Il faut sauver l'épagneul picard !

23.05.2011
Partager
 

Le Nouvion-en-Thierache (Aisne) Vous avez sûrement déjà entendu parler de l'épagneul breton, sûrement moins du picard. Eric Chivot, membre du club épagneul picard est venu défendre la race lors de la fête de la nature.

PHOTO : Gautier Noisette tient en laisse Caline 3 ans 1/2 et Gaby, 9 semaines. A ses côtés, Eric Chivot, délégué régional du club.

«L'ÉPAGNEUL PICARD, vous connaissez ? » L'homme s'approche du stand, regarde les chiens, les dépliants et répond : « Non. Pourtant je suis chasseur. » Et ce n'est pas une exception. L'épagneul picard, le bleu de Picardie et le Pont-Audemer, les trois races d'épagneul picard sont inconnues du grand public.
« Il y a quatre ans, j'ai lu un article dans la presse spécialisée qui disait que la race était en voie d'extinction. Je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose », explique Eric Chivot. Cet habitant d'Etreaupont a pris le taureau par les cornes. Il a adhéré au club de l'épagneul picard, une association basée dans la Somme, et en est devenu délégué régional Bourgogne. Il se charge aussi de la communication et des naissances.
« Il n'y a pas d'élevages professionnels car la race est trop restreinte en terme d'effectifs. Si quelqu'un veut acquérir un épagneul picard, il se rend sur le site du club, m'appelle et je lui trouve un éleveur proche de chez lui. » Avec moins de 100 naissances par an, l'épagneul picard est classé « race vulnérable ».


Désaffectation


L'épagneul picard est plus grand que l'épagneul breton, mais possède les mêmes qualités estime Eric Chivot. « C'est un chien polyvalent qui chasse du petit gibier : oiseaux, lapins, lièvres… Il est à l'aise aussi bien en plaine, qu'au bois et au fourré. Il est parfait pour chasser la bécasse. Et puis c'est un chien très affectueux. »
Jérôme Noisette un chasseur, propriétaire d'épagneuls picards et son fils Gautier, confirment. « C'est une race que j'ai découverte dans un magazine. J'ai voulu en avoir un pour tester et je ne changerai pour rien au monde ! » « Quand on est parti en vacances, il est resté assis à côté de moi dans la voiture pendant sept heures sans bouger », renchérit le fils.


Malgré ces bonnes appréciations, la race des épagneuls picards souffre de « désaffection », jure Eric Chivot.
« À cause d'un effet de mode. Le picard est un grand chien, or les gens aiment beaucoup la miniaturisation. » Autre problème souligne Eric Chivot, la mode des chiens anglais.
Alors le délégué régional tente de renverser la vapeur par tous les moyens : présence sur des événements locaux, lobbying auprès des fédérations de chasseurs, articles dans la presse spécialisée… Mais pourquoi un tel acharnement pour faire vivre une race de chiens ? « Je suis un fils de chasseur. Mon père avait un épagneul picard. Dès que j'ai eu l'âge de chasser, j'ai suivi mon père. Je me souviendrai toujours de cette image : un jour, notre épagneul nous a ramené un lièvre. Il était âgé et ne pouvait plus le soulever alors il l'a ramené en le traînant par terre. »

Club de l'épagneul picard, site web : club-epi-ebp-epa.com, Tél. (président) 03.22.76.61.47.

Mélanie CHALULEAU

Vidéos sur ce sujet

Discussions sur ce sujet