une sûre appréciation des choses et d'une grande résistance.

ASPECT GENERAL :


Chien de taille moyenne, bien proportionné, de constitution robuste et pourvu d'une ossature solide. Les caractères sexuels secondaires sont très prononcés. Ses muscles ont du tonus et offrent des lignes pures.

PROPORTIONS IMPORTANTES :


- Le rapport entre la hauteur au garrot et la longueur du corps est de 10 : 11.

- Le rapport entre la longueur du crâne et celle du chanfrein est de 3 : 2.

- La longueur du crâne est égale à sa largeur au niveau des joues, soit environ un quart de la hauteur au garrot.

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Chien d'une endurance remarquable, faisant preuve de dignité et de naturel. Il est fidèle, docile, très éveillé et hardi.

TETE :


REGION CRANIENNE :

- Crâne et front : Larges et légèrement aplatis

- Stop : Peu profond, mais tout de même marqué.

REGION FACIALE :

- Truffe : Noire, couleur chair admise chez les chiens à robe blanche.

- Museau : En forme de coin, chanfrein droit.

- Lèvres : Serrées, bords noirs.

- Mâchoires/dents : Fortes, avec un articulé en ciseaux.

- Joues : Bien développées.

- Yeux : Relativement petits, de forme presque triangulaire, bien écartés et de couleur brun foncé.

- Oreilles : Petites, triangulaires, légèrement inclinées vers l'avant et fermement dressées.

COU :


Puissant et musclé, sans fanon.

CORPS :


- Garrot : Bien sorti.

- Dos : Droit et fort.

- Rein : Modérément large et musclé.

- Croupe : Correctement inclinée.

- Poitrine : Poitrail bien développé ; poitrine bien descendue et d'une largeur modérée ; côtes bien cintrées.

- Ventre : Bien remonté.

QUEUE :


Attachée haut, épaisse, portée sur le dos fortement enroulée ou recourbée en forme de faucille ; l'extrémité de la queue atteint presque le niveau du jarret quand elle est abaissée.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

- Epaules : Modérément inclinées.

- Avant-bras : Droits, aux lignes pures.

- Métacarpes : Légèrement inclinés.

MEMBRES POSTERIEURS : Puissants.

Jarrets : Résistants, suffisamment robustes.

PIEDS :

Doigts bien cambrés et bien serrés ; coussinets durs et élastiques ; ongles durs et de couleur noire ou foncée.

ALLURES :


Actives, vives, légères et élastiques.

ROBE :


POIL :

Poil de couverture rude et droit, sous-poil doux et dense ; le poil de la queue est passablement long et écarté.

COULEUR :

Sésame (poils rouge-fauve avec pointes noires), bringé, rouge, noir, noir et feu, blanc.

TAILLE ET POIDS :


Hauteur au garrot :

mâles 48,5 - 51, 5 cm,

femelles 45,5 - 48, 5 cm.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.

- Caractères sexuels inversés.

- Léger prognathisme supérieur ou inférieur.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Prognathisme supérieur ou inférieur important.

- Oreilles portées non dressées.

- Queue courte ou pendante.

- Sujet peureux.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.


Une langue de couleur bleu-noir n'est pas considérée comme une défaut.

Race de chien primitive, élevé pour une vie de labeur dans des conditions difficiles, l'Hokkaïdo Ken a gardé de ses origines une allure digne en toutes circonstances, et non dépourvue de naturel. Hardi et très attentif à son environnement, il s’avère être un chien très affectueux au quotidien, mais aussi prêt à défendre son maître et sa famille, quelle que soit la menace. Il ne se lance toutefois pas la tête la première sans réfléchir ni obéir. En effet, il analyse ce qui l’entoure, et fait preuve d’une docilité et d’une obéissance à toute épreuve, même si les ordres qu’on lui donne vont à l’encontre de ses instincts les plus forts.

 

Par ailleurs, s’il est docile et fidèle, l’Hokkaïdo Inu n’est pas pour autant un compagnon envahissant. Il sait se montrer discret et réservé, accompagnant son maître dans tous ses mouvements sans pour autant réclamer une attention constante de sa part.

 

Doux, patient et joueur, il peut s’intégrer facilement dans une famille avec des enfants, sous réserve bien sûr de ne jamais les laisser ensemble sans surveillance - comme pour n’importe quel autre chien. Il est cependant indispensable d’apprendre à son chien sa place dans la hiérarchie familiale afin qu’il n’y ait pas d’ambiguïté sur le fait que même un très jeune enfant est un « maitre », et non un égal. Cela permet notamment d’éviter des séances de jeu trop mouvementées, voire un peu brusques.

 

Social, mais pas toujours des plus sociables, l’Hokkaïdo Ken se montre assez distant envers les étrangers. Il ne fait preuve toutefois d'aucune agressivité à leur égard, tant qu’il estime qu’il n’y a aucune raison à cela.

 

Ses relations avec d’autres animaux sont en revanche nettement plus houleuses. En effet, il est très difficile de lui faire accepter la présence d’autres animaux de compagnie, qu’il a toutes les chances de considérer soit comme des concurrents pour l’affection de son maître (dans le cas d'une cohabitation avec un autre chien), soit comme des proies à courser. Les chats sont à peine tolérés, tandis que les rongeurs et oiseaux ont toutes les chances d’être considérés comme des encas. Seuls des individus qui ont grandi avec d'autres animaux ou qui ont été socialisés dès leur plus jeune âge savent canaliser ces instincts et peuvent se montrer plus tolérants.

 

Par ailleurs, il faut noter que tout animal extérieur au cercle familial est immédiatement traité avec méfiance, voire poursuivi sans relâche, jusqu’à ce que cet intrus quitte le territoire ou se soumette. Il est donc recommandé de tenir son chien en laisse lors des promenades, et ce en toutes circonstances. En effet, même l’Hokkaido le plus entraîné et obéissant ne résiste pas à l’envie de s’imposer parmi des congénères (le risque de bagarre lors d'une rencontre entre chiens est donc bien réel) ou de traquer un lapin téméraire en forêt.

 

Par ailleurs, bien qu’il soit capable de s’adapter à toutes les situations, il apprécie le calme et la routine. Tout changement d’environnement, d’habitudes, ainsi bien sûr que l’introduction de nouveaux habitants dans le foyer, doit être effectué en douceur pour ne pas perturber ses habitudes et/ou susciter de la jalousie de sa part.

 

L’Hokkaïdo Ken a toujours été et demeure un excellent chien de travail en général, et de chasse en particulier. Par conséquent, c’est un chien actif et sportif, amoureux des grands espaces, et certainement pas un chien qui peut vivre en appartement. Par ailleurs, son maître a intérêt à prévoir une haie ou une clôture plutôt élevée (au moins 2 mètres) pour éviter tout risque de fugue du chien ou course-poursuite après un chat qui passait par là. Néanmoins, même s’il fausse compagnie à son maître, l’Hokkaïdo Inu a très peu de chances de se perdre : il possède en effet un sens de l’orientation particulièrement aiguisé, ce qui lui permet de toujours retrouver son chemin vers la maison.

 

En plus des indispensables promenades quotidiennes, l’Hokkaïdo adore les activités sportives et ludiques qui mobilisent son intelligence, son excellent odorat et son incroyable endurance physique. Cela en fait une race de chien recommandée pour un maître sportif, car ce dernier peut par exemple avoir le plaisir de faire du jogging avec son chien, faire du vélo avec son chien ou encore emmener son chien en randonnée. Sa persistance dans l’effort, son opiniâtreté à apprendre de nouvelles choses et son désir de plaire sont aussi des atouts précieux pour exceller en concours d’obéissance canine, d’agility, de flyball, de canirun ou encore dans les courses d’obstacles.

 

En tout état de cause, il est indispensable de trouver des activités lui permettant de se défouler. En effet, s’il n’est pas assez stimulé ou s’ennuie, il est enclin à trouver lui-même de quoi s’occuper, et cela consiste généralement à détruire tout ce qui se trouve sur son passage. Son intelligence peut d’ailleurs se retourner contre son maître, dès lors qu’il estime qu’il peut être le mâle dominant de la famille. Faire montre d’autorité lorsque nécessaire est utile tant pour son équilibre que pour le bien-être de la maison, mais l’occuper et lui permettre de déployer son énergie dans des choses positives est la meilleure façon d’éviter des problèmes.

 

Enfin il est nécessaire de préciser que l’Hokkaïdo est un chien plutôt bruyant, une caractéristique héritée de son utilisation originelle comme chien de chasse. Il n’est donc pas forcément recommandé si l’entourage a les oreilles sensibles ou le sommeil léger…

L’Hokkaïdo Ken est une race de chien réservée aux maîtres expérimentés. Une personne qui choisirait cette race comme premier chien aurait toutes les chances de se faire mener par le bout du nez, car son instinct le pousse à essayer de prendre la place du « chef de meute » de la famille. Il est donc important d’asseoir son autorité auprès de son chien dès son plus jeune âge, avec fermeté et douceur. Il est également important d’éduquer les enfants à s’imposer face à lui (sans pour autant le brusquer) afin de faire comprendre au chien quelle est sa place dans la hiérarchie familiale. Il est essentiel qu’il les considère sans ambiguïté comme des membres supérieurs à lui dans ladite hiérarchie et ne cherche pas à les intimider.

 

L’Hokkaïdo est une race de chien intelligente, mais il peut retourner cette intelligence contre son maitre si celui-ci n'y prend pas garde. Certes, il apprend vite, mais il peut se montrer têtu et récalcitrant à suivre les ordres. Son tempérament de chien dominant le pousse à tester sans cesse l’autorité de son maître et à profite du moindre relâchement pour n’en faire qu’à sa tête.

 

Pour canaliser son énergie et son esprit frondeur, l’éducation par le jeu et les challenges (lui donner des ordres de plus en plus difficiles à exécuter et/ou des jeux d’intelligence toujours plus exigeants) est la plus adaptée. Des leçons courtes et des exercices variés permettent de maintenir son attention et d’obtenir les meilleurs résultats en termes d’obéissance.

 

S’il est assurément une race de chien difficile à éduquer, l’Hokkaïdo Ken a au moins le mérite de réagir très positivement aux récompenses, a fortiori lorsque celles-ci se prennent la forme d’une friandise. Il ne faut donc pas hésiter à récompenser son chien pour parvenir à ses fins, en particulier dans le cadre de son éducation.

L'Hokkaïdo fait partie des races de chiens qui vivent le plus longtemps et qui restent généralement en bonne santé. Ainsi, son espérance de vie moyenne se situe entre 12 et 15 ans, ce qui est plutôt exceptionnel pour un chien d'un tel gabarit.

 

Les données à disposition ne sont pas suffisantes pour évaluer précisément la prédisposition de cette race à des maladies génétiques ou héréditaires particulières. Toutefois, il a été observé qu’environ un tiers des chiens Hokkaïdo sont affectés par l’Anomalie de l’Oeil du Colley (AOC), une maladie des yeux pour laquelle il n’existe aucun traitement et qui, dans les cas les plus graves, finit par rendre le chien aveugle. Les deux tiers des individus atteints sont des porteurs sains : ils ne souffrent donc pas de la maladie, mais peuvent la transmettre à leurs descendants. Avant tout achat, il est donc recommandé de se renseigner auprès de l’éleveur sur d’éventuels antécédents dans la lignée de l’animal, en demandant les résultats des tests si possible, voire en faisant tester le chiot soi-même – la maladie peut être détectée dès l’âge de 7 à 8 semaines.

 

Par ailleurs, l’Hokkaïdo Inu est davantage susceptible de développer une dysplasie de la hanche, un souffle au cœur, de l’hypodontie, ou de l’épiphora due à une malformation ou une obstruction des canaux lacrymaux. Les mâles sont également exposés au risque de cryptorchidie (malformation des testicules du chien).

 

Enfin,  il est enclin à certains troubles comportementaux tels que la polydipsie psychologique ou le pica (chien qui mange n’importe quoi).

L’Hokkaïdo est une race de chien facile à entretenir.

 

Les huiles qui recouvrent naturellement son poil et sa peau lui permettent de rester propre et sec, même lorsque le temps n’est pas au beau fixe. Brosser le poil de son chien selon un rythme hebdomadaire est toutefois nécessaire pour lui permettre de garder une fourrure saine et pour déloger les éventuels parasites qui peuvent s’y loger.

 

En période de mue (deux fois par an), il est recommandé d’augmenter la fréquence de brossage, l’idéal étant de passer alors à au moins une fois par jour. Il est alors aussi utile de donner un bain à son chien afin d’éliminer plus facilement les poils morts emmêlés dans le sous-poil. Ceci évite qu’il ne redécore les meubles de la maison avec ses poils.

 

Enfin, les griffes du chien sont à surveiller et à couper si elles ne s’usent pas assez vite, et un brossage des dents du chien s'impose à intervalle régulier.

L’Hokkaïdo Ken ne présente pas de difficultés particulières en ce qui concerne son alimentation. Comme pour tout chien, le type de nourriture choisi et les quantités données doivent simplement être adaptés à son âge et son degré d’activité.

 

Il faut également veiller à ce qu’il dispose d’eau fraîche en permanence, d’autant que c’est une race de chien active.

L'Hokkaïdo Ken est connu pour être un excellent chien de chasse au gros gibier, taillé pour la course, le repérage ou éventuellement la chasse au déterrage. Il fait aussi un très bon chien de défense. D'ailleurs, son courage et sa combativité lui permettent même de se frotter aux ours lors de parties de chasse, dès lors qu’il est en meute.

 

Quant à son énergie et son endurance, elles permettent de l’utiliser également comme chien de traîneau, voire comme chien secouriste, d’autant qu’il est parfaitement capable d’évoluer sur des terrains accidentés ou dans la neige.

 

Il est également un bon chien de compagnie et chien de garde, plus qu’un chien d’attaque.

Malgré sa rareté, l'Hokkaïdo reste relativement abordable à l’achat : entre 270 et 450 € pour un chiot, ce qui en fait une des races de chien les moins chères.

  • L’Hokkaïdo Ken occupe une place de choix dans la légende des origines du peuple aïnou. En effet, celle-ci raconte que le premier homme aïnou serait né des amours d’une princesse éplorée à la suite du naufrage de son bateau sur une plage hostile, et du dieu de la montagne Poroshiri-dake, qui lui apporta tous les jours à manger, déguisé sous la forme d’un Hokkaïdo Ken de couleur blanche.

 

  • Plus récemment, en 2007, un Hokkaïdo blanc du nom de Kai est devenu la star des petits écrans japonais grâce à une série de publicités de l’entreprise de télécommunications Softbank. Il incarne le patriarche de la famille Shirato, une famille un peu inconventionnelle, multi-espèces et multi-ethnique, dont on suit le quotidien au fil des publicités. Incluant des acteurs et actrices célèbres (dont Kanako Higuchi, Aya Ueto, Dante Carver ou encore Quentin Tarantino), la série gagna notamment en 2008 le Grand Prix ACC de la créativité du ministère des affaires inférieurs et de la communication japonais.
Trouvez un élevage de Hokkaïdo Ken près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Hokkaïdo Ken ou organiser une saillie entre Hokkaïdo Ken ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Hokkaïdo Ken

j aime le chien

   
Par youssouf

mwa les chiens c'est a fond mon univers

0    0
Par lea

j'adore ce chien de race

0    0
Par Letourneur Célia