Esquimau canadien

Esquimau canadien

Autres noms : Inuit canadien
Nom d'origine : Canadian Eskimo dog
Groupe : Chien de type Spitz et de type primitif

Partager
 
A l’instar de l’Hotocho (ou Bouvier mongol), l’Esquimau canadien (ou Qimmiq en langue Inuktitut) est une race de chien très ancienne, peut-être...   Lire la suite

A l’instar de l’Hotocho (ou Bouvier mongol), l’Esquimau canadien (ou Qimmiq en langue Inuktitut) est une race de chien très ancienne, peut-être l’une des premières à avoir accompagné l’Homme sur cette partie du globe, il y a près de 4 000 ans. Fidèle compagnon du peuple Inuit Thulé, il est alors élevé et éduqué pour devenir un chien de trait endurant, capable de couvrir de longues distances à un rythme soutenu. En outre, sa carrure, son excellent nez et son intelligence sont mis à profit pour repérer les trous de respiration des phoques afin de les chasser, et protéger les familles des bœufs musqués et des ours polaires.

 

Dans les années 1920, l’Esquimau canadien continue d’être étroitement associé à la culture Inuit : ils sont près de 20.000 à travailler aux côtés des hommes dans les territoires situés au nord du pays. Toutefois, cet âge d’or ne va pas perdurer. En effet, l’arrivée de la motoneige dans les années 60, l’abattage massif et systématique des chiens inuits par le gouvernement canadien (officiellement, pour des raisons de santé publique – officieusement, affirment certains, pour intimider et assimiler de façon forcée les peuples inuits, en supprimant leur principal outil de travail et un symbole de leur culture), l’introduction de nouvelles races de chiens de traineau tels que les Huskies Sibériens, ainsi qu’une certaine vulnérabilité aux maladies apportées par ces derniers, déciment littéralement les populations d’Esquimaux canadiens pure souche. En 1963, un seul chien Esquimau canadien est inscrit au livre des origines du Club Canin canadien, qui déclare alors l’extinction de la race.

 

Cette déclaration s’avéra prématurée. En effet, c’était sans compter sur la ténacité de William Carpenter, Bill Thompson, John McGrath (fondateurs de la Canadian Eskimo Dog Research Foundation) et Brian Ladoon (éleveur et musher, c’est-à-dire conducteur de traîneaux). Soutenus par le gouvernement dans un souci de préservation du patrimoine culturel inuit, le quatuor part en expédition dans les régions les plus reculées de l’Arctique canadien, avec l’objectif de retrouver des spécimens Esquimau canadiens de pure souche. Leurs efforts se révèlent payants, et grâce aux spécimens dénichés dans les villages inuits, un programme d’élevage voit le jour. A peine quelques années plus tard, en 1970, on compte alors pas moins de 200 sujets. De nos jours, ce nombre atteint les 300 individus dans le monde.

 

Si le United Kennel Club américain reconnaît l’Esquimau canadien en tant que race à part entière dès 1996, il faut attendre 2018, année de la reconnaissance de la race par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) et la Société Centrale Canine, pour que cette race soit réellement mise sur le devant de la scène canine et que le grand public comme les amateurs éclairés soient sensibilisés non seulement aux qualités de ce chien, mais aussi à la précarité de son existence.

 

Néanmoins, même si quelques spécimens ont traversé l’Atlantique pour le Royaume-Uni, la diffusion de la race reste pour l’heure essentiellement circonscrite au Canada et aux Etats-Unis - et même là, les éleveurs d’Esquimaux Canadien sont encore peu nombreux.

   Réduire
Voir plus de photos

Caractère du Esquimau canadien

Le caractère de l’Esquimau canadien est à l’image des conditions environnementales rudes dans lesquelles il vit, et du travail qui rythme son quotidien. Ainsi, il se rapproche plus de l’animal sauvage domestiqué par des peuples tribaux dans une logique de partenariat de travail que d’un vrai animal de compagnie débordant d’affection pour son maître. Intelligent, courageux, mais toujours sur ses gardes, il peut ainsi parfois apparaître comme distant.

 

Cela n’empêche pas ce chien d’être doux et affectueux envers sa famille, ou d’exprimer une amicale curiosité envers les étrangers que celle-ci accueille. Mais la retenue reste le maître mot pour lui. L’Esquimau canadien fait rarement la fête à son maître, même s’il n’hésite pas à réclamer une caresse en signe de reconnaissance. Chien de meute, il voue une loyauté sans borne à celui qu’il considère comme le chef du clan, et se révèle moins distant envers lui. Gare à celui qui montrerait des signes d’animosité envers ce chef : l’Esquimau canadien lui rappellera bien vite le sens du mot respect, à grand renfort de grognements.

 

Les meutes d’Esquimaux canadiens ont d’ailleurs la réputation d’être très organisées. Quelques chamailleries et égratignures peuvent apparaitre de temps à autres, mais elles ne sont pas pour autant un signe avant-coureur de bagarres graves ou de rébellion contre le chef établi.

 

Par ailleurs, contrairement à de nombreuses races de chien récentes, l’Esquimau canadien a gardé un instinct de chasseur très aiguisé. Le moindre stimulus, qu’il s’agisse de nourriture, du début d’un jeu ou d’une bagarre, entraîne une réponse rapide et très enthousiaste de sa part. De fait, ce chien est plutôt recommandé pour une famille d’adultes, et ne doit en aucun cas être laissé avec des enfants, au risque de les blesser involontairement. Il peut s’accommoder de la compagnie de chiens autres que ceux appartenant à sa meute, mais avec quelques réserves, car il a tendance en effet à considérer tout animal plus petit que lui comme une proie à dévorer plutôt que comme un compagnon avec qui cohabiter. Les chats, rongeurs et chiens de petite taille seront soumis à rude épreuve s’ils doivent cohabiter avec lui.

 

Enfin, chien d’extérieur par excellence, appréciant les températures froides et préférant dormir dehors si l’opportunité lui en est offerte, l’Esquimau canadien n’est pas du tout une race de chien adaptée en appartement. Il a en effet besoin de se dépenser chaque jour dehors pendant de longues heures pour maintenir sa forme physique comme psychique. Chien sportif et hyperactif, habitué à tirer des traineaux, l’idéal pour lui est d’avoir un maître aussi endurant que lui. Autant dire qu’il fait un parfait compagnon pour qui voudrait pratiquer avec son chien la cani-rando, le cani-VTT, le ski jöering, le canikart… A défaut d’une activité physique à la hauteur de ses capacités, il devient un chien destructeur et/ou un chien agressif.

 

Enfin, étant un chien très intelligent, il est le roi de l’évasion et des bêtises. Aucune plante délicate ou grillage renforcé ne lui résistent. S’il a décidé de jouer les chiens fugueurs, il sera bien difficile de l’en empêcher.

Santé du Esquimau canadien

L’Esquimau canadien jouit d’excellentes dispositions physiques qui le rendent résistant à bon nombre de maladies génétiques habituellement présentes chez les chiens de races similaires.


Toutefois, s’il s’avère être une force de la nature dans son environnement naturel, il est plus sensible aux parasites et maladies de peau qui se développent sous des températures plus clémentes. Il est donc important de ne pas oublier les rappels des vaccins du chien, et de lui donner régulièrement un traitement préventif contre les tiques et les puces.

 

Par ailleurs, comme beaucoup de chiens nordiques, il présente des prédispositions aux maladies suivantes :
- la dysplasie de la hanche ;
- la cataracte ;
- l’arthrite ;
- la torsion gastrique ;
- l’entropion.

Alimentation du Esquimau canadien

Dans son environnement naturel, la composition du repas d’un Esquimau canadien est essentiellement carnée, qu’il soit nourri par l’homme ou contraint de chasser. Il est donc important de lui prodiguer une alimentation riche en protéines d’origine animale de qualité, par exemple à travers un régime alimentaire BARF.

 

Les chiens qui travaillent ou qui ont une activité physique accrue doivent recevoir un supplément de gras, de farine carnée ou de viande fraiche, en plus de leurs croquettes ou de leur pâtée.

 

Par ailleurs, l’Esquimau canadien a tendance à ne pas très bien digérer les grains ou protéines d’origine végétales, en dehors du riz et du blé.

 

Attention toutefois aux quantités : à défaut d’activité physique régulière, l’Esquimau canadien a tendance à prendre de l’embonpoint. Il est donc important de réguler son alimentation, d’adapter la ration quotidienne aux besoins alimentaires du chien, pour le conserver dans une forme optimale et éviter tout problème d’obésité du chien.

Divers

L’Esquimau canadien a été choisi par le Nunavut comme « animal officiel » et symbole de cette province du nord du Canada.

Caractéristiques du Esquimau canadien

  • Taille du mâle : De 58 à 70 cm
  • Taille de la femelle : De 50 à 60 cm
  • Poids du mâle : De 30 à 40 kilos
  • Poids de la femelle : De 18 à 30 kilos
  • Durée de vie moyenne : De 10 ans à 15 ans

Apparence

Dès le premier coup d’œil, on comprend pourquoi l’Esquimau canadien a assisté aussi longtemps les peuples inuits. Force, puissance, endurance et résistance sont les premiers adjectifs qui viennent à l’esprit lorsqu’il s’agit de décrire ce chien capable de fournir des efforts constants dans des conditions environnementales difficiles.

 

L’Esquimau canadien est de carrure moyenne, avec une encolure et une poitrine fortes, mais des membres de hauteur moyenne. Avec son ossature bien marquée et ses muscles bien définis, son physique puissant et majestueux reflète bien qu’il est avant tout un chien très endurant, pas un chien très rapide. Il convient au passage de noter que les femelles sont légèrement plus petites et moins musclées que les mâles.

 

Il est intéressant de noter également que l’Esquimau canadien a rapidement une taille suffisante pour travailler : même s’il n’atteint sa pleine maturité qu’aux alentours de 3 ans, il est capable de transporter des charges dès l’âge de 7 mois. Les chiots sont d'ailleurs souvent décrits comme des adultes en miniature, ayant dès la troisième semaine les oreilles érigées haut et droit sur le crâne et la queue enroulée.

 

Comme la majorité des Spitz, la tête de l’Esquimau canadien est angulaire et portée haute, avec des oreilles droites et épaisses. Les yeux sont placés en oblique et donnent une attitude sérieuse à l’animal. La queue touffue est portée haute ou enroulée sur le dos.

 

La fourrure de l’Esquimau canadien est épaisse, avec un poil de couverture droit et un sous-poil dense, voire laineux, lui procurant une isolation thermique optimale pour affronter les rudes conditions climatiques. Il fait ainsi partie des races de chien les plus adaptées au froid. Les mâles présentent en outre une longue crinière couvrant l’encolure et les épaules. Les femelles présentent généralement un poil de couverture plus court, qui participe à l’impression d’un animal plus fin.

  

Les robes unies ne sont pas autorisées par le standard de la race. L’Esquimau canadien doit donc toujours présenter une fourrure avec une combinaison de couleurs, sans que la répartition de l’une prenne le pas sur les autres :

  • robe blanche complète avec pigmentation autour des yeux, sur la truffe et les lèvres (il ne s’agit pas d’un albino) ;
  • robe blanche avec seulement une toute petite quantité de roux, chamois (y compris les ombres couleur cannelle), gris ou noir autour des oreilles et des yeux ;
  • robe blanche avec des marques rousses, chamois, cannelles, grises ou noires autour des oreilles et des yeux, ou la tête complètement marquée de ces couleurs, avec parfois des petites pastilles de la même couleur sur le corps, généralement autour des hanches ou sur le flanc ;
  • roux et blanc, ou chamois et blanc, ou cannelle et blanc, ou noir et blanc, avec une distribution 50/50 de chacune des deux couleurs sur les différentes parties du corps ;
  • robe rousse ou chamois ou cannelle, avec du blanc sur la poitrine et/ou les membres et sous le corps ;
  • corps sable ou noir ou gris foncé, avec du blanc sur la poitrine et/ou les membres, sous le corps, occasionnellement étendu à l’encolure comme une collerette ;
  • robe gris-argent ou blanc-grisâtre ;
  • sous-poil chamois à brun et poil de couverture noir.

 

Le masque ombré de blanc autour des yeux et/ou autour de la truffe, avec ou sans points au-dessus des yeux, est un trait physique commun chez les chiens avec une couleur bien marquée sur la tête. Dans de très rares occasions, les points au-dessus des yeux autant que les marques sur les joues peuvent être de couleur chamois, ajoutant ainsi une troisième couleur sur un chien normalement bicolore.

Éducation du Esquimau canadien

Il faut faire preuve de beaucoup d'autorité et de patience pour éduquer un Esquimau canadien. Intelligent mais très têtu, il a tendance à d’abord tester l’autorité de son maître avant de commencer à lui obéir.

 

Par ailleurs, ce chien apprend vite, mais ceci vaut aussi bien pour les bonnes habitudes que pour les mauvaises. De ce fait, il est important de commencer la socialisation du chiot et son éducation dès le plus jeune âge, et d’être très cohérent dans le processus d’éducation du chien, la définition et l’application des règles, et ce tout au long de sa vie. La fermeté est de mise, mais punir son chien sévèrement ou avoir recours à des méthodes d’entraînement intensives, avec des séances longues et répétitives, ne pourra qu’être contre-productif. Mieux vaut opter pour une éducation du chien basée sur le renforcement positif et la récompense, qui la motivera nettement plus à obéir aux ordres, a fortiori s’il estime la récompense digne de l’effort demandé.

 

Par ailleurs, plus les exercices sont variés, à la fois en termes de durée et en termes de difficulté, plus le taux de réussite sera important. En effet, l’Esquimau canadien a tendance à se laisser distraire facilement et à s’ennuyer rapidement. Pour obtenir les résultats souhaités, mieux vaut éviter les activités répétitives qui ne sollicitent pas son intelligence, ainsi que les séances trop longues.

Entretien du Esquimau canadien

Bien qu'épaisse et dense, la fourrure de l’Esquimau canadien nécessite peu d'entretien. Brosser le poil de son chien une fois par semaine suffit pour lui éviter de décorer de poils les coussins de la maison. La fréquence des brossages doit toutefois être augmentée en période de mue, c’est-à-dire au printemps et à l’automne.

 

Il est également important de vérifier régulièrement les oreilles du chien pour prévenir les infections, surtout s’il vit en permanence à l’extérieur.

Prix d'un Esquimau canadien

Le prix d'un chiot Esquimau canadien pure souche se situe généralement entre 800 et 1000 euros.

Avis & conseils sur le Esquimau canadien

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Esquimau canadien, ou possédez vous-même un Esquimau canadien ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer
Trouvez un élevage de Esquimau canadien près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage