Berger de Bohême

Berger de Bohême

Noms d'origine : Chodsky Pes ou Chodenhund ou Bohemian Shepherd
Groupe : Chien de berger et de bouvier

Partager
 

Informations sur le Berger de Bohême

L’histoire du Berger de Bohème

Le Berger de Bohême est un chien tchèque originaire de la région de Chodsko, dans la Bohême Occidentale (partie ouest du pays). Il naquit aux alentours de l’an 1300 et est appelé Chodský Pes dans sa région natale, ce qui signifie « chien des Chodoves ».

 

Il accompagna en effet le peuple du même nom, qui contribua grandement à la surveillance de la frontière sud-ouest du Royaume de Bohême, partagée avec ce qui est aujourd’hui l’Allemagne d’une part, l’Autriche d’autre part. À l’époque médiévale, cette zone était très convoitée par le Saint-Empire romain germanique, qui cherchaient à étendre son territoire. Il s’agissait – et c’est d’ailleurs toujours le cas de nos jours – d’une grande forêt peuplée de prédateurs (ours et loups, en particulier) et très peu habitée par l’Homme. Le roi de Bohême fit venir les Chodoves, originaires de la région des montagnes des Carpates (près de la frontière avec l’actuelle Slovaquie), et leur demanda de prendre en charge la surveillance de la frontière. Pour les aider dans leurs tâches, les Chodoves utilisèrent des Bergers de Bohême.

 

À partir de 1325, Jean de Luxembourg, le roi de Bohême, leur accorda un certain nombre de droits en échange des services qu’ils rendaient. En particulier, alors qu’il était à l’époque interdit à la grande majorité des habitants du royaume de posséder un chien de travail, les Chodoves furent autorisés à garder leurs Bergers de Bohême chez eux. Aussi, lorsque la journée des patrouilleurs et de leurs chiens se terminait, ces derniers les accompagnaient à leur domicile et restaient à leurs côtés. Comme ils étaient très en contact avec leur famille, et notamment avec les enfants, seuls les sujets les plus sociables et de confiance étaient sélectionnés pour ce se reproduire. C’est la raison pour laquelle cette race est aujourd’hui encore particulièrement sociable.

 

Cette autorisation constitue la première mention historique du Chodský Pes, mais il demeure difficile de connaître ses origines exactes. Certains historiens affirment que ces chiens furent apportés par les Chodoves, alors que d’autres estiment qu’ils étaient déjà présents en Bohême avant l’arrivée de ces derniers. Quant aux races dont descendrait le Chodský Pes, il faut là aussi se contenter de suppositions. Des spécialistes estiment toutefois qu’il aurait notamment comme ancêtres des chiens de type pinscher ainsi que le Spitz Allemand, de qui il tiendrait son pelage, son visage, ses oreilles ou encore son instinct de protection. Il existe aussi une théorie qui veut qu’il descende de chien-loups. 

 

Quelles que soient ses origines exactes, il est avéré que, à partir du 14ème siècle, ce chien servit durant près de 400 ans le royaume de Bohême en tant que garde-frontière. Néanmoins, dès le 15ème siècle et au cours de ceux qui suivirent, les Chodoves, qui l’élevaient et l’entraînaient pour travailler, lui trouvèrent également d’autres usages. Il commença ainsi à servir également comme chien de troupeau, à la fois pour conduire le bétail et pour le protéger. Il faut dire qu’avec son grand courage et son instinct de protection très développé, il ne tarda pas à faire ses preuves pour protéger les moutons contre les ours, les loups et autres prédateurs, qui pullulaient alors dans cette région. Ce fut d’ailleurs dans le cadre de cet usage que certains chiens de bergers furent introduits dans les lignées, ce qui conduisit à allonger son corps ainsi que sa queue.

 

Au 16ème siècle, certains aristocrates s’intéressèrent au Berger de Bohême et commencèrent à l’élever. S’il n’y avait alors pas encore de registres clairs mentionnant les représentants de la race et faisant état des divers croisements et unions effectués, le travail mené par ces passionnés contribua grandement au développement et à la diffusion de ce chien dans tout le territoire du royaume de Bohême. Dur à la tâche et toujours motivé pour effectuer des missions très diverses, il devint rapidement populaire et convoité dans toute le royaume.

Le déclin du Berger de Bohême

Le Berger de Bohême fut pendant des siècles le principal chien de travail de la région de Chodsko et ses alentours, jusqu’à ce qu’au début du 20ème siècle le Berger Allemand arrive et le détrône. Les grandes aptitudes et la polyvalence de ce dernier l’aidèrent à se propager rapidement dans les terres tchèques, qui étaient alors devenues une partie de l’Empire austro-hongrois. Comme à de nombreux autres endroits, le Berger Allemand devint le chien de travail le plus usité, sans pour autant jamais évincer complètement le Chodský Pes, qui restait notamment très présent aux alentours des villes de Domazlice, Tachov ou encore Primda.

 

Comme ce fut le cas de nombreuses races, le Berger de Bohême vit ses effectifs s’effondrer du fait de la Seconde Guerre Mondiale. Les choses ne s’arrangèrent guère dans les décennies qui suivirent car le territoire, libéré de l’occupation allemande par l’armée soviétique, passa sous domination communiste. Or, le régime communiste donna la priorité aux chiens de défense et d’attaque et découragea fortement l’élevage d’autres races, a fortiori si comme le Chodský Pes elles pouvaient constituer un symbole nationaliste. Il n’existait donc que très peu d’élevages, et la race déclina jusqu’aux années 80.

La renaissance de la race

En 1984, un certain nombre d’éleveurs tchèques, dont Vilem Kurz et Jan Findejs, prirent sa cause à cœur et travaillèrent d’arrache-pied pour rendre au Chodský Pes sa gloire d’antan. Ils trouvèrent rapidement nombre d’adeptes de ce chien, nostalgiques des histoires contées par leurs parents. Beaucoup de croisements avec des Bergers Allemands avaient été effectués, mais Jan Findejs parvint à identifier quelques sujets de pure race. Il en sélectionna trois en particulier, dont les origines étaient inconnues, mais qui regroupaient toutes les qualités du Berger de Bohême parfait. En 1985, la première portée officielle du programme naquit, suivie d’une seconde l’année suivante.

 

Dans un souci de diversité génétique, Jan Findejs et ses acolytes se mirent à la recherche de représentants supplémentaires de la race à intégrer au programme d’élevage. Ils n’en trouvèrent pas énormément, mais leur sélection s’avéra de qualité, car les chiots obtenus semblèrent bien être de pure race, identiques en tous points à ceux qu’il était possible de trouver dans le temps.

 

Leurs efforts permirent de disposer au début des années 90 de cinq lignées différentes, nommées respectivement Dixa, Lightning, Brix, Alex et Harry, en référence au nom des sujets qui en avaient été à l’origine.

 

Dès 1991, un club de race fut créé, le Klub Pratel Chodkeho Psa. Par ailleurs, le Berger de Bohême fut bien sûr rapidement reconnu par le ?eskomoravská kynologická unie (CMKU), l’organisme canin de référence du pays.

 

Bénéficiant d’un regain de visibilité, la race vit sa popularité augmenter de nouveau, et la demande alla croissante dans tout le pays. Cependant, elle se cantonna majoritairement à la République Tchèque, ne connaissant qu’une faible diffusion à l’étranger.

Depuis sa renaissance au milieu des années 80, le Berger de Bohême a retrouvé du poil de la bête dans son pays d’origine. Il existe ainsi désormais plus de 150 élevages de la race en République Tchèque, et au total plus de 3500 naissances ont été enregistrés auprès du CMKU entre 1982 et 2009. La population locale a donc atteint un niveau qui permet d’envisager l’avenir avec sérénité.

 

Ses usages se sont également diversifiés. En effet, s’il continue d’être employé pour le travail dans les champs et pour tenir compagnie, il est aussi désormais très employé dans le domaine de la protection, et représente en la matière un concurrent de taille pour le Berger Allemand.

 

Sa présence hors de ses terres d’origine se fait en revanche plus discrète, même si des représentants de la race ont commencé à être exporté dans d’autres pays, principalement en Europe. On en trouve ainsi par exemple en Slovaquie, en Pologne, au Danemark, en Allemagne ou encore en Suisse. La confédération possède même déjà un club de race, le Club suisse du Chodský Pes, et compte plusieurs élevages.

 

L’année 2019 marqua un tournant pour la diffusion du Berger de Bohême. En effet, c’est cette année-là qu’il fut à la fois accepté à titre provisoire par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), dont sont membres pas moins d’une centaine d’organismes cynologiques nationaux aux quatre coins du globe (dont la Société Centrale Canine française et la Société Royale Saint-Hubert belge), et admis par l’American Kennel Club (AKC) dans son Foundation Stock Service, qui sert d’antichambre avant une reconnaissance pleine et entière.

 

Compte tenu des qualités de cette race et de son potentiel, elle est peut-être à l’aube d’un grand succès dans plusieurs pays du monde, mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Par exemple, elle n’est pas encore reconnue par le prestigieux et influent Kennel Club britannique, ni par le United Kennel Club (UKC), l’autre organisme de référence aux États-Unis, pas davantage que par le Club Canin Canadien (CCC) et de nombreuses autres institutions nationales.

 

En France, 6 représentants de la race furent enregistrés auprès de la SCC en 2019, c’est-à-dire la première année où il devint possible de le faire, et le pays compte déjà de premiers élevages.

Parfois confondu avec le Berger Allemand, le Berger de Bohême est un chien de taille moyenne, légèrement plus long que haut, ce qui lui donne une apparence générale très carrée. Il est harmonieux et se déplace élégamment, avec des gestes fluides et amples.

 

Sa ligne du dessus doit être bien droite, et son garrot est plutôt saillant. La poitrine est bien descendue, mais ne doit pas dépasser le niveau des coudes. La croupe quant à elle est légèrement oblique et débouche naturellement sur une queue légèrement recourbée vers le haut, qui est couverte de poils et atteint le niveau des jarrets.

 

Les pattes sont droites et bien musclées. Elles se terminent par des pieds aux doigts serrés et dont les coussinets sont durs, résistants et de couleur noire.

 

La tête du Berger de Bohême est bien proportionnée par rapport au reste de son corps, et son crâne est relativement plat.

 

Les oreilles sont placées haut sur ce dernier, dressées et assez proches l’une de l’autre. Elles sont d’assez petite taille et bien fournies en poils. Leurs extrémités sont pointues ou très légèrement arrondies.

 

Dominés par des arcades sourcilières bien marquées, les yeux sont en forme d’amande, de taille moyenne et arborent une couleur brun foncé. Le regard quant à lui traduit la vivacité d’esprit et la bonne humeur constante de ce chien.

 

Vu de profil, le museau est plus court que le crâne. Il débouche sur une truffe noire de taille moyenne, qui présente des narines bien ouvertes. Les mâchoires sont longues, fortes et articulées en ciseaux.

 

Le pelage du Berger de Bohême se compose d’une double couche de poils qui lui permet de résister au climat parfois rude de sa Tchéquie natale. Le sous-poil est assez court et très dense, doux et duveteux. Quant au poil de couverture, qui mesure entre 5 et 13 cm, il est plus dur et se montre soit lisse, soit ondulé. Il reste assez long au niveau des oreilles, et est toujours d’une longueur plus importante au niveau du cou, du dos, de l’arrière des cuisses et des jarrets.

 

La robe peut être noire ou noire-bronze, avec des marques couleur feu notamment au-dessus des yeux, sur les joues, sur les pieds, et parfois au niveau des oreilles, du museau, de la gorge, de la cage thoracique, ou encore entre les cuisses et sur la queue. Ces marques n’apparaissent que vers l’âge de 6 à 7 mois, et les teintes feu vif sont préférées.

 

Enfin, il existe chez cette race un dimorphisme sexuel assez marqué : le mâle est bien souvent plus massif et grand que la femelle.

Le Berger de Bohême est un chien très intelligent et enthousiaste, toujours ravi de partager de nouvelles aventures avec sa famille. Les siècles passés à vivre aux côtés des humains lui ont d’ailleurs appris à être très attentif à ses maîtres et conscient de leurs besoins.

 

Du fait de ses origines de chien de protection, il excelle aussi dans l’art de les protéger et de garder la maison. Sa couleur souvent sombre le fait paraître intimidant, et il est assez perspicace pour reconnaitre les situations potentiellement dangereuses, n’hésitant pas alors se montrer menaçant. En bon donneur d’alerte, il n’aboie en général que pour prévenir d’une arrivée chez lui ou d’un potentiel danger. Une fois que son maître lui a fait comprendre qu’il n’y a rien à craindre du nouveau venu, il devient rapidement calme et affectueux à son encontre – sauf peut-être lorsqu’il veille sur les enfants. En somme, le Berger de Bohême est un gardien parfait !

 

Son bon tempérament du Berger de Bohême en fait un excellent compagnon pour les plus jeunes, avec qui il aime autant jouer que se prélasser calmement. Il se montre également très protecteur à leur égard, mais son passé de chien de troupeau peut ressurgir à l’occasion, et l’amener à tâcher de les rassembler, notamment en leur mordillant les talons. En tout état de cause, comme n’importe quelle autre race et afin d’éviter les accidents, il convient de ne jamais le laisser seul en compagnie d’un tout-petit, sans la moindre surveillance d’un adulte.

 

Par ailleurs, la sociabilité du Chodský Pes ne concerne pas que les humains : utilisé pendant des siècles pour travailler aux côtés d’autres chiens (notamment lorsqu’il gardait la frontière ou les troupeaux), il entretient généralement de très bonnes relations avec ses congénères, que ce soit lorsqu’il les croise en promenade ou quand il vit sous le même toit que l’un d’entre eux.

 

Il peut également faire bon ménage avec un chat ou un autre petit animal de compagnie, tel qu’un oiseau ou un rongeur – a fortiori s’il le côtoie dès son plus jeune âge. Le seul bémol est que son instinct de chien de troupeau peut parfois le conduire à vouloir les regrouper et à les protéger excessivement. En tout cas, n’étant pas un chasseur dans l’âme, il ne pose normalement aucun souci non plus quand il rencontre de tels animaux lors de ses pérégrinations en extérieur.

 

En tout cas, le Chodský Pes ne manque pas d’énergie : c’est un chien très actif, qui a besoin d’au moins une heure d’exercice physique chaque jour pour se sentir bien. Sa grande endurance lui permet d’aller largement au-delà, et il se fait un plaisir par exemple d’accompagner ses maîtres faire du jogging, des randonnées encore des balades à vélo. Il représente donc un excellent choix pour une personne sportive, et apprécie généralement de s’essayer à de nouvelles activités. Il est possible de prendre part avec lui à compétitions d’agility ou d’obéissance, par exemple.

 

En revanche, il n’est pas adapté pour des personnes âgées, sauf dans le cas où il est employé comme chien d’assistance (et donc très bien formé), ce qui lui arrive parfois notamment dans son pays natal.

 

Compte tenu de son niveau d’activité, le Berger de Bohême n’est pas vraiment fait pour vivre en appartement et devrait toujours avoir accès à un jardin dans lequel il peut aller se défouler à tout moment. Une maison à la campagne entourée par un vaste terrain représente un cadre idéal pour lui.

 

Il convient toutefois que le jardin soit bien clos, car ce chien a tôt fait de fuguer. Il a en effet un odorat très sensible et aime le solliciter en se mettant sur la piste d’un animal ou d’un quelconque parfum – plus d’ailleurs par curiosité et par jeu que par prédation, car il n’a pas un instinct de chasse particulièrement développé.  De ce fait, son jardin doit impérativement être équipé d’une clôture ou d’une barrière qu’il ne peut pas franchir, et il peut être judicieux d’investir dans un collier pour chien connecté, s’il est souvent tenté de partir à la découverte durant les promenades. Cela dit, à partir du moment où il est bien éduqué et que l’apprentissage du rappel a été bien réalisé, il n’est pas du genre à s’éloigner en ignorant superbement les appels de ses maîtres. Dès lors que l’endroit le permet, il peut donc normalement être promené sans laisse.

 

En revanche, sécuriser le jardin est d’autant plus nécessaire qu’il est également enclin à prendre la poudre d’escampette s’il s’ennuie, par exemple parce qu’il manque d’interactions avec ses maîtres. En effet, ce chien très sociable n’aime pas être laissé seul pendant de longues périodes. Pour être parfaitement bien dans sa tête, faire de l’exercice physique ne lui suffit pas : il a besoin également de beaucoup d’interactions et de stimulations mentales. À défaut, il a de grandes chances de développer des comportements indésirables, comme une propension à détruire tout objet croisant son chemin.

 

Au contraire, il s’épanouit particulièrement lorsque des missions lui sont confiées : en bon chien de travail qu’il fut pendant des siècles, il aime avoir un but et des objectifs à atteindre, et est d’ailleurs ravi d’apprendre tout au long de sa vie, dès lors que ses maîtres lui en offrent la possibilité.

Le Berger de Bohême n’est sans doute pas la meilleure option pour un maître débutant. En effet, il a besoin d’une personne patiente, prête à consacrer beaucoup de temps à l’éducation de son compagnon, et surtout capable d’obtenir son attention. En effet, comme tout chien intelligent, il s’ennuie assez facilement.

 

Des séances à la fois courtes et variées, qui évitent d’être répétitives et se basent sur des méthodes de renforcement positif, sont les plus intéressantes pour lui, et donc les plus à même de capter son attention et s’avérer efficaces. Il devient dès lors possible de tirer pleinement profit de son intelligence, son intérêt pour la nouveauté et son envie de plaire à son propriétaire pour lui apprendre un grand nombre de nouvelles choses. Au contraire, une éducation punitive aurait vite fait de le braquer et de lui faire passer l’envie de bien travailler en coopération avec son propriétaire.

 

Dès lors que son maître sait construire de telles séances et que les bases sont bien posées, c’est-à-dire que la relation maître-chien est claire en termes de hiérarchie, l’éducation du Berger de Bohême est relativement aisée à dérouler. Sous réserve de faire montre d’un tant soit peu de fermeté et de cohérence, la mise en place de ladite hiérarchie ne pose d’ailleurs normalement pas de problème, car ce chien accepte aisément l’autorité et n’est pas du genre à la remettre en question à la première faille.

 

Un point qu’il est en tout cas nécessaire de clarifier assez tôt dans le cadre de son éducation est que les animaux ou les enfants ne sont pas son troupeau. En effet, son passé de chien de berger peut le conduire à vouloir les regrouper et les mener à la baguette, notamment en mordillant leurs talons. Cela ne vaut pas d’ailleurs que pour ceux qui sont membres de sa famille : lors des promenades, il peut même être amené à vouloir faire de même avec des animaux ou des enfants inconnus qu’il croise en cours de route. Quel que soit le contexte dans lequel la situation se présente, il est impératif de le faire cesser immédiatement par un « Non ! » ferme, pour éviter que cela ne devienne une habitude.

 

Par ailleurs, au-delà de l’apprentissage de la marche en laisse, il est également utile de bien travailler le rappel, pour pouvoir le laisser évoluer sans entraves lorsque la situation s’y prête. Cela peut aussi être utile pour le faire revenir dans le cas d’une tentative de fugue du domicile.

 

Enfin, le fait que le Berger de Bohême se montre en général très sociable ne dispense pas de le faire bénéficier d’un solide travail de socialisation, et ce dès son plus jeune âge. À défaut, il pourrait par exemple se montrer exagérément méfiant à l’égard des personnes qu’il ne connaît pas, même si le problème se pose moins qu’avec son descendant le Berger Allemand. Il est donc important de lui présenter tous genres d’humains, au même titre que de congénères et de représentants d’autres espèces. Pour être bien dans sa tête en toute circonstance, ouvert et sociable, il doit aussi avoir l’occasion d’évoluer dans un grand nombre d’environnements différents, d’être confrontés à un large panel de stimuli (bruits, odeurs…) et de situations nouvelles lorsqu’il est encore jeune et facilement malléable.

Le Berger de Bohême est un chien de travail à la santé robuste.

 

Sa double couche de poil lui offre en particulier une bonne résistance au froid et aux intempéries, qui sont monnaie courante dans sa République Tchèque natale. Cependant, il tolère et résiste également très bien aux températures chaudes, ce qui au global lui permet de vivre sous la plupart des climats. 

 

Bien qu’il soit généralement très sain et que de nombreux efforts ont été fournis depuis sa renaissance dans les années 80 pour éliminer certaines maladies de son patrimoine génétique, il est difficile d’y parvenir. Ainsi, parmi les soucis de santé à laquelle la race est prédisposée, on trouve :

  • la dysplasie de la hanche, une malformation articulaire dans laquelle le fémur se s’insère pas correctement dans l’articulation de la hanche. Elle peut être favorisée par une prédisposition héréditaire et provoque des douleurs, des boiteries, des difficultés à se déplacer, puis de l’arthrose lorsque le chien vieillit. Certaines interventions chirurgicales permettent d’atténuer voire régler totalement le problème ;
  • la dysplasie du coude, un problème articulaire assez similaire, qui touche lui aussi principalement les races de taille moyenne à grande, et peut également avoir une dimension héréditaire. Un sujet atteint souffre, boite, a du mal à se mouvoir, et à long terme est victime d’arthrose. Certains cas peuvent être soignés par chirurgie ;
  • la dilatation-torsion de l’estomac, une maladie affectant elle aussi le plus souvent les chiens de moyenne ou grande taille. Elle est généralement observée à la suite d’un repas : l’estomac se gonfle et se tord, ce qui bloque l’évacuation des gaz, et perturbe la circulation sanguine. Sans prise en charge immédiate par un vétérinaire, le chien décède rapidement ;
  • Les infections des oreilles (otites, etc.). En effets, les poils longs qu’elles arborent ont tendance à conserver l’humidité ainsi que les saletés récupérées par exemple au cours des promenades.

 

Le Berger de Bohême se montre également particulièrement enclin à divers problèmes oculaires comme :

  • l’atrophie progressive de la rétine, qui consiste en une dégénérescence progressive de la rétine de chacun des yeux. Dans un premier temps, cela entraîne une baisse de la vue seulement pendant la nuit ou dans les endroits sombres, puis le phénomène progresse et se produit également de jour, jusqu’à ce que le chien devienne complètement aveugle. Cette maladie est héréditaire et ne connaît aucun traitement ;
  • la luxation du cristallin, une anomalie du déplacement du cristallin dans l’œil. Elle est parfois héréditaire, et toujours douloureuse pour l’animal. Sans intervention chirurgicale, il peut perdre la vue de manière irréversible en quelques jours à peine ;
  • l’entropion, une maladie oculaire parfois héréditaire et correspondant à un défaut de la paupière, qui roule à l’intérieur de l’œil. Les contacts anormaux entre la paupière et le globe oculaire provoquent de fortes irritations, ce qui peut se traduire à travers par exemple un œil rouge ou des larmoiements. Il est toutefois possible d’y remédier via une intervention chirurgicale ;
  • l’ectropion, un défaut d’enroulement de la paupière inférieure de l’œil, qui entrave la bonne protection de ce dernier. Le globe oculaire est alors soumis à diverses irritations, ce qui peut entraîner par exemple le développement d’une conjonctivite. Tout comme pour l’entropion, cette maladie peut avoir une origine héréditaire, il est possible de la soigner via une opération de chirurgie.

 

L’organisme canin de référence en République Tchèque, le Cesko-Moravska Kynologica Unie (CMKU), prend la santé des chiens très au sérieux : toute personne souhaitant enregistrer un Berger de Bohême doit présenter les résultats de tests génétiques confirmant que l’animal est exempt de certaines maladies héréditaires, dont notamment la dysplasie de la hanche. Par conséquent, tous les individus enregistrés auprès du CMKU et utilisés par les éleveurs pour donner naissance à des portées sont exempts d’un certain nombre de maladies. Cette sélection rigoureuse permet donc d’obtenir des sujets globalement très sains, et explique que cette race jouisse globalement d’une excellente santé. 

 

Que l’on adopte un chiot en République Tchèque ou ailleurs, il est nécessaire de toujours s’assurer de la bonne qualité de l’élevage dont il est issu. Le fait que les reproducteurs soient exempts de certaines tares héréditaires est important, et l’éleveur doit être en mesure de montrer les résultats de tests génétiques qui le prouvent, mais le tempérament des parents ainsi que le travail de socialisation du chiot effectué par l’éleveur le sont tout autant pour obtenir un animal en bonne santé physique et mentale. Par ailleurs, l’éleveur doit également être en mesure de présenter un certificat établi par un vétérinaire et qui atteste que le chiot est effectivement en pleine forme, ainsi que le détail des vaccins qui ont été administrés à ce dernier, consignés dans son carnet de santé ou de vaccination.

 

Une fois l’adoption effectuée, il convient de garder en tête que le nouveau venu est particulièrement fragile tant qu’il n’a pas atteint son âge adulte, en particulier lorsqu’il connaît des périodes de forte croissance. Il est donc important de lui éviter tout exercice physique trop soutenu, que ce soit en termes d’intensité ou de durée, afin de ménager ses articulations et ses os. À défaut, le risque existe d’entraîner des blessures ou des malformations, avec donc potentiellement des conséquences à vie. C’est d’autant plus vrai que cette race est prédisposée à plusieurs maladies articulaires.

 

Enfin, comme tout chien, le Chodský Pes doit être emmené au moins une fois par an chez le vétérinaire pour un bilan de santé complet, qui peut permettre à l’occasion de déceler un potentiel problème de santé que le propriétaire ne saurait identifier par lui-même. C’est également l’occasion de faire effectuer les éventuels rappels de vaccins qui s’imposent. En parallèle, il revient au propriétaire de renouveler tout au long de l’année ses traitements antiparasitaires chaque fois que cela est nécessaire, de sorte qu’il ne cesse jamais d’être protégé.

Le Berger de Bohême arbore un long pelage qu’il convient de brosser au moins une fois par semaine, afin notamment de prévenir la formation de nœuds. Il ne faut d’ailleurs pas hésiter à utiliser du démêlant pour poil de chiens si besoin, de façon à se faciliter la tâche. Sans un brossage régulier, des boules de poils très difficiles à enlever peuvent se créer, en particulier derrière les oreilles et au niveau des pattes.

 

Si les nœuds peuvent être un réel problème, les poils morts le sont en temps normal beaucoup moins, car il ne perd que peu de poils. Toutefois, les choses changent du tout au tout dans ce domaine durant ses périodes de mues, au printemps et à l’automne : un brossage quotidien est alors de mise.

 

En revanche, un bain n’est que rarement nécessaire. Ainsi, il n’est normalement pas nécessaire de le faire plus de trois fois par an, à moins évidemment qu’il ne se soit particulièrement sali, par exemple au cours d’une promenade. Dans tous les cas, il est important de d’utiliser systématiquement un shampoing spécialement conçu pour les chiens, et non pour les humains, car le pH de la peau des deux espèces n’est pas le même. Le recours à un après-shampoing canin peut en outre aider à démêler le poil facilement une fois le bain terminé. Par ailleurs, il peut être judicieux de faire coïncider les bains avec ses périodes de mue, afin de faciliter grandement l’évacuation des poils morts.

 

Par ailleurs, les longs poils que le Chodský Pes arbore au niveau des oreilles le prédisposent à des infections à ce niveau, car des parasites et autres débris ont tendance à s’y accrocher, et l’humidité à y rester bloquée en ne séchant que peu. Il convient donc non seulement de les vérifier et les nettoyer au moins une fois par semaine, mais aussi de prendre l’habitude de les examiner après tout long moment en extérieur et de les sécher après les baignades ou les passages dans des endroits humides.

 

Les yeux doivent également être vérifiés une fois par semaine et nettoyés, là aussi pour prévenir toute infection. C’est d’autant plus utile que le risque de maladies oculaires du chien est assez prononcé chez cette race.

 

L’hygiène buccale a également son importance, car elle permet de limiter la formation de plaque dentaire : cette dernière peut causer l’apparition de tartre, lui-même à l’origine de problèmes parfois graves. Il convient donc de régulièrement brosser les dents de son chien, en utilisant systématiquement un dentifrice spécialement conçu pour la gent canine. L’idéal est un brossage journalier, mais le faire une ou deux fois par semaine est déjà une bonne chose.

 

Les griffes du Berger de Bohême ne nécessitent généralement pas d’attention particulière : elles sont souvent courtes, et son niveau d’activité élevé fait qu’elles se liment généralement naturellement au gré de ses déplacements. Il convient néanmoins de rester attentif à ce qu’une trop forte pousse ne rende pas une coupe manuelle nécessaire, en particulier chez les sujets qui se dépensent moins, par exemple du fait de l’âge ou de la maladie. Dès lors qu’on les entend frotter lorsque le chien marche sur un sol dur, c’est le signal ; à défaut, elles pourraient le gêner, voire se casser d’elles-mêmes et le blesser.

 

Les gestes d’entretien de la robe, des oreilles, des yeux, des dents ainsi que des griffes d’un chien ne sont pas à effectuer au hasard. Pour prendre soin d’un Berger de Bohême de manière correcte, il peut être judicieux d’apprendre la première fois auprès d’un vétérinaire ou d’un toiletteur, afin de savoir agir de manière efficace et sans risquer de faire mal à son compagnon, voire le blesser. En outre, pour que les séances d’entretien se passent de la meilleure façon possible, il est important que ce dernier soit habitué dès son plus jeune âge à être manipulé.

 

Par ailleurs, pour les individus qui passent de longues heures en pleine nature, une rapide vérification du pelage, des oreilles et des coussinets une fois de retour à la maison est une bonne habitude à prendre pour déceler et désamorcer de nombreuses sources potentielles de problèmes : parasites, épillets, blessure...  

Il est assez aisé de nourrir un Berger de Bohême, puisqu’il est loin d’être difficile en termes de nourriture. Des aliments industriels équilibrés et de qualité font donc parfaitement l’affaire, mais comme pour tout chien il faut veiller à ce que les produits choisis et quantités données correspondent aux besoins de l’animal, compte tenu de son âge, son état de santé et la quantité d’exercice physique qu’il effectue chaque jour.

 

C’est particulièrement crucial lorsqu’il est encore jeune et en pleine croissance : l’alimentation d’un chiot est déterminante pour son développement, et doit être régulièrement réévaluée pour être toujours au plus près de ses besoins, en faisant appel aux conseils d’un vétérinaire chaque fois que cela est nécessaire. En effet, une alimentation trop riche pourrait accélérer la croissance de ses articulations, ce qui est tout particulièrement dangereux s’il est déjà en pleine poussée de croissance ; le risque de blessures et malformations serait alors très prononcé. À l’inverse, si elle ne l’est pas assez, des carences pourraient survenir, avec par exemple à la clef des retards de développement.

 

En tout cas, quel que soit son âge, sa ration quotidienne doit lui être donnée en au moins deux repas, car c’est une des principales règles à appliquer pour réduire le risque de dilatation-torsion de l’estomac, auquel cette race est prédisposée. Ils doivent par ailleurs être pris au calme, et tout effort physique intense est à proscrire dans l’heure qui précède et surtout celle qui suit.

 

Enfin, même si le Chodský Pes n’est pas spécialement prédisposé aux problèmes d’obésité, aucun chien n’est à l’abri – a fortiori s’il a été stérilisé. En plus d’être vigilant quant à la nourriture qui lui est donnée, il convient donc de le peser environ une fois par mois. En effet, un écart qui se confirme voire s’accentue sur plusieurs mesures d’affilée est un signal qui ne doit pas être ignoré, et qui n’est pas forcément lié à une inadéquation entre l’apport calorique que l’animal reçoit chaque jour et l’énergie qu’il dépense. En effet, il peut résulter aussi par exemple d’une maladie ou d’une réaction à un médicament. Le seul moyen d’y voir clair et de savoir comment remédier au problème est de faire examiner l’animal par un vétérinaire.

 

Par ailleurs, comme tout chien, le Berger de Bohême doit avoir en permanence à sa disposition une gamelle d’eau propre et fraîche.

Le Berger de Bohême fut utilisé d’abord pendant 4 siècles comme chien garde-frontière, puis servit également comme chien de berger afin de guider les troupeaux et les protéger de prédateurs aussi redoutables que l’ours et le loup. En somme, ses qualités de chien athlétique et protecteur en faisaient un excellent travailleur.

 

Aujourd’hui, le Chodský Pes n’a pas perdu goût au travail. Ainsi, en République Tchèque, une partie des représentants de la race sont utilisés pour venir en aide par exemple comme chien guide d’aveugle ou chien d’assistance pour personne handicapée. Son excellent odorat en fait également un bon chien de recherche et de sauvetage, auquel l’armée notamment a recours suite à des avalanches ou des tremblements de terre. Plus classiquement, il continue aussi de servir comme chien de troupeau, continuant à exercer son rôle séculaire de protecteur du bétail – le loup reste d’ailleurs présent de nos jours en République Tchèque. De manière générale, dans son pays d’origine, environ 50% de la population de la race est utilisée comme chien de travail.

 

L’autre moitié joue simplement le rôle de chien de compagnie. Il faut dire que sa grande sociabilité, son goût pour la vie de famille et sa parfaite entente avec les enfants en font un compagnon de choix pour un foyer suffisamment actif et disponible. Il est particulièrement adapté pour des maîtres sportifs, qu’il se fait un plaisir d’accompagner au cours de randonnées, joggings et autres balades en VTT. Il peut aussi faire montre de ses capacités dans diverses disciplines de sport canin, comme par exemple l’agility, l’obéissance, l’obé-rythmée, ou encore bien sûr le cani-cross ou le cani-VTT Ses propriétaires peuvent aussi compter sur lui pour les garder en sécurité ainsi que leurs possessions, car il n’a pas perdu sa grande aptitude à surveiller, et demeure un excellent chien de garde.

Comme pour toute race, le prix d’un chiot Berger de Bohême peut grandement varier en fonction de son pedigree, de l’élevage dont il provient ainsi que de ses qualités propres – tant sur le plan physique que comportemental.

 

En France, en Belgique et en Suisse, il existe une poignée d’élevages, et il est donc possible de trouver son bonheur – quitte à faire preuve d’un peu de patience. En général, il faut compter entre 1000 et 1500 euros pour adopter un tel chien.

 

L’implantation du Berger de Bohême au Canada est en revanche assez embryonnaire, et il est très difficile de s’en procurer. Quelques élevages existent en revanche, aux États-Unis qui proposent généralement leurs chiots à un prix situé entre 2000 et 2500 dollars américains.

 

Néanmoins, quel que soit le pays, la meilleure option pour qui souhaite avoir un vaste choix est de se tourner vers l’endroit dont la race est originaire, à savoir la République Tchèque. Plus de 150 élevages sont répertoriés par le club de race local, le Klubu p?átel chodského psa, et une bonne partie d’entre eux font un excellent travail, grâce notamment à la vigilance du Cesko-Moravska Kynologica Unie (CMKU), l’organisme cynologique de référence du pays. Il faut compter en général entre 10 000 et 15 000 couronnes tchèques (autour de 400 à 600 euros) pour adopter un Berger de Bohême en République Tchèque.

 

Que ce soit depuis ce pays ou un autre, toute importation d’un chien depuis l’étranger implique de se conformer à la législation à ce sujet, et de prendre en compte que différents frais (administratifs, de transport, de quarantaine, d’inscription éventuelle au registre national…) viennent alors s’ajouter au prix d’achat du chiot.

  • Le Berger de Bohême est présent dans diverses œuvres tchèques, qu’il s’agisse de romans ou d’illustrations. On peut notamment mentionner :
    • le roman Psohlavci, de l’auteur tchèque Alois Jirasek. Publié en 1884, il relate l’histoire de familles chodoves en charge de la surveillance de la frontière sud-ouest du royaume de Bohême, ce qui le conduit à parler de la race et de son histoire ;
    • l’artiste Mikoláš Aleš, qui illustra notamment le livre de Jirasek et représenta ce chien dans différents dessins ;
    • plusieurs ouvrages de Jind?ich Šimon Baar, un auteur réaliste chodove des plus célèbres, qui décrivit largement la race dans bon nombre de ses textes. Ce fut notamment le cas dans une trilogie nommée Chodská trilogie, écrite entre 1923 et 1924, qui relate très précisément la vie quotidienne des habitants de la région de Chodsko ;
    • l’emblème des scouts de République Tchèque est un portrait de Berger de Bohême.

 

  • D’après certains historiens, le Berger de Bohême est un ancêtre du Berger Allemand. Aucune preuve n’existe à ce jour pour le démontrer, mais il n’en reste pas moins que des siècles d’échanges commerciaux entre les actuelles Tchéquie et Allemagne et la forte proximité de ces deux territoires laissent penser qu’il est très probable que des croisements eurent lien entre le Chodský Pes et les ancêtres allemands du Berger Allemand. De la même manière, il aurait joué un rôle dans le développement du Malinois belge.

Avis & conseils Berger de Bohême

Soyez le(a) premier(ère) à donner votre avis sur cette race canine !

Vous connaissez bien les Berger de Bohême, ou possédez vous-même un Berger de Bohême ?
Que pensez-vous de cette race ? Avez-vous des conseils à partager ?

Votre nom / prénom :
Pour ne plus devoir indiquer votre nom à chaque fois : Inscription gratuite
Votre adresse e-mail :
Pour ne plus devoir indiquer votre e-mail à chaque fois : Inscription gratuite
Votre texte :
Sécurité :
Envoyer