Qualités du Coton de Tuléar

Tempérament du Coton de Tuléar

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Coton de Tuléar au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Espérance de vie
14 ans
Poids de la femelle
De 3 à 5 kilos
Poids du mâle
De 4 à 6 kilos
Taille de la femelle
De 23 à 25 cm
Taille du mâle
De 26 à 28 cm

Le Coton de Tuléar : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Coton de Tuléar

Les origines du Coton de Tuléar

Le Coton de Tuléar, aussi appelé Coton du Tulear, Coton ou Cotie dans les pays anglophones, est originaire de la ville portuaire de Tuléar, au sud de Madagascar (aujourd’hui Toliara).

 

Ses origines exactes sont inconnues, mais il descend vraisemblablement en partie du Bichon. Ce dernier était à la mode au 16ème siècle, et nombreux étaient ceux qui possédaient des chiens de cette race comme animal de compagnie ou pour chasser les rats.

 

Les ancêtres du Coton de Tuléar pourraient donc être des Bichons appartenant à des colons français installés à Madagascar ou à des marins, des commerçants ou des pirates, qui les utilisaient pour chasser les rats à bord. Une demi-légende assez populaire sur l’île parle de Bichons qui accompagnaient des dames sur un bateau et qui auraient survécu au naufrage du navire.

 

Quoi qu’il en soit, ces Bichons se seraient croisés naturellement avec des Terriers locaux, donnant naissance à une nouvelle race de chien décrite à l’époque comme presque sauvage et vivant de chasse.

 

Par la suite, la sélection naturelle fit son œuvre jusqu’à aboutir à un chien vif, très adaptable et résistant. 

 

À partir du 17ème siècle, ces petits chiens furent domestiqués et adoptés par les Merinas, un des groupes ethniques de l’île, et plus particulièrement par leur noblesse.

 

À la fin du siècle,  la noblesse française installée dans la Colonie de Fort-Dauphin (créée en 1643) s’appropria à son tour cette nouvelle race, baptisée alors « Chien Royal de Madagascar », allant jusqu’à édicter des lois pour interdire aux roturiers d’en posséder, et la gardant jalousement dans l’île.

 

Le Coton resta ainsi isolé et inconnu du reste du monde pendant plusieurs siècles, période pendant laquelle il développa des spécificités remarquables, à commencer par le pelage qui lui donna son nom actuel. Dense et cotonneux, il le protège à la fois du froid des nuits et de la chaleur des journées malgaches.

 

C’est donc ainsi qu’apparut le Coton de Tuléar que nous connaissons aujourd’hui, apparenté de façon évidente aux différents Bichons (Bichon Havanais, Bichon Maltais, Bichon Bolonais et surtout Bichon Frisé, le plus proche de lui).

 

Madagascar obtint son indépendance en 1960. Des touristes, de plus en plus nombreux et majoritairement français, se mirent alors à découvrir les paysages paradisiaques de l’île et son drôle de petit chien tellement affectueux. Une poignée en adoptèrent et les ramenèrent en France, où leur succès fut immédiat. Il fallut toutefois attendre la décennie suivante pour qu’on puisse parler d’exportation à plus grande échelle.

 

Pendant les années 60, Madagascar dut faire face à de multiples problèmes économiques et politiques, ainsi qu’à des catastrophes naturelles. Accaparés par ces événements, les Malgaches accordèrent moins d’attention à leur chien national, et les éleveurs de Coton de Tuléar s’éloignèrent progressivement du standard de la race. Ce fut le cas jusqu’aux années 70, où elle commença à être connue également ailleurs qu’en France. Mais cette connaissance – et reconnaissance – suivit deux voies distinctes : la voie européenne et la voie américaine.

La diffusion du Coton de Tuléar en Europe

En 1970, Louis Petit, alors Président de la Société Canine de Madagascar, fit une demande de reconnaissance du Coton de Tuléar auprès de la FCI (Fédération Cynologique Internationale). Un nouveau standard fut alors établi et soumis à l’institution, et la démarche fut couronnée de succès : la FCI reconnut la race dès cette année-là. Par la suite, le standard de la FCI fut révisé en 1987,1995 et 1999.

 

La FCI désigna la France comme dépositaire du standard de la race, au vu de la situation trouble à Madagascar et de la difficulté à créer des élevages dans l’île. Automatiquement reconnue de ce fait par la SCC (Société Centrale Canine), le Coton de Tuléar fut rattaché en 1977 au Club Français du Chihuahua et des Chiens Exotiques.

 

La France se lança alors pour de bon dans l’élevage, la sélection et la promotion de la race, sous la houlette de la FCI. Le Coton commença à être exporté depuis la France vers le reste de l’Europe ainsi qu’en dehors, et l’Hexagone détint bientôt les plus beaux spécimens – c’est encore d’ailleurs très largement le cas aujourd’hui.

 

Les premiers Cotons exportés en Europe avaient alors dans leur nom les lettres TI (Titular Initiale) pour indiquer qu’ils étaient des Cotons d’origine, c’est-à-dire que leurs parents étaient nés sur l’île.

 

Partout où il alla, ce petit chien à l’heureux caractère conquit les cœurs. Ce fut le cas notamment au Royaume-Uni, où le prestigieux Kennel Club britannique reconnut la race en 1990. Sans y faire partie des plus populaires, elle y connaît un succès croissant, avec autour de 400 naissances annuelles enregistrées auprès de l’organisme : ce nombre était trois fois inférieur au début des années 2010

 

En France, il connut un essor fulgurant dans les années 80, passant d’à peine quelques dizaines d’inscriptions par an au LOF (Livre des Origines Français) au début de la décennie à plus de 1000 à la fin. La tendance se poursuivit par la suite, avec par exemple le franchissement du cap des 1500 naissances annuelles en 1995 puis celui des 2000 dix ans plus tard. On constate un petit affaissement depuis la deuxième moitié de la deuxième décennie du 21ème siècle, avec un nombre annuel plus proche des 1700.

La diffusion du Coton de Tuléar Aux États-Unis

Les Français ne furent pas les seuls à s’intéresser au Coton de Tuléar. Parallèlement à sa diffusion en Europe via la France, un biologiste américain qui étudiait les lémuriens à Madagascar, le Dr Robert Jay Russell, fit connaissance avec lui en 1973 et importa les premiers individus aux États-Unis. L’année suivante, il établit à son tour un standard de la race basé sur les descendants directs des individus importés, et différent de celui de la FCI. En 1976, il fonda le Coton de Tulear Club of America (CTCA).

 

Bien qu’appréciée, la race resta toutefois – et demeure de nos jours - nettement plus confidentielle en Amérique du Nord qu’en Europe. Les instances canines nationales mirent d’ailleurs davantage de temps à la reconnaître la race : il fallut attendre 1996 pour l’United Kennel Club (UKC) et 2014 pour l’American Kennel Club (AKC).

 

On vit toutefois naître différents clubs de passionnés de la race, dont certaines rédigèrent leur propre standard. Il en résulte un fait assez étonnant, qui est qu’on compte aujourd’hui pas moins de quatre standards différents du Coton de Tuléar aux États-Unis :

  • Le standard de l’UKC, suivi par la NACA (North America Coton Association) ;
  • le standard de la FCI (ou standard « européen »), développé en France et reconnu par l’ACC (American Coton Club) ;
  • le standard de l’USACTC (The United States of America Coton de Tulear Club), devenu celui de l’AKC ;
  • Le standard du mCTCA (Madagascar Coton de Tulear Club of America, qui a remplacé celui créé par Robert Jay Russell en 1974), et suivi par le MCPC (Malagasy Coton Preservation Club).

 

Les différences entre ces standards reposent essentiellement sur deux caractéristiques : la couleur et la taille. À titre d’exemple, le MCPC admet une taille plus grande et plusieurs couleurs, alors que le standard de la FCI n’admet que des chiens entièrement – ou presque – blancs et de plus petite taille.

 

Quoi qu’il en soit, la race reste relativement peu présente dans le pays, s’y situant autour de la 80ème place (sur un peu moins de 200) dans le classement des races les plus populaires établi en fonction du nombre d’enregistrements annuels auprès de l’AKC.

La situation du Coton de Tuléar à Madagascar

Bien qu’il ait été nommé chien officiel de l’île, dont il est d’ailleurs la seule race de chien endémique, il ne reste plus beaucoup de Cotons de Tuléar à Madagascar. Il fut en effet victime de son succès dans les années 80 : un chiot acheté 500 francs à Madagascar se revendait dix fois plus cher en France. Ainsi, la plupart des nouveaux-nés furent exportés.

 

La situation de la race dans son pays d’origine ressemble aujourd’hui à un champ de ruines. Le nombre d’élevages de Cotons de Tuléar à Madagascar est devenu très faible, et la qualité n’est généralement pas au rendez-vous. Au mieux, leurs chiens présentent peu d’homogénéité et sont assez éloignés du standard ; au pire, ils ont des défauts importants et de gros problèmes de santé, car certains éleveurs travaillent exclusivement en consanguinité. On trouve aussi des Cotons de Tuléar dans les familles comme animaux de compagnie ou dans les rues, mais la plupart ne sont pas de pure race.

 

Même s’il est très apprécié comme chien de compagnie et assez populaire dans certains pays (les Pays-Bas et la Thaïlande, par exemple, sont devenus de grands importateurs de Cotons français), le Coton de Tuléar reste au niveau mondial une race relativement rare.

Le Coton de Tuléar est un chien de petite taille, plus long que haut et musclé. Sa foulée est régulière, ni sautillante ni saccadée, mais ne couvre que peu de terrain.

 

Le cou est bien musclé, et la peau y est fine et tendue, comme d’ailleurs sur l’ensemble du corps. Le dos est ferme et musclé, comme l’est également la croupe, oblique et courte. La poitrine est longue et bien développée, les côtes sont arrondies. Le ventre est remonté mais pas levretté.

 

La queue est attachée bas, dans l’axe de la colonne vertébrale. Au repos, elle descend au-dessous du jarret, et l’extrémité est relevée. En action, elle est recourbée sur le dos.

 

La tête du Coton de Tuléar est courte et triangulaire. Le crâne est assez large et légèrement bombé, avec la présence d’un léger sillon frontal. Le stop est peu marqué.

 

Les yeux sont ronds et bien écartés, de couleur foncée, et le regard est vif et intelligent. Les oreilles sont triangulaires et tombantes, attachées haut. Accolées aux joues, elles descendent jusqu’à la commissure des lèvres.

 

Le museau est droit, la truffe est noire (le marron est toutefois toléré), avec des narines bien ouvertes. Les lèvres sont fines et de la même couleur que la truffe.

 

Les dents sont bien alignées, articulées en ciseaux (la mâchoire supérieure recouvre la mâchoire inférieure), en pince (les deux mâchoires sont bord à bord) ou en articulé inversé sans perte de contact (les mâchoires n’ont pas la même forme et se décalent pour s’emboîter).

 

Le poil constitue une des particularités les plus remarquables de la race : il est cotonneux, très doux et souple (jamais dur ni rêche), dense et abondant. Il peut en outre être légèrement ondulé.

 

La robe est généralement blanche, mais quelques taches aubérisées (poils blancs et poils fauves) ou grises (poils blancs et poils noirs) sont admises, notamment sur les oreilles.

 

De telles taches sont également tolérées - mais pas recherchées - sur d’autres parties du corps, dans la mesure où elles n’altèrent pas l’aspect général de blancheur de la robe.

Il existe une variété de Coton de Tuléar qui est entièrement noire à la naissance. Les pattes, la queue et la tête deviennent blanches au bout de quelques semaines, tandis que le reste du corps prend une teinte gris argenté en l’espace de deux ou trois ans.

 

Appelée Panda, cette variété est très recherchée aux États-Unis et au Canada.

Standard FCI N°283 (04/02/2000)



ORIGINE : Madagascar.

PATRONNAGE : France.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D'ORIGINE EN VIGUEUR : 25.11.1999.

UTILISATION : Chien de compagnie.

CLASSIFICATION F.C.I. :

Groupe 9 - Chiens d'agrément et de compagnie.

Section 1.2 Coton de Tuléar.

Sans épreuve de travail.


BREF APERCU HISTORIQUE :

Introduit en France bien avant sa reconnaissance officielle en 1970, ce nouveau venu d'origine malgache a rapidement acquis une place de premier plan parmi les chiens d'agrément de ce pays; aujourd'hui il est répandu dans le monde entier.


ASPECT GENERAL :

Petit chien de compagnie à poil long, de couleur blanche et de texture cotonneuse, aux yeux ronds, foncés et à l'expression vive et intelligente.


PROPORTIONS IMPORTANTES :

- La hauteur au garrot se rapporte à la longueur du corps comme 2 à 3.

- La longueur de la tête se rapporte à celle du corps comme 2 à 5.

- La longueur du crâne se rapporte à celle du museau comme 9 à 5.


COMPORTEMENT / CARACTERE :

De caractère gai, stable, très sociable avec les humains et avec ses congénères, il s'adapte parfaitement à tout style de vie. Le caractère du Coton de Tuléar est une des caractéristiques principales de la race.


TETE :

Courte, vue de dessus : triangulaire.

REGION CRANIENNE :

Crâne : Vu de face légèrement bombé; assez large par rapport à sa longueur. Arcades sourcilières peu développées. Léger sillon frontal. Protubérance et crête occipitales peu accentuées. Arcades zygomatiques bien développées.

Stop : Peu accentué.

REGION FACIALE :

Truffe : Dans le prolongement du chanfrein; noire, la couleur marron est tolérée; narines bien ouvertes.

Museau : Droit.

Lèvres : Fines, tendues, de la couleur de la truffe.

Mâchoires/dents : Dents bien alignées; articulé en ciseaux, en pince ou articulé inversé sans perte de contact; l'absence des PM1n'est pas pénalisable; les M3 ne sont pas prises en considération.

Joues : Sèches.

Yeux : Plutôt ronds, foncés, vifs, bien écartés; le bord des paupières est pigmenté de noir ou de marron selon la couleur de la truffe.

Oreilles : Tombantes, triangulaires, attachées haut sur le crâne, fines à l'extrémité; portées accolées aux joues, elles atteignent la commissure des lèvres. Recouvertes de poils blancs ou avec quelques traces de couleur gris clair (mélange de poils blancs et de poil noirs donnant un aspect gris clair) ou aubérisé (mélange de poils blancs et de poils fauves donnant un aspect aubérisé).


COU :
Bien musclé, légèrement galbé. Encolure bien attachée. Rapport encolure/corps : 1/5. Peau bien tendue, sans fanon.


CORPS :

Vue d'ensemble : Ligne du dessus très légèrement convexe. Chien plus long que haut.

Garrot : Peu accentué.

Dos et rein : Dos ferme, dessus très légèrement voussé. Rein bien musclé.

Croupe : Oblique, courte et musclée.

Poitrine : Bien développée, bien descendue au niveau des coudes, longue; côtes bien arrondies.

Ventre : Remonté mais pas levretté.


QUEUE :

Attachée bas, dans l'axe de la colonne vertébrale.

- Au repos : descendant en dessous du jarret, l'extrémité étant relevée.

- En mouvement : Portée " gaiement " (recourbée au-dessus du dos, la pointe dirigée vers la nuque, le garrot, le dos ou le rein). Chez les sujets à fourrure abondante, l'extrémité peut être appuyée sur la région dorso-lombaire.


MEMBRES

MEMBRES ANTERIEURS :

Vue d'ensemble : Les antérieurs sont d'aplomb.

Epaules et bras : Epaule oblique, musclée. Angle scapulo-huméral environ 120°. La longueur de l'humérus correspond sensiblement à celle de l'omoplate.

Avant-bras : Avant-bras verticaux et parallèles, bien musclés, avec une bonne ossature; la longueur de l'avant-bras correspond sensiblement à celle du bras.

Carpe : Dans le prolongement de la ligne de l'avant-bras.

Métacarpe : Solide, vu de profil très légèrement fléchi.

Pieds antérieurs : Petits, de forme ronde; doigts serrés, cambrés; coussinets pigmentés.

MEMBRES POSTERIEURS :

Vue d'ensemble : Les postérieurs sont d'aplomb. Sans être recherchée, la présence d'ergots n'est pas pénalisée.

Cuisse : Fortement musclée; angle coxo-fémoral environ 80°.

Jambe : Oblique, formant avec le fémur un angle d'environ 120°.

Jarret : Sec, bien dessiné; angle du jarret environ 160°.

Métatarse : Vertical.

Pieds postérieurs : Petits, de forme ronde; doigts serrés, cambrés; coussinets pigmentés.


ALLURES :

Libres et faciles, sans couvrir beaucoup de terrain; en action le dessus reste ferme et le chien ne flotte pas dans ses allures.


PEAU :

Fine, bien tendue sur tout le corps; de couleur rose elle peut être pigmentée.


ROBE

POIL : C'est l'une des principales caractéristiques de la race puisque son nom même en découle. Très doux et souple, cotonneux, jamais dur ni rêche, le poil est dense, abondant et peut être très légèrement ondulé.

COULEUR : Couleur de fond blanche.

Quelques traces de couleur gris clair ( mélange de poils blancs et de poils noirs) ou aubérisé (mélange de poils blancs et de poils fauves) sont admises sur les oreilles. De telles traces peuvent être tolérées sur les autres régions du corps, pour autant qu'elles n'altèrent pas l'aspect général de blancheur de la robe; elles ne sont cependant pas recherchées.


TAILLE ET POIDS :

Taille :

Mâles : de 26 à 28 cm, tolérance 2 cm en plus et 1 cm en moins.

Femelles : de 23 à 25 cm, tolérance 2 cm en plus et 1 cm en moins.

Poids :

Mâles : de 4 à un maximum de 6 kg.

Femelles : de 3,5 à un maximum de 5 kg.


DEFAUTS :

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.


DEFAUTS GRAVES :

- Crâne : Plat ou trop bombé; crâne étroit.

- Museau : Disproportion du rapport crâne/chanfrein.

- Yeux : Clairs, yeux trop en amande; entropion, ectropion; yeux proéminents.

- Oreilles : Trop courtes, insuffisance de la longueur du poil, oreilles rejetées vers l'arrière (en rose).

- Cou : Trop court, dans les épaules, fluet.

- Ligne du dessus : Trop voussée, ensellée.

- Croupe : Horizontale, étroite.

- Epaule : Droite.

- Membres : Panards, cagneux, coudes décollés, jarrets trop ouverts ou clos, angulations droites.

- Poil : Trop court, trop ondulé, bouclé.

- Pigmentation : Partielle ou trop claire des paupières ou des lèvres; truffe décolorée, traces de ladre.


DEFAUTS ELIMINATOIRES :

- Chien agressif ou chien peureux.

Type général :

- Manque de type (insuffisance de caractères ethniques qui fait que l'animal dans son ensemble ne ressemble plus suffisamment à ses congénères de la même race.

- Taille et poids en dehors des limites et tolérances du standard.

Points particuliers dans le type :

- Chanfrein : busqué.

- Yeux : Exorbités avec signes de nanisme, trop clairs; yeux vairons.

- Oreilles : Dressées ou semi-dressées.

- Queue : N'atteignant pas le jarret; attachée haut; enroulée complètement (formant une boucle serrée); plaquée sur le dessus ou contre la cuisse; en chandelle; anourie.

Robe :

- Poil : Atypique, frisé; laineux, soyeux.

- Robe : Fortement tachée; toute tache d'un noir franc.

- Pigmentation : absence totale de pigmentation d'une paupière ou de la truffe ou des lèvres.

Anomalies :

- Prognathisme supérieur ou inférieur avec perte de contact; béance verticale des incisives.


- Manque de dents, à l'exception des PM1, les M3 n'étant pas prises en considération.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.


Le Coton de Tuléar est un compagnon très agréable, doté d’un caractère heureux et stable : il est plein d’entrain, spontané, affectueux et fidèle. Il adore attirer l’attention, et n’hésite pas pour cela à faire le clown.

 

C’est aussi un séducteur capable de regarder son maître avec de grands yeux innocents ou de faire des pitreries dans l’espoir d’échapper à une punition. Observateur et sensible, il sait reconnaître les bons moments pour parvenir à ses fins, par exemple quand son maître est disponible pour lui, mais sait également trouver les failles et en profiter.

 

Ce n’est donc pas forcément un chien idéal pour un maître novice : s’il adore plaire à son maître et est de fait considéré dans l’ensemble comme assez obéissant, il peut aussi se montrer têtu, comme beaucoup de chiens de petite taille. Il faut savoir d’ailleurs que les femelles de cette race sont souvent plus indépendantes et dominantes que les mâles.

 

Très sociable, le Coton de Tuléar s’entend bien avec les humains qu’il connaît, mais se montre en revanche méfiant et/ou craintif envers les étrangers. Il peut à ce titre être considéré comme un chien d’alarme, même si sa propension à remplir ce rôle varie sensiblement selon les individus, certains étant plus territoriaux que d’autres.

 

Par ailleurs, il s’entend généralement bien avec ses congénères et les autres animaux, y compris les chats, qu’ils appartiennent ou non au foyer.

 

Vif et intelligent, il aime jouer et apprécie tout particulièrement les enfants, quel que soit leur âge. De fait, c’est une race de chien recommandée avec des enfants, pour qui il fait un excellent compagnon de jeu.

 

Enfants comme adultes, ce petit chien espiègle et éveillé s’attache très vite à sa famille, et est très sensible à l’humeur et aux émotions des siens. Cela en fait un compagnon exceptionnel, doué d’empathie et considéré comme un véritable anti-stress. Très câlin, il aime se pelotonner contre ses maîtres et leur « parler » à grand renfort de vocalises et de grognements, et il est ravi qu’on lui réponde.

 

Par ailleurs, malgré son apparence délicate, c’est un chien rustique et solide physiquement comme mentalement, aisément capable de s’adapter aux changements. Il ne craint ni les voyages, ni les déménagements, l’essentiel pour lui étant qu’il soit avec les siens et qu’il partage leurs activités. Autrement, il fait un choix idéal pour un maître souhaitant emmener son chien en vacances, d’autant que sa taille simplifie également les choses.

 

En revanche, il ne peut pas rester seul longtemps. Si ses maîtres travaillent en journée et n’ont d’autre choix que de le laisser seul à la maison, la présence d’un autre animal est une option intéressante pour éviter des problèmes, comme un comportement destructeur ou des aboiements intempestifs, qui peuvent être importants et user les nerfs du voisinage. Le Coton de Tuléar est d’ailleurs de façon générale un chien assez bruyant, qui aime bien donner de la voix.

 

Pour cette raison, pour son bon caractère et pour son besoin en exercice assez modéré (30 minutes par jour lui suffisent), le Coton de Tuléar est une race de chien adaptée pour personnes âgées et/ou peu actives. Il s’adapte facilement à un style de vie calme et sédentaire : une promenade quotidienne et des séances de jeu suffisent à son bonheur. Ce faible besoin d’activité et sa petite taille en font un chien idéal en appartement, même s’il est bien sûr heureux également dans une maison avec jardin à la campagne. Dès lors qu’il est en mesure de se dépenser et est bien éduqué, il se montre très calme au sein du foyer. En revanche, dans le cas contraire, il peut se montrer particulièrement énergique, au point d’être épuisant.

 

S’il dispose d’un accès libre à un jardin, mieux vaut que ce dernier soit clos. Le Coton de Tuléar est trop attaché à sa famille pour être vraiment fugueur, et il n’a pas un instinct de chasse très prononcé, mais sa curiosité peut le pousser à suivre une piste et ne pas retrouver son chemin. En parallèle, un apprentissage précoce du rappel peut fortement réduire le risque de problèmes, en particulier si on lui permet de se promener sans laisse.

 

En tout état de cause, le fait de disposer d’un jardin, même grand, ne dispense pas de la nécessité de le promener quotidiennement. En effet, les promenades n’ont pas comme seul intérêt que de permettre au chien de se dégourdir les pattes : elles lui permettent de rencontrer éventuellement des congénères, ce qui est toujours enrichissant, mais aussi de stimuler ses sens (et tout particulièrement son odorat), ce qui est nécessaire à son équilibre psychique.

 

Le Coton de Tuléar convient aussi aux maîtres actifs : il n’aime rien tant que partager les activités de la famille et apprécie énormément les sports canins comme l’obéissance, l’agility, le dog dancing ou encore le cavage. Toutefois, son endurance a ses limites : il n’est pas capable de courir sur de longues distances. Ce n’est donc pas un compagnon qu’on emmène avec soi pour faire du jogging ou du vélo.

Le Coton de Tuléar est un chien intelligent qui comprend très vite ce qu’on attend de lui. Il est constamment à l’écoute de son maître, ce qui le rend assez facile à éduquer, à condition de respecter certaines conditions, car il est aussi têtu et très observateur : il décèle facilement les failles et n’hésite pas à en profiter pour n’en faire qu’à sa tête. Son maître doit donc faire preuve de douceur, mais aussi de fermeté et d’une grande cohérence, pour ne pas être pris en défaut.

 

Il doit être éduqué dès son plus jeune âge et répond très bien à la méthode d’éducation canine positive, appréciant les récompenses sous forme de jeu, de friandises ou de caresses. Par contre, comme il est enclin à se lasser assez rapidement, les séances d’éducation du chiot ne doivent pas dépasser une dizaine de minutes. Par ailleurs, comme c’est un chien joueur et qui peut se montrer très énergique, il faut lui enseigner très vite le retour au panier (et donc au calme), ainsi que le rappel.

 

Comme tous les chiens, le Coton de Tuléar a aussi besoin d’être socialisé très tôt, pour éviter qu’il ne devienne peureux ou agressif. Il est également impératif de l’habituer dès son plus jeune âge à être manipulé, car son pelage demande un entretien important tout au long de sa vie.

 

Il faut savoir par contre que certains individus ont des difficultés à devenir propres. Il est donc important de sortir très fréquemment son chiot, afin de mettre toutes les chances de son côté. L’usage d’un tapis d’apprentissage peut aussi aider les maîtres confrontés à ce problème.

 

Avec une bonne méthode d’éducation, le Coton de Tuléar apprend vite les bases : il comprend et mémorise normalement chaque nouvelle consigne en 40 à 80 répétitions. Une fois les bases acquises, il les garde toute sa vie et se montre plutôt obéissant, car il a à cœur de plaire à son maître.

Le Coton de Tuléar est un petit chien rustique qui jouit généralement d’une constitution robuste et d’une bonne santé. En outre, grâce à son poil si particulier, il ne craint ni le froid ni la chaleur.

 

Il existe toutefois un certain nombre de maladies plus ou moins récurrentes auxquelles il est prédisposé :

  • La dysplasie de la hanche n’est pas rare non plus, et correspond à une situation où la tête du fémur ne tient pas en place dans la cavité qui lui correspond au niveau de la hanche. Il en résulte des douleurs, une boiterie, et la pose d’une prothèse peut s’avérer nécessaire ;
  • Plus rares, la luxation de la rotule et la myélopathie dégénérative, qui apparaît généralement vers l’âge de 9 ans et se caractérise par une perte graduelle de coordination. Ces affections ne sont pas douloureuses pour l’animal, mais aucun traitement n’existe pour les soigner.

 

Il n’existe pas non plus de traitement pour l’ataxie néonatale, heureusement peu répandue. Cette affection due à une mutation génétique touche la partie du cerveau qui contrôle les mouvements et la coordination, si bien que les chiots qui en sont victimes sont incapables de marcher. Ils sont généralement euthanasiés avant l’âge de 1 an.

 

En plus de ces maladies aux conséquences souvent lourdes, le Coton de Tuléar est enclin à certains problèmes moins graves, mais qui nécessitent une certaine vigilance.

 

C’est le cas notamment des allergies cutanées. Elles provoquent des démangeaisons qui poussent le chien à se gratter, avec à la clef un risque d’infection.

 

Il faut également surveiller de près ses yeux, car ils ont tendance à beaucoup couler : un nettoyage quotidien ou tous les deux jours s’avère généralement nécessaire pour éviter une inflammation oculaire ou une infection cutanée due à une humidité permanente.

 

Enfin, un chien aux oreilles pendantes présente un risque accru d’otites, et le Coton de Tuléar n’échappe pas à la règle. Une grande vigilance est donc également de mise à ce niveau.

Le poil du Coton de Tuléar est abondant et demande un brossage quotidien, car des nœuds peuvent facilement se former à la base. S’il y en a beaucoup, la seule solution est même le rasage.

 

Il faut donc l’habituer très tôt à ces séances quotidiennes, et il est nécessaire d’emmener son chien chez le toiletteur au moins deux fois par an, pour éviter que le poil ne devienne trop long.

 

C’est d’autant plus vrai que le Coton de Tuléar est une race de chien qui ne mue pas. Il perd d’ailleurs très peu de poils, ce qui en fait un chien hypoallergénique.

 

On peut lui donner un bain une fois par mois, mais en utilisant toujours un shampooing pour chien adapté qui ne dessèche pas le poil et la peau (il est sujet aux allergies cutanées), et en le séchant soigneusement après.

 

Il est également nécessaire de prendre soin de ses dents en les brossant deux à trois fois par semaine. L’idéal est bien sûr une fréquence quotidienne, ce qui ne pose aucun problème s’il y a été habitué dès son plus jeune âge.

 

En parallèle, une inspection et un nettoyage réguliers des yeux (chaque jour, car il a fortement tendance à avoir les yeux qui coulent) et des oreilles (au moins une fois par semaine) permettent d’éviter de nombreux problèmes tels que conjonctivites, otites, gale auriculaire, etc. 

 

Enfin, comme pour tous les chiens, une coupe des griffes peut s’avérer nécessaire de temps en temps. La fréquence dépend de son mode de vie, car un individu très actif les use naturellement. Si on les entend cliqueter sur le sol quand il marche, c’est qu’il est temps de les couper.

Le Coton de Tuléar n’est pas un chien difficile à nourrir, et n’a pas de propension particulière à l’embonpoint. Des croquettes de petite taille et de bonne qualité sont parfaites, et peuvent être données en un seul ou en deux repas. Dans ce dernier cas, il convient d’opter pour une ration plus légère le matin, et plus conséquente le soir.

 

En tout état de cause, son alimentation doit être adaptée à son âge, à son état de santé et à son degré d’activité.

 

Il faut en outre veiller à ce qu’il dispose en permanence d’un bol d’eau fraîche et propre.

Le Coton de Tuléar est essentiellement un chien de compagnie aux multiples qualités et déçoit rarement dans ce rôle.

 

De par sa sensibilité et son caractère enjoué, il peut également être utilisé comme chien de thérapie, notamment auprès des personnes dépressives.

 

Enfin, sa vivacité et son attention permanente envers son maître font qu’il excelle dans certains sports canins comme l’agility ou l’obéissance.

Le prix d’unn chiot Coton de Tuléar inscrit au LOF se situe entre 1000 et 1500 euros, mais peut aller jusqu’à 2000 euros pour des sujets issus des plus belles lignées.

Même si la race est relativement peu présente dans le pays, plusieurs célèbres artistes américaines ont ou ont eu des Cotons de Tuléar. C’est le cas notamment de Barbra Streisand (Samantha), Debra Messing (Laila), Jane Fonda (Tulea) ou encore Catherine Zeta-Jones (Figaro).

Trouvez un élevage de Coton de Tuléar près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Coton de Tuléar ou organiser une saillie entre Coton de Tuléar ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Coton de Tuléar

pitou est un p'tit coton très affectueux, mais malheureusement, il est très fragile, on lui a donné à manger tout ce que nous en avons, après il a entièrement rougi.
On emmène pitou chez un vétérinaire, il a dit qu'il est obèse parce qu' à 3ans, il pèse 9 à 10 kg, il lui a fait un piqure; maintenant, il a de la fièvre (39°5) de température, on ne sait pas ce qu'il a, et tout le temps il a fait"hein!! hein!! hein!!" c'est trop malheureux.
Encore on l'emmène chez un vétérinaire et le vétérinaire a dit qu'en mangeant quelques choses (os d'un poulet)il y a une plaie à l'intérieure et c'est pour ça qu'il a de la fièvre.

   
Par ravololona

Apy va avoir 12 ans déjà.C'est un amour et elle tient une énorme place dans la famille . (Ma dernière Petite -Fille âgée de 15 mois ne parle que d'Apy ) .Elle a toujours eu beaucoup de succès . Elle a un souffle au coeur et de l'arthrose depuis quelques années donc traitement journalier et comme elle fatigue vite ,il y a 2 ans j'ai acheté une poussette pour pouvoir la sortir . A Noël 2015 elle a eu en cadeau un canapé spécial pour chien souffrant d'arthrose .

0    0
Par Bec Marie

Mon petit Coton s'appelait UGO - ii allait sur 14 ans et nous a quitté ce vendredi 28 octobre 2016.
Emporté par une tumeur
c'était un amour de chien..si beau ...des yeux si expressifs
Nous faisions tout ensemble!
Notre relation était fusionnelle..
L'avoir perdu est une véritable cauchemar
Vif, gai, câlin, facile à vivre, le Coton aime la compagnie
Mon Ugo est gravé à vie dans mon coeur

0    0
Par Anne-Marie Cordier

C est un chien très affectueux et intelligent il donne l impression de se moquer de tout tellement facile à vivre joyeux c est un chien pour enfants personnes âgées c est dire à quel point c'est un amour de chien

0    0

Chien adorable, câlin joueur mais sont plus gros défaut... Très gueular si il y a du monde à ma maison ou à l'extérieur.

0    0
Par Damien

Chien adorable, câlin joueur mais sont plus gros défaut... Très gueular si il y a du monde à ma maison ou à l'extérieur.

0    0
Par Damien

J'ai deux coton mal, 12ans et 6ans, deux amis, intelligents, joueurs, prêt de leurs maitres. Des clowns. Je recommande malgré le brossage régulier. Que du bonheur ils sont tout terrain.

0    0
Par titophe

J ai eu trois cotonde tulear tous decedes se sont des chiens adorables

figaro a vecu 18ans nous avons pratique l agility 11ans un vrai clown

nestor chienn de concours de beaute a vecu 17ans

mandarine a vecu 16ans

helas tous avaient un cancer dcd par euthanasie

j ai garde ces chiens avec les poils longs toute leur vie je recommande ces petits chiens magnifiques sociables.. le premier etait independant un peu comme un chat.. non aboyeur



0    0
Par pseudo solange

j ai eu beaucoup de chance davoir un petit coton il est adorable mais n a qu un maitre mon mari a du mal avec lui sa fait 4 ans que je vie avec il faut dire qu il a eu des malheurs avant que je ne le recupere

0    0
Par trichet

J'ai adopté, vendredi 14/02/2014, une adorable petite femelle de 4 mois.. Je la conduis chez le toiletteur demain matin, elle m'a été confiée ds un état où le toilettage s'impose. Elle se conduit comme si nous avons tjrs vécu ensemble... très joueuse comme tout chiot.. Le tapis a eu droit aux pipis et le reste !! elle n'a pas été éduqué. Néanmoins elle intègre parfaitement ce que je lui dis.. et semble se diriger trs rapidement vers l'obéissance.. Elle est craquante, et j'ai hâte de la voir toute propre, vaccin mardi contre la maladie de carré..je pense que nous allons faire une belle équipe....

0    0
Par ESCUDERO

Ma chienne a12ans et c est l amour de ma vie elle me suit tout le temps elle est intelligente plus que les humains

0    0
Par pseudo Sergio

bonjour,cet la première fois que j'ai un coton,cet des
chiens adorable,câlin,gentil,il me suis partout dans la
maison,mes petits enfants l'adore,il dort à coté de moi,cet un amour,adopté un coton,vous allez l'adoré;

0    0
Par michéle

Moi aussi j ai un Coton De Tuléar femelle ,elle a maintenant 1 ans , voila deja 8 mois qu elle est rentre dans ma vie et je m en plaind pas .Elle est très très joueuse ,je sai pas comment elle fait pour avoir autant d'énergie ! Mais surtout elle me donne BEAUCOUP d'amour !!!! JE L'AIME DE TOUT MON COEUR !!

0    0
Par alix63

j'avais un coton de tuléar que j'ai rammené moi même de Madag, elle a vecu 17ans et demi, elle etait belle,pesait 3,400, je l'avais piquée cause d'isuffisance renal,

0    0
Par Betty

Je possède un coton de tulear femelle depuis 3 ans , et je ne vois que des qualités à cette petite chienne, gentille, sociable (à la fois envers les humains et surtout vers les autres animaux quels qu'ils soient), obéissante. mon seul bémol c'est qu'elle ne supporte pas la voiture . Mais en tout cas j'en suis gaga !

0    0
Par yaya32519541954

Bonjour j'ai 2 coton,une de 3ans et une 16 mois.
Ce sont 2 amours,pleines de vie. Celle de 3 ans est stérilisée et la petite dernière le sera très prochainement.
je recommande vraiment cette race,vous serez très fous de ces petites boules de neige

0    0
Par silvette

J'ai aussi une petite chienne Coton prénommée Aly, elle est adorable et je la reconnais dans vos descriptions...c'est une adorable petite peluche, câline mais pas pot de colle, coquine et malicieuse, un peu dragueuse...elle arrive bien souvent à ses fins, bouffonne, un vrai chien de cirque, on peut faire d'elle ce qu'on veut, elle se laisse faire sans broncher, un peu peureuse des gestes brusques des petits enfants mais elle ne leur fera aucun mal, elle préfère les gronder;)... elle peut passer des heures à gambader dans le jardin comme à faire la pantouflarde dans le canapé... un petit chien qui prend énormément de place...

0    0
Par Géraldine

J'ai eu un coton de Tulear qui a vecu 16 ans. Quand nous l'avons acueillis, elle avait 6 ans, et ses anciens maitres ont du s'en debarasser car leur enfant en était allergique. Ma chienne était tres vive, elle adorait les caresses, et elle mangeait regulierement des fruits, tous les fuits que nous lui proposions (originaire de Madagascar, elle en était friante.) mais elle avait aussi beaucoup de caractere! Elle aboyait tres souvent, et il était dure de la faire taire, et si elle était couchée sous la table ou au pied du canapé, gard à celui qui pose ses pieds sur elle! Quand elle était plus jeune, un toiletteur lui a coupé les griffes trop court, et cela l'a traumatisé à vie, personne ne pouvait lui toucher les pattes sans se faire mordre (et une vraie morsure !). Mais apart ces petit defauts, cette chienne a illuminé ma vie. Elle courait partout, et même à l'age de 15/16 ans, avant sa mort, elle était toujours partante pour une balade. Elle avait le vertige et elle ne prenait jamais la voiture donc elle en était effrayée, elle faisait beaucoup les poubelles, et elle ramennait tres souvent des ordures dans le jardin, mais cela nous amusait, elle volait aussi beaucoup !! Mais si on laissait trainer notre nouriture sur la table du salon ou sur les petites tables de jardin, on disait qu'on meritait de se faire voler car on avait été assez bete pour laisser trainer notre nourriture! Elle n'avait jamais été mechante avec personne, sauf avec les personnes qui l'embettaient. Tous les voisins ne l'aimaient pas, il y en a même un qui faillis l'ecraser !!! Heureusement elle s'en est sortis. Elle avait tres peur des bruits violents, et aux 14 juillets elle passait la soirée cachée dans les placards, derriere les fauteuilles... Elle a eu 4 portées, la premiere elle a donné naissance a 5 chiots, la deuxieme à 3 dont un seul vivant, les 3 étaient morts nés, et elle a du subire une cesarienne, la 3eme il y en avait 3 et la derniere un seul. On l'a fait ensuite sterelisé car elle avait fait des bébés aux chiens de 2 de nos voisins ! On ne savait jamais exactement qui étaient les peres car on apprenait qu'elle etait enceinte à la vue de son ventre qui grossissait. On vivait dans une maison avec un grand terrain sans portail ni clotures et passait sa vie dehors l'été et à l'interieur l'hiver. Elle demandait a sortir toute les 30 minutes et elle rentrait des fois aussi sec, mais on lui ouvrait toujours la porte. Elle dormait dans le salon, son panier n'était pas caché par un meuble, et il est resté à la meme place pendant les 12 ans ou nous l'avions. Et à l'hiver de ses 16 ans (2009 je crois) elle perdait du sang avec ses selles. On l'a tout de suite fait piquer, car on l'entendait pleurer. J'était tres triste de perdre ma chienne, car on l'a adopté quand j'avais à peu pres 7/8 ans et je n'ai pas de souvenir qui date d'avant son arrivée. Elle a donc toujours été là pendant mon enfance et ma jeunesse. Pendant mon enfance elle a été ma grande amie, je me souviens rester des heures et des heures à la caresser assis sur les marches dehors l'été quand je n'avais rien d'autre a faire, a lui faire des bisous... Mais avec du recule, je me dis qu'elle a vécu 16 ans, ce qui est déjà beaucoup pour un chien, qu'elle n'a presque jamais été malade, qu'elle sortait quand elle voulait, qu'elle a eu de nombreux petits, qu'elle n'a jamais manqué de rien et qu'elle a toujours été heureuse... Si vous avez lu ce message jusqu'au bout, je vous conseil d'adopter un Conton de Tulear car ce sont des chiens en or.

0    0
Par pollaroid

Bonjour, moi aussi j'ai une petite chienne cotton, nommée CHIPIE. Elle a eu 2 ans en Août.Ce lundi elle vient d'avoir ses chaleurs, et une saillie va se produire Mardi 11 Octobre 2011. Ces chiens sont très affectueux, et ne nous lâchent pas une seule minute! toujours partout ou nous allons!

0    0
Par couttet

j'ai eu une petite chienne coton qui est décédée en janvier, elle a vécu 18 ans et demi, elle était adorable, intelligente, coquine, et petite elle faisait le clown en se tenant sur deux pattes , elle me manque beaucoup; j'avais peur des chiens petite, et elle m'a guérie merci choupette

0    0
Par noury

bonjours j'ai deux coton une de 6ans et une de 2ans un petit conseil comme le dit rachel toujours bien brosser votre chien mais aussi ses dents car sinon c'est un enfer!

0    0
Par eldie

Je possède un petit Coton de 2 ans, Diablo. Il est à croquer, super mignon, le regard très vif, le poil comme du coton. Il faut le brosser tous les 2 jours pour éviter les bourres de poil, sinon c'est la catastrophe. C'est un chien très intelligent, il comprend tout (ou presque), très têtu j'ai un peu de mal à le rendre propre. Possessif, pot de colle, il n'aime vraiment pas rester seul. Mon coeur fond jour après jour pour lui...

0    0
Par rachel

Bonjour, j'ai un couple de coton de Tuléar, du genre "papillon" tous les deux; ils viennent d'avoir 5 petits chiots le 13 mars dernier; ils sont très mignons et n'arrêtent pas de têter; nous, on ne se lasse pas de les admirer et nos joies sont immenses. La mise bas s'est très bien passée et les chiots se portent bien. Ma fille est en train de leur chercher des noms. A très bientôt.

0    0
Par Sahondra

bonjour,
j'ai une chienne aussi de sa maman qui ma donner 4 petits il y a 7 ans se sont des chiens calme trés affectueux adorables avec les enfants ma symphonie attend des petits
du petit york a ma fille le résultat à voir dans 1 semaine .

0    0
Par danou

j'ai une petite chienne de 10 ans, coton de tuléar, elle pèse
10 kgs, que dois je faire pour qu'elle maigrisse

0    0
Par viviane.vergnes

j'ai un petit "Ulysse" agé de 5 ans, un chien trop genial, très joueur,plein de vie et super calin; il a un fort caractère mais est
tellement adorable; il ne me quitte jamais (il est avec moi au travail)
il deteste etre seul!!et pour repondre à Elisabeth, il faut en effet le brosser régulierement(ts les jours si possible!!sinon les noeuds seront au rendez-vous! c'est un chien qui demande bcp d"attention, mais il nous le rend tellement bien!!

0    0
Par Cathy

je découvre cette race de chien,.......et j'ai envie d'en savoir plus.....encore plus.....sa à l'air super. tout renseignement m'interesse, notamment en terme de prix.

0    0
Par tino49

bonjour,
je viens de faire l acquisition d un coton tulear elle est vive et adorable
ce qui m inquiete c est sa toilette et s il faut souvent nettoyer ses yeux et la brosser souvent
je vous remercie
a bientot

0    0
Par elisabeth

coucou ma petite cotonne qui a 3 mois n a pas un oeil completement cerne cela peut il encore se faire ? a par cela ma demoiselle est parfaite elle vie avac nous et son papa ce sont des chiens super en tout il n y a que des eloges a faire quand au grand il a fait de l agility moi aussi pere et fille c est le bonheur pour notre famille a bientot Gab

0    0
Par dietsch

bonjour
voila j'ai une petite chienne type coton de tulear. elle a un petit copain depuis 7 jours et ce sont accouplé trois fois. comment savoir ci elle attend des bébés

merci de me repondre

a bientot
(

0    0
Par christian.clemence

Bonjour,
Personnellement, j'ajouterai que le Coton est un chien qui peut faire de l'Agility. Voir le site de Virgule et les descriptifs. En effet, il a toutes les qualités requises, tempérament, droiture, se faire plaisir et faire plaisir à son maître, s'amuser ensemble sur un parcours et vitesse en terme de déplacement. C'est une vrai bombe, malheureusement on n'en voit quasiment pas. Nous étions les seules au Championnat de France et au GPF 2008.
Si vous voulez d'autres renseignements sur le sujet et/ou des photos n'hésitez pas.
Cordialement

0    0
Par 21984