Épagneul Nain Continental Papillon

Épagneul Nain Continental Papillon

Autres noms : Papillon ou Épagneul Papillon
Nom d'origine : Épagneul nain Papillon
Groupe : Chien d’agrément et de compagnie
Standard : Standard FCI N°77

Partager
 Envoyer cette page à un ami

Qualités de cette race

Tempérament du Épagneul Nain Continental Papillon

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Épagneul Nain Continental Papillon au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Espérance de vie
De 14 à 15 ans
Poids de la femelle
De 1 à 5 kilos
Poids du mâle
De 1 à 4 kilos
Taille de la femelle
De 27 à 28 cm
Taille du mâle
De 27 à 28 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Épagneul Nain Continental Papillon

L’Épagneul Nain Continental Papillon, connu aussi simplement sous le diminutif « Papillon » (qui est d’ailleurs son nom officiel dans le monde anglo-saxon), est nommé ainsi en raison de ses oreilles dressées en forme d’ailes de papillon. Il se différencie ainsi de l’Épagneul Nain Continental Phalène, qui lui les a tombantes.

 

Les origines de leurs ancêtres les épagneuls ne sont pas très claires, mais on pense qu’elles se situent en Espagne : le mot anglais « Spaniel » (« épagneul ») vient d’ailleurs du mot « Spain ».

 

Les premières représentations de chiens ressemblant de près à l’Épagneul Nain Continental tel qu’on le connaît actuellement remontent en tout cas à des portraits du début du 16ème siècle. On le retrouve en effet dans de nombreux tableaux réalisés par des peintres de l’époque, y compris parmi les plus célèbres : Véronèse (1528-1588), Titien (1488-1576)…

 

Les multiples représentations picturales de ce chien, tant au 16ème siècle qu’au suivant, attestent en tout cas que pendant très longtemps, il avait les oreilles pendantes – c’est-à-dire ce qui caractérise aujourd’hui l’Épagneul Nain Continental Phalène, par opposition au Papillon.

 

En tout cas, leurs dimensions ne doivent rien au hasard : elles sont le fruit d’un véritable travail d’élevage consistant à sélectionner génération après génération des reproducteurs de petite taille, quitte peut-être à effectuer aussi des croisements avec des chiens plus petits que les épagneuls. En effet, les nobles de la Renaissance et des siècles suivants appréciaient beaucoup d’avoir des chiens miniatures comme animaux de compagnie. De nombreux tableaux de l’époque sont d’ailleurs là pour témoigner qu’ils aimaient visiblement beaucoup les exhiber.

 

Les éleveurs et les marchands de Bologne, en Italie, jouèrent en particulier un rôle central dans le développement et la popularité de l’Épagneul Nain Continental. L'Italie et l’Espagne devinrent les principaux centres d'élevage et de commerce de cette race. 

 

En France, le roi Louis XIV (1638-1715) et sa cour étaient particulièrement friands de ces petits chiens et en importèrent un grand nombre. Il semble d’ailleurs que l’apparition d'individus aux oreilles dressées remonte à cette époque, comme en témoigne notamment un tableau du peintre hongrois Jakob Bogdani (1658-1724). Ces oreilles droites résultèrent certainement de croisements avec des chiens de type spitz. Qu’il ait les oreilles pendantes ou dressées, l’Épagneul Nain Continental faillit disparaître du pays lors de la Révolution française à la fin du 18ème siècle, du fait de son association avec l'aristocratie.

 

Au 19ème siècle, des éleveurs français et belges divisèrent officiellement l'Épagneul Nain Continental en deux variétés distinctes : le Papillon (aux oreilles dressées) et le Phalène (aux oreilles pendantes). Une même portée peut toutefois comporter des représentants des deux variétés, mais déjà à l’époque, le premier était nettement plus représenté – et populaire – que le second.

 

C’est sans doute ce qui explique que l’American Kennel Club (AKC) opta pour le nom Papillon lorsqu’il reconnut l’Épagneul Nain Continental en 1915, même si cela peut être source de confusion. L’autre organisme de référence aux États-Unis, le United Kennel Club (UKC) fit de même lorsqu’il lui emboîta le pas en 1950.

 

Le Kennel Club britannique reprit cette logique lorsqu’il reconnut à son tour la race en 1923 : lui aussi la désigna par le terme de Papillon, terme regroupant là aussi à la fois les individus aux oreilles pointues et celle aux oreilles recourbées.

 

C’est quelque chose que l’on retrouve notamment chez tous les organismes anglo-saxons, y compris par exemple le Club Canin Canadien (CCC). Autrement dit, pour eux, “Papillon” et “Phalène” ne sont pas deux variétés d’une même race nommée Épagneul Nain Continental, qui fut reconnue en 1954 par la Federation Cynologique Internationale (FCI) : ils appellent directement cette race “Papillon”, et le Phalène en est une variété.

 

Aux États-Unis, la race figure un peu au-delà de la 50ème place sur 195 dans le classement des races les plus populaires établi par l'AKC sur la base du nombre de naissances annuelles, et ce sont clairement les sujets aux oreilles dressées qui représentent le gros du contingent. On constate toutefois un léger recul par rapport au début du 21ème siècle, car il figurait alors plutôt autour de la 40ème place.

 

En France, on comptait autour de 150 inscriptions annuelles d’Épagneul Nains Continentaux Papillon au LOF (Livre des Origines Français) dans la première moitié des années 80. Sa popularité connut alors un essor prononcé, au point que ce nombre avait doublé au tournant des années 90, dépassant les 300. On constata toutefois un léger reflux par la suite, puisque ce nombre n’était plus que d’environ 220 au cours des dernières années de la décennie. Les premières années du 21ème siècle furent marquées par un retour à une moyenne de 300 naissances annuelles, puis un nouveau gain massif de popularité à partir de 2006 permit d’atteindre les 500. On constata au cours des années 2010 une stabilisation autour de cet ordre de grandeur.

 

Par ailleurs, quelle que soit la période, l’Épagneul Nain Continental Phalène est toujours resté dans l’ombre de son pendant aux oreilles pointues, tournant le plus souvent entre 50 et 100 inscriptions par an au LOF.

L’Épagneul Nain Continental Papillon est un petit chien à l’ossature assez fine, qui repose sur de longues pattes à poils courts et a une allure d’ensemble très élégante. 

 

Sa queue longue est portée haute avec un panache qui pend de chaque côté de son corps.

 

Sa tête est ronde et comporte un museau noir relativement étroit à poils courts et serrés. Ses yeux sont grands par rapport à sa tête, de couleur foncée et non bombés.

 

Les très grandes oreilles portées droites et couvertes d’un pelage soyeux constituent le principal signe distinctif du Papillon. Elles lui valent d’ailleurs son nom, puisqu’elles ne sont pas sans rappeler les ailes d’un papillon. Les oreilles sont d’ailleurs la seule chose qui le différencie de l’Épagneul Nain Continental Phalène, qui lui les a tombantes. Les miracles de la génétique font en tout cas qu’une même portée peut comporter des représentants de chacune de ces deux variétés.

 

Le pelage est long, fin et brillant, et ne comporte pas de sous-poil. Il est généralement plus long au niveau de la poitrine, formant une collerette. Sa robe peut arborer différentes combinaisons de couleurs, mais la couleur de fond doit obligatoirement être blanche, c’est-à-dire qu’il est particolore. Pour le reste, toutes les couleurs sont admises. Néanmoins, la plupart des individus sont tricolores noir, blanc et feu ou bicolores blanc et feu. Par ailleurs, ses oreilles et son masque facial doivent être d'une couleur autre que le blanc.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est très peu marqué chez cette race : mâles et femelles ont peu ou prou la même taille et la même morphologie.

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) considère le Papillon et le Phalène comme deux variétés d’une même race, l'Épagneul Nain Continental, qui se distinguent essentiellement par la forme de leurs oreilles : dressées pour le Papillon, pendantes pour le Phalène.

 

Cette position, qui est aussi celle par exemple de la Société Centrale Canine française, un des nombreux organismes nationaux affiliés à la FCI, est potentiellement sujet à discussion, dans la mesure où leur tempérament diffère également. D’ailleurs, certains organismes font le choix de les classer comme deux races distinctes ; c’est le cas par exemple de la Société Royale Saint-Hubert (SRSH), l’association canine de référence en Belgique.

 

Quant aux organismes anglo-saxons (AKC et UKC aux États-Unis, CCC au Canada, KC en Grande-Bretagne…), ils n’aident pas vraiment à la clarté de la chose, puisqu’ils reconnaissent eux aussi l’Épagneul Nain Continental comme une seule race se déclinant en deux variétés… mais nomment cette race Papillon ! Autrement dit, le terme qui dans certains pays (dont la France, la Belgique et la Suisse) est utilisé pour désigner une variété de la race Épagneul Nain Continental est utilisé dans d’autres pays (dont le Canada) pour désigner cette race elle-même. Un chien présenté dans ces derniers comme appartenant à la race Papillon peut donc parfaitement avoir des oreilles pendantes et non dressées.

 

Dans tous les cas, quel que soit le pays, l’idée de considérer qu’il pourrait s’agir de deux races distinctes est mise à mal par le fait qu’au sein d’une même portée peuvent coexister des sujets aux oreilles dressées et d’autres aux oreilles tombantes.

 

Il est en tout cas permis de faire se reproduire un Papillon avec un Phalène, mais cela donne souvent naissance à des chiots aux oreilles mi-dressées et à la pointe retombante. Cette forme intermédiaire est considérée par le standard de la race comme un défaut, ce qui revient à dire que de tels croisements ne sont guère souhaitables.

Standard FCI N°77

ALLURE GÉNÉRALE


Petit épagneul de luxe, de structure normale et harmonieuse, à poil long et à museau modérément long et plus court que le crâne. D'aspect vif, gracieux et cependant robuste, d'allure fière et à la démarche aisée et élégante. Le corps est légèrement plus long que haut.

Taille : 28 cm environ.

Poids : Il existe 2 catégories :

- Moins de 2,5 kg pour les mâles et les femelles.

- De 2,5 à 4,5 kg pour les mâles et de 2,5 à 5 kg pour les femelles.

Poids minimum : 1,5 kg.

ROBE


Poil : La fourrure, sans sous-poil, est abondante, brillante, ondée mais non bouclée, ni molle. Peu résistante, à reflets soyeux. Le poil et planté à plat, assez fin en soi-même, un peu recourbé par l'onde. L'aspect de la fourrure se rapproche de celui du poil des petits Epagneuls anglais, mais diffère nettement de celui des Epagneuls Pékinois D'autre part elle ne doit avoir aucune ressemblance avec celle du Loulou. Le poil et court sur la face, le museau, le devant des pattes et le dessous du jarret. De longueur moyenne sur le corps, le poil s'allonge au cou pour former une collerette et un jabot bien ondé descendant sur la poitrine. Il forme des franges aux oreilles et à la partie postérieure des pattes de devant. A la partie postérieure des cuisses, une ample culotte s'étale en mèches souples. De minces touffes peuvent exister entre les doigts et les dépasser légèrement à condition de ne pas alourdir le pied, mais au contraire de l'affiner en l'allongeant.

A titre indicatif, certains chiens en bonne condition de fourrure ont un poil de 7,5 cm au garrot et des franges de 15 cm à la queue.

Couleur : Toutes les couleurs sont admises sur un fond de robe blanc. Sur le corps et les membres, le blanc doit être dominant par rapport à la couleur. On recherche le blanc en tête, prolongé par une liste plus ou moins large. Une marque blanche est admise sur la partie inférieure de la tête, mais le blanc dominant en tête constitue un défaut. Dans tous les cas, les paupières et la truffe doivent être pigmentées.

TÊTE


Normalement proportionnée au corps et proportionnellement plus légère et plus courte que chez l'Epagneul de grande et moyenne taille. Le crâne pas trop arrondi ni de profil ni de face, montrant parfois une légère trace de sillon médian. Le museau, plus court que le crâne, est fin, effilé et pas trop évidé latéralement. Il ne peut être retroussé. Le chanfrein rectiligne est relié au crâne par une dépression assez accentuée. Chez les chiens plus lourds cette dépression est moindre, mais cependant sensible. Chez les chiens plus petits elle est nettement marquée sans jamais présenter une brusque cassure.

Truffe : Petite, noire et arrondie, mais légèrement aplatie sur le dessus.

Lèvres : Très pigmentées, minces et serrées.

Denture : Assez forte, s'ajustant bien de façon normale.

Langue : Elle ne doit pas être apparente. Le fait de dépasser constamment, ou de ne pas rester rentrée une fois touchée par le doigt, constitue un défaut.

Yeux : Assez grands et bien ouverts, ils ont la forme d'une amande très large. Non-proéminents, placés assez bas dans la tête, le coin interne situé à l'intersection du crâne et du museau. De couleur foncée et très expressifs, la paupière très pigmentée.

Oreilles : D'une tégumentation assez fine mais résistante. Qu'il s'agisse de l'oreille oblique ou de l'oreille montante et quand on l'examine à la main, le cartilage ne peut se terminer en pointe trop effilée. Les oreilles sont implantées assez en arrière sur la tête, suffisamment distantes l'une de l'autre pour qu'apparaisse la forme légèrement arrondie du crâne.

- Variété à oreilles tombantes, dite Phalène :

L'oreille au repos est implantée haut, sensiblement plus haut que la ligne des yeux, portée pendante et néanmoins assez mobile. Elle est garnie de poils ondés pouvant atteindre une grande longueur, ce qui donne au chien un aspect de joliesse.

- Variété à oreilles droites, dite Papillon :

L'oreille est attachée haut, la conque bien ouverte et dirigée de côté. Le bord interne de la conque forme un angle approchant de 45° avec l'horizontale. En aucun cas l'oreille ne doit pointer vers le haut, ce qui rappelle l'oreille du Loulou et doit être formellement rejeté. L'intérieur de la conque est garni de poils fins également ondés, les plus longs dépassant de peu le bord de l'oreille. La face externe, au contraire, est recouverte de poils longs qui forment des franges retombantes, dépassant largement le bord de l'oreille.

Le croisement des deux variétés produit souvent des oreilles mi-dressées, à la pointe retombante. Cette forme mixte du port des oreilles est un grave défaut.

COU


De longueur moyenne, il est un peu arqué à la nuque.

CORPS


La ligne du dessus n'est ni trop courte, ni arquée, ni ensellée, sans cependant pouvoir être plate. Le rein est solide et légèrement arqué. La poitrine est large, assez descendue. Son périmètre, pris entre les deux dernières côtes, doit être sensiblement équivalent à la hauteur du garrot. Le côté est bien arqué. Le ventre est légèrement relevé.

MEMBRES


Antérieurs : L'épaule et le bras sont bien développés et de même longueur. Ils sont attachés l'un à l'autre sous un angle normal et bien appliqués contre le tronc.

Postérieurs : Les pattes sont droites, fermes et assez fines. Le sujet ne doit pas paraître enlevé. Les jarrets sont normalement coudés. Vu de devant ou de derrière les pattes sont parallèles.

Pieds : Assez longs et dits de "lièvre ", reposant d'aplomb sur leurs soles. Ongles forts, de préférence noirs, plus clairs chez les sujets à robe brune ou blanche. Les ongles blancs chez les sujets blancs ne constituent pas une faute si le sujet est bien pigmenté ailleurs. Les doigts sont nerveux avec une sole résistante, bien garnis entre eux de poils fins dépassant le bout du pied formant pointe.

QUEUE


Attachée assez haut et plutôt longue, elle est très frangée et forme un beau panache. Quand le chien est en éveil, elle est portée relevée dans le plan de l'épine dorsale et incurvée, l'extrême pointe pouvant effleurer le dos. Jamais elle ne devra s'enrouler ni être posée plat sur le dos.

DÉFAUTS


Crâne plat, en forme de pomme et bombé comme chez les petits Epagneuls anglais. Dépression trop peu accentuée. Chanfrein busqué ou concave. Oeil petit, trop rond, proéminent, de couleur claire ou montrant du blanc quand on le regarde de face. Truffe qui n'est pas noire. Le prognathisme supérieur et surtout inférieur est à éviter. Membres antérieurs arqués. Poignet noueux. Membres postérieurs qui, vus de derrière, s'écarteraient de la verticale aux rotules, aux jarrets et aux pieds. Arrière-train faible. Pieds panards ou cagneux. Ongles ne touchant pas le sol. L'ergot, simple ou double, aux pattes de derrière est indésirable et constitue un défaut de beauté. Son ablation est donc conseillée. Queue enroulée, reposant sur le dos, retombant sur les côtés (il s'agit de l'os et non des franges qui, par leur longueur, retombent en mèches). Fourrure pauvre, molle ou soufflée. Poil planté droit ou droit lui-même ou laineux, indiquant le croisement avec le loulou.

Disqualification

Truffe rose ou tachetée de rose. Prognathisme supérieur ou inférieur excessif au point que les incisives ne se touchent plus. Langue paralysée ou constamment visible.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'apparence normale complètement descendus dans le scrotum.

L’Épagneul Nain Continental Papillon a un tempérament assez proche de l’Épagneul Nain Continental Phalène, si ce n’est que ce dernier est plus calme et posé. Il est d’un naturel vif et joyeux, et son caractère espiègle lui donne en outre un côté particulièrement drôle.

 

Sa douceur et sa gentillesse font partie des qualités très appréciées chez ce chien depuis des siècles. Les plus jeunes ne s’y trompent pas, qui en général adorent l’avoir à leurs côtés. Le plaisir semble d’ailleurs partagé, puisqu’il se montre aussi bienveillant qu’amical à leur encontre. Toutefois, il est plutôt recommandé pour des enfants suffisamment âgés pour savoir – ou être capables d’apprendre – comment se conduire respectueusement avec un chien. À défaut, ils risqueraient de bousculer voire blesser involontairement ce petit compagnon aux os fragiles, qui pourrait d’ailleurs s’en prendre en retour à l’auteur du geste. En tout cas, le Papillon n’est pas agressif pour un sou : s’il mord, c’est vraiment en dernier recours et non sans raison, pour simplement se défendre. Quoi qu’il en soit, pour la sécurité de l’un comme de l’autre, un chien et un tout-petit ne doivent jamais être laissés seuls ensemble, et ce quelle que soit la race de l’animal.

 

Le Papillon a de l’affection à revendre à ses maîtres… mais il vaut mieux que la réciproque soit vraie ! En effet, peut-être parce qu’il a été habitué pendant des siècles à être traité comme un petit prince par les grands de ce monde, il est lui-même très sensible, et en recherche constante de manifestations de tendresse – certains diront un peu « pot de colle ». Cette sensibilité accrue le rend en tout cas particulièrement réceptif aux émotions des personnes qui l’entourent. C’est pourquoi il est reconnu comme un excellent chien de thérapie.

 

Par ailleurs, il est possible de lui faire partager son foyer avec un rongeur ou un oiseau dès lors qu’il est habitué à sa présence dès son plus jeune âge, et le considère donc bien comme faisant partie intégrante de sa famille. Dans tous les autres cas, une surveillance constante serait nécessaire, car il risquerait fort de le prendre un jour ou l’autre pour une proie.
Quant aux petits animaux qu’il serait amené à rencontrer au cours de ses pérégrinations, son instinct de prédation a de fortes chances de le lancer à leur poursuite. Il est donc recommandé de le tenir en laisse lors des promenades, pour éviter de le perdre lors d’une telle mésaventure. S’il obéit bien au rappel, il est possible de le laisser évoluer sans entraves, mais il demeure difficile de lui faire entièrement confiance : un collier pour chien avec GPS intégré peut alors constituer un investissement intéressant pour savoir à tout moment où il se trouve.

 

La présence d’un congénère ou d’un chat à son domicile n’est quant à elle généralement pas de nature à le déranger, a fortiori s’il y a été habitué dès son plus jeune âge. Au contraire, il adore généralement leur compagnie, et ils font pour lui d’excellents partenaires de jeu. Mieux vaut toutefois éviter de le faire cohabiter avec un chien beaucoup plus grand, car il pourrait oublier parfois qu’il ne fait pas la même taille et le suivre dans des activités périlleuses pour sa santé (par exemple en sautant depuis un mur trop haut pour lui).

 

Cette propension à se voir plus grand qu’il ne l’est vraiment, courante parmi les plus petites races de chiens, peut aussi s’avérer dangereuse lors de rencontres avec des congénères qui lui sont inconnus - en particulier s’ils s'approchent de son territoire. En effet, quand bien même ils sont sensiblement plus impressionnants que lui, il n’est pas du genre à avoir froid aux yeux, n’hésitant pas à tenter de s’affirmer comme le dominant – voire à devenir agressif et chercher l’affrontement. Cela peut fonctionner avec un alter ego qui a une mentalité de dominé, mais peut aussi lui attirer des ennuis…

 

Très actif et joueur, l’Épagneul Nain Continental Papillon a un niveau d'énergie plus élevé que la plupart des autres petites races de chien, et a besoin de la dépenser chaque jour au cours pendant au moins 45 minutes. Il peut toutefois aller bien au-delà : capable de courir et s’amuser sans se fatiguer avant parfois plusieurs heures, il fait partie des rares petites races de chien conseillées pour un maître sportif, qu’il se fait un plaisir d’accompagner par exemple pour un jogging. A l’inverse, une personne âgée et/ou sédentaire ne serait probablement pas en mesure de lui offrir une activité physique suffisante.

 

En tout cas, il n’est pas du genre à dormir beaucoup en journée, préférant largement rester éveillé pour par exemple passer son temps libre à inspecter le jardin à la recherche d’insectes ou de rongeurs à poursuivre. Son endurance et sa petite taille impliquent aussi qu’il est en mesure de suivre sa famille un peu partout dans leurs différentes activités, plutôt que de rester seul à la maison.

 

Les sports canins sont un moyen idéal pour non seulement lui permettre de se dépenser, mais aussi stimuler sa grande intelligence. Il ne manque pas de talent en la matière, et ses capacités sont notamment constamment récompensées par des prix dans les concours d'obéissance et d'agility.

 

Par contre, mieux vaut éviter de lui mettre le pied à l’étrier lorsqu’il n’est encore qu’un chiot, compte tenu de la grande fragilité qui est alors la sienne. De façon plus générale, il est impératif de lui éviter tout exercice trop intense ou trop long lorsqu’il est petit. En particulier, les promenades et les séances de jeu doivent rester de courte durée.

 

Quel que soient les moyens employés, dès lors qu’il est en mesure de se dépenser suffisamment chaque jour et a des jouets pour se distraire quand il est à l’intérieur, il peut parfaitement vivre heureux en appartement. C’est d’autant plus vrai que son gabarit ne nécessite pas que ce dernier soit trop vaste. Le cadre de vie idéal pour lui reste quand même une maison avec jardin, mais il ne saurait être question qu’il y passe le plus clair de son temps : son pelage fin fait que la vie au dehors n’est faite pour lui, et de toute façon sa proximité avec les humains nécessite que sa place soit à leurs côtés.

 

Qu’il vive dans un appartement ou une maison avec jardin, il n’est pas fait pour y rester seul des journées entières, car il aurait toutes les chances de mal vivre cette solitude et l’éloignement de ses maîtres. De fait, le risque d’anxiété de séparation du chien est réel chez cette race : il n’est pas du tout fait pour un maître qui est en général absent pendant la plus grande partie de la journée.

 

L’Épagneul Nain Continental Papillon n’est pas du genre bruyant, mais des aboiements intempestifs font partie des problèmes de comportement susceptibles d’apparaître si justement il est laissé seul et se languit de la présence de ses maîtres. La solitude peut également le conduire à devenir destructeur et occasionner de nombreux dégâts dans la maison ou le jardin. 

 

Il peut le faire également s’il perçoit quelque chose d’inhabituel, ne manquant alors pas d’alerter son propriétaire. De fait, malgré sa petite taille, il prend son rôle de protecteur de la famille très au sérieux, ce qui en fait un chien d’alerte sur qui on peut compter.

Le caractère dans l’ensemble obéissant et loyal de l’Épagneul Nain Continental Papillon en fait un bon candidat idéal pour une première adoption. En particulier, son intelligence fait qu’il comprend et mémorise rapidement l'association entre les ordres et les actions à effectuer. Cela facilite bien sûr l’apprentissage des ordres de base, mais en fait aussi un élève idéal pour un maître souhaitant aller plus loin et apprendre des tours à son chien. Très intelligent, le chien Papillon s’éduque facilement.

 

Néanmoins, pour utiliser son intelligence et apprendre, encore faut-il qu’il soit disposé à le faire. En effet, gâté et traité comme un prince pendant des siècles, il en a conservé une propension certaine à n’en faire qu’à sa tête. Un accent tout particulièrement doit donc être mis sur l’apprentissage de l'obéissance dès les débuts de son éducation, car c’est la clef pour débloquer tout le reste et exploiter tout son potentiel. Pas question pour autant de le brusquer : compte tenu de sa sensibilité et de sa proximité avec ses humains, punir son chien au motif qu’il se montre récalcitrant aurait toutes les chances d’être contre-productif, en affaiblissant justement le lien qui l’unit à son maître. Mieux vaut prendre la question dans l’autre sens, c’est-à-dire le récompenser (par des encouragements, des friandises ou encore des caresses) chaque fois qu’il fait ce qui est attendu de lui. C’est le fondement même de la méthode d’éducation canine positive, et la valeur qu’il accorde à tout ce qui vient de son référent humain ne rend le recours aux récompenses que plus efficace. Ainsi, tout en sachant faire preuve de fermeté (et au besoin de patience) pour fixer et faire respecter des limites dès son arrivée dans le foyer, mieux vaut faire la part belle à la douceur et aux récompenses pour réussir son éducation.

 

Par ailleurs, le fait qu’il soit sociable tant envers les humains qu’envers les autres animaux ne dispense pas de le sociabiliser dès son plus jeune âge, au risque que justement il se comporte différemment. Lui faire rencontrer de nombreuses personnes (amis, voisins, livreur, vétérinaire…) et l’habituer à croiser d’autres animaux (chiens, chats, rongeurs, oiseaux…) est essentiel pour éviter toute tendance à l'agressivité une fois adulte et espérer réfréner au moins en partie son instinct de chasseur. En parallèle, le mettre en présence de toutes sortes de bruits et d’odeurs dans tous types de lieux permet qu’il soit par la suite serein et équilibré, et donc parfaitement en mesure de trouver et tenir sa place aux côtés des humains.

Malgré son apparence fragile, l’Épagneul Nain Continental Papillon est dans l’ensemble plutôt robuste. La plupart des individus ne connaissent que peu de problèmes de santé et jouissent d'une bonne durée de vie, au moins égale à celle des autres chiens de ce gabarit.

 

Son pelage dépourvu de sous-poil le rend toutefois peu résistant au froid. Il est moins en difficulté par contre en cas de fortes chaleurs.

 

Les problèmes de santé auxquels il est particulièrement prédisposé sont :

  • l’ouverture de la fontanelle, lorsqu’une partie molle située sur le dessus de la tête ne se referme pas complètement. Ce problème génétique fait qu’une blessure à la tête peut être mortelle ;
  • la maladie de von Willebrand, une affection héréditaire qui touche les plaquettes et entraîne un trouble de la coagulation : une simple coupure peut dès lors provoquer des saignements excessifs ;
  • la luxation rotulienne, qui peut provoquer des douleurs dans le genou de l’animal et favoriser le développement d'arthrose. La structure osseuse légère du Papillon explique qu’il soit prédisposé à ce problème ;
  • la cataracte, qui donne à l’œil un aspect laiteux ou cristallin, et peut provoquer une cécité. Dans certains cas, elle est corrigée par une intervention chirurgicale ;
  • l’entropion, une malformation des paupières qui entraîne des lésions de la cornée douloureuses pour l’animal ;
  • l’effondrement de la trachée, une affection irréversible qui provoque des problèmes respiratoires et s’aggrave avec le temps ;
  • des problèmes dentaires, comme d’ailleurs tous les chiens de ce gabarit. En effet, la petite taille de sa bouche favorise la formation de tartre, et tous les problèmes qui vont avec (gingivite, parodontose…) ;
  • des fractures osseuses, en particulier chez le chiot, qui est particulièrement fragile et doit être manipulé avec délicatesse ;
  • l'hypoglycémie, qui se caractérise par une baisse du taux de sucre dans le sang. L’animal est alors dans un étant de grande faiblesse et fatigue. Dans les cas les plus graves, il peut tomber dans le coma.

 

Le fait que nombre de ces affections soient héréditaires souligne combien l’adoption auprès d’un éleveur d’Épagneuls Nains Continental Papillon sérieux peut faire toute la différence. En effet, un professionnel digne de ce nom doit être en mesure de fournir non seulement un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire ainsi que le détail des vaccins reçus par l’animal (consignés dans son carnet de santé ou son carnet de vaccination), mais aussi et surtout les résultats des tests génétiques effectués sur les parents ou sur le petit concernant ces maladies.

 

Cela dit, s’assurer d’adopter un chiot en bonne santé n’a qu’un intérêt limité si par la suite on ne fait pas tout pour qu’il le reste. En la matière, la prévention joue un rôle essentiel : l’emmener régulièrement (au moins une fois par an) chez un vétérinaire pour un bilan de santé permet notamment de s’assurer qu’il soit bien à jour de ses vaccins, mais aussi de détecter au plus tôt un éventuel problème.

Quand bien même il s’agit d’un chien à poil long, l’absence de sous-poil fait que le pelage de l’Épagneul Nain Continental Papillon est relativement simple à entretenir. En effet, cette particularité implique qu’il ne perd que peu de poils, sauf lors de ses périodes de mue, au printemps et à l’automne. Un brossage quotidien est nécessaire pendant ces dernières, mais le reste du temps, le faire deux fois par semaine s’avère amplement suffisant.

 

Pour peu que le brossage de son pelage soit effectué suffisamment rigoureusement, celui-ci n’a pas vraiment tendance à devenir sale et potentiellement malodorant. Dès lors, à moins bien sûr qu’il ne se soit particulièrement sali, donner un bain à son chien 2 à 3 fois par an s’avère normalement suffisant. Il faut utiliser à chaque fois un shampoing spécialement conçu pour les chiens, car le pH de leur peau n’est pas le même que celle des humains.

 

Par ailleurs, comme pour tout chien, il faut vérifier et nettoyer ses oreilles une fois par semaine, afin de réduire le risque d’infections.

 

Comme il est particulièrement enclin aux affections oculaires, ses yeux doivent également faire l’objet d’un entretien rigoureux de manière hebdomadaire.

 

De plus, un brossage de dents régulier, au moins une fois par semaine, est essentiel pour limiter la formation de tartre et éviter tous les risques que cela implique. Cet entretien ne doit surtout pas être négligé, car il est sujet aux problèmes dentaires.

 

Enfin, ses ongles poussent rapidement : il est donc généralement nécessaire de les couper environ une fois par mois. A défaut, elles risquent de le gêner voire de se casser et le blesser.

 

Bien évidemment, l’ensemble des gestes d'entretien du pelage, des yeux, des oreilles, des dents et des griffes du chien ne doivent pas être effectués au hasard : il est important de savoir comment bien procéder. La première fois, il peut donc être utile de demander à un vétérinaire ou toiletteur canin professionnel pour apprendre comment faire.

 

En outre, pour que les séances se passent au mieux, il est important d'habituer dès son plus jeune âge son animal à toutes ces manipulations.

L’Épagneul Nain Continental Papillon peut être nourri avec des aliments pour chiens industriels, dès lors qu’ils sont de qualité et adaptés à son âge, sa taille et à son niveau d’activité, de manière à lui procurer tous les nutriments dont il a besoin.

 

Même s’il n’est pas prédisposé au surpoids compte tenu de son niveau d’activité, il convient de faire attention à lui donner une ration quotidienne qui n’excède pas ses besoins, et de le peser régulièrement – par exemple une fois par mois. En cas d’écart qui se confirme voire s’aggrave d’une fois à l’autre, il ne faut pas tarder à l’emmener chez un vétérinaire : ce dernier sera à même d’identifier l’origine médicale (maladie, effet secondaire d’un médicament…) ou alimentaire (produits inadaptés ou donnés en trop grande quantité) du problème, et de définir comment y remédier. Au passage, il faut bien garder en tête que 300 ou 400 grammes supplémentaires ne sont pas grand-chose pour un humain, mais représentent pour un petit chien comme le Papillon un pourcentage conséquent de son poids, et nécessitent donc clairement de s’alarmer.

 

Au passage, les friandises peuvent faire des miracles dans le cadre de son éducation, mais peuvent aussi se retourner contre lui en favorisant la prise de poids si elles sont données en grande quantité. Pour limiter ce risque, l’idéal est de déduire leur apport calorique de sa ration quotidienne. Enfin, comme tout chien, l’Épagneul Nain Continental Papillon doit avoir accès à tout moment à de l'eau propre et fraîche disponible à volonté.

Contrairement à de nombreuses races de chien qui furent développées à la base pour chasser ou prendre en charge des troupeaux, l’Épagneul Nain Continental Papillon a dès ses débuts rempli le rôle de chien de compagnie idéal, à la fois doux, affectueux et posé. Il fut ainsi un compagnon de choix pour les dames nobles dans les cours royales d'Europe à partir du 15ème siècle.

 

Ce rôle de fidèle chien de compagnie est toujours celui dans lequel on le retrouve le plus souvent de nos jours, et il a besoin d’une grande proximité avec sa famille. Toutefois, il ne faudrait pas le prendre pour un chien de salon qui passe le plus clair de son temps à dormir : il possède une sacrée dose d’énergie, et a besoin d’un maître suffisamment actif pour lui permettre de la dépenser chaque jour.

 

Son succès passé et présent comme chien de compagnie doit beaucoup à son apparence séduisante. Sans surprise, nombre de ses propriétaires tâchent de la mettre en valeur dans les concours de beauté canins, si bien qu’on le retrouve souvent comme chien d'exposition.

 

Son intelligence et ses capacités physiques au-dessus du lot pour un chien d’un tel gabarit en font aussi un compétiteur idéal dans les sports canins, notamment l'agility, le flyball, l'obéissance ou encore le rallye-obéissance.

 

De plus, son niveau de vigilance et le fait qu’il n’est pas du genre à passer des heures à dormir en journée lui permettent d’être un bon chien d’alerte, qui ne manque pas d‘avertir en cas de présence inhabituelle.

 

Enfin, sa proximité avec les humains et sa capacité à en faire rapidement ses amis se mêlent à sa sensibilité pour en faire un excellent chien de thérapie, doué pour apaiser les personnes les plus fragiles par sa simple présence. On peut ainsi le retrouver notamment dans les hôpitaux ainsi que dans les centres de santé mentale ou de réadaptation.

Le prix d'un chiot Épagneul Nain Continental Papillon est en moyenne de 1200 euros.

 

Il peut toutefois exister un écart plus ou moins important d’un individu à l’autre, en fonction de leurs lignées, du prestige de l’élevage dont ils proviennent, de leurs caractéristiques intrinsèques (et en particulier leur plus ou moins grande conformité au standard, ce qui fait d’ailleurs qu'au sein du même portée peuvent exister des différences de prix parfois conséquentes) ainsi que de leur sexe, puisque les femelles coûtent généralement plus cher que les mâles.

 

Au Canada, le club de race local recense plus qu’une quarantaine d’éleveurs dans l’ensemble du pays, mais leur répartition territoriale est assez inégale ; en particulier, ils sont très peu nombreux au Québec.

 

Une option qui peut être envisagée est de se tourner vers les États-Unis. Le cas échéant, il convient bien sûr de veiller à respecter la réglementation relative à l'importation d'un chien au Canada depuis l'étranger. Par ailleurs, des coûts de transport et des frais administratifs viennent alors s’ajouter au prix d’achat, qui est généralement de l’ordre de 1000 dollars américains. Il peut toutefois atteindre 3000 dollars pour les meilleurs spécimens.

  • Correctement éduqué, ce chien se montre docile. Il est, de plus, propre comme un chat.

 

  • La reine Marie-Antoinette (1755-1793) était une grande amatrice de l’Épagneul Nain Continental Papillon. Son fidèle compagnon Thisbe l'accompagna jusqu'à l'escalier de la guillotine le 16 octobre 1793.

 

  • Le chanteur Justin Bieber adopta un Papillon nommé Sammy dans un refuge en 2008. Un an plus tard, la star raconta son histoire dans une interview à l’association PETA (People for the Ethical Treatment of Animals), qui l’utilisa comme porte-parole. Ce petit chien marron et blanc apparut même dans le film documentaire Justin Bieber : Never Say Never (Jon M. Chu, 2011). L’animal s’éteignit en 2014. Son maître lui alors rendit un dernier hommage sur les réseaux sociaux et reçut de nombreux messages de soutien.

 

  • Christina Aguilera était la propriétaire de deux chiens Papillon prénommés Chewy et Stinky. En 2018, la star annonça la disparition de Stinky à l’âge de 17 ans.  
Trouvez un élevage de Épagneul Nain Continental Papillon près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Épagneul Nain Continental Papillon ou organiser une saillie entre Épagneuls Nains Continentaux Papillons ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Épagneul Nain Continental Papillon

J'ai un papillon mâle de 4 ans maintenant.
Très joueur, très vif. Il ne s'arête jamais et il faut pouvoir le suivre.Il ne fait pas tant de calins que cela, et il ne faut pas le forcer à en faire.

Cependant, il sait qui est ou sont ses maitres et sait les remercier. Le soir, il sait tout de même se reposer et venir se blottir contre moi ! :P

Autrement, il est réglé comme une horloge. 2 repas par jour matin et soir. Les heures du matin varient mais le soir, il sait faire ressentir sa faim lol !

En tout cas, c'est un très bon chien de compagnie, qui adore les enfants !

Ce loulou est très fier, et très fiers de faire partie de la famille. Il sait nous le montrer en apprenant très vite ! Il a appris assis et la patte tout seul (sans déconner) on lui a dit une fois et il l'a très vite appris. Coucher, roule et pas bouger également.

Cependant le rappel est parfois compliqué. Mais il sait se rendre compte du danger, et dès qu'il ne me trouve plus en ballade, il revient sur ses pas. Et quand il a peur, il réagit au son de la voix.

Un compagnon fidèle et intelligent.

   
Par Justine

j'ai eu 1 chienne papillon a l'age de 3 ans.elle etait d'une douceur & d' une patience hors du commun elle meme avait aussi 3 ans d'apres le veterinaire car mon pere me l'avait trouve dans 1 decharge et plutot mal en point. c'est une race tres fidele elle ne m'a jamais quitte & tjs protege jusqu'a sa mort.cela fait deja 16 ans qu elle m'a quittee et je pleur encore sur son souvenir pourtant aujourd'hui je suis 1 femme de 31 ans. j'ai 1 petite fille de 2 ans et j'aurais vraiment aime qu'elle grandisse avec 1 chienne comme la mienne mais malheureusement les prix pour ces petites betes d'amour sont bcp trop eleve pour mes moyens. louloute est morte 2 jours avant mon 15eme anniversaire je n'ai plus fete mes anniversaires. ni mes 15 ans ni les autres. une partie de moi est partie avec elle ce jour la!

0    0
Par david