Chien Courant Finlandais

Chien Courant Finlandais

Autres noms : Courant Finnois ou Finskstövare ou Finnish Hound
Nom d'origine : Suomenajokoira
Groupe : Chien courant, Chien de recherche au sang et races apparentées
Standard : Standard FCI N°51

Partager
 

Qualités du Chien Courant Finlandais

Tempérament du Chien Courant Finlandais

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Chien Courant Finlandais au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Espérance de vie
12 ans
Poids de la femelle
De 24 à 25 kilos
Poids du mâle
De 24 à 25 kilos
Taille de la femelle
De 52 à 58 cm
Taille du mâle
De 55 à 61 cm

Le Chien Courant Finlandais : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Chien Courant Finlandais

Comme son nom l’indique, le Chien Courant Finlandais est une race de chien originaire de Finlande. Son histoire est celle de nombreux autres chiens courants, puisqu’il fut développé pour répondre au besoin de disposer d’un chien de chasse parfaitement adapté à son environnement.

 

Il est ainsi le résultat d'un programme d’élevage initié au début du 19ème siècle par plusieurs éleveurs en utilisant des Foxhounds Anglais et divers chiens courants, ainsi que des chiens de chasse français et allemands. Le but de ces croisements était de créer un animal capable de résister aux températures extrêmes des hivers finlandais, avec une excellente endurance dans les terrains montagneux, un aboiement claironnant pour alerter les chasseurs et un sens de l’odorat particulièrement développé lui permettant de s’illustrer dans la traque du lièvre et du renard. Ce programme d’élevage fut un succès, et le chien auquel il donna naissance, baptisé Suomenajokoira, gagna rapidement en popularité grâce à ses admirables aptitudes de chasse et son tempérament aimable.

 

Dès sa fondation en 1889, la première initiative du Suomen Kennelliitto, l’organisme canin de référence en Finlande, fut de chercher à développer une race de chien courant standardisée originaire de Finlande. De nombreux éleveurs se manifestèrent alors pour tenter de faire reconnaître leur production comme étant le standard à suivre. Trois chiens furent sélectionnés lors de la première exposition canine organisée par l’organisme en 1891, et huit autres furent ajoutés l'année suivante. Le premier standard de la race du Chien Courant Finlandais fut établi en 1893 sur la base de ces individus. Il fut notamment décidé d’accepter uniquement le fauve comme couleur de robe. Cependant, cette couleur ne se stabilisa pas complètement, et les individus des portées successives présentaient très souvent un pelage comportant d’autres couleurs, comme le noir et le blanc. Cela obligea le Kennelliitto à reconnaître également une robe tricolore (fauve, noir et blanc) au début du 20ème siècle, qui finit d’ailleurs par devenir la norme. Le standard évolua à nouveau par petites touches ensuite, mais dans ses grandes lignes il est resté le même depuis 1932.

 

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) reconnut la race en 1954, mais ne fit pas beaucoup d’émules. Ainsi, il fallut par exemple attendre plus de 40 ans, et plus précisément l’année 1996, pour que le United Kennel Club (UKC) en fasse de même. L’autre organisme de référence aux Etats-Unis, l’American Kennel Club (AKC), n’a quant à lui toujours pas franchi le pas.

 

De fait, à l’instar par exemple du prestigieux Kennel Club britannique ou du Club Canin Canadien (CCC), la plupart des organismes nationaux ne reconnaissent pas encore le Chien Courant Finlandais.

 

En France, le Chien Courant Finlandais demeure totalement inconnu du grand public : on ne compte pas le moindre enregistrement au Livre des Origines Français (LOF), et aucun éleveur n’est répertorié par la Société Centrale Canine (SCC).

 

Il est en revanche nettement plus populaire dans sa Finlande natale, au point de figurer dans le Top 10 au classement des races les plus courantes dans le pays – il y est d’ailleurs la race nationale la plus répandue. Néanmoins, avec environ 1000 naissances par an enregistrées auprès du Suomen Kennelliitto, il est en chute libre depuis déjà plusieurs décennies. En effet, ce nombre était supérieur à 2500 à l’aube du 21ème siècle, et au tournant des années 90 il dépassait même les 4000. Ce déclin prononcé s’explique par l'urbanisation croissante et le recul des activités de chasse.

 

On retrouve d’ailleurs la même évolution dans les autres pays scandinaves qui ont adopté le Chien Courant Finlandais, à savoir la Suède et le Norvège. Dans le premier, le nombre de naissances enregistrées chaque année auprès du Svenska Kennelklubben est désormais intérieur à 400, contre plus du double au tournant des années 90. Quant au second, on n’y compte désormais guère plus d’environ 150 naissances par an, contre plus du triple au tournant des années 90.

 

Au final, le Chien Courant Finlandais demeure communément utilisé comme chien de chasse en Finlande, Suède et Norvège, mais demeure quasiment inconnu en dehors de la Scandinave.

Athlétique, endurant et résistant, le Chien Courant Finlandais possède une silhouette robuste et musclée et un gabarit de taille moyenne. Son corps est rectangulaire, avec un poitrail profond et des côtes bien cintrées. La queue est portée basse ; elle est large à la base et s'effile en pointe sur la fin.

 

Sa tête est bien proportionnée par rapport à son corps, et de forme légèrement bombée. Un détail caractéristique de la race se situe au niveau de sa lèvre supérieure : elle tombe sur les côtés de sa gueule en formant une courbe en N quand elle est vue de face. Ses yeux sont brun foncé et présentent une expression tranquille. Ses oreilles sont larges, plates, tombantes et ne sont pas trop longues.

 

Le Chien Courant Finlandais arbore un double pelage composé d’une part d’un sous-poil court, dense et de texture douce, et d’autre part d’un poil de couverture de longueur moyenne, droit, et plutôt dur. Sa robe est tricolore, mêlant le noir, le fauve et le blanc. Plus précisément, le manteau est noir, tandis que la tête, les parties extérieures des membres et les épaules sont de couleur fauve. En parallèle, des marques blanches sont présentes généralement sur le museau, le cou, le poitrail, le ventre, les pieds et le bout de la queue.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est n’est que légèrement marqué chez cette race, puisque les femelles sont en moyenne à peine 3 cm plus petites que les mâles.

Standard FCI N°51 (11/14/2000)


TRADUCTION : Dr.J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet.


ORIGINE : Finlande.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 17.07.1997

UTILISATION:


Chien courant chassant le lièvre et le renard dont il suit la voie. Il chasse avec passion, même dans des circonstances difficiles et travaille d'une manière indépendante; c'est un chien de pistage polyvalent qui poursuit le gibier en aboyant; son cri est sonore.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 6 - Chiens courants de recherche au sang et races apparentées.

Section 1.2 - Chiens courants de moyenne taille.

Avec épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Tricolore, de taille moyenne; le dessus est horizontal; la longueur du corps dépasse nettement la hauteur au garrot; il est bâti en force sans être lourd. La surface qu'il couvre en station est de même longueur ou un peu plus longue que le corps. Le devant est aussi large que la cage thoracique et l'arrière-main est au moins aussi large que le devant. Les caractères sexuels doivent être bien prononcés.

PROPORTIONS IMPORTANTES :

- Le rapport entre la longueur du corps et la hauteur au garrot est de 1,1 :1.

- La hauteur de la poitrine est égale à la moitié de la hauteur au garrot.

- La longueur du museau est égale à celle du crâne. La longueur du crâne est égale à sa largeur et à sa hauteur.

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Calme, énergique et amical, jamais agressif.

TETE :


REGION CRANIENNE :

- Crâne : Vu de face, il est de largeur régulière et le sommet est bombé. Vu de profil, le front est légèrement convexe. Les lignes supérieures du crâne et du chanfrein sont parallèles. Le sillon entre les yeux est à peine visible. Les arcades sus-orbitaires et l'occiput sont nettement visibles.

- Stop : Accentué par les saillies sus-orbitaires, le stop est léger, mais nettement dessiné.

REGION FACIALE :

- Truffe : Bien développée, noire; les narines sont grandes et les ailes du nez sont mobiles.

- Museau : De même longueur que le crâne, modérément haut, il va en s'amenuisant légèrement; le chanfrein est droit. La lèvre inférieure dessine le profil inférieur qui est presque parallèle à la ligne du dessus du museau.

- Lèvres : Bien développées et bien pigmentées. La lèvre supérieure dessine une courbure élégante. Les lèvres et les commissures sont bien jointives.

- Mâchoires/dents : Les mâchoires sont fortes. Les dents, bien développées, sont implantées régulièrement dans les mâchoires. La denture est complète et normale. L'articulé en ciseaux est complet et les incisives bien en contact.
- Joues : Modérément sèches.

Yeux : De grandeur moyenne, pas proéminents, légèrement ovales, de couleur brun foncé, regardant droit devant. L'expression est calme. Les bords des paupières sont noirs.

- Oreilles : Elles tombent, le bord antérieur bien contre la tête. Elles sont placées de manière à ce que leur bord postérieur soit dirigé vers l'extérieur et leur extrémité presque vers l'avant. Elles sont attachées sur une ligne qui va de la truffe aux yeux. Elles sont plates et quand on les tire vers l'avant, elles atteignent le milieu du museau.

COU :


De longueur moyenne, musclé, assez nettement dessiné; le dessus n'est que légèrement galbé. En station, l'extrémité du nez est au même niveau ou légèrement plus haut que la ligne du dessus.

CORPS :


- Dos : De longueur moyenne, droit et musclé.

- Rein : Plutôt court et puissant.

- Croupe : Bien développée, longue et forte, légèrement oblique. De profil, la ligne du dessus se prolonge par la belle arcure de la croupe.

- Poitrine : Longue et bien descendue, atteignant le niveau des coudes. Les côtes sont bien cintrées; le poitrail est nettement visible.

- Ligne du dessous : Légèrement relevée.

QUEUE :


Attachée bas, légèrement courbe, elle descend jusqu'aux jarrets. Elle est forte à sa racine et s'amenuise vers son extrémité. Au repos, elle pend le long des membres postérieurs; en action elle peut être relevée, mais pas plus haut que le niveau de la ligne du dessus. Le poil de la queue est semblable à celui du corps.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

- Généralités : Bonnes angulations. Vus de face, les antérieurs sont droits et parallèles; l'avant-bras est vertical. Le point le plus bas de la poitrine se situe au niveau des coudes. Le bras et l'avant-bras sont de même longueur.

- Epaules : Plutôt longues, obliques et puissantes; bien appliquées au corps, mais très mobiles.

- Bras : De même longueur que l'omoplate, nettement oblique et puissant.

- Coudes : Bien au corps et situés bien en arrière dans un plan parallèle au corps.

- Avant-bras : Puissant et nerveux, avec une ossature solide de coupe ovale.

- Métacarpe : Légèrement incliné.

- Pieds antérieurs : Légèrement ovales et épais, avec des doigts bien cambrés et serrés. Les ongles sont forts, de préférence noirs. Les coussinets sont élastiques, de préférence noirs; les faces latérales des coussinets sont couvertes d'un poil dru.

MEMBRES POSTERIEURS :

- Généralités : Forts, bien angulés; vus de derrière les membres sont droits et parallèles.

- Cuisse : Longue et large, avec des muscles puissants.

- Grasset : Il est dirigé droit devant. La ligne antérieure du membre postérieur forme une courbe douce.

- Jambe : Modérément longue et oblique, nerveuse.

- Jarrets : Forts, plutôt bas.

- Métatarse : Plutôt court et puissant, vertical.

- Pieds postérieurs : De forme identique aux antérieurs, dirigés droit devant.

ALLURES :


Trot léger et efficace avec des foulées étendues. En mouvement, la ligne du dessus reste horizontale et ferme. Les membres se meuvent dans des plans parallèles.

PEAU :


Epaisse, bien appliquée sur tout le corps, sans former de rides.

ROBE :


POIL : Sous-poil court, serré et doux de texture. Le poil de couverture est de longueur moyenne, bien couché, droit, serré et plutôt rude.

COULEUR : Tricolore. Manteau noir, couleur feu intense sur la tête, les parties inférieures du corps, les épaules, les cuisses et aussi à d'autres endroits sur les membres. Marques blanches habituellement sur la tête, le cou, le poitrail, sur la partie inférieure des membres et à l'extrémité de la queue.

TAILLE ET POIDS :


Hauteur au garrot : pour les mâles : de 55 à 61 cm, pour les femelles : de 52 à 58 cm.

Taille idéale : pour les mâles: de 57 à 59 cm, pour les femelles:de 54 à 56 cm.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

- Construction trop légère ou trop lourde.

- Type sexuel inversé.

- Forme de la tête manifestement triangulaire.

- Peau lâche sur la tête.

- Museau en sifflet ou court.

- Articulé en pince ou léger prognathisme supérieur.

- Corps inscrit dans un carré ou trop long.

- Croupe courte et en même temps avalée.

- Pieds longs, écrasés ou plats.

- Poil court et manifestement mou.

- Robe mouchetée.

- Couleur du manteau nettement fragmentée.

- Abondance de poil gris ou poil louvet.

- Taille : 1 cm en plus que le maximum ou 1 cm en moins que le minimum indiqué dans le standard.

- Chien légèrement craintif ou excessivement brutal avec d'autres chiens.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


- Chien peureux ou agressif.

- Dépigmentation totale de la truffe.

- Prognathisme inférieur ou prognathisme supérieur prononcé.

- Queue nouée.

- Taille : Plus d'un cm en plus que le maximum ou plus d'un cm en moins que le minimum indiqué dans le standard.



Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Chien Courant Finlandais est avant tout un vrai chien de travail, doté d’un instinct de prédation extrêmement développé et d’un caractère bien trempé.

 

En effet, des décennies passées à chasser de façon autonome font qu’il a tendance à être obstiné et têtu. De ce fait, il n’est pas recommandé pour un maître débutant : seul un propriétaire expérimenté et ferme peut instituer et maintenir le niveau d’autorité adéquat pour obtenir un comportement acceptable de sa part.

 

Cela n’enlève rien à ses formidables qualités pour la chasse, activité dans laquelle il se montre à la fois alerte, énergique et endurant. Il est principalement utilisé pour chasser le lièvre, le renard et parfois le lynx roux. Peu importe la météo et le terrain, il est toujours au rendez-vous et ne ménage jamais ses efforts, capable qu’il est de suivre une piste pendant des heures dans des conditions climatiques exécrables – bien aidé en cela par son sens de l’odorat ultra développé. C’est aussi un chien de chasse très vocal, apprécié pour ses aboiements caractéristiques qui jouent un rôle clé pour permettre à son maître de le suivre même lorsqu’il est hors de vue, et pour alerter de la présence de gibier.

 

Pour contrebalancer son énergie débordante pendant la chasse, le Chien Courant Finlandais est généralement calme et amical lors des temps de repos, notamment lorsqu’il est à la maison.

 

Une fois correctement éduqué et socialisé, il s'intègre d’ailleurs étonnamment bien dans la vie de famille. Il est connu en effet pour être très affectueux et constamment à la recherche de compagnie humaine, formant des liens extrêmement étroits avec ses propriétaires. C’est d’ailleurs un chien qui aime les enfants. Cependant, il convient de leur apprendre à interagir avec lui de façon appropriée et à le respecter, car il pourrait ne pas apprécier d’être malmené. En tout état de cause, un tout-petit ne doit jamais être laissé seul avec un chien, et cela vaut quelle que soit sa race.

 

Ses bonnes relations avec les humains ne se limitent pas à son cercle familial. En effet, il se montre généralement très amical envers les étrangers. Autrement dit, bien que ses aboiements tonitruants pourraient laisser penser qu’il fait un bon gardien, ce n’est absolument pas le cas.

 

Sociable, le Chien Courant Finlandais l’est aussi avec ses congénères, surtout s’il a bénéficié d’une bonne sociabilisation dès son plus jeune âge. Il est donc parfaitement envisageable d’adopter un deuxième chien pour lui tenir compagnie.

 

C’est d’autant plus vrai que sa proximité avec ses maîtres fait qu’il souffre facilement d’anxiété de séparation lorsqu’il est laissé seul trop longtemps, car il a besoin de beaucoup d'attention. La présence d’un petit compagnon de jeu peut aider à atténuer le problème.

 

En tout cas, ce dernier ne saurait être un chat, un rongeur, un oiseau ou tout autre petit animal. En effet, quand bien même il est habitué à le côtoyer, il ne serait clairement pas en sécurité en sa présence, car les instincts de prédateur du Suomenajokoira peuvent prendre le dessus à tout moment. Il est d’ailleurs conseillé de toujours le tenir en laisse lors de ses promenades quotidiennes, pour éviter qu’il se rue à la poursuite de petits animaux qui viendraient à passer par là.

 

Très endurant, le Chien Courant Finlandais est aussi extrêmement actif, et a donc besoin de beaucoup d’exercice au quotidien. Les jours où il est utilisé pour la chasse, son activité de pistage devrait représenter une dose d’exercice appropriée. Le reste du temps, il a besoin d’au moins une heure d’exercice vigoureux par jour : course, longues promenades, etc.

 

Garder son esprit actif étant également très important, il est conseillé de l’entraîner régulièrement à suivre des pistes ou de lui faire pratiquer des jeux de balle. Cela permet de maintenir son bien-être mental, en plus de sa santé physique.

 

Pour être heureux, le Chien Courant Finnois a besoin d’avoir accès en permanence à un espace extérieur suffisamment vaste dans lequel il peut courir librement. Ce dernier doit impérativement être clôturé, afin d’éviter qu’il ne se mette à chasser des animaux dans les parages. Il n’est pas fait pour une petite maison sans jardin ou dans un appartement. Quel que soit l’endroit où il réside, sa nature de chasseur fait qu’il aboie beaucoup et peut être source de tensions avec d’éventuels voisins.

Le Chien Courant Finlandais est intelligent et plein d’énergie, mais c’est une race de chien difficile à éduquer. Habitué depuis sa création à chasser en solitaire, il a développé avec le temps un caractère bien trempé, indépendant et têtu. Il a besoin d’avoir face à lui un maître au moins aussi déterminé, c’est-à-dire expérimenté, capable de montrer à son chien qui décide et de garder une main ferme sur son éducation tout au long de sa vie. Il n'est donc pas recommandé pour un maître débutant, sur qui il aurait tôt fait de prendre le dessus. Par ailleurs, s’il est important que les règles soient claires et définies d’emblée par le maître, il l’est tout autant qu’elles soient constantes dans le temps et cohérentes d’une personne à l’autre, c’est-à-dire que tous les membres du foyer les fassent appliquer à la lettre.

 

Le Chien Courant Finnois est difficile à prendre en main, mais fait montre d’une réelle sensibilité, comme l’illustre d’ailleurs sa proximité avec sa famille. De ce fait, les punitions peuvent l’affecter émotionnellement ; il est préférable d’opter pour une approche positive afin de l’éduquer, en ayant recours aux techniques de renforcement positif et donc à l’usage de récompenses : friandises, caresses, encouragements...

 

En tout cas, la pratique de la chasse et la capacité à suivre une piste ne nécessitent que très peu d’entraînement, car ce sont des choses qu’il sait faire instinctivement.

 

Toutefois, il est fortement enclin à vouloir utiliser ses talents en la matière dans des circonstances qui ne s’y prêtent pas, par exemple en se ruant sur des petites proies potentielles lors des promenades. Apprendre le rappel à son chien revêt donc une importance toute particulière avec le Suomenajokoira. Cela peut s’avérer toutefois difficile, car une fois qu’il est lancé sur une piste, il peut se montrer très réfractaire à l’abandonner, ignorant complètement les ordres de son propriétaire. Il ne faut pas hésiter à commencer et peaufiner l’entraînement dans un espace clos et sécurisé comme la maison ou le jardin, avant de tenter l’exercice à l’extérieur.

 

Par ailleurs, il convient de rappeler que cette race a été encouragée depuis ses débuts à aboyer fréquemment et bruyamment. S’il n’a pas vocation à être utilisé pour la chasse, il est possible de tâcher d’apprendre à son chien à réfréner ses aboiements. Toutefois, même si ces derniers peuvent être réduits grâce à un entraînement spécifique entamé dès son plus jeune âge, il est impossible de chasser totalement le naturel, c’est-à-dire de les faire disparaître complètement.

 

Enfin, comme tout chien, il gagne à être sociabilisé dès ses premiers mois, afin de devenir un adulte équilibré et sachant se tenir parmi les humains. En plus de le confronter à une large palette de situations et de stimuli (bruits, odeurs, etc.), il faut lui faire rencontrer sans tarder les personnes qu’il sera amené à rencontrer plus tard dans sa vie (famille, amis, voisins, vétérinaire…), ainsi que l’habituer à croiser tous types d’humains, de congénères et de représentants d’autres espèces. Compte tenu de son instinct de chasse, ce dernier point n’est pas sans importance : plus il est habitué à la présence d’autres animaux, moins il a tendance à les pourchasser par la suite.

Le Chien Courant Finlandais est généralement robuste et sain.

 

Son pelage dense le protège à merveille du froid et des intempéries, mais aussi de la chaleur. Même si en cas de canicule il doit pouvoir s’abriter à l’ombre, voire dans un endroit climatisé, il est dans l’ensemble capable de s’adapter à quasiment tout type de climat.

 

Les principaux problèmes de santé auxquels la race est davantage sujette sont :

  • l’ataxie cérébelleuse, généralement héréditaire, qui affecte la coordination des mouvements et empêche les chiots touchés de se déplacer. Il est alors nécessaire de les euthanasier ;
  • certaines maladies cardiaques : les maladies valvulaires, le ver du cœur (Dirofilaria immitis) et la cardiomyopathie ;
  • le lymphome, un type de cancer qui affecte les lymphocytes, ces globules blancs qui aident le système immunitaire à combattre les infections. Les symptômes dépendent de l'emplacement et du stade, mais les plus courants sont un manque d'appétit, une perte de poids, une faiblesse générale et un état léthargique, ou encore la présence de ganglions hypertrophiés dans le cou. Des traitements à base de chimiothérapie et de radiothérapie sont généralement mis en place, mais les rechutes sont courantes;
  • la dysplasie de la hanche et la dysplasie du coude, des conditions orthopédiques marquées par une prédisposition héréditaire, et qui font que les os ne s’emboîtent pas bien. Cela entraîne des difficultés de déplacement (boitements, etc.) ;
  • les infections de l'oreille (otites, etc.), favorisées par la forme tombante de ses oreilles ;
  • la dysplasie folliculaire des poils noirs, une affection dermatologique rare qui entraîne une perte des poils noirs dès les premières semaines de vie du chiot, au point qu’il n’en possède généralement plus avant son premier anniversaire. Elle n’affecte généralement pas la santé du chien, mais peut irriter sa peau et la rendre sensible aux infections ;
  • la dermatite atopique, une affection cutanée inflammatoire causée par une allergie. Elle a généralement une cause génétique et se manifeste par des démangeaisons, des égratignures et un léchage systématique des pattes, des aisselles et du visage.

 

Par ailleurs, un individu utilisé pour la chasse est également d’avantage exposé au risque de blessures, parasites, épillets… Il est d’ailleurs fortement recommandé de l’examiner alors à chaque retour à la maison, pour s’assurer que tout va bien.

 

Adopter auprès d’un éleveur de Chien Courant Finlandais sérieux et responsable (membre du club de race par exemple) permet normalement d'avoir les meilleures garanties quant à la bonne santé présente et future de l'animal. Il doit pouvoir présenter un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire, l’historique des vaccins administrés, et les résultats des éventuels tests génétiques menés sur les parents et/ou le chiot concernant les maladies pouvant avoir une dimension héréditaire.

 

Par ailleurs, comme pour tous les chiens, il convient de l’emmener au moins une fois par an chez le un vétérinaire pour un bilan de santé complet. Cela permet de s’assurer qu’il reste à jour de ses vaccins, et peut conduire à détecter au plus tôt un éventuel problème. En parallèle, il faut veiller à renouveler ses traitements antiparasitaires chaque fois que cela est nécessaire. C’est d’autant plus important qu’il passe beaucoup de temps en extérieur.

Comme la plupart des chiens courants, le Suomenajokoira possède un pelage de longueur moyenne et lisse, demandant un entretien régulier. En effet, il perd ses poils de façon assez prononcée, si bien qu’un ou deux brossages par semaine ne sont pas de trop pour l’aider à éliminer les poils morts. Compte tenu de la densité de son pelage, il est préférable d’utiliser une brosse à poils fermes.

 

En revanche, son pelage n’est pas salissant – a fortiori s’il est brossé régulièrement -, si bien qu’un bain n’est que rarement, voire jamais, nécessaire - à moins bien sûr qu’il ne se soit particulièrement sali. Des bains trop fréquents ne feraient que dessécher le poil et la peau, leur faisant perdre leurs vertus protectrices tout en provoquant potentiellement des démangeaisons, voire des lésions. En tout état de cause, il est indispensable d’utiliser un shampoing spécialement conçu pour les chiens, au risque justement de causer ce genre de problèmes.

 

Par ailleurs, il convient de prendre soin de ses yeux une fois par semaine en les essuyant à l’aide d’un tissu humide.

 

Les oreilles du Chien Courant Finlandais nécessitent une attention toute particulière, car leur forme pendante implique un risque accru d’infections. Leur propreté doit être inspectée chaque semaine, et il convient également de les nettoyer au moins deux fois par mois à l’aide d’une solution auriculaire adaptée. Par ailleurs, si elles sont mouillées lorsqu’il rentre du dehors, il est utile de les sécher, pour éviter que de l’humidité ne s’y accumule.

 

Comme pour tout chien, ses dents doivent être brossées au moins une fois par semaine pour maintenir une bonne santé bucco-dentaire – l’idéal est même de le faire chaque jour. En plus de réduire le risque de maladies, cela permet de limiter les problèmes de mauvaise haleine. Il faut utiliser à chaque fois un dentifrice spécialement conçu pour la gent canine.

 

Enfin, dès lors qu'il bénéficie d’assez d’exercice chaque jour, ses ongles s'usent naturellement, et il n’est donc pas nécessaire de les couper manuellement. Dans le cas contraire, cela peut être nécessaire environ tous les deux mois.

 

Entretenir un Chien Courant Finlandais n’est pas particulièrement difficile, mais il est indispensable de bien maîtriser les différentes manipulations nécessaires pour prendre soin de son pelage, ses yeux, ses oreilles, ses dents et ses griffes, notamment afin d’éviter de lui faire mal voire le blesser. Il ne faut donc pas hésiter à les apprendre auprès d’un vétérinaire ou d’un toiletteur professionnel la toute première fois. En outre, pour que les séances se passent au mieux, il est important de l'y habituer dès son plus jeune âge.

 

Enfin, il est utile de prendre l’habitude d’inspecter son corps lorsqu’il vient de passer un temps assez conséquent en extérieur (par exemple dans le cadre d’une partie de chasse), afin de détecter d’éventuels blessures, parasites, épillets… et de pouvoir le cas échéant y remédier avant que les choses ne s’aggravent.

Le Chien Courant Finlandais a besoin d’une alimentation équilibrée et adaptée à sa taille, son âge et son niveau d’activité. Des aliments pour chiens industriels de qualité sont parfaitement adaptés, dès lors qu’ils remplissent ces conditions et contiennent tous les nutriments dont il a besoin.

 

Ses besoins énergétiques peuvent varier au cours de l’année, et sa ration quotidienne doit alors évoluer en conséquence. En effet, pendant la saison de chasse, il est beaucoup plus actif et passe davantage de temps à se dépenser en extérieur : il a donc besoin de plus d’énergie, ce qui nécessite d’augmenter son apport calorique journalier. Bien évidemment, une fois la période de la chasse terminée, il est indispensable de revenir à sa ration habituelle, au risque qu’il développe de l’embonpoint.

 

Etant très actif, le Chien Courant Finlandais n’est que peu sujet aux problèmes d’obésité. Toutefois, aucun individu n’est à l’abri, en particulier s’il a été stérilisé. Il est donc conseillé de le peser tous les mois. En cas de prise de poids confirmée voire aggravée lors des mesures suivantes, il est nécessaire de l’emmener chez le vétérinaire. Ce dernier pourra identifier l’origine du problème (aliments inadaptés ou donnés en trop grande quantité, maladie, effet secondaire d’un traitement…) et indiquer comment y remédier.

 

Enfin, il est impératif comme pour tout chien de lui laisser de l’eau fraîche disponible en permanence. Pendant la chasse, il peut s’abreuver dans des points d’eau trouvés dans la nature, mais mieux vaut privilégier les ruisseaux aux eaux stagnantes, susceptibles de poser des risques sanitaires. Il est aussi conseillé de toujours avoir de l’eau sous la main, pour qu’il puisse boire pendant les pauses et aussitôt la chasse terminée.

Chien de chasse réputé dans ses terres d’origine, le Chien Courant Finlandais y est depuis toujours – et encore aujourd’hui - utilisé pour chasser le lapin, le renard, le lynx roux et même parfois l’élan. Il préfère travailler en solitaire et est particulièrement doué pour suivre des pistes dans l'air ou au sol, en ne cessant d’aboyer de façon tonitruante.

 

Bien que le but principal de l’élevage de cette race n'ait jamais été d’en faire un animal de compagnie, il s'intègre étonnamment bien dans une vie de famille et peut parfois être gardé uniquement à cet usage. Cependant, il n’est adapté que pour un maître expérimenté, vivant dans une maison avec un grand jardin, souvent présent, et capable de satisfaire ses besoins élevés en matière d’activité physique.

 

Enfin, le Chien Courant Finlandais est fidèle, doux, aimant et affectueux envers ses propriétaires : autant de qualités pouvant faire de lui un bon chien de soutien psychologique pour ces derniers. Sa sensibilité et le lien étroit qu’il entretient avec son maître lui permet de réagir intuitivement aux émotions de ce dernier et d’offrir son réconfort lorsqu’il remarque que quelque chose ne va pas.

En Finlande, le prix d’achat d’un chiot Chien Courant Finlandais est généralement compris entre 600 et 800 euros. Le montant demandé dépend du prestige de l’élevage, de la lignée donc l’animal est issu ainsi que de ses caractéristiques intrinsèques, notamment physiques – c’est d’ailleurs ce qui explique qu’il peut y avoir des différences de prix au sein d’une même portée.

 

Comme la race est très difficile à trouver en dehors de la Scandinavie, une importation depuis l’étranger est souvent la seule option possible. Le cas échéant, des dépenses de transport et des frais administratifs viennent s’ajouter au prix d’achat, sans parler du coût de l’enregistrement éventuel auprès du registre national du pays d’adoption. Par ailleurs, il convient alors bien sûr de veiller à respecter la réglementation relative à l’importation d’un chien depuis l’étranger.

Chaque année a lieu en Finlande le concours Kilpa de chasse au lièvre, sous l’égide du Suomen Kennelliitto. Organisé pour la toute première fois en 1937 et réservé exclusivement aux Chiens Courants Finlandais, il vise à couronner le Roi des Chien Courants (Ajokuningas).

Avis & conseils Chien Courant Finlandais

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Chien Courant Finlandais, ou possédez vous-même un Chien Courant Finlandais ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer