Le ricin est-il toxique pour le chien ?

Une branche de ricin avec des fruits toxiques dessus

Très toxique

 

Surtout connu pour les vertus de son huile, le ricin est un arbrisseau de la même famille que l'euphorbe, qui possède des origines tropicales. Son nom complet est ricin commun, et son nom scientifique est Ricinus communis. Selon les endroits dans lesquels il vit, il peut être plus ou moins grand (jusqu'à 13 mètres de hauteur dans son habitat d'origine) et vivre plus ou moins longtemps. Dans les régions tempérées notamment, il vit généralement moins d'un an, et meurt en hiver.

 

Dans tous les cas, il se reconnaît à ses grandes feuilles dentées pouvant être vertes ou rouges, ainsi qu'à ses fruits rouges dotés d'une multitude de petits piquants - comme la châtaigne. La célèbre huile de ricin (aussi appelée parfois huile de castor, ou castor oil en anglais) est extraite des graines présentes à l'intérieur des fruits.

 

Le ricin est toutefois connu également pour être une plante violemment toxique, aussi bien pour les humains que pour nombre d'animaux - dont le chien.

Feuille et fleurs de ricin
Feuilles et fruits verts de ricin
Des fruits mûrs de ricin

Pourquoi le ricin est-il toxique pour les chiens ?

Le ricin n'est pas connu que pour son huile, mais aussi pour un véritable poison qu'il contient : la ricine. Il s'agit d'une protéine extrêmement toxique pour l'humain comme pour les animaux, qui se trouve dans l'ensemble de la plante et en grandes quantités dans les graines. Le tourteau de ricin, couramment utilisé comme engrais et pesticide naturel, en contient aussi et est donc lui aussi dangereux.

 

D'après le document intitulé « Venins et Poisons » de l'université de Limoges (France), la ricine serait 6.000 fois plus toxique que le cyanure et 12.000 fois plus que le venin de crotale : cela en ferait un des poisons les plus puissants au monde. Les raisons de cette toxicité sont toutefois encore mal connues de nos jours : pour cette raison, des chercheurs continuent de se pencher sur cette question. On peut citer notamment l'étude intitulée « Comparative glycoproteomics of stem cells identifies new players in ricin toxicity » et publiée en 2017 dans la revue Nature, qui s'intéresse à l'action de la ricine sur l'organisme - notamment de l'être humain.

 

Le ricin contient également d'autres substances potentiellement dangereuses, comme l'acide ricinoléique. Toutefois, en comparaison de la ricine, cet acide est nettement moins toxique : il cause « simplement » une irritation des muqueuses de l'appareil digestif ainsi qu'une action purgative s'il est consommé en quantité.

La dose toxique de ricin pour le chien

Si la ricine est considérée comme un des poisons les plus puissants au monde, ce n'est pas sans raison : une infime quantité est capable de tuer un humain ou un animal, en quelques heures à quelques jours. Il en va de même du ricin, qui en contient de grandes quantités.

 

Chez l'humain, la dose létale de ricine se situe entre 1 et 20 mg par kilo de masse corporelle : il s'agit d'une quantité très faible. Cela correspond à l'ingestion d'environ trois graines pour un enfant, ou six à huit graines pour un adulte. La toxicité est augmentée si les graines sont mâchées avant d'être avalées, car elles libèrent alors davantage de poison.

 

Chez le chien, ce n'est guère plus réjouissant. D'après les différentes estimations, deux ou trois graines de ricin suffiraient pour tuer un petit gabarit, et une quinzaine de graines pourraient tuer un gabarit moyen. Des incertitudes demeurent toutefois, raison pour laquelle des chercheurs continuent de travailler sur ce sujet. Par exemple, l'étude « Lethal ricin intoxication in two adult dogs: toxicologic and histopathologic findings » et publiée en 2010 dans le Journal of veterinary diagnostic investigation s'est intéressée au cas de deux chiens morts après ingestion de tourteaux de ricin utilisés comme engrais, pour déterminer la dose létale pour la gent canine.

Les symptômes d'intoxication d'un chien au ricin

Si jamais un chien s'intoxique avec du ricin - que ce soit en mangeant des graines ou en avalant des tourteaux utilisés en guise d'engrais -, les symptômes mettent généralement quelques heures à se manifester.

 

On constate le plus souvent :

  • des troubles digestifs violents, avec des douleurs abdominales, une salivation excessive, une perte d'appétit, ainsi qu'une diarrhée et des vomissements contenant du sang ;
  • des problèmes rénaux et/ou hépatiques, avec notamment une absence d'urine ;
  • des symptômes généraux tels qu'une grande faiblesse ou des troubles de régulation de la température corporelle ;
  • des troubles neurologiques, en particulier une dilatation des pupilles, des convulsions, voire un coma puis la mort.

 

Concrètement, la ricine attaque très rapidement le foie et les reins ; ce sont ces dysfonctionnements qui finissent par causer le décès en quelques heures à quelques jours après l'ingestion. Même lorsque survie il y a, le chien a de fortes chances de conserver des séquelles, car les dégâts causés par la ricine sont souvent irréversibles. Encore plus que pour les autres plantes toxiques, une intervention d'urgence est donc essentielle pour espérer sauver le pauvre animal.

Que faire si mon chien a mangé du ricin ?

Comme pour beaucoup de plantes toxiques, il n'existe pas d'antidote contre la ricine à ce jour, que ce soit pour l'humain ou pour les animaux. La seule chose qu'il soit possible de faire est donc d'éliminer le maximum de toxines, puis de traiter les symptômes au fur et à mesure qu'ils apparaissent.

 

Si jamais l'on soupçonne son chien d'avoir mangé des graines ou des tourteaux de ricin, il faut immédiatement contacter un vétérinaire en urgence - le sien dans l'idéal, ou à défaut un autre. Si ce n'est pas possible, une autre option est d'appeler un centre antipoison pour animaux. Dans les deux cas, cela permet de recevoir de précieux conseils sur la bonne réaction à avoir : en général, la meilleure chose à faire est de faire vomir l'animal si l'intoxication est récente (moins de deux heures), ou à défaut de lui donner du charbon actif à manger.

 

En plus de ces premiers gestes, une hospitalisation en urgence du chien dans une clinique vétérinaire est fortement conseillée. Elle permet de suivre son état de près, et de traiter les symptômes au fur et à mesure qu'ils apparaissent. Par exemple, une perfusion peut être mise en place en cas de déshydratation causée par les diarrhées et vomissements, et un anti-convulsif est utile pour faire cesser les éventuelles convulsions.

 

Bien que le ricin soit très dangereux, peu de cas de décès ont été recensés jusqu'à présent. Ainsi, l'étude « Evaluation of castor bean toxicosis in dogs: 98 cases » et publiée en 2000 dans le Journal of the American Animal Hospital Association indique que sur les 98 cas d'intoxication de chien par du ricin recensés entre 1987 et 1998 par un centre antipoison américain, seuls 9% sont finalement morts ou ont dû être euthanasiés à cause de séquelles trop importantes. Il faut dire qu'une prise en charge immédiate et adaptée augmente considérablement les chances de survie.

 

Malgré tout, mieux vaut bannir totalement le ricin de son jardin et ne jamais utiliser ses tourteaux en guise d'engrais si jamais l'on possède un chien : c'est le meilleur moyen d'éviter des accidents potentiellement mortels.

L'huile de ricin pour chien

L'huile de ricin pour chien

Le ricin a beau être extrêmement toxique, ce n'est pas le cas de l'huile qui est extraite de ses graines, car elle ne contient pas de ricine. Comme en outre elle aurait divers bienfaits pour la santé, elle est appréciée comme traitement naturel pour chien.

 

En particulier, elle est surtout connue pour ses vertus purgatives, qui lui valent d'être couramment utilisée comme laxatif naturel.

 

En plus de cela, elle contribuerait à la bonne hydratation de la peau, à la santé du pelage et stimulerait même la pousse des poils. Ces vertus n'ont toutefois jamais été prouvées scientifiquement à ce jour et ne sont donc pas avérés - en tout cas pour le moment.

 

Enfin, divers naturopathes prêtent à l'huile de ricin toutes sortes d'autres bienfaits pour la santé, notamment la disparition des hématomes, la cicatrisation des plaies, le traitement de certaines maladies oculaires, la prévention d'infections microbiennes ou parasitaires, l'atténuation des douleurs liées à l'arthrite, ou encore la stimulation du système immunitaire. Ces différents bienfaits supposés n'ont pas non plus été prouvés par la science, et sont sûrement avant tout des arguments marketing destinés à inciter à l'achat puis la consommation.

 

Si jamais l'on souhaite utiliser de l'huile de ricin pour son chien, le mieux est de demander conseil à un vétérinaire - d'autant qu'elle peut avoir des effets secondaires et être déconseillée dans certains cas.

Dernière modification : 11/02/2022.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L’acacia
  3. Page 3 : L’aglaonema
  4. Page 4 : L'aloe vera
  5. Page 5 : L’aloès
  6. Page 6 : L’allamanda
  7. Page 7 : L’amaryllis
  8. Page 8 : L’anthurium
  9. Page 9 : L'arum
  10. Page 10 : L’azalée
  11. Page 11 : Le bégonia
  12. Page 12 : Le brunfelsia
  13. Page 13 : Le buis
  14. Page 14 : Le cactus
  15. Page 15 : La clématite
  16. Page 16 : Le colchique
  17. Page 17 : Le croton
  18. Page 18 : Le cycas
  19. Page 19 : Le cyclamen
  20. Page 20 : Le dahlia
  21. Page 21 : Le dieffenbachia
  22. Page 22 : La digitale
  23. Page 23 : La dracaena
  24. Page 24 : L'euphorbe
  25. Page 25 : Le ficus
  26. Page 26 : Le fragon
  27. Page 27 : Le géranium
  28. Page 28 : Le gloriosa
  29. Page 29 : La glycine
  30. Page 30 : Le gui
  31. Page 31 : L'herbe à chat (cataire)
  32. Page 32 : L'hortensia
  33. Page 33 : Le houx
  34. Page 34 : L'if
  35. Page 35 : L'iris
  36. Page 36 : Le jasmin étoilé
  37. Page 37 : La jonquille
  38. Page 38 : Le laurier-cerise
  39. Page 39 : Le laurier-rose
  40. Page 40 : Le lierre
  41. Page 41 : Le lilas
  42. Page 42 : Le lys
  43. Page 43 : Le muguet
  44. Page 44 : Le narcisse
  45. Page 45 : L'oiseau de paradis
  46. Page 46 : L'oxalis
  47. Page 47 : Le philodendron
  48. Page 48 : Le poinsettia
  49. Page 49 : La renoncule
  50. Page 50 : Le rhododendron
  51. Page 51 : Le ricin
  52. Page 52 : Le spathiphyllum
  53. Page 53 : Le schefflera
  54. Page 54 : La tulipe
  55. Page 55 : Le yucca
  56. Page 56 : Les autres plantes toxiques