Vizsla à Poil Court

Vizsla à Poil Court

Autres noms : Braque Hongrois à Poil Court
Nom d'origine : Rövidszörü Magyar Vizsla
Pays d'origine : Hongrie
Groupe : Chien d’arrêt

Qualités du Vizsla à Poil Court

Tempérament du Vizsla à Poil Court

Affectueux
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Sociabilité du Vizsla à Poil Court

Avec les enfants

Le Vizsla à Poil Court au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Santé robuste
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Bave peu
Mange peu
Peu enclin à l'obésité

Caractéristiques

Espérance de vie
15 ans
Poids de la femelle
De 21 à 28 kilos
Poids du mâle
De 22 à 30 kilos
Taille de la femelle
De 54 à 60 cm
Taille du mâle
De 58 à 64 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
En appartement
Comme premier chien
Pour personne peu disponible
Pour personne sportive
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Vizsla à Poil Court

HistoirePopularitéApparenceVariétésCaractèreÉducationSantéEntretienAlimentationUsagesPrixDivers

La longue histoire du Braque Hongrois (souvent appelé Vizsla, comme dans son pays d’origine) est indissociable de celle des tribus magyares. En effet, ces dernières étaient déjà accompagnées par ses ancêtres lorsque leurs migrations à travers les steppes russes et les montagnes des Carpates prirent fin au 9ème siècle et qu’elles s’installèrent dans le bassin carpatin, une région correspondant à la Hongrie moderne.

 

Des écrits datant de la période du roi Adelbert III (1235-1270) font déjà référence à un « chien de couleur jaune nommé Vizsla », utilisé par le peuple hongrois pour la chasse. Des illustrations apparaissant dans un ouvrage réalisé au 14ème siècle par les Carmélites, ainsi qu’une gravure gothique datant du 15ème siècle, en sont considérées comme les premières représentations. Dès le 16ème siècle, il était devenu commun parmi l’aristocratie et la noblesse hongroise, qui l’utilisait aussi bien pour la chasse qu’en tant que chien de compagnie.

 

De nombreux croisements entre chiens de chasse eurent lieu depuis le 16ème siècle et donnèrent au Vizsla son apparence actuelle. Il n’existe aucune information claire sur les différentes races utilisées, mais plusieurs sources, dont l’ouvrage de référence Le Vizsla Hongrois, écrit par Gay Gottlieb et paru en 1985, parlent de Setter, de Vorsthund Allemand, de Beagle des Balkans, de Foxhound, de Lévrier Greyhound, de Sloughi et de Copie Roumain. Quoi qu’il en soit, l’objectif fut toujours de conserver un aspect proche de ses ancêtres, comme le démontrent sa couleur jaune et sa truffe de couleur marron. Cette dernière caractéristique le différencie de la plupart des autres races de chien d’arrêt, qui arborent une truffe noire.

 

Un club de race fut créé en Hongrie en 1924, et les premiers individus furent enregistrés à cette époque. Dans les années 30, le développement du Braque Hongrois à Poil Dur fit craindre que les caractéristiques du Braque Hongrois à Poil Court se perdent, mais un programme d’élevage rigoureux, mené sous l’égide du club de race, permit à la fois de bien séparer les races, et d’éviter pour chacune une dilution des caractéristiques à force de croisements inappropriés.

 

Comme beaucoup d’autres races, le Vizsla souffrit gravement pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais se refit rapidement une santé. Il fut reconnu dès 1954 par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), qui chapeaute les organismes nationaux d’une centaine de pays – dont la France, la Belgique et la Suisse.

 

Ce fut également dans les années 50 qu’un premier spécimen parvint à être importé aux États-Unis, malgré le contexte de la Guerre Froide. Cela permit la reconnaissance de la race par l’American Kennel Club (AKC) dès 1960.

 

Les grandes associations canines mondiales suivirent le mouvement, à l’instar par exemple du Kennel Club (KC) britannique en 1971 ou de l’United Kennel Club (UKC) américain en 1984. Le Club Canin Canadien (CCC) ainsi qu’une large majorité des organismes nationaux un peu partout dans le monde la reconnaissent également.

Reconnu dans le monde entier, le Vizsla à Poil Court jouit dans l’ensemble d’une popularité certaine. On constate toutefois bien sûr des différences importantes selon les pays.

 

En Hongrie, son pays d’origine, il est extrêmement courant. Avec au total plus de 8000 individus enregistrés auprès du Magyar Ebtenyészt?k Országos Egyesületeinek Szövetsége l’organisme de référence du pays, il est même de loin la race autochtone la plus répandue. Ses représentants sont d’ailleurs environ trois fois plus nombreux que ceux du Vizsla à Poil Dur.

 

En France, il connut une progression significative dans les dernières décennies du 20ème siècle. Il passa ainsi d’une quarantaine de naissances enregistrées chaque année au Livre des Origines Français (LOF) au début des années 70, à plus du double à leur terme. Il dépassa les 150 à la fin des années 80, puis entama le nouveau millénaire à plus de 200 naissances annuelles. Le nombre est dans l’ensemble stable depuis, oscillant entre 200 et 300 enregistrements annuels, avec parfois d’importances variations d’une année sur l’autre. Ces chiffres restent relativement modestes : le Vizsla à Poil Court a du mal à se faire une place de choix parmi les races de chien de chasse les plus plébiscitées, même s’il est bien plus populaire que son homologue à poil dur. En effet, ce dernier ne dépasse généralement pas les 50 naissances par an.

 

Il se montre également assez discret en Suisse, puisque les statistiques de la base de données Amicus montrent qu’il ne fait pas partie des 50 races de chiens les plus nombreuses dans le pays.

 

La situation est bien différente en Grande-Bretagne, où il connaît un succès majeur et grandissant. Il est ainsi passé d’environ 1000 enregistrements annuels au Kennel Club dans le milieu des années 2000 à 1500 à l’aube des années 2010. Ce chiffre, déjà estimable, a ensuite doublé au cours de la décennie, au point d’approcher les 3000 naissances par an.

 

Il remporte aussi un franc succès aux États-Unis, se situant aux alentours de la 30ème place (sur près de 200) au classement des races les plus populaires basé sur les statistiques des enregistrements annuels auprès de l’AKC. Son homologue à poil dur est largement distancé, se situant plutôt en fin de classement, vers la 160ème place.

 

Il remporte aussi du succès dans certains pays très éloignés de ses terres d’origine, à l’instar par exemple de l’Argentine : on y compte plus de 4000 spécimens.

 

Quoi qu’il en soit, le Braque Hongrois à Poil Court est en général nettement mieux implanté que son descendant à poil long. La seule exception est peut-être la République Tchèque, où se trouvent environ 5000 représentants de chacune des deux races.

Le Braque Hongrois à Poil Court est un chien de chasse de taille moyenne. Il ressemble fortement à son descendant à poil dur, mais avec un pelage plus court et une silhouette très légèrement moins massive.

 

Son corps est presque carré, légèrement plus long que haut, avec une musculature sèche et bien dessinée, qui ne laisse pas de places aux rondeurs superflues. Les pattes possèdent une ossature solide, sont bien musclées, et se terminent par des pieds légèrement ovales aux ongles bruns.

 

La queue, attachée un peu bas et descendant au niveau du jarret, est large à sa base puis s’amenuise progressivement vers son extrémité. L’utilisation de ce chien pour la chasse fait qu’elle a longtemps été écourtée d’environ un quart de sa longueur, afin de diminuer les risques de blessure. Cette pratique consistant à couper la queue de son chien (la caudectomie) se pratique encore dans certains pays, mais est aujourd’hui interdite dans un nombre croissant de territoires, dont la France, La Belgique, La Suisse et le Québec.

 

La tête arbore un crâne large et moyennement bombé au stop modéré. Les oreilles, implantées à l’arrière, sont assez longues (environ les trois quarts de la longueur de la tête) et pendent le long des joues. Les yeux, ovales, sont de couleur brune, d’une nuance la plus foncée possible. Le museau, plutôt court, est tronqué (en aucun cas pointu) et se termine par une large truffe brune, d’un coloris plus foncé que le pelage.

 

Le poil de couverture est bien entendu court, comme le nom de la race l’indique, mais aussi très serré et rêche au toucher. Il est toutefois plus fin et soyeux au niveau du visage et des oreilles, un peu plus clairsemé au niveau du ventre, et un peu plus long sous la queue. Il est important en tout cas de noter que, à la différence du Vizsla à Poil Dur, le Vizsla à Poil Court n’a pas de sous-poil.

 

Qu’il soit à Poil Court ou à Poil Dur, le Vizla doit avoir une robe de couleur froment doré uniforme sur l’ensemble du corps sauf les oreilles, qui ont une teinte plus foncée. Les nuances rouges, brunes ou délavées ne sont pas recherchées. Une éventuelle marque blanche au niveau du poitrail ou de la gorge est acceptée, mais elle ne doit pas dépasser les 5 cm.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est bien marqué chez le Vizsla, le mâle étant à la fois sensiblement plus grand et plus massif que la femelle.

Taille & poids

Taille du mâle
De 58 à 64 cm
Taille de la femelle
De 54 à 60 cm
Poids du mâle
De 22 à 30 kilos
Poids de la femelle
De 21 à 28 kilos

Standard de la race

Les standards de race sont des documents établis par les organismes officiels qui listent les conditions qu'un Vizsla à Poil Court doit respecter pour être pleinement reconnu comme appartenant à la race :

Le Braque Hongrois à Poil Dur est apparu dans les années 30 à la suite d’un croisement entre deux femelles Braque Hongrois à Poil Court et un mâle Chien d’Arrêt Allemand à Poil Dur. Quoi que très proches, ils sont considérés comme deux races distinctes par les organismes canins internationaux et nationaux qui les reconnaissent, et non comme deux variétés d’une seule et même race.

 

Abstraction faite de son poil plus long et de sa barbichette caractéristique, le Vizsla à Poil Dur a une apparence très similaire à son ancêtre, pour ne pas dire identique.

 

Les spécialistes constatent toutefois qu’il est en moyenne un tout petit peu plus grand et massif que son homologue à Poil Court. Cette différence est d’ailleurs reprise par les standards de l’American Kennel Club, qui décrit le Vizsla à Poil court comme étant en moyenne 1 cm plus petit que son descendant. En revanche, le standard de la Fédération Cynologique Internationale (FCI) – qui est repris notamment par les organismes canins nationaux de référence en France, en Belgique et en Suisse - ne fait pas état d’une telle différence.

 

Si quelques différences plus ou moins subtiles existent donc en termes d’apparence, on ne peut en dire autant en termes de caractère : dans ce domaine, le Braque Hongrois à Poil Dur ne diffère guère de son alter ego à Poil Court.

Le tempérament du Braque Hongrois ne diffère pas selon la longueur de son pelage : les Vizsla à Poil Court et ceux à Poil Dur présentent les mêmes traits de caractère.

 

C’est un chien très affectueux, qui s’attache fortement à sa famille. Cependant, il se sent toujours plus proche d’un membre en particulier du foyer, qui devient alors son humain favori, et il ne cherche pas à cacher sa partialité.

 

En tout cas, il est beaucoup moins sociable envers les personnes qui ne font pas partie de la maison : il n’est pas pour autant agressif à leur encontre, mais choisit plutôt de les ignorer et de faire comme si elles n’étaient pas là… du moins tant qu’à ses yeux elles ne représentent pas un danger. En effet, sa proximité avec les siens le rend protecteur, aussi bien de sa famille que de son territoire. Il gronde de manière dissuasive à l’approche d’une menace, et n’hésite pas à s’interposer s’il juge que c’est nécessaire.

 

Avec les enfants, son attitude est similaire : il est proche et tendre avec ceux qui habitent avec lui, pour qui il fait d’ailleurs un excellent partenaire de jeu, mais ignore leurs copains venus à la maison, ou ceux qu’il croise dans un parc. Pire, s’il perçoit à tort comme une agression de leur part certains jeux avec le petit de la famille, son instinct protecteur peut le conduire à réagir de manière violente – d’autant qu’il est toujours aux aguets. Quoi qu’il en soit, qu’il le connaisse ou non, il ne doit jamais être laissé seul en présence d’un tout-petit, hors de la moindre supervision d’un adulte. Cela vaut au demeurant pour n’importe quel chien, quelle que soit sa race.

 

Le Braque Hongrois à Poil Court se montre très sociable avec ses congénères, qu’il s’agisse d’individus qui vivent sous le même toit que lui ou d’inconnus qu’il croise au gré d’une balade. Lui faire partager son foyer avec un congénère est d’ailleurs un bon moyen d’éviter qu’il ne s’ennuie si ses maîtres sont régulièrement absents.

 

On ne saurait en dire autant d’une cohabitation avec un petit animal, qui aurait vite fait de tourner court. S’il est habitué depuis son plus jeune âge à côtoyer le chat de la maison, ce dernier a toutes les chances d’être considéré comme un membre à part entière de sa famille, et par conséquent d’être laissé tranquille. En revanche, un oiseau, un rongeur ou un reptile aurait toutes les chances de réveiller un jour ou l’autre l’instinct de chasse qui l’habite depuis des générations. Un petit animal qui lui est inconnu et qui aurait la mauvaise idée de passer à proximité lors de ses pérégrinations aurait également toutes les chances de connaître un triste sort. Pour cette même raison, il est conseillé de le tenir en laisse dans les endroits où la probabilité de telles rencontres est assez élevée.

 

Élevé pendant des siècles pour la chasse en pleine nature, le Vizsla à Poil Court reste un chien actif, et doit pouvoir se dépenser au minimum une heure par jour pour être bien dans ses pattes. Son endurance lui permet toutefois d’aller bien au-delà, pour peu que l’occasion lui en soit offerte. Ainsi, les promenades quotidiennes sont le meilleur moment de la journée pour lui, et les longues sorties du week-end qui lui permettent de passer plusieurs heures en pleine nature ont toutes les chances d’être le point d’orgue de sa semaine. Si un lac ou une rivière se trouve sur le chemin, il ne faut pas hésiter à y faire une halte : sans non plus en raffoler particulièrement, il aime l’eau et se montre un bon nageur. La chasse est assurément l’activité la plus à même de lui permettre de mobiliser son esprit indépendant et son flair remarquable. C’est de loin celle qu’il préfère, mais il peut aussi s’illustrer dans des sports canins permettant également à ces qualités de d’exprimer, comme le pistage ou le cavage. Il est également parfaitement capable d’apprendre d’autres disciplines, au point qu’il n’est pas rare de voir des représentants de la race sur les podiums des concours d’obéissance ou d’agility.

 

Plus simplement, ses qualités physiques et son endurance en font aussi un formidable partenaire pour qui veut courir avec son chien, faire du vélo avec lui encore l’emmener en randonnée. À l’inverse, compte tenu de son important besoin de se dépenser, il n’est pas du tout recommandé pour des personnes âgées ou trop sédentaires.

 

En tout cas, il vaut mieux le tenir en laisse dans les milieux urbains ou résidentiels pour éviter des drames si des petits animaux passent par-là, mais au contraire la lui retirer en pleine nature, pour qu’il puisse courir librement et se défouler pleinement. Cela présuppose que les commandes de rappel soient parfaitement acquises, mais même quand c’est effectivement le cas, il est difficile de lui faire pleinement confiance quant à sa propension à revenir sans délai dès qu’on le lui demande. Par conséquent, il est conseillé de l’équiper d’un collier GPS pour chien, afin de pouvoir le retrouver facilement s’il s’aventure un peu trop loin – d’autant qu’il pourrait ne pas être en mesure de retrouver son chemin.

 

Dès lors qu’il est en mesure de se dépenser suffisamment chaque jour, le Vizsla à Poil Court est parfaitement à même de vivre en appartement, sous réserve bien sûr que ce dernier soit d’une taille adaptée à son gabarit. Cela dit, l’idéal pour lui reste quand même une maison avec un jardin. Il va sans dire que celui-ci doit être parfaitement clos, pour empêcher toute tentative de poursuite d’un animal. Par ailleurs, quand bien même il apprécie grandement de pouvoir accéder à tout moment au dehors pour s’y dégourdir les pattes, ce chien n’est pas fait pour y passer le plus clair de son temps : bien qu’il puisse dormir à l’extérieur, il apprécie le confort du foyer et la proximité des siens.

 

Il n’est pas pour autant du genre à suivre au doigt et à l’œil les desiderata de ces derniers. En effet, des siècles passés à pratiquer la chasse avec un grand degré d’autonomie l’ont rendu assez indépendant, ce qui peut être problématique s’il trouve face à lui un maître inexpérimenté ou incapable de se montrer suffisamment ferme pour se faire respecter par son chien.

 

Cela dit, cette indépendance d’esprit ne signifie en aucun cas qu’il apprécie d’être laissé longtemps seul à la maison. Il peut supporter que les siens soient généralement absents en journée sous réserve qu’ils lui accordent de l’attention le soir, mais risque d’adopter des comportements destructeurs s’ils l’abandonnent un weekend entier.

 

Enfin, le Braque Hongrois à Poil Court a une voix puissante, mais ne la fait que rarement entendre. En général, il n’aboie que lorsqu’il sent une menace, ou considère que quelque chose de vraiment important doit être signalé.

Éduquer un Vizsla à Poil Court peut s’avérer problématique pour un maître ne sachant pas imposer respect et autorité. En effet, avec son caractère indépendant et son intelligence au-dessus de la moyenne, ce chien peut vite retourner la situation et prendre le contrôle si l’occasion lui en est laissée.

 

Des règles claires, fixées d’entrée de jeu et cohérentes aussi bien dans le temps que d’un membre à l’autre de la famille permettent d’établir une discipline facile à comprendre et à respecter. Leur mise en place et leur application est cruciale pour obtenir un chien qui sait ce qu’on attend de lui et s’y conforme. Il ne faut toutefois pas s’y prendre de n’importe quelle manière ; en particulier, les techniques traditionnelles de dressage sont à proscrire, au risque de le traumatiser et d’aboutir à des blocages. En revanche, les méthodes d’éducation basées sur le renforcement positif donnent de bien meilleurs résultats.

 

Au final, l’éducation du Braque Hongrois à Poil Court ne présente généralement pas de difficultés, même pour un maître débutant, dès lors que la hiérarchie a été bien établie. C’est d’autant plus vrai qu’il n’est pas du genre à la remettre systématiquement en question par la suite.

 

L’apprentissage du rappel doit alors faire partie des priorités, de manière à pouvoir l’autoriser à courir en toute liberté lorsque le cadre s’y prête (forêt, etc.), plutôt que de devoir en permanence le tenir en laisse. Cela dit, il est difficile d’espérer une fiabilité totale en la matière, compte tenu de la force de son instinct de chasseur.

 

Comme n’importe quelle race, le Braque Hongrois à Poil Court doit commencer à être socialisé dès son arrivée dans sa nouvelle maison. Les choses se font le plus souvent sans problème, sa nature curieuse et ouverte l’aidant à se familiariser rapidement avec les différentes personnes, animaux et situations qu’il a l’occasion de rencontrer, que ce soit ponctuellement ou de manière plus régulière. Cette période doit d’ailleurs être mise à profit pour lui permettre de faire connaissance avec les personnes (amis, voisins, vétérinaire…) et congénères qu’il sera amené à recroiser plus ou moins fréquemment dans sa vie. C’est aussi le bon moment pour l’habituer à rencontrer tous types d’humains et chiens inconnus, afin qu’il sache se tenir en toute circonstance.

Le Braque Hongrois à Poil Court est dans l’ensemble robuste, et son espérance de vie (de l’ordre de 12 à 14 ans) se situe d’ailleurs dans la moyenne des chiens de son gabarit.

 

En outre, son pelage court le protège aussi bien du chaud que du froid, ce qui lui permet de vivre sous une grande variété de climats. Il n’est toutefois pas adapté aux extrêmes, et ne peut par exemple dormir dehors quand il gèle, ou courir au soleil en pleine canicule estivale.

 

Aucun chien n’est à l’abri des maladies, et le Vizsla à Poil Court ne fait pas exception à la règle. En l’occurrence, celles auxquelles il est le plus exposé sont :

  • la dysplasie de la hanche, un problème de l’articulation souvent favorisé par une prédisposition héréditaire, qui cause des douleurs et des difficultés à se mouvoir, ainsi que de l’arthrose avec l’âge ;
  • la dysplasie du coude, une malformation  au niveau articulaire dont l’origine est elle aussi possiblement liée à une prédisposition héritée des parents, et qui entraîne également des douleurs et boitements ;
  • l’épilepsie, une maladie du système nerveux d’origine souvent héréditaire, responsable de crises convulsives plus ou moins fréquentes et intenses. La maladie ne peut être guérie en soi, mais ses symptômes peuvent être atténués à l’aide d’un traitement médicamenteux ;
  • la maladie d’Addison, une insuffisance hormonale généralement héritée des parents et qui se manifeste sous diverses formes : faiblesse, vomissements, diarrhée, perte de poids… La forme la plus grave de la maladie est généralement fatale, tandis que la forme chronique peut être tenue sous contrôle à l’aide d’un traitement à vie ;
  • l’hémophilie de type A, une maladie héréditaire qui empêche la bonne coagulation du sang, et touche davantage les mâles. Elle peut se manifester notamment à travers des saignements abondants, l’apparition d’hématomes, ou encore la présence de sang dans les urines ;
  • l’hyperuricosie, une maladie héritée également héritée des parents. Elle correspond à un excès d’acide urique, qui entraîne la formation de cristaux dans les urines, susceptibles eux-mêmes de causer des saignements et des insuffisances rénales ;
  • les allergies, qui peuvent être dues à des facteurs aussi différents que la nourriture, l’environnement ou des parasites. Elles se manifestent le plus souvent par des démangeaisons et des rougeurs au niveau de la peau ;
  • les otites, comme chez la plupart des races de chien aux oreilles tombantes.

 

Le Braque Hongrois à Poil Court est également particulièrement susceptible de souffrir de plusieurs maladies oculaires :

  • l’atrophie progressive de la rétine, une dégénérescence des tissus de l’œil qui cause une perte irrémédiable de la vue, d’abord de nuit puis également de jour ;
  • l’entropion, un défaut de la position de la paupière qui peut être héréditaire et cause des irritations du globe oculaire. Une intervention chirurgicale permet de régler le problème ;
  • l’ectropion, un problème d’enroulement de la paupière également hérité des parents, et qui cause lui aussi une irritation de l’œil. Là encore, une opération permet de remédier au problème ;
  • le glaucome, souvent héréditaire, qui est une augmentation douloureuse de la pression interne de l’œil. Celle-ci entraîne la cécité si elle n’est pas opérée dans les plus brefs délais.

 

En outre, les individus utilisés pour chasser sont particulièrement exposés aux risques de blessures que cette activité implique.

 

Une bonne partie des maladies à laquelle la race est prédisposée étant ou pouvant être héréditaires, adopter auprès d’un éleveur de Vizsla à Poil Court rigoureux permet de maximiser la probabilité d’obtenir un animal en bonne santé – et qui le reste. En effet, non content de procurer aux petits une socialisation de qualité dès leurs premières semaines de vie, un professionnel digne de ce nom veille à éviter qu’ils héritent une tare héréditaire de leurs parents. Pour atteindre cet objectif, il fait systématiquement effectuer différents tests génétiques sur les reproducteurs envisagés, et exclut tous ceux qui pourraient présenter un quelconque risque. Il est possible également qu’il fasse tester les chiots obtenus, pour confirmer l’absence d’affection héréditaire. Dans tous les cas, il doit bien sûr être en mesure de présenter les résultats des tests effectués, en plus d’un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire et du carnet de santé ou de vaccination du chiot, dans lequel sont consignés l’ensemble des vaccins qui ont été administrés à ce dernier.

 

Après l’adoption, c’est au maître qu’incombe la responsabilité de l’animal, et en particulier celle de le garder en bonne santé. Pour cela, il est important de lui permettre de se reposer autant que nécessaire (un chiot a besoin de davantage de sommeil qu’un chien adulte), mais aussi de limiter les activités intenses tout au long de sa croissance. En effet, le chiot est particulièrement fragile pendant cette période ; au-delà du simple risque de blessures, il est impératif d’éviter tout dommage irréversible à ses articulations ou ses os.

 

Par ailleurs, dès son arrivée dans le foyer et jusqu’à la fin de ses jours, il est essentiel de permettre à son chien d’être régulièrement examiné par un vétérinaire pour un bilan de santé complet. C’est nécessaire au moins une fois par an, et davantage lorsqu’il devient âgé, car cela permet de détecter au plus tôt un éventuel problème et d’agir en conséquence. Ces visites sont aussi l’occasion de faire effectuer les rappels de ses vaccins chaque fois que cela est nécessaire. En parallèle, il faut également veiller à renouveler tout au long de l’année ses traitements antiparasitaires, pour qu’à ce niveau-là aussi il ne cesse jamais d’être protégé.

Espérance de vie

Espérance de vie
15 ans

Le Braque Hongrois à Poil Court est un chien simple d’entretien, et cela vaut notamment pour son pelage. En effet, un rapide brossage hebdomadaire suffit à garder ce dernier propre et en bonne santé. La fréquence doit toutefois être accrue lors de ses deux périodes de mue saisonnière, au printemps et à l’automne : pour faciliter l’élimination des poils morts, il est alors recommandé de le brosser quotidiennement.

 

Un bain est également nécessaire de temps à autre, même si la fréquence nécessaire dépend largement du mode de vie de l’animal. S’il évolue souvent en forêt pendant de longues heures et se salit beaucoup, il peut être utile de donner un bain à son chien tous les mois. En revanche, s’il passe le plus clair de son temps dans des parcs et n’est que peu exposé aux intempéries, le faire 2 ou 3 fois par an est potentiellement suffisant. Dans tous les cas, il est impératif d’utiliser systématiquement un shampooing spécifiquement conçu pour les chiens, car le pH de leur peau diffère de celui de la peau des humains.

 

Ses oreilles sont la partie de son corps qui nécessitent la plus grande vigilance, car leur forme tombante facilite l’accumulation de saleté et d’humidité, et donc le développement d’infections (otites, etc.). Elles doivent donc être vérifiées et nettoyées chaque semaine, ainsi que séchées chaque fois qu’il s’est baigné dans un lac ou une rivière ou qu’il revient d’un long moment dans un milieu humide.

 

La séance hebdomadaire d’entretien du Vizsla à Poil Court doit inclure aussi un examen et au besoin un nettoyage de ses yeux, pour éviter là aussi que des saletés ne s’accumulent et entraînent une infection.

 

Par ailleurs, comme tous ses congénères, ce chien n’est pas à l’abri du tartre et des problèmes qui vont avec : mauvaise haleine, maladies bucco-dentaires... Un brossage de dents à l’aide d’un dentifrice destiné à la gent canine s’impose au moins une fois par semaine, mais le faire encore plus souvent – voire quotidiennement – est même recommandé.

 

Quant aux griffes du Braque Hongrois, elles sont particulièrement dures et de ce fait ne s’usent que peu, même s’il est très actif. Il est donc nécessaire de les tailler tous les mois environ pour éviter qu’elles ne finissent par le gêner, voire le blesser. En tout état de cause, dès lors qu’on les entend frotter sur le sol lorsqu’il marche, c’est que l’heure est venue de s’en occuper.

 

Enfin, une autre bonne habitude à prendre est de vérifier son pelage, ses oreilles et ses coussinets après chaque longue sortie en pleine nature, pour détecter d’éventuelles coupures ou égratignures, parasites, épillets

 

Les gestes pour prendre soin d’un Vizsla à Poil Court ne sont pas particulièrement complexes, mais savoir bien les faire permet de gagner en efficacité tout en minimisant les risques de faire mal à son animal – voire de le blesser. Par conséquent, il peut être judicieux de les apprendre la première fois auprès d’un toiletteur pour chien professionnel ou d’un vétérinaire. En tout cas, il est conseillé de ne pas attendre pour habituer son compagnon à ces différentes manipulations, afin qu’il les accepte sans broncher tout au long de sa vie.

Le Braque Hongrois à Poil Court s’accommode très bien des aliments industriels pour chien disponibles dans le commerce. Tant le choix des produits que la définition de la ration quotidienne qui en est donné doivent être déterminés notamment par l’âge, l’état de santé et le niveau d’activité de l’animal.

 

Ce dernier peut varier d’une période à l’autre, en particulier pour les individus utilisés dans le cadre de la chasse. Les rations doivent alors être ajustées en conséquence, de manière à toujours bien fournir toute l’énergie nécessaire. Cela vaut toutefois tant à la hausse qu’à la baisse : par exemple, pour un chien chasseur, il est primordial de revenir aux portions normales une fois la saison de la chasse achevée, sous peine que de l’embonpoint n’apparaisse.

 

L’obésité n’est pas une chose courante chez le Vizsla à Poil Court, mais aucun chien n’est à l’abri – en particulier s’il a été stérilisé. Une bonne habitude à prendre est donc le peser tous les mois : en cas de prise de poids qui se confirme voire s’accentue lors des mesures suivantes, un tour chez le vétérinaire s’impose. En effet, seul celui-ci peut en déterminer la cause de manière fiable (elle peut ne pas être liée à sa nourriture ou son niveau d’activité, mais être causée par exemple par une maladie ou la réaction à un traitement médicamenteux), et proposer une solution en fonction.

 

Par ailleurs, mieux vaut répartir sa ration quotidienne en au moins deux repas : cela facilite la digestion et réduit sa propension à réclamer, puisqu’il sait alors qu’il sera à nouveau nourri plus tard dans la journée.

 

Il faut d’ailleurs éviter de donner au hasard à son animal de la nourriture destinée aux humains, même s’il se montre par exemple très implorant lorsque ses maîtres sont à table. En effet, à moins de s’être assuré que ce soit effectivement le cas, il est probable qu’elle ne corresponde pas à ses besoins nutritionnels, et donc lui cause plus de mal que de bien – en particulier bien sûr si elle comporte des aliments dangereux pour la gent canine.

 

Enfin, comme n’importe lequel de ses congénères, le Braque Hongrois à Poil Court doit pouvoir se désaltérer à volonté et avoir en permanence accès à de l’eau fraîche.

Historiquement, la fonction principale du Braque Hongrois à Poil Court était la chasse. Il se montre tout à fait polyvalent en la matière : il peut être utilisé en tant que chien d’arrêt, débusqueur ou rapporteur, et est capable de travailler sur tous types de terrains, n’hésitant pas à se jeter à l’eau si besoin est. En outre, il peut s’attaquer aussi bien au gibier à poil qu’au gibier à plumes, et agir seul ou en tandem. Il est en revanche peu commun de le trouver agissant en meute. Quoi qu’il en soit, ses qualités de chasseur continuent aujourd’hui à séduire et à être utilisées dans le monde entier.

 

Elles lui permettent aussi de briller dans certaines disciplines de sports canins, à commencer par le pistage, l’obéissance ou l’agility.

 

Sa popularité s’explique aussi par son attachement et son énergie, qui en font un merveilleux chien de compagnie pour une famille sportive. Un maître adepte de la randonnée, du trail ou encore du VTT trouve en lui un partenaire infatigable et toujours partant pour de nouvelles aventures. En revanche, son besoin d’activité fait qu’il convient beaucoup moins aux plus sédentaires ou aux personnes âgées.

 

Enfin, le Vizsla à Poil Court est aussi un chien de garde efficace, dont l’instinct très protecteur compense un gabarit moins impressionnant que celui de certains de ses congénères également aptes à remplir ce rôle.

Le prix d’un chiot Braque Hongrois à Poil Court est en moyenne de 900 euros, aussi bien pour les mâles que pour les femelles. Toutefois, certains sujets d’exception atteignent des prix bien plus élevés - jusqu’à 2000 euros pour ceux dont les caractéristiques et le pédigrée sont exceptionnels.

 

Au Canada, adopter un chiot Vizsla à Poil Court auprès d’un éleveur coûte environ 1500 dollars canadiens.

 

Quel que soit le pays — et comme pour toutes les races de chien —, le prix demandé dépend en grande partie de l’ascendance plus ou moins prestigieuse de l’animal, ainsi que de la renommée de l’élevage qui le propose. Cependant, ses caractéristiques intrinsèques restent le principal déterminant du prix d’un chiot Vizsla à Poil Court. Les individus présentant les meilleurs traits de caractère et physiquement les plus proches du standard sont les plus recherchés, ce qui explique d’ailleurs que des écarts importants peuvent parfois exister au sein d’une même portée.

  • Le Braque Hongrois s'accommode des terrains difficiles, même les marais, et peut supporter des variations météorologiques extrêmes.

 

  • C'est un chien qui possède une excellente mémoire et qui est connu pour son excellente capacité à s'acclimater à toutes les situations. C'est un travailleur infatigable, même par la plus grande chaleur.

 

  • Grâce à toutes ses qualités et à ses façons distinguées, le Vizsla à Poil Court est souvent élevé par prédilection. Chien endurant et pourvu d'une excellente santé, on le retrouve de plus en plus comme chien de compagnie.

 

  • Le photographe et réalisateur Sean Ellis a publié en 2011 un album photographique intitulé Kubrick le chien en hommage à son chien Kubrick, un Braque Hongrois à Poil Court.
Trouvez un élevage de Vizsla à Poil Court près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Vizsla à Poil Court ou organiser une saillie entre Vizsla à Poil Court ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Vizsla à Poil Court

Une de mes races de chiens préférées

   
Par Sari-bi