Chien de Ferme dano-suédois

Chien de Ferme dano-suédois

Nom d'origine : Dansk Svensk Gardshund
Groupe : Chien de type Pinscher ou Schnauzer - Molossoïde - Chien de montagne et de bouvier suisse
Standard : Standard FCI N°356

Qualités de cette race

Tempérament du Chien de Ferme dano-suédois

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Chien de Ferme dano-suédois au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Espérance de vie
De 12 à 15 ans
Poids de la femelle
De 4.5 à 6 kilos
Poids du mâle
De 6 à 9 kilos
Taille de la femelle
De 30 à 37 cm
Taille du mâle
De 32 à 39 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Chien de Ferme dano-suédois

Aussi connu sous le nom de Terrier Danois, le Chien de Ferme Dano-Suédois vit dans les fermes de l’est du Danemark et du sud de la Suède depuis très longtemps, mais ses origines exactes sont inconnues. Il existait déjà au 18ème siècle, mais il est possible que ses ancêtres soient bien plus anciens. Sa polyvalence était (et est toujours) appréciée des fermiers, qui peuvent compter sur lui pour éliminer les rongeurs, guider le bétail, monter la garde et distraire les enfants.

 

Son aspect physique semblable au Jack Russell Terrier et son instinct de chasseur de rongeurs font penser qu’il descend des Terriers britanniques, mais son comportement est bien plus proche des Pinschers venus d’Allemagne. Il est donc probable qu’il soit issu de différents croisements entre ces chiens, réalisés au fil des générations.

 

S’ils étaient autrefois très courants dans la région, la population de Chiens de ferme Dano-Suédois a décliné au cours du 20ème siècle. Ceci s’explique non seulement par les conflits mondiaux, mais aussi et surtout par les changements de mode de vie induis par le développement urbain et l’introduction de nouvelles techniques agricoles. Petit à petit, les fermes se sont faites de plus en plus rares ; devenus presque inutiles, ces chiens ont commencé eux aussi à s’estomper du paysage.

 

Dans les années 80, quelques passionnés décidèrent néanmoins de travailler à leur donner la reconnaissance qu’ils méritent. En 1987, soit assez tardivement pour une race ayant une si longue histoire, le Dansk Kennel Klub (DKK) et le Svensk Kennel Klub (SKK) reconnurent conjointement la race. Ils lui donnèrent par la même occasion son nom actuel, qui fait référence à chacun des deux pays. Enfin et surtout, les deux organismes joignirent leurs efforts pour établir un standard, mettre en place un programme d’élevage organisé et mieux faire connaître ce chien auprès du public.

 

En 1998, des représentants de la race furent importés pour la première fois aux États-Unis par Melody Farquhar-Chang, avec l’objectif d’y entamer un programme d’élevage digne de ce nom. Avec l’aide d’autres éleveurs s’intéressant à ce chien, elle fonda en 2003 un club de race, le Danish-Swedish Farmdog Club of America. Cinq ans plus tard, en 2008, l’United Kennel Club (UKC) américain la reconnut officiellement. L’autre organisme de référence du pays, l’American Kennel Club (AKC), fit de même en 2011, mais seulement à titre provisoire, en attendant une reconnaissance pleine et entière.

 

En ce qui concerne la Fédération Cynologique Internationale (FCI), cette dernière survint en 2019, après une reconnaissance à titre provisoire dès 2008.

 

La reconnaissance du Terrier Danois demeure assez limitée au niveau mondial. Par exemple, le prestigieux Kennel Club britannique n’a pas encore franchi le pas, pas plus d’ailleurs que le Canadian Kennel Club (CKC), par exemple.

 

De ce fait, bien qu’il ne soit plus aussi rare qu’il y a un demi-siècle, le Chien de Ferme Dano-Suédois reste peu commun, même dans sa région natale. Toutefois, la reconnaissance récente par la FCI et un intérêt croissant pour la race aux États-Unis semblent ouvrir la voie à une diffusion accrue dans les années et décennies à venir.

Petit et ramassé, le Chien de Ferme Dano-Suédois ressemble à s’y méprendre à un Jack Russel Terrier. La FCI le classe néanmoins dans le groupe des Pinschers, et non dans celui des Terriers.

 

Son corps est modérément rectangulaire, avec un poitrail bien dessiné et des côtes cintrées. La queue peut être longue ou courte de naissance, mais en aucun cas coupée. Elle est portée droite, avec une légère courbure finale lui donnant une forme de faucille. Les pattes sont musclées et se terminent par de petits pieds ovales.

 

Sa tête est de forme triangulaire et semble petite par rapport au reste du corps. La truffe peut être noire ou marron, en accord avec les tâches de la robe. Légèrement arrondis, les yeux sont plus ou moins foncés et expriment douceur et intelligence. Quant aux oreilles, elles ont une longueur moyenne et retombent le long des joues.

 

Le Pinscher Danois présente la particularité de ne pas avoir de sous-poil. Il possède en revanche sur tout le corps un poil de couverture court, dur et lisse.

 

La couleur dominante de sa robe est le blanc. Certains individus sont d’ailleurs unis, mais la grande majorité présente différentes combinaisons de tâches colorées sur le corps et sur la tête. Ces marques peuvent être noires, fauve, marron ainsi que toutes leurs nuances.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel n’est qu’assez faiblement marqué chez cette race : la femelle mesure en moyenne 2 cm de moins que le mâle. Quel que soit son sexe, il atteint sa pleine maturité entre 2 et 3 ans.

Standard FCI N°356 (05/19/2009)


TRADUCTION : Raymond Triquet.


ORIGINE : Danemark et Suède.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 26.03.2009.


UTILISATION : Chien de ferme et de compagnie.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 2 - Chien de type Pinscher et Schnauzer - Molossoïdes - Chiens de montagne et de bouvier suisses.

Section 1.1 - Pinscher.

Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Petit chien, ramassé et de construction légèrement rectangulaire. Connu pour se faire tardivement.

PROPORTIONS IMPORTANTES :


Le corps doit être légèrement rectangulaire dans le rapport hauteur au garrot/longueur du corps de 9:10.
Le rapport hauteur de poitrine/hauteur au garrot doit être de 1:2.

COMPORTEMENT/CARACTERE :


Eveillé, attentif et vif.

TETE :


De forme triangulaire et un peu petite proportionnellement au corps.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Assez large et légèrement arrondi.

- Stop : Bien marqué.

REGION FACIALE :

- Truffe : Sa couleur correspond à celle des taches de la robe.

- Museau : Bien développé, il se rétrécit graduellement en allant vers la truffe mais il ne doit pas donner l'impression d'être en sifflet. Il est légèrement plus court que le crâne. Le chanfrein est droit.

- Mâchoires/Dents : Mâchoires fortes. Articulé en ciseaux avec des incisives régulières et bien développées. Articulé en pince (incisives bout à bout) toléré.

- Joues : Prononcées sans exagération.

- Yeux : De grandeur moyenne, légèrement arrondis, ni saillants ni enfoncés dans les orbites. Expression attentive et douce. De couleur foncée chez les chiens aux taches noires. L'œil légèrement plus clair est permis chez les chiens tachés de jaune ou de marron (foie).

- Oreilles : De longueur moyenne. En rose ou en bouton ; dans les deux cas, le pli doit se trouver juste au-dessus du crâne. Oreilles en bouton : l'extrémité doit être accolée à la joue.

COU :


De longueur moyenne, fort et légèrement galbé. Absence de fanon.

CORPS :


Ramassé ; bonne substance.

- Rein : Court, large et légèrement voussé.

- Croupe : Légèrement arrondie.

- Poitrine : Longue, haute et spacieuse avec des côtes bien cintrées. Poitrail bien dessiné.

- Ligne du dessous et ventre : Ventre peu retroussé.

QUEUE :


Pas attachée trop haut. Queue longue ou courte de naissance (trognon de queue). La queue doit être portée droite, avec une légère courbure ou en faucille.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Aspect général : Antérieurs droits et parallèles. Le devant est plus large que la cage thoracique.

- Epaule : Oblique.

- Bras : Oblique.

- Métacarpe : Fort et élastique.

- Pieds : Petits, ovales, aux doigts pas complètement serrés.

MEMBRES POSTERIEURS :

Aspect général : Grassets et jarrets bien angulés.

Membres postérieurs parallèles et bien musclés.

- Cuisses : Assez larges.

- Pieds : Voir les pieds antérieurs.

ALLURES/MOUVEMENT :


Allures dégagées ; membres parallèles.

ROBE :


POIL : Court et lisse. Dur sur le corps.

COULEUR : Le blanc domine. Taches permises de différentes couleurs, tailles et combinaisons (noir, feu, marron et différents tons de fauve). Avec ou sans marques feu. Mouchetures permises.

TAILLE :


Mâles : 34 à 37 cm

Femelles : 32 à 35 cm

Tolérance de + ou - 2 cm.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien.
- Aspect général: Elégant.

- Etroit dans son devant.

- Bas sur pattes.

- Poitrine insuffisamment descendue.

- Cage thoracique plate ou courte.

- Croupe avalée.

- Oreilles dressées.

- Cou trop long.

- Queue enroulée ou portée à plat sur le dos.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou peureux.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Affectueux et sociable, le Chien de Ferme Dano-Suédois adore la compagnie de sa famille, mais pas seulement. Il fait la fête aux amis qui passent rendre visite et aime passer du temps avec les enfants, qu’il s’agisse de ceux de la famille ou de leurs amis. Dès lors qu’ils ont appris à se comporter en présence d’un chien et le respectent, ils peuvent passer des heures à jouer ensemble, que ce soit en courant dans le jardin ou en rapportant une balle. De fait, c’est clairement une race de chien recommandée pour un enfant.

 

Son bon caractère s’étend aussi à ses congénères, qu’il accepte aussi bien quand il s’agit de vivre sous le même toit que lorsqu’il s’agit de les rencontrer au cours d’une promenade. En revanche, ses instincts de chasseur sont bien ancrés, et le conduisent à poursuivre sans relâche chats, rongeurs et oiseaux… Toutefois, s’il a grandi avec le félin de la famille, ce dernier est à l’abri des risques de prédation, et la cohabitation se déroule généralement sans encombre. En revanche, il faut redoubler de vigilance si on souhaite introduire un chaton dans un foyer où se trouve déjà un Terrier Danois.

 

En tout cas, il n’est clairement pas fait pour un maître âgé ou sédentaire. En effet, il est extrêmement actif : pour être bien dans ses pattes, il a besoin de se dépenser au moins une heure et demie par jour, que ce soit lors de promenades ou de séances de jeux. Toutefois, dès lors que ce besoin d’exercice est satisfait, il se montre étonnamment calme à la maison, et d’ailleurs tout à fait adapté à la vie en appartement.

 

Une maison avec un jardin n’en reste pas moins l’option la plus souhaitable pour lui, mais il faut s’assurer que ledit jardin est bien clos et qu’il ne peut pas se faufiler sous le grillage ou sauter par-dessus la porte du jardin. Il n’a pas tendance à fuguer par simple désir d’aller découvrir le vaste monde, mais son instinct de prédateur fait que s’il aperçoit un chat dans la rue, il risque fort de vouloir lui courir après. Le cas échéant, ce n’est d’ailleurs pas une éventuelle clôture électrique souterraine qui l’en empêcherait : ce dispositif est inefficace avec ce chien.

 

En plus d’être stimulé physiquement, le Pinscher Danois a aussi besoin de l’être mentalement. En effet, ce chien intelligent, habitué depuis des siècles à se mettre au service des fermiers de sa région d’origine, aime travailler et se rendre utile. S’il n’a pas l’occasion de remplir sa mission de chien de ferme, il a besoin d’apprendre souvent de nouveaux tours et de jouer de manière quotidienne. Cela nécessite donc une certaine disponibilité de la part de son maître et est un aspect à ne pas négliger pour quiconque envisage d’adopter un Chien de ferme Dano-Suédois, car s’il en vient à s’ennuyer, il risque d’adopter un comportement destructeur.

 

Un bon moyen de lui fournir à la fois l’activité physique et la stimulation mentale dont il a besoin est de pratiquer avec lui des sports canins tels l’agility ou l’obéissance. Il peut ainsi se dépenser et développer son intelligence, tout en étant au contact d’autres humains et d’autres chiens.

 

Enfin, bien qu’il fasse entendre sa voix à l’occasion, le Chien de ferme Dano-Suédois n’est pas un aboyeur invétéré, contrairement à la plupart des Terriers.

Comme n’importe quelle autre race, le Chien de Ferme Dano-Suédois a besoin d’être socialisé dès son plus jeune âge.

 

Rencontrer de nouvelles personnes (famille, amis, voisins…), croiser la route d’autres animaux (chiens, chats ou autres), vivre différentes situations (passage dans des lieux bruyants et animés, utilisation de différents moyens de transport, visites chez le vétérinaire…) lui permet de s’habituer au monde dans lequel il va évoluer. Cette période est absolument cruciale, car un chiot bien socialisé devient normalement un adulte calme, équilibré et heureux.

 

Intelligent, polyvalent, réceptif et doté d’une bonne mémoire, le Pinscher Danois peut apprendre de nombreux tours et a de façon générale une grande capacité d’apprentissage, que même un maître débutant est à même d’exploiter. Toutefois, même s’il a assurément des facilités pour apprendre, il requiert quand même patience et fermeté de la part de son maître : il a besoin d’être guidé de manière cohérente et risque d’être perdu si les règles changent selon les membres de la famille.

 

Comme il le fait depuis des siècles, il est capable d’effectuer de nombreuses tâches pour se rendre utile dans une ferme (chasser les rats, guider le bétail…), mais de nos jours c’est surtout dans les sports canins qu’il brille.

 

Quoi qu’on cherche à lui enseigner, les méthodes basées sur le renforcement positif fonctionnent à merveille. Dès lors qu’il comprend qu’il reçoit encouragements, caresses et friandises lorsqu’il fait ce qu’on lui demande, il a tendance à faire de son mieux pour plaire à son maître.

 

Les séances d’éducation canine sont d’ailleurs un excellent moyen de répondre à son besoin d’exercice assez conséquent, et peuvent occasionnellement remplacer une promenade, par exemple en cas de mauvais temps.

Le Chien de Ferme Dano-Suédois est une race très robuste, et ne présente aucune prédisposition génétique connue. Ceci ne signifie toutefois pas qu’il est épargné par les maladies canines, et il est bien d’autant plus nécessaire de lui administrer tous les vaccins et de le protéger contre les maladies transmises par les parasites qu’il passe souvent un temps non négligeable en extérieur.

 

Les problèmes de santé qui peuvent affecter la race sont :

  • la dysplasie de la hanche, un problème articulaire qui cause des difficultés plus ou moins grandes pour se déplacer ;
  • la luxation patellaire, qui correspond à une situation où la rotule sort de son emplacement, ce qui entraîne des boitements  ;
  • la maladie de Legg-Calvé-Perthes, une dégradation des tissus osseux du fémur causant des douleurs et une difficulté à se déplacer normalement.

 

Par ailleurs, la forme tombante de ses oreilles implique un risque accru d’infections à ce niveau (otites), dès lors qu’elles ne sont pas correctement entretenues. Il est de la responsabilité du maître d’y veiller scrupuleusement, pour épargner à son compagnon ce genre de désagréments.

 

Par ailleurs, bien que l’obésité ne soit pas une maladie, elle est la cause de nombreux problèmes de santé. Or, s’il n’est pas en mesure de se dépenser autant qu’il n’en a besoin, le Pinscher Danois peut parfaitement en être victime. Un maître souhaitant garder son chien en bonne santé doit donc lui procurer suffisamment d’exercice et surveiller régulièrement son poids.

L’entretien du Chien de Ferme Dano-Suédois est peu compliqué et peu chronophage.

 

En premier lieu, un simple brossage rapide hebdomadaire permet d’enlever saletés et poils morts. Comme il n’a pas de sous-poil, il mue peu, mais il peut toutefois être utile d’augmenter la fréquence à deux ou trois fois par semaine au printemps et à l’automne, afin de le débarrasser de l’excès de poils morts et éviter d’en retrouver partout dans la maison.

 

Par ailleurs, son poil court et dur a tendance à être auto-nettoyant, si bien qu’il n’est que rarement nécessaire de donner un bain à son chien : une ou deux fois par an suffit amplement, ou bien lorsqu’il est particulièrement sale après une sortie.

 

Les séances hebdomadaires d’entretien de son pelage doivent être l’occasion de prendre quelques minutes pour bien nettoyer ses oreilles : comme chez tout chien aux oreilles pendantes, de la saleté a vite fait de s’y accumuler et de causer une infection.

 

En complément, un nettoyage de ses yeux avec un chiffon humide et un brossage de ses dents permettent de s’assurer qu’il est reparti pour une semaine d’aventures en pleine santé.

 

Enfin, compte tenu de son niveau d’activité, l’usure naturelle suffit généralement pour limer ses griffes. Si elles deviennent malgré tout trop longues, elles risquent de le gêner ou de le blesser, et il est alors nécessaire de les tailler à l’aide d’un coupe-ongles pour chien.

Le Chien de Ferme Dano-Suédois ne pose aucune difficulté à l’heure du repas, et peut être nourri sans problème avec les aliments industriels pour chiens que l’on trouve dans le commerce. Il faut toutefois veiller à choisir des produits de qualité, capables de lui fournir tous les nutriments et vitamines dont il a besoin. Il est aussi nécessaire d’adapter sa nourriture à sa taille, son âge, et son niveau d’activité.

 

S’il n’a pas la possibilité de se dépenser comme il le devrait, le Pinscher Danois est susceptible de souffrir d’obésité. Il faut donc surveiller son poids de manière régulière, et intervenir rapidement en cas de problème. Le cas échéant, une diminution de ses rations quotidiennes ainsi qu’un surcroit d’exercice doivent permettre d’y remédier rapidement. Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire de se tourner vers un vétérinaire pour étudier la piste d’une maladie qui en serait à l’origine, et mettre au point une alimentation plus adaptée si l’explication ne se situe pas à ce niveau.

Comme son nom l’indique, le Chien de Ferme Dano-Suédois a longtemps été utilisé comme assistant polyvalent des fermiers, tant au Danemark que dans le sud de la Suède. Il éliminait les rats et souris qui s’attaquaient aux réserves de nourriture, aidait à chasser le petit gibier, guidait le troupeau, servait de chien d’alerte… Grâce à son intelligence et sa capacité d’adaptation, ce « chien à tout faire » aidait partout où il le pouvait et où son maître avait besoin de lui.

 

Les modes de vie ruraux ont changé, et au demeurant il ne reste que peu de petites fermes dans ces régions. De ce fait, c’est aujourd’hui plutôt dans les compétitions d’agility, d’obéissance, de flyball ou encore de course au leurre qu’il fait admirer ses qualités, mais ses capacités d’apprentissage et sa volonté de satisfaire son maître font qu’il peut aussi parfaitement être dressé pour rapporter le journal ou les pantoufles.

 

En effet, le Pinscher Danois fait un excellent chien de compagnie, dynamique et plein de joie de vivre sans être hyperactif. Il convient très bien aux familles actives qui, tout en aimant sortir souvent avec leur chien, souhaitent le calme à la maison. Toujours vigilant, il peut aussi avertir les siens lorsqu’un inconnu approche, permettant ainsi à sa famille de dormir sur ses deux oreilles.

 

Enfin, le fait qu’il soit très proche des humains et se montre extrêmement affectueux (pas seulement envers sa famille) en fait un merveilleux chien de thérapie, capable de venir se blottir contre celui qui est triste et de l’écouter avec de grands yeux attentifs, avant de lui changer les idées en lui rappelant qu’il est l’heure de sortir se promener.

Le prix d’un chiot Chien de Ferme Dano-Suédois est d’environ 1500 euros, sans différence notable entre les mâles et les femelles.

 

Cette race demeure toutefois difficile à trouver en dehors de la Scandinavie. En cas d’importation, il faut donc ajouter les frais administratifs et de transport pour déterminer le coût total de l’adoption.

Avis & conseils Chien de Ferme dano-suédois

Combien coute ce chien?

   
Par Manon Allauzen