Pinscher Allemand

Pinscher Allemand

Autres noms : Pinscher Moyen
Nom d'origine : Deutscher Pinscher
Groupe : Chien de type Pinscher ou Schnauzer - Molossoïde - Chien de montagne et de bouvier suisse
Standard : Standard FCI N°184

Partager
 

Qualités du Pinscher Allemand

Tempérament du Pinscher Allemand

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Pinscher Allemand au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Pinscher Allemand

Durée de vie moyenne
De 12 à 15 ans
Poids de la femelle
De 11 à 20 kilos
Poids du mâle
De 11 à 20 kilos
Taille de la femelle
De 43 à 50 cm
Taille du mâle
De 43 à 50 cm

Le Pinscher Allemand : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Pinscher Allemand

Connu principalement sous le nom de Pinscher au poil lisse jusqu’au tout début du 20ème siècle, le Pinscher Allemand est comme son nom l’indique originaire d’Allemagne. Ses origines sont plutôt floues mais s’entremêlent avec d’autres races de chiens allemandes anciennes, notamment le Pinscher chasseur de rat, qui s’est éteint au début du 19ème siècle. Ce n’est que de 1780 que datent les premiers dessins d’un chien dont l’apparence lui est similaire, et c’est sur la base de ces documents que l’apparition du Pinscher Allemand est officiellement établie à la fin du 18ème siècle. De nombreux éleveurs soutiennent toutefois qu’elle est bien antérieure à cette époque, mais le manque de références plus anciennes empêche de retracer son développement et de savoir avec précision ce qu’il en est.

 

Au cours du 18ème siècle, le Pinscher Allemand fut d’abord utilisé comme escorte et chien de garde dans le cadre du transport de marchandises et de personnes. Comme il servit aussi pour garder des cargaisons ainsi que des fermes et silos à grains, ses talents de chasseur de vermine (rats, taupes, etc.) se développèrent. Le fait qu’il puisse à la fois défendre la propriété de son maître et chasser la vermine représentait un atout considérable, permettant de faire une pierre deux coups.

 

Les différentes lignées de Pinscher donnaient alors à la fois des chiens à poils lisses et d’autres à poils rêches. A partir de la fin des années 1850, on se mit à les différencier, avec à la clef l’officialisation de deux races distinctes : le Schnauzer (individus à poils rêches) et le Pinscher Allemand (ceux à poils lisses).

 

Autour de 1950, du fait des destructions et des privations causées par les deux guerres mondiales, le Pinscher Allemand souffrait d’un déclin prononcé, et sa popularité diminua au point qu’il fut quasiment menacé de disparition. Toutefois, un programme de reproduction rigoureux fut mis sur pied par Werner Jung, alors superviseur des lignées de chiens pour le club de race du Pinscher Allemand et du Schnauzer. Ce programme assura notamment la survie de lignées saines, tout en conduisant à l’établissement d’un standard de la race.

 

Le développement du Pinscher Allemand lui permit d’être reconnu en dehors de son pays d’origine, notamment par la FCI (Fédération Cynologique Internationale) dès 1955. The Kennel Club, l’organisme britannique de référence, fit de même en 1988, soit 8 années seulement après la première importation dans le pays.

 

C’est également dans les années 80 qu’il fit son arrivée aux États-Unis, où il fut reconnu par l’United Kennel Club (UKC) en 1991 puis par l’American Kennel Club (AKC) en 2003. Un an plus tard, le Canadian Kennel Club (CKC) en fit de même. Il demeure toutefois assez rare en Amérique du Nord, puisqu’il figure autour de la 140ème place (sur un peu moins de 200) dans le classement des races en fonction du nombre d’enregistrements annuels auprès de l’AKC.

 

En France, c’est également une race de chien rare : le nombre d’enregistrements annuels au Livre des Origines Français (LOF) fluctue assez fortement d’une année à l’autre, mais se situe presque toujours entre 50 et 100 individus par an, et ce depuis les débuts du 21ème siècle. Ceci marque un recul par rapport aux années 80 et 90, où il se situait plutôt entre 100 et 150 par an.

Le Pinscher Allemand dégage une impression de solidité et de force. En effet, bien qu’il soit de taille moyenne, c’est un chien carré et tout en muscles. Il a peu de graisses corporelles, et sa musculature va de pair avec une grande énergie. Cette apparence athlétique ne l’empêche toutefois pas d’avoir une certaine élégance.

 

Son dos est bien fort et en pente vers l’arrière, tandis que sa poitrine est modérément large.

 

Sa tête est allongée et forte, avec un front plat qui renforce son apparence robuste. Les oreilles sont hautes sur le crâne, en forme de triangle et repliées sur elles-mêmes à partir de la deuxième moitié. Les yeux sont ovales et de couleur foncée, avec des paupières pigmentées de noir. À l’image du reste du corps, le cou présente des muscles apparents.

 

Sa robe est soit unicolore (feu/roux ou brun foncé), soit bicolore (noir et feu). La robe bicolore présente des marques de couleur feu qui se situent au-dessus des yeux, sur la gorge, la poitrine, les pieds, les faces internes des pattes arrière ainsi que sous l'attache de la queue.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est peu prononcé chez le Pinscher Allemand : mâle et femelle ont un poids et une taille très proches.

Standard FCI N°184 (08/11/2000)

ASPECT GÉNÉRAL


Le Pinscher Allemand est un chien à poil ras de taille moyenne inscriptible dans le carré. Fier dans ses attitudes, robuste comme le Schnauzer, élégant, il a une silhouette harmonieuse. Sa musculature bien développée est distinctement visible grâce au poil ras, tout spécialement quand le chien est en mouvement.

Proportions importantes : Le rapport entre la longueur du corps et la hauteur au garrot doit autant que possible souligner la forme carrée.

La longueur totale de la tête (mesurée de l'extrémité de la truffe à la protubérance occipitale) correspond à la moitié de la longueur du dessus (mesurée du garrot à l'attache de la queue).

Taille : La hauteur au garrot varie entre 45 et 50 cm.

Poids : De 13 à 18 kg.

ROBE


Peau : Sur tout le corps, elle est bien appliquée aux tissus sous-jacents.

Poil : Ras et bien fourni, bien couché et luisant, sans plages glabres.

Couleur : Unicolore : Rouge cerf, rouge-brun à rouge-brun foncé.

Noir et feu : Poil d'un noir de jais avec des marques rouges ou brunes. On recherche des marques feu aussi foncées que possible, de couleur intense et bien délimitées.

Les marques feu se répartissent comme suit: au-dessus des yeux, à la gorge, aux métacarpes, aux pieds, aux faces internes des membres postérieurs, sous la racine de la queue et en forme de deux triangles réguliers et bien séparés l'un de l'autre sur la poitrine.

TÊTE


Région crânienne

Crâne : Fort et allongé ; la protubérance occipitale n'est pas fortement saillante; le front est plat et parallèle au chanfrein.

Stop : Léger, mais distinct.

Région faciale

Truffe : Elle est bien développée et toujours noire.

Museau : Son extrémité a la forme d'un coin tronqué. Le chanfrein est droit.

Lèvres : Noires, fermes, appliquées à plat contre les mâchoires; la commissure des lèvres est serrée.

Mâchoires/dents : Maxillaire et mandibule puissants. L'articulé en ciseaux est complet ( avec 42 dents conformément à la formule dentaire du chien) et fort; les dents s'adaptent correctement et sont d'un blanc pur. Les masséters sont fortement développés sans donner aux joues un relief déplaisant.

Yeux : Foncés, de forme ovale; les paupières sont pigmentées de noir et épousent bien la forme du globe oculaire.

Oreilles : Repliées et pendantes, attachées haut, en forme de "V", elles pointent vers l'avant en direction de la tempe et leur bord interne est accolé aux joues; le pli parallèle ne doit pas dépasser le niveau du crâne.

COU


Noblement galbé, pas trop court, il s'insère sans heurt dans le garrot; sec, sans fanon ni peau lâche ; la peau de la gorge est ferme et bien appliquée sans former aucun pli.

CORPS


Ligne du dessus : Dès le garrot légèrement en pente vers l'arrière.

Garrot : Il constitue le point le plus haut du dessus.

Dos : Fort et ferme, court.

Rein : Court, fort et haut. La distance entre le dernier arc costal et la hanche est courte, de sorte que le chien apparaît ramassé.

Croupe : Elle se fond imperceptiblement en léger arrondi dans la racine de la queue.

Poitrine : De largeur modérée, de coupe transversale ovale, elle descend jusqu'au niveau des coudes. Le poitrail est nettement accusé par la pointe du sternum.

Ligne du dessous et ventre : Les flancs ne sont pas exagérément relevés. Avec la partie inférieure de la cage thoracique, le dessous dessine une belle ligne arquée.

QUEUE


Queue naturelle.

MEMBRES ANTÉRIEURS


Généralités : Vu de face les antérieurs sont solides, droits et pas serrés. Vus de profil, les avant-bras sont droits.

Épaules : L'omoplate est fermement attachée à la cage thoracique, dûment musclée des deux côtés de l'épine scapulaire et dépasse en hauteur les apophyses épineuses des vertèbres thoracales. Aussi oblique que possible et bien placée en arrière ; l'angle qu'elle forme avec l'horizontale est d'environ 50°.

Bras : Bien au corps, solide et musclé. L'angle entre l'omoplate et le bras est de 95°-105°.

Coudes : Correctement appliqués, tournés ni en dedans ni en dehors.

Avant-bras : Développé en puissance et bien musclé, vu de face et de profil il est absolument droit.

Carpe : Solide et stable.

Métacarpe : Solide, légèrement élastique ; vu de face vertical, vu de profil légèrement incliné par rapport au sol.

Pieds antérieurs : Courts et ronds. Les doigts sont serrés et cambrés (pieds de chats), les coussinets résistants, les ongles courts, noirs et solides.

MEMBRES POSTÉRIEURS


Généralités : Vu de profil, les postérieurs sont obliques, vu de derrière ils sont parallèles et pas trop serrés.

Cuisse : De longueur moyenne, large et fortement musclée. Grasset Tourné' ni en dedans ni en dehors.

Jambe : Longue et forte, nerveuse, elle se prolonge dans un jarret solide.

Jarret : Angulation accusée ; articulation solide, stable, tournée ni en dedans ni en dehors.

Métatarse : Vertical par rapport au sol.

Pieds postérieurs : Un peu plus longs que les antérieurs; doigts serrés et cambrés; ongles courts et de couleur noire.

ALLURES


Le Pinscher Allemand est un trotteur. Dans le mouvement le dos reste ferme et relativement calme. Le déroulement du mouvement est harmonieux, énergique, franc et dégagé; les enjambées sont étendues. Le trot typique est allongé, souple et coulant la poussée est bonne et l'extension des antérieurs est franche.

DÉFAUTS


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

En particulier :

- Constitution générale lourde ou légère, sujet haut ou bas sur pattes.

- Crâne lourd ou rond. Front plissé.

- Museau court, pointu ou étroit. Articulé en pince.

- Oeil clair, trop petit ou trop grand.

- Oreilles attachées bas, très longues ou portées différemment l'une de l'autre.

- Zygomatiques fortement saillants.

- Peau de la gorge lâche.

- Dos trop long, voussé ou peu soutenu.

- Dos de carpe.

- Croupe avalée.

- Pieds allongés.

- Sujet qui va l'amble.
- Allures relevées, troussées.

- Poil clairsemé.

- Raie de mulet (bande noire qui suit la ligne médiane du dos), selle foncée, robe décolorée ou éclaircie.

- Taille inférieure ou dépassant de 1 cm les normes indiquées par le standard.

DÉFAUTS GRAVES


- Caractère sexuel insuffisant (p.ex. femelle de type masculin).

- Aspect général grêle.

- Tête en forme de pomme. Absence de parallélisme des lignes supérieures du crâne et du chanfrein.

- Coudes tournés en dehors.

- Arrière-main droit ou en tonneau.

- Jarrets tournés en dedans.

- Taille inférieure ou dépassant de plus de 1 cm et de moins de 3 cm les normes indiquées par le standard.

DÉFAUTS ÉLIMINATOIRES


- Toute malformation.

- Caractère sexuel ostensiblement inversé.

- Défauts d'articulé comme prognathisme supérieur, prognathisme inférieur ou déviation de l'arcade incisive.

- Défauts graves d'ensembles touchant la constitution, le poil ou la couleur.

- Taille inférieure ou dépassant de plus de 3 cm les normes indiquées dans le standard.

- Comportement peureux, agressif, méchant, exagérément méfiant, nerveux.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Pinscher Allemand est un chien dévoué et intelligent. Il a une grande assurance et est d’une vivacité surprenante, si bien qu’il vaut mieux avoir déjà une certaine expérience des techniques d’éducation canine pour être en mesure de le canaliser et lui inculquer de bonnes manières.

 

C’est un bon compagnon pour toute la famille, appréciant de passer du temps avec elle et d’une loyauté exemplaire, n’hésitant pas à accueillir ses membres en leur sautant dessus. Il s’entend bien avec les enfants, mais une certaine prudence est de mise avec les tous petits : emporté par son entrain, il peut se montrer un peu brusque à leur égard. En tout état de cause, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul sans surveillance avec un enfant en bas âge.

 

Une cohabitation avec d‘autres animaux de compagnie – y compris des chats – est possible dès lors qu’il a été habitué à les fréquenter dès son plus jeune âge. Cependant, il ne faut pas oublier qu’il a notamment été développé pour contrôler la vermine : le faire vivre avec un rongeur peut s’avérer assez hasardeux. De fait, son instinct de prédation reste assez prononcé, si bien qu’il a tôt fait de prendre en chasse un animal inconnu qu’il viendrait à croiser dans le jardin. En outre, il peut aussi parfois se montrer agressif envers ses congénères, s’ils lui sont inconnus. Il faut donc rester sur ses gardes lors des promenades, car il a une forte tendance à prendre la fuite pour poursuivre n’importe quoi qui attire son attention ou pour défier d’autres chiens.

 

Pour les mêmes raisons, s’il vit dans une maison avec jardin, il convient que ce dernier soit bien clôturé. Son intelligence ne manquera pas de mettre ladite clôture à l’épreuve, si bien qu’il convient d’enfouir les murs sur plusieurs centimètres, pour éviter qu’il creuse une sortie juste en dessous. En tout état de cause, une clôture électrique sans fil serait inefficace : dès lors qu’il s’est mis en tête de poursuivre une proie ou un congénère, sa volonté prend le dessus sur la douleur créée par le choc électrique.

 

Il peut toutefois vivre en appartement, dès lors qu’il a suffisamment l’occasion de se dépenser. De fait, il n’est pas du genre à se prélasser de manière paresseuse toute la journée. Il lui faut au minimum une heure d’exercice par jour, que ce soit dans le jardin ou en dehors. C’est d’ailleurs une race de chien conseillée pour une personne sportive : il aime évoluer à vive allure, n’appréciant rien de plus que de courir partout où il va. Autant dire que c’est un compagnon parfait par exemple pour faire du jogging avec son chien. Au contraire, la marche lente n’est pas vraiment faite pour lui : si au cours d’une promenade il trouve le rythme pas assez soutenu à son goût, il a tendance à tirer sans arrêt sur sa laisse.

 

Il a d’ailleurs le tempérament d’un gamin malicieux, aimant tester les limites et essayant souvent de briser ou contourner les règles pour déterminer jusqu’où il peut aller. C’est d’ailleurs pourquoi il n’est pas recommandé comme premier chien, car un maître inexpérimenté aurait tôt fait de se laisser déborder.

 

Cependant, il est assez facile de remarquer lorsqu’il sait avoir commis une faute, car il adopte alors une attitude sans équivoque : en plus de montrer des signes de soumission comme la tête basse et les oreilles baissées, c’est souvent par son fameux sourire qu’il indique qu’il a quelque chose à se reprocher.

 

Le Pinscher Allemand est par ailleurs un très bon chien de garde, qui ne manque pas d’avertir son maître de la présence d’étrangers. Par contre, comme il est très territorial et doté d’un fort instinct de protection envers sa famille, il est important de le socialiser dès son plus jeune âge et de lui faire vivre un maximum d’expériences différentes, pour qu’il apprenne plus facilement à différencier les situations qui présentent effectivement un danger réel pour sa famille et celles qui relèvent simplement de la vie quotidienne, comme par exemple la visite du facteur. A défaut, ce trait de caractère peut devenir très prononcé, au point qu’il fasse montre d’une trop grande agressivité envers les étrangers.

 

Enfin, ce n’est pas seulement physiquement que ce chien doit être stimulé chaque jour, mais aussi mentalement. Toute personne envisageant d’adopter un Pinscher Allemand doit s’interroger sur sa capacité à passer suffisamment de temps avec lui, car il a besoin d’un maître présent, avec qui il peut développer un lien fort. Ce dernier peut s’absenter la journée pour aller travailler, mais doit le cas échéant s’assurer de compenser en passant suffisamment de temps à interagir avec son compagnon le soir et le weekend. Il convient en outre de laisser des jeux à sa disposition pendant les absences. Il est d’ailleurs expert dans la résolution de problèmes et affectionne tout particulièrement les jouets qui demandent une certaine dextérité et/ou de résoudre un casse-tête pour accéder à une friandise. Quoi qu’il en soit, s’il est trop longtemps livré à lui-même sans distractions, un Pinscher Allemand s’ennuie facilement, et peut alors développer par exemple des comportements destructeurs.

Le Pinscher Allemand est plutôt une race de chien réservée à un maître expérimenté. Il a besoin d’un cadre d’éducation strict, avec des règles et des limites claires et constantes. A défaut, il a tôt fait de dominer la maisonnée et de n’en faire qu’à sa tête. Il lui faut donc un maître ferme, capable de lui faire comprendre ce qui lui est autorisé et ce qui lui est interdit, tout en gardant son calme et en étant patient en toutes circonstances. En effet, il a besoin de tester les limites pour bien comprendre jusqu’où il peut aller. Il faut donc savoir mêler douceur et fermeté afin de s’établir comme chef de meute, et donc se faire respecter par son chien. Si tout se déroule bien, le respect qu’il éprouve pour son maître va effectivement crescendo au fur et à mesure de son éducation, ce qui rend progressivement les choses un peu plus simples.

 

Quoi qu’il en soit, il est très intelligent et apprend vite, mais demande de la patience. Il est nécessaire de varier les exercices pendant ses séances d’éducation afin de le garder attentif, car comme tout chien intelligent, il a vite fait de se lasser si les sessions sont trop répétitives.

 

Le Pinscher Allemand aime être utile, et est donc heureux d’apprendre différentes tâches, y compris par exemple aider à rapporter le courrier ou même porter des sacs. De fait, l’idéal est que les séances d’éducation reposent sur les méthodes positives d’éducation canine et soient orientées vers l’apprentissage d’une tâche précise, plutôt que sur celui d’une consigne donnée. Par exemple, l’apprentissage de la consigne de s’assoir sur commande peut être liée à celle de rapporter un objet, en enseignant à son chien à s’assoir en attendant que son maître lance l’objet qu’il doit ensuite rapporter.

 

Par ailleurs, le Pinscher Moyen est un chien très propre, et lui apprendre à demander la porte pour aller faire ses besoins n’est généralement pas problématique. C’est même presque inné chez lui, puisqu’il suffit généralement de lui enseigner une fois ce comportement pour qu’il l’adopte.

 

Enfin, comme il est très protecteur, il faut débuter sa socialisation dès son plus jeune âge. Ainsi, à travers diverses activités sociales, il doit apprendre que tout étranger qu’il croise ne représente pas forcément un danger pour sa famille. Il est même recommandé, une fois la vaccination du chiot effectuée, de l’inscrire à des classes de socialisation dès l’âge de 12 semaines ainsi que de le mettre rapidement en contact avec d’autres humains et animaux. Cela évite qu’il développe trop d’agressivité, notamment envers ses congénères.

 

C’est aussi dès son plus jeune âge qu’il faut lui apprendre à modérer son enthousiasme. En effet, lorsqu’il est heureux de retrouver quelqu’un (par exemple quand ses maîtres rentrent à la maison le soir), il a tendance à exprimer sa joie en lui sautant dessus. Il est plus facile de lui enseigner la modération (et de garder ses pattes au sol) quand il est encore petit qu’une fois devenu adulte.

Le Pinscher Allemand possède dans l’ensemble une santé robuste.

 

Cependant, il est particulièrement enclin à certaines maladies très problématiques :

  • la dysplasie de la hanche, qui peut être d’origine génétique ou résulter d’efforts physiques intenses et répétés. Elle peut causer de la douleur, voire réduire la mobilité de l’animal dans les cas plus avancés ;
  • la cataracte, qui est le plus souvent observée chez les individus âgés. Selon la sévérité, elle peut être traitée par chirurgie, mais dans certains cas elle finit par rendre le chien aveugle ;
  • la maladie de von Willebrand,  un trouble de la coagulation sanguine d’origine héréditaire. Cette maladie est incurable, mais une médication appropriée peut normalement contrôler les troubles hémorragiques qui en résultent.

 

Par ailleurs, quand bien même il excelle à monter la garde, il n’est pas forcément recommandé de le faire vivre en extérieur de manière permanente, car son poil court le protège peu des températures extrêmes. Il est donc assez sensible en la matière, et il vaut donc mieux le garder en intérieur et penser à protéger son chien du froid lorsque le mercure est bas.

 

Enfin, cette race présente un certain risque d’embonpoint ; il est donc important de surveiller de près l’alimentation de son compagnon, et de s’assurer qu’il fait suffisamment d’exercice.

Le Pinscher Allemand est un chien facile à entretenir.

 

En effet, il perd très peu de poils, et un brossage hebdomadaire suffit pour garder son pelage en bonne santé.

 

En outre, comme il est propre par nature, il n’est généralement pas nécessaire de lui donner un bain trop souvent, à moins bien sûr que sa fourrure ne soit souillée. Le faire 2 à 4 fois par an est normalement suffisant pour préserver le lustre de son poil. Tant mieux, car c'est rarement une partie de plaisir : il est connu pour ne pas aimer l’eau et n’est généralement pas très collaboratif en de telles circonstances, si bien qu'il peut être nécessaire d'user de la ruse, voire de solliciter l’aide d’une seconde personne.

 

Comme pour tout chien, un examen hebdomadaire de ses yeux et ses oreilles est recommandé. Cela permet de s’assurer qu’il est en bonne santé, de les nettoyer au besoin, et surtout de réagir rapidement en cas d’infection.

 

Cette séance hebdomadaire d'entretien est aussi l'occasion de brosser les dents de son chien, afin de limiter la formation de plaque dentaire et les risques qu'elle implique.

 

Enfin, comme c’est une race de chien active, ses griffes s’usent normalement suffisamment pour ne pas nécessiter de coupe manuelle. Il convient toutefois d’y jeter un œil de temps en temps pour s’en assurer, et de les tailler si besoin est.

Le poids d’un Pinscher Allemand peut varier quasiment du simple au double d’un individu à l’autre, et la quantité de nourriture donnée doit donc être ajustée en conséquence. En fonction de son gabarit, il est recommandé de lui donner chaque jour entre 130 et 250 grammes de nourriture de qualité, répartis à parts égales entre le matin et soir.

 

Comme c’est une race de chien gourmande, le risque d’embonpoint – voire d’obésité – est prononcé : il est donc important de surveiller son alimentation de près et de ne pas abuser des friandises, ou alors de retrancher l’apport calorique de ces dernières de sa ration quotidienne.

Le Pinscher Allemand a servi pendant des siècles à la fois pour la garde et pour le contrôle de la vermine. Il est d’ailleurs un chasseur habile qui met ses talents à profit dès qu’il en a l’occasion, débarrassant le jardin et la maison des indésirables.

 

Il fut même utilisé comme chien de berger pour la conduite des troupeaux ovins dans certains pays européens. Toutefois, il a aujourd’hui été remplacé dans ce rôle par d’autres races de chiens de berger.

 

On le retrouve donc principalement comme chien de famille et/ou chien de garde, rôle dans lequel son instinct protecteur trouve pleinement à s’exprimer.

 

C’est un parfait compagnon pour un maître actif qui rêve par exemple de pouvoir faire du vélo avec son chien ou l’emmener pour de longues randonnées. Ce compagnon sportif est également capable de s’illustrer dans les compétitions d’agility, d’obéissance, de pistage (chasse au leurre olfactif) ou encore de Schutzhund.

Le prix d’un chiot Pinscher Allemand se situe entre 1200 et 1450 euros. Il n’y a pas de différence sensible entre les mâles et femelles.

  • Le Pinscher Allemand est capable de « sourire » sur commande, retroussant ses babines pour découvrir ses dents et donnant alors l’impression qu’il sourit. Cette commande est souvent utilisée pour mimer un comportement agressif, ce qui s’avère particulièrement efficace envers ceux qui ne connaissent pas cette race. Pourtant, cette posture correspond en fait plutôt à une façon naturelle de montrer qu’il est heureux à la vue de quelqu’un, voire comme un signal de soumission, notamment lorsqu’il est pris en faute après avoir fait une bêtise.

  • Du fait que le Pinscher Allemand ressemble énormément au Dobermann et au Pinscher Nain (Zwergpinscher), on pense souvent qu’ils partagent de forts liens de parenté. Toutefois, cette croyance est contestée par les professionnels, et des analyses génétiques ont prouvé qu’elle est infondée. Au final, même si ces races ont peut-être été mélangées à une époque, elles n’ont pas de patrimoine génétique commun.

    De fait, bien que leur apparence diffère grandement, c’est le Schnauzer qui est le plus proche parent du Pinscher Allemand ; ils ont d’ailleurs le même ancêtre.

  • À l’origine, la robe du Pinscher Allemand pouvait présenter deux couleurs additionnelles, en plus de celles reconnues actuellement : complètement noire, ou bien noire et argentée (aussi appelée sel et poivre). Les individus arborant cette dernière étaient souvent surnommés Silberpinsch, Jonataler ou Pfisterlinge. Ces deux couleurs de robe ont aujourd’hui disparu, bien que depuis les années 50 de nombreux éleveurs ont tenté sans succès de les recréer.

  • Blista V Werner Junghof fut la première représentante de la race au Royaume-Uni, et fut importée d’un élevage de Pinscher Allemand basé aux Pays-Bas.
Trouvez un élevage de Pinscher Allemand près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Pinscher Allemand ou organiser une saillie entre Pinschers allemands ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Pinscher Allemand

mois j'ai un Pinscher Allemand et je ne le changerais pour rien aux monde et je suis surpris avec lui il est collant et quand on joue il baille si quelqu'un peut me dire a quoi correspond ce bâillement merçie marcel.

   
Par meillier marcel

Bonjour, nous avons un mâle qui est croisé avec un jack russel ( il n'a pris que la couleur du pinsher!), et notre femelle pinsher allemand attend des petits pour mars.

0    0
Par Isabelle /mercier

C'est un chien qui a énormément d'énergie. Très réceptif, il comprend très vite ce qu'on attend de lui mais il est très têtu. Il a du mal à rester seul, mais n'est pas destructeur. Dommage que cette race soit méconnue en France.

0    0
Par Chloé

bonjour j'en ai pris 1 et maintenant j'en ai 6

0    0
Par frigorie

Bonjour, moi j'ai reçu mon pincher en cadeau,et je l'adore.Il est très affectueux, mais tête dur.Mais nous l'aimons beacoup.J'aimerais savoir pour avoir des informations pour leurs santé,présentement il respire très fort,ou un problème de bronche il éternue assez souvent,il fait un bruit surtout quand il dort comme s'il ronflerait. Depuis 15 jours qu'il fait ça. Merci j'espère recevoir une information Merci beaucoup. Son nom Goliath il pèse 12 lbs.Il est fort. Bonjour à bientôt. Jeannot.

0    0
Par Jeannot

cette race est trés chouette

0    0
Par lolo1512