Cirneco de l'Etna

Cirneco de l'Etna

Autres noms : Lévrier Sicilien
Nom d'origine : Cirneco dell'Etna
Groupe : Chien de type Spitz et de type primitif
Standard : Standard FCI N°199

Partager
 Envoyer cette page à un ami

Qualités du Cirneco de l'Etna

Tempérament du Cirneco de l'Etna

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Cirneco de l'Etna au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Cirneco de l'Etna

Espérance de vie
13 ans
Poids de la femelle
De 8 à 10 kilos
Poids du mâle
De 10 à 12 kilos
Taille de la femelle
De 42 à 46 cm
Taille du mâle
De 46 à 50 cm

Le Cirneco de l'Etna : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Cirneco de l'Etna

Le Cirneco de l’Etna (prononcé cheer-nay-ko) est une race de Lévrier très ancienne originaire de Sicile. Il serait vraisemblablement le descendant des chiens de chasse élevés dans la vallée du Nil durant l’Égypte antique et aurait été introduit en Italie par des marchands phéniciens autour de 500 ans avant J.-C. En effet, des chiens lui ressemblant très fortement figurent sur des pièces de monnaie ainsi que des gravures et mosaïques datant de cette période, retrouvés lors de fouilles archéologiques.

 

Ce qui est certain en tout cas, c’est que la race fut développée et standardisée en Sicile, il y a des centaines d’années. Elle était utilisée pour la chasse au lapin, au faisan, à la perdrix et au gibier à plumes sur les pentes escarpées de l’Etna, l’un des plus grands volcans d’Europe toujours actif aujourd’hui. Son excellent odorat ainsi que sa capacité à travailler pendant des heures sans avoir besoin de s’arrêter pour boire ou manger en faisaient un compagnon de chasse idéal pour les paysans siciliens.

 

Son nom provient du mot Kyrenaikos, le nom grec de la ville de Cyrène, la première colonie grecque établie au 7ème siècle avant notre ère dans l’actuelle Libye. Cela renforce la théorie selon laquelle les ancêtres du Cirneco de l’Etna proviennent de l'Afrique du Nord. Quant au « dell’Etna » qui figure à la fin de son nom, il ne fut ajouté qu’en 1939, lorsque la race fut reconnue officiellement par l’Ente Nazionale della Cinofilia Italiana (ENCI), l’organisme canin de référence en Italie.

 

Au début des années 30, le Cirneco de l’Etna faillit disparaître et tomber dans l’oubli. Soucieux de préserver la race, un vétérinaire du nom de Maurizio Migneco rédigea un article à son sujet dans un magazine de chasse italien. Ce dernier attira l’attention d’une aristocrate sicilienne, la baronne de Carcaci, Agata Paternó Castello. Cette dernière se consacra jusqu’à sa mort à faire revivre la race dans son pays et contribua notamment à ce qu’elle soit officiellement reconnue par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) en 1956.

 

La première importation d’un Cirneco de l’Etna en Amérique du Norddate du milieu des années 90. La race fut reconnue par l’United Kennel Club (UKC) une dizaine d’années plus tard, en 2006. Il fallut en revanche attendre presque une décennie supplémentaire (et plus précisément l’année 2015) pour que l’autre organisme de référence du pays, l’American Kennel Club (AKC) en fasse de même. Le Canadian Kennel Club (CKC) voisin n’a quant à lui pas encore franchi le pas.

 

Sa diffusion en Europe n’est pas beaucoup plus ancienne qu’en Amérique du Nord, Par exemple, la première importation d’un Cirneco de l'Etna au Royaume-Uni remonte à 2001. Deux ans plus tard, un autre spécimen fut importé à son tour sur le territoire anglais, et ils donnèrent ensemble naissance à la première portée enregistrée auprès du Kennel Club, qui reconnut la race dès 2003.

 

Le Cirneco de l’Etna est une race de chien relativement rare dans le monde.  Aux États-Unis, elle se situe autour de la 180ème place (sur un peu moins de 200) dans le classement des races établi par l’AKC sur la base du nombre de naissances annuelles enregistrées auprès de l’organisme. Au Royaume-Uni, on ne compte guère plus d’une vingtaine de naissances annuelles, et certaines années ce nombre se limite même à quelques unités. La situation est comparable en France depuis les années 80 : le nombre d’inscriptions annuelles au Livre des Origines Français (LOF) est du même ordre de grandeur. La tendance est stable depuis les années 80 et il arrive même que certaines années aucune naissance ne soit enregistrée. Dans son pays d’origine, l’ENCI comptabilise autour de 100 à 150 naissances chaque année, un chiffre assez stable depuis au moins 2010.

Le Cirneco de l’Etna est un chien de taille moyenne élégant, robuste et solide qui, comme les autres races de Lévriers, a une allure élancée. C’est une race de chien dite primitive, c’est-à-dire qu’elle n’a subi aucune intervention humaine : ses caractéristiques physiques ont été déterminées uniquement par la sélection naturelle.

 

Il en possède d’ailleurs une qui est suffisamment rare pour être signalée : lorsqu’il est excité, il peut se mettre à rougir.

 

Sa poitrine est légèrement inférieure à la hauteur du coude au sol et ses côtes sont peu cintrées, mais jamais plates. La longueur de son dos atteint environ trois fois celle de la partie lombaire, sans muscles visibles. Il repose sur des pattes longues, droites et fortes, qui lui permettent de parcourir de longues distances sans difficulté.

 

Le crâne du Lévrier Sicilien ne dépasse pas la moitié de la longueur de la tête, et semble presque plat lorsqu’il est vu de profil. Son museau est de longueur normale ou légèrement inférieure à la longueur du crâne. Sa truffe est quant à elle de forme rectangulaire et assez large, ce qui lui permet d’avoir un flair très développé. Elle est de couleur chair et se confond avec le pelage. La mâchoire est bien développée, avec un menton fuyant. Les lèvres sont fines, minces et tendues. Les oreilles sont attachées très hautes, rapprochées et de forme triangulaire, légèrement pointues aux extrémités. Elles sont droites et rigides, presque parallèles. Les yeux sont relativement petits et de forme ovale. Ils sont de couleur ambre ou ocre, et présentent au bord des paupières des pigmentations de même couleur que celles de la truffe. Son expression est alerte.

 

Sur la tête, les oreilles et les pattes, le pelage du Cirnecco dell'Etna est fin, serré et ras. Sur le reste de son corps, il est court. Il est unicolore, d’un fauve plus ou moins foncé. Des marques blanches peuvent toutefois être présentes sur la tête, la poitrine, le bout de la queue, les pieds et le ventre. Des taches orange sont également tolérées aux mêmes endroits.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est assez marqué chez cette race, puisque les mâles ont un gabarit sensiblement plus imposant que les femelles, même si leur taille diffère peu.

Standard FCI N°199 (03/11/1999)


TRADUCTION : Dr. J.-M. Paschoud avec la collaboration du Dr.A.Roncarati.


ORIGINE : Italie.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 27.11.1989.


UTILISATION : Chien de chasse, spécialement pour la chasse au lapin sauvage.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 5 - Chiens de type Spitz et de type primitif

Section 7 - Chiens de chasse de type primitif.

Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Chien de type primitif aux formes élégantes et élancées, de taille moyenne, peu encombrant robuste et résistant. De conformation morphologique un peu longiligne et construit en légèreté, son corps s'inscrit dans le carré; le poil est fin.

PROPORTIONS IMPORTANTES :


- La longueur du tronc est égale à la hauteur au garrot (construction dans le carré).

- La hauteur de la poitrine est légèrement inférieure à la hauteur du coude au sol.

- La longueur du museau n'atteint pas la moitié de la longueur de la tête (le rapport crâne-museau est de 10 à 8, mais on préfère les sujets dont la longueur du museau atteint celle du crâne).

COMPORTEMENT/CARACTERE :


Chien de chasse adapté aux terrains difficiles convenant spécialement à la chasse au lapin sauvage; doté de beaucoup de tempérament, il est en même temps doux et affectueux.

TETE :


REGION CRANIENNE :

- Crâne : De forme ovalaire dans le sens longitudinal; les axes supérieurs du crâne et du chanfrein sont à peine divergents ou parallèles. Le profil supérieur du crâne est si légèrement convexe qu'il paraît quasiment plat; la largeur bizygomatique du crâne ne doit pas dépasser le moitié de la longueur de la tête; les arcades sourcilières sont peu saillantes; le sillon frontal est peu marqué; la crête occipitale est presque inexistante et la protubérance occipitale est peu marquée.

- Stop : Bien accentué, en forme d'un angle d'environ 140°.

REGION FACIALE :

- Truffe : De forme assez rectangulaire, plutôt grosse; sa couleur correspond à celle de la robe (marron plutôt foncé, marron clair, couleur chair).

- Museau : La longueur du museau mesure au moins les 80% de la longueur du crâne; sa profondeur ou hauteur (mesurée au milieu du museau) atteint au moins la moitié de sa propre longueur; sa largeur (mesurée au milieu du museau) est inférieure à la moitié de sa longueur. Le museau est ainsi pointu avec chanfrein rectiligne; son profil latéral inférieur est défini par la mandibule.

- Lèvres : Fines, minces et tendues, recouvrant tout juste les dents de la mandibule. La muqueuse de l'oeillet à la commissure labiale est à peine visible.

- Mâchoires/dents : Mâchoire normalement développée bien qu'elle ne paraisse pas robuste; mandibule peu développée avec un menton fuyant. Les incisives, plantées à l'équerre dans les mâchoires, sont parfaitement alignées et adaptées. Denture bien développée et complète, articulé en ciseaux.

- Joues : Plates

- Yeux : Les yeux, qui paraissent plutôt petits, sont de couleur ocre pas trop foncé, ambre ou même gris, jamais marron ou noisette foncé; en position latérale, leur expression est douce; l'ouverture palpébrale est ovale avec une pigmentation des bords des paupières qui correspond à la couleur de la truffe.

- Oreilles : Attachées bien en haut et rapprochées, dressées et bien rigides, elles s'ouvrent vers l'avant; de forme triangulaire avec une pointe étroite, elles ne doivent pas être coupées. Leur longueur ne dépasse pas la moitié de la longueur de la tête.

COU :


Profil supérieur très arqué (convexe). Le cou est de même longueur que la tête et présente une forme approchant le cône tronqué; les muscles sont apparents, tout spécialement le long du bord supérieur du cou. La peau est fine et tendue, intimement appliquée aux tissus sous-cutanés; pas de fanon.

CORPS :


- Ligne du dessus : Rectiligne, du garrot elle descend gracieusement vers la croupe.

- Garrot : Dépassant la ligne dorsale, étroit à cause de la convergence des pointes des omoplates, il se rattache harmonieusement au cou sans aucune cassure.

- Dos : De profil supérieur rectiligne, avec des muscles sans développement majeur; la longueur de la partie thoracique mesure environ 3 fois la longueur de la partie lombaire.

- Rein : La longueur de cette dernière atteint à peu près 1/5ème de la hauteur au garrot, et sa largeur est proche de sa longueur; les muscles sont courts et peu apparents, mais fermes.

- Croupe : Profil supérieur plutôt plat, d'une obliquité sous l'horizontale qui atteint environ 45°. La longueur de cette croupe avalée, sèche et solide atteint environ le tiers de la hauteur au garrot, et sa largeur approche la moitié de sa longueur; les muscles de la croupe ne sont pas apparents.

- Poitrine : La longueur de la poitrine dépasse de peu la moitié de la hauteur au garrot (environ 57%) et sa largeur (mesurée à l'endroit de sa plus grande largeur) atteint à peine le tiers de la hauteur au garrot; le thorax descend jusqu'à la hauteur du coude ou presque, sans cependant dépasser ce niveau; les côtes sont peu cintrées, mais jamais plates; le périmètre de la poitrine qui dépasse la hauteur au garrot d'environ 1/8ème , détermine un poitrail plutôt étroit.

- Ligne du dessous : Le profil inférieur est linéaire et remonte sans rupture brusque jusqu'au niveau du ventre. Ventre sec et relevé; flancs de longueur égale à celle de la région rénale.

QUEUE :


Attachée bas, plutôt grosse et de grosseur égale sur toute sa longueur, cette queue, assez longue, atteint ou dépasse légèrement le niveau du jarret; portée en sabre au repos, elle est relevée en trompette sur le dos quand le chien est en éveil; poil ras.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Dans l'ensemble, l'aplomb, vu de profil, doit correspondre à une ligne verticale imaginaire qui part de la pointe de l'épaule et descend jusqu'au sol en touchant la pointe des doigts, ainsi qu'à une autre ligne verticale et imaginaire, qui, partant de l'articulation huméro-radiale, divise l'avant-bras et le carpe en deux parties à peu près égales pour aboutir à mi-longueur du métacarpe. Vu de face, l'aplomb doit correspondre à une ligne verticale imaginaire abaissée au sol qui part de la pointe de l'épaule et divise en deux parties sensiblement égales l'avant-bras, le carpe, le métacarpe et le pied. La hauteur du membre antérieur du sol au coude dépasse de peu la moitié de la hauteur au garrot.

- Epaules : La longueur de l'omoplate doit atteindre environ 1/3 de la hauteur au garrot avec une obliquité sous l'horizontale de 55°; les pointes des omoplates sont rapprochées; l'angle scapulo-huméral mesure 115° à 120°.

- Bras : La longueur du bras est égale à la moitié de la hauteur du membre mesuré du sol au coude; le bras est presque ou parfaitement parallèle au plan médian du tronc, peu oblique sous l'horizontale, avec des muscles apparents et nettement distincts.

- Coude : Placé à niveau ou un peu en dessous de la ligne sternale, il est parallèle au plan médian du tronc; l'angle huméro-radial est d'environ 150°.

- Avant-bras : La longueur de l'avant-bras est égale au tiers de la hauteur au garrot et sa direction est perpendiculaire au sol; la gouttière cubito-carpienne est bien visible; l'ossature est légère, mais solide.

- Carpe : Il prolonge la ligne droite de l'avant-bras; l'os pisiforme est bien en relief.

- Métacarpe : La longueur du métacarpe ne doit pas être inférieure au 1/6ème de la hauteur du membre antérieur mesurée du sol au coude; plus large que le carpe, mais plat et sec, le métacarpe est légèrement oblique d'arrière en avant; l'ossature est plate et sèche.

- Pied antérieur : De forme ovale (pieds de lièvre) avec des doigts bien joints et arqués; ongles robustes et recourbés, de couleur marron ou ocre-rosé approchant du marron, mais jamais noirs; coussinets durs de même couleur que celle de la robe.

MEMBRES POSTERIEURS :

Dans l'ensemble, l'aplomb, vu de profil, doit correspondre à une ligne verticale imaginaire qui descend de la pointe de la fesse au sol en frôlant ou touchant la pointe des doigts. L'aplomb, vu de derrière, doit correspondre à une verticale imaginaire qui, de la pointe de la fesse, descend jusqu'au sol en coupant en deux parties égales la pointe du jarret, le métatarse et le pied. La longueur du membre postérieur mesure environ les 93% de la hauteur au garrot.

- Cuisse : Longue et large. Sa longueur mesure le tiers de la hauteur au garrot; les muscles sont plats et le bord postérieur de la cuisse est peu convexe; la largeur de la cuise (face externe) est égale aux ¾ de sa longueur; l'angle ilio-fémoral mesure environ 115°.

- Grasset : Le grasset doit se trouver sur la verticale qui va de la pointe de la fesse au sol; l'angle tibio-fémoral est d'environ 120°.

- Jambe : D'une longueur un peu inférieure à celle de la cuisse, la jambe présente une obliquité de 55° sous l'horizontale. Les muscles qui la recouvrent sont secs et bien distincts; l'ossature est légère; la gouttière jambière est bien marquée.

- Jarret : La distance de la plante du pied à la pointe du jarret ne dépasse pas les 27% de la hauteur au garrot; sa face externe est large; l'angle tibio-tarsien est d'environ 135°.

- Métatarse : Sa longueur est égale au tiers de la longueur du membre antérieur mesuré du sol au coude; il est de forme cylindrique et en position verticale, donc perpendiculaire au sol; pas d'ergots.
- Pieds postérieurs : Légèrement ovales; ils présentent par ailleurs tous les caractères des pieds antérieurs.

ALLURES :


Galop, avec des temps intermittents de trot.

PEAU :


Fine, bien appliquée sur les plans sous-jacents dans toutes les partie du corps. La couleur varie selon celle de la robe. Les muqueuse et la peau de la truffe sont dans les couleurs décrites pour la truffe et ne doivent jamais présenter des taches noires ni être dépigmentées.

ROBE :


POIL :

- Fauve unicolore plus ou moins intense ou dilué tel isabelle, sable etc.

- Fauve avec blanc d'une extension plus ou moins grande (liste blanche en tête, liste blanche au poitrail, pieds blancs, pointe de la queue blanche, ventre blanc; un collier blanc est moins apprécié). On tolère le blanc unicolore ou avec des taches orange; on admet la robe fauve mélangée de poils un peu plus clairs ou un peu plus foncés.

COULEUR :

Robe unicolore noire, rouge, bleue, fauve, crème ou blanche fréquemment nuancée mais non tachée ou pluricolore (le dessous de la queue et la région postérieure des cuisses sont fréquemment de couleur plus claire).

TAILLE :


- Hauteur au garrot :

pour les mâlesde 46 à 50 cm. Tolérance jusqu'à 52 cm,

pour les femelles de 42 à 46 cm. Tolérance jusqu'à 50 cm.

- Poids :

Mâles : 10 à 12 kg,

femelles : 8 à 10 kg.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Convergence des axes crânio-faciaux.

- Chanfrein concave.

- Prognathisme supérieur ou inférieur, accentué.

- Oeil Vairon.

- Oreilles entièrement tombante ou de chauve-souris.

- Queue enroulée sur le dos.

- Ongles noirs.

- Coussinets centraux et tubercules digitaux noirs.

- Pigmentation noire même limitée.

- Chiens unicolores marron ou foie.

- Taches noires ou marron.

- Présence de poils noirs ou marron.

- Robe bringée.

- Muqueuses noires.

- Dépigmentation totale.

- Taille dépassant les marges supérieures ou n'atteignant pas de 2 cm les marges inférieures indiquées par le standard.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Cirneco de l’Etna est un chien curieux, doux et très affectueux envers son maître. Toutefois, ce lien étroit qu’il entretient avec sa famille peut devenir problématique s’il se retrouve seul trop souvent et/ou trop longtemps : il a alors de grandes chances de souffrir d’anxiété de séparation, qui peut s’exprimer par exemple à travers des comportements destructeurs et/ou des aboiements incessants. Lorsqu’il est laissé longtemps seul et sans surveillance, il a aussi tendance à voler de la nourriture. Il s’entend très bien avec des enfants suffisamment âgés pour avoir appris comment interagir avec un animal et le respecter, et c’est pour eux un formidable et inépuisable compagnon de jeu. En revanche, n’étant pas très patient, il il peut vite se sentir dépassé face à des tout-petits bruyants ou qui bougent beaucoup : il a alors de grandes chances de s’éloigner, voire de mal réagir. En tout état de cause, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul avec un jeune enfant sans la surveillance d’un adulte.

 

Il n’y a pas qu’avec les membres de sa famille que le Cirneco dell'Etna s’entend très bien : en général, il en va de même avec ses congénères. Lui faire partager son quotidien avec un compagnon canin est d’ailleurs un excellent moyen d’éviter que les absences de ses maîtres le mettent dans tous ses états.

 

La cohabitation avec un chat est également envisageable, à condition qu’ils aient grandi ensemble Dans le cas contraire, c’est nettement plus hasardeux, car son fort instinct de chasse pourrait bien reprendre le dessus. En tout cas, mieux vaut renoncer à l’idée de le faire vivre sous le même toit qu’un rongeur (lapin, cochon d’Inde…), qu’il aurait toutes les chances de considérer comme une proie.

 

Son instinct de prédateur très prononcé explique aussi qu’il doit être tenu en laisse lors des promenades tant qu’il n’obéit pas au rappel, sous peine de se mettre à pourchasser les petits animaux qu’il croise sur son chemin. Cela dit, même une fois que cet apprentissage du rappel validé, le risque demeure à tout moment. Un collier GPS connecté peut donc être un excellent investissement pour maître souhaitant néanmoins permettre à son chien d’évoluer sans laisse, car il permet de concilier le besoin de liberté et la sérénité de son propriétaire, qui sait ainsi à tout moment où se trouve son compagnon.

 

En effet, le Cirneco de l’Etna a besoin d'exercice physique quotidien pour être pleinement équilibré et rester en bonne santé. Il lui faut des marches représentant une durée cumulée d’au moins une demi-heure à une heure, ainsi que l’occasion de pouvoir se défouler en courant. De nature curieuse et doté d’une grande intelligence, il a aussi besoin d’être stimulé à ce niveau, et apprécie de ce fait les moments de jeu.

 

Son haut niveau d’endurance en fait en tout cas un compagnon idéal pour un maître sportif qui recherche un partenaire pour ses séances de jogging ou pour faire des randonnées. Les sports canins peuvent aussi être un bon moyen de lui permettre de se défouler et de le solliciter mentalement.

 

Dès lors qu’il est en mesure de suffisamment se dépenser, c’est une race de chien qui peut vivre en appartement sans difficulté particulière, et est ravi de passer de longs moments installé au chaud dans le canapé, aux côtés de son maître. En tout état de cause, même s’il vit dans une maison avec jardin, c’est clairement un chien d’intérieur : non seulement parce qu’il a besoin d’être en interaction avec sa famille pour être heureux et équilibré, mais aussi parce que son poil ras et fin le rend très sensible au froid.

 

Toutefois, s’il vit dans une maison avec jardin, il faut s’assurer que ce dernier est bien sécurisé, car le Lévrier Sicilien a tôt fait d’être un chien fugueur. Comme il est capable de sauter très haut et de creuser le sol pour parvenir à ses fins, il faut impérativement une clôture de grande taille, et s’assurer également qu’il ne peut pas passer en dessous. L’utilisation d’une clôture électrique souterraine ne saurait en tout cas être une option viable, car sa détermination – en particulier s’il a flairé une proie - est bien plus forte que l’inconfort ressenti à cause des impulsions électriques.

Le Cirneco de l’Etna est un chien qui apprend vite et facile à éduquer. Il a d’ailleurs la réputation d’être en la matière le meilleur des Lévriers. Toutefois, sa nature indépendante fait qu’il est assez insensible aux réprimandes et que sa capacité d’attention est relativement faible.  Il faut donc privilégier des séances d’entraînement courtes afin de le garder concentré sur la tâche à accomplir, et opter pour la méthode d’éducation canine basée sur le renforcement positif. Il est davantage enclin à obéir si son maître fait preuve de douceur et de patience et sait le motiver à l’aide de récompenses, qui peuvent tout autant prendre la forme de friandises pour chien que de flatteries et d’encouragements.

 

Quoi qu’il en soit, les séances d’éducation doivent être entamées le plus tôt possible, l’idéal étant de commencer dès son arrivée dans sa nouvelle famille. Au-delà des ordres de base, une des premières choses à apprendre à son chien est le rappel, compte tenu de son instinct de chasse très développé. Étant donné qu’il peut être compliqué de le faire revenir dès lors qu’il a flairé une proie, mieux vaut le tenir en laisse lors des promenades, tant que le rappel n’est pas parfaitement assimilé.

 

Il est également important de sociabiliser le Cirneco dell'Etna dès son plus jeune âge, comme c’est le cas d’ailleurs pour tout chien. Lui faire rencontrer un maximum d’individus et d’animaux différents, l’exposer à tous types de situations et d’environnements, est le meilleur moyen d’en faire un adulte équilibré.

 

À contrario, il est aussi important d‘apprendre à son chien à supporter la solitude, afin d’éviter que les absences de ses maîtres ne posent problème par la suite.

 

Enfin, son éducation doit aussi permettre de corriger sans attendre les mauvaises habitudes qu’il a tendance à développer (à commencer par celle de voler de la nourriture), avant qu’elles ne deviennent ancrées. En attendant qu’il ait bien assimilé ce qu’il a ou non le droit de faire, il faut mettre à l’abri de son regard tout ce qui pourrait être source de tentation pour lui.

Le Cirneco de l’Etna est une race de chien robuste et saine.

 

Ceci n’est probablement pas sans lien avec son histoire : habitué pendant des siècles à travailler de longues heures dans les terres arides de la Sicile, sans nourriture ni eau, il a dû s’adapter pour survivre. Cela a sûrement contribué à éliminer naturellement certaines faiblesses génétiques et à lui garantir sa robustesse et sa bonne santé actuelle. De fait, aucune prédisposition à souffrir de pathologies graves et/ou génétiques n’a pour l’heure été répertoriée chez cette race.

 

Il n’est pas pour autant totalement épargné par les problèmes de santé. Parmi les plus courants, on trouve les blessures aux orteils et les déchirures musculaires, qui surviennent principalement lorsqu’il court ou qu’il exerce une activité physique intense.

 

Le fait qu’il jouisse plutôt d’une bonne santé en général ne doit pas dispenser de l’emmener au moins une fois par an chez le vétérinaire pour un bilan de santé complet. Cela permet non seulement de détecter tout problème éventuel, mais également de s’assurer qu’il reste à jour de ses vaccins.

 

Par ailleurs, comme la plupart des races de lévriers, il est particulièrement sensible aux anesthésies et à certains médicaments Avant toute intervention chirurgicale, il peut donc être utile de s’assurer que le professionnel est au fait de cette particularité.

 

En outre, sa morphologie et son pelage font de lui une race de chien qui craint le froid. Quand les températures baissent, il faut donc éviter de le laisser trop longtemps dehors, et le couvrir d’un manteau et/ou de chaussons pour chien lors de ses sorties. L’application d’une crème protectrice pour les coussinets du chien peut aussi être très utile lors des balades à l’extérieur si le sol est recouvert de neige ou gelé. En tout état de cause, il n’est clairement pas fait pour vivre dans une région particulièrement froide.

 

Enfin, même s’il ne s’agit pas d’une maladie à proprement parler, le Cirneco de l'Etna présente une certaine prédisposition à l’obésité, qui elle-même peut être à l’origine de ou aggraver divers problèmes de santé. Il faut donc être particulièrement vigilant au niveau de son alimentation, tant en ce qui concerne le choix des produits que la quantité donnée. Il est également recommandé de déduire de sa ration quotidienne les éventuelles friandises qui lui sont données dans le cadre de son éducation. Par ailleurs, il est nécessaire de le peser régulièrement, afin de réagir sans attendre en cas de prise de poids excessive. Le plus souvent, lui faire faire un peu plus d’exercice et être davantage rigoureux quant à ses repas permet de remédier au problème.

Le pelage ras et fin du Cirneco de l’Etna est facile à entretenir. Un brossage une fois par semaine avec un gant ou une brosse en caoutchouc est suffisant pour éliminer les poils morts et garder son pelage propre et brillant. En outre, contrairement à la plupart de ses congénères, il ne connaît pas de mues saisonnières. Comme c’est généralement le cas de tout chien à poils ras, il ne perd que très peu de poils.

 

En outre, son pelage étant autonettoyant, il ne dégage pas de mauvaises odeurs. Il n’est donc pas nécessaire de le laver régulièrement : un bain deux ou trois fois dans l’année suffit, à moins bien sûr qu’il ne se soit particulièrement sali.

 

En revanche, ses oreilles et ses yeux doivent être inspectés et nettoyés une fois par semaine, afin de détecter et éliminer toute saleté ou infection éventuelle.

 

Le brossage de ses dents doit être effectué encore plus régulièrement que cela – au moins deux fois par semaine, mais l’idéal est de s’en occuper chaque jour. En effet, le Cirneco dell'Etnaa tendance à ne pas mâcher sa nourriture, ce qui favorise l’accumulation de débris alimentaires responsable du tartre. Or, ce dernier peut entraîner divers problèmes : mauvaises odeurs, maladies, etc.

 

Enfin, comme il est assez actif, l’usure naturelle suffit généralement à tailler ses griffes. Toutefois, lorsqu’il vieillit ou qu’il ne marche pas suffisamment, elles peuvent devenir trop longues : cela le gêner pour marcher, voire le blesser. Il est alors nécessaire de les lui tailler avec un coupe-ongles pour chien. Toutefois, comme la plupart des lévriers, il n’apprécie pas qu’on touche ses pieds : il faut donc redoubler de patience, de douceur et de vigilance lors de cette opération, afin d’éviter de lui faire mal. L’idéal est de demander l’aide d’un vétérinaire ou d’un toiletteur la première fois, pour apprendre la bonne technique et être capable de s’en occuper correctement par la suite.

Comme tout chien, l’alimentation du Cirneco de l’Etna doit être adaptée à son âge, son poids et son niveau d’activité. En particulier, s’il est utilisé pour la chasse, sa dépense énergétique est alors accrue, et il est nécessaire d’ajuster à la hausse sa ration quotidienne.

 

Toutefois, cela doit d’autant plus rester temporaire qu’il est particulièrement enclin à l’embonpoint. C’est d’ailleurs pour la même raison qu’il faut privilégier des croquettes ou des pâtées de haute qualité faibles en calories. Il est également conseillé de répartir sa ration en au moins deux repas (dont un le matin et un autre le soir) : cela réduit sa propension à réclamer de la nourriture, puisqu’il sait qu’il sera nourri une deuxième fois dans la journée.

 

Il est aussi important de le peser régulièrement pour s’assurer qu’il maintient son poids de forme et réagir rapidement si ce n’est pas le cas. En cas de doute, l’aide d’un vétérinaire peut être nécessaire.

 

Enfin, comme pour tout chien, de l’eau doit être laissée en permanence à sa disposition tout au long de la journée. Elle doit être changée plus souvent lorsqu’il fait chaud, afin de rester toujours fraîche.  

Le Cirneco de l’Etna fut employé pendant des siècles comme chien de chasse dans sa Sicile natale. Il se distingue d’ailleurs par sa technique de chasse particulièrement silencieuse, à tel point que les proies n’ont bien souvent pas même le temps de le voir venir. Les paysans locaux faisaient appel à lui pour chasser le lapin sauvage, le faisan ou encore la perdrix au pied de l’Etna. Il arrivait qu’il soit assisté d’un furet ayant pour mission de débusquer de son terrier le lapin chassé par le chien, s’il parvenait à s’y réfugier.

 

De nos jours, bien que certains agriculteurs et chasseurs siciliens aient préservé cette tradition et se servent toujours du Cirneco dell'Etna pour la chasse au lapin, on le retrouve principalement comme animal de compagnie. Son dynamisme et sa douceur en font un excellent compagnon, pour peu que sa famille soit suffisamment présente pour lui et en mesure de satisfaire son besoin d’exercice.

 

On le retrouve également à l’occasion dans les expositions canines.

 

Enfin, sa nature athlétique, son agilité et sa capacité à sauter très haut en font un bon compétiteur dans différents sports canins, à commencer par les concours d’agilité et de flyball. Ses talents de chasseur en font aussi un candidat de choix dans les épreuves de pistage, et il peut également fort bien tirer son épingle du jeu dans les compétitions d’obéissance. Enfin, comme tout lévrier, il peut également s’aligner au départ d’épreuves de racing et de poursuite à vue leurre. On l’y croise toutefois beaucoup moins que certaines races de lévriers expertes en la matière, tel le Lévrier Greyhound ou le Whippet.

De la patience peut être nécessaire pour toute personne souhaitant adopter un Cirneco de l’Etna, car le nombre d’éleveurs de la race est très limité, et il en va de même du nombre de naissances chaque année.

 

C’est d’ailleurs cette rareté qui fait qu’il est bien difficile de définir un prix de marché pour cette race.

 

Il est toutefois possible d’importer un chiot Cirneco de l’Etna directement d’Italie, où il faut compter entre 300 et 500 euros. Il convient de respecter la réglementation concernant l’importation d’un chien depuis l’étranger, et de prendre en compte que des coûts de transport ainsi que des frais administratifs viennent alors s’ajouter au prix d’achat.

Une légende ancienne veut que le temple du dieu du feu Adranos, situé sur le versant sud-ouest de l’Etna, était gardé par 1000 Cinerchi. Ils avaient la capacité divine de reconnaître et d’attaquer les voleurs et les non-croyants parmi tous ceux qui s’approchaient du temple.

Trouvez un élevage de Cirneco de l'Etna près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Cirneco de l'Etna

Adore les enfants, poils très doux et facile d'entretien. Très câlin, sociable, bon gardien mais pas aboyeur. Le notre a maintenant 7 ans et, il n'a jamais été malade.

   
Par LYNE
  • cirneco vs setter

    voila d'autre foto de mes 2 poilus pour qui ne les connais pas , rudy est un cirneco dell'etna de maintenant presque 10 mois lof et pecora est un setter anglais de 11 ans non... Lire la suite