Berger des Shetland

Berger des Shetland

Noms d'origine : Shetland Sheepdog ou Sheltie
Groupe : Chien de berger et de bouvier
Standard : Standard FCI N°88

Partager
 

Qualités du Berger des Shetland

Tempérament du Berger des Shetland

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Berger des Shetland au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques du Berger des Shetland

Durée de vie moyenne
De 12 à 13 ans
Poids de la femelle
De 5 à 10 kilos
Poids du mâle
De 5 à 10 kilos
Taille de la femelle
De 34 à 38 cm
Taille du mâle
De 36 à 40 cm

Le Berger des Shetland : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Berger des Shetland

Au 19ème siècle, sur les îles Shetland situées au nord de l’Écosse, les ancêtres du Berger des Shetland, souvent surnommé Sheltie, aidaient à la conduite des troupeaux de moutons et donnaient l’alerte lorsque des inconnus s’approchaient de leur ferme.

 

Toutefois, ses origines exactes de ce chien sont aussi opaques que la brume recouvrant ses terres natales. Sa ressemblance avec le Collie à Poil Long étaye la théorie voulant qu’il descende de ces chiens, qui auraient été importés d’Écosse. Les éleveurs de Colleys et plusieurs spécialistes réfutent néanmoins cette affirmation.

 

Pour eux, le Sheltie se serait développé de manière isolée sur ces îles, et serait le fruit de différents croisements. Les races les plus fréquemment citées comme ayant pu concourir à sa création sont le Berger d’Islande, le Yakki du Groenland (une race aujourd’hui disparue), le King Charles Spaniel le Loulou de Poméranie et le Border Collie.

 

Quoi qu’il en soit, au début du 20ème siècle, il fut souvent croisé avec le Collie à Poil Long, ce qui ne manqua pas de renforcer la ressemblance entre les deux races.

 

Ce qui est certain, c’est que sa petite taille a été le fruit d’un travail de sélection des plus rationnels. À l’instar du Poney des Shetland, connu pour son gabarit miniature, les locaux ont en effet donné la préférence aux animaux n’ayant besoin que de peu de nourriture, une denrée rare dans cette région difficile.

 

Si le Berger des Shetland était surtout apprécié dans ses îles natales pour ses qualités de chien de berger et d’alerte, c’est surtout son apparence qui lui permit d’en sortir. En effet, des visiteurs venus d’Angleterre à la fin du 19ème siècle, charmés par sa petite taille et la texture de son pelage, ne tardèrent pas à vouloir ramener quelques spécimens chez eux – et ils firent des émules. Rapidement, certains habitants des Shetlands décidèrent de se lancer dans l’élevage destiné à l’exportation, sélectionnant les reproducteurs en fonction de leur hauteur et de leur pelage. De plus en plus d’individus partirent à la conquête de la Grande-Bretagne puis du reste du monde. Néanmoins, il n’existait alors ni standard de la race, ni concertation entre les différents éleveurs, si bien qu’elle se développa dans des directions parfois éloignées les unes des autres.

 

Les choses changèrent à partir de la reconnaissance officielle en 1909 par le Kennel Club, l’organisme de référence en Grande-Bretagne. Le nom retenu fut simplement celui sous lequel ce chien était connu jusqu’alors, à savoir celui de Collie des Shetland. Cette reconnaissance permit de stabiliser la race, en fixant un cadre bien défini dans lequel les différents éleveurs devaient travailler.

 

Toutefois, l’appellation choisie ne fut pas du goût des éleveurs de Colleys, qui mirent une certaine pression et obtinrent gain de cause en 1914 : il fut alors renommé officiellement Berger des Shetland.

 

Entre-temps, les premiers spécimens étaient arrivés aux États-Unis et, dès 1911, l’American Kennel Club (AKC) l’accepta lui aussi. Il fallut attendre 1948 pour que l’United Kennel Club (UKC), l’autre organisme de référence aux États-Unis, en fasse de même. Il fut suivi par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) en 1954 ainsi que par la totalité des autres institutions d’envergure, dont le Club Canin Canadien (CCC).

 

Si le Chien de Berger des Shetland est aujourd’hui commun dans le monde entier, il est paradoxalement devenu rare sur son île d’origine, où il a été remplacé par le Border Collie pour la conduite des troupeaux.

 

Ce recul se constate aussi dans le reste de la Grande-Bretagne. Ainsi, dans les années 2010, les enregistrements annuels au Kennel Club sont passés de plus de 1300 à moins de 800 en moins d’une décennie.

 

Le phénomène se produit aussi aux États-Unis, où il émarge désormais à la 25ème place (sur un peu moins de 200) dans le classement des races par popularité établi par l’AKC sur la base du nombre annuel d’individus enregistrés auprès de l’organisme. Autant dire qu’il a perdu beaucoup de terrain par rapport aux années 80 et 90, où il figurait quasi systématiquement dans le Top 10, avec même un pic à 40.000 enregistrements en 1993. La chute est lente mais régulière, puisqu’au début des années 2010, il figurait encore dans les 20 premières positions.

 

En France, la situation est différente, puisque les effectifs de Sheltie sont en augmentation constante au 21ème siècle. Après avoir été multiplié par 5 dans les années 80, pour passer d’environ 150 au début de la décennie à environ 750 dix ans plus tard, le nombre d’inscriptions annuelles au LOF (Livre des Origines Français) connut une relative stabilité dans les années 90. Au tournant du 21ème siècle, on comptait ainsi à peu près le même nombre de naissances par an. Moins d’une décennie plus tard, ce chiffre dépassait allégrement le millier. Il doubla la mise et franchit les 2000 en 2016, et ne cesse depuis de continuer de grimper, se situant désormais autour de 2500. Le Berger des Shetland connaît donc une popularité croissante dans l’Hexagone.

Le Berger des Shetland a l’apparence d’un Colley à Poil Long miniature, partageant son allure gracieuse et sa beauté aristocratique.

 

Son corps n’est ni lourd ni grossier, présentant un dos droit et une poitrine haute aux côtes cintrées. La queue est attachée bas, très touffue, et légèrement recourbée vers le haut. En action, elle peut être relevée, mais jamais au-dessus du niveau du dos. Les pattes, musclées, dotées d’une ossature forte sans être lourde, se terminent par des pieds ovales.

 

Sa tête en forme de triangle allongée est élégante, sans stop marqué. Le museau est allongé lui aussi, de longueur comparable à celle du crâne, et se termine par une truffe noire. Les yeux sont en forme d’amande et de taille moyenne. Ils sont brun foncé, sauf chez certains individus de couleur bleu merle, chez qui ils sont bleus ou vairons. Les oreilles, placées proches l’une de l’autre sur le haut du crâne, sont relativement petites. Au repos, elles sont portées vers l’arrière, mais le chien les redresse et les tourne vers l’avant lorsqu’il est attentif.

 

Le pelage du Berger des Shetland est constitué d’un poil double : le sous-poil est doux et dense, tandis que le poil de couverture est long, droit et rêche. Il est particulièrement abondant au niveau du cou et du poitrail, formant une crinière et un jabot. En revanche, sur le visage, il doit être court.

 

Par ailleurs, à la différence du Colley, il n’existe pas de variété à poil court : tous les représentants de la race arborent un poil long.

 

La robe peut être zibeline (toutes les nuances du doré à l’acajou), tricolore (noir et feu, avec les pattes et la queue blanches), bleu merle (gris-bleu, avec des marques noires et éventuellement des marques feu), noir et blanc, ou noir et feu. La couleur zibeline est la plus commune, tandis que le bleu merle est parfois corrélé à des problèmes de surdité, au point qu’il existe des soupçons quant à un possible lien génétique entre cette couleur et la maladie.

 

Enfin, le dimorphisme sexuel est peu marqué chez cette race : mâles et femelles ont une taille au garrot qui diffère de seulement 2 cm en moyenne, et leur corpulence est proche.

Standard FCI N°88 (24/06/2009)


TRADUCTION : Prof. R. Triquet; mise à jour J. Mulholland


ORIGINE : Grande Bretagne.


DATE DE PUBLICATION DU STANDARD D’ORIGINE EN VIGUEUR : 26.03.2009.


UTILISATION : Chien de berger.


CLASSIFICATION F.C.I. :


Groupe 1 - Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de bouvier suisses).

Section 1 - Chiens de berger.

Sans épreuve de travail.

ASPECT GENERAL :


Petit chien de travail à poil long, d'une grande beauté, en aucune façon ni lourd ni grossier, allures souples et gracieuses. La silhouette est symétrique, de telle sorte qu'aucune partie ne semble disproportionnée par rapport à l'ensemble. Le pelage, la crinière et le jabot très fournis, la tête bien sculptée et la douceur de l'expression concourent à la présentation du shetland idéal.

PROPORTIONS IMPORTANTES :


- Le crâne et le museau sont d'égale longueur et le centre en est la commissure interne de l'œil.

- La longueur du corps, de la pointe de l'épaule à la pointe de la fesse, est légèrement supérieure à la hauteur au garrot.

COMPORTEMENT/CARACTERE :


Eveillé, doux, intelligent, solide et actif. Affectueux et réceptif vis à vis du maître, réservé envers les étrangers, jamais craintif.

TETE :


La tête est raffinée dans ses lignes et élégante sans aucune exagération; vue de dessus ou de profil, elle a la forme d'un coin allongé, tronqué, allant en diminuant progressivement de l'oreille à la truffe. L'ensemble doit être caractérisé par rapport à la taille du chien.

REGION CRANIENNE :

- Crâne : Plat, d'une largeur modérée entre les oreilles, sans proéminence de la protubérance occipitale. La largeur et la hauteur du crâne sont proportionnées à la longueur du crâne et du museau. De profil, la ligne supérieure du crâne doit être parallèle à la ligne supérieure du chanfrein.

- Stop : Peu accusé, mais net.

REGION FACIALE :

L'expression caractéristique est le résultat de l'équilibre parfait et de l'harmonie du crâne et du chanfrein, de la forme, de la couleur et de la position des yeux, et de la position et du port correct des oreilles.

- Truffe : Noire.

- Museau : Bien arrondi.

- Lèvres : Noires, serrées.

- Mâchoires / dents : Mâchoires d'égale longueur, nettes, fortes; la mâchoire inférieure est bien développée. Dents saines, présentant un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c'est à dire que les incisives supérieures recouvrent les incisives inférieures dans un contact étroit et sont implantées d'équerre par rapport aux mâchoires. Un jeu complet de 42 dents correctement placées est hautement recherché.

- Joues : Plates, se fondant doucement dans le museau.

- Yeux : De dimensions moyennes, disposés obliquement, en forme d'amande. Ils sont de couleur brun foncé sauf chez les merle où un œil ou les deux yeux peuvent être bleus ou tachés de bleu. Pourtour des yeux noirs.

- Oreilles : Petites et modérément larges à la base, placées assez près l'une de l'autre au sommet du crâne.
Quand le chien est au repos, elles sont rejetées en arrière mais, quand il est attentif, elles sont ramenées vers l'avant et portées semi- dressées, les pointes retombant vers l'avant.


COU :


Musclé, bien galbé, d'une longueur suffisante pour que la tête soit portée fièrement.

CORPS :


- Dos : Droit.

- Rein : Il forme une gracieuse courbure.

- Croupe : Elle s'incline graduellement vers l'arrière.

- Poitrine : Haute; elle atteint la pointe du coude. Les côtes sont bien cintrées mais elles s'inclinent en fuseau dans leur moitié inférieure pour permettre le libre jeu des antérieurs et des épaules.


QUEUE :


Attachée bas. Les vertèbres caudales vont en s'amenuisant progressivement et atteignent au moins la pointe du jarret. Le poil est abondant. La queue offre une légère courbe vers le haut. Elle peut se relever légèrement quand le chien est en action mais jamais au-dessus du niveau du dos. Elle n'est jamais nouée.

MEMBRES :


A l'avant comme à l'arrière, les membres doivent se porter droit devant.

AVANT-MAIN : :
Les membres antérieurs doivent être d'aplomb quand ils sont vus de face, musclés et nets; leur ossature est forte sans être lourde.

- Epaules : Très bien inclinées vers l'arrière. Au garrot, les omoplates ne sont séparées que par les vertèbres mais elles s'inclinent vers l'extérieur pour permettre la courbure des côtes qui est recherchée. L'articulation scapulo-humérale est bien angulée.

- Bras : Le bras et l'omoplate sont de longueur approximativement égale.

- Coude : Se trouve à égale distance du garrot et du sol.

- Métacarpe : Les canons métacarpiens sont solides et flexibles.

ARRIERE-MAIN :

- Cuisse : Large et musclée. Le fémur forme avec le coxal un angle droit.

- Grasset : Nettement coudé.

- Jarret : Net, anguleux et bien descendu. Son ossature est forte.

- Métatarse : Vu de derrière, le canon métatarsien doit être d'aplomb.

PIEDS :

De forme ovale. Les coussinets sont bien épais, les doigts cambrés et serrés.

ALLURES :


Souples, unies et gracieuses, l'impulsion étant donnée par les membres postérieurs, le chien couvrant le maximum de terrain avec le minimum d'effort. Le fait de tricoter ou de rouler dans les allures, l'amble, la démarche raide du chien monté sur ses échasses, l'allure sautillante avec déplacement vertical important constituent de très graves défauts.

ROBE :


POIL :

Le poil est double. Le poil de couverture long est droit et dur de texture. Le sous-poil est doux, court et serré.. La crinière et le jabot sont très abondants et les membres antérieurs sont bien frangés. Les membres postérieurs sont couverts d'un poil très abondant au-dessus des jarrets, mais en dessous, le poil est assez court. Le poil de la face est court. La robe doit épouser la forme du chien sans nuire à la silhouette. Les spécimens connus sous le nom de " poil court " sont à rejeter.

COULEUR :

Les Zibeline sont clairs ou ombrés : tous les tons sont admis, du doré pâle à l'acajou intense mais, dans sa nuance, la couleur doit être d'un ton soutenu. Le louvet et le gris sont à éviter.

Les Tricolores sont d'un noir intense sur le corps; on préférera chez les tricolores des marques d'un feu vif.

Bleu merle : Bleu clair argenté, éclaboussé ou marbré de noir. On préférera des marques d'un feu vif mais leur absence ne doit pas être pénalisée. De grandes taches noires, la couleur ardoise ou la nuance rouille, que ce soit dans le poil de couverture ou dans le sous-poil, sont à proscrire. L'effet produit doit être bleu.

Noir et blanc et noir et feu : Sont également des couleurs reconnues.

Les marques blanches peuvent apparaître ( sauf chez les noir et feu) sur le poitrail, le jabot, les membres et l'extrémité de la queue; elles peuvent former une liste ou un collier.

Les marques blanches sont préférées, en partie ou dans leur totalité, (sauf chez les noir et feu) mais leur absence ne sera pas considérée comme un défaut. Les taches blanches sur le corps sont à proscrire.

TAILLE


Hauteur au garrot idéale :

Mâles : 37 cm,

Femelles : 36 cm.

Tout écart de plus de 2,5 cm en plus ou en moins par rapport à ces tailles constitue un défaut très grave.

DEFAUTS :


Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.


Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.


N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.

Le Berger des Shetland est loyal et proche de sa famille, sans pour autant être trop demandeur d’attention. Il peut sans difficulté être laissé seul la journée, dès lors qu’il lui est donné de passer du temps avec les siens avant et après.

 

Il fait partie des races de chien qui aiment le plus les enfants, et représente pour eux un formidable compagnon de jeux – d’autant qu’il a une taille qui lui est bien adaptée.  Ses réflexes de chien de conduite de troupeau peuvent toutefois parfois reprendre le dessus, le conduisant à mordiller les talons de ceux qui ne vont pas dans la direction souhaitée pour lui permettre de « regrouper son troupeau ». Bien sûr, une telle attitude ne doit pas être tolérée ; il faut y mettre fin avant qu’elle ne s’installe. Par ailleurs, comme tous les chiens, un Sheltie ne doit jamais être laissé seul sans surveillance avec un jeune enfant, même si les deux se connaissent déjà.

 

Son caractère affectueux est surtout réservé à sa famille : il se montre plutôt méfiant envers les inconnus, n’hésitant pas à aboyer à leur approche. Pour autant, il n’est pas agressif pour un sou : en cas de menace avérée, il préfère généralement prendre la fuite qu’affronter le danger.

 

Les relations avec ses congénères ou avec d’autres animaux (chats, rongeurs, oiseaux…) ne posent normalement pas de problèmes majeurs, dès lors qu’ils ont été présentés dans de bonnes conditions. Sa tendance à guider ceux qu’il considère comme les siens peut toutefois être source de tensions s’il partage par exemple son foyer avec un chat, car peu de représentants de la gent féline acceptent d’être poussés dans une direction qu’ils n’ont pas choisie.

 

Modérément actif, le Sheltie peut très bien rester calmement en intérieur toute la journée dès lors qu’il a la possibilité de sortir faire ses besoins et se dépenser pendant au moins une demi-heure à une heure. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas capable de beaucoup plus, si l’opportunité lui en est offerte. En effet, son endurance est remarquable, si bien qu’il représente un choix parfaitement pertinent pour un maître sportif souhaitant faire du vélo avec son chien (cani-VTT), du jogging ou encore de longues randonnées.

 

Il est donc parfaitement adapté à la vie en appartement, surtout si son maître rajoute quelques séances d’éducation ou de jeux dans le salon à ses sorties quotidiennes.

 

Néanmoins, il aboie beaucoup, ce qui peut constituer un obstacle majeur à une vie citadine – ou en tout cas être source de problèmes de voisinage - s’il n’a pas appris à maîtriser ses pulsions. Le fait qu’il perde beaucoup de poils – tout particulièrement lors de sa mue de printemps – peut également être problématique s’il est amené à vivre en appartement et que son maître aime avoir un intérieur toujours immaculé.

 

En tout état de cause, il préfère bien sûr avoir accès à un jardin où batifoler à sa guise. Celui-ci doit toutefois être parfaitement clos ; à défaut, il serait probablement enclin à aller regrouper les passants, vélos ou même voitures qui circulent. La résistance au froid et aux intempéries que lui offre son pelage fait qu’il peut sans problème passer ses nuits dehors, sauf froid extrême. Néanmoins, il ne saurait être question de le laisser seul dehors en permanence, car il a besoin d’interagir un tant soit peu avec sa famille.

 

Le Berger des Shetland est régulièrement cité parmi les races de chien les plus intelligentes. C’est le cas notamment dans les travaux célèbres – mais controversés – de Stanley Coren, chercheur canadien spécialisé dans la psychologie des chiens : il figure à la 6ème place sur 132 races pour sa capacité à obéir aux commandes. De fait, il a grand besoin d’être stimulé chaque jour non seulement physiquement, mais aussi intellectuellement. A défaut, il s’ennuie et peut par exemple devenir destructeur. Les séances de jeu et les sports canins comme l’agility, l’obéissance, le flyball ou encore le frisbee sont d’excellents moyens de lui offrir ce dont il a besoin sur les deux plans.

 

Il faut savoir par contre que le fait qu’il provient d’un archipel et d’un endroit où il pleut plus de 250 jours par an n’implique pas pour autant qu’il est particulièrement attiré par l’eau ; c’est même plutôt le contraire. Si son maître lui lance sa balle dans un lac en pensant qu’il se fera un plaisir d’aller la chercher, il se méprend, et risque fort de devoir en acheter une nouvelle : ce chien préfère rester sur la terre ferme.

Tout chien gagne à être socialisé le plus tôt possible, mais c’est encore plus vrai pour le Berger des Shetland, qui tend à être naturellement méfiant, voire timide. Pour qu’il devienne moins peureux et soit un adulte sociable et bien dans ses pattes, il doit donc avoir l’occasion de rencontrer toutes sortes de personnes, d’animaux, et de situations qui sortent de la routine.
Un aspect qui doit être abordé dès son plus jeune âge est sa propension à aboyer, au risque d’avoir des problèmes avec les voisins. Il est indispensable de lui apprendre à aboyer sur commande, mais aussi et surtout à s’arrêter quand on le lui demande.

 

L’autre tendance naturelle qu’il doit apprendre à maitriser est celle de vouloir « regrouper son troupeau », en mordillant aussi bien les enfants que les petits animaux. Il va de soi que ce penchant n’est pas acceptable, et ne doit pas être toléré.

 

Il faut aussi rapidement l’habituer à se laisser manipuler sans broncher, car il requiert un entretien assez poussé. En s’y prenant bien, les séances de toilettage peuvent dès lors devenir d’agréables moments de complicité, plutôt qu’une corvée appréhendée par chacun des deux protagonistes.

 

En tout cas, son éducation est grandement facilitée par son intelligence. Il est certes difficile de dire quel est le chien le plus intelligent, mais quels que soient les critères pris en compte, le Sheltie se retrouve toujours dans le peloton de tête. Nombre de sujets n’ont d’ailleurs besoin que de quelques répétitions pour assimiler un nouvel ordre : pour qui rêve d’apprendre de nombreux tours à son chien, c’est un choix de race idéal, d’autant que sa capacité d’apprentissage au-dessus du lot va de pair avec une réelle volonté de faire plaisir à son maître.

 

Ces facultés peuvent d’ailleurs aussi être mobilisées dans le cadre des sports canins : il n’a pas de difficultés à assimiler le fonctionnement des épreuves d’obéissance, de flyball ou encore d’agility, et excelle dans ces disciplines.

 

Race de chien recommandée pour un débutant, le Berger des Shetland a toutefois un petit côté têtu et indépendant qui impose au maître à ne pas se reposer sur ses lauriers : il lui faut à l’occasion savoir faire preuve de patience et de constance pour obtenir ce qu’il souhaite. Il est utile également d’être capable d’originalité, ou du moins d’imagination. En effet, le fait qu’il apprend vite implique aussi qu’il s’ennuie rapidement. Les longues sessions répétitives ne sont pas pour lui : mieux vaut des petits exercices plusieurs fois par jour, et l’idéal est de parvenir à introduire régulièrement une petite touche de nouveauté, afin de conserver toute son attention.

 

Quoi qu’il en soit, ce chien sensible ne répond pas bien du tout aux méthodes traditionnelles de dressage, qui ne font que briser le lien de confiance qui doit exister avec son maître. En revanche, le renforcement positif permet d’aller très loin et d’exploiter pleinement son potentiel, tout en faisant des séances d’éducation des moments de plaisir partagé. Il faut toutefois veiller à ne pas abuser des friandises, compte tenu de sa propension à l’obésité.

Le Berger des Shetland a une santé assez robuste, avec une espérance de vie de 12 à 14 ans (certains individus approchent même les 20 ans).

 

Venant d’un climat rude et couvert d’une fourrure dense, il ne craint ni le froid, ni le vent, ni la pluie. En contrepartie, il supporte beaucoup moins bien la chaleur et doit pouvoir s’abriter dans un endroit frais et ombragé quand le mercure grimpe.

 

Son immense popularité depuis plus d’un siècle fait que certaines lignées ont développé des problèmes de santé particuliers, et la race peut être sujette à de nombreuses maladies :

  • le cancer, en particulier vésical, mammaire ou buccal ;
  • l’hypothyroïdisme, un déséquilibre hormonal responsable d’une apathie générale et d’une prise de poids ;
  • la luxation patellaire, lorsque la rotule sort de son emplacement. Cette affection peut être congénitale et est à l’origine de boitements. Dans les cas les plus lourds, une opération est nécessaire ;
  • la dysplasie de la hanche, une malformation articulaire souvent héréditaire, qui entraine des problèmes de locomotion plus ou moins graves en fonction de sa sévérité ;
  • la maladie de von Willebrand, une affection héréditaire qui implique des problèmes de coagulation ;
  • la maladie de Legg-Calve-Perthes, une dégénérescence de la tête fémorale souvent associée aux chiens miniatures et qui apparaît vers l’âge de 5 à 8 mois ;
  • l’hémophilie, une maladie génétique héréditaire empêchant la bonne coagulation du sang ;
  • l’hépatite chronique, une inflammation du foie pouvant causer des défaillances fatales ;
  • la surdité, congénitale ou due à l’âge, particulièrement fréquente chez les individus à la robe bleu merle ;
  • des maladies de peau : dermatomyosite, dermatose ulcérative idiopathique, folliculite bactérienne, lupus érythémateux discoïde, lupus érythémateux systémique… ;
  • des maladies oculaires, comme l’anomalie de l’œil du Colley (AOC), l’atrophie progressive de la rétine (APR), l’hypoplasie du nerf optique ou encore la cataracte ;
  • différents problèmes dentaires, car les dents du Berger des Shetland ont tendance à accumuler plus facilement du tartre que les autres races.

 

Une étude réalisée en 2004 par le Kennel Club britannique et la British Small Animal Veterinary Association en 2004 confirme que de très nombreuses causes possibles de mortalité existent chez cette race. Les trois principales sont toutefois le cancer, l’insuffisance rénale et la vieillesse, qui représentent à elles seules plus de la moitié des décès. 

 

Passer par un éleveur de Berger des Shetland sérieux permet en tout cas de diminuer grandement le risque d’adopter un animal atteint d’une maladie héréditaire et/ou congénitale, grâce aux tests génétiques effectués par le professionnel sur le petit et ses parents. Il doit bien sûr être en mesure d’en présenter les résultats, en plus de fournir un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire et le détail des vaccins administrés, consignés dans le carnet de vaccination ou carnet de santé du chiot.

 

Bien évidemment, cela ne dispense nullement de continuer à prendre soin de sa santé tout au long de sa vie. En la matière, le passage régulier (au moins une fois par an) chez un vétérinaire pour un bilan de santé complet est un incontournable. Cela permet notamment de garantir qu’il reste à jour de ses vaccins, et peut conduire à déceler rapidement un problème naissant.
Préserver la santé de son chien, c’est aussi préserver sa ligne. Etant une race de chien très gourmande, le Berger des Shetland est un bon candidat au surpoids. Son maître doit donc être vigilant sur ce point, d’autant que l’obésité peut entraîner ou aggraver de nombreux problèmes de santé.

 

Il convient aussi de mentionner que certains représentants de la race souffrent d’hypersensibilité médicamenteuse, tout particulièrement à l’Ivermectin, un antiparasite souvent utilisé pour le bétail, mais aussi parfois donné aux chiens. Un test sanguin permet de savoir si c’est le cas, afin d’éviter de donner à son animal un produit qui ne lui est pas adapté.

L’entretien du Berger des Shetland n’est pas de tout repos, car sa belle fourrure demande une certaine attention. Elle doit être brossée deux ou trois fois par semaine pour éviter les nœuds et éliminer les poils morts. Au passage, même si le poil de couverture est en bonne condition, il est possible que ce dans le même temps le sous-poil soit lui emmêlé. Il faut donc bien s’assurer de brosser le pelage jusqu’à la peau. En outre, les poils fins du sommet du crâne et de derrière les oreilles ont tendance a s’emmêler et nécessitent une attention particulière.

 

Par ailleurs, le Sheltie perd abondamment ses poils. C’est vrai tout au long de l’année, mais encore plus au moment de sa mue printanière : elle est particulièrement impressionnante, et il est alors nécessaire de brosser son chien tous les jours, voire deux fois par jour, pour faire face à l’excès de poils morts.

 

Cette chute massive de poils peut rebuter certains maîtres, en particulier s’ils vivent en appartement et aiment avoir un intérieur toujours propre. Mais il ne saurait en tout cas être question de le raser, car ceci exposerait encore plus sa peau sensible : les risques de maladie, allergies et infections seraient décuplés.

 

Pour long et exigeant en entretien qu’il soit, le pelage du Berger des Shetland n’est toutefois pas très salissant, si bien qu’il n’a pas besoin de bains trop fréquents. Selon l’environnement extérieur et le temps qu’il y passe, le faire tous les 1 à 3 mois s’avère suffisant. En tout cas, il convient d’utiliser à chaque fois un shampooing doux spécifiquement conçu pour les chiens.

 

De nombreux propriétaires de Shelties choisissent d’avoir recours à un toiletteur professionnel tous les 1 à 2 mois. Ce peut être une excellente idée pour un maître qui n’a pas l’habitude d’un chien aussi poilu, au moins au début.

 

Par ailleurs, comme pour tout chien, ses yeux doivent être nettoyés une fois par semaine, à l’aide d’un chiffon propre.

 

Il en va de même pour ses oreilles, afin d’éviter l’accumulation de saletés et prévenir l’apparition d’infections.

 

Les séances d’entretien de son pelage sont en outre l’occasion de prévenir les problèmes causés par la formation de tartre (mauvaise haleine, maladies…) en brossant ses dents à l’aide d’un dentifrice pour chiens. L’idéal est même de le faire quotidiennement, mais une fréquence hebdomadaire est un minimum.

 

Comme tout chien, l’usure naturelle de ses griffes est directement corrélée à son niveau d’activité. Il convient de les vérifier tous les mois, et de les tailler si elles sont trop longues, car autrement elles risqueraient de se casser ou de le blesser.

 

Les différentes manipulations requises pour entretenir le pelage, les yeux, les oreilles, les dents ainsi que les griffes de son chien doivent être parfaitement maîtrisées, afin d’éviter de risquer de lui faire mal, voire le blesser. La première fois, il est judicieux d’apprendre auprès d’un vétérinaire ou d’un toiletteur canin professionnel comment prendre soin de son Berger des Shetland. Il convient en outre de l’y habituer dès son plus jeune âge, afin d’éviter qu’il se montre récalcitrant.

Le Berger des Shetland n’est pas difficile à l’heure du repas et s’accommode très bien des aliments industriels pour chiens disponibles dans le commerce. Ceux-ci doivent lui apporter tous les nutriments essentiels, mais aussi être adaptés à sa taille, son âge et son niveau d’activité. Il en va bien sûr de même de la ration quotidienne qui lui en est donnée.

 

Très gourmand, il ne refuse jamais une friandise ou un en-cas supplémentaire. Ce ne serait toutefois pas lui faire un cadeau que de trop le gâter, car il est particulièrement prédisposé au risque d’obésité, et seule sa famille peut l’en préserver. En conséquence, il est judicieux par exemple de déduire de sa ration quotidienne l’apport calorique qui lui est donné sous forme de friandises, par exemple dans le cadre de son éducation.

 

Au-delà de veiller à ne pas lui donner plus que ce dont il a besoin, il est important de mesurer son poids une à deux fois par mois. En cas de dérapage confirmé voire aggravé lors de la mesure suivante, il convient de rendre visite à un vétérinaire afin de s’assurer que la prise de poids n’a pas une origine médicale (maladie, effet secondaire d’un traitement…) et déterminer un régime alimentaire plus adapté.

 

Enfin, comme tous les chiens, le Sheltie doit avoir en permanence de l’eau fraîche à sa disposition, pour pouvoir se désaltérer quand il a soif.

Le Berger des Shetland a été développé pour conduire les ovins (mais aussi dans une moindre mesure les poneys et même les volailles), et c’est une tâche dans laquelle il continue d’exceller. Il est cependant loin d’être prophète en son pays, ou du moins en ses îles : en effet, même dans les Shetland, le Border Collie a souvent pris sa place. Plus largement, son gabarit fait qu’il est moins prisé par les bergers ayant de larges troupeaux. De fait, c’est aujourd’hui souvent davantage dans les concours de guidage de troupeau qu’en conditions réelles qu’il fait admirer son savoir-faire.

 

En revanche, il continue à assumer parfaitement son rôle de chien d’alerte. Plutôt méfiant envers les inconnus, il ne manque pas d’aboyer à leur approche afin de prévenir tout le monde, à commencer par sa famille. Sa taille et son manque d’agressivité – voire sa pleutrerie, lui qui préfère la fuite au conflit – le disqualifient en revanche comme chien de garde.

 

Il peut compter en revanche sur ses qualités athlétiques et son intelligence pour s’illustrer dans les compétitions de sports canins, où il occupe souvent les premières places dans sa catégorie. Agility, obéissance et guidage sont ses disciplines favorites, mais il brille aussi au frisbee ou au flyball.

 

Enfin, le Sheltie est aussi devenu un chien de compagnie idéal pour des personnes un tant soit peu actives (voire carrément sportives) qui cherchent un animal loyal et affectueux apprécié par toute la famille, sachant se faire discret et capable de vivre en appartement.

Le prix d’un chiot Berger des Shetland est d’environ 1000 euros pour un mâle et 1200 euros pour une femelle. La fourchette de prix est cependant assez large, puisqu’elle s’étale de 700 à 1500 euros en fonction des caractéristiques du chiot, du prestige de l’élevage dont il provient et de la qualité de ses ascendants.

 

Au Canada aussi, les prix varient grandement : un individu aux caractéristiques assez éloignées du standard se trouve aux alentours de 1000 dollars canadiens, tandis qu’un chiot dont les qualités le destinent aux concours de beauté et/ou aux sports canins peut coûter jusqu’à près de 3000 dollars canadiens.

Sam, le chien du détective Riggs (joué par Mel Gibson) dans L’Arme Fatale (1987, Richard Donner), est un Berger des Shetland. Il apparait à nouveau dans les opus suivants mais n’y a droit qu’à quelques scènes, certaines ayant d’ailleurs été coupées au montage.

Trouvez un élevage de Berger des Shetland près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Berger des Shetland ou organiser une saillie entre Bergers des Shetland ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Berger des Shetland

J ai une adorable fifille nous avons une tres grande complicite ma chienne est le rayon de soleil de mon mari
Elle est pleine amour elle aime toutes races animaux chat ect... Je ne regrette pas avoir offert idylle a mon epoux pour la saint valentin

   
Par de la huerta

Nous avons perdu notre petite chienne Shetland le 17 Janvier. Elle avait 18 ans et 2 jours.
Elle provenait d'un très bel élevage.
C'est un chien très rustique, rarement malade.
Proche de ses maîtres, docile, très vif, d'une fidélité incroyable; En promenade elle se retournait sans arrêt pour nous voir et ne s'éloignait jamais.
L'entretien de leurs poils est facile. C'est aussi un bon gardien parfois un peu peureux.
C'est une boule d'amour, à conseiller. Les gens se retournaient sans cesse sur elle ou s'arrêtaient pour la caresser. C'est un chien merveilleux. Elle me manque tant, elle est ancrée dans mon coeur...

+1    0
Par Chantal

8 mois que j'ai ma ptite Gaia, pleine de vie, de bonté, de gentillesse...têtue oui mais merveilleuse... c'est un amour...elle me suis presque partout avec toujours la même gaiété...une race de chien parfait pour la vie citadine, campagne etc bref, s'adapte partout!! la sociabilisation doit se faire petit a petit..craintif quand même...à l'école avec les enfants, on l'a surnomme...le petit renard...meme si elle n'y ressemble pas vraiment niveau couleur (tricolore)...

+1    0
Par emy22700

Nous avons acheté cette petite chienne par hasard. Des amis devaient s'en débarrasser. Nous n'étions pas supposé en avoir d'autres, le dernier a vécu 14 ans (un cocker américain ont a dû la faire euthanasier). Mais cette petite merveille de berger shetland noir et blanc est très enjoué et toujours prête pour une balade. Toujours à l'écoute de son maître mais un peu têtu (il faut répéter), elle adore jouer avec les enfants. Craintif et méfiant envers les étrangers par contre. Nous ne le regrettons pas, surtout ma conjointe qui est seul à la maison le jour.

+1    0
Par Danny

Bonjour,je possède un male berger des Shetland,j'ai voulu m'en procurer un autre,mais quel dommage ?...l'élevage de la Coste St Amadou dans le 09,fais beaucoup de croisement de cette race avec des bergers australiens,résultats bizarres ?Je déconseille fortement l'achat à cet élevage que je très déçu.c'est abimer la race,lorsque l'on n'est pas capable....de surveiller ses chiennes en chaleur.

+1    0
Par bonnaud /olivier

Pour répondre à Fred, moi je le rase à chaque printemps (début mai) et à l'automne (octobre) tout son poil a repoussé. Je le fais systématiquement à chaque année justement pour ne pas qu'il ait trop chaud, mais c'est aussi pour éviter une meilleure hygiène (pour éviter qu'il se salisse trop).

0    0
Par Marc

Je trouve qu'il a un caractere en or!!

0    0
Par pseudo

J'ai acheté un berger des shetland il y a maintenant quelques mois dans un élevage spécialisé, et le fait est que cette race est extrêmement gentille et affectueuse. Le shetland ou sheltie est d'une nature assez craintive donc un long travail de sociabilisation à la vie citadine avec ses bruit fut nécessaire mais maintenant tout va bien. Il reste seul la journée en appartement sans aboyé et sans (trop) abîmer le mobilier. Jamais le moindre grognement, la technique de la carotte est la seule qui marche, la moindre punition le frustrant immédiatement, mais fort heureusement il apprend très vite et veut bien faire.
Bref un chien génial que je conseil vivement.

0    0
Par greg

Pour Josy - Je lui souhaite un meveilleux séjour au paradis et j'éspère que vous chercherer le coupable qui lui a donné de la viande mauvaise

0    0
Par mamethy

Ma chienne est mon amoureuse ! J'en suis folle ! Elle me suis partout, me demande des caresses à longueur de journée, ne fait confiance qu'à moi... C'est un amour !
Je l'ai adoptée en refuge.
Je ne sais pas si je suis tombée sur une perle, mais elle est parfaite !

0    0
Par Cerise

Le shetland = la bonté même.
Un amour de chien, un coeur sur patte.
C'est la race la plus douce qui soit à mes yeux.
Mon Futé est toute ma vie, comme le commentaire de Josy Durand, ils nous rendent par millier l'amour qu'on leur donne

0    0
Par angie6016

voilà maintenant 4 ans que je dispose d'une petite sheltie bleu merle auparavant cette race m'était inconnu mais la 1ère fois que j'ai vu la maman de ma chrystye ca était le coup de foudre et maitenant je suis très fier de l'avoir et lorsque je me promène beaucoup de personnes m'interroge sur cette race et je suis content de leur dire ce qu'il veule savoir

0    0
Par mercier

oui,j'aime bien de cettte race.J'aimerai bientot acquir se chien,mais malheureusement je ne sais si ça aime bien vivre en appartement?

0    0
Par AURE

mon petit Sheltie d'amour SCOOP aurait eut 8 ans le 02 octobre 2009 , j'ai eut le malheur de prendre 5 jours de congés pour aller dans l'Allier à Moulins , je voulait emmener ma fille au : "pal" , et là à l'hotel à Izeure , des personnes ont mis des morceaux de viande avec de la mort au rat dedans , je n'ai pas eut le temps de lui enlever cette viande de la gueule , je suis vite partis chez le vétérinaire , et là aprés que le medecin est fait tout ce qu'il fallait , mon petit bébé est décédé , je suis repartit complètement ébétée à 700 kms de chez moi ,depuis ma vie n'est plus la même , car mon petit compagnon comme tous ses congénères était un bonheur d'amour de douceur de tendresse , nous étions ensemble 24 h sur 24 il n'y a pas plus fidèle n'y attentionné que ces petits shelties qui ont besoin de douceur de tendresse d'amour et qui vous le rendes par million ; je souffre comme un animal , mais je désires continuer le chemin interrompu par ces assassins en accueillant un gentil petit retraité et lui offrir une famille à aimer et qui le lui rendra bien , j'ai besoin de revoir son regard si doux et si tendre et tant pis s'il n'est pas fauve comme mon SCOOPY adoré . J'ai tenu a vous raconter mon horrible histoire mais aussi à vous faire savoir que vous ne vous tromperezi pas en choisissant un petit Shetland , seulement sachez qu'ils sont trés doux et n'aimes pas les cris , car comme tous être vivant cela les effraies , alors aimez-les , comme j'aime tellement le mien !........Devenus une petite étoile .........

0    0
Par josy DURAND

J'ai un chien de cette race elle est tres intelligente!

0    0
Par meganejones

le shetland est un chien tres facile a educquer a la maison nous avont 9 chiens ,parmis cette meute ils y a 7 shetlands nous faisont une portee maxi par ans

0    0
Par mahieux

j en ai 1 qui a 14 ans et ces vraiment un chien extra doux gentil avec tous le monde humain et animeaux malgré que j ai d autres animeaux que je recupere a la spa j aurais toujours un schetland chez moi

0    0
Par nadege

moi j'en ai déja une elle a 8ans, c'est une chienne adorable qui accepte tt les autres animaux en revanche elle jape énormément, malgré des cours de dressage, et des intervention d'éleveur, ce n'est pourtant pas mon premier chien , (6) mais il faut quand meme savoir que le shetland est trs inteligent et que par conséquent il a facilement du pouvoir sur ces maitres

0    0
Par lea

bonjour
moi aussi je reves d'avoir une petite shetland fauve mais je voudrais en avoir une en contrat de vente ( copropriete )
biz

0    0
Par christellegigi

moi je reve d'en avoir et je vais peut etre en avoir un vers septembre je suis tros presses

0    0
Par Les 2 soeurs

Moi j'aime bien cette race mais je ne trouve pas d'élevages si j'en trouve un je vais en avoir 1

0    0
Par DS40-000

bonjour tout le monde. j'adore cette race. je n'ai un qui est douce, magnifique et très intelligente. j,ai l'impression qu'elle comprend tout ce que nous disons. c'est vraiment un membre de la famille a part entière.

0    0
Par france

Je vais en avoir un dans pas très longtemps.Je suis super heureuse ! Ca fait tellement d'années que je veux un chien shetland ! :D

0    0
Par KiwiPikachu

j'ai comme cadeau ce beau chien ,au bout de trois ,j'ai l'impression qu'il commence déjà à me connaitre.Il à 8 mois et je vais l'emmener dans un club canin afin qu'il puisse être bien dresser. j'aimerai connaitre et rencontrer d'autres personnes possédant cette race.

0    0
Par LEMOINE
  • Et le Berger des Shetland ?

    Bonjour . Y a t 'il quelqu 'un parmis vous qui a un ou des Bergers des Shetland ? Nous , nous en avons un de 7 mois , il s 'appelle Basco dit " le nain " dans l 'intimité... Lire la suite

  • Ma chienne Berger Shetland

    Bonjour, Voici plusieurs questions au sujet de ma chienne au nom d'Étoile de race Berger des Shetlands pure de 10 ans. 1. Elle est lente... est-ce normal pour les chiens... Lire la suite

  • Berger du Shetland

    Bonjour, J'ai eu pendant 11 ans un croisé Yorkie et Silky. Mais comme mon mari préfère les races un peu plus grosses, nous avons choisi le Shetland et ce compromis est vite... Lire la suite