Berger Roumain de Mioritza

Berger Roumain de Mioritza

Autres noms : Chien de Berger Roumain de Mioritza ou Berger de Mioritza ou Mioritic
Nom d'origine : Ciobanesc Romanesc Mioritic
Groupe : Chien de berger et de bouvier
Standard : Standard FCI N°349

Partager
 

Qualités du Berger Roumain de Mioritza

Tempérament du Berger Roumain de Mioritza

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Berger Roumain de Mioritza au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Durée de vie moyenne
De 10 à 12 ans
Poids de la femelle
De 40 à 50 kilos
Poids du mâle
De 45 à 55 kilos
Taille de la femelle
De 65 à 70 cm
Taille du mâle
De 70 à 80 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Berger Roumain de Mioritza

Le Berger Roumain de Mioritza, ou Ciobanesc Romanesc Mioritic en roumain, est une race naturelle présente depuis des siècles dans les Carpathes, notamment dans le Sud de la Transylvanie, au sein des régions montagneuses proches de Sibiu et Brasov. Ses origines exactes ne sont pas connues, mais il semble que ses ancêtres soient arrivés en Roumanie vers le 13ème siècle avec les Tatars venus s’installer dans la région du delta du Danube et des bords de la mer Noire.

 

Au Moyen Âge, certains souverains locaux utilisaient ces chiens puissants pour accompagner leur armée. Ceci alimenta la légende affirmant que les chiens que l’on peut souvent voir sur les anciennes gravures décrivant les batailles entre l’Empire Romain et les Daces, peuple originaire des Carpathes, sont des Bergers de Mioritza. Cependant, ces batailles ayant eu lieu plus de 1000 ans avant l’arrivée des ancêtres de ce chien dans la région, il est en fait peu probable qu’il puisse prétendre avoir un lien avec ces faits d’armes.

 

En réalité, le Berger de Mioritza fut surtout le fidèle compagnon des paysans illettrés et des bergers isolés dans les montagnes. Imposant, puissant et courageux, il protégeait - et protège encore aujourd’hui - les troupeaux contre les nombreux prédateurs vivant dans les Carpathes : lynx, loup, ours…

 

Son nom est d’ailleurs une référence à ses qualités de gardien de troupeau, car le mot « mioara » signifie « mouton » en roumain – c’est-à-dire précisément l’animal que depuis plusieurs siècles il protège.

 

Aujourd’hui encore, de nombreux bergers affirment qu’un seul de ces chiens peut faire fuir un ours, et la croyance populaire raconte que c’est la seule race au monde capable d’affronter un ours et d’en ressortir en vie.

 

Les premières références écrites au Mioritic datent de 1930, lorsque le Professeur Gheorghe Moldoveanu, étudiant le Berger des Carpathes, établit une première distinction entre les différents chiens de berger roumains. En 1934, l’Institut National Zootechnique publia une description du Berger Roumain de Mioritza, mais il fallut attendre 1981 pour qu’un premier standard de la race soit défini, rédigé par l’Association Cynologique Roumaine (ACR).

 

Ce standard fut révisé en 2002 pour correspondre aux exigences de la Fédération Cynologique Internationale (FCI), qui accepta le Berger de Mioritza à titre provisoire en 2005, avant de le reconnaître définitivement en 2015. Entre temps, il avait pris son envol de l’autre côté de l’Atlantique, puisque l’United Kennel Club (UKC) américain le reconnut en 2006. L’autre organisme de référence du pays, l’American Kennel Club (AKC), fit de même en 2018. En revanche, ni le Kennel Club britannique, ni le Canadian Kennel Club, n’ont encore suivi le pas.

 

La population de Bergers Roumains de Mioritza est estimée à 10.000 individus en Roumanie, mais la vaste majorité sont des chiens sans pédigrée et non enregistrés. En effet, bien que la reproduction de chien sans pedigree soit interdite dans le pays depuis 2015, les habitudes ancestrales changent lentement. Ainsi, il reste bien souvent un chien « de campagne » dont on donne un chiot au voisin du village lorsqu’une portée vient à naître, plutôt qu’un chien de race qu’on acquiert auprès d’un éleveur professionnel.

 

Par contre, s’il demeure relativement populaire dans les montagnes roumaines, le Berger Roumain de Mioritza reste largement méconnu en dehors des frontières de son pays d’origine malgré les efforts notamment de Barbara Fallent, une éleveuse basée en Autriche, très impliquée pour le populariser en Europe.

 

En France, les deux premiers spécimens furent enregistrés au Livre des Origines Français (LOF) en 2018 seulement, soit 13 ans après la reconnaissance officielle de la race.

Parfois surnommé « ours en laine », le Berger Roumain de Mioritza est grand, puissant et poilu. Il est souvent confondu avec le Chien de Berger Anglais Ancestral (ou Bobtail), avec qui il présente effectivement de nombreuses similitudes physiques.

 

Son corps est large et massif, mais harmonieux et très agile pour un chien de cette taille, tandis que ses pattes sont musclées et bien d’aplomb. La queue est attachée haute et portée tombante lorsqu’il est au repos, mais se relève à l’horizontale lorsqu’il est aux aguets.

 

Son cou, de longueur moyenne mais large et puissant, porte une tête massive, de dimension importante par rapport au reste du corps. Le crâne est légèrement bombé et se termine par un museau plutôt court, qui s’amenuise vers la truffe. Cette dernière doit être noire et bien développée. Les mâchoires puissantes sont articulées en ciseaux. Les oreilles en forme de triangle à la pointe arrondie retombent le long des joues et « disparaissent » dans la fourrure.

 

Les yeux, de grandeur moyenne, sont souvent noisette ou brun foncé, mais peuvent aussi être de couleur plus claire – à l’exception du jaune, qui n’est pas accepté par le standard du Berger Roumain de Mioritza. Ils expriment calme et intelligence.

 

Le poil du Mioritic est très long, mesurant au minimum 10cm. Il recouvre tout le corps, de la tête au bout de la queue en passant par les pattes, où il est toutefois un peu plus court. Le poil de couverture est rêche, tandis que le sous-poil est plus souple et dense, l’ensemble constituant une fourrure parfaitement adaptée aux conditions climatiques difficiles.

 

La robe peut être uniforme, blanche ou grise, mais elle est le plus souvent panachée, avec des taches noires ou grises bien marquées qui se détachent de la fourrure blanche.

 

Le dimorphisme sexuel est modérément marqué, la femelle n’étant que légèrement plus petite que le mâle.

Standard FCI N°349 (13.07.2005)


BREF APERÇU HISTORIQUE


Le Berger Roumain de Mioritza a été sélectionné à partir d’une race naturelle des Carpathes, la principale raison étant l’utilité. Grâce à son aspect vigoureux cette race a beaucoup d’amateurs en Roumanie.

Le standard a été rédigé par l’Association Cynologique Roumaine en 1981. La Commission Technique de l’Association Cynologique Roumaine a adapté et révisé le standard le 29 mars 2002, en conformité avec le modèle établi par la F.C.I. à Jérusalem.

ASPECT GÉNÉRAL


Chien de grande taille mais jamais lourd, vigoureux et spectaculaire. Le poil est long et bien fourni sur la tête, tout le corps et les membres. Les mâles sont plus hauts et plus forts que les femelles.

Proportions importantes :
Longueur du corps/hauteur au garrot 11 : 10. La hauteur de la poitrine doit être d’environ 50% de la hauteur au garrot. Le museau est un peu plus court que le crâne.

COMPORTEMENT / CARACTÈRE


C’est un chien équilibré et calme. C’est un très bon chien de troupeau, très courageux et un combattant efficace contre les possibles prédateurs (ours, loup, lynx). Méfiant envers les inconnus. Il aime beaucoup les enfants.

TÊTE


Puissante, massive, importante par rapport au corps.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : De largeur moyenne, légèrement bombée. Les profils supérieurs du crâne et du museau sont à peu près parallèles. Vu de face, le profil supérieur est légèrement bombé. Les arcades zygomatiques sont peu marquées. Protubérance occipitale bien marquée.

- Stop : Pas trop marqué.

REGION FACIALE :

- Truffe : Large, bien développée, noire.

- Museau : Légèrement plus court que le crâne; bien développé, s’amenuisant progressivement vers la truffe, jamais pointu; mandibule forte.

- Lèvres : Epaisses, bien tendues, fortement pigmentées.

- Mâchoires/dents : Mâchoires puissantes; denture complète, forte, saine avec des dents blanches, bien implantées; articulé en ciseaux.

- Joues : Pas saillantes.

- Yeux : De grandeur moyenne, obliques; de couleur noisette, brun foncé ou légèrement plus clairs, jamais jaunes. Paupières bien pigmentées. Expression calme et intelligente.

- Oreilles : Attachées relativement haut, en forme de « V » avec l’extrémité légèrement arrondie, longues de 10-15 cm, pendantes et bien accolées aux joues; l’amputation est interdite.

COU


De longueur moyenne, large et puissant, dépourvu de fanon.

CORPS


Bien développé.

- Ligne du dessus : Droite, bien soutenue.

- Garrot : Moyennement marqué.

- Dos : Horizontal, fort et musclé.

- Rein : Modérément long, large et très musclé.

- Croupe : Musclée et moyennement inclinée vers la base de la queue.

- Poitrine : Pas trop longue, large, sa hauteur mesurant environ la moitié de la hauteur au garrot, avec des côtes bien cintrées.

- Ligne du dessous : Légèrement ascendante, sans être levrettée.

QUEUE


Attachée haut. Au repos, elle est portée pendante, atteignant ou dépassant légèrement le jarret; quand le chien est attentif ou en action, elle est portée relevée, un peu recourbée, pouvant dépasser le niveau du dos, mais jamais enroulée sur le dos. La caudectomie est interdite.

MEMBRES


MEMBRES ANTÉRIEURS :

Vue d’ensemble : Vus de face ou de profil ils sont d’aplomb.

- Epaule : De longueur moyenne, oblique, très musclée et bien attachée. Angulation scapulo-humérale de 100-105° environ.

- Bras : De longueur moyenne, bien musclé.

- Coudes : Bien au corps, tournés ni en dedans ni en dehors.

- Avant-bras : Suffisamment long, puissant et musclé.

- Carpe : Ferme.

- Métacarpe : Légèrement incliné vu de profil.

- Pieds antérieurs : Ovales, compacts et massifs; doigts serrés et cambrés, ongles de couleur gris-cendre.

MEMBRES POSTÉRIEURS :

Vue d’ensemble : Très musclés et puissants, droits et parallèles vus de derrière. Angulations peu ouvertes.

- Cuisse : Longue, large et très musclée.

- Grasset : L’angle fémoro-tibial est de 100-105° environ.

- Jambe : Suffisamment longue, musclée, avec une bonne ossature.

- Jarrets : De hauteur moyenne; forts, bien coudés, tournés ni en dedans ni en dehors.

- Métatarse : Pas trop long, robuste et presque vertical, vu de profil. La présence d’ergots ne doit pas être pénalisée.

- Pieds postérieurs : Un peu plus allongés que les antérieurs.

ALLURES


Mouvement harmonieux, souple, bien coordonné, puissant et facile. Le mouvement préféré est le trot. Le galop est soutenu et équilibré.

PEAU


Epaisse, bien tendue, bien pigmentée.


ROBE


POIL:

Le poil est abondant sur la tête et sur le corps, de texture rêche, droit et long de 10 cm minimum. Le sous-poil est plus dense et souple, de couleur claire. Sur les membres, le poil est plus court. La queue est bien fournie.

COULEUR :

Robes panachées : Le fond doit être blanc avec des taches bien définies de couleur noire ou grise.
Couleurs unies : Chiens uniformément blancs ou gris.


TAILLE ET POIDS


Hauteur au garrot :

Mâles : min. 70 cm, idéal 75 cm.

Femelles : min. 65 cm, idéal 70 cm.

Poids : en rapport avec la taille.

DÉFAUTS



Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.

- Queue amputée.

- Sujet obèse ou faible.

- Queue recourbée, queue en anneau.

- Manque de dents, autres que PM1.

- Coudes tournés en dedans ou en dehors.

- Mouvement lourd.

DÉFAUTS GRAVES



- Caractères sexuels insuffisamment marqués.

- Expression atypique.

- Yeux ronds, saillants.

- Hétérochromie oculaire (oeil vairon).

- Oreilles droites.

- Poil trop court (moins de 8 cm).

- Poil bouclé ou d’autre texture que celle prévue par le standard.

- Ligne du dessus ensellée, voussée ou plongeante.

- Pieds ouverts, tournés ni en dedans ou en dehors (panards ou cagneux).

- Angulations très ouvertes aux membres postérieurs.

- Jarrets de vache.

- Présence de taches bringées.

DÉFAUTS ÉLIMINATOIRES



- Agressif ou peureux.

- Sujet atypique.

- Manque d’incisives ou canines.

- Prognathisme inférieur ou supérieur.

- Albinisme.

- Anourie ou brachyourie.

- Hauteur au garrot de moins de 68 cm chez les mâles.

- Hauteur au garrot de moins de 63 cm chez les femelles.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Berger Roumain de Mioritza est un chien calme et équilibré qui a un lien extraordinairement fort avec son maître et sa famille, lien qui se forme naturellement pendant la période de croissance. Il est connu pour être « le chien d’un seul maître » - la personne qui l’a adopté et élevé -, ce qui rend l’adoption d’un Berger de Mioritza adulte très difficile.

 

Il est incroyablement dévoué et loyal envers sa famille, du moins celle avec laquelle il a grandi. Adultes, enfants, animaux de compagnie ou de ferme… : tous ceux avec lesquels il vit font partie de sa famille, et une fois adulte il ne reculera devant rien pour les protéger. Calme et affectueux, il s’entend très bien avec les enfants, sans être pour autant un compagnon de jeu idéal, notamment pour les plus jeunes et/ou agités, car il préfère les activités plus tranquilles. Par ailleurs, compte tenu de son gabarit, il pourrait bousculer sans le vouloir un tout petit.

 

Chien de berger typique, il est méfiant avec les inconnus. S’il tolère les amis proches qui viennent souvent, il aboie en revanche vigoureusement à l’approche d’un inconnu, et ne le laisse pénétrer sur son territoire qu’avec l’accord de son maître. Un gros travail sur la socialisation et l’obéissance est donc nécessaire dès son plus jeune âge afin d’éviter que la puissance de ce chien, capable de faire fuir loups et ours, ne soit mal dirigée, avec des conséquences dramatiques à la clef.

 

Le Berger Roumain de Mioritza a besoin d’espace, et n’est pas du tout une race de chien adaptée à la vie en appartement. Son caractère territorial et protecteur fait qu’il n’est pas non plus un choix idéal pour des personnes vivant dans une zone résidentielle, même avec un grand jardin. Sa place est plutôt à la campagne ou à la montagne, là où il a de l’espace et où il rencontre moins de « menaces » potentielles, d’autant qu’il peut sans problème passer ses journées et ses nuits à l’extérieur.

 

Cela dit, s’il a besoin d’espace, le Mioritic n’est pas non plus un chien ayant un grand besoin d’exercice, du moins une fois adulte. Certes, les chiots de cette race sont hyperactifs et ont besoin de se dépenser quotidiennement, que ce soit sous la forme de jeux ou de promenades. Mais l’adulte en revanche est lui beaucoup plus calme, comme d’ailleurs la plupart des chiens de berger, qui préfèrent rester tranquillement aux côtés de leur troupeau et ne pas trop s’en éloigner : patrouiller dans le jardin et se balader de temps en temps avec son maître lui suffit amplement.

 

Il est important toutefois de savoir que le « territoire » défendu par le Berger Roumain de Mioritza ne se limite pas à son jardin : il protège l’endroit où se trouve sa famille, établissant autour d’elle en toutes circonstances une sorte de périmètre de sécurité. Ainsi, si son troupeau paît dans les montagnes, il ne laisse personne s’en approcher, et si sa famille se promène dans un parc, il fait de même.

 

Le Berger de Mioritza n’est toutefois pas spontanément agressif, et n’attaque jamais sans motif. Il aboie pour signaler à l’intrus qu’il n’est pas le bienvenu, et laisse en paix celui qui comprend le message. En revanche, toute personne qui prendrait le risque d’ignorer l’avertissement sans l’accord de son maître risque de découvrir pourquoi ce chien est depuis des siècles le meilleur ami des bergers de Roumanie et protecteur de leurs troupeaux.

 

Enfin, habitué à accompagner seul ces derniers, il a appris à prendre seul des décisions. Bien qu'il soit loyal et obéissant, son caractère indépendant et sa puissance font qu’il n’est pas à mettre entre toutes les mains : ce n’est pas une race adaptée comme premier chien.

Si la socialisation du chiot dès son plus jeune âge est nécessaire pour toutes les races, elle est même encore plus indispensable dans le cas du Berger Roumain de Mioritza. Il doit faire connaissance au plus tôt avec les personnes qu’il pourra être amené à rencontrer à l’âge adulte, et s’habituer aux situations qui feront partie de sa vie : promenades dans un endroit bondé, visites chez le vétérinaire, séances chez le toiletteur... Ces dernières doivent d’ailleurs permettre de l’habituer à se laisser manipuler sans broncher, ce qui est absolument essentiel pour éviter tout problème une fois adulte, compte tenu de son gabarit et sa puissance.

 

De même, l’apprentissage de l’obéissance doit commencer dès l’adoption. Intelligent et dévoué, le Berger de Mioritza est relativement facile à éduquer si son maître a l’expérience nécessaire et sait au besoin rappeler à son chien qui est le maître. Au contraire, des commandes incohérentes ou hésitantes risquent de le pousser à prendre lui-même les choses en main et à choisir l’attitude qui lui semble la plus adaptée. Malheureusement, dans de tels cas de figure, il est peu probable qu’il prenne la décision souhaitée.

 

Quoi qu’il en soit, si l’aide d’un professionnel peut être utile en soutien, son éducation doit être assurée par le maître lui-même. En effet, c’est la seule personne dont il reconnaît l’autorité et envers qui il a confiance.

 

Par ailleurs, les méthodes de dressage traditionnelles sont à proscrire, car elles risquent d’endommager le lien fort qui l’unit à son maître. Une éducation canine basée sur le renforcement positif constitue une bien meilleure option.

 

Concernant son rôle de gardien, il ne nécessite pas d’apprentissage particulier. En effet, son instinct protecteur est inné, si bien qu’il n’a pas besoin d’une éducation spécifique pour devenir un excellent chien de garde. De même, il apprend à devenir un bon chien de protection de troupeau en observant les adultes, et reproduit simplement ce comportement lorsqu’il grandit. Là non plus, aucune formation spécifique n’est requise.

Le Berger Roumain de Mioritza est une race de chien à la santé très solide : il n’est pas sujet à des maladies héréditaires, n’est que peu sensible aux maladies communes, et résiste à des conditions météorologiques difficiles. D’ailleurs, de nombreux individus atteignent l’âge de 14 ans ou plus, ce qui est peu courant pour un chien de ce gabarit.

 

Néanmoins, comme toutes les races de chiens de grande taille, il peut souffrir de :

 

Par ailleurs, sa longue fourrure dense peut devenir un abri pour de nombreux parasites, surtout s’il passe le plus clair de son temps en extérieur. Il est donc indispensable de s’assurer régulièrement que tous ses traitements antiparasitaires sont à jour.

Le Berger Roumain de Mioritza est une race de chien d’entretien aisé : un brossage hebdomadaire de sa fourrure suffit pour le débarrasser de ses poils morts et s’assurer qu’il n’a pas de lésions qui pourraient être cachées par ses longs poils.

 

Lors de la mue, le brossage du chien doit cependant être plus fréquent afin d’éviter l’accumulation de poils morts, qui pourraient créer des nœuds et devenir de véritables « nids à parasites ».

 

Donner un bain à son chien est inutile, le Berger de Mioritza ayant un poil autonettoyant. Même s’il devait se rouler dans la boue avant de revenir à la maison, le laisser dehors dans un endroit sec devrait être suffisant pour qu’il se débarrasse de la saleté. « Un Mioritic sec est un Mioritic propre », comme disent les bergers.

 

En revanche, il est essentiel de vérifier tous les 2 ou 3 jours que ses yeux et ses oreilles ne sont pas sales et ne présentent pas de début d’infection. Ses dents et griffes peuvent être contrôlées moins régulièrement, mais on se doit en revanche de porter une attention particulière aux coussinets du chien, afin de s’assurer qu’il n’y a pas de saleté accumulée.

 

Il est bon d’habituer dès son plus jeune âge le Berger de Mioritza à ces séances de toilettage, afin d’éviter toute situation problématique par la suite, compte tenu de son gabarit et sa puissance. Si le maître sait y faire, elles peuvent devenir de beaux moments de complicité entre son compagnon et lui.

 

Par contre, s’il doit être toiletté par un professionnel, la présence du maître est nécessaire afin de le calmer et de s’assurer qu’il n’a pas de réactions agressives envers cet inconnu qui le manipule.

Le Berger Roumain de Mioritza n’est pas difficile et mange sans aucun problème la nourriture pour chien du commerce. Celle-ci doit cependant être de bonne qualité, de manière à lui apporter les nutriments dont il a besoin, et adaptée à son âge et son niveau d’activité.

 

Le chiot a besoin d’une nourriture qui lui permet de grandir doucement, sans apporter de pression supplémentaire sur ses articulations lors de la phase de croissance, afin de limiter les risques de dysplasie. Afin de l’habituer à ne pas se goinfrer, sa ration journalière doit être divisée en trois ou quatre repas.

 

L’adulte a besoin d’une nourriture adaptée à son niveau d’activité, le Mioritic ayant besoin de quantités bien moindres que ce à quoi l’on pourrait s’attendre pour un chien si imposant. Sa ration journalière doit être prise en deux repas, après lesquels il doit rester au calme pendant au moins une demi-heure, afin de minimiser les risques de dilatation-torsion gastrique du chien.

Depuis des siècles, le Berger Roumain de Mioritza est utilisé comme chien de garde de troupeaux, et c’est un rôle qu’il continue à tenir avec efficacité de nos jours. Sa loyauté, son instinct de protection et sa puissance font des merveilles.

 

Il peut aussi être un excellent compagnon pour une famille vivant à la campagne et désirant avoir un chien de garde protecteur, loyal et affectueux, qui veille sur la maison nuit et jour.

Un chiot Berger Roumain de Mioritza coûte entre 1000 et 1200 euros. Un mâle est plus cher qu’une femelle, car les mâles sont davantage recherchés par les bergers.

 

Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de bien s’informer sur l’origine du chiot et de vérifier ses documents auprès de l’Association Cynologique Roumaine (ACR). En effet, depuis 2015, la reproduction de chiens sans pedigree ou non inscrits dans le Livre des Origines Roumaines est interdite en Roumanie, et la commercialisation de ces chiots est illégale.

Vous souhaitez adopter un Berger Roumain de Mioritza ou organiser une saillie entre Bergers roumains de Mioritza ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Berger Roumain de Mioritza

Chien genial

   
Par Vigna jean michel