Fila de Sao Miguel

Fila de Sao Miguel

Autres noms : Fila de Saint Miguel
Nom d'origine : Cão de Fila de Sao Miguel
Pays d'origine : Portugal
Groupe : Chien de type Pinscher ou Schnauzer - Molossoïde - Chien de montagne et de bouvier suisse

Qualités du Fila de Sao Miguel

Tempérament du Fila de Sao Miguel

Affectueux
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Sociabilité du Fila de Sao Miguel

Avec les enfants

Le Fila de Sao Miguel au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Santé robuste
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Bave peu
Mange peu
Peu enclin à l'obésité

Caractéristiques

Poids de la femelle
De 20 à 30 kilos
Poids du mâle
De 25 à 35 kilos
Taille de la femelle
De 48 à 58 cm
Taille du mâle
De 50 à 60 cm

Le Fila de Sao Miguel : pour qui ?

Avec des enfants
En appartement
Comme premier chien
Pour personne peu disponible
Pour personne sportive
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Fila de Sao Miguel

HistoireApparenceCaractèreÉducationSantéEntretienAlimentationUsagesLégislationPrixDivers

Le Fila de São Miguel (appelé Cão Fila de São Miguel en portugais et Azores Cattle Dog en anglais), est un chien de bouvier originaire de l’île de São Miguel, dans l’archipel des Açores (Portugal).  Son nom vient du portugais « fila », qui signifie « prendre, attraper ». 

 

Ses origines sont assez floues jusqu’au début du 19è siècle, en l’absence d’une documentation fiable. Il est toutefois plus que probable qu’il existe depuis des centaines d’années dans l’archipel, où il était (et est toujours) utilisé dans les fermes comme bouvier et chien de garde.

 

De fait, on ne peut qu’avancer des hypothèses plus ou moins étayées quant à ses ancêtres. Son type molossoïde marqué laisse penser sans grand risque d’erreur qu’il est issu des molosses amenés par les marins, notamment les Portugais au moment de la découverte des Açores. La race actuelle serait donc le résultat de croisements entre plusieurs races (Rafeiro do Alentejo, Cão de Castro Laboreiro…) qui auraient d’abord été à l’origine du Cão de Terceira (du nom d’une des îles de l’archipel), race aujourd’hui disparue. Le Cão de Terceira aurait ensuite été croisé avec d’autres molosses, notamment des Dogues, jusqu’à donner le Fila de São Miguel. Tout ceci est néanmoins à prendre au conditionnel, car il n’y a pas de preuves irréfutables de la filiation entre le Cão de Terceira et le Fila de São Miguel.

 

Lorsque les Portugais découvrirent les Açores en 1427, il n’y avait aucune présence humain sur l’île, et même les animaux étaient très peu nombreux. En vue de coloniser ces îles, ils y amenèrent donc force bétail, qui fut lâché dans la nature. En l’absence de prédateurs, les troupeaux se développèrent rapidement, et une partie des animaux importés retourna à l’état sauvage. Lorsque la colonisation proprement dite commença, qu’on construisit les premières villes et les premières fermes pour y faire des cultures et de l’élevage, les colons eurent besoin de chiens forts, hardis et au caractère facilement agressif, non seulement pour garder les troupeaux domestiques, mais aussi pour attraper les animaux redevenus sauvages, qui étaient beaucoup plus forts et qui pouvaient s’avérer dangereux.

 

Comme le Fila de São Miguel correspondait parfaitement à ces besoins, son usage se répandit dans l’ensemble des Açores, et il est même très probable que des individus aient été amenés dans les autres colonies portugaises d’alors, comme le Brésil, le Mozambique, le Cap-Vert, Madère, ou encore l’Angola. L’essentiel de la population resta cependant concentré dans les Açores.

 

Au début du 20ème siècle, un travail de sélection (uniquement sur des critères d’utilité) tendant à homogénéiser les caractéristiques du chien permit de fixer la race telle qu’on la connaît aujourd’hui, qui se distingue par sa bravoure, son sens aigu du territoire et de la protection. C’est à ce moment-là que le Fila commença à être connu hors de la sphère d’influence portugaise, avec l’exportation de quelques individus dans d’autres pays, y compris les États-Unis.

 

Il fallut cependant attendre les années 80 pour qu’elle commence à être reconnue, avec la publication du premier standard en 1984. La même année, elle fut reconnue par le Kennel Club portugais. Le premier club de race fut créé en 1991, toujours au Portugal (Clube do Cão de Fila de São Miguel).

 

En 1995, la Fédération Cynologique Internationale (FCI) reconnut la race à titre provisoire, et l’inscrivit dans le Groupe 1 (chiens de berger et de bouvier, sauf chiens de bouvier suisses). La reconnaissance définitive eut lieu en 2007, mais elle fut finalement inscrite dans le Groupe 2 (chiens de type Pinscher et Schnauzer – Molossoïdes et chiens de montagne et de bouvier suisses).

 

Peu d’organismes ont suivi l’exemple de la FCI. Par exemple, ni l’AKC (American Kennel Club) et l’UKC (United Kennel Club) américains, ni le CKC (Canadian Kennel Club), ni le Kennel Club britannique ne reconnaissent le Fila de São Miguel.

 

Aujourd’hui, même s’il commence à susciter un peu d’intérêt de par le monde, il reste peu connu hors de sa région d’origine, où il est par contre très répandu. En France, la SCC (Société Centrale Canine) comptabilise entre 50 et 100 inscriptions annuelles au LOF.

Le Fila de São Miguel est un chien de type molossoïde, de taille moyenne, à l’aspect rustique et athlétique, qui dégage une forte impression de puissance.

 

Sa tête est anguleuse et forte, avec un stop marqué. Le crâne est large, carré et légèrement bombé. Les yeux, ovales et de taille moyenne, sont de couleur brun foncé. Ils sont placés horizontalement et légèrement enfoncés. Le regard est expressif.

 

Les oreilles, de taille moyenne et attachées au niveau de l’œil, sont triangulaires. Elles retombent sans être accolées aux joues. Dans les pays qui autorisent l’otectomie, elles sont coupées en arrondi pour les protéger des ronciers.

 

La truffe est large et noire, les mâchoires très puissantes présentent une denture en ciseaux (la mâchoire supérieure recouvre la mâchoire inférieure) ou en pince (les deux mâchoires sont bord à bord).

 

Le poitrail est ample et bien développé, le dos bien droit. Les membres sont forts, moyennement écartés. La croupe est légèrement plus haute que le garrot.

 

La queue est attachée haut, de longueur moyenne, épaisse et légèrement recourbée. Dans les pays autorisant la caudectomie, elle est coupée au niveau de la 2ème ou de la 3ème vertèbre, mais elle peut aussi être courte de naissance.

 

Le poil est court, lisse, dense et rêche. Il est légèrement frangé au niveau de la queue, de l’arrière-train et à l’arrière des cuisses. La robe est toujours bringée, mais de nombreuses couleurs sont acceptées : elle peut ainsi être fauve, sable charbonné, ou de gris clair à gris foncé. Des marques blanches sont autorisées sur le front, du menton au poitrail, ainsi qu’à l’extrémité des pattes.

 

Par ailleurs, le Fila de São Miguel a une démarche chaloupée caractéristique de la race.

 

Enfin, sans qu’on puisse parler de deux variétés distinctes, il est intéressant de noter que les lignées des Açores sont un peu plus petites et plus robustes que celles issues d’élevages continentaux. Ces différences sont dues aux sélections effectuées par les éleveurs sur le continent.

Taille & poids

Taille du mâle
De 50 à 60 cm
Taille de la femelle
De 48 à 58 cm
Poids du mâle
De 25 à 35 kilos
Poids de la femelle
De 20 à 30 kilos

Standard de la race

Les standards de race sont des documents établis par les organismes officiels qui listent les conditions qu'un Fila de Sao Miguel doit respecter pour être pleinement reconnu comme appartenant à la race :

Le Fila de São Miguel est un chien intelligent et doté d’un fort caractère fort, mais très attaché à sa famille et notamment à son maître, avec lequel il se montre réceptif, doux et docile. Bien qu’il soit très protecteur envers tous les membres du foyer, il a tendance à s’attacher surtout à une personne. Sa loyauté et son affection sont telles qu’il est difficile de lui trouver un nouveau maître si un jour cela devient nécessaire.

 

La cohabitation avec les enfants ne pose pas de problème si ces derniers respectent sa tranquillité. Cependant, compte tenu de sa force et de sa taille, il pourrait brusquer involontairement les plus jeunes.

 

Par contre, étant naturellement très dominant, il est déconseillé d’essayer de faire vivre dans le même foyer un Fila de São Miguel et un autre chien.

 

Son fort instinct territorial et protecteur en fait un excellent chien de bouvier et de garde : il se montre hardi, courageux et résistant. De fait, il n’apprécie pas les étrangers et peut se montrer agressif envers ses congénères et les autres animaux, qu’il risque de considérer, selon leur taille, comme des intrus ou des proies. Pour que son instinct de garde très marqué ne le conduise pas à devenir agressif, une socialisation précoce est nécessaire. Cela ne dispense toutefois pas de rester vigilant quant à ses relations avec d’autres chiens et d’autres animaux en général, qu’ils appartiennent à l’entourage ou qu’ils soient rencontrés au hasard d’une promenade.

 

Ce chien souple, agile et rapide a besoin de beaucoup d’exercice physique (au moins une heure par jour), et comme tous les chiens intelligents, il a également besoin d’être stimulé mentalement. C’est avant tout un chien de travail, qui est heureux lorsqu’il a quelque chose à faire et se sent utile.

 

À défaut, il peut déprimer ou présenter des troubles du comportement, comme être destructeur, hyperactif, aboyer excessivement (alors qu’en temps normal il n’aboie pas sans raison) ou encore devenir agressif. En revanche, s’il se dépense et est suffisamment stimulé, il est joueur, calme et friand de caresses.

 

C’est donc une race de chien recommandée pour un maître sportif, toujours prêt pour de longues promenades avec son chien. L’idéal est que ces dernières soient assez variées, car la stimulation olfactive est aussi très importante pour le Fila. Par ailleurs, au-delà des simples promenades, il est aussi très heureux de partager avec son maître diverses activités comme des sports canins, qu’il s’agisse de pistage, d’obé-rythmée, de cani-cross ou encore d’agility. Dans le même esprit, il peut également bien sûr être formé à la garde et à la protection, qui correspondent à sa nature. Quoi qu’il en soit, ce chien ne convient pas à des maîtres trop sédentaires, trop occupés ou trop âgés.

 

Il peut vivre en ville si on lui propose assez d’activités, mais l’idéal pour lui reste une maison avec un jardin bien clos. Ce n’est pas parce qu’il est très fugueur (les chiens ayant un fort instinct territorial comme lui ne le sont généralement pas), mais plutôt pour éviter des rencontres avec des congénères inconnus ou d’autres animaux qui pourraient mal se terminer pour les intrus.

 

Le Fila de São Miguel est un chien très attachant mais qui a des besoins importants et un caractère qui reste fort, quand bien même il a été parfaitement éduqué. C’est plus un chien de travail qu’un chien de compagnie à proprement parler. Toute personne envisageant d’adopter un Fila de São Miguel  doit donc bien réfléchir quant à sa capacité à pouvoir répondre à ses besoins.

L’éducation du Fila de São Miguel doit être ferme mais sans rudesse, et ne pas chercher à établir un rapport de force : cela serait contre-productif, voire nuisible à la relation avec son maître. L’éducation canine positive est bien plus efficace que l’autorité pure. Ceci est valable pour tous les chiens, mais encore plus vrai avec ceux qui comme lui ont un caractère assez entier.

 

Volontiers dominant de nature, il doit toutefois comprendre clairement qui est le maître, et ce tout au long de sa vie : on peut dire en quelque sorte que son éducation n’est jamais vraiment terminée, et qu’il peut être nécessaire à tout moment de rappeler à son chien sa place dans la hiérarchie familiale. Ce n’est donc pas une race de chien conseillée pour un maître novice.

 

Par ailleurs, de par son caractère très protecteur qui le rend peu enclin à accepter des animaux ou des humains qui lui sont étrangers, il a besoin d’être socialisé très tôt et de manière intensive. Il faut pour cela le mettre en contact dès son plus jeune âge avec de nombreux congénères, humains et autres animaux, afin qu’il les accepte et que le risque de conflit soit réduit.

 

S’il est bien socialisé et qu’il a compris qui est le maître, ce chien intelligent et réceptif est docile et apprend très vite. On peut ainsi réussir à le rendre assez sociable, mais il ne faut toutefois jamais tenir cela pour acquis, en particulier avec d’autres animaux : son instinct territorial et protecteur est très fort et peut à tout moment reprendre le dessus, en particulier s’il perçoit à tort un de leurs comportements comme une menace.

 

Enfin, compte tenu de son gabarit et de son caractère, il est nécessaire de l’habituer à être manipulé dès son plus jeune âge, afin d’éviter toute difficulté par la suite, notamment dans le cadre de son entretien.

Le Fila de São Miguel est une race de chien rustique et très robuste : restant encore aujourd’hui un chien de travail, il est habitué à rester dehors toute l’année avec les troupeaux dont il assure la garde. Il jouit généralement d’une excellente santé, et ne présente de prédispositions particulières à aucune pathologie.

 

Dans sa région d’origine, il peut vivre jusqu’à 15 ans, ce qui est beaucoup pour un chien de taille moyenne. Ailleurs, en revanche, les programmes d’élevage ont cherché – et sont parvenus - à obtenir des individus plus grands, ce qui implique potentiellement plus de problèmes de santé, et une longévité moins importante.

 

Les propriétaires d’un Fila de São Miguel ne provenant pas des Açores doivent donc être vigilants quant aux risques de dilatation-torsion de l’estomac, assez fréquents chez les grands individus. Pour prévenir ce problème, il faut notamment éviter les repas très copieux (privilégier plusieurs repas dans la journée plutôt qu’un gros repas) ainsi qu’une activité trop importante avant et surtout après les repas.

 

Il présente aussi un risque accru de dysplasie du coude ou dysplasie de la hanche, en particulier pour les individus qui ne proviennent pas des Açores. Dans cette pathologie, la tête du fémur/humérus ne s’adapte pas à la cavité correspondante du tibia/radius. Cela se traduit par des douleurs et une boiterie, qui peuvent nécessiter la pose d’une prothèse.

Le Fila de São Miguel n’a pas un grand besoin d’entretien: brosser le pelage de son chien une à deux fois par semaine suffit à éliminer les poils morts et à conserver ses vertus protectrices.

 

On peut par ailleurs lui donner occasionnellement (tous les deux ou trois mois, s’il ne s’est pas particulièrement sali) des bains, en prenant soi bien sûr d’utiliser un shampoing fait pour les chiens.

 

Il est conseillé de brosser les dents de son chien au moins deux à trois fois par semaine. Cette opération ne pose normalement pas de problème, dès lors qu’il y a été habitué dès son jeune âge.

 

Quant aux oreilles du chien, elles doivent être inspectées et nettoyées régulièrement (idéalement une à deux fois par mois), pour éviter les infections.

 

Enfin, il est nécessaire de couper les griffes de son chien environ une fois par mois. Si on les entend cliqueter sur le sol quand il se déplace, cela veut dire qu’elles sont trop longues.

Le Fila de São Miguel n’est pas un chien difficile à nourrir. Les croquettes du commerce lui conviennent très bien, à condition qu’elles soient de bonne qualité et que les rations correspondent à son âge et à son niveau d’activité.

 

Pour éviter les risques de torsion de l’estomac, il est préférable de lui donner plusieurs petites rations espacées plutôt qu’un gros repas, et d’éviter tout exercice dans la demi-heure qui précède et surtout celle qui suit ces derniers. Il ne faut pas hésiter à prendre conseil auprès d’un vétérinaire pour définir le nombre et le poids des rations journalières.

Même si on peut en faire un chien de compagnie tout à fait agréable, le Fila de São Miguel reste avant tout destiné au travail. Aux Açores, il est toujours utilisé par les éleveurs comme chien de conduite des troupeaux et chien de protection des troupeaux de vaches.

 

Excellent chien de garde et de défense, il est aussi employé au Portugal par les services de police et de sécurité, ainsi que par l’armée.

 

Enfin, sa loyauté et son instinct de protection en font un très bon chien de thérapie et de soutien, que l’on peut voir dans des hôpitaux et des maisons de retraite, en particulier dans sa région d’origine.

Classement de la Fédération Cynologique Internationale :

Un chiot Fila de São Miguel coûte en moyenne autour de 800 euros.

Ses qualités athlétiques indéniables lui permettent d'être rapide et efficace. Sa souplesse lui confère une spectaculaire agilité de félin.
Trouvez un élevage de Fila de Sao Miguel près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Fila de Sao Miguel

Il est aussi beau les oreilles entieres que coupées. Contrairement a d'autre race, le look du FSM etait du a son travail de Bouvier. Les otites a repetition (a cause des conditions de travail et climatique), les coupures et dechirures des oreilles a cause des sabots des vaches et eviter les blessures et infections lors des poursuites de gibers a travers les ronces qui delimitent les champs ( j'ai eu cette malheureuse experience et je peux vous dire que l'oreille etait entierement scindé en 2 parties et vous n'imaginez pas les degats avec tout le sang)

   
Par joao.capinha

le San Miguel est tellement plus beau avec ses oreilles entières et sa queue longue ! quel dommage de l'enlaidir ainsi ! on devrait interdire ces pratiques d'un autre âge ...!

+1    0
Par élodie

tres belle race dommage que l'on lui coupe les oreilles en france!

+1    0
Par gilles christele

Mala, ma fila est une chienne magnifique ,super intelligente et très sociable avec les autres chiens. Exclusive avec moi, mais pour toujours adorable avec les membres de la famille. Elle a ses oreilles et sa queue entières. Elle est magnifique comme ça et c'est plus naturel. Il est vrai que pour les otites c'est pas le top. Il faut juste penser à lui nettoyer les oreilles avec un sérum après chaque bain et ça passe.
Éduqué comme il faut dès que vous l'avez ce sera une boule d'amour et un très bon gardien.

+1    0
Par Gilles

Chien extraordinaire et de surplus extrêmement fiable

0    0
Par Martoche

Beaucoup d'énergie, ne contrôle pas au début. il faut impérativement aller au dressage puis il sera doux comme un agneau et s'adaptera aux autres chiens de la famille (attention au dehors).très obéissant, il adore son maître et se fait trousser par un pinsher nain qui ne veut pas jouer avec lui. très intelligent, fait la différence entre câlins qu'il aime et obéissance qu'il se plaît à satisfaire

0    0
Par pseudotitte

Beaucoup d'énergie, ne contrôle pas au début. il faut impérativement aller au dressage puis il sera doux comme un agneau et s'adaptera aux autres chiens de la famille (attention au dehors).très obéissant, il adore son maître et se fait trousser par un pinsher nain qui ne veut pas jouer avec lui. très intelligent, fait la différence entre câlins qu'il aime et obéissance qu'il se plaît à satisfaire

0    0
Par pseudotitte