Le spathiphyllum et le chien : toxicité, symptômes, comment réagir...

Un spathiphyllum en pot dans une maison

Modérément toxique

 

Appelé aussi « lys de la paix » bien qu'il n'appartienne pas à la même famille que le lys, le spathiphyllum est une plante tropicale couramment cultivé comme plante d'intérieur dans les régions tempérées à travers le monde. Il faut dire qu'en plus de ne pas être exigeant et d'avoir un beau feuillage vert persistant (c'est-à-dire qui dure toute l'année), il possède d'élégantes fleurs blanches en forme de demi-lune, qui lui valent d'ailleurs son surnom de « fleur de lune ».

 

Il en existe à ce jour une cinquantaine d'espèces différentes, la plus répandue étant sans doute Spathiphyllum wallisii : c'est celle que l'on rencontre le plus souvent en appartement.

Pourquoi le spathiphyllum est-il toxique pour les chiens ?

Comme beaucoup de plantes tropicales cultivées en intérieur, le spathiphyllum est toxique pour les animaux de compagnie, notamment le chien mais aussi le chat.

 

En effet, sa sève est irritante et peut même provoquer des brûlures : elle contient de l'oxalate de calcium, qui attaque les muqueuses, ainsi qu'une enzyme appelée dumbcaïne qui cause une violente inflammation. L'intoxication se produit généralement lorsque l'animal mâchonne des feuilles et/ou des tiges, ou lorsque de la sève gicle sur sa peau ou dans son oeil. Le fait d'avaler des feuilles sans les mâcher a quant à lui peu de chances de causer beaucoup de tort.

Les symptômes d'intoxication au spathiphyllum chez le chien

Comme pour les autres plantes contenant de l'oxalate de calcium, une intoxication avec du spathiphyllum commence par de fortes irritations voire des brûlures au niveau de la gueule, quelques minutes à peine après le mâchonnement des feuilles et/ou des tiges. C'est très désagréable pour le chien concerné, mais cela présente l'avantage de le contraindre à se détourner rapidement de la plante problématique, avant qu'il n'ait le temps de s'empoisonner gravement.

 

Malgré tout, si la quantité de feuilles et/ou de tiges n'est pas négligeable, d'autres symptômes sont susceptibles de se manifester : les plus courants sont une hypersalivation, une perte d'appétit, des vomissements et/ou une diarrhée pouvant être hémorragique (c'est-à-dire contenant du sang). Heureusement, les complications sont rares chez le chien, et les symptômes en restent généralement là - contrairement à ce que l'on observe par exemple chez le chat.

Que faire si mon chien a mangé du spathiphyllum ?

Si jamais un chien mange du spathiphyllum, il y a des chances qu'il s'en détourne assez vite, car des irritations et/ou des brûlures ne tardent pas à apparaître au niveau de sa gueule. Le mieux à faire pour commencer est de rincer l'intérieur de sa gueule avec de l'eau - en faisant attention qu'il n'en avale pas malencontreusement - pour éliminer le plus de toxines possible, et ainsi calmer l'inflammation.

 

Une fois que cela est fait, il est recommandé de contacter un vétérinaire ou à défaut un centre antipoison pour animaux, et de leur décrire la situation. Selon les cas, ces derniers peuvent conseiller de se rendre rapidement dans une clinique vétérinaire, pour soulager les éventuels symptômes présents (notamment les troubles digestifs). Par exemple, si les diarrhées ne semblent pas s'arrêter, un pansement digestif s'avère généralement utile pour les atténuer.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L’acacia
  3. Page 3 : L’aglaonema
  4. Page 4 : L'aloe vera
  5. Page 5 : L’aloès
  6. Page 6 : L’allamanda
  7. Page 7 : L’amaryllis
  8. Page 8 : L’anthurium
  9. Page 9 : L'arum
  10. Page 10 : L’azalée
  11. Page 11 : Le bégonia
  12. Page 12 : Le brunfelsia
  13. Page 13 : Le buis
  14. Page 14 : Le cactus
  15. Page 15 : La clématite
  16. Page 16 : Le colchique
  17. Page 17 : Le coquelicot
  18. Page 18 : Le croton
  19. Page 19 : Le cycas
  20. Page 20 : Le cyclamen
  21. Page 21 : Le dahlia
  22. Page 22 : Le dieffenbachia
  23. Page 23 : La digitale
  24. Page 24 : La dracaena
  25. Page 25 : L'euphorbe
  26. Page 26 : Le ficus
  27. Page 27 : Le fragon
  28. Page 28 : Le géranium
  29. Page 29 : Le gloriosa
  30. Page 30 : La glycine
  31. Page 31 : Le gui
  32. Page 32 : L'herbe à chat (cataire)
  33. Page 33 : L'hortensia
  34. Page 34 : Le houx
  35. Page 35 : L'if
  36. Page 36 : L'iris
  37. Page 37 : Le jasmin étoilé
  38. Page 38 : La jonquille
  39. Page 39 : Le laurier-cerise
  40. Page 40 : Le laurier-rose
  41. Page 41 : Le laurier-sauce
  42. Page 42 : La lavande
  43. Page 43 : Le lierre
  44. Page 44 : Le lilas
  45. Page 45 : Le lupin
  46. Page 46 : Le lys
  47. Page 47 : Le muguet
  48. Page 48 : Le narcisse
  49. Page 49 : L'oiseau de paradis
  50. Page 50 : L'oxalis
  51. Page 51 : Le philodendron
  52. Page 52 : Le poinsettia
  53. Page 53 : La renoncule
  54. Page 54 : Le rhododendron
  55. Page 55 : Le ricin
  56. Page 56 : Le spathiphyllum
  57. Page 57 : Le schefflera
  58. Page 58 : La tulipe
  59. Page 59 : Le yucca
  60. Page 60 : Les autres plantes toxiques