Chien d'Elan Norvégien Noir

Chien d'Elan Norvégien Noir

Autres noms : Elkhound Noir
Nom d'origine : Norsk Elghund Sort
Groupe : Chien de type Spitz et de type primitif
Standard : Standard FCI N°268

Partager
 

Qualités de cette race

Tempérament du Chien d'Elan Norvégien Noir

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Chien d'Elan Norvégien Noir au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Poids de la femelle
De 20 à 20 kilos
Poids du mâle
De 23 à 23 kilos
Taille de la femelle
De 49 à 49 cm
Taille du mâle
De 52 à 52 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Chien d'Elan Norvégien Noir

L’histoire du Chien d’Elan Norvégien Noir (ou Norsk Elghund Sort, dans la langue de son pays d’origine) est indissociable de celle de son cousin de couleur grise et débute il y a près de 7000 ans. Un squelette d’un ancêtre de l’Elkhound actuel a d’ailleurs été retrouvé dans une grotte située à Jaeren, en Norvège, en même temps que des outils en pierre ayant été datés à 5000 ans avant J.-C.

 

Il accompagna dans leurs périples les Vikings, qui régnaient sur la Scandinavie et les océans entre le 8ème et le 11ème siècle et tenaient cet animal en haute estime. En plus de leur épée et leur bouclier, certains guerriers choisissaient d’ailleurs de se faire enterrer avec leur chien, qui pouvait ainsi les accompagner dans l’au-delà.

 

Plus largement, l’Elghund occupe une place importante dans l’histoire des peuples scandinaves, et fut utilisé dans de nombreuses fonctions au cours des siècles. Il accompagna donc les Vikings sur leurs bateaux, mais servit aussi à protéger les troupeaux des attaques de prédateurs comme le loup ou même l’ours, à garder les fermes isolées et bien entendu à traquer le gibier. S’il est surtout connu pour ses prouesses dans la chasse à l’élan, il était également utilisé pour chasser diverses autres espèces, allant des lapins aux ours.

 

Bien que le Norsk Elghund soit traditionnellement gris, il est probable que des Elkhounds de couleur noire aient existé depuis des siècles. Toutefois ce n’est qu’au début des années 1800 que les éleveurs commencèrent à s’intéresser à cette couleur. Il faut dire qu’elle est plus facile à repérer que le gris dans les étendues couvertes de neige de son comparse, ce qui représente un avantage intéressant. Vers la fin du 19ème siècle, l’Elkhound noir était relativement courant, notamment dans les vallées à l’est de la Norvège, même si sa population globale n’a jamais rivalisé avec celle de l’Elkhound Gris.

 

A la suite de la première présentation d’un Elkhound (de couleur grise, en l’occurrence) lors d’une exposition canine à Oslo en 1877, le destin de ces deux chiens divergea. En effet, le premier standard rédigé par le Norsk Kennel Klubb n’autorisait que la couleur grise, si bien que son homologue noir ne fut pas en mesure de profiter de la popularité grandissante de la race. Sa population diminua, au point qu’après la Seconde Guerre Mondiale il avait pratiquement disparu. Il ne dut sa survie qu’à une poignée de passionnés qui décidèrent de lancer un programme d’élevage pour sauver la race.

 

N’étant pas limités par le standard de son cousin de couleur grise, les éleveurs d’Elkhounds Noirs eurent la possibilité de se centrer plus sur son caractère et ses qualités (notamment d’endurance) que sur son apparence. Le résultat est qu’aujourd’hui les deux races présentent des différences qui vont bien au-delà de la seule couleur de leur fourrure.

 

Reconnu officiellement par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) en 1965, soit seulement deux ans après l’Elkhound Gris, le Chien d’Elan Norvégien Noir n’est en revanche reconnu par aucune autre association internationale d’envergure, contrairement à son cousin.

 

De fait, en dehors de la Norvège où environ 200 naissances sont enregistrées chaque année et de la Suède où l’on en dénombre une vingtaine, l’Elkhound Noir est une race extrêmement rare, même dans les autres pays scandinaves. En France, aucun spécimen n’a été enregistré auprès du Livre des Origines Français (LOF) entre 2010 et 2019.

Le Chien d’Elan Norvégien Noir présente le profil compact, les oreilles dressées et la queue enroulée sur le dos des spitz. Il est un peu plus petit et agile que le Chien d’Elan Norvégien Gris, et sa robe est bien entendu d’une couleur différente.

 

Son corps trapu et musclé est aussi long que large, s’inscrivant dans un carré. La queue est attachée haut. Courte et épaisse, elle se recourbe sur la ligne médiane du dos, jamais sur les côtés. Les pattes sont puissantes et ses cuisses arrière sont très musclées, ce qui constitue deux atouts de poids pour courir sur de longues distances dans la neige.

 

L’Elkhound Noir a une tête en forme de triangle : large au niveau du crâne, elle s’affine vers le museau et se termine par une truffe bien noire. Ses yeux sont brun foncé et les oreilles, attachées haut sur le crâne, sont pointues et redressées.

 

Sa fourrure dense, autonettoyante et imperméable, repose le long du corps et est constituée d’un poil de couverture rêche et d’un sous-poil laineux très doux. Elle est plus courte sur la tête et l’avant des pattes, plus longue sur le poitrail, le cou, l’arrière des pattes et le dessous de la queue. D’un noir brillant, la robe peut quelquefois présenter de petites marques blanches sur le poitrail et le bout des pattes.

 

Le dimorphisme sexuel est bien marqué, la femelle étant environ 5 cm plus petite que le mâle.

Standard FCI N°268 (09/08/1999)


TRADUCTION : Adaptée au nouveau texte du standard par le Dr. Paschoud.


ORIGINE : Norvège.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 09.08.1999.


UTILISATION : Chien pour la chasse à l'élan.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 5 - Chiens de type Spitz et de type primitif

Section 2 - Chiens nordiques de chasse.

Avec épreuve de travail uniquement pour les pays nordiques (Suède, Norvège, Finlande).

ASPECT GENERAL :


Il s'agit d'un Spitz typique inscriptible dans le carré; le poil noir est assez bien couché sur le corps; les oreilles pointues sont dressées; la queue est enroulée sur le dos. Le cou est bien porté, musclé et athlétique.

PROPORTIONS IMPORTANTES :


La hauteur au garrot est égale à la longueur du corps; la longueur du museau est identique à celle du crâne.

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Impavide, énergique, courageux.

TETE :


En forme de coin, s'amenuisant vers la truffe. Sèche et assez légère, comparativement large au niveau des oreilles.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Presque plat.

- Stop : Distinct, mais non abrupt.

REGION FACIALE :

- Truffe : Noire.

- Museau : Chanfrein droit.

- Lèvres : Bien serrées.

- Mâchoires/dents : Articulé en ciseaux; denture complète.

- Yeux : Pas saillants, de préférence brun foncé.

- Oreilles : Attachées haut, dressées, légèrement plus longues que larges à la base, pointues.

COU :


De longueur moyenne, ferme, sans peau lâche.

CORPS :


- Ligne du dessus : Droite du garrot à la croupe.

- Garrot : Bien sorti.

- Dos : Droit et fort.

- Rein : Bien développé, large et droit.

- Croupe : Large, bien musclée.

- Poitrine : Relativement bien descendue; côtes bien cintrées.

- Ventre : Légèrement relevé.

QUEUE :


Attachée haut, courte, épaisse, avec poil épais et bien couché, mais sans panache. Fermement enroulée sur le dos, mais pas portée sur le côté.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Vue d'ensemble : Fermes, nerveux et forts, mais pas lourds.

- Epaules : Obliques.

- Bras : Modérément oblique.

- Coude : Bien au corps ; tourné ni en dehors ni en dedans.

- Avant-bras : Droit.

- Métacarpe : Vu de profil modérément incliné.

- Pieds antérieurs : Assez petits, légèrement ovales, compacts et pas tournés en dehors.

MEMBRES POSTERIEURS :

Vue d'ensemble : Grasset et jarret modérément coudés. Parallèles vus de derrière. Les ergots sont indésirables.

- Cuisse : Musclée et large.

- Grasset : Modérément angulé.

- Jambe : De longueur moyenne.

- Jarret : Modérément coudé.

- Métatarse :Vu de profil incliné, vu de derrière parallèle.

- Pieds postérieurs : Assez petits, légèrement ovales, compacts.

ALLURES :


Légères et faciles. Aussi bien vu de face que de derrière le mouvement est parallèle.

ROBE :


POIL : Dense et rude, mais bien serré sur le corps ; sur la tête et le devant des membres il est court et lisse ; il est plus long à la poitrine, au cou, sur les faces postérieures des membres et à la face inférieure de la queue. La robe se compose d'un poil de couverture rude et assez long et un sous-poil doux, laineux et noir.

COULEUR : Noir brillant. Un peu de blanc sur le poitrail et aux pieds peut être toléré.

TAILLE ET POIDS :


Hauteur au garrot :

- Pour les mâles : 46-49 cm, taille idéale 47 cm,

- Pour les femelles : 43-46 cm, taille idéale 44 cm.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

- Articulé en pince, denture irrégulière.

- Absence de sous-poil.

- Poils blancs, blanc à la queue.

- "Bas" blancs.

- Chien nerveux, agité, jappeur.

DEFAUTS GRAVES :


- Queue courte de nature.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Prognathisme supérieur ou inférieur.

- Taille n'atteignant pas 3 cm et dépassant de 4 cm la taille idéale.



Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Chien d’Elan Norvégien Noir et le Chien d’Elan Norvégien Gris sont de proches parents qui partageaient le même ancêtre il y a encore 200 ans, mais ce sont aujourd’hui deux races distinctes, bien que similaires. Le deuxième est bien plus répandu et reconnu par les différentes associations internationales que le premier.

Le Chien d’Elan Norvégien Noir est très attaché à sa famille et aime passer du temps avec son maître, que ce soit au cours d’une promenade dans la nature ou tranquillement à la maison. Il est toutefois assez indépendant et supporte relativement bien des périodes de solitude d’une durée raisonnable, par exemple lorsque sa famille est au travail en journée.

 

Contrairement à l’Elkhound Gris, ce chien n’a pas été élevé pendant plus d’un siècle pour devenir un animal de compagnie, et cela se ressent au niveau de sa sociabilité. Il n’apprécie pas forcément les étrangers, et ne manque pas de le leur faire savoir en aboyant de manière dissuasive. Très territorial, il ne laisse pas un inconnu pénétrer sur son territoire, que ce soit un humain ou un animal, et peut se montrer agressif dans de telles situations.

 

Il ne fait en général pas bon ménage avec d’autres chiens, même de sa propre race. S’il doit être amené à cohabiter avec un compagnon de son espèce, il est indispensable de l’y habituer dès son arrivée à la maison alors qu’il est encore chiot, et il est préférable que les deux ne soient pas du même sexe.

 

Quant à la cohabitation avec d’autres animaux, elle est purement et simplement à proscrire, car son instinct de chasse est bien trop présent pour qu’il ne s’en prenne pas aux chats, lapins ou furets qui vivraient sous le même toit.

 

En revanche, il forme souvent des liens étroits avec les enfants de la maison et peut devenir un excellent partenaire de jeu pour ceux qui ont appris à se comporter avec un animal. Il peut par contre avoir des réactions négatives avec ceux qu’il ne connaît pas, et ne doit de toute façon en aucun cas être laissé seul avec de jeunes enfants, même si cela vaut d’ailleurs pour toutes les races.

 

Le Chien-Elan Noir est extrêmement actif : il a beaucoup d’énergie et besoin de la dépenser en étant promené deux fois par jour au minimum, pendant au moins une demi-heure à chaque fois. De plus longues sorties sont bénéfiques pour son bien-être, surtout si elles se font en pleine nature, dans un endroit éloigné des foules.

 

Peu sociable, bruyant et ayant besoin d’espace, ce chien n’est pas adapté à la vie citadine, où les multiples sollicitations et le manque de nature risquent de gravement le stresser, avec à la clef le risque de comportements agressifs. En maison, il faut s’assurer que le jardin est bien clos et qu’il ne peut en sortir d’une quelconque manière, tant pour son propre bien que pour celui d’éventuels passants croyant qu’il est amusant d’énerver un chien à travers un grillage. Au-delà de ça, bien qu’il ne soit pas prédisposé à la fugue, le Chien d’Elan Norvégien Noir a un instinct de chasse profondément ancré : si la possibilité lui en est laissée, il risque fort de s’échapper du jardin pour pourchasser un chat aperçu de l’autre côté de la rue. S’il renifle ensuite la trace d’un renard passé dans le coin quelques jours plus tôt, il peut se mettre à la suivre dans les bois et se retrouver rapidement à plusieurs kilomètres de sa maison. Le risque est bien sûr également présent lors des promenades, et c’est la raison pour laquelle il est conseillé de toujours le tenir en laisse, au risque de le voir subitement disparaître entre les arbres à la poursuite d’un quelconque gibier.

 

Intelligent et travailleur, l’Elkhound Noir aime avoir une tâche à accomplir, encore plus que son cousin de couleur grise. Il apprend vite, surtout s’il reçoit des friandises, et adore se rendre utile en tirant une luge ou en rapportant un objet. Toutefois, malgré certaines prédispositions, ce n’est pas un candidat idéal pour les concours d’agility, car son manque de sociabilité et sa crainte des situations nouvelles peuvent faire à tout moment tourner un évènement amical au désastre.

 

Enfin, il faut savoir que cette race a été élevée pour aboyer et signaler ainsi l’emplacement du gibier traqué. C’est dans sa nature, si bien que même l’éducation la plus intensive et de qualité ne lui ôtera pas cette tendance. Quoi qu’on fasse, c’est une race de chien qui aboie beaucoup : lorsqu’un étranger approche, face à une situation nouvelle, en cas de bruit inconnu, si un lapin ou toute autre proie potentielle pointe le bout de son nez… Autant dire que si des voisins habitent à proximité immédiate, il a de grandes chances d’être source de tensions avec ces derniers.

Comme toutes les races, le Chien d’Elan Norvégien Noir doit commencer à être sociabilisé le plus tôt possible. Cela dit, c’est d’autant plus vrai pour cet animal qui est de nature peu sociable, et il est absolument nécessaire qu’il fasse la connaissance dès son plus jeune âge des personnes qu’il pourra être amené à rencontrer régulièrement par la suite : famille, amis, voisins…

 

Son éducation doit faire la part belle aux commandes de rappel, pour éviter qu’il ne s’éloigne trop lors de promenades sans laisse, ainsi qu’à l’ordre de se taire, pour mettre fin à des aboiements intempestifs. Il est cependant assez irréaliste d’espérer lui apprendre à ne plus aboyer du tout : ceux qui souhaitent un chien ne se faisant pas entendre feraient mieux de passer leur chemin et d’opter pour une autre race.

 

Il est tout aussi important de l’habituer très tôt aux séances de brossage, qui sont assez fréquentes compte tenu du fait qu’il a tendance à perdre beaucoup de poils. L’idéal est de parvenir à ce qu’elles deviennent un moment de complicité partagé avec son propriétaire plutôt qu’une séance de torture à éviter coûte que coûte.

 

Face à un chien aussi indépendant et têtu, un maître ayant peu d’expérience risque de s’arracher les cheveux avant de jeter l’éponge et de laisser progressivement l’animal diriger la famille, ce qui ne peut qu’être source de problèmes.

 

En revanche, ceux qui ont la patience et l’expérience nécessaire apprécient l’intelligence et la volonté de ce grand travailleur. En effet, l’Elkhound Noir n’hésite pas à faire ce qu’on lui demande dès lors que cela lui semble justifié, que ce soit parce que ça lui paraît utile (traquer une piste, aboyer à l’approche d’inconnus…) ou parce qu’il a quelque chose à y gagner (une friandise). Les méthodes d’éducation canine basées sur le renforcement positif donnent donc de bien meilleurs résultats avec cette race que les méthodes traditionnelles basées sur la punition.

 

Quoi qu’il en soit, la cohérence dans le temps et entre les différents membres de la famille est primordiale lors de l’éducation d’un Chien d’Elan Norvégien Noir. S’il est autorisé à dormir dans le salon en hiver, il risque de ne pas comprendre pourquoi il ne peut pas le faire en été. De même, si l’un des membres de la famille l’autorise à lui sauter dessus pour le saluer, il est plus que probable qu’il en fasse de même avec les autres, même si ceux-ci lui interdisent.

Le Chien d’Elan Norvégien Noir est une race de chien à la santé robuste, mais il est toutefois enclin à certaines affections :

  • le syndrome de Fanconi, un problème génétique entraînant une perte de nutriments au niveau des reins et responsable de problèmes rénaux, voire d’un décès prématuré ;
  • l’hypothyroïdisme, une insuffisance hormonale provoquant un gain de poids, un manque d’énergie et souvent une perte de poils ;
  • la dysplasie de la hanche, une maladie relativement courante chez les chiens de grande taille, qui affecte plus ou moins fortement la capacité de l’individu à se mouvoir correctement ;
  • le glaucome, une augmentation anormale de la pression interne de l’œil qui peut être très douloureuse ;
  • l’atrophie rétinienne progressive, une dégradation des tissus oculaires qui peut rendre le chien aveugle.

 

Ces maladies demeurent toutefois relativement rares. On ne peut pas en dire autant de l’obésité, même s’il ne s’agit pas d’une maladie à proprement parler. En effet, quand bien même l’Elkhound Noir est très actif, il est doté d’un solide appétit, et peut donc rapidement prendre du poids s’il ne se dépense pas autant que nécessaire. Un maître soucieux de garder son chien en bonne santé doit donc s’assurer que ses rations quotidiennes sont adaptées à son niveau d’activité.

 

Enfin, grâce à sa double fourrure dense adaptée aux conditions difficiles de l’hiver scandinave, c’est un chien qui ne craint pas le froid ni l’humidité.

L’entretien du Chien d’Elan Norvégien Noir est simple, mais demande une certaine constance. En effet, il perd abondamment ses poils tout au long de l’année et doit donc être brossé trois ou quatre fois par semaine pour ôter ses poils morts. Lors des périodes de mue, deux fois par an, cette perte de poil est même encore plus prononcée, si bien que le brossage doit devenir quotidien.

 

Dans tous les cas, toute personne souhaitant partager sa maison avec un Elkhound Noir doit accepter l’idée de voir des moutons de poils apparaître sur le sol et être prête à passer souvent l’aspirateur.

 

Par contre, sa fourrure est autonettoyante et ne se salit pas. Donner un bain à son chien n’est donc que très rarement nécessaire, d’autant que cette race n’a presque pas d’odeur : une ou deux fois par an est un maximum.

 

Par ailleurs, il est recommandé de vérifier chaque semaine ses yeux et ses oreilles et de nettoyer les éventuelles saletés à l’aide d’un chiffon humide, afin de minimiser les risques d’infection.

 

Enfin, l’usure naturelle suffit généralement à tailler les griffes de ce chien très actif. Si cela devait ne pas être le cas, il convient de s’en charger à l’aide bien sûr de ciseaux spécialement adaptés.

Le Chien d’Elan Norvégien Noir n’est pas difficile du tout lorsqu’il s’agit de nourriture, et les aliments industriels pour chien du commerce lui conviennent parfaitement. Il est toutefois nécessaire de choisir des produits d’une qualité suffisante pour lui apporter tous les nutriments nécessaires à sa bonne santé, et de s’assurer qu’ils sont adaptés à son âge, sa taille et son niveau d’activité.

 

Comme il a tendance à l’embonpoint s’il ne se dépense pas suffisamment, il faut bien respecter les quantités journalières recommandées par le fabricant et les adapter à la quantité d’exercice qu’il effectue. Il faut également veiller à ne pas abuser des friandises pour chien lors des séances de dressage, même si elles s’avèrent bien utiles pour parvenir à ses fins. En tout état de cause, il convient de déduire leur apport calorique de sa ration de croquettes.

 

Par ailleurs, il faut éviter de lui donner les restes du repas, et ce dès son plus jeune âge : cela ne ferait que l’encourager à venir quémander de plus en plus souvent, voire à chiper le poulet grillé qui attend sur la table.

 

Pour prévenir tout dérapage en termes de poids, il est utile de prendre l’habitude de peser son chien régulièrement, afin de réagir rapidement au besoin. Le cas échéant, réduire ses rations et augmenter la longueur de ses promenades s’avère généralement suffisant. Si ces gestes simples ne portent pas leurs fruits, il faut consulter un vétérinaire pour écarter tout problème de thyroïde et mettre en place un régime alimentaire plus adapté.

Le Chien d’Elan Norvégien Noir est avant tout un excellent chien de chasse au flair remarquable, capable de suivre une piste et traquer des animaux très imposants comme des élans ou des ours, mais aussi plus petits et agiles comme des lapins. C’est d’ailleurs une fonction qu’il remplit depuis fort longtemps.

 

La technique de chasse la plus couramment utilisée avec ce chien est celle du « Loshund » : il est laissé libre et traque l’animal jusqu’à l’acculer dans un coin. Ses aboiements l’empêchent de fuir et signalent sa position au chasseur, qui n’a alors plus qu’à achever la proie d’un coup de fusil. Une autre technique de chasse courante dans son pays d’origine est celle du « Bandhund », dans laquelle il est tenu en laisse et mène discrètement son maître sur la piste du gibier. Elle est toutefois moins courante, même si l’Elkhound Noir y excelle.

 

Par ailleurs, mais il fait aussi un excellent chien d’alerte, aboyant puissamment à l’approche d’inconnus, et peut être entraîné à devenir un chien de garde.

 

Cela dit, il est aujourd’hui surtout utilisé comme chien de compagnie, en particulier par des personnes qui souhaitent avoir un compagnon travailleur à leurs côtés. Que ce soit en tirant une luge chargée de bois pour le feu ou simplement en accompagnant son maître lors de longues promenades en forêt, éloignant au passage ours et élans, il aime se rendre utile.

 

Une rumeur persistante affirme que le ministère de la défense norvégien a le droit de réquisitionner tous les Elkhounds en cas de guerre, ce qui tend à prouver que ces chiens sont considérés comme extrêmement utiles dans leur pays natal. Cette rumeur ne précise pas quel serait le rôle de ce bataillon canin, mais on peut évidemment s’interroger sur son utilité.

Le prix d’un chiot Chien d’Elan Norvégien Noir se situe aux alentours de 15 000 couronnes norvégiennes (environ 1500 euros) et est sensiblement le même qu’il s’agisse d’un mâle ou d’une femelle.

 

Toutefois, ces chiens ne sont disponibles qu’en Norvège : une personne souhaitant adopter un Elkhound Noir doit donc intégrer dans le coût d’achat les frais de transport et d’importation.

Le Chien d'Élan Norvégien noir est capable de travailler sur des terrains difficiles et contraignants.

Avis & conseils Chien d'Elan Norvégien Noir

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Chien d'Elan Norvégien Noir, ou possédez vous-même un Chien d'Elan Norvégien Noir ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer