Berger Belge Tervueren

Berger Belge Tervueren

Noms d'origine : Tervueren ou Tervurense
Pays d'origine : Belgique
Groupe : Chien de berger et de bouvier

Qualités du Berger Belge Tervueren

Tempérament du Berger Belge Tervueren

Affectueux
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Sociabilité du Berger Belge Tervueren

Avec les enfants

Le Berger Belge Tervueren au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Santé robuste
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Bave peu
Mange peu
Peu enclin à l'obésité

Caractéristiques

Espérance de vie
De 12 à 14 ans
Poids de la femelle
De 20 à 25 kg
Poids du mâle
De 28 à 30 kg
Taille de la femelle
De 56 à 62 cm
Taille du mâle
De 60 à 66 cm

Foyer idéal pour ce chien

Avec des enfants
En appartement
Comme premier chien
Pour personne peu disponible
Pour personne sportive
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Berger Belge Tervueren

HistoirePopularitéApparenceVariétésCaractèreÉducationFoyer idéalSantéReproductionEntretienAlimentationUsagesPrix

Genèse

 

Les différentes variétés du Berger Belge

 

Le Tervueren est l’une des 4 variétés de la race du Berger Belge, aux côtés du Malinois, du Groenendael et le Laekenois. Le Berger Belge vient comme son nom l’indique de Belgique, et son histoire débute à la fin du 19ème siècle.


En 1891, le docteur vétérinaire Adolphe Reul (1849-1907) créa le Club du Chien de Berger Belge. Celui-ci entreprit un recensement de la population canine du pays et notamment des chiens de berger, dans le but de classer les différents types existant sur le territoire national. Une sélection des spécimens ayant des traits communs permit de délimiter les contours de la future race.


C’est ainsi que dès 1892, un premier standard d’une race unique appelée Chien de Berger Belge fut établi à partir de cette sélection. Celle-ci se déclinait en 3 variétés, qui se différenciaient uniquement par l’aspect de leur pelage : court, long ou dur.

 

Par la suite, afin de peaufiner le standard et d’homogénéiser davantage les différentes variétés, les éleveurs prirent en compte également la couleur de la robe ainsi que le tempérament des individus. Deux des trois variétés furent stabilisées très rapidement : celle à poils courts fauve charbonnés (le futur Malinois), et celle à poils longs de couleur noire (futur Groenendael). Quant à celle à poil dur, il fut admis qu’elle ne serait que grise, bien que seule une minorité d’individus arborant un pelage avec une telle texture étaient de cette couleur. Le fait que la plupart des personnes possédant de tels chiens étaient francophones et parlaient donc la même langue que les responsables du Club du Chien de Berger Belge y fut pour beaucoup.


Certains éleveurs possédaient donc des individus à poils durs autres que gris, et il existait aussi des sujets à poil long de couleur autre que noir. Les uns comme les autres étaient majoritairement fauves. Néanmoins, le club de race n’eut que peu d’égard pour ces spécimens, qui, bien que nombreux, furent jugés comme imparfaits. Ce fut notamment la situation dans laquelle se trouva un brasseur nommé Corbeel, originaire de la ville de Tervueren, qui possédait une lignée de chiens à poil long et de couleur fauve.


Ainsi rejetés par le Club du Chien de Berger Belge, lui et d’autres éleveurs décidèrent de créer en 1898 le Berger Belge Club. Ce dernier reconnut deux variétés non répertoriées au standard du Club du Berger Belge, à savoir les poils durs fauves (futur Laekenois) et les poils longs fauves.


En 1905, le Berger Belge Club prit la place du Club du Chien de Berger Belge après que ce dernier se soit retiré de la Société Royale Saint-Hubert (SRSH), l’organisme cynologique de référence en Belgique. En raison de la position adoptée par le Berger Belge Club concernant l’existence de variétés de couleur fauve (respectivement à poils longs et à poils durs), la SRSH finit par les reconnaître elle aussi comme variétés officielles, en plus des trois autres.
Un nouveau standard rédigé en 1920 vint confirmer cette position, en faisant état de 5 variétés : Groenendael, Malinois, poils durs gris (qui disparut en 1989, faute de représentants de cette couleur), poils durs fauves (le futur Laekenois) et poils longs fauves (le futur Tervueren).


Un siècle plus tard, la race comporte donc 4 variétés bien distinctes : le Groenendael, le Laekenois, le Malinois et le Tervueren.

 

L’histoire du Tervueren


Le Tervueren doit son nom à la ville éponyme située en Belgique flamande, plus précisément dans le Brabant flamand, à proximité immédiate de Bruxelles.


C’est un brasseur local, M. Corbeel, qui est considéré comme ayant fondé cette variété à la toute fin du 19ème siècle. Son couple de chiens Tom et Poes était utilisé pour tirer les charrettes et assurer la surveillance de son commerce. Au sein d’une portée à laquelle ils donnèrent le jour en 1895 figurait une femelle, Miss Danhieux, qui regroupait l’ensemble des critères listés dans le standard établi en 1892 et possédait un poil fauve long.


L’éleveur décida alors de se lancer dans l’élevage de chiens de couleur fauve au poil long, et pour ce faire Miss Danhieux fut croisée à un étalon Berger Belge Groenendael appelé Duc de Groenendael. Ce dernier appartenait à Nicolas Rose, considéré comme le père du Groenendael, et était parfaitement représentatif des spécimens noirs à poils longs. Deux chiots naquirent de cette union, dont un mâle fauve au poil long baptisé Milsart, qui joua un rôle clef dans le développement de la variété Tervueren. Il fut d’ailleurs en 1907 le premier champion d’exposition de cette dernière.


Milsart fut accouplé à sa propre mère, qui en 1897 donna ainsi naissance à des femelles de couleur fauve. De nombreux autres mélanges consanguins furent entrepris par la suite, et permirent le développement de la variété.


Décrits comme très intelligents et faciles à dresser, ces chiens fauves à poil long furent exportés dans le reste de l’Europe et sur le continent américain. Leurs prédispositions valurent aux Tervuerens une utilisation importante au sein des forces armées. Toutefois, leur usage majoritaire comme chiens de guerre faillit causer leur perte lors des deux conflits mondiaux de la première moitié du 20ème siècle, qui entraînèrent à chaque fois le décès d’un grand nombre d’individus.


Après la Seconde Guerre mondiale, la variété était donc presque éteinte, même s’il restait quelques sujets isolés dans divers élevages belges et français. Ils permirent de remettre celle-ci sur pied, mais ne furent pas les seuls. En effet, des spécimens à poils longs de couleur fauve apparus spontanément au sein de portées de Malinois et de Groenendaels furent également d’une aide précieuse. En outre, les croisements inter-variétés furent autorisés à cette même période ; ils contribuèrent eux aussi à augmenter la population de Tervueren et éviter sa disparition. Ceci explique d’ailleurs que les origines de certaines lignées actuelles de Tervueren remontent aux spécimens de M. Corbeel, tandis que d’autres lignées descendent en fait de Malinois ou de Groenendaels.


Le Tervueren était également presque éteint aux États-Unis dans les années 50, même si son élégance explique qu’il comptait encore de nombreux admirateurs. Un éleveur du nom de Rudy Robinson joua alors un rôle décisif pour la relancer. Il fut rapidement rejoint par d’autres passionnés et éleveurs de cette variété, notamment Robert et Barbara Krohn, qui par la suite (en 1960) fondèrent l’American Belgian Tervueren Club. Des éleveurs de Malinois et de Groenendaels furent sollicités pour trouver des individus de type Tervueren apparus spontanément dans les portées, et quelques spécimens issus d’élevages européens produisant cette variété furent importés.

 

D’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, ces efforts ne furent pas vains : le Tervueren parvint à retrouver toute sa place et est aujourd’hui bien loin de l’extinction, puisqu’il est même au niveau mondial le second Berger Belge le plus populaire.

Reconnaissance par les organismes officiels

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) considère que le Tervueren est l’une des 4 variétés de la race du Chien de Berger Belge, avec le Malinois, le Groenendael et le Laekenois, et reconnaît le Berger Belge et l’ensemble de ses variantes depuis 1956. Il en va donc de même pour les organismes nationaux et internationaux membres de la FCI, tels que la Société Royale Saint-Hubert (SRSH) en Belgique, la Société Centrale Canine (SCC) en France ou encore la Société Cynologique Suisse (SCS).


De nombreux autres institutions officielles ne faisant pas partie de la FCI adoptent le même point de vue. C’est le cas notamment du Kennel Club (KC) britannique (qui reconnut d’abord le Groenendael en 1971, puis le Tervueren l’année suivante, et le Malinois celle qui suivit), du Club Canin Canadien (CCC) ou encore du United Kennel Club (UKC) américain, qui reconnut d’un même coup la race du Berger Belge et l’ensemble de ses 4 variétés en 1991.


En revanche, l’American Kennel Club (AKC) considère le Tervueren, le Malinois, le Groenendael et le Laekenois comme des races à part entière. Il reconnaît d’ailleurs le Tervueren et le Malinois depuis 1959.

Bien que moins populaire que son cousin le Malinois, le Berger Belge Tervueren s’est largement diffusé au-delà de sa Belgique natale et des pays limitrophes.

En France

En France, les statistiques d’enregistrement au Livre des Origines Français (LOF) montrent que la popularité du Tervueren est remarquablement stable depuis le début des années 80, avec autour de 1500 individus admis chaque année.

 

Il est depuis 1988 le second Berger Belge le plus représenté dans le pays, après s’être fait rattraper puis largement distancer par le Malinois. En effet, ce dernier a vu sa popularité exploser au cours des dernières décennies, au point de passer d’environ un millier de naissances annuelles au milieu des années 80 (et même moins de 250 une décennie plus tôt) à dix fois plus de nos jours. Ainsi, il représente à lui seul environ 10.000 des 12.000 inscriptions annuelles de Bergers Belges. Autrement dit, 80% des sujets inscrits sont des Malinois, et un peu plus de 10% de Tervuerens. Le Groenendael et le Laekenois sont loin derrière.

Ailleurs dans le monde

On retrouve au Royaume-Uni des proportions semblables à celles de la France concernant le poids respectif des différentes variétés de Berger Belge, mais sur des volumes bien plus faibles. En effet, les chiffres du Kennel Club font état d’à peine 350 Bergers Belges enregistrés chaque année en moyenne, dont une cinquantaine de Tervueren (un peu moins de 15%). Le fossé tend toutefois là aussi à se creuser, car ce nombre décroit au fil des années (il était supérieur à la centaine au début des années 2010), alors que le Malinois progresse – même si c’est de manière moins spectaculaire qu’en France.


Cette relative discrétion du Tervueren par rapport au Malinois, et même cette perte de terrain par rapport à ce dernier, est un phénomène que l’on retrouve dans de nombreux pays. Par exemple, en Italie, les statistiques de l'Ente Nazionale della Cinofilia Italiana (ENCI) font état d’environ 150 naissances par an tout au long des années 2010, là où au cours de la même période le Malinois est passé de moins de 400 individus à environ le double.


Aux États-Unis, le Tervueren se situe depuis sa reconnaissance en 1959 aux alentours de la 100ème place au classement des races les plus populaires établi par l’American Kennel Club sur la base du nombre d’enregistrements reçus chaque année. Toutefois, là où le dit classement ne comptait guère beaucoup plus qu’une centaine de races dans les années 60, celles-ci sont désormais aux environs de 200 ; il se trouve donc non plus en queue, mais en milieu de classement. Il est toutefois loin derrière le Malinois, qui a vu sa popularité exploser et se situe désormais évolue plutôt aux alentours de la 50ème place, alors que jusqu’aux années 80 il occupait les tréfonds du classement, se situant même derrière le Tervueren.

Taille & poids

Taille du mâle
De 60 à 66 cm
Taille de la femelle
De 56 à 62 cm
Poids du mâle
De 28 à 30 kg
Poids de la femelle
De 20 à 25 kg

Le dimorphisme sexuel est bien marqué chez le Tervueren : le mâle est sensiblement plus imposant que la femelle.

Morphologie

Comme les autres variétés de Bergers Belges, le Tervueren est de taille relativement grande et possède un corps bien proportionné. Son importante musculature dégage une certaine puissance et rappelle que c’est à la base un chien de travail, mais elle ne l’empêche pas de rester fin et très gracieux.

Queue

Le Tervueren possède une queue pourvue de poils longs et abondants. Elle est épaisse à sa base et de taille moyenne, descendant jusqu’au jarret. Au repos, elle est portée plutôt basse, et légèrement relevée lorsque le chien est actif.

Tête

Tête du Berger Belge Tervueren

La tête du Tervueren est longue et portée haute, ce qui lui donne un air altier. Elle est dominée par des oreilles triangulaires très droites. Les yeux sont noirs et en forme d’amande.

 

Quant au museau, il est grand, fin, et se termine par une truffe noire.

Pelage

Pelage du Berger Belge Tervueren

Son abondante fourrure fauve charbonnée (ou quelquefois gris charbonné) est constituée d’un sous-poil dense et laineux ainsi que d’un poil de couverture long et lisse.

 

Ce dernier est très fourni à partir du cou et jusqu’au bout de la queue, formant un panache. En revanche, contrairement à ceux du reste de son corps, les poils présents sur sa tête sont relativement courts.

Couleurs de robe

Le Tervueren est le plus souvent fauve charbonné (c’est-à-dire que l’extrémité du poil est noir), bien que le gris charbonné soit toléré. Il possède systématiquement un masque noir très prononcé.

Standard de la race

Les standards de race sont des documents établis par les organismes officiels qui listent les conditions qu'un Berger Belge Tervueren doit respecter pour être pleinement reconnu comme appartenant à la race :

Le Tervueren est considéré par la majorité des organismes canins comme étant une des quatre variétés de la race du Berger Belge, aux côtés du Malinois, du Groenendael et du Laekenois.


C’est en particulier la position adoptée par la Fédération Cynologique Internationale (FCI), et de ce fait par la centaine d’organismes nationaux qui lui sont affiliés - dont la Société Centrale Canine (SCC) française, la Société Royale Saint-Hubert (SRSH) belge et la Société Cynologique Suisse (SCS).


L’influent Kennel Club britannique partage la même approche, et reconnait la variété du Tervueren depuis 1972 (1971 pour le Groenendael, 1973 pour le Malinois et 2001 pour le Laekenois).


En Amérique du Nord, cette façon de voir les choses est partagée par le Club Canin Canadien (CCC) et le United Kennel Club (UKC).


En revanche, l’autre organisme de référence aux États-Unis, l’American Kennel Club (AKC), considère le Tervueren, le Malinois, le Groenendael et le Laekenois comme des races à part entière.

Proximité avec ses maîtres

Le Berger Belge Tervueren est connu pour être un animal intelligent, calme et très affectueux - voire parfois collant. Il a un fort caractère, mais moins affirmé toutefois que celui de son cousin le Malinois, et sa grande tendresse en fait un excellent chien de compagnie et de famille.

Capacité à supporter la solitude

La proximité du Tervueren avec sa famille a comme contrepartie qu’il supporte mal la solitude et a tôt fait de développer de l’anxiété de séparation lorsqu’il est séparé des siens trop longuement. Il lui faut des propriétaires suffisamment disponibles pour lui, sous peine d’être malheureux.

Entente avec les enfants

Le Tervueren est d’autant plus adapté comme chien de famille qu’il s’entend parfaitement bien avec les enfants. Ceci ne doit toutefois pas faire perdre de vue que, quelle que soit sa race, un chien ne doit jamais être laissé seul avec un tout-petit, hors de toute surveillance par un adulte.

Entente avec les personnes inconnues

Le Berger Belge Tervueren a tendance à se montrer exclusif avec ses maîtres, ce qui se traduit notamment par une grande méfiance lorsqu’il se retrouve confronté à des personnes inconnues.


Cela en fait un gardien sur qui on peut compter, mais implique qu’une certaine vigilance est de mise lorsque des amis ou connaissances viennent à la maison. Il est conseillé de les lui présenter en bonne et due forme et de leur demander de ne pas le brusquer, de sorte qu’il puisse les accueillir à son rythme. Par ailleurs, il est préférable d'éviter de laisser un passant aller vers lui et le caresser : afin d’éviter tout accident, mieux vaut attendre que ce soit lui qui fasse le premier pas.


Quoi qu’il en soit, habituer le jeune Tervueren à la présence de diverses personnes est crucial afin qu’il comprenne que lui et sa famille ne courent aucun danger.

Besoin d'exercice

Le Berger Belge Tervueren a un besoin d’exercice important. Pour qu’il soit équilibré et bien dans sa tête, il lui faut chaque jour 3 ou 4 sorties et activités en extérieur, durant chacune de 30 minutes à une heure. Une bonne dose de promenades et d’exercice physique est donc nécessaire pour stimuler suffisamment ce chien vif et endurant.

Activités recommandées

Activités recommandées pour un Berger Belge Tervueren

Au-delà de l’exercice physique, ce chien très intelligent doit aussi être stimulé mentalement. Ses impressionnantes facultés d’apprentissage lui permettent d’ailleurs de briller dans différentes disciplines : l’agility, le frisbee ou le pistage sont par exemple parfaitement adaptés pour lui.


Il est aussi ravi par exemple d’aller courir ou marcher avec son maître, que ce soit pour simplement suivre ce dernier lorsqu’il fait du jogging, du vélo ou une balade, ou bien pratiquer le canicross ou le cani-VTT.

Capacité de travail

Utilisé depuis ses débuts comme berger et gardien, le Tervueren a indéniablement de grandes capacités en la matière. Au demeurant, il reste fondamentalement un chien rustique, capable de rester de longues heures en extérieur pour effectuer la mission qui lui est confiée.

Risque de fugue

Dès lors qu’il est en mesure de se dépenser autant que nécessaire, qu’il ne s’ennuie pas et que sa famille est suffisamment présente à ses côtés, le Tervueren n’est pas connu pour être du genre fugueur.


Toutefois, même si ce n’est pas un chasseur, il a un bon odorat et aime le mettre à l’épreuve en reniflant et suivant une proie. Ceci explique d’ailleurs ses talents pour le pistage, d’autant que certains sujets ont en outre un instinct de prédation très développé. Bien travailler le rappel s’avère donc assez judicieux pour limiter le risque de fugue lors des promenades. En tout état de cause, dans les endroits où il pourrait se mettre en danger en se lançant sur une piste, mieux vaut le tenir en laisse.

Niveau sonore

En raison de son tempérament de gardien, le Tervueren a tendance à aboyer facilement. Ce comportement peut également se manifester ou être amplifié s’il n’est pas suffisamment stimulé quotidiennement et souffre par exemple d’un manque d’activité physique ou d’interactions avec son maître.


Cela peut évidemment s’avérer particulièrement problématique dans le cas d’une vie en appartement ou à proximité immédiate d’autres habitations.

Entente avec les autres chiens

Entente du Berger Belge Tervueren avec les autres chiens

Le Tervueren est très (voire parfois trop) attaché à ses maîtres et a tendance à vouloir les défendre en toute circonstance, y compris lors de rencontres entre chiens.


Il peut également être un peu peureux, notamment quand un congénère qu’il ne connaît pas se montre trop envahissant ou dominant. Cette peur peut elle aussi engendrer des réactions agressives de sa part. Il est donc susceptible d’entretenir des relations assez difficiles avec les autres chiens, et c’est un aspect important à travailler dès son plus jeune âge.


Cela dit, il est parfaitement apte à partager son foyer avec l’un d’entre eux, a fortiori si la cohabitation est mise en place très tôt.

Entente avec les chats

Normalement, le Tervueren peut vivre sous le même toit qu’un chat, surtout s’il en va ainsi dès le plus jeune âge des deux protagonistes. Néanmoins, une certaine prudence est de mise, en raison de sa nature possessive : il peut à l’occasion devenir jaloux et faire alors montre d’agressivité, en particulier si lui-même ne reçoit pas toute l'attention dont il a besoin.


Certains représentants de la race se distinguent aussi par leur instinct de prédation très développé. Leurs relations avec les petits félins sont alors plus compliquées, étant donné qu’ils ont tendance à les considérer comme des proies. Pour un tel individu, une cohabitation est à éviter si elle n’est pas mise en place très tôt, pour qu’il considère bien que son petit compagnon à quatre pattes est un membre à part entière de sa famille.

Entente avec les autres espèces

Même sous réserve d’une socialisation de qualité, il est difficile d’affirmer qu’un Tervueren peut sans problème partager son foyer avec un rongeur ou un oiseau. En effet, certains spécimens possèdent un fort instinct de prédation, qui risque de leur faire un jour considérer le petit animal comme une proie.


Au-delà du tempérament intrinsèque de l’animal, la qualité de la socialisation dont il a bénéficié dès ses premiers mois joue un rôle déterminant.

Facilité à éduquer

L’éducation de ce grand sensible qu’est le Berger Belge Tervueren n’est pas toujours de tout repos : ce n’est pas vraiment une race recommandée pour un débutant. En effet, bien que très affectueux, il a du caractère et peut quelquefois se montrer tout à fait têtu.


Son éducation doit donc être menée avec une certaine finesse et par des maîtres ayant déjà des compétences en éducation canine, ou à défaut n’hésitant pas à se faire épauler par un professionnel qualifié.

Méthode d'éducation

L’éducation du Tervueren n’est pas des plus aisées : il faut à la fois savoir faire preuve de fermeté, mais aussi de douceur et de respect à son égard, pour ne pas le brusquer.


En particulier, recourir fréquemment à des punitions risquerait d’affaiblir de manière très négative le lien de confiance qui doit l’unir à son maître. Mieux vaut opter pour une méthode basée sur le renforcement positif, c’est-à-dire récompenser les bons comportements et ignorer les mauvais.

Socialisation

Une socialisation de qualité est nécessaire pour tout chien, mais c’est tout particulièrement vrai pour le Tervueren, compte tenu de son caractère méfiant et exclusif. À défaut, il risque notamment de se montrer excessivement agressif envers les étrangers ou les autres animaux tout au long de sa vie, ce qui pourrait donner lieu à des situations particulièrement pénibles.


Il doit donc avoir l’occasion de rencontrer dès son plus jeune âge toutes sortes de congénères, de représentants d’autres espèces et d’humains. Il faut d’ailleurs l’habituer aussi à être manipulé par ces derniers : cela ne rendra que plus faciles par la suite les visites chez le vétérinaire et les séances chez le toiletteur, par exemple. Sans ce travail éducatif, le Tervueren peut avoir tendance à se montrer peureux, voire à devenir agressif.


Le contact avec d’autres chiens est également indispensable afin qu’il assimile les codes sociaux de son espèce. C’est évidemment indispensable s’il doit partager son foyer (et aussi ses maîtres !) avec un congénère, mais facilite aussi grandement les choses pour éviter les bagarres lors de rencontres entre chiens.


Une socialisation de qualité passe aussi par le fait de le confronter à un vaste panel de situations et de stimuli (bruits, odeurs, etc.) dans tous types d’environnements. Cela permet d’éviter là aussi différents troubles comportementaux, tels qu’une anxiété ou agressivité malvenue face à la nouveauté.

Apprentissage des règles

Très intelligent, le Berger Belge Tervueren comprend vite les règles qui lui sont imposées, que ce soit dans un cadre familial ou de travail.


Leur assimilation s’avère néanmoins d’autant plus facile qu’elles sont instituées dès son arrivée à la maison et qu’elles sont dépourvues de contradictions, c’est-à-dire que l’ensemble des membres de la famille les font respecter de manière uniforme dans le temps et dans l’espace. Autrement dit, il ne saurait être question que l'un autorise un jour ou à tel endroit ce qu'un autre interdit un autre jour ou à un autre endroit.

Choses à apprendre en priorité

Compte tenu de son goût pour le pistage, il est essentiel d’apprendre le rappel au Tervueren dès son plus jeune âge, afin de limiter le risque de fugues durant les promenades sans laisse.


En outre, étant donné sa proximité avec ses humains, apprendre à son chien à rester seul est particulièrement important avec lui. Cela permet de réduire le risque qu’il ne développe de l’anxiété de séparation, avec tout le stress et les problèmes comportementaux qui en découlent : destructions, aboiements, automutilation…

En appartement ?

La vie en appartement est loin d’être idéale pour un Berger Belge Tervueren, tant du fait de son besoin de se dépenser que de sa propension à aboyer.


Il peut néanmoins s’en accommoder dès lors qu’il bénéficie de suffisamment de sorties et activités quotidiennes, et donc qu’il est à même de se dépenser autant que nécessaire.

Dans le jardin ?

Un Berger Belge Tervueren dans le jardin ?

Une maison avec un jardin clos auquel il peut accéder à tout moment est nettement plus adaptée qu’un appartement pour faire vivre un Tervueren dans de bonnes conditions. D’ailleurs, même s’il a une apparence assez élégante, ses origines font qu’il reste très rustique et tout à fait adapté à la vie en plein air.


Pour autant, il ne saurait être question de le faire passer le plus clair de son temps au-dehors, isolé des siens : il doit faire partie intégrante de la famille et avoir de nombreux contacts avec ses membres.

Comme premier chien ?

Le caractère du Tervueren est assez fort : il doit donc avoir face à lui un maître suffisamment ferme et expérimenté pour lui procurer une éducation correcte et en faire un animal équilibré.

 

Sa difficulté à supporter la solitude et son grand besoin d’être stimulé quotidiennement aussi bien physiquement que mentalement contribuent également à en faire un animal qui ne doit pas être mis entre toutes les mains. Il n’est clairement pas conseillé comme premier chien.

Pour une personne peu disponible ?

Compte tenu à la fois de sa difficulté à supporter la solitude et du fait qu’il doit pouvoir se dépenser quotidiennement 1 heure 30 à 2 heures pour être équilibré, le Tervueren n’est clairement pas fait pour une personne peu disponible. Il lui faut des maîtres actifs et prêts à lui consacrer beaucoup de temps chaque jour.

Pour une personne sportive ?

Compte tenu du besoin d’exercice qui est le sien, le Tervueren est parfaitement adapté pour un maître sportif, qu’il se fait un plaisir d’accompagner faire du footing, une sortie à vélo ou de la randonnée.

Pour une personne âgée ?

Étant donné son niveau d’activité élevé, un Berger Belge Tervueren aurait de grandes chances d’être malheureux aux côtés d’une personne âgée ou très sédentaire, même s’il dispose d’un accès libre à un vaste espace extérieur. En effet, son maître doit être en mesure de lui proposer une bonne dose quotidienne d’interactions et d’exercices afin de combler son besoin d’activité physique et mentale.

Pour un petit budget ?

Le Tervueren n’est pas réellement adapté pour un foyer disposant d’un petit budget. Ce n’est pas tellement son prix d’achat qui est en cause, car il est globalement dans la moyenne, mais plutôt les dépenses à prévoir tout au long de sa vie.

 

En premier lieu, même si le montant est susceptible de varier sensiblement en fonction du type d’alimentation choisi, son gabarit assez important et son niveau d'exercice impliquent que le budget consacré à son alimentation peut s’avérer assez conséquent.


En outre, même s’il jouit généralement d’une bonne santé, plusieurs des affections auxquelles il est prédisposé s’avèrent plutôt coûteuses – en particulier celles nécessitant un traitement à vie ou une intervention chirurgicale assez lourde. Assurer la santé de son chien peut toutefois permettre de réduire grandement l’incertitude à ce niveau, et d’éviter de se retrouver potentiellement dans une situation financière difficile.


En tout cas, il faut aussi souligner à l’inverse que l’entretien du Tervueren ne nécessite normalement pas de visites régulières chez le toiletteur, malgré son abondante fourrure. De ce point de vue-là, ce n’est pas une race qui coûte cher au quotidien.

Espérance de vie

Espérance de vie
De 12 à 14 ans

Résistance au froid et à la chaleur

Bien aidé par son abondante fourrure, le Tervueren est en mesure de vivre presque partout (à l’exception des régions aux conditions météorologiques extrêmes), sous réserve d’avoir de quoi s’abriter du froid ou des fortes chaleurs.

Maladies

La robustesse du Tervueren n’empêche pas que, comme n’importe quelle race, il est davantage enclin à certains problèmes de santé.


En l’occurrence, il s’agit de :

 

  • la dysplasie de la hanche, une malformation qui peut être favorisée par des facteurs héréditaires, mais aussi environnementaux. Elle provoque des boiteries, puis de l’arthrose avec le temps. Cette pathologie peut être opérable, si tant est que la chirurgie soit réalisée de façon précoce ;

 

  • la dilatation-torsion de l’estomac, une affection grave et nécessitant une hospitalisation rapide. En effet, si l’animal n’est pas pris en charge au plus vite, elle cause la mort en seulement quelques heures ;

 

  • des tumeurs de l’estomac entraînant des troubles digestifs, une anémie et un amaigrissement, mais ne générant pas de métastases. Néanmoins, n’étant pas toujours opérables, elles peuvent quand même causer le décès de l’animal ;

 

  • des carcinomes (tumeurs de la peau le plus souvent malignes), qui peuvent selon leur localisation être à l’origine de douleurs, de boiteries ou encore d’infections. Il est parfois possible de les soigner, en particulier lorsque le diagnostic est réalisé rapidement, mais le risque de décès est important en cas de métastases ;

 

  • des crises d’épilepsie, liées à une activité anormale du cerveau qui provoque des convulsions. Elles sont incurables, mais des traitements existent afin de réduire le nombre de crises (ou leur intensité), parfois au prix d’effets secondaires assez lourds ;

 

  • la pancréatite aigüe, une inflammation grave du pancréas entraînant des troubles digestifs plus ou moins importants. Pouvant avoir de lourdes conséquences telles que de l’insuffisance rénale, cardiaque voire la mort de l’animal, elle nécessite une prise en charge rapide ;

 

  • l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie, des désordres hormonaux qui peuvent occasionner de nombreux symptômes : faiblesse générale, prise de poids, difficultés respiratoires… Des traitements administrés à vie permettent d’atténuer voire d’empêcher l’apparition de ces derniers, sans pour autant soigner la maladie à la base ;

 

  • la dégénérescence spongieuse avec ataxie cérébelleuse, une maladie héréditaire engendrant un dysfonctionnement du cerveau. Les chiots touchés ont une démarche anormale, des difficultés à coordonner leurs mouvements et souffrent de crises d’épilepsie. Il n'existe alors pas d'autre option que l'euthanasie ;

 

  • la dermatite atopique, une maladie chronique provoquant chez l’animal des crises régulières d’allergie, du fait d’une sensibilité accrue aux allergènes. Elles se manifestent par du prurit (démangeaisons), des rougeurs, une perte de poils… La mise en place d’un traitement est possible, en désensibilisant le chien à l’allergène ou en l’éliminant de son environnement si cela est envisageable. Si la recherche de l’allergène s’avère trop complexe, un traitement médical ayant pour but d’atténuer les symptômes peut être mis en place ;

 

  • le vitiligo, une maladie de peau d’origine héréditaire qui engendre une dépigmentation du pelage sur diverses parties du corps. Il n’existe pas à ce jour de traitement efficace, mais les conséquences de cette affection ne sont qu’esthétiques ;

 

  • le prognathisme supérieur, une anomalie morphologique qui fait que la mâchoire inférieure est plus courte que la supérieure. Dans la majorité des cas, cette malformation n’implique pas de risque particulier pour la santé du chien. En revanche, il s’agit d’une tare esthétique qui est éliminatoire lors d’une présentation de l’animal en exposition canine, dès lors qu’elle est trop prononcée.

Adoption en bonne santé

Une bonne partie des affections auxquelles le Tervueren est prédisposé étant ou pouvant être d’origine héréditaire, le choix d’un bon éleveur est essentiel. En effet, non content d’offrir aux petits un cadre de vie idéal et une socialisation de qualité dès leurs premières semaines, un professionnel digne de ce nom sélectionne rigoureusement ses reproducteurs afin précisément d’éviter toute transmission de tare héréditaire.


Même si aucun test génétique n’est imposé par le club de race national, il n’hésite pas à en faire effectuer (par exemple celui de la dégénérescence spongieuse) pour maximiser les chances de proposer des petits en bonne santé et qui le restent. Un éleveur sérieux se préoccupe aussi du risque de dysplasie, et s’assure également que les parents envisagés en soient exempts, grâce à des radios. Au final, plus il est à même de présenter les résultats de différents tests effectués sur les parents (voire sur le petit lui-même), plus il est digne de confiance.


En tout état de cause, il doit pouvoir présenter un certificat de bonne santé établi par un vétérinaire, ainsi qu’un carnet de santé ou de vaccination dans lequel sont consignés les vaccins déjà reçus par le chiot. Ce dernier doit également avoir été vermifugé aussi souvent que nécessaire.

Fragilité en période de croissance

Il est important que le maître d’un petit Tervueren veille à éviter à ce dernier tout exercice trop intense tant qu’il n’est pas encore adulte, étant donné que ses articulations sont alors encore fragiles. C’est vrai pour toute race, mais encore plus pour celles qui comme lui sont prédisposées à la dysplasie de la hanche.

Maintien en bonne santé

Le fait que le Berger Belge Tervueren soit dans l’ensemble un animal robuste ne doit pas dispenser de l’emmener chaque année faire un bilan de santé complet chez le vétérinaire. Non seulement cela permet de diagnostiquer au plus tôt une éventuelle pathologie, mais c’est aussi l’occasion de procéder aux éventuels rappels de vaccins nécessaires.


Par ailleurs, le maître doit veiller à traiter son chien contre les parasites tout au long de l’année : il s’assure ainsi que ce dernier reste constamment protégé contre les parasites externes (puces, tiques…) et internes (vers), souvent porteurs de maladies transmissibles potentiellement graves. Ceci est d’autant plus important pour un chien qui passe beaucoup de temps au dehors, comme c’est normalement le cas du Tervueren.

Difficultés de mise bas

Le Berger Belge Tervueren est prédisposé à la dystocie, c’est-à-dire une incapacité à mettre bas correctement : sans aide extérieure, les petits ne sortent pas. Ce problème peut avoir une origine utérine ou osseuse (lorsque le bassin de la chienne est trop étroit).

Croisements autorisés

La Fédération Cynologique Internationale (FCI) et les organismes nationaux qui lui sont affiliés (comme ceux de la Belgique, la France et la Suisse) considèrent le Tervueren comme une variété du Berger Belge, aux côtés du Groenendael, du Laekenois et du Malinois. Ils interdisent les mariages entre ces différentes variétés, sauf dans des circonstances bien particulières, sur dérogations accordées par les commissions d’élevage nationales compétentes.


Il n'en fut pas toujours ainsi. En effet, la résurgence du Tervueren après la Seconde Guerre mondiale fut en grande partie rendue possible par des croisements avec le Groenendael, en plus de l’apparition de sujets fauves à poils longs au sein de portées de Groenendaels et de Malinois.

Entretien du pelage

Comme de nombreuses races de chien à poils longs, le Berger Belge Tervueren exige un entretien très régulier de son pelage.

 

Ainsi, un brossage si possible quotidien (et en tout cas au minima une fois par semaine) est recommandé afin d’ôter les poils morts et d’éviter la formation de nœuds. S’ils prennent une trop grosse taille, ces derniers peuvent en effet entraîner une accumulation d’impuretés à leur base (c’est-à-dire à proximité de la peau), qui risque de causer des inflammations. Par ailleurs, un rapide toilettage journalier permet aussi d’aérer le pelage, de l'assainir et d’éliminer les éventuelles poussières et saletés. Il offre également l’occasion de s’assurer qu'aucun parasite ou saleté n'est logé dans ses poils particulièrement longs.


Le Tervueren perd peu de poils, sauf lors de ses deux périodes de mues par an, au printemps et à l’automne : un brossage quotidien est alors vraiment incontournable.

Bains

Dès lors que l’entretien du pelage du Tervueren est effectué de manière suffisamment régulière, il n’est pas forcément nécessaire de lui donner des bains, sauf bien sûr en cas de besoin : mauvaise odeur, saleté, parasites, pellicules... Le cas échéant, il faut veiller à utiliser systématiquement un shampoing spécialement conçu pour les chiens, car le pH de leur peau est différent de celui de la peau des humains.


Une fois par semaine, le propriétaire d’un Tervueren doit procéder à une séance d’entretien plus approfondie conduisant notamment à vérifier et laver ses oreilles, afin de réduire le risque d’infections telles que des otites.

Entretien des yeux

La séance d’entretien hebdomadaire du Tervueren est l’occasion de contrôler ses yeux, et de les nettoyer à l’aide d’un sérum physiologique (ou tout autre produit adapté) si des saletés s’y sont invitées.

Entretien des dents

Brosser régulièrement les dents de son Tervueren avec un dentifrice conçu spécifiquement pour les chiens permet de prévenir de nombreux problèmes de santé.


En effet, le brossage a pour intérêt d’ôter la plaque dentaire : cela évite l’accumulation de cette dernière sur les dents du chien, et la formation de tartre qui en découle lorsqu’au fil du temps elle se calcifie. Celle-ci peut avoir diverses conséquences, telles que des inflammations de la gencive (gingivites), du parodonte qui est le tissu de soutien de la dent (parodontoses), et est même susceptible de déboucher sur une septicémie (infection généralisée) dans les cas les plus graves. En outre, la bouche étant une zone très sensible, l’animal peut, dans certains cas, aller jusqu’à refuser de s’alimenter s’il souffre trop.


Pour toutes ces raisons, l’entretien des dents ne doit pas être négligé, à l’instar de ce qu’on constate aussi chez les humains.

Entretien des griffes / ongles

Un examen minutieux des griffes du Berger Belge Tervueren doit être réalisé au moins une fois par mois.

 

Dès lors qu’il pratique une activité physique régulière, ses ongles s’usent de façon continue, si bien qu’il n’est pas forcément nécessaire de les tailler. Les contrôler n’en reste pas moins important : en plus de confirmer qu’une coupe n’est pas nécessaire, cela permet de détecter une potentielle cassure ou blessure à cet endroit.

Initiation au toilettage

Si les différents soins liés à l’entretien du pelage, des oreilles, des yeux, des dents ou encore des griffes du Berger Belge Tervueren peuvent paraître anodins, ils ont néanmoins tôt fait d’être assez contraignants - voire stressants – pour les deux protagonistes.

 

Par conséquent, afin de maximiser les chances que les choses se déroulent pour le mieux, il est utile :

  • d’une part, de les apprendre auprès d’un professionnel (vétérinaire ou toiletteur) ;
  • d’autre part, d’y habituer son chien dès son plus jeune âge, afin qu’il les considère comme faisant partie de son quotidien. Cela facilite aussi les choses lors d’une visite chez le vétérinaire ou s’il est emmené parfois chez un toiletteur professionnel.

Nourriture recommandée

Le Tervueren n’est pas un chien difficile en matière d'alimentation. Il est cependant important de lui fournir une nourriture équilibrée, adaptée tant qualitativement que quantitativement à son niveau d’activité, son état de santé et son âge. Par exemple, les aliments adaptés pour un chien âgé doivent être moins riches en lipides que ceux pour un adulte dans la force de l’âge et contenir en revanche des protéines plus digestes pour favoriser le renouvellement des tissus.


Plus largement, une alimentation trop riche risque notamment d’entraîner de l’obésité, avec potentiellement à la clef des problèmes cardiaques ou encore articulaires. À l’inverse, un régime insuffisant a toutes les chances d’être à l’origine de carences et d’un affaiblissement général (amaigrissement, etc.).


Dès lors qu’elle est convenablement choisie, la nourriture industrielle est parfaitement à même de correspondre au cahier des charges. En revanche, celle destinée aux humains n’est généralement pas appropriée aux besoins nutritionnels des chiens. Certains mets très appréciés des premiers s’avèrent même toxiques pour les seconds ! Par conséquent, mieux vaut éviter de prendre l’habitude de partager son repas avec lui, ni même de le laisser finir les restes de table ou fouiller dans les poubelles.

Alimentation du chiot

Le fait que les aliments donnés au Tervueren (et comme à n’importe quel chien, au demeurant) doivent être adaptés à son âge est particulièrement crucial pour un chiot en pleine croissance. En effet, ses besoins nutritionnels évoluent alors très rapidement, et il est primordial qu’ils ne cessent jamais d’être satisfaits, afin de réduire le risque de problèmes articulaires, malformations et autres problèmes de croissance.

Fréquence des repas

Comme pour tout chien, mieux vaut répartir la ration quotidienne du Tervueren en au moins deux repas, idéalement donnés à heures fixes.


En effet, cela réduit fortement la probabilité qu’il réclame de la nourriture en cours de journée (puisqu’il sait qu’un deuxième repas l’attend plus tard) et renforce le lien qui l’unit à son maître, puisqu’il constate alors qu’il peut compter sur ce dernier pour subvenir de manière fiable à ses besoins.


En outre, cela permet de réduire le risque de retournement d’estomac, auquel ce chien est prédisposé. Éviter les exercices intenses avant et surtout après les repas, et s’assurer que ces derniers soient pris dans le calme sont les deux autres règles d’or pour tâcher de l’en prémunir.

Éviter l'obésité

Le Tervueren est peu enclin à l’obésité, si tant est que son propriétaire lui propose des activités adaptées à ses besoins et à sa condition physique. Néanmoins, il faut veiller à le peser une fois par mois afin de déceler au plus vite une éventuelle variation de poids. Si celle-ci se confirme lors des visites suivantes, une visite chez le vétérinaire est nécessaire pour déterminer si elle est liée à l’alimentation ou à un problème de santé, et savoir comment y remédier.


En tout état de cause, le maître doit avoir conscience que l’obésité peut avoir de lourdes conséquences pour la santé de son animal, en aggravant des pathologies existantes ou en engendrant des nouvelles. Elle n’est donc pas à prendre à la légère, et une vigilance renforcée s’impose si le chien a été stérilisé, car cette opération facilite la prise de poids en rendant l'animal moins actif.

Hydratation

Comme n’importe lequel de ses congénères, le Berger Belge Tervueren doit avoir à tout moment de l’eau fraîche et propre disponible à volonté.

Le Tervueren est depuis ses débuts un chien de travail. D’ailleurs, le couple de spécimens qui en est à l’origine avait déjà un usage bien précis, puisque leur propriétaire les utilisait pour assurer la surveillance de sa brasserie ainsi que la traction des charrettes.


Aujourd’hui encore, il demeure donc un travailleur polyvalent et sur qui on peut compter.

Comme chien de guerre

En raison de sa polyvalence et de son usage en tant que chien policier, le Tervueren fut réquisitionné durant la Première Guerre Mondiale par l’armée ou la police dans plusieurs pays d’Europe, ainsi qu’aux États-Unis.

 

Utilisé non seulement pour aider les forces armées mais aussi pour transporter des messages ou des blessés, il fut d’une grande aide mais paya un lourd tribut : les pertes furent si importantes que la variété en vint presque à disparaître.

Comme chien de garde

Le Tervueren fait un très bon chien de garde et de défense. Qu’il s’agisse de biens ou de personnes, son caractère protecteur fait qu’on peut compter sur lui pour assurer la sécurité.

Comme chien de berger

Au même titre que l’ensemble des Bergers Belges, le Tervueren est vif, attentif, intelligent, protecteur et toujours prêt à l’action : il possède donc nombre de qualités qui font de lui un excellent chien de berger.

 

C’est d’ailleurs son rôle auprès des troupeaux qui explique que lors de sa reconnaissance il fut considéré comme un chien de berger, et plus précisément comme une des variétés du Chien de Berger Belge.

 

Il continue aujourd’hui de remplir ce rôle à merveille, assurant à la fois la protection des animaux et leur conduite.

Comme chien de compagnie

Non content d’être un travailleur zélé, le Berger Belge Tervueren fait également un très bon animal de compagnie. Affectueux et proche de ses maîtres, il trouve toute sa place au sein d’un foyer suffisamment disponible et actif pour lui. Il apprécie tout particulièrement un maître sportif qui lui fait partager ses activités.

Comme chien de compétition

Les qualités physiques et intellectuelles du Tervueren le rendent aussi capable de briller dans de nombreuses disciplines canines : les compétitions de pistage et de travail sur troupeau, bien sûr, mais aussi certains sports comme l’agility, le cani-cross ou encore le frisbee.

Comme chien d'exposition

En raison de son apparence élégante, on retrouve régulièrement le Tervueren dans les expositions canines. En parallèle de celles spécialisées par exemple dans la protection et la conduite des troupeaux, il existe ainsi des lignées de beauté, spécialement destinées à cet usage.

Comme chien policier

Doté d’un bon odorat, intelligent, réputé facile à éduquer et surtout très polyvalent, le Tervueren mit rapidement ses compétences de gardien et de pistage au service des forces de l’ordre, et ce dès l’aube du 20ème siècle.


Particulièrement efficace pour les recherches en raison de son odorat développé, il continue d’être très utilisé par les services de police pour retrouver les personnes disparues (par exemple lors d’avalanches en montagne), au même titre que son cousin le Malinois.

Comme chien secouriste

Aujourd’hui comme hier, l’odorat du Tervueren permet de l’utiliser comme chien secouriste pour partir à la recherche de personnes disparues, par exemple celles victimes d’avalanches.


Il est en revanche moins apprécié que le Malinois ou le Berger Allemand pour la détection de substances illicites, par exemple aux douanes.

Autres usages

Le Tervueren est un animal puissant, et est donc parfaitement capable de transporter des charges. Le couple fondateur de la race était d’ailleurs utilisé à cette fin, et certains de ses représentants furent réquisitionnés pendant la première Guerre Mondiale pour le transport des blessés.


Il fut également utilisé à cette même période comme chien messager.


Plus d’un siècle plus tard, ces usages sont évidemment loin de faire partie de ses principales utilisations...

Quel que soit le pays, le prix demandé pour pouvoir adopter un Tervueren dépend de la réputation de l’élevage, de la lignée dont le chiot est issu ainsi et surtout de ses caractéristiques propres, tant sur le plan mental que physique. Ce dernier point explique d’ailleurs pourquoi on constate parfois des écarts importants au sein d’une même portée.

En France, Belgique et Suisse

Le prix d’un chiot Berger Belge Tervueren est de l’ordre de 1000 euros pour un sujet, mâle ou femelle, né en Belgique ou dans un pays limitrophe et destiné à la reproduction ou à la compétition.

 

Pour un animal de compagnie, il est possible de trouver des chiots à partir de 800 euros.

Au Canada

Il existe moins d’une dizaine d’élevages de Tervuerens au Canada, et un chiot coûte généralement autour de 1600 dollars canadiens. Compte tenu de la faiblesse de l’offre disponible dans le pays, il peut être judicieux d’opter pour l’importation afin de disposer de davantage de choix et trouver plus facilement un chiot. Par exemple, les éleveurs sont déjà un peu plus nombreux aux États-Unis, et demandent un montant situé le plus souvent aux alentours de 2000 dollars américains.


L’importation d’un chiot au Canada nécessite bien sûr certaines formalités, et il est impératif de respecter la réglementation en vigueur pour éviter toute mauvaise surprise. En outre, des frais administratifs et des coûts de transport viennent alors s’ajouter au prix d’achat.

Trouvez un élevage de Berger Belge Tervueren près de chez vous !Voir les éleveursRéférencer votre élevage
Vous souhaitez adopter un Berger Belge Tervueren ou organiser une saillie entre Bergers belges Tervuerens ?Voir les annoncesPublier une annonce

Avis & conseils Berger Belge Tervueren

le tervueren est un chien qui aime apprendre, il est intelligent et très attaché à son maître.Il supporte mal la perspective d'un abandon ou de la solitude.

C'est un chien émotif, calme un instant plus tôt et tout à coup au summum de la vigilance, de la réactivité suite à une perturbation (présence d'un congénère, crainte d'un danger, sortie d'un des membres de la maison).

Ce n'est pas un chien pour maître laxiste, il exige un maître responsable , des sorties régulières,des limites claires et réitérées ainsi que de l'anticipation de la part du maître(il vaut mieux récupérer son chien avant l'arrivée d'un élément déclencheur que de tenter de le faire lorsqu'il s'est fait embarquer par ses émotions).

Il faut surveiller l'attitude du chien en cas de réunion familiale nombreuse, il a tendance à vouloir rassembler tout le monde au moment des départs ou des éclatements des groupes.Le mien part en vrille en tournant, crocs relevés pour impressionner son troupeau qui se disperse.Je sais qu'il bluffe, mais je dois intervenir vite pour le rappeler avant qu'il pince certains gigots.

(c'est le moment de savoir si l'apprentissage du rappel fonctionne toujours mais certains flippent quand même).

Il n'obéit pas à m fille, à mes amis de la même manière et certains me téléphonent en disant qu'ils n'arrivent pas à sortir de la maison.

Une fois cela dit c'est un chien affectueux,joyeux,joueur,sportif,qui a besoin d'apprendre pour dominer son cerveau reptilien.( Certains humains pourraient d'ailleurs méditer là dessus....).

j'adore mon tervu et suis fière de son adaptation.

Adopté à 2 ans et demi, sans aucune éducation,suite à un abandon j'ai travaillé 2 ans avec lui très régulièrement pour le promener en sécurité. Cela a été difficile mais lorsque je regarde le chemin parcouru je me dis:" lui et moi, quel chemin!!"

   
Par Bourse Christine

Je garde une tervueren quand ses maitres s'absentent 1, 2 ou 3 semaines.

A la première garde elle avait 1 an.

Contrairement à ce que j'ai lu sur internet, elle ne bave pas, elle accepte tous les animaux et jouent avec, elle perd très peu ses poils, alors que le golden en perd beaucoup, elle n'est pas gardienne, elle est très peau de colle, elle écoute bien, elle accepte les étrangers à la maison, elle est contente de venir chez moi ses maitres ne lui manque pas, elle est très calme à la maison et en promenade, nous n'avons jamais à la gronder

Je suis très contente de la garder à chaque fois. Elle est difficile, mange quand même les croquettes de toutes marques mais se lasse très vite. Elle préfère gâteau, viande...

Voici 4 ans que je la garde, je ne connais pas sa voix, elle n'a jamais aboyé. Tout ce que j'ai lu sur internet ne correspond pas au tervueren. Elle a été acheté dans un élevage de tervueren. Ses maitres sont très fidèles à cette race, leurs parents également. Je l'ai éduqué en 1 semaine avec douceur, et ses maitres m'ont remercié.

+1    0
Par evelyne

Je pense qu il faut que tu travaille avec d aeruts chiens en tenant tes chiens en laisse dans un premier tempsutilise une laisse a rallonge et quand ton chien va vers lautre rappel le, sil ne reviens au bout du 2eme appel, dis non et tire un coup sec sur la laisse, s'il ne reagit pas, redonne lui l'ordre et reagis de la meme manie8re jusqu a ce qu il reviennesurtout felicite le et donne lui des recompences ( la balle pour jouer, des gateaux qu il aime etc )une fois qu il revient bien, tu lui enleve la laisse et tu continue de la meme manie8re

+1    0
Par pseudo

Notre Tervueren est arrivé chez nous à 2 mois 1/2 - il aura 16 ans au mois d'avril - même si cela est vraiment compliqué, ne semblant pas souffrir, nous le garderons le plus longtemps possible, chien merveilleux

+1    0
Par Gelin Colette

Bonjour,j ai une femelle tervueren agée de 2 ans nommée laica elle est très douce proche de moi et adore se promener et jouer dans l eau.Aime beaucoup les enfants .elle est adorable....

0    0
Par pseudo bella

J'ai un tervueren gris cendré de grande taille, il a 9 ans, je l'ai récupéré près de Chambéry, il avait 3 ans, aucun dressage. A mon arrivée il est venu face a moi, a posé ces pattes sur mes épaules et m'a léché doucement la joue. Pas eu besoin par la suite de dressage, il m'obéi très facilement, mais je lui parle toujours doucement. Il a sa couette a côté de mon lit pour l'hiver, il est très calin.

0    0
Par Leroyer

Bonjour, j'ai un Tervuren de 2 ans et demi, il a tendance à grogner sur les gens qui s'approche de moi en balade, il y a un an que je le possède, je n'ai pas pu l'éduquer. C'est mon malheur!

0    0
Par Torgal33

J'ai accueilli un tervueren de 18 mois depuis un mois. C'est un chien adorable qui s'est adapté à la maison en deux jours ainsi qu'aux 8 chats que j'ai également récupérés qui vivent à la maison et aux deux autres chiens récupérés, eux aussi, un berger blanc suisse et un samoyède. Ce sont trois mâles. Ce jeune berger belge tervueren a remis de l'ambiance dans la maison, ils jouent tous les trois ensemble la journée et dorment tous les trois à la maison avec les 8 chats la nuit. Si vous connaissez un autre tervueren à adopter, mâle ou femelle, veuillez me contacter svp. Merci à tous et à votre service si je peux vous être utile. Cordialement,

0    0
Par isabelle

J'ai une femelle Tervueren nommée Suzy, âgée de 6 ans. Elle est très affectueuse, très bonne gardienne et est d'une grande fidélité. Moi, je ne lui vois aucun défaut hormis sa nervosité mais bon c'est ma fille!

0    0
Par pseudoNini

notre male de neuf ans apelle verone car son vrai nom est virback du grand senechal est vraiment adorable et obeissant il nous suit partout meme dans le camping car attention tres bon de garde et tres serviable avec nos petits enfants tres beau chien

0    0
Par jean-pierre

j ai eu une chienne tervueren qui a vecu jusqu a 17 ans une perle je lai beaucoup pleuree j ai maintenant un tervueren male qui a 6 ans et c est pareil c est mon compagnon et nous nous adorons tres bon de garde les tervueren sont des chiens merveilleux ils font partie integrante de la famille

0    0
Par lemarchand

Ma chienne berger tervueren sable n'a que deux mois (bientot) et c'est la plus énergique de la portée ! Les parents sont MAGNIFIQUES.Père berger belge tervueren charbonnais a poils TRES longs et mère berger allemand.Les chiots sont très beaux.???

0    0
Par Régine

bonjour,j'ai une chienne Tervueren qui va avoir 6 mois elle en est à son 6ème cours de dressage à l'obeissance et ce week end au cours elle m'as agréablement surprise elle est restée dans la position donnée (assi puis coucher) et n'a pas bougé lorsque je me suis éloignée d'elle je pensai que cela prendrer plus de temps car des que je suis à la maison elle est carrement scotcher à moi.elle est d'une trés grande gentillessey compris avec mon autre chenne de 11 ans (bichon)

0    0
Par MIQUEL Catherine

j'ai un groenendael et un tervueren elles ont 6 ANS ET DEMI adorables tres bonnes gardiennes et tres proche de moi le tervueren est dressee a l'obeissance
travaille tres bien chose que je n'ai pas obtenu avec le groendael qui est tre vive

0    0
Par LECONTE

Chips est notre Tervueren, né le 12 février 2010.
Il est adorable très intelligent mais il ne supporte pas de rencontrer des gens en ballade. Il les aboie, s'ils ont peur il ne les lâche pas.Il est obéissant mais dans ce cas précis il ignore nos appels.
Néansmoins j'adore mon chien qui me le rend bien.

0    0
Par Claire

j'ai un tervueren depuis 4ans une perle avec les enfants c'est un trés bon chien de compagnie et de garde . On le dit jaloux c'est vrai mais il est adorable avec ma petite chienne coker qui est depuis un an avec nous .attention au compères qui aurait le malheur de s'approcher d'elle !un vrai grand frère!j'ai eu de nombreux chien CHIPS est le top du top!

0    0
Par chipsounette

je viens d'acquerir une petite tervueren qui est neé le 25/09/10, et mème parmis les petites bétises de son age, je l'adore.elle est dejà tres caline.je ne peux que craquer pour elle.croyez moi,elle sera la plus heureuse,je ferai tout pour.c'est aussi ma fifille.

0    0
Par didier

Moi je suis depuis peu dans la race , etje peux vous dire ke j'ai ai attraper le VIRUS!!!
Se sont des chiens exeptionnels voilà tout !!!

0    0
Par christelle

Nous avons un Tervuren de 11 mois et c'est un "Amour", très intelligent, sociable, vif et infatiguable, il adore les gens mais est aussi bon gardien et gare à celui qui toucherait à un membre de la famille et quelle star !!! Tout ceux qui le voient l'adorent ....
Que du bonheur depuis 9 mois et nous espérons que cela dure encore longtemps.. Vive le Tervu !!!

0    0
Par cricri60

bonjour moi j'ai un tavu depuis 4 ans il a 9 ans et je l'ai récupéré dans un refuge. C'est un anciens reproducteur et na pas vraiment connus l'affection des hommes. Il ma fallut beaucoup de patience et d'amour pour qu'il m'accepte et qu'il n'et plus peur au moindre mouvement. Maintenant il est adorable et demande des calins dés que l'on sort la main de la poche lol.

0    0
Par marie claire

bonjour, j'ai une femelle tervu de 12 ans en pleine forme malgrè son âge, jel'ai eu a environ 1 an 1/2 elle avait eu deux maîtres, dont un l'avais prise pour faire la manche (et ne la traitait pas bien) elle est super, très douce avec les humains (sauf facteur) dominante avec ses congénères, super intelligente - ces chiens sont plein d'amour, par contre elle n'est pas méfiante avec les étrangers, au contraire elle pleure dès que quelqu'un arrive au portail, même un inconnu - mais celui qui s'est montré un jour menaçant elle ne l'a jamais oublié 8 ans après - ces chiens ont une mémoire incroyable. et je suis d'accord avec Shinin ils lisent dans vos pensées tellement ils vous aiment, après elle je prendrai certainement un berger belge, par contre j'ai lu qu'ils étaient sujets au cancer de l'estomac, qui a eu ce problème ? ça m'inquiète

0    0
Par noelle64

et bien j'ai une berger belge croisée tervueren depuis 18 mois et je peux vous dire que ce n'est que de l'amour !!!!!
je l'ai eu adulte et poutant elle nous a trés vite adopté, et nous aussi.
nous disons d'elle que c'est "de l'amour avec du poil autour"
c'est ma fifille et nous l'aimons trés fort.

0    0
Par isa

bonjour,race géniale à condition d aimer les chiens très collants, réclamant énormément d' amour, mais qui vous redonnent aux centuples. c'est mon 2eme tervueren. Le premier a vécu jusqu'à 14 ans et mon deuxième a 11ans le 26 novembre. Ils sont parfaits à condition d être avec leur maître et de partager tout ce qu 'il fait. Seul ombre à ce tableau leur méfiance qui tourne bien souvent à de la peur. Une fois que quelque chose est entrée dans leur tête ( 1 fois cela leur suffit) en bien comme en mal , il s en rappelle pour longtemps. Hyper intelligent, trop parfois, il vous espionne et précède vos gestes. L'éducation est très facile car ils font tout pour vous faire plaisir. Chiens parfaits que j adore.

0    0
Par shinin