Chien - Le dogue du Tibet, dernier accessoire à la mode des riches Chinois

10/04/2010
Partager
 

PEKIN (AP) — Dans la panoplie des milliardaires chinois, un nouveau signe extérieur de richesse un peu encombrant vient de faire son apparition aux côtés des voitures de sport et châteaux: le dogue du Tibet, un gros chien poilu utilisé pour garder les moutons par les bergers tibétains.

Interdit par le régime communiste car considéré comme une habitude bourgeoise, le fait de posséder un chien est désormais très à la mode en Chine, le dogue du Tibet (ou do-khyi) devenant la dernière tendance pour afficher ses moyens, au-delà de l'immobilier ou de la bourse.

"Avant, j'investissais dans le dogue allemand, mais c'est le dogue du Tibet qui est désormais à la mode", explique Sui Huizheng, un homme d'affaires qui possède 20 do-khyis et qui a participé à la 6e Exposition chinoise du dogue du Tibet.

Des centaines de chiens étaient réunis à cette occasion, leur propriétaire présentant les plus chers sur un podium. Certains ont été baptisés du nom de riches Américains comme "Warren Buffet", ou encore "Dieu" ou "Prince".

Leur objectif: que des éleveurs soient prêts à débourser des dizaines de milliers de dollars pour trouver un partenaire pour leur animal. Sui Huizheng a ainsi dépensé 43.000 dollars (31.720 euros) dans une estrade et un box recouvert d'affiches pour présenter ses chiens. Une session de reproduction avec King, son meilleur chien, revient à 40.000 dollars (29.500 euros).

Cet engouement surpasse toute négociation commerciale et dépasse l'entendement aux yeux de n'importe qui en dehors de la Chine, en particulier pour un chien banal, au poil épais semblable à la crinière d'un lion. Connu pour son caractère féroce, il peut peser jusqu'à 80 kilos.

"Je peux comprendre le goût pour les chevaux de course ou les diamants, mais je ne comprends pas comment quelqu'un peut payer un demi-million de dollars pour un chien", commente Martha Feltenstein, présidente de l'Association américaine du dogue du Tibet. "Ils ont une espérance de vie assez courte, ne sont pas particulièrement rares, alors c'est assez déroutant de les voir atteindre des prix aussi élevés en Chine".

Aux Etats-Unis, un do-khi ne coûte que quelques centaines de dollars, selon Mme Feltenstein, alors qu'en Chine, un chien adulte peut être vendu pour des dizaines de milliers de dollars, voire plus de 100.000 dollars (73.770 euros).

Après avoir dépensé leur fortune dans l'immobilier en Australie, les pur-sang américains ou le design européen, les riches Chinois ont jeté leur dévolu sur le dogue du Tibet, nouveau symbole de leur statut. La Chine compte aujourd'hui environ 825.000 millionnaires, un record dans son histoire contemporaine, et le marché des produits de luxe est un des plus prospères au monde.

Selon l'agence de presse Chine nouvelle, les riches hommes du nord-est de la Chine se doivent d'avoir dans leur panoplie une jeune femme belle, une Lamborghini et un dogue du Tibet, et "plus il est féroce, mieux c'est".

Une autre explication possible est que le do-khyi égale argent: il ressemble à un lion, symbole traditionnel de chance en Chine. "Nous voulons une race de chien chinoise, et ce chien de berger est parfait parce qu'il est aussi un symbole de chance pour les Chinois à travers l'histoire", note Wu Yunliang, propriétaire de "Warren Buffet" et d'une vingtaine d'autres dogues. AP

ljg/v0/mw