Chien Courant Grec

Chien Courant Grec

Autres noms : Chien Courant Hellénique
Nom d'origine : Hellinikos Ichnilatis
Groupe : Chien courant, Chien de recherche au sang et races apparentées
Standard : Standard FCI N°214

Qualités du Chien Courant Grec

Tempérament du Chien Courant Grec

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Chien Courant Grec au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Espérance de vie
12 ans
Poids de la femelle
De 17 à 20 kilos
Poids du mâle
De 17 à 20 kilos
Taille de la femelle
De 45 à 53 cm
Taille du mâle
De 47 à 55 cm

Le Chien Courant Grec : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Chien Courant Grec

Le Chien Courant Grec a des origines anciennes, puisque ses ancêtres étaient déjà présents il y a 3000 ans dans la péninsule du Péloponnèse, dans le sud de la Grèce. Ces animaux au flair remarquable étaient alors connus sous le nom de Lakonikoi Kynes, qui peut se traduire par « chien de chasse de Laconie ».

 

Ils se répandirent par voie terrestre jusque dans les montagnes des Balkans, où ils se croisèrent avec des chiens locaux. En parallèle, les marins grecs les emmenaient souvent lors de leurs aventures, ce qui leur permit de mettre patte dans de nombreuses régions du pourtour de la Méditerranée, où différents croisements avec des chiens autochtones donnèrent naissance à de nombreuses nouvelles races de chien de chasse, comme par exemple le Beagle.

 

Dans les montagnes isolées du sud de la Grèce, peu d’autres races furent introduites et donc de croisements effectués : il resta inchangé pendant des siècles, ce qui explique que son aspect moderne soit proche de celui qu’il avait à l’époque pendant l’Antiquité. On note toutefois une différence majeure au niveau de sa robe : souvent tricolore par le passé, elle doit aujourd’hui être noire et feu. Il continue d’exister des individus tricolores, mais ils ne sont pas reconnus par les standards et ne peuvent donc pas être officiellement considérés comme des Chiens Courants Grecs.

 

De nombreux écrits datant de la Grèce antique font mention de ce chien aux qualités inégalables pour chasser dans la garrigue et sur les terrains arides et difficiles du Péloponnèse. Son flair exceptionnel et ses aptitudes pour ramener des lapins à sa famille expliquent le succès qu’il a de tout temps connu dans la région. Il était aussi utilisé pour s’attaquer à du gibier de plus grande taille (chevreuil, sanglier…), comme l’attestent d’ailleurs certaines fresques et poteries remontant à près de 2000 ans.

 

Certains affirment que ces chiens étaient aussi utilisés par l’armée, mais il semble probable qu’il s’agisse d’une confusion avec les molosses, dont la taille était bien plus impressionnante. En revanche, il est prouvé que, lors de conflits récents avec la Turquie, ils servirent en tant que chiens messagers.

 

La Fédération Cynologique Internationale (FCI), qui fédère les organismes nationaux d’une centaine de pays (dont la Société Centrale Canine française, la Société Royale Saint-Hubert belge et la Société Cynologique Suisse), reconnut le Chien Courant Grec en 1959. Il fallut ensuite attendre près de 50 ans, et plus précisément l’année 2006, pour qu’un autre organisme canin d’envergure, en l’occurrence l’United Kennel Club (UKC) américain, en fasse de même.

 

On ne peut pas dire qu’ils ont fait beaucoup d’émules. En effet, sa rareté fait que peu d’autres institutions ont franchi le cas. En particulier, le Chien Courant Héllénique n’est reconnu ni par l’American Kennel Club (AKC), ni par le Kennel Club (KC) britannique, ni par le Club Canin Canadien (CCC).

Le Chien Courant grec est populaire auprès des chasseurs de son pays d’origine, et, en tant que seule race grecque reconnue, il connait un certain succès auprès des amoureux de la gent canine que compte le pays. Mais dès que l’on franchit les frontières de ce dernier, il devient extrêmement rare.

 

On trouve bien quelques spécimens dans les pays frontaliers comme la Macédoine, la Bulgarie ou l’Albanie, mais il est pratiquement inconnu dans le reste de l’Europe.

 

Cela se confirme par exemple en France, où aucun représentant de la race n’a été inscrit dans le Livre des Origines Français (LOF) au 21ème siècle, et où aucun éleveur n’est présent dans le pays.

 

En Suisse, un peu plus d’une dizaine de spécimens sont inscrits dans la base de données Amicus.

 

En Amérique du Nord, quelques individus ont été introduits par des immigrés grecs. Toutefois, malgré sa reconnaissance par l’UKC, le Chien Courant Hellénique reste extrêmement rare, et aucun éleveur n’est recensé.

Le Chient Courant Grec est de taille moyenne, et arbore un aspect général vigoureux et puissant.

 

Son corps est rectangulaire, sa longueur étant environ 10% supérieure à sa hauteur au garrot. Musclé, avec un dos droit et un poitrail bien développé, il repose sur des pattes puissantes et robustes se terminant par des pieds arrondis. La queue est épaisse, assez courte, et attachée haut. Elle peut être portée en forme de sabre quand il est en alerte.

 

Sa tête est bien proportionnée, avec un crâne légèrement plat et un stop peu prononcé. Les oreilles sont de longueur moyenne, retombent le long des joues et leur extrémité est arrondie. Les yeux, de couleur marron, expriment l’intelligence et la vivacité. Quant au museau, sa longueur est égale à celle du crâne, et il se termine par une truffe bien noire.

 

Le pelage du Chien Courant Hellénique ne comporte pas de sous-poil : il est constitué uniquement d’un poil de couverture très court, dense et dur. La seule couleur de robe autorisée est le noir et feu, avec éventuellement une petite tache blanche sur le poitrail. Les individus tricolores (noir, feu et blanc) étaient courants par le passé, mais sont aujourd’hui rares, non reconnus par le standard de la race, et absolument pas recherchés.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est peu marqué chez cette race, puisque le mâle est en moyenne à peine plus grand que la femelle.

Standard FCI N°214 (04/22/1996)


ORIGINE : Grèce.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 16.10.1959

UTILISATION:


Chien courant à l'odorat très fin et de grande résistance qui chasse activement, soit seul, soit en meute; il répond complètement dans tous les terrains de plaine ou de montagne et même dans les terrains les plus rocheux et impraticables. Sa voix est sonore et harmonieuse.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 6 - Chiens courants de recherche au sang et races apparentées.

Section 1.2 - Chiens courants de moyenne taille.

Avec épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Chien de proportions moyennes, à poil ras, noir et feu, fort, vigoureux, vivace et sagace.

TETE :


Longue, sa longueur totale se rapporte à la hauteur au garrot comme 4,35 à 10. La largeur bizygomatique du crâne ne doit pas dépasser la moitié de la longueur totale de la tête, c'est à dire que l'indice céphalique doit être en dessous de 50. Les lignes longitudinales supérieures du crâne et du chanfrein sont divergentes.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Sa longueur est égale ou un peu inférieure à la longueur du chanfrein; il est de forme légèrement plate. Protubérance occipitale peu saillante. Front assez large, sillon médio-frontal peu marqué. Arcs sourciliers élevés.

- Stop : Peu prononcé.

REGION FACIALE :

- Truffe : Sur la ligne du chanfrein, avançant sur la ligne verticale antérieure des lèvres, humide, mobile et de couleur noire. Narines bien ouvertes.

- Museau : Sa longueur est égale ou dépasse de peu celle du crâne. Chanfrein rectiligne ou, chez les mâles, légèrement busqué.

- Lèvres : Assez développées.

- Mâchoires/dents : Mâchoires fortes avec des arcades dentaires parfaitement correspondantes en forme de tenaille ou des ciseaux. Dents fortes, blanches.

- Yeux : De grandeur normale, ni enfoncés ni saillants, avec iris de couleur marron; expression vive et intelligente.

- Oreilles : De longueur moyenne (presque la moitié de la longueur de la tête), attachées haut, c'est à dire au dessus de l'arcade zygomatique, plates, arrondies à l'extrémité inférieure et tombant verticalement.

COU :


Puissant, musclé sans fanon, descendant harmonieusement vers les épaules. Sa longueur se rapporte à la longueur totale de la tête comme 6,5 à 10.

CORPS :


La longueur du corps dépasse de 10% la hauteur au garrot.

- Ligne du dessus : Droite, un peu convexe au rein.

- Garrot : Peu élevé sur la ligne du dos.

- Dos : Long, droit.

- Rein : Légèrement arqué, court, fort, bien musclé.

- Croupe : Longue, large, bien musclée, peu avalée.

- Poitrine : Bien développée, profonde, descendant au niveau du coude.

- Côtes : légèrement cintrées.

- Ventre : Sec.

- Ligne du dessous : Légèrement montante.

QUEUE :


Pas longue, arrivant au maximum à la pointe du jarret. Attachée plutôt haut, grosse à la racine et diminuant légèrement vers son extrémité; en mouvement portée en forme de sabre.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Bons aplombs vus de devant et de profil; bien musclés et robustes.

- Epaules : Inclinées, bien musclées et bien attachées au thorax.

- Bras : Oblique, musculeux et robuste.

- Avant-bras : Droit, long, fort d'ossature.

- Carpe : Sec, pas saillant.

- Métacarpe : De longueur suffisante, fort, plutôt droit, jamais creux.

- Pieds antérieurs : Arrondis, compacts; doigts forts, serrés, cambrés; ongles forts, recourbés, noirs; coussinets grands, durs, coriaces.

MEMBRES POSTERIEURS :

Bons aplombs vus de derrière et de profil; bien musclés et robustes.

- Cuisse : Longue, forte, bien musclée.

- Jambe : Inclinée, longue, forte.

- Jarret : Sec, fort, assez long, presque droit, sans ergots.

- Pieds postérieurs : Comme les antérieurs.

ALLURES :


Véloces et légères.

ROBE :


POIL : Ras, dense, un peu dur, bien uni et adhérent au corps.

COULEUR : Noir et feu. Une petite tache blanche à la poitrine est tolérée. Les muqueuses visibles, la truffe et les ongles sont noirs.

TAILLE ET POIDS :


Hauteur au garrot : Chez les mâles : de 47-55 cm, chez les femelles : de 45-53 cm.

Tolérance de plus ou moins 2 cm.

Poids : De 17 - 20kg.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

- Museau court et large.

- Oreilles trop longues ou trop courtes, pointues, papillotées.

- Cou trop court, grêle ou trop gras; fanon.

- Ligne du dessus convexe ou concave.

- Rein plat, étroit.

- Croupe courte, étroite, pas inclinée.

- Ligne du dessous très descendue ou très remontée.

- Queue longue, lourde, frisée.

- Métacarpe et métatarse trop courts ou trop longs, grêles, creux.

- Jarrets en tonneau ou de vache.

- Pieds de lièvre.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien agressif ou chien peureux.

- Convergence des axes supérieurs du crâne et du chanfrein.

- Museau très pointu (en sifflet), chanfrein concave.

- Prognathisme supérieur ou inférieur.

- Oreilles semi-dressées.

- Queue enroulée.

- Mauvais aplombs.

- Présence d'ergots.

- Autre couleur de la robe, de la truffe, des yeux et des ongles que celle prescrite par le standard.

- Dépigmentation totale des muqueuses visibles.

- Hauteur au garrot dépassant ou n'atteignant pas les limites de tolérance.



Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Chien Courant Grec est joyeux, et pour lui la vie est un jeu qu’il ne faut pas prendre au sérieux et dont il faut profiter. Il est affectueux, loyal et proche de sa famille si celle-ci lui fournit tout ce dont il a besoin, mais n’est pas particulièrement demandeur en termes d’attention et peut même de comporter de manière extrêmement indépendante.

 

Il s’entend très bien avec les enfants suffisamment âgés pour avoir appris à se comporter avec respect à son égard : ils font pour lui de formidables compagnons d’activité, et vice versa. En revanche, sa patience atteint rapidement ses limites avec les plus jeunes. En tout état de cause, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul avec un tout-petit sans la moindre surveillance d’un adulte.

 

Quant aux étrangers, il ne les aime pas particulièrement, et ne se prive pas de le leur faire sentir en aboyant à leur approche. Pour autant, il ne se montre aucunement agressif et n’attaque pas s’il n’est pas provoqué.

 

En revanche, le fait qu’il soit habitué depuis des siècles à chasser en meute explique qu’il s’entend généralement très bien avec ses congénères, que ce soit ceux qui éventuellement partagent son foyer, ou les inconnus croisés lors d’une promenade. En revanche, son instinct de prédation le conduit à poursuivre sans relâche les autres animaux ; une cohabitation avec un chat, un rongeur ou un oiseau est d’ailleurs à éviter, car elle aurait toutes les chances de tourner court.

 

Par ailleurs, le Chien Courant Grec a besoin de beaucoup d’exercice et de se sentir utile. S’il n’a pas la possibilité de se dépenser comme il le souhaite, il risque de détruire ce qui lui passe sous la gueule dans le jardin ou la maison, voire éventuellement de trouver un moyen de prendre la poudre d’escampette pour rechercher une vie qui lui convient mieux.

 

Son activité favorite est sans aucun doute la chasse, qui lui permet d’utiliser son flair exceptionnel et ses qualités athlétiques, mais une promenade à un rythme soutenu d’une heure par jour peut s’y substituer pour l’occuper, tant qu’il a aussi par ailleurs la possibilité de se dépenser par lui-même. Son endurance le rend aussi parfaitement capable d’accompagner un maître sportif pour de longues randonnées, des sorties à vélo ou encore des séances de course à pied.

 

Il est toutefois recommandé de toujours le tenir en laisse lors de ses promenades, car les commandes de rappel, parfaitement assimilées dans le jardin, peuvent devenir soudainement inefficaces une fois en pleine nature, par exemple s’il a reniflé la piste d’un lapin. Cela peut être dangereux non seulement pour les animaux aux alentours, mais aussi pour lui-même. Une alternative pour lui laisser la possibilité de courir comme bon lui semble dans les endroits isolés est de l’équiper d’un collier GPS : cela permet de savoir à tout moment où il se situe, et donc de réussir à le récupérer s’il prend le large alors que son maître lui demande en vain de revenir.

 

Il faut dire en effet que le Chien Courant Grec est au moins aussi indépendant et têtu qu’il n’est intelligent. Habitué depuis des siècles à chasser sans indications de son maître, il n’a besoin de personne pour lui dire quoi faire, et n’est pas du genre à écouter s’il n’en a pas envie. Cela le rend très difficile à éduquer, et même les commandes théoriquement bien ancrées peuvent à tout moment être ignorées, en particulier dès lors que son instinct de chasseur se réveille.

 

Il est d’ailleurs loin d’être motivé par les sports canins. Ceux qui rêvent de participer à des concours de flyball, d’agility ou encore d’obéissance avec leur compagnon feraient mieux de se tourner vers un autre chien. La seule discipline qui peut à la fois l’intéresser et lui permettre d’exercer ses talents est le pistage.

 

Par ailleurs, son besoin d’espace et d’activité fait qu’il n’est absolument pas adapté à la vie en appartement, ou même en zone résidentielle. Il a besoin d’avoir accès à un grand terrain dans lequel il peut courir nuit et jour, et mener une vie active. Toutefois, pour sa sécurité de l’animal comme pour celle des chats du voisinage ou autres petits animaux qui passeraient par là, mieux vaut une bonne clôture qui l’empêche de s’élancer aveuglément à la poursuite de tout ce qu’il pourrait considérer comme une proie.

 

Enfin, cette race se distingue par son aboiement particulièrement sonore, qui réveille tout le voisinage lorsqu’un inconnu passe le long du jardine. Ceci en fait un formidable chien d’alerte, voire même de garde, car les éventuelles personnes mal intentionnées ont tôt fait de prendre la fuite face à tant de bruit.

Comme n’importe lequel de ses congénères, le Chien Courant Grec gagne à bénéficier d’une socialisation entamée dès son plus jeune âge et continuée pendant de nombreux mois. Elle lui permet de se familiariser avec les personnes qui feront partie de sa vie (amis, voisins, facteur, vétérinaire …) mais aussi de s’habituer à rencontrer régulièrement des personnes ou congénères inconnus ainsi qu’à être confronté à tous types de stimuli (bruits, odeurs, etc.) dans une large variété d’endroits. Tout ceci permet d’en faire progressivement un adulte équilibré et à l’aise en toute circonstance.

 

Pour autant, la socialisation n’est qu’un aspect de l’éducation, et éduquer un Chien Courant Grec est loin d’être facile. Il doit avoir face à lui un maître expérimenté, sachant faire preuve d’autorité, mais surtout capable de gagner son respect en se positionnant comme un leader fiable, capable de répondre à ses différents besoins. Il n’en fait en général qu’à sa tête, et même si les commandes sont parfaitement acquises, son instinct de pisteur et chasseur prend souvent le dessus sur son éducation, au grand désespoir de sa famille.

 

Ceci ne signifie en aucun cas que des règles ne doivent pas être établies, car elles sont nécessaires à tout chien. Pour qu’au moins il soit au clair sur ce qui est attendu de lui (même s’il ne s’y conforme pas toujours), elles doivent être appliquées de manière cohérente par tous les membres de la famille, et ne pas changer dans le temps.

 

De même, le fait qu’il oublie parfois d’obéir ne signifie en aucun cas que cela ne sert à rien de lui apprendre des commandes telles que les ordres de base (assis, couché, etc.) ou le rappel.

 

La marche en laisse fait également partie des enseignements indispensables, pour éviter qu’il n’en fasse qu’à sa tête lors des promenades et que ces dernières virent parfois au cauchemar.

 

Il va sans dire que les méthodes traditionnelles de dressage sont vouées à l’échec avec ce chien indépendant. En revanche, le renforcement positif, en lui permettant de trouver un intérêt à l’exécution d’une tâche qui autrement lui paraîtrait, est déjà nettement plus susceptible de fonctionner.

Le Chien Courant Grec est très robuste, comme en témoigne son espérance de vie respectable ainsi que la brièveté de la liste des maladies auxquelles il est prédisposé.

 

Son absence de sous-poil et son poil de couverture ras lui permettent d’être à l’aise dans les climats chauds (par exemple de type méditerranéen), mais il n’est en revanche pas fait pour vivre dans des régions froides ou humides. C’est d’autant plus vrai qu’il passe le plus clair de son temps à l’extérieur.

 

Les principaux problèmes de santé susceptibles d’affecter la Chien Courant Hellénique sont :

  • la dysplasie de la hanche, une malformation au niveau de l’articulation pouvant être favorisée par une prédisposition héréditaire, qui provoque des problèmes de mobilité plus ou moins importants ;
  • la dilatation-torsion de l’estomac, souvent due à une ingestion trop rapide de grandes quantités de nourriture, qui survient lorsque cet organe se replie sur lui-même, ce qui bloque l’évacuation des gaz et perturbe la circulation sanguine. Sans l’intervention rapide d’un vétérinaire, elle s’avère fatale ;
  • les otites et autres infections de l’oreille, comme chez tout chien dont les oreilles pendent, car cette particularité morphologique y facilite l’accumulation de saletés.

 

Enfin, le mode de vie très actif du Chien Courant Grec et son utilisation pour la chasse font qu’il est plus particulièrement sujet aux fractures, coupures et égratignures qui vont souvent de pair avec la vie en extérieur.

 

Se tourner vers un éleveur sérieux est le meilleur moyen de maximiser les chances d’adopter un chiot en bonne santé et qui a bénéficié d’une socialisation de qualité dès ses premières semaines. Il doit être en mesure de présenter un certificat de bonne santé signé par un vétérinaire, le détail des vaccins administrés au petit ainsi que les résultats des éventuels tests génétiques effectués sur les parents, s’il a pris soin de s’assurer qu’ils n’étaient pas porteurs du gène favorisant la dysplasie de la hanche avant de les faire se reproduire.

 

Une fois l’adoption effectuée, il est important que le chiot puisse se reposer à sa guise tout au long de sa phase de croissance, qui peut durer jusqu’à 18 voire 24 mois, mais aussi qu’il ne pratique pas d’activités trop intenses ou trop longues au cours de cette dernière. En effet, solliciter trop fortement ses os et ses articulations encore fragiles pourrait non seulement entraîner à court terme des blessures, mais aussi potentiellement causer des dommages irréversibles.

 

Enfin, une des règles de base pour garder son chien en bonne santé tout au long de sa vie est de l’emmener chez le vétérinaire au minimum une fois par an pour un bilan complet. Cela permet de détecter d’éventuels problèmes de santé parfois avant même l’apparition des premiers symptômes, et de pouvoir y faire face dans les meilleures conditions. En outre, ce rendez-vous offre aussi l’occasion de faire effectuer les éventuels rappels de vaccins nécessaires.

 

En parallèle, il revient au maître de s’assurer que son animal reste toujours protégé contre les parasites, en renouvelant ses traitements antiparasitaires chaque fois que cela est nécessaire. C’est particulièrement important pour ce chien qui passe beaucoup de temps en extérieur.

L’entretien du Chien Courant Grec est extrêmement simple, et cela vaut notamment pour son pelage. En effet, un simple brossage rapide chaque semaine est largement suffisant compte tenu de l’absence de sous-poil, de la longueur de son poil de couverture et du fait qu’il perd très peu ses poils, même en période de mue.

 

Ces caractéristiques font d’ailleurs qu’il peut être très approprié pour une personne allergique aux chiens, même s’il n’existe aucune race de chien hypoallergénique à 100%. Ceci explique qu’il est toujours indispensable pour une telle personne de passer quelques heures en compagnie de l’animal dont l’adoption est envisagée, afin de s’assurer de l’absence de réaction allergique.

 

Par ailleurs, il n’est normalement pas nécessaire de faire prendre un bain au Chien Courant Grec, à moins bien sûr qu’il se soit particulièrement sali. Le cas échéant, il est nécessaire d’utiliser un shampooing doux conçu spécifiquement pour la gent canine, au risque d’abîmer sa peau.

 

Ses oreilles tombantes sont probablement le point qui requiert le plus d’attention, car leur forme favorise l’accumulation de saleté, qui peut être à l’origine du développement d’infections. Pour éviter que cela ne se produise, elles doivent être nettoyées toutes les semaines à l’aide d’un chiffon bien propre, et séchées après toute baignade ou tout long moment dans un environnement humide.

 

Pour compléter la séance de toilettage hebdomadaire, il convient de vérifier que ses yeux sont bien propres, et à défaut d’en nettoyer le coin à l’aide d’un tissu humide. En particulier, si l’on n’y prend pas garde, un excès de larmes peut vite devenir un nid à bactéries.

 

Par ailleurs, il ne faut jamais perdre de vue qu’une bonne hygiène bucco-dentaire est également nécessaire chez les chiens, et pas seulement chez leurs maîtres. Cela passe par un brossage de dents régulier, en utilisant à chaque fois un dentifrice destiné aux chiens. Dans l’idéal, pour bien éliminer la plaque dentaire et diminuer les risques de formation de tartre, qui peut être responsable de nombreux problèmes bucco-dentaires (mauvaise haleine, caries, gingivite…), il faut le faire tous les jours. Néanmoins, il est acceptable de ne s’en occuper qu’une fois par semaine.

 

En revanche, il n’est généralement nul besoin de passer du temps à couper manuellement les griffes de ce chien très actif, car l’usure naturelle fait son effet. Mieux vaut toutefois s’en assurer une fois par mois, car si elles deviennent trop longues, elles risquent de se casser, et potentiellement de le blesser. En tout état de cause, si on les entend frotter lorsqu’il évolue sur un sol dur, c’est le signal qu’il est nécessaire de les tailler.

 

Qu’il s’agisse du pelage, des oreilles, des yeux, des dents ou encore des griffes, mieux vaut évidemment éviter les erreurs et les mauvais gestes au moment de toiletter son chien. L’idéal est donc de les apprendre la première fois auprès d’un professionnel, qu’il s’agisse d’un toiletteur ou d’un vétérinaire. Il est bon aussi de l’habituer à ces séances dès son plus jeune âge, pour qu’il ne pose pas de problèmes une fois adulte en essayant de s’y soustraire à tout prix.

 

Par ailleurs, il est conseillé de prendre un peu de temps après chaque long moment en plein air (tout particulièrement dans le cadre de la chasse), afin d’examiner son corps à la recherche d’éventuels parasites ou épillets, mais aussi de coupures, éraflures ou égratignures qui pourraient s’infecter.

Le Chien Courant Grec n’est pas difficile en termes de nourriture, et les produits industriels disponibles dans le commerce lui conviennent parfaitement. Il convient simplement de veiller à choisir des produits d’une qualité suffisante pour lui fournir tous les nutriments et vitamines dont il a besoin, et à fixer des quantités adaptées à son âge, sa taille et son niveau d’activité.

 

Ce dernier peut varier d’une période à l’autre, en particulier s’il est utilisé dans le cadre de la chasse. Le cas échéant, il est impératif d’augmenter ses rations dans les moments où il se dépense davantage. En revanche, dès lors que cela cesse d’être le cas (par exemple à la fin de la saison de chasse), il est tout aussi important de les diminuer pour revenir aux quantités habituelles.

 

Quoi qu’il en soit, il est vivement conseillé de toujours répartir sa ration quotidienne en au moins deux repas (idéalement un le matin et l’autre le soir) : cela évite l’ingestion de trop grandes quantités de nourriture, qui peut en particulier être à l’origine d’une dilatation-torsion de l’estomac, syndrome auquel cette race est prédisposée. Pour la même raison, il est important qu’il soit au calme lorsqu’il se nourrit, et qu’il ne pratique pas d’activité physique intense dans l’heure qui précède et surtout celle qui suit.

 

Par ailleurs, mieux vaut que ces repas soient donnés à heures fixes : cela permet d’installer une routine et d’entretenir la confiance que le chien éprouve envers son maître, en constatant que ce dernier lui fournit de la nourriture de manière fiable. Cela évite aussi qu’il se mette à en quémander ou en chercher par lui-même.

 

Même s’il n’y est pas prédisposé, le Chien Courant Grec n’est pas non plus épargné par le risque d’obésité – en particulier s’il a été stérilisé. Son maître doit donc le peser tous les mois afin de s’alarmer en cas de variations sensible qui se confirme – voire s’accentue - sur plusieurs mesures. En effet, il est alors nécessaire de consulter un vétérinaire pour tirer les choses au clair, car l’alimentation ou le niveau de l’activité de l’animal peut ne pas être en cause : cette prise de poids peur par exemple avoir pour origine une maladie ou même simplement un traitement. Seul un professionnel est donc en mesure de déterminer de manière fiable ce qu’il en est, et d’indiquer comment remédier au problème.

 

Enfin, comme tous ses congénères, le Chien Courant Grec doit pouvoir se désaltérer à volonté et avoir accès en permanence à une gamelle d’eau fraîche.

Le Chien Courant Grec est avant tout un chien de chasse. C’est une fonction qu’il remplit depuis des millénaires, et qui représente aujourd’hui encore son usage principal, que ce soit en solo ou en meute. Son flair lui permet de pister de nombreux gibiers, mais on le retrouve surtout utilisé pour la chasse au lapin.

 

Son caractère têtu indépendant et têtu, ainsi que ses besoins importants en termes d’espace et d’exercice, font qu’il est rarement adopté comme animal de compagnie. Toutefois, une famille active vivant à la campagne ou à la montagne peut apprécier de l’avoir à ses côtés. C’est en effet un excellent partenaire pour de longues sorties à pied ou à vélo, mais aussi un chien d’alerte dont l’aboiement puissant se fait entendre de très loin, et peut suffire à faire passer leur chemin aux personnes mal intentionnées. Par ailleurs, le fait qu’il ait un pelage court et ne perde que peu de poils le rend potentiellement davantage adapté pour une personne souffrant d’allergie au chien. Avant de franchir le pas, cette dernière ne saurait toutefois se dispenser d’un essai en conditions réelles, consistant à passer quelques heures aux côtés de l’animal dont l’adoption est envisagée.

 

Enfin, le peu d’importance que le Chien Courant Grec accorde aux ordres qui lui sont adressés (quand bien même il les comprend) et son désintérêt pour les tâches qu’il considère comme inutiles fait qu’il n’est pas vraiment adapté à la pratique des sports canins. Une discipline peut néanmoins trouver grâce à ses yeux : le pistage, qui permet de mettre à l’épreuve son odorat très fin.

Le Chien Courant Grec étant très peu répandu en dehors de son pays d’origine, se tourner vers ce dernier est souvent la seule solution plausible pour quiconque souhaite adopter un chiot de cette race. Les éleveurs locaux proposent généralement leurs petits pour un montant situé autour de 1000 euros, sans différence de prix sensible entre les mâles et les femelles.

 

Toutefois, il ne faut pas oublier de prendre en compte que des coûts de transport ainsi que des frais administratifs viennent alors s’ajouter au prix d’achat. Mieux vaut en outre bien se renseigner sur la réglementation concernant l’importation d’un chien depuis l’étranger, afin de procéder dans les règles de l’art et d’éviter une mauvaise surprise.

Avis & conseils Chien Courant Grec

j adore cette race j en ai un de 7 ans

   
Par caroline