Chien d'Ours de Carélie

Chien d'Ours de Carélie

Nom d'origine : Karjalankarhukoira
Groupe : Chien de type Spitz et de type primitif
Standard : Standard FCI N°48

Partager
 

Qualités du Chien d'Ours de Carélie

Tempérament du Chien d'Ours de Carélie

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Chien d'Ours de Carélie au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Espérance de vie
11 ans
Poids de la femelle
De 17 à 20 kilos
Poids du mâle
De 25 à 28 kilos
Taille de la femelle
De 49 à 55 cm
Taille du mâle
De 54 à 60 cm

Le Chien d'Ours de Carélie : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Chien d'Ours de Carélie

Le Chien d’Ours de Carélie, appelé Karjalankarhukoira en Finlande et surnommé KBD (pour Karelian Bear Dog) dans le monde anglo-saxon, trouve ses origines dans une région située à l’ouest de la chaine de montagnes de l’Oural, dans la Russie actuelle. C’est dans cette région que vivait le peuple komi, ou zyrien, il y a environ 3000 ans.

 

Vers le 12ème siècle, les Komis entamèrent des contacts commerciaux avec le peuple de Carélie le long du fleuve Dvina, et l’ancêtre du Chien d’Ours de Carélie commença à devenir populaire. Ce fut le cas notamment dans la région d’Olonets, vers le lac Ladoga, qui est aujourd’hui quasiment frontalier de la Finlande.

 

Ces chiens furent utilisés pendant des siècles par les tribus de Carélie, du lac Onega au sud (actuellement en Russie) jusqu’au lac Kemi au nord (actuellement en Finlande). Ils aidaient à la chasse du gibier de toute taille, du petit lapin à l’élan imposant, ainsi qu’à la protection des maisons. Courageux, ils n’avaient pas peur d’affronter les plus grands prédateurs, dont l’ours.

 

Jusqu’au début du 20ème siècle, ces chiens pouvaient être de différentes couleurs : brun, roux, noir, blanc… Toutefois, lorsqu’un programme d’élevage fut mis sur pied en 1936 en Finlande, seuls les individus noir uni ou noir à marques blanches furent conservés. La première présentation officielle de la race eut lieu la même année, au cours d’une exposition canine organisée par le Suomen Kennelliitto (SK), l’organisme canin de référence dans le pays. C’est à ce moment-là que le nom de Chien d’Ours de Carélie (ou Karjalankarhukoira en finlandais) fut adopté.

 

La Seconde Guerre mondiale mit un frein au programme d’élevage, et la population de la race fut presque exterminée. Une soixantaine de survivants furent rapatriées depuis la Russie, et 43 d’entre eux furent utilisés pour remettre sur pied un programme d’élevage. Le premier standard fut rédigé en 1945, et dès 1946 le SK enregistrait officiellement les premiers Karjalankarhukoira.

 

Le succès fut rapide, et dès 1954 la Fédération Cynologique Internationale (FCI) reconnut à son tour la race. Sa population continuait alors de croître chaque année en Finlande, et un pic à plus de 1000 naissances annuelles y fut même enregistré dans les années 60.

 

Sa diffusion internationale fut bien plus lente. Par exemple, ce n’est qu’en 1996 que l’United Kennel Club (UKC) américain le reconnut à son tour. En 2005, l’American Kennel Club (AKC) l’admit dans son Foundation Stock Service, étape préalable avant une reconnaissance pleine et entière qui toutefois n’a pas toujours pas eu lieu depuis, faute d’une population suffisamment importante. Le Canadian Kennel Club (CKC) lui a également octroyé sa reconnaissance, mais ce n’est pas le cas en revanche du vénérable Kennel Club (KC) britannique.

 

Le Karjalankarhukoira demeure très populaire en Finlande, où il fait partie des 10 races les plus communes, mais y est toutefois en perte de vitesse. En effet, après un pic à plus d’un millier dans les années 60, les inscriptions annuelles au SK ont chuté à environ 800 au début du 21ème siècle, et la tendance à la baisse semble se poursuivre. Sa population reste globalement constante dans les autres pays scandinaves, à raison d’environ 200 naissances par an : il est en net recul au Danemark, mais cela est compensé par une forte progression en Suède.

 

La race connaît également une croissance intéressante en France depuis le début du 21ème siècle. Alors que le Livre des Origine Français (LOF) ne recevait qu’une vingtaine d’inscriptions par an au début des années 2000, ce chiffre a grimpé pour flirter avec la centaine à la fin de la décennie suivante. Elle est même parvenue à se faire une place sous des latitudes et des climats qui ne sont pas vraiment ce à quoi elle est habituée, puisque l’organisme canin de référence en Italie, l’Ente Nazionale della Cinofilia Italiana (ENCI), comptabilise pas loin de 50 naissances par an dans le pays.

Le Chien d’Ours de Carélie est un Spitz nordique de taille moyenne à grande, présentant toutes les caractéristiques typiques de ce type de chiens : tête lupoïde, oreilles dressées et queue enroulée.

 

Son corps, robuste et puissant, s’inscrit presque dans un carré. Le dos est droit et musclé, et le poitrail n’est pas excessivement large. Bâties autour d’une ossature solide, les pattes sont puissantes, parfaitement droites et parallèles vues de face. La queue, attachée haut sur le dos et touffue, se recourbe vers l’avant, soit sur le dos soit sur le côté.

 

La tête, en forme de triangle, n’est pas particulièrement longue. Le crâne est large, sans stop bien défini. Le museau ne s’amincit que vers la truffe, qui est large et noire. Les mâchoires, articulées en ciseau et pourvues de 42 dents, sont très puissantes. Les yeux sont petits et bruns, affichant une expression éveillée, pleine d’énergie. Les oreilles, dressées, ont la pointe légèrement arrondie.

 

Le poil de couverture du Chien d’Ours Finlandais, lisse et dur, est assez long, notamment au niveau du cou, du dos et de l’arrière des cuisses. Le sous-poil est quant à lui doux et extrêmement dense.

 

La robe doit être noire, ou éventuellement brun très foncé. Les sujets parfaitement unis sont rares, et la grande majorité présentent des marques blanches bien délimitées au niveau de la tête, du cou, du poitrail, du ventre ou des pattes.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est bien marqué chez cette race : le mâle est sensiblement plus grand et plus massif que la femelle.

Standard FCI N°48 (18/04/2007)


TRADUCTION :


Mme Sophie Leblay, revue par le Prof. R.Triquet. Mise à jour par le Dr. Paschoud en 1999 et R. Triquet en 2007 (2ème page).


ORIGINE : Finlande.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 12.03.1999.


UTILISATION:


Principalement employé à la chasse à l'élan et à l'ours, il tient l'animal au ferme. C'est un chasseur passionné, qui est très indépendant, mais qui coopère activement à la chasse car il indique la présence du gibier en aboyant. Ses sens, surtout l'odorat, sont fins, ce qui permet de l'employer à la chasse au gros gibier. Son sens de l'orientation est très bon.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 5 - Chiens de type Spitz et de type primitif

Section 2 - Chiens nordiques de chasse.

Epreuve de travail uniquement pour les pays nordiques (Suède, Norvège, Finlande).

ASPECT GENERAL :


Chien de taille moyenne, fort, de constitution robuste; il est à peine plus long que haut. Son poil est épais et ses oreilles sont dressées.

PROPORTIONS IMPORTANTES :


La longueur du corps est à peine supérieure à la hauteur au garrot. La hauteur de la poitrine est à peu près égale à la moitié de la hauteur au garrot. Le rapport museau/crâne est approximativement de 2 : 3. La longueur du crâne est à peu près égale à sa largeur et à sa hauteur

COMPORTEMENT / CARACTERE :


De nature équilibrée, un peu réservé, courageux et persévérant. Sûr de lui, il peut être agressif envers ses congénères, mais jamais envers les êtres humains. Son instinct de combat est fortement développé.

TETE :


Vu de face, elle est triangulaire.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Large; vu de face et de profil il est légèrement convexe. Il est le plus large entre les oreilles. Le sillon frontal est à peine visible. Les arcades sourcilières ne sont que faiblement développées.

- Stop : Pas vraiment marqué, relativement long, il forme une arcure progressive en direction du crâne.

REGION FACIALE :

- Truffe : Large, de couleur noire.

- Museau : Haut; il ne s'amenuise que légèrement vers la truffe. Le chanfrein est droit.

- Lèvres : Relativement minces et bien ajustées.

- Mâchoires/dents : Les mâchoires sont très fortes. Les dents sont bien développées et symétriques; la denture est normale; articulé en ciseaux serré.

- Joues : Les arcades zygomatiques sont fortes.

- Yeux : Relativement petits, légèrement ovales, bruns dans différentes nuances, jamais jaunes. L'expression est éveillée et ardente.

- Oreilles : Dressées, attachées relativement haut, de grandeur moyenne, avec les extrémités légèrement arrondies.

COU :


Musclé, de longueur moyenne, galbé et couvert d'une fourrure épaisse. Pas de fanon.

CORPS :


- Garrot : Nettement sorti, spécialement chez les mâles; moins marqué chez les femelles.

- Dos : Droit, musclé.

- Rein : Court, musclé.

- Croupe : Large, forte et légèrement oblique.

- Poitrine : Spacieuse, pas très large, plutôt profonde, descendant approximativement jusqu'aux coudes. Les côtes sont légèrement cintrées, le poitrail est nettement visible sans être très large.
- Ligne du dessous : Légèrement remontée.

QUEUE :

Attachée haut, de longueur moyenne, recourbée en arc au-dessus du dos, l'extrémité touchant le corps soit de côté soit sur le dos. La queue courte de nature est admise.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Vue d'ensemble : Forts, avec une ossature solide. Vu de face droits et parallèles. Le bras et l'omoplate sont de longueur égale, l'avant-bras est légèrement plus long.

- Epaules : Relativement obliques, musclées.

- Bras : Légèrement oblique, fort.

- Coudes : Ils pointent droit vers l'arrière et sont placés sur une verticale virtuelle tirée depuis le point le plus haut de l'omoplate.

- Avant-bras : Fort, vertical.

- Métacarpe : De longueur moyenne, légèrement incliné.

- Pieds antérieurs : Doigts serrés, bien cambrés, arrondis et tournés droit vers l'avant. Les coussinets sont élastiques; leurs faces latérales sont couvertes d'un poil épais.

MEMBRES POSTERIEURS :

Vue d'ensemble : Forts et musclés; vu de derrière droits et parallèles. La ligne de devant des membres postérieurs est harmonieusement arquée.

- Cuisse : Large et longue, avec une bonne musculature.

- Grasset : Tourné droit vers l'avant, il est modérément angulé.

- Jambe : Longue et musclée.

- Jarret : Bas; angulation nettement marquée.

- Métatarse : Court, fort et vertical.

- Pieds postérieurs : Doigts serrés, un peu plus longs et moins cambrés que les antérieurs. Les coussinets sont élastiques; leurs faces latérales sont recouvertes d'un poil épais.

ALLURES :


Dégagées et faciles, avec des enjambées étendues. Le chien passe facilement du trot au galop, qui est son allure la plus naturelle. Les membres se meuvent dans des plans parallèles.

PEAU :


Bien appliquée sur tout le corps, sans plis.

ROBE :


POIL : Le poil de couverture est lisse et raide. Au cou, sur le dos et sur les faces postérieures des cuisses il est plus long qu'aux autres endroits. Le sous-poil est doux et dense.

COULEUR : Noire, elle peut être terne ou d'une nuance brunâtre. La majorité des sujets présentent des marques blanches bien délimitées en tête, au cou, au poitrail, au ventre et sur les membres.

TAILLE ET POIDS :


- Hauteur au garrot :

Taille idéale pour les mâles : 57 cm,

taille idéale pour les femelles : 52 cm.

Tolérance de ± 3 cm.

- Poids :

Mâles : 25-28 kg,

Femelles : 17-20 kg.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

- Ossature frêle.

- Crâne étroit.

- Front fortement bombé.

- Museau pointu.

- Yeux jaunes.

- Oreilles molles, oreilles de chauve-souris.

- Présence de fanon.

- Poitrine trop descendue ou en tonneau.

- Queue droite ou insuffisamment recourbée.

- Epaules droites.

- Jarrets droits, pieds plats.

- Ergots aux membres postérieurs.

- Poil ondulé.

- Couleur blanche prédominante avec des marques noires, ou présence partielle de poil dit de loup.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Prognathisme supérieur ou inférieur.

- Oeil vairon.

- Oreilles tombantes, ou pointes des oreilles cassées (semi-dressées).

- Autres couleurs que celles indiquées dans le standard.



Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Fidèle et loyal avec sa famille, le Chien d’Ours de Carélie se montre en revanche très méfiant envers les inconnus, et n’hésite pas à le montrer. Si un inconnu s’approche, il est accueilli par des aboiements et des grognements dissuasifs. S’il constate qu’il est accueilli par son maître, sa présence est tolérée, mais il demeure évident qu’il n’est pas le bienvenu.

 

Il adopte un comportement similaire avec ses congénères, sauf s’il a grandi avec et qu’il les considère de ce fait comme des membres de la famille. Mais même dans ces conditions, c’est une race de chien à tendance dominante, qui cherche régulièrement à conforter sa position à la tête de la hiérarchie canine.

 

Il s’entend bien avec les enfants de la famille et aime jouer avec eux, mais ne se montre pas particulièrement doux à leur égard - un accident est vite arrivé, en particulier avec les plus petits. L’idéal est donc que les enfants aient déjà un certain âge, afin qu’ils aient compris comment se comporter en présence d’un animal. En tout état de cause, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul sans surveillance avec un tout-petit.

 

Du fait de ses instincts de chasse bien ancrés, la cohabitation avec un rongeur ou un oiseau est à proscrire. Même le chat de la maison aurait d’ailleurs toutes les chances d’être vu un jour ou l’autre comme un gibier potentiel et de terminer entre ses mâchoires.

 

Toutes ces raisons font que le Karjalankarhukoira doit vivre dans une zone peu habitée, et dans un jardin parfaitement sécurisé. La clôture doit être suffisamment haute et résistante pour empêcher cet athlète de sauter par-dessus, et assez profonde pour qu’il n’ait pas la possibilité de passer dessous.

 

Le Chien d’Ours de Karélie ne saurait toutefois y rester des journées entières. En effet, il est extrêmement actif, et a besoin de courir au moins une heure par jour. Les promenades et les jeux sont un excellent moyen de l’aider à dépenser son énergie, et il représente un bon choix pour un maître sportif, qu’il se fait un plaisir d’accompagner son maître pour une sortie footing ou vélo. Compte tenu de son endurance, ces dernières peuvent d’ailleurs sans problème durer plusieurs heures.

 

Par contre, quand bien même il est suffisamment en mesure de se dépenser au dehors, il n’est pas du tout adapté à la vie en appartement, et aurait tôt fait d’y causer des ravages. C’est un chien d’extérieur, fait pour vivre dehors et plus heureux à l’air libre qu’entre quatre murs.

 

Son intelligence et son indépendance le destinent à un maître expérimenté qui est à la recherche d’un compagnon actif et capable d’accomplir de nombreuses tâches en extérieur. Il excelle d’ailleurs aussi dans certains sports canins comme l’agility ou les exercices de recherche, dans lesquels il fait admirer son excellent flair. En revanche, ces qualités et son côté dominant font qu’il prend vite la mesure d’un maître hésitant et ne tarde pas à assumer la position de leader de la meute familiale si la place est laissée vacante, avec les conséquences que l’on peut imaginer.

 

Il faut également s’attendre à des problèmes s’il est laissé seul sans occupation pendant de trop longues durées. Il peut sans crainte être laissé seul quelques heures dans le jardin, des absences longues et prolongées des membres de sa famille risquent de le pousser à adopter des comportements destructeurs, mâchouillant et mordant tout ce qui se trouve à sa portée ou creusant un peu partout.

 

Il en va de même s’ils sont présents à la maison mais ne prennent pas le temps de répondre à ses besoins. S’il n’a pas la possibilité d’être suffisamment en interaction avec eux, de se dépenser et de se rendre utile, il ne tarde pas s’ennuyer. Il risque alors de ravager le jardin et/ou d’adopter des comportements agressifs.

 

Par ailleurs, bien qu’il n’ait pas tendance à fuguer à proprement parler, son instinct de chasse peut le mener à pourchasser des animaux sur des distances considérables, au point de finir par se perdre. Le tenir en laisse peut donc être utile, à la fois pour éviter les bagarres lors de rencontres avec d’autres chiens, mais aussi pour éviter qu’il ne se lance subitement à la poursuite d’une proie qu’il aurait senti ou vu. Si on fait le choix de le laisser évoluer librement, l’équiper d’un collier GPS peut être un excellent investissement pour savoir à tout moment où il se trouve et éviter bien des situations angoissantes.

 

Enfin, le Karjalankarhukoira a un aboiement puissant, qu’il ne manque pas de faire entendre lorsqu’une menace s’approche de son territoire ou qu’il a localisé un gibier. Sachant que, pour lui, le facteur ou le voisin est une menace, et que n’importe quel écureuil est un gibier, cela se produit assez souvent.

Compte tenu de son tempérament assez peu sociable, la socialisation du Chien d’Ours de Carélie dès son plus jeune âge est particulièrement importante. Il doit faire la connaissance de diverses personnes (voisins, vétérinaire…), croiser des congénères (en particulier ceux qu’il peut être amené à rencontrer souvent) et s’habituer à des situations potentiellement stressantes pour lui (voyage en voiture, promenade dans une zone animée…). Ceci lui permet de devenir un adulte calme et équilibré, qui ne réagit pas de manière trop instinctive lorsqu’il est sorti de sa routine.

 

Son éducation doit commencer dès son arrivée à la maison et faire la part belle à la marche en laisse, aux commandes de rappel et aux ordres pour arrêter d’aboyer. Ces apprentissages sont indispensables pour garantir une relation un tant soit peu harmonieuse par la suite.

 

En revanche, la chasse est pour lui quelque chose d’instinctif : même s’il a vocation à être utilisé dans ce cadre, il n’a pas vraiment besoin d’entraînement spécifique.

 

Le Karjalankarhukoira est intelligent, indépendant, têtu et dominant. Même pour un maître expérimenté, son éducation peut représenter un défi et nécessiter l’aide d’un éducateur canin. Mais une fois que les choses sont bien posées, il est possible d’accomplir des prouesses avec ce chien. En revanche, un novice se retrouve vite dépassé, et il y a de grandes chances que ce soit le chien qui prenne la direction du foyer, ce qui risque fort de causer quelques problèmes.

 

Il a donc besoin d’un maître ferme et autoritaire, qui sait se faire respecter de son chien. Ceci ne signifie certainement pas qu’il faut s’imposer par la force, et les méthodes traditionnelles de dressage donnent d’ailleurs des résultats dramatiques avec cette race. En effet, s’il intègre effectivement de nouveaux tours, il apprend surtout à ne pas faire confiance à son maître et associe éducation avec punition. Autrement dit, il ne voit pas son propriétaire comme le leader à suivre, et rechigne à travailler pour lui. Il existe alors un risque réel qu’un jour la situation dégénère.

 

Pour de bons résultats sur le long terme, mieux vaut opter pour les techniques de renforcement positif. Dès lors qu’elles sont menées avec patience et régularité, le chien devient vite demandeur de nouvelles séances et l’apprentissage se fait de plus en plus rapide, même s’il ne se sera jamais aussi aisé qu’avec d’autres races.

 

Enfin, compte tenu de sa propension à souffrir de problèmes dentaires, il requiert davantage d’entretien à ce niveau. C’est une chose à laquelle il convient de l’habituer dès son plus jeune âge dans le cadre de son éducation, afin qu’il intègre ces manipulations comme étant parfaitement normales et se laisse systématiquement faire sans rechigner, pour éviter tout risque par la suite.

Le Chien d’Ours de Carélie fait partie des races de chien les plus robustes, et ne souffre que de peu de problèmes de santé
Habitué au Grand Nord, il ne craint ni les températures basses ni la neige. En revanche, il aime beaucoup moins la chaleur et a besoin d’un endroit ombragé, voire climatisé, lorsque le mercure grimpe. Il n’est pas du tout adapté par exemple aux climats du sud de l’Europe, où souffrirait grandement une bonne partie de l’année.

 

Les problèmes de santé les plus fréquents chez cette race sont :

  • la dysplasie de la hanche et la dysplasie du coude, des malformations articulaires qui causent des difficultés de locomotion plus ou moins importantes en fonction de leur sévérité ;
  • des maladies dentaires (gingivite, mauvaise haleine, caries…), mais ce risque peut être largement diminué à l’aide d’une hygiène dentaire adaptée ;
  • des problèmes oculaires (cataracte ou atrophie progressive de la rétine), du moins dans quelques lignées. Néanmoins, grâce à un travail de sélection rigoureux, les éleveurs sérieux ont quasiment éliminé ce risque ;
  • le nanisme hypophysaire, une maladie héréditaire qui empêche le développement normal du chiot. Il est très rare, d’autant que les parents porteurs sont systématiquement exclus de la reproduction.

 

Comme pour toute race, faire le choix d’adopter auprès d’un éleveur sérieux maximise les chances d’adopter un chiot en bonne santé et qui le restera. Le professionnel doit être en mesure de fournir notamment un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire, le détail des vaccins reçus par l’animal (consignés dans son carnet de santé ou carnet de vaccination) ainsi que les résultats des éventuels tests génétiques effectués sur lui-même ou ses parents concernant les maladies potentiellement héréditaires, comme la dysplasie.

 

De fait, la vaste majorité des problèmes de santé constatés chez ce chien sont liés à son mode de vie :

  • les individus n’ayant pas la possibilité de se dépenser autant qu’ils devraient et/ou nourris de manière inappropriée prennent vite du poids, ce qui peut entraîner ou causer certaines maladies  ;
  • les sujets actifs risquent de se blesser lors des parties de chasse, sorties en montagne et autres activités sportives. Coupures et fractures sont relativement courantes.

 

Comme tout chien, une visite annuelle chez le vétérinaire permet de s’assurer qu’il reste en bonne santé et que ses vaccins sont à jour.

L’entretien du Chien d’Ours de Carélie ne pose pas de gros problèmes.

 

En premier lieu, sa fourrure dense et imperméable doit être brossée rapidement chaque semaine, afin d’éviter la formation d’éventuels nœuds. À l’entrée et à la sortie de l’hiver, il mue abondamment, si bien qu’une fréquence quotidienne s’impose pour éliminer tous les poils morts.

 

Son pelage restant généralement propre et sans odeur, il n’est pas particulièrement utile de lui faire prendre un bain. Cela peut toutefois s’avérer nécessaire s’il revient particulièrement sale après une sortie. Il convient alors d’utiliser un shampooing doux, spécifiquement conçu pour les chiens.

 

Lors de la séance de toilettage hebdomadaire, il est important de prendre quelques minutes pour vérifier et entretenir ses yeux et ses oreilles, qu’il faut nettoyer avec un chiffon humide pour éviter les infections.

 

Compte tenu du fait qu’il est particulièrement enclin à avoir des problèmes à ce niveau, ses dents sont finalement la partie de son corps qui nécessite le plus d’entretien. Dans l’idéal, il faut les brosser tous les jours pour éviter la formation de plaque dentaire et prévenir les infections. Le faire tous les 2 ou 3 jours demeure acceptable, mais se contenter d’une fréquence hebdomadaire reviendrait à lui faire courir des risques inutiles.

 

Enfin, ses griffes poussent assez rapidement, mais l’usure naturelle s’avère généralement suffisante pour les individus passant une bonne partie de leur journée à courir dans la nature. En tout état de cause, il convient de vérifier régulièrement (par exemple une fois tous les mois) qu’elles ne sont pas trop longues, afin de les tailler manuellement si nécessaire. A défaut, elles pourraient le gêner voire se casser.

Le Chien d’Ours de Carélie peut sans souci être nourri avec les aliments industriels pour chiens disponibles dans le commerce. Afin de répondre à ses besoins nutritionnels, ceux-ci doivent être de bonne qualité et lui apporter suffisamment de protéines et glucides. Les produits choisis et la portion qui en est donnée doivent évidemment être adaptées à son âge, sa taille et son niveau d’activité.

 

En particulier, compte tenu du risque à ce niveau, il faut veiller à ne pas lui donner une alimentation trop riche ou trop abondante lors de sa croissance au risque de causer des fragilités au niveau des articulations, voire des malformations susceptibles de l’handicaper tout le reste de sa vie.

 

Par ailleurs, ce chien est particulièrement enclin à l’obésité s’il n’a pas la possibilité de se dépenser autant que nécessaire. Pour le garder en bonne santé, il est donc important de surveiller régulièrement son poids et de réagir sans attendre en cas de prise excessive. La plupart du temps, allonger ses sorties et réduire ses portions donne assez rapidement des résultats. Si ce n’est pas le cas, il faut consulter un vétérinaire pour écarter la piste d’une maladie et mettre en place un régime alimentaire plus adapté.

 

Enfin, comme tous les chiens, le Karjalankarhukoira doit en permanence avoir librement accès à de l’eau fraîche.

Le Chien d’Ours de Carélie a de tout temps été utilisé pour la chasse, et il continue à remplir cette fonction aujourd’hui. Idéal pour s’attaquer au petit gibier (oiseaux, lapins…), il peut aussi pister des animaux bien plus grands comme le chevreuil, l’élan, le sanglier… ou même, comme son nom l’indique, l’ours. Sa technique est similaire à celle de nombreux chiens de chasse nordiques : il poursuit et fatigue le gibier, puis signale sa position à son maître à l’aide d’aboiements. Il tient alors la proie occupée et l’empêche de fuir jusqu’à l’arrivée du chasseur, qui n’a plus qu’à terminer le travail.

 

Une autre fonction profondément ancrée dans ses gènes qu’il assume toujours de nos jours est celle de chien de garde. Méfiant, il signale l’approche de dangers potentiels par ses aboiements, dont le but est d’avertir son maître et de mettre en fuite l’intrus. Si ce dernier continue de se rapprocher, il ne se débine pas et fait parler sa rapidité, sa puissance et son courage, quand bien même son adversaire aune taille bien supérieure à la sienne.

 

Ses qualités physiques lui permettent aussi d’exceller dans les sports canins comme l’agility et les concours de recherche et sauvetage.

 

Même s’il gagne en popularité depuis peu comme chien de compagnie, un tel choix n’est pas sans risques pour une famille qui aurait sous-estimé ses besoins (il lui faut de l’espace et de l’exercice) ou son tempérament : il est bruyant, potentiellement agressif, et a besoin d’un maître ferme qui sait se faire respecter. Seule une personne ayant déjà de l’expérience avec les chiens et suffisamment de temps et d’énergie à lui consacrer est à même d’apprécier les qualités de ce compagnon loyal et actif.

 

Enfin, depuis le début du 21ème siècle, il est utilisé dans plusieurs pays pour le contrôle des ours dans les parcs nationaux : en tenant éloignés ces derniers des zones les plus fréquentées, il évite les rencontres avec l’humain, qui peuvent parfois mal tourner. C’est le cas par exemple aux États-Unis, notamment dans le parc national de Yosemite en Californie ou dans celui de Glacier (dans le Montana, à la frontière avec le Canada). À Karuizawa, au Japon (préfecture de Nagano), il a grandement contribué à faire en sorte que les incidents liés à des ours passent de 255 en 2006 à seulement 4 en 2017.

Le prix d’un Chien d’Ours de Carélie est d’environ 1000 euros, mais le montant varie bien sûr en fonction de l’éleveur, des caractéristiques de l’individu ainsi que de son ascendance plus ou moins prestigieuse.

 

Au Canada, il faut compter aux alentours de 1500 dollars canadiens.

Trouvez un élevage de Chien d'Ours de Carélie près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Chien d'Ours de Carélie

J'ai justement adopte un chiot de 4 mois via la SPCA, ici dans l'ouest Canadien en Alberta.
Ils m'ont presente le chiot en tant que croise entre Labrador et Border Collie....... 2 mois plus tard, je l'ai inscrit a un cours intensif d'obeissance.
Il s'avere que Chico, c'est son nom, est un Ours de Carelie.! Mon dresseur en a entrainne d'autre dans le passe et en est sur a 100%.

Les gens ne font pas la difference entre le border collie cross et celui-ci.

Mais il est adorable, enjoue et plein d'energie.

   
Par Benoit

Cette racede chien est une merveille, j'en ai adopte un il y a 3 mois et demi... magnifique.
C'est un chien tres enjoue, fidele et tres energetique.

0    0
Par Benoit

très beau franchement une amie a moi l'aime bien

0    0
Par lola

c est un chien eccesivement beau bravo

0    0
Par manon laporte
  • chien d'ours de Carelie

    bonjour! Je suis intéressé par la race chien d'ours de Carelie. Grace à un précédant sujet j'ai réussi à trouver des éleveurs en France, mais je ne sais pas le prix du... Lire la suite