Bruno Saint-Hubert Français

Bruno Saint-Hubert Français

Nom d'origine : Bruno du Jura type Saint-Hubert
Groupe : Chien courant, Chien de recherche au sang et races apparentées
Standard : Standard SCC 2003

Partager
 
Le Bruno Saint-Hubert Français fait partie des Brunos, variété de chiens courants suisses . Il est très proche morphologiquement du Bruno du Jura type...   Lire la suite

Le Bruno Saint-Hubert Français fait partie des Brunos, variété de chiens courants suisses . Il est très proche morphologiquement du Bruno du Jura type Saint-Hubert, une race de chiens courants suisses, et si on l’appelle « Français », c’est essentiellement parce qu’il provient d’élevages canins situés en France.

 

Les chiens courants suisses ont des origines très anciennes. Issus des chiens de chasse qui vivaient dans la Vallée du Nil pendant l’Antiquité, ils ont été introduits en Italie par les marchands phéniciens, puis le long de la Vallée du Rhône et dans les Alpes Suisses par les légions romaines.

 

De ces ancêtres lointains proviendrait le Chien Courant du Jura type Saint-Hubert, qui serait né en Belgique au 8ème siècle par croisement avec le Chien de Saint-Hubert. Cette race d’excellents chiens de chasse fut très vite connue et adoptée dans d’autres pays comme l’Italie et la France, où elle était très appréciée par les aristocrates du 18ème siècle pour ses aptitudes à chasser le lièvre. Puis elle fut peu à peu délaissée, au point de disparaître.

 

Il y a deux hypothèses concernant l’apparition du Bruno Saint-Hubert Français. La première explication est que ce sont les Suisses qui l’auraient obtenue en croisant le Chien Courant du Jura type Saint-Hubert avec d’autres chiens courants suisses. La seconde explication veut que ce soient les Anglais qui auraient croisé un Chien Courant du Jura type Saint-Hubert avec des « Hounds » (chiens courants anglais).

 

La race d’origine, le Chien Courant du Jura type Saint-Hubert, reconnue officiellement en 1933, a aujourd’hui totalement disparu. Le Bruno Saint-Hubert Français en a cependant conservé les qualités essentielles – un flair et une endurance remarquables – ainsi que certaines ressemblances morphologiques. Toutefois, sa conformation et ses aptitudes évoluent en fonction des désirs et des besoins des chasseurs modernes.

 

Le standard original du Bruno Saint-Hubert Français a été publié en 2003. La race n’est actuellement reconnue que par la Société Centrale Canine (depuis 2004), mais elle est en cours de reconnaissance par la Fédération Cynologique Internationale. Peu diffusée en France, elle l’est encore moins en dehors de son pays d’origine.

   Réduire
Voir plus de photos

Caractère du Bruno Saint-Hubert Français

Le Bruno Saint-Hubert français a un flair exceptionnel, et se montre vif, tenace, courageux et très endurant. Toutes ces qualités font de lui un excellent chien de chasse. L’initier jeune à la chasse suffit pour développer ses fantastiques aptitudes.

 

Compagnon au caractère doux, stable et obéissant, très attaché à son maître même s’il est peu démonstratif, c’est également un très bon chien de compagnie, qui s’entend bien avec les enfants (avec qui il joue volontiers), les autres chiens et même les chats, sous réserve d’être habitué assez tôt à leur présence.

 

Calme et docile, il aboie peu au quotidien. En revanche, une fois à la chasse, il hurle volontiers, d’une voix puissante qui monte dans les aigus.

 

Enfin, le Bruno Saint-Hubert français est très sociable, et par conséquent n’aime pas être seul. Il a également besoin de beaucoup se dépenser, et sera parfaitement à son aise à la campagne ou en montagne, car c’est un champion dans les terrains escarpés et difficiles. Il apprécie également l’eau, si bien que les promenades en bord de lac ou de rivière sont les bienvenues. Il peut néanmoins s’adapter à la vie en ville, à condition de pouvoir faire assez d’exercice. Pas question pour ce chasseur émérite de se contenter d’un tour du pâté de maison expédié en 10 minutes !

Santé du Bruno Saint-Hubert Français

Le Bruno Saint-Hubert Français est doté d’une santé robuste, et ne présente pas de prédisposition génétique à telle ou telle pathologie.

 

Toutefois, en tant que chien de chasse qui excelle en terrain difficile, il est susceptible de se blesser, que ce soit du fait de l’environnement dans lequel il évolue ou de ses confrontations avec du gros gibier, par exemple des sangliers. Les pattes, les oreilles et la queue notamment sont à examiner régulièrement, et systématiquement au retour de la chasse.

 

Par ailleurs, comme tout chien de chasse, il court le risque de morsures (de vipère, par exemple) et de coups de chaleur. Il est donc préférable de ne pas le faire chasser si les températures sont trop élevées, ou au moins d’éviter les heures les plus chaudes.

 

Il faut également être très vigilant quant aux éventuels parasites (puces, tiques…) qui peuvent s’inviter sur le chien lors d’une partie de chasse. S’il est employé dans le cadre de la chasse, il est important de bien vermifuger son chien régulièrement et de s’assurer que les vaccins du chien soient bien à jour.

Alimentation du Bruno Saint-Hubert Français

Hors période de chasse, le Bruno Saint-Hubert Français est un chien facile à nourrir. Il lui faut des produits carnés, du riz, des pâtes et des céréales - les aliments industriels lui conviennent également. La ration journalière doit être adaptée à la quantité d’exercice effectué.

 

En période de chasse, et comme pour tout autre chien de chasse, son alimentation doit être adaptée. En effet, les besoins alimentaires du chien sont alors accrus, et il est donc nécessaire de le nourrir plus. On peut augmenter les rations de 10 à 20% ou lui donner une alimentation hyper énergétique, de préférence le soir. Il faut éviter par contre les gros repas dans les deux heures précédant la chasse, mais il est possible de lui donner avant le départ une petite quantité de nourriture (de préférence humide et tiède, pour être plus vite digérée), et une autre à midi. Le plus gros du repas sera donné le soir, après la chasse.

 

Par ailleurs, s’il a pris du poids avant que ne démarre la saison de la chasse, il faut le mettre au régime un mois avant le début de la période, soit en le rationnant, soit en lui donnant une alimentation moins riche en calories.

Divers

Le Bruno Saint-Hubert Français apparaît dans Cendrillon, le célèbre dessin animé des studios Disney (1950), sous les traits de Pataud, le chien de la famille, transformé en valet de pied par la bonne fée.

Caractéristiques

  • Taille du mâle : De 49 à 59 cm
  • Taille de la femelle : De 47 à 57 cm
  • Poids du mâle : De 19 à 20 kilos
  • Poids de la femelle : De 19 à 20 kilos
  • Durée de vie moyenne : De 10 ans à 13 ans et 3 mois

Apparence

Le Bruno Saint-Hubert français est un chien de taille moyenne, musclé et doté d’une forte ossature. Son corps, pas très long, et sa tête massive mais sans lourdeur, forment un ensemble harmonieux qui lui donne un air de puissance et de noblesse.

 

Son crâne est allongé, large, avec le dessus très bombé. La truffe est toujours noire, très développée, souple, avec des narines largement ouvertes. Le museau, large et carré, est sensiblement plus long que le crâne. Les mâchoires sont puissantes et bien fermées, et la denture très robuste. Les yeux sont brun foncé. Plus précisément, plus la robe du Bruno Saint-Hubert français est sombre, plus ses yeux sont foncés. Les paupières inférieures sont légèrement tombantes, dévoilant un peu la conjonctive rouge. Les oreilles sont attachées à l’arrière du crâne, au-dessous de la ligne des yeux, et sont très longues. La peau du front est peu plissée, mais présente des plis marqués sur les yeux. Elle est également assez lâche dans la région du cou.

 

La queue, forte et effilée à son extrémité, est de longueur moyenne. Elle est portée droite, à l’horizontale, ou pendante en position statique ou de repos.

 

Le poil est court, lisse et bien fourni. Il est beaucoup plus fin sur la tête et les oreilles.

 

La robe est d’un fauve soutenu, tandis que le dessus du corps est noir. La présence de taches fauves sur les joues et les yeux est possible : on parle alors de chien « quatrœillé ».

Éducation du Bruno Saint-Hubert Français

Le Bruno Saint-Hubert Français est un chien facile à éduquer car il est calme, sérieux et confiant. Pouvant néanmoins se montrer têtu, il lui faut une éducation ferme tout en respectant un climat de confiance, car il est très proche de son maître, à qui il a à cœur de faire plaisir. Son caractère doux et docile le rend très apte à la méthode d’éducation canine positive.

Entretien du Bruno Saint-Hubert Français

Le Bruno Saint-Hubert français ne nécessite pas de toilettage, car son poil ras est autonettoyant. Un simple brossage du pelage du chien effectué de manière hebdomadaire suffit à garder son poil propre et beau.


Quant aux griffes du chien, s’il fait assez d’exercice et sur des terrains qui lui conviennent, en pleine nature, il n’y a généralement pas besoin de les couper car elles s’usent naturellement. Rappelons que le Bruno Saint-Hubert Français fait partie des chiens courants.

 

Enfin, et c’est également vrai pour toutes les autres races, il est conseillé de brosser les dents de son chien le plus souvent possible (l’idéal étant quotidiennement), pour lutter contre le tartre.

Usage du Bruno Saint-Hubert Français

Le Bruno Saint-Hubert Français est un chien de petite vénerie, qui peut tout aussi bien chasser seul qu’en meute, sur tous les terrains et par tous les temps.

 

Il peut être créancé sur le lièvre, le renard et le chevreuil, mais excelle tout particulièrement pour la chasse au sanglier et la recherche au sang, c’est-à-dire retrouver le gibier blessé. C’est également un très bon rapprocheur, c’est-à-dire un limier qui débusque le gibier ou renifle sa piste, même froide.

Avis & conseils Bruno Saint-Hubert Français

je recherche des jeunes chiennes pour céer une meute en complément d'une meute de beagle élisabette, si possible bis collor.je chasse sur un térritoire forestier de 200 ha et d'une plaine de 500ha je souhaite y metre toute notre énergie avec mon fis ,qui se prépare à passer sont permis en accompagnier .

   
Par nerriere