Hälleforshund

Hälleforshund

Nom d'origine : Hällefors Elkhound

Qualités du Hälleforshund

Tempérament du Hälleforshund

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Hälleforshund au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Le Hälleforshund : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Hälleforshund

Les origines du Hälleforshund remontent aux années 30, dans la petite ville d’Hällefors, au centre de la Suède. La surpopulation d’élans dans la région était alors problématique, et de nombreux employés forestiers de la compagnie Hällefors Bruks AB avaient pour mission de remédier à la situation.

 

La chasse à l’élan était alors l’affaire d’un homme seul, accompagné par son chien. En 1937, l’un des gardes forestiers, M. Norman, recueillit une chienne du nom de Spanja pour l’accompagner dans ces missions. Celle-ci avait une magnifique robe « jaune fromage », et est aujourd’hui considérée comme l’ancêtre de tous les représentants actuels de la race.

 

Jusque dans les années 60, M. Norman croisa Spanja et sa descendance avec de nombreux autres chiens locaux. Son but était d’obtenir un chien excellant dans la chasse à l’élan, capable de créer des liens forts avec son maître, et conservant cette belle couleur jaune-roux qui lui plaisait tant. Son travail d’élevage donna naissance à de multiples chiens - plus de 400, selon certains.

 

Il faut dire que dès les années 50, ces Chiens d’Hällefors se firent une réputation d’excellents chasseurs, et les candidats à l’adoption venaient de toute la Suède. Ceci ne permit pas pour autant une réelle diffusion, car les individus ainsi adoptés rejoignaient des régions isolées, et les rares qui se reproduisaient alors ne le faisaient pas avec d’autres représentants de la race.

 

Dans les années 60 et 70, d’autres éleveurs se joignirent aux efforts de M. Norman, répartis en deux groupes : ceux du sud, sous la conduite de A. Hellström et H. Thomasson, et ceux du nord, conduits par J Gulin. C’est ce dernier qui commença à nommer la race « Chien de Norman ».

 

Dans les années 80, l’intérêt des chasseurs pour ce chien continua à grandir, et d’autres éleveurs s’y intéressèrent. Toutefois, il n’existait alors pas vraiment de ligne directrice générale, puisqu’il fallut attendre 1994 pour que le premier club de race soit créé. Celui-ci officialisa le nom de Hälleforshund, ou Chien d’Hällefors, en hommage à sa ville d’origine, au détriment de celui de Normanshund, ou Chien de Norman.

 

L’association établit un standard que tous les éleveurs durent dès lors utiliser comme référence et créa un registre dans laquelle elle recensa les individus existants. Son travail mena en 2000 à la reconnaissance de la race par le Svensk Kennel Klub (SKK), l’organisme canin officiel du pays. Les organismes nationaux de Norvège, Finlande, Danemark et Islande, qui font partie avec le SKK du Nordic Kennel Union (NKU), un organisme regroupant les clubs canins des pays nordiques, en firent de même.

 

En revanche, bien que ces associations soient toutes membres de la Fédération Cynologique Internationale (FCI), celle-ci n’a toujours pas reconnu officiellement le Hälleforshund.

 

Il en va d’ailleurs de même pour les autres organismes majeurs, à l’instar par exemple du Kennel Club (KC) britannique, de l’American Kennel Club (AKC), de l’United Kennel Club (UKC) ou encore du Club Canin Canadien (CCC) - pour ne citer qu’eux.

 

Il faut dire que, bien que le club de race soit confiant sur son futur, le Hälleforshund est extrêmement rare. Depuis les débuts du recensement en 1994, ce sont en moyenne une cinquantaine de naissances qui sont enregistrées chaque année, pour une population totale inférieure à 1000 individus - et le nombre reste globalement très stable. L’écrasante majorité de ces chiens se trouvent en Suède, même si on constate certaines années une poignée de naissances en Norvège et en Finlande.

 

À la fin des années 2010, il n’existe officiellement aucun représentant de la race en Amérique du Nord, en Grande-Bretagne ou en France.

Le Hälleforshund est de taille moyenne et a l’allure typique des spitz : une queue enroulée, des oreilles dressées, et une tête rappelant ses ancêtres les loups.

 

Son corps est musclé, presque carré, avec un dos droit et large et un ventre légèrement levretté. Les pattes sont droites, puissantes, taillées pour la course, et se terminent par des pieds ovales. La queue, touffue, peut être recourbée le long de la colonne vertébrale, mais est plus souvent portée enroulée sur le côté, reposant sur le dos.

 

Sa tête triangulaire a un stop marqué, et un museau qui se termine par une truffe noire. Les yeux, ovales, sont bruns et éveillés. Les oreilles, pointues, sont portées dressées sur le haut du crâne. Elles sont mobiles et peuvent être orientées dans différentes directions.

 

Le pelage du Chien d’Hällefors est constitué d’un sous-poil dense et laineux, de couleur blanc ou jaune clair, et d’un poil de couverture mi-long, assez rêche au toucher. Il est plus court sur le visage, les oreilles et l’avant des pattes, et un peu plus long au contraire sur le cou et les épaules.

 

La robe doit être rousse claire ou foncée, avec des dégradés. Le poitrail, le ventre et les pattes sont plus clairs, tandis que les oreilles et la queue sont plus foncées. Le museau est le plus souvent de couleur noire.

 

Enfin le dimorphisme sexuel est peu marqué chez cette race, puisque la taille des mâles et celle des femelles ne diffère que d’environ 2 cm en moyenne.

Le Hälleforshund est incroyablement attaché à son maître. Il se montre loyal et affectueux avec l’ensemble de la famille, mais est tout particulièrement proche de celui qui s’occupe de lui tous les jours et qu’il considère comme son humain de référence.

 

Il n’est pas agressif envers les étrangers, préférant les ignorer et vaquer à ses occupations une fois qu’il a signalé leur venue à son maître.

 

On retrouve quasiment la même attitude d’indifférence dans ses relations avec les enfants, avec qui il est loin de développer une relation aussi intense que de nombreuses autres races. Ceci peut permettre une bonne cohabitation s’ils adoptent une attitude similaire, ne cherchant pas à tout prix à venir jouer avec le chien, le caresser ou « l’embêter ». Néanmoins, ce peut aussi bien sûr être frustrant pour eux. Quoi qu’il en soit, comme n’importe quel chien, il ne doit jamais être laissé seul sans surveillance avec un tout petit.

 

Le Hälleforshund ne recherche pas non plus la compagnie de ses congénères, car ce n’est pas un chien de meute. Il peut cohabiter avec un autre chien, surtout s’il est de la même race et qu’ils grandissent ensemble, mais préfère les avantages d’être le seul chien de la maison : moins de disputes, et surtout plus de temps en compagnie de son maître.

 

Il est par ailleurs extrêmement actif : pour être équilibré, il doit pouvoir se dépenser plusieurs heures chaque jour, et avoir accès à de grands espaces où il peut courir sans entraves. Il n’est absolument pas adapté à la vie en appartement ou en milieu urbain, et préfère la rase campagne aux quartiers résidentiels. Le cadre de vie idéal pour lui est une maison isolée, avec un vaste jardin clos dans lequel il peut courir sans se mettre en danger. En effet, un espace ouvert peut être cause d’accidents, par exemple s’il se lance derrière un lapin qui a la mauvaise idée de traverser la route au moment où une voiture approche, ou si le chat du voisin décide de venir voir si les croquettes sont meilleures ici que chez lui.

 

Des promenades et activités quotidiennes d’une durée cumulée d’au moins deux heures par jour sont nécessaires pour lui permettre de se dégourdir les pattes, et il est ravi si elles durent encore plus longtemps. Autant dire qu’il n’est pas du tout adapté pour une personne âgée ou très sédentaire : il lui fait un maître très actif, voire sportif. Une personne souhaitant par exemple faire de la randonnée avec son chien trouve en lui un compagnon idéal, et inversement.

 

Les sorties doivent toutefois se faire en laisse dans les endroits les plus peuplés, pour éviter qu’il ne se lance à la poursuite d’un écureuil ou d’un chat, avec tous les risques d’accident que cela implique. En pleine nature, il adore gambader librement, et ne s’éloigne généralement jamais beaucoup de son maître. Pour éviter les mauvaises surprises, il est toutefois possible de l’équiper d’un collier pour chien avec GPS intégré, de façon à pouvoir le localiser aisément si jamais il se perd.

 

Créé pour traquer les élans, la chasse — ou les épreuves de chasse — est sans surprise son activité favorite. Elle lui permet de passer du temps avec son maître, d’utiliser ses aptitudes mentales et de se dépenser physiquement : tout ce dont un Hälleforsinkoira a besoin.

 

Ses origines expliquent également que son aboiement s’entend de loin, puisque cela lui permet de signaler sa position lorsqu’il chasse. Dans une zone résidentielle, cela peut devenir un peu plus problématique...

Comme tous les autres chiens, le Hälleforshund doit être socialisé dès ses premières semaines. Il faut lui offrir l’opportunité de faire la connaissance de différentes personnes (amis, voisins, facteur, vétérinaire…), croiser la route d’autres animaux (chiens, chats…), mais aussi être confronté à des situations inhabituelles pour lui (voyage en voiture, promenade en milieu urbain…). Toutes ces expériences lui apprennent à réagir de manière calme et posée en toutes circonstances, pour en faire un adulte équilibré.

 

Son instinct de chasse est très développé, et il est fait pour vivre dans de grands espaces : mieux vaut donc l’habituer dès son plus jeune âge à être promené en laisse, quand on a besoin d’éviter qu’il ne s’élance à la poursuite d’autres animaux. Cet attrait pour les petites bêtes qui passent par là implique aussi qu’apprendre le rappel à son chien revêt une importance toute particulière, même si l’attachement à son maître le pousse normalement à toujours revenir à ses côtés.

 

Indépendant et têtu, le Hälleforshund a besoin d’un maître ferme et expérimenté, qui occupe la position d’alpha de manière naturelle : il n’est pas recommandé pour une première adoption. Par ailleurs, le renforcement positif est une technique d’éducation canine à privilégier par rapport aux méthodes traditionnelles : les récompenses (caresses, friandises…) permettent de maintenir intacte sa motivation et alimentent la complicité avec son propriétaire.

 

Enfin, la chasse est instinctive pour lui, mais toute personne souhaitant l’utiliser dans ce cadre doit lui apprendre à s’adapter à sa technique et à ses commandes. Dès lors que c’est effectivement le cas et qu’il est entre de bonnes mains, son intelligence et ses capacités extraordinaires l’amènent à devenir rapidement un chasseur exceptionnel, aussi bien « en vrai » que dans les épreuves et concours organisés.

 

Toutefois, s’il devait avoir vocation à être utilisé comme chien de compagnie, son éducation devrait aborder la question de ses aboiements, afin de tâcher de les canaliser : utiles dans le cadre de la chasse, ils peuvent en revanche s’avérer particulièrement intempestifs dans un cadre domestique.

Le Hälleforshund jouit d’une santé robuste, au point d’ailleurs de faire partie des races de chien qui vivent le plus longtemps : de nombreux sujets dépassent les 15 ans, et certains approchent même des 20.

 

Son poil dense le protège efficacement du froid et des intempéries, et il est donc parfaitement adapté aux climats difficiles. En revanche, il apprécie moins la chaleur et souffre lorsque le thermomètre grimpe, quand bien même il est en mesure de s’abriter à l’ombre - ce qui est indispensable. Il n’est donc pas adapté par exemple aux climats méditerranéens.

 

Malgré sa santé de fer, les quelques problèmes de santé auxquels il est prédisposé sont :

  • la dysplasie de la hanche, une malformation articulaire pouvant être héréditaire qui cause des problèmes plus ou moins graves de locomotion. Elle est toutefois en forte diminution chez cette race, grâce à la généralisation des radiographies des reproducteurs envisagés ;
  • la dysplasie du coude, similaire à celle de la hanche, mais beaucoup plus rare  ;
  • la cataracte, une opacification partielle ou totale du cristallin de l’œil, qui est dans certains cas héréditaire. Elle est le principal problème de santé de cette race : d’après des statistiques établies en 2010 par le club de race, 14 % de la population était alors affectée. Là aussi, l’intense travail de sélection des éleveurs aide à diminuer ce chiffre, mais elle est encore loin d’être éradiquée ;
  • la myosite des muscles masticateurs, un problème musculaire entraînant des difficultés à ouvrir la mâchoire, et donc à s’alimenter. Une dizaine de cas ont été répertoriés depuis 1994.

 

Adopter son Hälleforshund chez un éleveur sérieux (ce que traduit par exemple le fait d’être reconnu par le club de race) maximise les chances d’obtenir un chiot ne présentant pas de tares de santé. En plus des résultats des tests effectués sur les parents, voire également sur le petit, le professionnel doit être en mesure de présenter un certificat de bonne santé émis par un vétérinaire, ainsi que les détails des différents vaccins administrés, consignés dans le carnet de vaccination ou carnet de santé du chien.

 

Par la suite, une visite annuelle de routine chez le vétérinaire est nécessaire pour faire en sorte qu’il reste à jour de ses vaccins, et détecter au plus tôt un éventuel problème de santé.

L’entretien du pelage du Hälleforshund n’est pas difficile, mais demande un certain temps. Il perd en effet ses poils tout au long de l’année, et il est utile de le brosser au moins deux fois par semaine pour éviter les nœuds et éliminer les poils morts. Lorsque vient l’automne ou le printemps, sa mue est abondante, au point qu’il devient alors nécessaire de passer le peigne quotidiennement pour faire face à la quantité de poils morts.

 

En revanche, il n’est que rarement utile de faire prendre un bain au Hälleforshund. En effet, les éventuelles saletés sont normalement éliminées de son pelage lors du brossage, si bien d’ailleurs qu’il n’a pas d’odeur. Il est même déconseillé de le laver trop souvent, car cela pourrait abîmer sa peau. Un bain annuel avec un shampooing doux spécifiquement conçu pour les chiens est normalement suffisant.

 

Une fois par semaine, il est nécessaire de nettoyer ses oreilles à l’aide d’un chiffon propre, pour éliminer la saleté accumulée et éviter les infections.

 

Par la même occasion, il convient de prendre soin de ses yeux pour diminuer là aussi le risque de problèmes, en les essuyant à l’aide d’un tissu humide.

 

Sa séance d’entretien hebdomadaire est aussi l’occasion de brosser les dents de son chien, pour éviter la formation de plaque dentaire et tous les problèmes qu’elle peut amener (tartre et maladies, mauvaise haleine, etc.). Il convient pour cela d’utiliser un dentifrice spécialement conçu pour la gent canine.

 

Enfin, l’usure naturelle fait généralement son oeuvre pour limer les griffes de ce chien qui passe le plus clair de son temps à gambader en extérieur. Toutefois, s’il n’a pas la possibilité de se promener librement, il est conseillé de les vérifier une fois par mois et de les tailler si elles sont trop longues. Autrement, elles pourraient finir par le gêner pour marcher, voire se casser et le blesser.

 

Si l’entretien du pelage, des yeux, des oreilles, des dents et des griffes du Hälleforshund ne demande pas de don particulier, il est recommandé de s’informer auprès d’un professionnel (toiletteur, vétérinaire ou éleveur) afin d’apprendre les bons gestes dès le début. Cela permet non seulement de bien faire, mais aussi de minimiser le risque de lui faire mal voire le blesser lors de ces différentes manipulations.

Le Hälleforshund peut parfaitement être nourri avec les aliments industriels pour chiens disponibles dans le commerce. Ils doivent cependant être de qualité suffisante pour lui fournir tous les nutriments dont il a besoin, et adaptés à son âge, sa taille et son niveau d’activité.

 

S’il est utilisé dans le cadre de la chasse, il se dépense plus que d’habitude au cours de ces périodes, si bien que ses rations doivent alors être adaptées afin qu’il dispose de toute l’énergie dont il a besoin. Pour éviter toute prise de poids, elles doivent bien sûr revenir à normale une fois que la saison est terminée et que le Hälleforsinkoira retrouve son niveau d’activité habituel.

 

Énergique et vivant souvent dans de grands espaces où il a la possibilité de courir à sa guise, ce chien n’est que peu sujet à l’obésité. Il n’est toutefois pas immunisé : s’il mange plus que de raison, il risque de développer de l’embonpoint. Son maître doit donc le faire monter sur la balance une fois par mois, et réagir en cas de dérapage qui se confirme voire s’aggrave au cours des mesures suivantes. Un examen chez le vétérinaire permet alors de déterminer quelle est la cause du problème (maladie, effets secondaires d’un traitement, nourriture inadaptée ou donnée en trop grande quantité…), et donc d’indiquer comment y remédier.

 

Enfin, comme tous les chiens, le Hälleforshund doit pouvoir se désaltérer à volonté, c’est-à-dire avoir de l’eau fraîche accessible à tout moment.

Le Hälleforshund est un chien de chasse. Plus précisément, depuis sa création au milieu du 20ème siècle, il est spécialisé dans la chasse à l’élan, appliquant à merveille la technique commune à de nombreux chiens scandinaves : il poursuit et accule le gibier, puis signale sa position au chasseur grâce à ses aboiements.

 

De nos jours, il continue à chasser l’élan, mais c’est surtout dans les concours et épreuves de chasse organisées par les associations canines scandinaves que ses immenses qualités sont admirées. Il accapare souvent les premières places, et ne cesse de battre de nouveaux records.

 

Pour l’instant, il ne s’est pas encore fait une place comme chien de compagnie, et c’est d’ailleurs ce qui explique qu’il demeure aussi rare. Il en a pourtant les qualités, mais de fait sa population réduite est en grande partie réservée aux chasseurs expérimentés et aux professionnels (éleveurs et éducateurs canins, en particulier) souhaitant briller dans les concours.

Le prix d’un chiot Hälleforshund en Suède est d’environ 15 000 couronnes suédoises (environ 1450 euros). Comme pour toute race, le montant demandé dépend à la fois du prestige de ses ascendants, de la renommée de l’élevage, ainsi que de ses caractéristiques intrinsèques.

 

En dehors de sa Suède natale, ce chien est extrêmement rare, pour ne pas dire inexistant, et donc quasiment impossible à trouver. De fait, toutes les naissances se font sous le contrôle du club de race, et les chiots sont généralement adoptés par des professionnels, ou des chasseurs ayant déjà une vaste expérience canine.

 

La race est toujours en phase de consolidation, mais il est probable qu’elle se démocratise dans les futurs, notamment si elle devait être reconnue par la FCI, et que ses talents de chien de chasse soient utilisés un peu partout dans le monde.

 

En attendant, toute personne souhaitant adopter un de ses représentants doit donc intégrer dans le coût total d’achat le prix du transport ainsi que celui des différentes formalités, et s’assurer bien sûr de respecter la réglementation relative à l’importation d’un chien depuis l’étranger.

Avis & conseils Hälleforshund

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Hälleforshund, ou possédez vous-même un Hälleforshund ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Vous pouvez devenir membre pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois.
Votre adresse e-mail :
Vous pouvez devenir membre pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois.
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer