Bangkaew de Thaïlande

Bangkaew de Thaïlande

Autres noms : Thaï de Bangkaew
Groupe : Chien de type Spitz et de type primitif

Partager
 

Qualités du Bangkaew de Thaïlande

Tempérament du Bangkaew de Thaïlande

Affectueux
Aime les enfants
Calme
Facile à éduquer
Joueur
Peut rester seul
Protecteur
S'entend avec d'autres animaux
Sociable

Le Bangkaew de Thaïlande au quotidien

A peu besoin d'exercice
Aboie peu
Bave peu
Mange peu
Nécessite peu d'entretien
Perd peu ses poils
Peu coûteux à toiletter
Peu enclin à l'obésité
Santé robuste

Caractéristiques

Poids de la femelle
De 16 à 18 kilos
Poids du mâle
De 18 à 20 kilos
Taille de la femelle
De 41 à 51 cm
Taille du mâle
De 46 à 56 cm

Le Bangkaew de Thaïlande : pour qui ?

Avec des enfants
Comme premier chien
En appartement
Pour personne peu disponible
Pour personne âgée
Pour petit budget

Informations sur le Bangkaew de Thaïlande

Le Bangkaew de Thaïlande naquit comme son nom l’indique en Thaïlande, au début du 20ème siècle. Il est originaire plus précisément du village de Bangkaew, dont il tient son nom et qui est situé dans la province de Phitsanulok. Si ses origines exactes sont assez floues, les historiens pensent qu’il découle de croisements entre un chien domestique thaïlandais et le Chien-Chacal d’Asie, désormais éteint.

 

L’histoire veut qu’il soit apparu au monastère Wat Bangkaew, situé au milieu d’une forêt habitée de nombreux chacals, sangliers et autres animaux. Un jour, Puh Maak Methare, moine miséricordieux qui aimait prendre soin de toutes les espèces, accueillit une chienne gestante que lui apporta Tah Nim, une villageoise voisine. Aucun chien mâle ne rôdant alors dans les environs, c’est d’un chacal que la femelle aurait été gestante. Elle aurait alors donné naissance à quatre chiots bruns et noirs. Plus tard, ces derniers s’accouplèrent avec des chiens d’une famille d’agriculteurs arrivée dans un village voisin nommé Huay Chan, et auraient ainsi donné naissance à une portée ressemblant à l’actuel Thai Bangkaew.

 

Si des tests ADN ont pu prouver qu’elle descend bien du Chien Domestique Thaïlandais et du Chien-Chacal Asiatique, on ne sait pas grand-chose de plus sur les origines exactes de cette race. En revanche, on sait qu’il était utilisé pour chasser et garder les maisons, s’avérant être un excellent gardien, qui ne manquait pas d’aboyer à l’arrivée de n’importe quel inconnu.

 

Plus tard, dans les années 60, un travail de sélection et d’élevage commença à partir d’une portée de chiots et permit de développer la race que l’on connaît aujourd’hui. Néanmoins, dans les années 80, elle fut proche de l’extinction, du fait d’un manque d’intérêt de la part de la population. Un vétérinaire de la province de Phitsanulok, le Docteur Nisit Tangtrakarnppong, se mit alors en tête de faire tout son possible pour éviter à ce chien de disparaître. C’est dans ce but qu’il lança le programme « Bangkaew Khuen Thin », qui parvint effectivement à accroître sa reconnaissance et préserver la race.

 

Elle fut reconnue à titre provisoire par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) en 2011, mais rares sont les organismes d’envergure qui ont fait de même. Ainsi, elle est encore quasiment absente d’Amérique du Nord, faute notamment de reconnaissance par l’American Kennel Club (AKC) et le United Kennel Club (UKC) américains, ni par le Canadian Kennel Club (CCC). La situation est la même au Royaume-Uni, où elle n’est pas encore acceptée par The Kennel Club, l’organisme de référence du pays. En France, il fallut attendre 2016 pour qu’un premier individu soit enregistré auprès de la Société Centrale Canine (SCC), et le nombre de naissances annuelles se compte sur les doigts d’une main. En revanche, dans son pays, alors qu’elle était par le passé étroitement associée à la province de Phitsanulok et difficilement trouvable en dehors, elle a su faire son chemin à travers tout le pays, au point qu’on trouve désormais des élevages de Thai Bangkaew sur tout le territoire

Plutôt athlétique, le Bangkaew de Thaïlande s’apparente aux chiens de type Spitz, bien qu’il ne soit absolument pas originaire de la même région du monde que ces derniers. Il est doté d’une morphologie carrée, est bien proportionné et présente des lignes bien définies ainsi qu’un corps compact et souple qui lui offre une démarche élégante. Sa poitrine est plutôt profonde et son cou est fort et bien musclé. Ses pattes avant sont très puissantes et droites, tandis que ses membres postérieurs sont bien musclés et légèrement inclinés. Ses pieds s’apparentent à ceux d’un chat : ils sont ronds avec des coussinets durs, eux aussi arrondis.

 

La queue est en forme de panache plumeux et portée haute, sur le dos. Elle est en général incurvée vers l’arrière. 

 

La tête est large, anguleuse, et présente un crâne plutôt massif. Le museau est effilé et couvre des mâchoires en forme de ciseaux. Les oreilles sont triangulaires, pointues et portées très hautes sur la tête. Elles sont assez petites comparativement à la taille de cette dernière. Quant aux yeux, ils sont de taille moyenne et de couleur noire ou marron foncé.

 

La robe du Thai Bangkaew est composée d’un manteau extérieur mi-long et d’une couche de sous-poils doux et denses. Il possède plus de poils au niveau du cou et des épaules, au point qu’il semble parfois porter une crinière. La palette de couleurs de robe possibles est assez étendue, pouvant aller du simple blanc à un divers combinaisons mêlant le blanc et une autre couleur : marron, gris, roux, beige ou encore noir. Son épais manteau lui permet de vivre sous la plupart des latitudes et le rend assez résistant aux températures extrêmes, qu’elles soient froides ou chaudes.

 

Enfin, cette race est caractérisée par un dimorphisme sexuel assez fort, qui se traduit par un écart de poids entre mâles et femelles se situant autour de 30%.

Le Thai Bangkaew est un chien de compagnie actif, énergique, intelligent, déterminé et courageux. Il est doté d’un caractère bien trempé, si bien qu’il lui faut plutôt un propriétaire expérimenté, capable de gérer sa personnalité parfois têtue. Son maître doit être patient et ferme, capable de montrer à son chien quelles sont les limites avec calme et bienveillance, mais aussi fermeté. Une formation précoce et une bonne socialisation s’imposent pour éviter les comportements indésirables qui l’animent parfois, en particulier les tendances destructrices et dominatrices.

 

Ce chien n’en est pas moins extrêmement loyal et joueur, dès lors qu’il est bien pris en main. Très dévoué, il s’efforce toujours de plaire à ses propriétaires, avec qui il noue des liens très forts. Il a d’ailleurs parfois tendance à choisir une seule et unique personne référente au sein du foyer, et à s’y s’attacher tout particulièrement. Quoi qu’il en soit, ses propriétaires ne doivent donc pas être trop absents : il lui faut un maître capable de lui consacrer du temps et de l’énergie.

 

Il s’agit en effet d’un chien actif qui éprouve le besoin de se défouler de manière conséquente tous les jours, et ne supporte pas l’ennui : une trop faible activité physique pourrait nuire à son équilibre mental et provoquer chez lui – comme c’est le cas au demeurant chez beaucoup de chiens – le développement de troubles du comportement, comme un stress du chien ou de l’agressivité. Son propriétaire doit donc s’assurer que son compagnon ne soit pas trop souvent seul, qu’il dispose d’un accès libre à un vaste espace extérieur et qu’il est sorti très régulièrement pour des promenades, il convient de varier les itinéraires, car c’est un chien qui s’ennuie vite et qui n’aime pas vraiment la routine. Enfin, ce n’est pas seulement physiquement qu’il a besoin d’être sollicité, mais aussi mentalement – que ce soit à travers des séances d’entraînement, des jeux ou justement des promenades, qui lui permettent notamment de faire travailler ses sens. Il découle de ce qui précède que la campagne constitue l’environnement idéal pour lui, car elle lui offre tout l’espace et les stimulations dont il a besoin. En tout état de cause, ce chien n’est clairement pas fait pour vivre en appartement.

 

Il peut faire le bonheur d’une famille avec enfants, sous réserve que ces derniers soient assez âgés pour savoir comment interagir de manière respectueuse avec un chien. En effet, le Thai Bangkaew peut se montrer assez impatient - voire agressif - envers les plus jeunes, s’ils le sollicitent de manière trop brutale.

 

On pourrait penser qu’offrir à son chien un compagnon de jeu est une bonne manière de lui éviter de souffrir de la solitude. Toutefois, les choses ne sont pas si simples, car le Bangkaew a tendance à se montrer dominant et agressif envers ses congénères, et peut donc ne pas du tout s’entendre avec d’autres chiens. Une socialisation précoce permet toutefois de limiter ce type de comportements.

 

Il en va d’ailleurs de même concernant une éventuelle cohabitation avec d’autres animaux : pour qu’elle se passe au mieux, il doit les connaître depuis tout petit. En effet, comme il possède un fort instinct de chasseur, une cohabitation avec des animaux plus petits que lui pourrait vite mal tourner, à moins qu’il y soit habitué de longue date. En tout état de cause, même si un travail de socialisation a été fait, il ne faut jamais le laisser seul avec un rongeur ou un oiseau.

 

Enfin, il se montre méfiant envers les étrangers et a tendance à beaucoup aboyer lorsqu’il ne se sent pas en confiance. Si un travail de socialisation n’a pas été correctement mené, il peut même se montrer agressif et mordre de manière infondée. En tout état de cause, il est très alerte et protecteur envers sa famille, ce qui en fait un excellent chien de garde.

Le Thai Bangkaew est une race de chien difficile à éduquer. Il se montre en effet assez têtu et a souvent tendance à vouloir prendre le dessus sur son maître. Il teste beaucoup ses limites, et ne convient donc pas du tout à un propriétaire débutant en matière d’éducation canine ou peu sûr de lui. Même un éducateur canin expérimenté doit s’armer de patience lors de la formation de ce chien.

 

Il faut veiller en particulier à réprimander sans attendre les comportements destructeurs qu’il peut développer dès sa jeunesse, de façon à éviter que cela devienne une habitude par la suite. Il est également conseillé de favoriser les méthodes d’éducation canine faisant appel à sa grande intelligence et son excellente mémoire. Le renforcement positif lui convient parfaitement, car il aime être encouragé. Au contraire, toute méthode trop « dure » à son goût pourrait le braquer et le rendre réfractaire à l’apprentissage. 

 

Il s’agit d’un bon chien de garde mais qui a tendance à se montrer menaçant à l’égard des inconnus. Il convient donc de lui apprendre à se calmer rapidement à l’ordre de son maître, lorsqu’une nouvelle personne arrive chez lui par exemple.

 

Par ailleurs, une socialisation très précoce s’impose, sans quoi il a de grandes chances de développer des comportements agressifs, notamment envers les autres chiens. Il faut donc prendre le temps de lui faire rencontrer un maximum de personnes, d’animaux (y compris d’autres chiens), d’environnements et de situations, afin de lui permettre de grandir et vivre le plus sereinement possible. Une fois bien socialisé et éduqué, il peut faire un chien de famille idéal.

 

En tout état de cause, il est impératif que le maître parvienne à se faire obéir par son chien et à le calmer quand cela est nécessaire, en particulier lors de rencontres avec des personnes inconnues. Comme il se montre très méfiant et menaçant envers ces dernières, la situation peut vite dégénérer si elles réagissent d’une manière qu’il juge inapproprié et qu’il n’obéit pas aux injonctions de son maître.

Le Thai Bangkaew jouit de manière générale d’une excellente santé. C’est en effet une race de chien rustique et résistante, et il ne pose normalement donc pas beaucoup de problèmes à son propriétaire de ce côté-là. Cela étant, comme toutes les races, il peut être confronté à certaines maladies courantes chez les chiens.

 

Ainsi, il se montre assez sensible aux problèmes d’otite externe. Ces inflammations du conduit auditif externe peuvent survenir à cause de parasites, d’une trop forte accumulation de poils dans les oreilles, d’une infection bactérienne ou encore d’une allergie alimentaire. Une otite externe provoque une production excessive de cire, des rougeurs, des douleurs et des démangeaisons au niveau de l’oreille. Pour éviter ce problème, elles doivent être gardées le plus possible au sec et être nettoyées régulièrement.

 

Par ailleurs, comme tout grand chien, il peut souffrir de dysplasie de la hanche, une affection héréditaire caractérisée par un mauvais emboitement du fémur dans l’articulation de la hanche. Si certains individus présentent alors des boiteries à l’une des pattes arrière ou aux deux, d’autres ne montrent aucun signe d’inconfort. Toutefois, dans un cas comme dans l’autre, la dysplasie de la hanche peut entraîner des problèmes d’arthrite du chien, en particulier lorsqu’il atteint un âge avancé. Toute personne envisageant d’adopter un chiot auprès d’un éleveur de Thai Bangkaew doit donc s’assurer que ses parents ne souffrent pas de ce problème, même si cela ne suffit pas à écarter le risque. En tout état de cause, tout éleveur sérieux fait tester ses reproducteurs et leur progéniture, de façon à identifier et écarter les individus atteints.

 

Le Bangkaew de Thaïlande est aussi davantage exposé à la maladie du vers du cœur, une infection transmise depuis un autre chien contaminé via une piqûre de moustique. Le parasite élit domicile dans le ventricule droit et les artères pulmonaires du malade, qui ne montre en général aucun symptôme jusqu’à ce que l’infection devienne sévère.

 

La cataracte est également un problème qui touche particulièrement cette race. Cette maladie peut endommager un seul œil ou les deux, et entraîne leur opacité partielle ou totale. Elle peut être causée par un traumatisme oculaire ou tout simplement par la vieillesse. Par ailleurs, elle peut se développer au fur et à mesure que le chien grandit, ou bien être présente dès sa naissance. Dans certains cas, elle n’altère que très peu la vision du chien, mais dans d’autres elle provoque une cécité totale.
Les représentants masculins de cette race peuvent également souffrir de cryptorchidie, une anomalie de l’appareil génital dans laquelle un ou deux des testicules ne descendent pas dans le sac scrotal. Le testicule non descendu reste alors bloqué dans l’abdomen ou dans la région inguinale et peut devenir cancéreux. Les individus affectés doivent être opérés et écartés de la reproduction, car cette maladie est héréditaire.

 

Enfin, grâce à son épais manteau qui le protège tant du froid que de la chaleur, le Bangkaew se montre particulièrement résistant aux températures extrêmes.

Le Bangkaew de Thaïlande a besoin d’un entretien assez régulier.

 

En effet, sa double couche de poils et la longueur moyenne de ces derniers requièrent un brossage 2 à 3 fois par semaine afin d’éviter la formation de nœuds dans son pelage.

 

Il est en outre recommandé de faire prendre un bain à son chien toutes les 6 à 8 semaines, afin de le garder propre. Attention toutefois à ne pas le baigner trop souvent, car cela entraînerait une production d’huile anormalement conséquente, rendant sa fourrure grasse.

 

Enfin, ses oreilles et ses yeux ont tendance à se salir rapidement. Il est donc conseillé de procéder à leur nettoyage chaque semaine, de façon à prévenir tout type d’infection, et notamment d’otite externe.

Le Bangkaew de Thaïlande préfère les aliments en conserve (en particulier la pâtée) aux aliments secs comme les croquettes. Toutefois, il peut s’accommoder également de ces dernières, dès lors qu’elles sont mélangées avec de l’eau.

 

Évidemment, comme pour tout chien et ce quel que soit son âge, il est primordial d’adapter la ration alimentaire fournie au niveau d’activité de son compagnon.

Le Bangkaew de Thaïlande fut pendant longtemps utilisé comme chien de garde et de chasse dans son pays natal. Ses talents de chasseur ne sont plus vraiment exploités de nos jours, mais il conserve un très fort instinct de protection qui, lui, continue de l’être. En effet, on le retrouve beaucoup employé avec la double casquette de chien de compagnie et de gardien de la propriété.

 

C’est aussi une race idéale pour faire du sport avec son chien, car il accompagne volontiers son maître en jogging, en randonnée ou devant un vélo. Il s’épanouit pleinement à travers la pratique de sports canins lui permettant de se défouler, comme par exemple l’agility.

Le Thai Bangkaew étant une race de chien rare, il est difficile de définir un prix de marché, mais les rares spécimens que l’on peut trouver en Occident sont proposés généralement entre 500 et 800 euros.

 

Par contre, s’il est bien difficile d’en trouver en dehors de son pays d’origine, de nombreux élevages existent dans la province de Phitsanulok ainsi que partout ailleurs en Thaïlande. Leurs chiots sont généralement proposés autour de 6.000 bahts, soit un peu moins de 200 euros. En tout état de cause, si le chiot doit être importé depuis la Thaïlande, des coûts de transport et des frais de douane viennent s’ajouter au prix d’achat lui-même.

Avis & conseils Bangkaew de Thaïlande

Bonjour je suis proprietaire d une jeune femelle Bangkaew et c est une chienne fiere et attachante defendant son domaine et sa famille , elle aime les enfants et n aboie pas tellementce que je prefere c est une race tres agreable et independante

   
Par jacob franck