Chien et noyade : que faire si mon chien se noie ?

Un Corgi en train de nager dans un lac

Dans l'ensemble, les chiens aiment beaucoup se baigner ; ce sont même plutôt de bons nageurs. Ce n'est d'ailleurs pas sans raison que certaines races - celles qui nagent le mieux - sont utilisées pour effectuer des tâches dans l'eau, comme la pêche, le rabattage de poissons ou le sauvetage en mer.


Malheureusement, cela ne suffit pas forcément pour éviter les noyades. Il suffit en effet parfois de peu de choses et de peu de temps pour que l'impensable se produise.


Il est donc utile de savoir comment réagir pour venir en aide à son animal le cas échéant, mais aussi comment réduire le risque que la situation se présente.

Dans quels cas un chien peut-il se noyer ?

Un Rottweiler nage dans une piscine

Techniquement, il existe un risque de noyade dès qu'un chien se baigne et nage quelque part - y compris dans une eau calme. Cela dit, cela peut aussi se produire s'il tombe accidentellement dans l'eau (par exemple lors d'une sortie en bateau, s'il tente d'attraper un objet dans une piscine, s'il est surpris et/ou fait un faux pas alors qu'il est sur un pont peu sécurisé...) et ne parvient plus à en sortir.

 

Les noyades se produisent généralement dans les situations suivantes :

  • dans une mer agitée, avec des vagues hautes et/ou importantes ;
  • en eau vive (rivière, fleuve...), avec un courant fort ;
  • dans une piscine n'ayant pas d'échelle ou d'escalier pour en sortir facilement ;
  • lors d'une baignade du chien en hiver, en raison du risque d'hydrocution, de fatigue et/ou d'engourdissement que l'eau froide représente - y compris à très court terme.

 

Il ne s'agit là que des situations globalement considérées comme étant les plus à risques. En effet, une noyade peut en réalité se produire dans presque n'importe quel point d'eau un minimum profond, y compris si l'animal a pied (par exemple à cause d'un malaise ou d'une hydrocution). Mais bien sûr, le risque est bien plus élevé s'il ne touche pas le fond.

 

Par ailleurs, même un chien qui nage très bien et/ou qui est équipé d'un gilet de sauvetage est susceptible de se noyer. Néanmoins, cela a évidemment plus de chances d'arriver s'il n'a pas de gilet, nage mal, se fatigue vite et/ou a peur de l'eau.

Comment savoir qu'un chien est en train de se noyer ?

Un chiot en train de se débattre dans l'eau

Lorsqu'un chien est en train de se noyer, il faut absolument lui venir en aide le plus vite possible : à défaut, il risque de décéder très rapidement. Mais pour cela, encore faut-il être capable de se rendre compte qu'il est en détresse.

 

En général, un chien qui se noie adopte tout ou partie des comportements suivants :

  • il s'agite, battant désespérément l'eau avec les pattes ;
  • il a du mal à garder la tête hors de l'eau ;
  • ses yeux sont grands ouverts et roulent dans tous les sens ;
  • il a du mal à respirer, tousse, crache et/ou émet des sifflements ;
  • son museau se situe à la limite de la surface et/ou se retrouve temporairement sous l'eau ;
  • il gémit, ou ne réussit pas à produire de son car il a déjà de l'eau dans les poumons.

 

Si l'on observe plusieurs de ces signes, c'est probablement qu'un drame est sur le point de se produire. Il faut alors lui venir en aide du mieux possible, sans perdre une minute : en effet, ces comportements lui permettent de se maintenir à la surface pendant quelques instants, mais ils l'épuisent.

 

Le chien peut également avoir déjà perdu connaissance s'il n'a pas pu maintenir une respiration correcte depuis trop longtemps. Le cas échéant, son corps est inerte, soit flottant à la surface, soit immergé entre deux eaux.

Que faire si mon chien se noie ?

Si un chien est en train de se noyer, il faut réagir sans tarder pour espérer le sauver.

 

La première urgence est de le sortir rapidement de l'eau, si bien sûr c'est possible de le faire sans se mettre en danger. Il convient ensuite d'évaluer son état de santé pour déterminer comment lui venir en aide.

Sortir le chien de l'eau

Pour sauver un chien en train de se noyer, il est crucial d'abord de le ramener sur la terre ferme.

 

Il convient toutefois de se montrer prudent et de ne pas se mettre en danger soi-même en tentant de le sauver. En particulier, le risque de se noyer à son tour est bien réel s'il y a un courant fort ou des vagues importantes : mieux vaut alors rester sur la terre ferme autant que faire se peut. Si l'on ne peut l'aider sans entrer dans l'eau, la prudence est de mise, a fortiori si l'on n'est pas sauveteur et/ou que l'on ne nage pas très bien.

Dans le cas d'un petit chien

Un homme vient en aide à un petit chien dans l'eau

Si le chien est petit, le sortir de l'eau ne devrait pas poser de problème, en tout cas si l'eau est calme et/ou peu profonde. Il suffit de le prendre dans les bras et de le porter précautionneusement jusqu'à la terre ferme.

 

Il peut toutefois être paniqué à cause de la noyade, et donc ne pas comprendre que l'on est en train de lui venir en aide. Il risque alors de se montrer extrêmement agité, voire de devenir agressif et de griffer ou mordre. Il faut donc rester prudent en le portant, et lui parler doucement pour tenter de le rassurer du mieux possible.

Dans le cas d'un grand chien

Un homme tente de secourir un chien qui se noie

Si le chien est de taille moyenne ou grande, les choses ont des chances d'être plus compliquées. En effet, même si l'eau est calme, on ne peut le porter aussi facilement, en raison de son gabarit et/ou de son poids.

 

S'il est toujours conscient et se débat, l'idéal est de lui tendre une perche, une planche de bois ou une bouée sur laquelle il peut prendre appui - quitte à se rapprocher de lui si besoin, dans la mesure du possible bien sûr. Cela doit permettre ensuite de le tracter hors de l'eau. Par contre, mieux vaut ne pas tenter de l'attraper directement, car il a toutes les chances d'être paniqué du fait qu'il est en train de se noyer : le cas échéant, il risque de chercher à prendre appui sur la personne qui lui vient en aide, et potentiellement de la mettre en danger en lui enfonçant accidentellement la tête sous l'eau.

 

Si par contre il ne se débat plus et a perdu connaissance, il n'y a pas d'autre choix que d'aller le chercher. La première chose à faire est alors de le placer sur le dos, afin qu'il ait la tête hors de l'eau. Le mieux est ensuite de le tirer par une patte arrière : si entretemps il reprend conscience, il a moins de chances de mettre son sauveteur en danger en lui grimpant dessus.

Aider le chien une fois sorti de l'eau

Une fois que le chien est hors de l'eau, il convient d'examiner son état de santé pour déterminer comment réagir. La réaction à avoir dépend principalement de s'il respire encore ou non.

S'il respire encore

Un Chihuahua tousse sur une plage

Si le chien a été sorti de l'eau avant d'être victime d'un arrêt respiratoire, c'est-à-dire s'il respire encore, il n'est a priori plus en situation d'urgence. Par contre, il peut avoir avalé de l'eau en manquant de se noyer.

 

Or, si une grande quantité d'eau est descendue dans son tube digestif, elle peut causer une diarrhée et/ou des vomissements dans les heures qui suivent - en particulier si elle est salée. Dans ce dernier cas, il faut aussi avoir en tête le risque d'une intoxication du chien à l'eau de mer, du fait de sa teneur en sel : cela se traduit par une déshydratation brutale - voire mortelle - si la quantité avalée est vraiment importante.

 

Au lieu de descendre dans l'appareil digestif, l'eau ingurgitée peut aussi aller dans les poumons en cas de fausse route. Des symptômes respiratoires sont alors possibles dans les minutes à heures qui suivent : toux, halètement, difficulté à respirer... On appelle parfois cela une noyade sèche, même s'il ne s'agit pas d'une vraie noyade. C'est un cas de figure très rare (chez l'humain, il représente à peine 1 à 2% des noyades), mais qui nécessite une prise en charge rapide.

 

Le mieux à faire si un chien a échappé de peu à une noyade est donc d'appeler un vétérinaire sans attendre et de lui décrire la situation, pour avoir son avis sur la conduite à tenir - quand bien même tout va bien en apparence. En général, celui-ci recommande simplement de surveiller l'animal pendant quelques jours, pour voir si des symptômes respiratoires et/ou digestifs apparaissent. Le cas échéant, il faut le recontacter pour qu'il mette rapidement en place un traitement.

S'il ne respire plus

Un homme tente de réanimer un petit Shetland

Si le chien ne respire plus et a perdu connaissance, il faut prévenir - ou encore mieux faire prévenir - les secours vétérinaires immédiatement, puisqu'il s'agit évidemment d'une urgence vitale.

 

En parallèle, il convient d'entamer sans délai un massage cardiaque pour tenter de le réanimer, ou au moins faire circuler son sang en attendant l'arrivée des secours.

 

Pour cela, on commence par lui retirer tous les accessoires qu'il porte sur lui et qui pourraient gêner la manoeuvre : son collier, son éventuel gilet de sauvetage... Une fois que cela est fait, on le place sur le côté droit, on surélève un peu le corps par rapport à la tête pour faciliter l'évacuation de l'eau dans ses poumons, puis on dégage sa gueule en tirant sa langue et en retirant tout ce qui éventuellement l'encombre : objet, nourriture, glaires...

 

On peut alors entamer le massage cardiaque lui-même, en procédant de la manière suivante :

  • appuyer doucement sur le thorax avec la paume de la main, toutes les secondes pendant 30 secondes ;
  • souffler délicatement dans sa gueule en bouchant ses narines, jusqu'à ce que les poumons soient remplis et le torse surélevé, puis laisser le torse retomber au fur et à mesure que l'air ressort. Procéder ainsi à deux reprises ;
  • recommencer depuis le début, et ainsi de suite jusqu'à ce que le chien soit réanimé ou que les secours arrivent.

 

Il faut savoir néanmoins que la probabilité de sauver un chien victime d'un arrêt cardiorespiratoire est faible. Par ailleurs, même si l'on réussit à le réanimer, le manque d'oxygène peut avoir endommagé certains organes internes : le cerveau, le foie, les reins... Par conséquent, même si l'on parvient à lui faire reprendre connaissance, il faut de toute façon le faire prendre en charge par un vétérinaire le plus vite possible.

Comment empêcher son chien de se noyer ?

Une piscine protégée par une barrière en métal

Dans la mesure où il n'est pas toujours possible de sauver un chien qui se noie, le mieux est de tout faire pour éviter que la situation ne se présente.

 

Cela suppose d'abord d'apprendre à son chien à nager : il sait intuitivement le faire, mais a tout de même besoin d'un peu d'entraînement pour être à l'aise dans l'eau. On peut l'entraîner dans une piscine, un plan d'eau peu profond, une mer calme...

 

En plus de cela, il convient de l'équiper d'un gilet de sauvetage pour chien chaque fois qu'il se baigne dans une eau vive ou un tant soit peu profonde, a fortiori s'il y a des vagues ou du courant. Et bien entendu, comme pour un enfant, il faut alors le surveiller pendant toute la durée de la baignade, afin de pouvoir lui venir en aide s'il montre des signes de détresse. Il convient au passage de souligner qu'un gilet de sauvetage n'élimine pas totalement le risque de noyade, même s'il le réduit fortement.

 

En outre, le froid diminue inévitablement ses performances à la nage, voire peut provoquer une hydrocution et donc potentiellement une noyade : mieux vaut éviter les baignades en hiver et/ou dans de l'eau très froide. S'il s'agit d'un chien qui ne craint pas le froid (par exemple un Husky Sibérien), une baignade reste éventuellement possible à condition qu'elle soit courte ; dans le cas contraire, mieux vaut éviter totalement pour ne pas risquer un accident.

 

Enfin, si l'on a chez soi une piscine ou un plan d'eau, il convient bien sûr d'en sécuriser l'accès (par exemple à l'aide d'une barrière, d'une grille, ou d'une bâche) afin d'éviter que l'animal puisse s'y baigner lorsque personne ne le surveille, ou d'installer une échelle ou un escalier lui permettant facilement d'en sortir s'il tombe accidentellement dans l'eau.

Conclusion

Comme un humain, un chien peut se noyer très vite : il suffit parfois de peu de choses et/ou de peu de temps pour que l'impensable se produise, potentiellement en quelques minutes à peine. Si l'on remarque que c'est en train de se produire, il faut le sortir de l'eau le plus vite possible (en veillant toutefois à ne pas se noyer soi-même) puis, s'il est inconscient, entamer un massage cardiaque pour tenter de le réanimer.

 

La noyade n'est toutefois que l'un des nombreux dangers pour un chien, en extérieur comme au domicile. Brûlure, électrocution, étouffement, étranglement, intoxication... : les risques sont multiples. Être un bon maître suppose notamment de les connaître et les garder en tête en toutes circonstances, afin d'agir de manière prudente et appropriée - même si bien évidemment, le risque zéro n'existe pas.

Dernière modification : 15/02/2024.