Retriever à Poil Plat

Retriever à Poil Plat

Nom d'origine : Flat Coated Retriever
Groupe : Chien rapporteur de gibier - Chien leveur de gibier - Chien d’eau
Standard : Standard FCI N°121

Partager
 

Qualités du Retriever à Poil Plat

Tempérament du Retriever à Poil Plat

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Retriever à Poil Plat au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Poids de la femelle
De 25 à 32 kilos
Poids du mâle
De 27 à 36 kilos
Taille de la femelle
De 56 à 59 cm
Taille du mâle
De 58 à 61 cm

Le Retriever à Poil Plat : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Retriever à Poil Plat

Le Retriever à Poil Plat, ou Flat-Coated Retriever en anglais, vit le jour au cours du 19ème siècle en Écosse. Il fait partie de la grande famille des Retrievers, avec qui il partage de nombreuses caractéristiques physiques et mentales. Il s’agit donc d’un proche cousin du Labrador Retriever, du Golden Retriever, du Chesapeake Bay Retriever, du Curly Coated Retriever et du Nova Scotia Duck Tolling Retriever.

 

Des garde-chasses écossais mirent au point le Flat-Coated Retriever à partir de croisements entre des Setters Irlandais, des Chiens de Saint John (race aujourd’hui éteinte) et des Terre-Neuves. Ces deux dernières races, originaires de l’île de Terre-Neuve, avaient été importées par des Canadiens quelques décennies plus tôt, en 1814. Ces mariages permirent d’obtenir des canidés de type retriever pouvant évoluer facilement tant sur terre que dans l’eau. En particulier, le garde-chasse J. Hull obtint notamment deux chiens nommés Old Bounce et Young Bounce (respectivement le père et la fille), qui se distinguaient par leurs aptitudes physiques et mentales. Ils furent utilisés comme modèle pour fixer les traits généraux de la race, et jouèrent donc un grand rôle dans sa création. Si les individus alors obtenus présentaient des poils ondulés - ils étaient d’ailleurs appelés Wavy-Coated Retriever -, des croisements avec des Colleys et des Labradors Retrievers permirent de lisser petit à petit la robe de ce chien.

 

Les premiers représentants de la race telle qu’on la connaît aujourd’hui virent donc le jour dans les années 1860, et de nombreux autres éleveurs contribuèrent à son développement. On peut mentionner notamment Sewallis E. Shirley, éleveur d’Ettington et fondateur de The Kennel Club, l’organisme canin britannique de référence :  dans les années 1880, il fixa ses traits physiques et rédigea son standard officiel. On peut également citer un éleveur du nom de Braisfort qui, en 1869 à Birmingham, fut le premier à en montrer un représentant lors d’une exposition canine.

 

Le Retriever à Poil Plat fut dans un premier temps utilisé pour venir en aide aux pêcheurs, en récupérant à leur place les poisons ou objets tombés à l’eau. Au cours du 19ème siècle, il était ainsi particulièrement populaire auprès des pêcheurs de morues. Toutefois, avec l’évolution des techniques de pêche, les professionnels finirent par se passer progressivement de ses services, mais il fut alors récupéré par les chasseurs. Ces derniers appréciaient eux aussi ses qualités de nageur, puisqu’il était en mesure de ramener des oiseaux tombés à l’eau à la suite des tirs de son propriétaire.

 

Le Flat-Coated Retriever fut un chien de chasse très populaire jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale, notamment pour chasser le gibier, sur terre comme dans l’eau. Cependant, le Labrador Retriever et le Golden Retriever vinrent le détrôner, ce qui causa une grande baisse des effectifs de la race durant l’entre-deux guerres et le rendit menacé d’extinction au début des années 1960. C’était sans compter sur le travail de passionnés de la race, qui parvinrent à lui redonner ses lettres de noblesse : à la fin de la décennie, il était à nouveau présent en grand nombre dans le pays, même s’il n’a jamais retrouvé sa popularité d’antan. De fait, le nombre d’éleveurs s’y intéressant est resté limité, même à cette époque, mais cela n’a pas que des inconvénients : certains estiment que cela les a aidé à préserver bon nombre des qualités historiques du Retriever à Poil Plat, à commencer par sa grande capacité de travail, son intelligence ainsi que sa nature douce et calme. Sa reconnaissance officielle par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), survenue quelques années plus tôt (en 1954), contribua également à lui redonner une certaine notoriété.

 

À l’échelle mondiale, ce chien demeure assez peu représenté. Aux États-Unis, par exemple, alors qu’il est reconnu par l’American Kennel Club depuis plus d’un siècle (plus précisément depuis 1915, alors qu’il était en plein déclin dans son pays d’origine) et par le United Kennel Club depuis 1984, il ne figure que légèrement au-dessus de la 100ème place dans le classement des races en fonction du nombre d’enregistrements annuels auprès de l’organisme. Sa position y est plutôt stable, contrairement à ce qu’on observe en France, où il est de plus en plus populaire. En effet, si moins de 10 naissances étaient enregistrées chaque année auprès de la Société Centrale Canine au début des années 80, ce chiffre passa subitement à 35 en 1987 puis augmenta dès lors de manière quasi-ininterrompue, jusqu’à se situer autour de 200 naissances annuelles au début des années 2000 et à dépasser les 300 une quinzaine d’années plus tard. 

 

Néanmoins, c’est sans surprise dans son pays d’origine qu’il est le plus présent, avec une moyenne de 1200 naissances enregistrées chaque année auprès de The Kennel Club, l’organisme britannique de référence. La tendance y est stable sur les dix dernières années.  

À première vue, on pourrait penser que le Retriever à Poil Plat s’apparente à un Golden Retriever noir ou brun. Les deux races sont d’ailleurs si proches qu’autrefois le deuxième était inscrit dans les concours canins en tant que variété du premier. En réalité, il s’agit de deux races distinctes, bien que le Golden descende en partie du Flat-Coated, et que comme lui, il fut développé comme chasseur de gibier de terre et d’eau.

 

Le Flat-Coated Retriever est un chien de taille moyenne, harmonieux et doté d’une expression vive et intelligente. Le mâle est en général plus imposant que la femelle, pouvant mesurer jusqu’à environ 5 cm de plus et penser jusqu’à une dizaine de kilos de plus que cette dernière.

 

Son corps est harmonieux et bien proportionné. La poitrine est large, bien descendue, et le rein est court et assez carré. Les pattes sont musclées et d’ossature solide. Elles sont droites vues de face et débouchent sur des pieds ronds et forts aux doigts bien serrés.

 

Sa queue est assez courte, droite et bien attachée. Elle est toujours portée haute, mais jamais au-dessus du dos et ne cesse presque jamais de remuer.

 

Sa tête est assez longue et son crâne est plutôt plat. Les mâchoires sont longues et fortes, capables de porter des gibiers de taille moyenne tels que des lièvres ou des faisans. Elles sont en forme de ciseaux et couvrent des dents solidement implantées dans les gencives. Les oreilles sont assez petites, tombantes, et bien attachées en haut de la tête. Les yeux sont de taille moyenne, et de couleur noisette ou marron foncé.

 

Comme son nom l’indique, le pelage du Flat-Coated Retriever est lisse. Arborant une couleur noir ou marron foncé, il est également dense et de longueur moyenne. Cela permet de le protéger de tous les types d’intempéries, de l’eau et des divers débris et saletés. Ses poils sont plus longs au niveau des oreilles, du poitrail, du ventre, des membres et de la queue. Les mâles ont également des poils plus longs et lourds au niveau du cou, qui s’apparentent à une crinière.

Standard FCI N°121 (11/23/2009)


TRADUCTION : Prof. R. Triquet.


ORIGINE : Grande Bretagne.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D'ORIGINE EN VIGUEUR : 28.07.2009.


UTILISATION : Chien de chasse à l'arme à feu

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 8 - Chiens rapporteurs de gibier, chiens leveurs de gibier et chiens d'eau.

Section 1 - Chiens rapporteurs de gibier.

Avec épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Chien de taille moyenne, brillant, vif ; à l'expression intelligente, puissant sans être lourd, harmonieux dans ses lignes sans manquer de substance.

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Doué au plus haut point de l'instinct de la chasse, de gaîté et de gentillesse que démontre le battement enthousiaste de la queue. Sûr de lui et gentil.

TETE :


Longue et bien moulée.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Plat et de largeur modérée.

- Stop : Léger entre les yeux, en aucun cas accentué, évitant de donner à la face un profil creux ou descendant.

REGION FACIALE :

- Truffe : De bonne taille, aux narines bien ouvertes.

- Mâchoires/dents : Mâchoires longues et fortes, capables de porter un lièvre ou un faisan. Elles présentent un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c'est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit et sont implantées bien d'équerre par rapport aux mâchoires. Les dents sont saines et fortes.

- Yeux : De dimensions moyennes, de couleur marron foncé ou noisette, très intelligents d'expression (l'œil rond, proéminent est un défaut grave). Les yeux ne sont pas disposés obliquement.

- Oreilles : Petites et bien attachées, tout contre la tête.

COU:


La tête est bien attachée au cou, qui est de longueur raisonnable et exempt de fanon, harmonieusement attachée, s'insérant obliquement dans les épaules et se fondant bien dans le dos pour permettre au chien de chercher la piste avec aisance.

CORPS :


- Rein : Court et carré. Le rein long et mal attaché est un grave défaut.

- Poitrine : Bien descendue et assez large, bien dessinée dans sa région sternale. Les côtes antérieures sont assez plates. Elles sont bien développées vers l'arrière du thorax, présentant une courbure graduelle; elles sont bien cintrées au centre, mais elles le sont plutôt moins vers l'arrière.

QUEUE :


Courte, droite et bien attachée, portée gaiement, mais jamais bien au-dessus du niveau du dos.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Les antérieurs sont droits; leur ossature est bonne, d'un bout à l'autre des membres.

- Coude : Il joue correctement et d'une façon régulière sur la région sternale.

- Pieds antérieurs : Ronds et forts; doigts serrés et bien cambrés. Coussinets épais et forts.

MEMBRES POSTERIEURS :

Musclés. En station debout, les membres postérieurs, vus sous n'importe quel angle, sont d'aplomb.

- Grasset : Modérément angulé.

- Jarret : Modérément angulé, bien descendu. Les jarrets de vaches sont à proscrire.

- Pieds postérieurs : Ronds et forts; doigts serrés et bien cambrés. Coussinets épais et forts.

ALLURES :


Allures dégagées et faciles; les membres se déplacent dans des plans parallèles à l'axe du corps, qu'ils soient vus de face ou de derrière.

ROBE :


POIL : Dense, de texture fine à moyenne, de bonne qualité, aussi plat que possible. Les membres et la queue sont bien frangés. Une bonne garniture de poils, à l'âge adulte, met la dernière touche à l'élégance d'un bon chien.

COULEUR : Uniquement noir ou marron (foie).

TAILLE ET POIDS :


- Taille préférée :

pour les mâles : 59-61,5 cm (23-24 pouces)

pour les femelles: 56,5-59 cm (22-23 pouces)

- Poids pour un animal en bonne condition :

mâles : 27-36 kg (60-80 livres anglaises)

femelles : 25-32 kg (55-70 livres anglaises).

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé, le bien-être du chien et sa capacité à accomplir son travail traditionnel.

DEFAUTS ENTRAINANT LA DISQUALIFICATION :


- Agressif ou peureux.
- Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Retriever à Poil Plat fait partie de la grande famille des Retrievers et est proche en particulier du Golden Retriever, tant sur le plan physique qu’en termes de tempérament. Il s’en distingue toutefois notamment par le fait qu’il mûrit généralement plus lentement que les autres chiens et garde toute sa vie une exubérance de chiot, ce qui lui vaut d’ailleurs d’être parfois surnommé le « Peter Pan des Retrievers ». Cette grande énergie et vitalité en fait un compagnon merveilleux et attachant, notamment pour des enfants. Par contre, cela implique aussi qu’une certaine patience est nécessaire dans son éducation.

 

En effet, bien qu’il aime plaire, le Float-Coated Retriever peut aussi se montrer quelque peu têtu. Cela est notamment lié au fait qu’il adore se divertir, or parfois cela signifie ignorer son maître ou lui désobéir. Cela dit, il reste de manière générale un bon élève, sensible aux réprimandes. Cette sensibilité implique d’ailleurs que des méthodes d’entraînement trop strictes et rigides ne lui conviennent généralement pas, car elles risqueraient de le braquer et de le rendre encore plus têtu. Il vaut donc mieux privilégier une méthode d’éducation canine basée sur le renforcement positif, c’est-à-dire sur le fait de récompenser les bons comportements – c’est le cas par exemple du clicker training. La nourriture en particulier peut faire des miracles avec ce chien, car elle représente pour lui une importante motivation. Le Retriever à Poil Plat est en effet un chien extrêmement gourmand, et peut d’ailleurs aussi le rappeler hors des séances de travail : à la moindre baisse d’attention de son propriétaire, il est capable de voler toute nourriture qu’il est en mesure d’atteindre, où qu’elle se trouve. Il convient donc de veiller à ne pas laisser traîner des aliments à portée de ce chien qui semble toujours avoir faim !

 

Tolérant et amical, il aime tout le monde, y compris les plus jeunes. Conjugués à son enthousiasme, ces traits de caractère en font même une race de chien idéale avec des enfants. Il faut toutefois que ces derniers aient déjà un certain âge : avec des tout-petits, son exubérance et sa grande énergie pourraient entraîner des bousculades et coups de queue involontaires. Sa personnalité plutôt facile et très amicale en fait également un bon compagnon pour de jeunes retraités, dès lors qu’ils sont en mesure de le sortir régulièrement et répondre à ses importants besoins d’exercice physique. 

 

De manière générale, il adore la compagnie humaine, noue des liens très forts avec sa famille, et a besoin de son attention. Il adore jouer pendant des heures et s’épanouit tout particulièrement au sein d’une famille nombreuse.

 

Sa bonne entente avec les humains s’étend aussi à ceux qu’il ne connaît pas. S’il est possible qu’il aboie lors de la venue d’un visiteur, c’est pour en informer son maître, certainement pas parce qu’il considère tout étranger comme une menace. Très accueillant et amical, ayant tendance à aimer rapidement toute nouvelle personne le rencontrant - a fortiori si cette dernière se montre amicale à son égard – et appréciant les visites, il est fait pour tout sauf pour monter la garde. Par contre, sa grande proximité avec l’Homme et son important besoin d’attention en font un chien qui supporte mal la solitude. S’il vit dans une famille trop peu présente pour lui, il risque d’être malheureux et de développer des comportements destructeurs.

 

La cohabitation avec des congénères ne pose généralement pas de problème. Il peut également s’entendre à merveille avec un chat, dès lors qu’un travail correct de socialisation a été effectué. En revanche, mieux vaut éviter d’envisager de la faire vivre avec des oiseaux ou des rongeurs, car son instinct de chasseur aurait toutes les chances de l’amener à les poursuivre.

 

Par ailleurs, bien qu’il soit assez calme en intérieur, il n’est pas vraiment adapté à la vie en appartement. C’est un chasseur dans l’âme, qui aime se dépenser dans les environnements vastes lui donnant la possibilité de courir ou de nager. Il fait d’ailleurs partie des meilleurs chiens nageurs et adore l’eau, ne semblant jamais aussi heureux que lorsqu’il se roule dans des flaques d’eau, saute dans des fontaines ou tout simplement fait de longues baignades dans les lacs, rivières et autres points d’eau qu’il croise sur son chemin. Il lui faut se dépenser au moins 1h30 chaque jour pour être bien dans ses pattes et dans sa tête. Toute personne envisageant d’adopter un Float-Coated Retriever doit donc s’assurer d’être en mesure de lui procurer des conditions de vie compatible avec ses besoins, car s’il n’est pas en mesure de se dépenser suffisamment, il peut rapidement développer des problèmes de comportement, tels que du stress ou de l’agressivité.

Le Retriever à Poil Plat apprend très vite, mais il est très sensible : quoi qu’il advienne, il faut donc prendre garde à ne pas punir son chien de manière trop fréquente ou trop dure, car s’en souviendra et pourrait devenir réfractaire aux séances de travail. À l’inverse, le recours à une méthode d’éducation canine basée sur le renforcement positif - et donc le recours à des récompenses -, comme par exemple le clicker training, lui convient très bien. Il faut dire qu’il trouve en la nourriture une importante source de motivation qu’il serait dommage de ne pas utiliser lors des séances de travail.

 

Le fait qu’il atteigne tard sa maturité complique parfois un peu son éducation. Il convient donc simplement de s’armer de patience et de calme, et surtout de faire montre d’une grande cohérence, car ce chien intelligent ne manque pas d’interpréter chaque mouvement et chaque parole de son maître. Il n’en reste pas moins dans l’ensemble assez simple à éduquer, et le temps consacré à de courtes séances de travail dès son jeune âge est un investissement qui se montrera payant et durable pour avoir un compagnon obéissant une fois adulte.

 

Par ailleurs, comme pour tout chien quelle que soit sa race, une socialisation précoce ne peut qu’être bénéfique sur tous les plans. Le Flat-Coated Retriever se montre spontanément très sociable et ouvert aux changements dans son environnement, et une socialisation de qualité, à travers l’exposition à tous types de personnes, d’animaux, de sons et de situations, renforce ces traits de caractère, le rendant encore plus équilibré et parfaitement apte à évoluer au milieu des humains. Elle peut s’avérer notamment particulièrement utile pour qu’éviter qu’il confonde avec du gibier les chats, les oiseaux ou encore les rongeurs.

Avant toute chose, il convient de souligner que le Retriever à Poil Plat met un certain temps à atteindre sa pleine maturité physique, et que comme toute grande race de chien, il est particulièrement fragile pendant sa période de croissance. Selon les individus, cette dernière se poursuit jusqu’à l’âge de 12 à 15 mois. Par conséquent, même si c’est une race ayant un grand besoin de se dépenser, il faut lui épargner tout exercice trop intense pendant cette phase, au risque d’endommager ses articulations, souvent de manière irrémédiable. Il convient en particulier d’éviter les escaliers et les activités impliquant des sauts. Les promenades trop longues sont également à proscrire : avant 3 mois, 5 à 10 minutes suffisent, puis il ne faut pas dépasser une demi-heure tant qu’il n’a pas atteint les 10 mois.

 

Par ailleurs, les individus de couleur noire sont particulièrement sensibles aux températures élevées. Il convient d’être attentif à tout signe laissant penser à un coup de chaleur du chien lors des saisons les plus chaudes, car son corps peut surchauffer rapidement.

 

Ceci étant dit, le Retriever à Poil Plat est de manière générale un chien à la santé solide. Cependant, comme toutes les races, il peut être sujet à certains soucis, et une partie d’entre eux sont héréditaires - c’est dysplasie de la hanche. En cas d’adoption auprès d’un éleveur de Retriever à Poil Plat, il convient de s’enquérir des tests pratiqués sur les reproducteurs et leurs petits, car cela permet d’écarter certaines maladies.

 

Ainsi, il est parfois sujet à une luxation rotulienne, c’est-à-dire le glissement d’un genou hors de sa place, provoquant des boiteries. À long terme, le frottement causé par cette luxation peut aussi entraîner des problèmes d’arthrite du chien. Par ailleurs, en fonction de la gravité de la luxation, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire.

 

Comme la plupart des grands chiens, le Retriever à Poil Plat présente aussi un risque accru de dysplasie de la hanche : le fémur ne s’insère pas parfaitement dans la cavité pelvienne de l’articulation de la hanche. Certains individus peuvent présenter des douleurs et des boiteries sur une ou deux des pattes arrière, mais d’autres ne montrent aucun symptôme. Par contre, au fur et à mesure que l’âge du chien avance, des problèmes d’arthrose peuvent apparaître. Cette affection étant héréditaire, les chiens testés positifs à la dysplasie de la hanche sont exclus de la reproduction. C’est du moins ce que fait tout éleveur de Flat-Coated Retriever sérieux, et il convient de s’en assurer lors de l’adoption d’un chiot auprès d’un éleveur, en demandant les résultats des tests des parents.

 

Un autre problème auquel le Flat-Coated Retriever est exposé est la dilatation-torsion de l’estomac. Ce syndrome grave et potentiellement mortel affecte les chiens de grande taille dotés d’une poitrine profonde. De l’air ou des gaz s’accumule dans l’estomac du chien, qui se tord, ne laissant pas ces derniers s’évacuer. Pire, cela comprime les veines environnantes, et donc perturbe le flux sanguin. Sans prise en charge immédiate par un vétérinaire, l’animal meurt très rapidement.

 

Différents types de cancer du chien affectent aussi tout particulièrement cette race.

 

L’ostéosarcome, par exemple, affecte tout particulièrement les grands chiens, et le Retriever à Poil Plat n’y échappe pas. Il s’agit d’un cancer osseux assez agressif, provoquant dans un premier temps des boiteries. Cette maladie débouche en général sur l’amputation du membre touché et une lourde chimiothérapie. Il est malheureusement très rare qu’un chien survive à cette maladie, car le problème est souvent diagnostiqué trop tard. En fonction des cas et une fois identifiés, les individus touchés peuvent tout de même réussir à vivre de 9 mois à 2 ans de plus que s’ils n’avaient pas été pris en charge, grâce à des traitements adaptés.

 

Une autre forme de cancer à laquelle ce chien est davantage exposé est l’histiocytose maligne. Bien que cette forme de cancer soit rare, c’est la plus couramment observée chez cette race, et elle est généralement contractée à partir de 6 ans. Elle se manifeste sous forme d’une masse localisée la plupart du temps au niveau du coude ou du genou, et évolue très rapidement une fois apparue. Elle se traite par voie chirurgicale et chimiothérapie, mais le changes de guérison sont généralement faibles.

 

Le Retriever à Poil Plat peut également souffrir de lymphosarcome, un des cancers les plus couramment observés chez le chien, toutes races confondues. Il peut se manifester sur diverses parties du corps, comme la rate, le tractus gastro-intestinal, les ganglions lymphatiques, le foie ou encore la moelle osseuse.

 

En ce chien est aussi davantage sujet est l’hémangiosarcome. Cette forme de cancer malin se retrouve dans la muqueuse des vaisseaux sanguins et dans la rate. Il peut être traité par chirurgie et chimiothérapie, mais là aussi l’animal touché a peu de chances de s’en sortir.

Contrairement à ce que pourraient laisser penser ses longs poils sombres, le Retriever à Poil Plat est une race de chien facile d’entretien.

 

Son poil nécessite un brossage hebdomadaire, voire un peu plus s’il sort régulièrement en extérieur. Certains propriétaires vont jusqu’à le brosser tous les jours, de façon à éviter que ses longs poils tombants atterrissent partout dans la maison. Il est aussi possible de couper les poils les plus longs, c’est-à-dire ceux au niveau des oreilles, des pieds, du ventre et de la queue ; ceci permet d’éviter que des saletés s’y accumulent lors des promenades.

 

Le bain n’est pas à prescrire trop régulièrement, mais il peut être utile dans le cas où ce chien aux poils assez longs se salit trop, par exemple suite à une excursion dans un environnement boueux. En dehors de ces circonstances, donner un bain à son chien 2 à 3 bains par an suffit amplement pour conserver son pelage en bon état, en plus bien sûr du brossage hebdomadaire.

 

S’il croise un point d’eau lors d’une de ses balades, le Float-Coated Retriever est souvent tenté d’aller y piquer une tête. Le cas échéant, il est conseillé de le rincer une fois qu’il en est sorti, tout particulièrement s’il s’agissait d’eau chlorée, salée ou contenant des algues, de façon à prévenir d’éventuels problèmes de peau et à le garder propre.

 

Il peut aussi être utile de couper les griffes de son chien une ou deux fois par mois. En effet, contrairement à ce qu’on pourrait penser avec un chien aussi actif, l’usure naturelle ne suffit généralement pas, car ses griffes poussent assez vite.

 

Par ailleurs, comme tout chien aux oreilles tombantes, un nettoyage hebdomadaire de ces dernières s’impose pour éviter tout risque d’infection.

 

La séance de toilettage hebdomadaire doit aussi être l’occasion de s’occuper de ses yeux, afin de s’assurer qu’il n’y a pas de problème à ce niveau (larmoiements, yeux rouges…) et d’en nettoyer les contours à l’eau claire. 

 

Il faut aussi en profiter pour nettoyer ses dents. Brosser les dents de son chien permet d’éviter une accumulation de tartre et les problèmes qui vont avec, à commencer par une haleine forte.

 

Afin d’éviter toute réaction rendant les choses incommodes vu son gabarit, il convient de l’habituer le plus tôt possible à être manipulé, que ce soit d’ailleurs par son maître ou par une tierce personne. L’apprentissage de l’entretien, des bruits, odeurs et manipulations qui vont avec, doit faire partie intégrante de l’éducation du chiot.

Une alimentation industrielle de qualité convient tout à fait au Retriever à Poil Plat. Il est recommandé de lui donner entre 3,5 et 4,5 tasses de nourriture par jour, en prenant soin de la diviser en 2 à 3 repas. En effet, le fait de manger de grandes quantités de nourriture trop rapidement est susceptible d’entraîner une dilatation-torsion de l’estomac, un grave syndrome auquel cette race est particulièrement exposée.

 

Toujours dans l’optique de diminuer ce risque, il faut s’assurer qu’il ne boive pas de trop grosses quantités d’eau d’un coup, qu’il mange dans un lieu calme, et lui éviter toute activité physique trop intense avant et surtout après chaque repas.

Utilisé depuis plus d’un siècle comme chien de chasse, le Retriever à Poil Plat excelle encore aujourd’hui dans ce rôle. Il peut convenir quel que soit le type de gibier visé, mais excelle surtout pour traquer les plus petits. Il est tout particulièrement apprécié pour sa grande capacité à aller récupérer les oiseaux tombés dans l’eau.

 

Il fait également un parfait chien de compagnie, en particulier pour un maître ou une famille sportive. Quiconque rêve de faire du jogging avec son chien – ou même simplement de longues randonnées - trouvera en lui un partenaire idéal, et il excelle aussi dans les sports canins qui mettent à profit ses qualités physiques, tels que l’agility, le cani-cross ou le flyball.

 

Par contre, même s’il est le premier demandeur et a un grand besoin d’exercice, il ne faut pas oublier qu’il met du temps à atteindre sa pleine maturité physique, et doit être ménagé en attendant. Des exercices trop intenses pourraient par exemple entraîner des malformations ou perturber le bon développement de ses articulations, avec bien souvent des conséquences à vie.

Même s’il est moins courant que certains de ses cousins Retriever, trouver un Retriever à Poil Plat en Europe de l’Ouest ne présente pas de difficultés particulières, contrairement par exemple à ce qu’on constate aux États-Unis, où des mois d’attente peuvent être nécessaires.

 

Le montant à débourser pour adopter un chiot Flat-Coated Retriever auprès d’un éleveur de qualité se situe entre 900 et 1200 euros. Il est évidemment plus ou moins élevé en fonction de la qualité de sa lignée et de la réputation de l’élevage, ainsi que de ses qualités physiques. On ne note pas de différences de prix en fonction du sexe du chiot.

Trouvez un élevage de Retriever à Poil Plat près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Retriever à Poil Plat ou organiser une saillie entre Retrievers à Poil Plat ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Retriever à Poil Plat

Elliot a 6 ans. Il n'aime pas l'eau mais est très doué: il ferme les portes, obéi à -assis, couché, recule, rampe, tourne, cherche, stop, pas bougé, au pied,aboie sur un simple mouvement de ma part que je lui ai appris ou sur ordre, apporte tout ce que je lui demande, trouve mes clefs, s'assied sur le bas côté de la route quand je dit "voiture"? amène sa gamelle, à gauche, à droite et il a trouvé un pompier caché dans les bois à 500m de chez lui et si j'ai la flemme de marcher sous la pluie, il suit la voiture et remonte au rappel.Une croquette posée sur le buffet et il fait ce qu'on lui demande. Il est dressé pour vivre avec les enfants: on peut lui tirer la queue, lui prendre sa gamelle, passe entre mes jambes, slalome entre les arbres. Il est le chouchou de la vétérinaire parce qu'il se laisse manipuler et monte seul sur la balance. Mais c'est avant tout mon meilleur ami et c'est un ange.

   
Par Saivres Maryse

J'ai eu le bonheur d'avoir un Flat pendant sept ans, et je ne l'oublierai jamais... C'était une chienne douce et toujours de bonne humeur. Pas très futée, elle mettait dans le coeur tout ce qu'elle n'avait pas dans la tête! Facilement distraite, elle était un vrai pot de colle et acceptait absolument tout du moment qu'elle était avec la famille. Il ne faut surtout pas crier pour s'en faire obéir, un simple "non" suffit... mais surtout, beaucoup de récompenses vocales. Et le plein de câlins, matin, midi et soir. Elle a également élevé notre jeune chatte, allant jusqu'à la laisser la téter au début!

+1    0
Par Françoise de Rougemont

Il ne faut pas la confondre avec le labrador.

+1    0
Par aureliet