Braque de l'Ariège

Braque de l'Ariège

Autres noms : Braque de Toulouse ou Braque du Midi
Groupe : Chien d’arrêt
Standard : Standard FCI N°177

Partager
 

Qualités du Braque de l'Ariège

Tempérament du Braque de l'Ariège

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Braque de l'Ariège au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Braque de l'Ariège

Durée de vie moyenne
De 10 à 13 ans
Poids de la femelle
De 25 à 30 kilos
Poids du mâle
De 25 à 30 kilos
Taille de la femelle
De 56 à 65 cm
Taille du mâle
De 60 à 67 cm

Le Braque de l'Ariège : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Braque de l'Ariège

Le Braque de l'Ariège est une race de chien française venant, comme son nom l'indique, du département de l’Ariège, situé à la frontière franco-espagnole.


Les théories quant à ses origines diffèrent. La plus fréquemment retenue veut toutefois qu’il soit issu du vieux Braque Français, qui aurait été croisé au 19ème siècle avec des Braques de souche méridionale, à la robe blanche et orange, pour lui donner plus de légèreté et d'activité.


Du reste, il ressemble fortement aux chiens blanc et orange peints sur des tableaux de Jean-Baptiste Oudry (1686-1755), célèbre pour ses peintures de scènes de chasse. Il ne semble donc pas illogique que des cynologues lui aient attribué ce chien comme ancêtre.


Toutefois, malgré sa reconnaissance officielle par la F.C.I. (Fédération Cynologique Internationale) en 1955, la seconde moitié du 20ème siècle faillit être fatale au Braque de l’Ariège. Quelques chasseurs ariégeois continuèrent néanmoins à l'employer, ce qui permit d’éviter une disparition complète de la race.


En 1989, une équipe d'amateurs de la race décida de se consacrer à sa survie, après avoir constaté qu’il n’y avait plus eu aucun Braque de l’Ariège inscrit au LOF (Livre des Origines Françaises) depuis 1964.


Le Club du Braque de l’Ariège fut ainsi créé dès l'année suivante, avec pour mission de concourir à la sauvegarde et à la promotion de cette race, mais aussi de centraliser toutes les informations permettant d’identifier les spécimens qui se trouveraient en France chez des éleveurs, des chasseurs ou d’autres passionnés de ce chien.


L’opération fut dans l’ensemble une réussite. Ainsi, l’augmentation des naissances fit qu’en 1999, soit moins de 10 ans après, le cap symbolique de 50 Braques de l’Ariège répertoriés au LOF fut atteint. La tendance s’est poursuivie, puisqu’on compte de nos jours plus de 350 spécimens inscrits au LOF, dont plusieurs ont été primés en concours de beauté ou de chasse.


Pour autant, la race s’est assez peu diffusée hors de ses terres d’origine, puisque la plupart des éleveurs de Braque de l’Ariège et propriétaires se situent dans le sud-ouest de la France, même si on en trouve aussi quelques-uns disséminés dans le reste du pays.


A l'international, le Braque de l'Ariège fut reconnu officiellement en 2006 par l’UKC (United Kennel Club), un des principaux organismes canins américains. L’UKC fait toutefois figure d’exception, les autres grands organismes canins nationaux ne reconnaissant pas encore la race. Il reste d’ailleurs très difficile, voire impossible, d’acquérir un Braque de l’Ariège hors de France.

Vigoureux et puissant, Le Braque de l’Ariège possède une certaine élégance. Sa musculature est saillante et harmonieuse, et ses lignes bien dessinées.


Généralement de couleur fauve orangé pâle ou marron, il en existe également des blancs mouchetés ainsi que truités. Sa grande particularité est que la couleur de sa truffe s’harmonise le plus souvent avec celle de sa robe.


Son poil est court et brillant et sa tête longue, angulée, sans stop très prononcé.

 

Sa queue est basse et longue, au contraire de ses oreilles, qui sont fines et bien implantées au-dessus de la ligne de l’œil.


Enfin, les yeux du Braque de l’Ariège, de forme ovale, sont ambre foncé ou marron. Son regard franc et doux saura séduire sans peine les humains qui croisent son chemin.

Standard FCI N°177 (07.08.1998)



ORIGINE : France.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 26.05.1982.


UTILISATION : Chien d'arrêt.

CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 7 - Chiens d'arrêt.

Section 1.1 - Chiens d'arrêt continentaux, type braque.

Avec épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Chien de type braccoïde. Sa construction est puissante, mais sans lourdeur excessive, robuste et d'un aspect vigoureux. On préfère les sujets aux membres secs, aux muscles saillants et aux lignes bien définies. Sa robe blanche de préférence truitée d'orange pâle ou parfois mouchetée de marron alliée à sa taille en fait un chien élégant et distingué.
PROPORTIONS IMPORTANTES : Médioligne (de proportions moyennes) : la longueur du corps est un peu supérieure à la hauteur au garrot. Le crâne est légèrement plus long que le chanfrein.

COMPORTEMENT / CARACTERE :


Adapté à tous les types de chasse, il est résistant, docile et facile à éduquer.

TETE :


La tête doit être longue, anguleuse et étroite au niveau des arcades zygomatiques.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Légèrement bombé, le sillon frontal peu accentué. Les lignes du crâne et du chanfrein sont légèrement divergentes vers l'avant. Les arcades sourcilières sont moyennement accusées. La protubérance occipitale est assez prononcée.

- Stop : Peu prononcé.

REGION FACIALE :

- Truffe : Rose, rougeâtre (couleur chair) ou marron plus ou moins pâle selon la couleur de la robe, jamais noire. Les narines bien ouvertes.

- Museau : Long et droit, parfois très légèrement convexe. Vues de devant, les faces latérales du museau convergent légèrement vers l'avant.

- Lèvres : Assez fines, bien descendues; la commissure des lèvres est assez plissée sans être tombante.

- Mâchoires/dents : Arcades dentaires bien adaptées. Articulé des incisives en ciseaux; on tolère la denture en pince ( incisives bout à bout).

- Yeux : Regard doux. Oeil bien ouvert, légèrement ovale, franc et intelligent, bien enchâssé dans l'orbite. L'iris est de couleur ambre foncé ou marron selon la couleur de la robe.

- Oreilles : Assez fines, longues, papillotées, attachées à la hauteur de la ligne de l'œil ou en dessous; elles ne sont pas accolées à la tête. Leur longueur permet d'atteindre la naissance de la truffe sans être étirées.

COU :


Pas très long, assez fort et possédant un léger fanon.

CORPS :


- Ligne du dessus : La partie antérieure quasi rectiligne descend du garrot à la onzième vertèbre dorsale, la deuxième partie, légèrement convexe, fait la jonction avec la croupe.

- Garrot : Bien indiqué sans être sorti.

- Dos : Un peu long, musclé, bien soutenu et rectiligne.

- Rein : Légèrement voussé.

- Croupe : Légèrement oblique par rapport à la ligne du dessus.

- Poitrine : Large, haute et bien descendue au niveau du coude. Les côtes sont arrondies, sans exagération.

- Ligne du dessous : Légèrement oblique, elle remonte légèrement dans sa partie abdominale.

QUEUE :


Attachée dans le prolongement de la ligne de la croupe. Elle est forte à sa racine et va en s'amincissant. On la raccourcit généralement de 4/10. La queue longue est admise. Elle ne doit pas se relever plus haut que la ligne du dessus.

MEMBRES :


MEMBRES ANTERIEURS :

Droits, de forte ossature, larges et musclés.

- Epaule : Robuste, musclée et moyennement oblique.

- Bras : Fort, bien musclé et appliqué au thorax.

- Coude : Au niveau du sternum.

- Avant-bras : Vigoureux, bien d'aplomb.

- Métacarpe : Très légèrement incliné de profil.

- Pieds antérieurs : Serrés et bien cambrés, ils forment un ensemble compact, presque rond. Les ongles sont forts et les coussinets bien charnus.

MEMBRES POSTERIEURS :

Bien d'aplomb.

- Cuisse : Bien musclée, bien descendue.

- Grasset : Bien parallèle au plan médian du corps.

- Jambe : Robuste.

- Jarret : Bien coudé.

- Métatarse : Assez court, presque vertical.

- Pieds postérieurs : Mêmes qualités que les antérieurs.

ALLURES :


Trot soutenu et actif entrecoupé de temps de galop. Grande souplesse et légèreté du mouvement.

PEAU :


Moyennement épaisse, elle est plus fine sur la tête; assez souple. Les muqueuses externes doivent être d'une couleur qui correspond à celle de la robe; jamais avec des taches noires.

ROBE :


POIL : Serré, brillant, court, plus fin et ras sur la tête et sur les oreilles.

COULEUR : Fauve orangé pâle ou quelques fois marron, fortement panaché de blanc truité/moucheté. Certains chiens sont même blanc truité/moucheté.

TAILLE :


- Mâles : 60 cm à 67 cm.

- Femelles : 56 cm à 65 cm.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

DEFAUTS ELIMINATOIRES :


Compte tenu du cheptel réduit de cette race, le but n'est pas de faire preuve d'une trop grande sévérité, mais d'écarter de la reproduction les sujets hors type et les sujets ayant de graves défauts.

- Manque total de type.

- Nez "double" (truffe dont les orifices sont séparés par un profond sillon).

- Truffe d'une autre couleur non conforme au standard.

- Truffe noire.

- Prognathisme inférieur ou supérieur.

- Couleur des yeux : excessivement claire, yeux vairons.

- Entropion ou ectropion ou toute trace d'intervention chirurgicale tendant à corriger ces défauts.

- Excès de ladre aux paupières.

- Ongles noirs.

- Présence d'ergots.

- Arrière main : gêne nettement accusée dans la démarche.

- Couleur non conforme au standard.

- Taille sortant des limites du standard, avec une tolérance de plus ou moins 1 cm.

- Anomalies morphologiques graves.

- Tares invalidantes.

- Chiens agressifs, mordeurs ou très peureux.



N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Braque de l'Ariège est une race de chien calme, quoique parfois entêté, chose courante chez les chiens de chasse. C’est aussi un chien très intelligent.


Adapté à tous les types de chasse et considéré d’ailleurs comme l’un des meilleurs chiens de chasse qui soient, notamment grâce à son excellent odorat, sa grande endurance et sa détermination sans faille, il est efficace sur tous gibiers et sur tous terrains.


Le Braque de l’Ariège est également très résistant et s’adapte facilement à toutes les situations climatiques, même s’il est quand même plus à l’aise dans le froid que sous les tropiques.


Très sensible et affectueux avec son maître et ses proches, il est docile, gentil, facile à éduquer, et fait ainsi un excellent animal de compagnie.


Il peut être au contact d’autres animaux, en tout cas de congénères ou d'autres espèces de même taille, en particulier s’il y a été habitué dès son plus jeune âge dans le cadre de la socialisation du chiot. Par contre, son instinct inné de chasseur pourrait lui faire attaquer de petites proies potentielles. Mieux vaut donc éviter de lui faire partager son quotidien avec un lapin, un rat ou autre gibier qui réveillerait chez lui sa nature profonde de traqueur.


C’est aussi pour cette raison qu’il est plutôt recommandé de le garder en laisse quand on évolue en ville. En revanche, si son éducation n’est pas défaillante, il est envisageable - et même souhaitable - de le lâcher quand on est à la campagne, afin qu’il puisse se dépenser, car cela est nécessaire pour son bien-être physique et psychologique.


En effet, le Braque de l’Ariège demeure un chien vif et indépendant, qui a besoin de se dépenser quotidiennement et est ravi de prendre part à de longues balades à pied ou en vélo. C’est une race de chien recommandée pour un maître sportif, car il ne saurait se contenter de quelques relativement brèves sorties pour faire ses besoins.


Il peut vivre en ville, mais à condition de disposer d’un jardin. Ce dernier n’en rend pas moins nécessaire de lui proposer de longues balades, tous les jours, idéalement en pleine nature. Par ailleurs, s’il vit en ville, il convient de l’habituer dès son plus jeune âge à la foule et à la circulation, par exemple pour éviter de se retrouver avec un chien qui court après les voitures.

Le Braque de l’Ariège a une aptitude innée pour la chasse, mais mérite quand même d’être éduqué au plus tôt afin de consolider ses acquis et lui apprendre les commandements fondamentaux cynégétiques (arrêt, levée, rapport…).


Qu’il ait vocation à servir comme chien de travail ou comme simple chien de compagnie, il est recommandé de l’éduquer avec patience et douceur, car il est doté d’une grande sensibilité. A défaut, il risque de se braquer et de se décourager, et rétablir la confiance entre le propriétaire et son animal est alors une tache longue et ardue.


En tout état de cause, que ce soit lors de son éducation ou à tout moment par la suite, le maître doit être calme, attentionné et équilibré afin de réfréner les ardeurs très dynamiques de son compagnon.

Race de chien robuste, le Braque de l’Ariège possède une santé de fer et ne souffre d’aucune pathologie particulière.

Un brossage du pelage du chien effectué de manière hebdomadaire s’avère suffisant, car le Braque de l’Ariège n’a pas un grand besoin d’entretien.


Cela dit, comme tout chien de chasse, il faut systématiquement nettoyer les oreilles du chien lors du retour à la maison, afin de retirer les feuilles ou la terre qui auraient pu s’y loger.


Cette vigilance particulière à accorder à ses oreilles vaut aussi s’il n’est utilisé que comme chien de compagnie, car les races de chien aux oreilles tombantes présentent un risque accru de problèmes auriculaires.

Une alimentation à bas de croquettes est idéale pour nourrir un Braque de l’Ariège.

 

La quantité à donner dépend de son âge, de son poids ainsi que de son niveau d'activité. Il faut donc penser à l’adapter en période de chasse afin de renforcer son énergie et son efficacité face au gibier, car les besoins alimentaires et énergétiques du chien sont alors plus conséquents.

Le Braque de l'Ariège est utilisé historiquement pour la chasse, et sa polyvalence comme chien de chasse est remarquable : il peut servir tout autant comme chien d'arrêt, leveur ou rapporteur.

 

Il fait aussi un excellent chien de compagnie, capable de s’adapter tant à une vie campagnarde qu'à une vie urbaine - dès lors qu’il a accès à un jardin et/ou bénéficie chaque jour de longues promenades et activités.

Le prix d’un chiot Braque de l’Ariège chez un éleveur se situe entre 600 et 800 euros. Il n’y a généralement pas de différence de prix entre un mâle et une femelle.

Avis & conseils Braque de l'Ariège

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Braque de l'Ariège, ou possédez vous-même un Braque de l'Ariège ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer