Le laurier-sauce et le chien : toxicité, symptômes, comment réagir...

Gros plan sur une branche de laurier-sauce

Modérément toxique

 

Aussi appelé laurier-noble (Laurus nobilis), le laurier-sauce doit son nom à ses feuilles parfumées, couramment utilisées pour aromatiser diverses préparations culinaires. Contrairement au laurier-rose ou au laurier-cerise, il s'agit d'un véritable laurier, et non d'un arbre qui lui ressemble : d'ailleurs, on le surnomme parfois aussi « laurier vrai ».

 

Il est originaire du bassin méditerranéen, mais il y est beaucoup moins présent aujourd'hui qu'il y a quelques milliers d'années, lorsque le climat y était plus humide et convenait mieux à sa bonne croissance. On le trouve aussi dans des régions plus tempérées, notamment sur la côte atlantique française et sur le pourtour de la mer d'Irlande.

Pourquoi le laurier-sauce est-il toxique pour les chiens ?

Le laurier-sauce est considéré comme non toxique pour l'être humain, en tout cas tant qu'il est utilisé uniquement pour aromatiser certains plats. En réalité, il contient des substances - notamment de l'eugénol - qui rendent impropre la consommation d'une grande quantité de feuilles.

 

C'est encore plus vrai pour le chien, qui est plus sensible à ces substances. Même si l'intoxication en question est généralement peu grave, mieux vaut considérer le laurier-sauce comme toxique pour le meilleur ami de l'Homme.

Les symptômes d'intoxication au laurier-sauce chez le chien

Dans l'ensemble, une intoxication au laurier-sauce reste globalement peu grave, même pour un chien. En effet, les principaux symptômes sont d'ordre digestif, avec notamment une diarrhée et/ou des vomissements. Si l'animal mange beaucoup de feuilles, cela peut également bloquer le transit digestif et entraîner une occlusion intestinale.

Que faire si mon chien a mangé du laurier-sauce ?

Si jamais l'on soupçonne son chien d'avoir ingéré du laurier-sauce, ou si on le prend en flagrant délit en train d'en manger, il n'est pas utile de paniquer, car sa vie n'est a priori pas en danger immédiat. Le mieux est de contacter un vétérinaire ou éventuellement un centre antipoison pour animaux, pour avoir leur avis sur la question : en général, et à moins que l'animal ait englouti une grande quantité de feuilles entières, ces derniers conseillent simplement de surveiller son état pendant quelques heures à quelques jours, pour surveiller si des symptômes apparaissent.

 

Si par contre le chien se sent mal après en avoir mangé, ou si l'on n'est pas sûr de l'espèce de laurier dont il s'agit, mieux vaut contacter un vétérinaire ou un centre antipoison sans attendre. En effet, autant le laurier-sauce est peu toxique, autant le laurier-cerise et le laurier-rose sont redoutables, même en faibles quantités. Une prise en charge immédiate s'impose alors pour espérer sauver le malheureux animal.

Sommaire de l'article

  1. Page 1 : La liste des plantes toxiques
  2. Page 2 : L’acacia
  3. Page 3 : L’aglaonema
  4. Page 4 : L'aloe vera
  5. Page 5 : L’aloès
  6. Page 6 : L’allamanda
  7. Page 7 : L’amaryllis
  8. Page 8 : L’anthurium
  9. Page 9 : L'arum
  10. Page 10 : L’azalée
  11. Page 11 : Le bégonia
  12. Page 12 : Le brunfelsia
  13. Page 13 : Le buis
  14. Page 14 : Le cactus
  15. Page 15 : La clématite
  16. Page 16 : Le colchique
  17. Page 17 : Le coquelicot
  18. Page 18 : Le croton
  19. Page 19 : Le cycas
  20. Page 20 : Le cyclamen
  21. Page 21 : Le dahlia
  22. Page 22 : Le dieffenbachia
  23. Page 23 : La digitale
  24. Page 24 : La dracaena
  25. Page 25 : L'euphorbe
  26. Page 26 : Le ficus
  27. Page 27 : Le fragon
  28. Page 28 : Le géranium
  29. Page 29 : Le gloriosa
  30. Page 30 : La glycine
  31. Page 31 : Le gui
  32. Page 32 : L'herbe à chat (cataire)
  33. Page 33 : L'hortensia
  34. Page 34 : Le houx
  35. Page 35 : L'if
  36. Page 36 : L'iris
  37. Page 37 : Le jasmin étoilé
  38. Page 38 : La jonquille
  39. Page 39 : Le laurier-cerise
  40. Page 40 : Le laurier-rose
  41. Page 41 : Le laurier-sauce
  42. Page 42 : La lavande
  43. Page 43 : Le lierre
  44. Page 44 : Le lilas
  45. Page 45 : Le lupin
  46. Page 46 : Le lys
  47. Page 47 : Le muguet
  48. Page 48 : Le narcisse
  49. Page 49 : L'oiseau de paradis
  50. Page 50 : L'oxalis
  51. Page 51 : Le philodendron
  52. Page 52 : Le poinsettia
  53. Page 53 : La renoncule
  54. Page 54 : Le rhododendron
  55. Page 55 : Le ricin
  56. Page 56 : Le spathiphyllum
  57. Page 57 : Le schefflera
  58. Page 58 : La tulipe
  59. Page 59 : Le yucca
  60. Page 60 : Les autres plantes toxiques