Briquet de Provence

Briquet de Provence

Partager
 

Informations sur le Briquet de Provence

Le Briquet de Provence est une race de chien originaire du sud-est de la France, et plus précisément de Provence, région à laquelle son nom fait référence. La première partie de son nom, le mot « briquet », est utilisé quant à lui depuis au moins le 15ème siècle pour décrire des petits chiens de chasse.

 

Les origines exactes du Briquet de Provence sont très floues, mais il serait le fruit d’un croisement entre un Segugio Italiano et un Petit bleu de Gascogne. Sa popularité auprès des chasseurs de sa région d’origine repose en bonne partie sur sa vivacité et sa rapidité, qui lui permettent d’être à son aise même dans des terrains accidentés ou difficiles d’accès, et d’exceller à la chasse au lièvre et au sanglier. Il les pourchasse habituellement seul ou bien en compagnie d’un ou deux congénères.

 

En 1934, un tout premier standard de la race fut rédigé par le vétérinaire Hubert Heuillet dans son ouvrage intitulé Tous les chiens. On y trouve également une aquarelle représentant le Briquet de Provence.

 

Quelques années plus tard, des démarches furent entamées auprès de la Société Centrale Canine (SCC) afin de faire reconnaître officiellement la race. Elles ne purent aboutir, et la Seconde Guerre mondiale entraîna une forte diminution de la population, du fait à la fois de la mort de nombreux sujets et de la disparition de nombreux élevage.

 

Il fallut attendre les années 80 pour qu’un éleveur installé dans le département du Var et passionné par la race, Jacques Bolla, décide d’essayer de lui redonner ses lettres de noblesse. Après une vingtaine d’années d’un minutieux travail d’élevage reposant notamment sur l’observation de nombre de tableaux anciens représentant ce chien tel qu’il était par le passé, il créa en 2003 un club de race, le Club du Briquet de Provence, dont il devint le président. En 2008, il contribua également à l’élaboration d’un second standard, qui continue aujourd’hui de faire référence.

 

C’est précisément cette année-là qu’intervint la reconnaissance officielle de la race par la SCC. Toutefois, elle est à ce jour le seul organisme dans ce cas. Le Briquet de Provence n’est donc pas reconnu par exemple par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), le Kennel Club britannique, l’American Kennel Club (AKC) ou le Club Canin Canadien (CCC). Au demeurant, il y a peu de chances qu’ils le fassent dans un futur proche, puisque la race ne s’est quasiment pas diffusée à l’étranger.

 

Elle reste également rare au sein de son pays d’origine, où l’on ne compte pas plus d’une dizaine d’éleveurs. La plupart d’entre eux sont d’ailleurs concentrés en Provence ou à proximité. Quant au nombre d’enregistrements annuels auprès de la SCC, il se compta d’abord sur les doigts d’une main. Toutefois, on assiste à une augmentation subite depuis 2017, puisqu’il se situe depuis lors autour de la quarantaine.

Le Briquet de Provence est un chien de taille moyenne à l’allure harmonieuse et souple. Il est à la fois très vif et mobile, bien aidé en cela par des pattes avant comme arrière qui sont musclées et des pieds qui sont robustes et arrondis.

 

Sa queue est attachée légèrement bas, et se relève en forme de lame de sabre lorsqu’il est en mouvement. Quand au contraire il est immobile, elle descend en dessous de la ligne du dos et se recourbe légèrement.

 

Son crâne est large, légèrement bombé et sans rides. Les oreilles sont de grande tailles, tombante et attachées au niveau des yeux, ou légèrement en-dessous. Ces derniers lui offrent un regard doux et sont bien ouverts, de forme ovale et de couleur généralement foncée. On peut trouver également des individus aux yeux plus clairs qui sont de la même couleur que celle du pelage. Les paupières sont pigmentées et épousent bien le globe oculaire. Quant à la truffe, elle est noire et arbore des narines bien ouvertes.

 

Le pelage du Briquet de Provence recouvre une peau épaisse et dépourvue de rides. Il est lui-même doux, court et serré. Il peut être de couleur fauve uniforme, fauve charbonné ou fauve avec un manteau noir. Dans tous les cas, des taches blanches sont acceptées à l’extrémité des membres, de la queue, au niveau de la poitrine ou sur le crâne.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est assez peu prononcé chez cette race : les mâles ne mesurent en moyenne pas plus de 5 cm de plus au garrot que les femelles et ne sont pas sensiblement plus massifs.

Doux et affectueux envers son maître, le Briquet de Provence s’entend également bien avec les enfants de tout âge. Cela dit, comme tout chien, il ne doit jamais être laissé seul avec un tout-petit sans la surveillance constante d’un adulte.

 

Employé pendant des siècles en duo ou en trio dans le cadre de la chasse, il a l’habitude de partager son quotidien avec des congénères, et se montre très sociable à leur égard. Il est parfaitement envisageable de lui faire partager son foyer avec un autre chien, d’autant que cela limite le risque qu’il s’ennuie ou se sente seul en l’absence de ses maîtres.

 

La cohabitation avec un chat est également envisageable, à condition qu’ils aient grandi ensemble. En revanche, il n’est pas du tout recommandé de le faire vivre sous le même toit qu’un rongeur, au risque qu’il le considère comme une proie.

 

Son instinct de prédateur fait d’ailleurs qu’il doit être tenu en laisse lors des promenades tant qu’il n’obéit pas au rappel, sous peine qu’il se mette à pourchasser les petits animaux qu’il croise sur son chemin. Et même dans le cas où il respecte généralement les ordres de rappel, il n’est pas impossible qu’il se mette malgré tout à poursuivre une proie à tout moment.

 

Un collier GPS connecté peut donc constituer un investissement judicieux afin de pouvoir le localiser facilement s’il s’enfuit, et donc pouvoir le laisser évoluer librement sans pour autant avoir peur de le perdre.

 

Bien qu’il n’aboie que très rarement en dehors des parties de chasse, le Briquet de Provence possède une voix forte qui retentit au loin, ce qui est souvent le cas chez les chiens qui ont un long passé de chasseurs.

 

C’est d’ailleurs une raison supplémentaire qui fait qu’il n’est pas adapté en appartement ou en ville, mais la principale demeure qu’il a besoin d’avoir accès à tout moment à un espace extérieur dans lequel il peut courir librement afin de dépenser son trop-plein d’énergie. L’idéal est qu’il habite dans une maison à la campagne.

 

Quel que soit son lieu de vie, il lui faut au moins une heure d’activités par jour pour être en bonne santé et heureux. Cela implique d’ailleurs qu’il n’est pas adapté aux personnes âgées ou très sédentaires.

 

Les sports canins comme le canicross ou l’agility peuvent être un bon moyen de combler son besoin d’exercice, mais il fait aussi tout simplement un compagnon idéal pour qui aime marcher et rêve d’emmener son chien en randonnée. Néanmoins, pour que tout se passe bien le cas échéant, il est indispensable qu’il obéisse au rappel, compte tenu de son fort instinct de chasseur.

Le Briquet de Provence est une race de chien robuste.

 

C’est d’autant plus vrai que malgré son pelage court, il n’est pas pas particulièrement sensible au froid ni à la chaleur, et supporte très bien tous types de climats.

 

Aucune prédisposition à certaines pathologies graves et/ou héréditaires n’a pour l’heure été répertoriée chez cette race, mais c’est aussi lié au manque de recul dont on dispose, compte tenu de sa population des plus limitées. 

 

Il est en revanche avéré qu’il est particulièrement exposé aux otites, fréquente chez les races de chiens ayant les oreilles tombantes.

 

S’il est employé comme chien de chasse, il court également un risque accru de blessures ou de déchirures musculaires. Les longues heures passées en extérieur impliquent aussi une exposition accrue aux parasites et épillets.

 

Comme pour toute race, il convient avant d’adopter de bien se renseigner sur l’éleveur, afin de maximiser les chances d’adopter un animal en bonne santé et qui le reste. Il doit être en mesure de présenter un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire, ainsi que les documents relatifs aux vaccins administrés.

 

Par ailleurs, une fois l’animal adopté, il est vivement déconseillé de lui faire faire des efforts physiques trop intenses lorsqu’il est encore un chiot en pleine croissance. En effet, il est alors très fragile, en particulier aux niveaux de ses os et de ses articulations. C’est d’autant plus vrai que certains problèmes (malformations, etc.) pourraient avoir des conséquences à vie.

 

Enfin, le fait que le Briquet de Provence jouisse d’une bonne santé générale ne saurait disposer de l’emmener au moins une fois par an chez le vétérinaire pour effectuer un bilan de santé complet et s’assurer qu’il reste à jour au niveau des vaccins. Afin de prévenir les risques de parasites (vers, tiques, puces…), son maître doit également s’assurer de renouveler ses traitements antiparasitaires préventifs chaque fois que cela est nécessaire.

Le pelage court du Briquet de Provence est facile à entretenir. Un brossage une fois par semaine avec un gant spécial ou une brosse en caoutchouc est suffisant pour éliminer les poils morts et le garder propre et brillant. Durant les mues saisonnières, au printemps et à l’automne, il est recommandé de le brosser au moins deux fois par semaine, car la perte de poils est alors plus conséquente.

 

Son pelage est peu salissant et reste donc généralement propre. Par conséquent, donner un bain à son chien deux ou trois fois dans l’année suffit amplement. Il ne faut toutefois pas hésiter à le faire plus souvent s’il s’est sali ou dégage de mauvaises odeurs. Dans tous les cas, il faut veiller à ne pas mouiller l’intérieur de ses oreilles et utiliser spécifiquement un shampoing pour chien, afin de ne pas abîmer sa peau avec un produit non adapté.

 

Ses oreilles nécessitent une attention plus prononcée. En effet, comme toutes les races de chiens aux oreilles tombantes, il est particulièrement enclin à souffrir d’otites ou autres infections causées par l’accumulation de saletés ou d’humidité. Elles doivent donc être inspectées une fois par semaine ainsi qu’à chaque fois qu’il revient d’un long moment passé dans la nature, par exemple dans le cadre d’une partie de chasse. Il faut également prendre le temps de les sécher après chaque bain ou lorsqu’il a été en contact avec de l’eau, afin d’éviter que de l’humidité ne s’y accumule.

 

La séance d’entretien hebdomadaire est aussi l’occasion de contrôler ses yeux et de les nettoyer si besoin.

 

Il faut également en profiter pour brosser les dents de son chien en utilisant un dentifrice spécialement conçu pour la gent canine. Cela permet de limiter l’accumulation de tartre, qui peut être à l’origine de problèmes de mauvaise haleine mais aussi de diverses maladies bucco-dentaires.

 

Quant à ses griffes, l’usure naturelle suffit généralement à les limer. Toutefois, lorsqu’il vieillit ou qu’il n’est plus aussi actif qu’auparavant, elles peuvent devenir trop longues et finir par le gêner, voire le blesser si elles se cassent. Il est donc nécessaire de vérifier régulièrement ce qu’il en est : si on peut les entendre frotter sur le sol lorsqu’il évolue sur des surfaces dures, c’est qu’il est nécessaire de les lui couper avec un coupe-griffes ou une lime spéciale pour chien.

 

Les manipulations nécessaires à l’entretien du pelage d’un chien, celui de ses oreilles, de ses yeux, de ses dents ou encore de ses griffes, ne doivent pas être effectuées de manière approximative ou précipitée. En effet, le risque serait grand alors de lui faire mal, voire de le blesser. Il est recommandé de demander l’aide d’un vétérinaire ou d’un toiletteur la première fois, afin d’apprendre les bonnes techniques et être ainsi capable de les reproduire soi-même par la suite.

 

Par ailleurs, sachant que le Briquet de Provence est souvent amené à passer beaucoup de temps en pleine nature (notamment lorsqu’il pratique la chasse où qu’il accompagne son maître en randonnée), une bonne habitude à prendre est de l’examiner à chaque fois attentivement une fois de retour, afin de s’assurer qu’il n’est pas blessé et qu’aucun épillet ou parasite n’est resté coincé dans son pelage.

Comme pour tout chien, l’alimentation du Briquet de Provence doit être équilibrée et adaptée à son gabarit, son âge, son état de santé et son niveau d’activité physique. Il est recommandé de le nourrir avec des croquettes ou des pâtées de haute qualité, riches en viandes et en légumes, afin de lui fournir tous les apports nutritionnels dont il a besoin et s’assurer ainsi qu’il reste en bonne santé.

 

Par ailleurs, l’idéal est de répartir sa ration quotidienne en deux repas : un le matin et un autre le soir.

 

Bien qu’il ne présente pas de prédisposition à l’obésité, il convient malgré tout de contrôler chaque mois son poids pour s’assurer que tout va bien à ce niveau-là. En effet, le surpoids peut être un facteur aggravant de certaines pathologies, mais aussi être à l’origine de l’apparition de problèmes de santé supplémentaires. C’est d’autant plus important si l’animal a été stérilisé, car cette intervention accroît la propension d’un chien à prendre de l’embonpoint. En cas de prise de poids qui se confirme voire s’amplifie lors des pesées suivantes, il est nécessaire de l’amener chez le vétérinaire pour connaître la cause du problème, et donc savoir comment y remédier : maladie, réaction à un traitement, choix d’aliments inapproprié, ration quotidienne trop conséquence...

 

Enfin, de l’eau doit être mise à sa disposition tout au long de la journée et être renouvelée régulièrement afin qu’elle reste fraîche. C’est d’autant plus important s’il est très actif ou en cas de fortes chaleurs. Pour limiter le risque de problèmes de santé, il convient en outre d’éviter de le laisser boire de l’eau stagnante lorsqu’il évolue en extérieur.

En France, le prix d’un chiot Briquet de Provence se situe entre 450 et 600 euros. Il diffère d’un individu à l’autre en fonction du prestige de l’élevage, de la qualité de la lignée dont il est issu ainsi que de ses caractéristiques intrinsèques, notamment physiques. C’est d’ailleurs ce dernier point qui explique qu’il peut y avoir des écarts de prix au sein d’une même portée.

 

En dehors de son pays d’origine, c’est une race de chien très rare et quasiment impossible à trouver, faute d’éleveurs et de reconnaissance officielle par les organismes nationaux. De ce fait, la seule option alors envisageable est généralement l’importation depuis la France.

 

Le cas échéant, il convient bien sûr de respecter la réglementation concernant l’importation d’un chien depuis l’étranger, mais aussi de prendre en compte que des coûts de transport ainsi que des frais administratifs viennent s’ajouter au prix d’achat.

Trouvez un élevage de Briquet de Provence près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage

Avis & conseils Briquet de Provence

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Briquet de Provence, ou possédez vous-même un Briquet de Provence ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer
Il n'y a pas encore de photo de chien Briquet de Provence.
N'hésitez pas à être le(a) premier(ère) à en soumettre une !Poster une photo